Haut de page
Bas de page



 

[CH, D, 1] Bad day at Snyder - 06/04/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Evènements

Anonymous
Invité
Mar 27 Sep - 22:15







Bad day at Snyder
Interprété par Angela Lawson, Carl Wilson et Owen Bradburry.

Owen Bradburry

Anonymous
Invité
Mer 28 Sep - 11:41
Une bonne semaine maintenant qu'Owen a perdu son groupe suite à l'attaque d'une meute de Z's et qu'il erre seul sur les routes, se planquant pour essayer d'échapper au radar que ces choses peuvent avoir. Il n'est pas homme à avoir prit la peine de les étudier de plus ou moins loin depuis le temps se contentant de ce qu'il sait : il ne faut pas faire de bruit, ne pas les laisser vous apercevoir ou passer trop près d'eux sinon c'est foutu. Et encore s'ils ne vous surprennent pas en pleine nuit ou en plein repas, manger et dormir voilà deux choses que le brun aimerait pouvoir faire. Oh il a bien un peu de nourriture sur lui mais il doit la faire durer puisqu'il ne sait pas quand il en trouvera d'autre, quant à dormir pas plus de deux ou trois heures maximum chaque nuit, il ne peut pas se permettre plus de toute manière. Tout ça pour dire qu'il est épuisé alors qu'il traverse cette nouvelle ville, Snyder, ville dont il ne connaissait même pas l'existence il y a encore deux jours, ne tenant debout et n'abandonnant pas, tout simplement pour l'unique promesse qu'il a faite ce jour là, là bas à Austin. Promesse faite surtout à lui même mais qui le pousse à ne pas renoncer, du moins pour le moment.

Cette ville est comme toutes les autres avant elle, envahie par les zombies qui errent seuls ou en groupe et se massent à certains endroits plus qu'à d'autres. Son arme en main, ses doigts serrés sur la crosse il progresse lentement dans les rues de la cité morte, cherchant un endroit où il pourrait essayer de se réapprovisionner un peu mais aussi un endroit où il pourrait tenter de souffler quelques heures. Owen termine par tomber presque nez à nez avec un de ces plans de villes qui se dressent toujours à des endroits clés, sauf que celui ci est à moitié défoncé et ne tient plus debout que par magie. Il observe où il se trouve et la disposition des lieux, regardant autour de lui pour voir si les différents chemins l'inspirent d'une manière ou d'une autre, bien qu'il sache déjà qu'il vaut mieux qu'il évite la pleine ville si il peut faire autrement. Finissant par repérer un quartier un peu excentré, il se dit que là bas il aura peut-être une chance de trouver au moins un endroit plus tranquille. Si possible à l'abri du vent qui souffle en ce jour nuageux rendant l'atmosphère bien plus lourde vu que les températures restent normales pour la saison elles.

L'homme repart et après il ne sait combien de temps à marcher et de tours et de détours, il arrive dans ce quartier excentré qu'il observe du plus loin qu'il le peut. Relativement plat peu de maisons et surtout peu de silhouettes visibles, ce n'est pas pour autant qu'il va se réjouir de ça, non la journée a mal commencée pourquoi cela changerait-il en cours de route ? Owen s'avance sur la petite route défoncée et envahie par les mauvaises herbes. Testant d'ouvrir les deux véhicules emboutis qu'il croise, les portières résistent et le coffre est verrouillé, il se maudit de ne pas avoir ce qu'il faut sous la main pour forcer les coffres et il passe à autre chose. Poursuivant sa route, de loin il aperçoit une masse allongée sur la route, il reprend son flingue à deux mains, sécurité ôtée et il en approche pas après pas tout en jetant des coups d'oeil furtifs à droite et à gauche.

De masse cela devient une silhouette puis il identifie que c'est une femme qui est évanouie ou morte au beau milieu de la chaussée. Il inspecte à nouveau les environs, regardant si elle porte quelque chose, si elle bouge ou non avant de pousser un des pieds de la fille de son propre pied. Morte ou vivante ? Pas de réaction immédiate lui semble t-il donc pas un zombie mais peut-être un en devenir. Mais que fout-elle là en plein milieu de la route et seule ?! Ce n'est pas son souci après tout et Owen passe sa route.

- Oh, allez sérieux.

Et le brun fait de nouveau demi-tour après une dizaine de mètres, ce n'est pas son souci mais bon sang elle est la première être humain qu'il croise depuis une bonne semaine et puis non il ne peut définitivement pas la laisser livrée à elle même alors qu'elle est au minimum inconsciente. Bordel qu'est-ce qu'il fera si en fin de compte il s'avère qu'elle est morte et qu'elle revient en tant que zombie même si elle ne semble pas porter de morsures ou de griffures ? Mouais il le sait déjà ce qu'il fera, lançant un coup d'oeil sur le Glock qu'il a toujours en main. En attendant Owen ne peut qu'attendre et voir ce qui va advenir de la miss, la porter pour la mettre à l'abri dans la première maison à portée de main est hors de question, il a déjà bien assez de mal à se tenir lui même alors porter quelqu'un...

L'homme s'accroupit à trois ou quatre mètres de la fille, son arme baissée vers le sol mais toujours en main il daigne remettre la sécurité pour le moment. Son doigt reste près de la détente malgré tout et il se contente d'observer la fille et de promener son regard vert sur les environs de temps en temps. Finissant par se mettre à triturer, l'anneau à sa main droite, le visage fermé, l'air grave il attend la suite.

Angela Lawson

Anonymous
Invité
Jeu 29 Sep - 14:00
Elle était tombée dans l'inconscience après ces quelques mots échangés avec l'Inquisiteur, malgré cette perte de connaissance, elle se remémorait de chaque détail, de chaque mot, de sa voix, mais surtout de cette vision d'horreur lorsque la flamme s'était s'était élevée de sa main. Étrangement, elle se souvenait parfaitement de ces instants alors qu'une grande partie de ses souvenirs de sa vie d'antan s'étaient vus évaporés. Une perte de souvenirs, tout en conservant une excellente mémoire. Elle aurait pu passer des heures à se demander quel était le sens de l'énigme qui lui avait été posée par ce monstre, mais en aucun cas, elle ne doutait de ce qu'elle avait vu. Elle faisait la nette distinction entre ce qu'elle avait vécu, et ce qu'elle avait rêvé. Elle en avait à présent la certitude, elle était bel et bien morte, bel et bien revenu, et ce qu'elle avait vu en rêve, ou en cauchemar, était le message qu'elle avait reçu l'informant qu'elle était revenu d'entre les morts. Ces mots, prononcés par ce monstre, elle ne les oublieraient pas, mais en cet instant, elle n'avait ni le temps, ni l'envie de se pencher sur leur sens.

Elle avait senti l’atmosphère changer, l'air y était plus présent, une légère brise soufflait sur son corps tout entier, il n'y avait plus cette impression de lourdeur, mais plutôt une certaine légèreté qui faisait frissonner Angela. La jeune femme sentait son corps allongé, sur une surface dure, et non pas comme dans ce tombeau où elle avait pu sentir cette immonde poussière humaine, ses mains qui se trouvaient en contact direct avec le sol lui permirent de sentir la dureté de l'asphalte. Elle n'aurait pu en être sûre qu'en ouvrant les yeux, mais il n'y avait que peu de doute sur le fait qu'elle soit allongée en extérieur, sur une route, mais par dessus tout, ses mains étaient libres, et ses pieds aussi. Elle sentait encore et toujours ses vêtements, et sous-vêtements sur elle. Malgré le trou dans la manche de son sweat-shirt, elle sentait qu'il était fermé et que son soutien-gorge faisait encore et toujours son travail, que ce soit dans sa première vie, ou dans la seconde. Mais c'était surtout son jean et ce qu'il y avait en dessous qui l'intéressaient, et par chance, rien n'avait changé, elle était toujours habillée. Angela avait même conservé ses chaussures, quelle chance !

Puis vint l'instant où elle ouvrit les yeux, légèrement dans un premier temps, pour s'accoutumer à la lumière du jour, une simple seconde, voire moins, lui avait suffit pour voir qu'il y avait une personne devant elle, à quelques mètres à peine. Ses yeux s'ouvrirent en grand d'un seul coup, elle prit une rapide inspiration tandis que la chair de poule apparut sur ses deux bras simultanément. D'un rapide réflexe, elle avait posé ses deux à plat contre la route pour se pousser en arrière, afin de s'éloigner de cet homme qu'elle venait de voir. S'aidant de ses mains et de ses pieds qui se trouvaient à présent contre le sol, elle recula de quelques dizaines de centimètres avant que sa main droite ne glisse vers l'avant et fasse retomber Angela sur son dos, au bord de la route, à quelques mètres de cet homme qu'elle avait vu pour la première fois il y a quelques secondes. Alors qu'elle avait les épaules à terre, les pieds contre le sol qui tentaient malgré tout d'éloigner Angela de cet homme, elle releva la tête pour l'observer légèrement alors qu'elle tendait ses bras en sa direction, paumes ouvertes tout en secouant rapidement les mains.

« S'il vous plaît, laissez-moi tranquille... »

Après une simple seconde de réflexion, ce n'était certainement pas la première chose à dire. Mais c'était dit, et c'était donc trop tard. Ses yeux scrutaient et analysaient ce jeune homme qui lui faisait face. Accroupi, il avait une arme à la main. Un pistolet à première vue, et même s'il était pointé vers le sol, Angela ne pouvait en aucun cas s'empêcher de loucher sur cette arme. Malgré le fait que l'arme qu'elle voyait face à elle l'inquiétait grandement, elle s'accorda quand même une légère seconde pour observer le visage de cet homme.

Il semblait assez jeune, peut-être un peu moins qu'Angela, mais de peu à première vue. Plutôt fin, assez mignon, mais il avait surtout l'air fatigué, il avait l'air bien moins menaçant que les dernières personnes que la jeune femme avait croisé. Enfin, il avait l'air moins menaçant que les autres, mais le fait qu'Angela ne soit pas menottée ou enfermée y faisait beaucoup. Après une simple seconde à observer son visage meurtri par des nuits bien trop courtes, sans jamais croiser son regard, elle baissa ses yeux pour scruter son arme qu'il avait toujours en main, alors que la jeune femme ne cessait de trembler de peur.

Owen Bradburry

Anonymous
Invité
Jeu 29 Sep - 16:50
Au premier mouvement de signe de vie ou de non-vie de la jeune femme, Owen cesse de triturer son anneau pendant que tout ses muscles se tendent à la recherche du moindre indice qui ferra osciller la balance d'un côté ou de l'autre. Sa main gauche venant se positionner à son tour sur son arme prêt à faire sauter la sécurité de son arme avant de faire sauter la cervelle de la fille s'il s'avère qu'elle n'est plus humaine. Son pied droit ne touchant plus totalement le sol pour lui faciliter une propulsion en position verticale, tout comme sa jambe gauche bouge légèrement de place dans le même but. Quand bien même le brun sait pertinemment que ses réflexes sont moindres avec sa fatigue, il doit se tenir aussi prêt que possible pour la suite des événements.

Ses yeux ne la quittant plus une seule seconde, il assiste maintenant à ce qui semble être un réveil d'un être humain et non d'une bête et quand il la voit chercher à se reculer en s'aidant de ses mains et de ses pieds, Owen commence à se détendre légèrement, un zombie ne ferait pas ça surtout qu'il a bien remarqué qu'elle l'a vu. Ce n'est qu'en l'entendant parler que la tension quitte son corps, soulagé d'avoir vraiment devant lui une fille tout ce qu'il y a de plus vivant. Aux paroles qu'elle lui adresse, il esquisse un sourire en réflexe avant qu'elle n'entende sa voix grave.

- Je sûr et certain que les zombies seraient d'accord avec tes paroles, je devrais sans doute te laisser là, à peine réveillée, perdue au milieu de nul part et les laisser venir te dire bonjour. Ou je peux aussi rester là et attendre que tu reprenne suffisamment tes esprits pour être en mesure de marcher et de partir de ton côté sans te faire bouffer toute crue. T'en dit quoi ?

Terminant de parler en haussant brièvement les épaules, à elle de voir les choses et ce qu'elle préfère. Et même si le brun ne l'avouera jamais, cela lui fait du bien de parler à voix haute en s'adressant à quelqu'un de bien tangible au lieu de parler dans le vide comme ces derniers jours. Mais oui l'un ou l'autre Owen fera avec, il fait toujours avec tout de toute manière, bien qu'aujourd'hui il aimerait juste se poser quelque part et se laisser aller, rien ne va.

Voyant que la jeune femme observe son arme avec une certaine lueur de peur dans les yeux, lentement et prudemment Owen écarte sa main gauche de son glock la levant paume ouverte vers elle. Quant à sa main droite, il garde son arme coincée entre son pouce et sa paume levant ses autres doigts pour lui montrer qu'il ne compte s'en servir. Toujours avec cette même lenteur, le brun déplace sa main portant le flingue pour la passer dans son dos, glissant l'arme entre sa peau et son jean puis ramenant sa main devant lui avant que sa voix ne se fasse entendre à nouveau.

- Mais bordel, tu fabrique quoi sur cette route à part pioncer ?

Oui il est curieux d'avoir la réponse à cette question, non parce que quand même faire une sieste au beau milieu d'une route de merde, dans une ville de merde en plein milieu d'une apocalypse de merde, faut le faire quand même ! Et la simple fatigue ne peut pas être suffisante selon lui pour qu'elle se soit effondrée comme ça.

Angela Lawson

Anonymous
Invité
Jeu 29 Sep - 18:39
Elle l'observait sans bouger, alors que la jeune femme venait de reposer sa main gauche contre le sol pour se tenir en appui, car même si elle se sentait en bien meilleure forme qu'après ses deux précédentes rencontres, elle pouvait voir un sourire se dessiner légèrement sur le visage d'un brun face à elle. Il venait de parler, d'une voix calme et grave, et à entendre son discours, c'était quelqu’un de bien différent de Benny ou bien de l'Inquisiteur. Dans le bon sens, bien évidemment. Malgré tout, elle s'en voulait d'avoir sortir ces mots, et d'ailleurs, elle ne s'étonna même pas de sa réaction et des mots qu'il lui envoyait, même si elle n'appréciait pas le ton qu'il prenait avec elle, c'était toujours mieux que de se faire enlever dans une cave avec un fanatique pyromane. Incontestablement. Elle lui répondit, d'une voix bien plus calme que les premiers mots qu'elle lui avait adressé, malgré tout, il restait tout de même une légère peur dans sa voix. Sans doute qu'Angela n'était pas encore totalement remise de son réveil, ou tout simplement qu'elle était mal à l'aise avec cette arme qui était sortie et qui aurait pu se retourner contre elle en un instant.

« Désolée... C'est juste que... Je n'ai pas l'habitude de rencontrer des survivants... Amicaux... D'accord, je suis d'accord pour que tu reste... »

C'était assez rare qu'elle s'excuse, mais après tout, mieux valait mettre son orgueil de côté et accepter un peu d'aide plutôt que d'être seule à se défendre. Elle n'aurait jamais hésité avant, mais aujourd'hui, elle était bien plus faible, et bien moins certaine de pouvoir survivre autant de temps qu'autrefois. Cela lui faisait du mal de devoir l'admettre, mais elle avait besoin de quelqu'un pour survivre. Mais elle avait aussi appris de ses erreurs, si jamais quelqu'un était restée avec elle lorsqu'elle s'était faite assiégée par ces hommes, elle ne serait sans doute jamais morte, qui sait ?

Mais aujourd'hui, elle était là, sur cette route, face à cet homme qui baissait son arme avant de la ranger lentement dans son dos. Aujourd'hui, elle devait à penser à demain, et même si ce qu'elle venait de vivre était vraiment perturbant pour elle, elle devait aller de l'avant, sans pour autant tout abandonner derrière. Survivre, voire même vivre, elle ne pourrait plus le faire seule, du moins, pour l'instant, et après les différentes personnes qu'elle avait rencontré, elle ne pouvait pas se permettre de refuser de l'aide d'un survivant amical. S'entraider, s'écraser si besoin était pour pouvoir continuer un jour de plus, à manger, un jour de plus à pouvoir dormir et se reposer, tout simplement continuer à vivre en ce monde déchu. Peut-être qu'elle n'appréciait pas le ton que prenait le brun face à elle, mais vis-à-vis de ma situation, elle ne pouvait que comprendre son interrogation, et puis, elle préférait toujours ça au tombeau de l'Inquisiteur.

« Je suis tombée sur des survivants... Pas amicaux du tout... Ils m'ont amenée dans une cave et ils m'ont attachée... Je pense juste qu'ils m'ont juste laissé ici après que je sois tombée inconsciente, j'ai eu de la chance de me réveiller... »

Elle n'avait aucune envie de s'étaler sur le sujet, et le dire de cette manière installerait peut-être un malaise qui empêcherait le jeune brun de vouloir trop s'intéresser à ce qu'il s'était passé. Peut-être qu'après cette réponse, cet homme serait sans doute un peu moins rude avec elle, du moins, elle l'espérait, mais quoi qu'il en était, Angela n'avait aucune intention de rebuter le seul survivant amical qu'elle venait de rencontrer. Elle se redressait lentement jusqu'à s’asseoir correctement avant de prendre la parole d'une voix qui était à présent totalement calme.

« Je m'appelle Lawson, Angela Lawson. Et toi? »

Owen Bradburry

Anonymous
Invité
Dim 2 Oct - 16:00
La jeune femme accepte assez rapidement qu'Owen reste près d'elle, se rend t-elle seulement compte qu'il n'est pas forcément en meilleur état qu'elle en lui disant qu'elle a croisé des gens peu amicaux. Le brun n'est pas sûr qu'il serait en mesure de la défendre si d'autres humains débarquaient déjà que lui seul ça ne serait pas gagné mais malgré tout il ne peut la laisser livrer à elle même. Sauf bien sûr si elle lui avait clairement fait comprendre qu'il devait partir mais ce n'est pas le cas donc. Balayant l'excuse qu'elle lui adresse d'un signe de main, pour lui signifier que ce n'est pas grave, qu'elle n'a pas à s'excuser de ce qu'elle a dit juste avant.

Son arme rangée dans son dos mais toujours à portée de main, Owen ramène ses deux mains devant lui, toujours accroupit, il pose ses avant-bras sur ses cuisses, croisant ses mains avant de lui poser la question qui le titille. Et la réponse que la miss lui fournit alors est plus que surprenante, lui redisant qu'elle n'a jusque là croisé que des survivants pas du tout amicaux. Ce qui l'intrigue également, Owen veut bien que le monde tourne fou mais il n'y a pas que des salopards sur terre et encore heureux d'ailleurs. Quoi qu'en se fiant à son expérience, à force ce sont les connards et les zombies qui vont gagner la partie si tant est que cela soit un jeu. Paroles qui l'inquiètent également, ces hommes l'auraient juste laissée là après qu'elle soit tombée inconsciente, question muette qu'il se pose et qui doit peut-être se lire sur son visage "Est-ce que ces fumiers l'ont violée avant de la jeter comme un jouet brisé ?"

Owen en détourne son regard vert quelques secondes, mal à l'aise avec ce qu'elle vient de dire et les pensées qu'il vient d'avoir. Comment va t-il se sortir de là ? En étant moins rude avec elle ? Il pourrait oui et il le ferra sans nul doute mais certainement pas de manière claire et nette, préférant la fuite dans le genre de connerie à contre courant qu'il est capable de sortir habituellement et avec le sourire s'il vous plait. De ce fait il la regarde à nouveau, lui souriant.

- Eh ben, t'as dû bien en chier depuis un an, allez vient je t'offre un verre au bar le plus proche !

L'homme se redresse et approche d'elle tout en lui tendant la main pour l'aider à se relever à son tour et bien sûr si elle accepte sa main tendue, Owen fera comme si de rien était mais il guettera la jeune femme voir si elle arrive à tenir debout sans qu'il ait à l'aider. Tout en répondant aux présentations qu'elle semble vouloir, se présentant elle même avant de lui demander qui il est.

- Owen Bradburry pour vous servir mademoiselle Lawson.

Encore et toujours cette sorte d'humour pour cacher le reste et les choses qui importent vraiment ou ne pas laisser place à des questions plus sérieuses. Un mouvement, un reflet et il percute des yeux bleus d'Angela sur lesquels se superposent d'autres yeux au bleu plus profond, ses dents se serrent et grincent l'une contre l'autre, un simple mouvement de sa mâchoire marquant extérieurement les choses. Owen soupire et détourne à nouveau les yeux quelques secondes, cherchant à maîtriser les trémolos de sa voix et qui pourraient le trahir.

- Plus sérieusement, je voulais fouiller un peu les maisons environnantes voir si je peux y trouver quelque chose avant de trouver un endroit pour me reposer un peu. Ça te dit Angela ?

Que le brun puisse à la fois la garder à l'oeil tant qu'elle n'a pas un tant soit peu récupéré tout en faisant ce qu'il avait prévu de faire en arrivant dans le secteur.

Angela Lawson

Anonymous
Invité
Lun 3 Oct - 14:22
Elle l'observait, avec attention alors que son arme était rangée et ses bras venaient de croiser sur ses genoux. Peut-être aurait-elle du se méfier de cet homme dont elle ne savait rien, mais elle savait surtout qu'elle avait besoin de quelqu'un pour l'aider, pour rester avec elle, car aujourd'hui, elle savait pertinemment qu'elle ne pouvait plus survivre seule. Angela se sentait bien mieux qu'à son réveil, mais bien moins qu'avant son profond sommeil. Malgré la fierté qu'elle éprouvait à pouvoir se débrouiller seule encore et toujours, elle savait certainement bien plus que n'importe qui que son orgueil la conduirait à sa perte, encore une fois, et sa volonté de survivre était bien trop grande pour qu'elle suive son son orgueil démesuré qui l’entraînerait dans le tombeau, encore une fois.

Elle pouvait sentir un certain malaise s'installer encore eux deux, c'était ce qu'elle souhaitait dans un premier temps, cela lui permettait d'éviter certaines questions dérangeantes, cela permettait à Angela d'éviter d'en dire trop sur ce qu'elle avait vécu, des souvenirs qu'elle ne voulait en aucun cas partager avec quiconque. Elle entendait ce qu'il lui disait avant que son regard fuyant ne revienne sur Angela pour lui adresser quelques mots avec une certaine pointe d'humour. C'était toujours mieux qu'un interrogatoire, sans aucun doute. Elle préférait ne répondre qu'un simple sourire plutôt que lui soumettre ses interrogations au sujet de cette « année ». Car même si Angela pensait à sa survie et sa sécurité dans un premier temps, elle ne pouvait pas se moquer d'une telle information qui pouvait être vitale pour elle. Mais en y réfléchissant quelques instants, il était vrai que la saison n'était pas celle à laquelle elle s'attendait. Un printemps alors que la fin de l'été ou bien le début de l'automne aurait du se présenter. Elle conserva cette information et prendrait le risque d'en parler avec cet homme plus tard, quand elle serait certaine qu'aucun danger ne l'importunerait, même si elle le savait, elle serait toujours en danger.

La jeune femme répondit d'un simple et léger sourire à cet homme qui venait de se redresser, elle élança sa main en direction de celle qui lui était tendue, laissant un œil s'attarder sur cet anneau qui se trouvait à son quatrième doigt. Elle savait d'où il venait, Angela n'avait pas besoin de poser de question dérangeante ni aucun besoin de garder son regard fixé sur ce bijou, elle releva son regard en direction du dénommé Owen qui venait tout juste de se présenter à elle. Mais elle croisa un regard fuyant lorsque le bleu des yeux de cet homme virent se plonger dans ceux d'Angela. Un regard fuyant suivi d'un soupir qui auraient pu signifier tant de choses.

Était-ce à cause du malaise que la jeune femme avait créé quelques instants auparavant pour que quelques questions dérangeantes ne soient pas posées ? Ou bien tout simplement parce qu'Angela ressemblait à la femme qui aurait possédé la copie conforme de l'anneau qui se trouvait au doigt du dénommé Owen Bradburry ? Si la jeune femme devait réfléchir à cette question, elle pencherait sans doute pour une de ces deux options qui étaient sans doute les plus plausibles, mais en ce moment, elle n'avait pas à réfléchir à cette question, elle devait juste savoir si oui ou non elle allait continuer sa route avec lui.

Angela préférait mille fois suivre cet homme plutôt que ceux qui l'avaient séquestré et traqué dans cette vie ou dans l'autre, et puis, si Owen aurait voulu faire quelque chose de stupide, il l'aurait déjà fait avec son arme. La jeune femme aurait pu se sentir en confiance avec son nouveau compagnon de route si elle ne conservait pas cette éternelle méfiance envers les étrangers, mais elle savait que partir seule de son côté serait du suicide à court, ou long terme, et surtout, elle avait besoin de nourriture et de repos, car même si elle arrivait à se tenir debout, elle sentait malgré tout une certaine fatigue.

« Très bien, je te suis Owen. »

Owen Bradburry

Anonymous
Invité
Jeu 6 Oct - 11:12
Le brun avait fait semblant de ne pas voir le regard d'Angela se perdre ne serait-ce qu'une fraction de seconde sur l'alliance d'argent qui orne son annulaire à la main droite. Non il n'avait rien vu, il ne voulait rien voir, Owen savait que les gens comprenaient directement et soit il était alors la cible de questions, soit d'un regard de pitié et ça il ne le supportait pas. Il n'a pas besoin de la pitié de quoi que se soit ou de mots soit disant présents pour le réconforter, il n'en veut pas, il n'en a pas besoin, ce n'est pas pour lui que les gens doivent avoir pitié mais pour les deux responsables de tout ceci, ceux qui l'ont réellement plongé en enfer et qu'un jour ou l'autre il retrouvera qu'ils soient vivants ou rôdeurs. Quand bien même il devra retourner le Texas pour cela. Douce illusion que celle-ci, confortable déni lui permettant de tenir jour après jour et de mettre un pied devant l'autre depuis pratiquement un an.

Pourtant en lui tendant la main et en l'aidant à se relever il croise le bleu des yeux d'Angela et comme à chaque fois un autre bleu plus profond hypnotique vient s'y mêler, son bleu celui qu'Owen ne verra plus jamais à part dans ses pensées, le forçant à détourner le regard dans un soupir. Et même s'il termine par reporter son regard vert sur elle, il évite de croiser les yeux de la miss se reprenant comme il le peut pour lui expliquer ce qu'il comptait faire avant de la découvrir au milieu de cette route, lui demandant si ça lui convient comme programme. Enfin si on peut appeler ça un programme mais faire en sorte que chaque journée ait un but c'est le minimum vital si on peut dire les choses ainsi. Et visiblement son programme convient à Angela comme elle vient de le lui dire.

- Super, alors allons nous dénicher de quoi boire un coup et qui sait on trouvera peut-être de quoi faire pour que je nous fasse un repas convenable.

Même si Owen s'adresse à Angela, il se parle surtout à lui même, cette habitude qu'il a rapidement prise de se parler à voix haute pour ne pas virer fou ou ne pas se laisser abattre. Sauf que cette fois-ci il a quelqu'un en chair et en os à côté de lui pour l'écouter voir lui répondre, ce qui change la donne quand même. Il lui adresse un nouveau sourire avant de lui montrer d'un signe de tête une maison à une centaine de mètres d'eux, une belle et grande maison qui devait avoir un grand et tout aussi beau jardin il y a encore un an de cela. Le style de maison qu'il n'aurait jamais pu se payer mais qui fait rêver bien qu'il sache parfaitement que derrière les jolis murs peuvent se cacher des horreurs, il en a vu quelques uns quand il entrait dans ce style de baraque que ça soit la journée ou même la nuit. Que les maisons abritent leurs propriétaires ou que ceux-ci soient de sorties.

- Celle-ci me semble parfaite, à défaut de boire et de manger, on pourra peut-être jouer aux gosses de riches.


Le brun s'amuse tout seul de ce qu'il vient de sortir, non parce qu'aussi bien Angela que lui même ont passés l'âge de jouer et encore plus d'être des gamins, surtout lui d'ailleurs mais qu'importe. Enfin c'est pas le tout de déconner mais la réalité étant ce qu'elle est, Owen redevient sérieux, passant devant la miss pour ouvrir la marche jusqu'à la maison, sa main se glissant dans son dos pour attraper de nouveau son arme qu'il ramène devant lui, la tenant à deux mains. Et même s'il regarde Angela du coin de l'oeil, pour être sûr qu'elle tient debout et qu'elle arrive à se déplacer normalement, son attention reste surtout focalisée sur ce qui les entoure, sur ce qui pourrait leur débouler dessus.

Ce n'est que devant la maison qu'il relâche une de ses mains de sur son arme pour pouvoir essayer d'observer à travers les fenêtres de la baraque ce qui se tient à l'intérieur, du moins par les fenêtres les plus proches de la porte d'entrée. Dite porte qu'il fini par approcher, toquant trois coups dessus et attendant de voir si quelque chose réagit à ce bruit à l'intérieur ou non.

Angela Lawson

Anonymous
Invité
Lun 10 Oct - 21:48
Elle entendait très bien les mots d'Owen, mais elle ne pouvait cesser de penser que cet homme n'était plus tout à fait normal, mais après tout, est-ce qu'il restait quelqu'un de normal dans ce monde devenu fou ? Certainement pas, mais elle ne pouvait s'empêcher d'avoir une certaine réserve sur le brun qu'elle trouvait légèrement dérangé, car après tout, il dégageait une certaine humanité contrairement à la grande majorité des personnes qu'elle avait croisée après la fin, que ce soit les autres, ou bien elle-même. Angela pouvait penser, à tort ou à raison, qu'il tentait de défendre sa santé mentale en plongeant dans un profond déni, où il semblait minimiser tout ce qu'il se passait là dehors, et cela effrayait la jeune femme, mais certainement bien moins que le président du fan-club de la Schutzstaffel en plein délire. Angela resterait sans doute quelques temps avec Owen si elle le pouvait avant de prendre le large, après avoir pleinement récupéré et surtout, après avoir su où elle était, et bien plus important que le reste, où elle était, ce qu'elle n'hésita pas à demander au jeune homme avant qu'elle ne lui emboîte le pas.

« Juste... Est-ce que tu sais où on est précisément ? Je veux dire... Le nom de la ville... Et aussi où elle se trouve sur la carte... J'ai bougé pendant trop de temps, et je ne sais même pas où on m'a balancée quand j'étais inconsciente... »

Un demi-mensonge, une demi-vérité qu'elle venait de dire après avoir pris une grande inspiration, son cœur se remettait à peine de son réveil, et du choc qu'elle avait eu en voyant Owen, elle avait besoin d'un peu de temps pour se calmer, mais surtout, de plus de temps qu'avant, et cela l'inquiétait. Tout comme le fait qu'elle se sentait totalement perdue, comme une petite fille oubliée dans un magasin qu'elle visiterait pour la première fois, elle n'avait plus aucun repère, elle ne pouvait en trouver plus aucun, elle se sentait petite, comme une enfant, perdue dans l'immensité d'un monde qui l'avait avalé pour la recracher quelques instants après, perdue dans ce monde qui ne voulait plus d'elle, du moins, depuis qu'elle l'avait quitté sans savoir où elle irait.

C'était sans aucun doute la peur et l'inquiétude qui dominaient le cœur d'Angela, la peur de ne rien savoir, sur ce qu'elle avait vécu, sur où elle était, sur ce qui allait arriver le lendemain, sur ce qu'il s'était passé la veille, mais aussi l'inquiétude de ne plus savoir qui elle était, de ne plus savoir ce qu'elle était. Était-elle humaine, empoisonnée ou bien différente ? Est-ce que la mort l'avait embrassé avant de lui murmurer à l'oreille que cette brève rencontre n'était qu'un au revoir, ou bien était-ce l’inimaginable qui se jouait d'elle pour l'avoir trahi ? Sa mort et sa vie n'étaient elles qu'un sombre et infini labyrinthe n'ayant pour but que d'emplir son âme de souffrance ? Angela était-elle confrontée à une fatalité sans fin ? C'était tant de questions qu'elle ne se serait jamais posée avant, c'était tant de questions qu'elle devait se poser afin de trouver une réponse car elle était inquiète de ne plus connaître son passé, de ne plus connaître son présent, et elle était inquiète de savoir ce que réservait son avenir.

Tant d'incertitudes qu'elle n'aurait jamais eu avant, elle était différente d'avant, mais jusqu'à quel point ? Elle ne pouvait cesser de se remémorer les mots du dernier monstre qu'elle avait croisé, mais elle ne pouvait laisser Owen avancer aussi rapidement, si bien qu'elle accéléra le pas alors qu'elle se retrouvait perdue dans ses pensées, qui, dans l'état actuel des choses, ne l'auraient certainement pas aider à se remplir l'estomac ou bien à trouver un toit pour passer une simple nuit en sécurité. Elle aurait suivi l'homme avec une légère distance, et aurait continué de le suivre une fois qu'il se serait stoppé devant cette maison, mais cette fois, simplement du regard, l'observant tenir son arme à deux mains, laissant quelques uns de ses doigts frapper la porte à quelques reprises. C'était quelque chose qu'elle n'aurait pas pensé à faire en ce moment, alors qu'elle faisait bien plus auparavant, elle se maudissait intérieurement après cette simple pensée qui ne faisait que lui rappeler qu'elle avait tant perdu, qu'elle avait tant oublié.

Mais elle serait restée là, quelques secondes à attendre derrière Owen, à attendre quelque chose qu'elle ne souhaitait pas affronter, quelque chose qui ne se présenterait pas dans les quelques secondes qui suivaient. Par chance, au bout de quelques dizaines de secondes, aucun bruit ne se faisait entendre, que ce soit à l'intérieur de la maison, ou tout simplement à l'extérieur. Cela aurait sans aucun doute du rassurer Angela, mais étrangement, elle resta sur la même réserve que quelques secondes avant lorsqu'elle attendait ce moment. Malgré ses inquiétudes et ses hésitations, elle murmura quelques mots à Owen.

« Je n'entends rien... Je pense que c 'est vide, on rentre ? »

Owen Bradburry

Anonymous
Invité
Ven 14 Oct - 17:25
Puisque la miss semble tenir sur ses pieds toute seule et sans avoir besoin d'aide, Owen commence à progresser vers la maison avant qu'elle ne lui pose une question, lui demandant où ils peuvent bien se trouver avant de se justifier sur pourquoi elle ne le sait pas. Le brun marque une seconde d'arrêt et sans se retourner réellement vers elle, il l'observe avant de juger qu'il est fort possible qu'elle ne le sache effectivement pas. Tout en reprenant son avancée, l'homme lui répond même s'il semble marquer un temps d'hésitation mais qui n'a rien à voir avec elle.

- Le panneau à l'entrée disait Snyder. On est quelque part dans le Nord-ouest du Texas.

Oui son hésitation est du à cela, Owen ne connaît pas ce côté là du Texas, il faut dire que cela fait bien des années qu'il est devenu casanier et ne part plus vraiment sur les routes. Ou plutôt qu'il ne partait plus sur les routes vu qu'il n'a pas eu trop le choix ces derniers mois...Sans parler qu'il n'est pas Texan à la base même si cela Angela ne peut pas le deviner. Et puisqu'elle semble vouloir parler un peu, Owen tente la suite.

- Quand tout a commencé, je vivais à Austin et toi ?

La regardant un bref instant avec un petit sourire se voulant encourageant, ça fait à peine plus d'une semaine qu'il a perdu son groupe et le brun avait presque oublié ce que ça fait de converser avec quelqu'un même si le connaissant il y a certains sujets qui sont terrains minés. Et puis bon dire où il habitait n'est pas quelque chose de trop personnel pour lui donc ça ne devrait pas l'être pour elle, enfin en principe sinon il aura trouvé pire que lui ce qui lui semble inconcevable.

Arrivé contre la maison et après sa rapide observation, Owen toque à la porte en guettant d'éventuels bruits à l'intérieur. De longues secondes passent sans que rien ne se fasse entendre aussi bien dedans qu'autour d'eux et s'il y aurait de quoi en être soulagé, cela est loin d'être le cas pour le brun qui sait que cela ne veut strictement rien dire. Des zombies peuvent très bien encore les attendre à l'intérieur, sagement enfermé dans une des pièces, attendant que leurs proies ne baissent la garde pour leur sauter dessus et les bouffe. La voix d'Angela se fait alors entendre, il se tourne vers elle avec une petite moue qui en dit aussi long que ses paroles :

- Vide peut-être pas mais au moins la porte est dégagée oui.

Joignant le geste à la parole, Owen pose la main sur la poignée de la porte, encore faut-il que celle-ci ne soit pas verrouillée. Faisant jouer la poignée celle-ci a l'air décidée à s'ouvrir sans faire de difficulté particulière, chouette alors soit les propriétaires sont encore là en mode mort-vivant, soit la maison a déjà été visitée. L'homme a depuis longtemps compris que voir une porte non fracassée ne veut strictement rien dire, sans compter que les maisons encore intacte se font de plus en plus rare. Au moins n'aura t-il pas à fracturer une fenêtre pour avoir l'espoir d'entrer dans la maison, c'est déjà pas si mal.

Il pousse la porte d'entrée pour qu'elle s'ouvre en grand, ses mains tenant fermement son arme toujours à l'écoute du moindre bruit suspect à l'intérieur avant de daigner mettre un pied dans la baraque puis un second. L'entrée donnant sur un court vestibule, il lance un coup d'oeil par dessus son épaule pour voir si la miss le suit toujours avant de poser un premier pied dans un salon sans dessus-dessous. L'homme s'y attendait mais il ne peut s'empêcher d'en avoir une légère déception malgré tout et puisque le salon est lui aussi vide de toute présence, il ôte une main de son arme pour la passer sur sa nuque en faisant face à Angela.

- Je ne t'ai même pas demandé si tu avais déjà fait ça ? Ou si tu voulais le faire ? Je veux dire fouiller dans une maison, j'ai croisé quelques survivants qui refusaient de le faire, qui ne voulaient surtout pas toucher à des choses ne leur appartenant pas.

Et c'est à son tour d'avoir ressenti ce besoin de justifier ses questions même si lui aussi aurait pu avoir quelques scrupules à faire cela il sait que pour survivre les gens n'ont plus le choix mais beaucoup ne l'acceptent toujours pas.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: