Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Seth Willis
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Protagonistes

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
Seth Willis Debuba110/0Seth Willis Videba10  (0/0)
Etat Mental:
Seth Willis Debuba100/0Seth Willis Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Ven 18 Oct - 14:11
 

Ressuscité



Seth Willis


Date de naissance: 18 / 02 / 1998


Origines : USA - Huntsville


Métier : Réparateur


Particularités : Tatouage Semper Fidelis sur lintérieur de l’avant bras droit


Description Physique

Avant l'apocalypse Seth était un homme souriant et avenant au premier abord. Il avait un bon sens du contact et avait tendance à aller vers les gens. En privé on le voyait même souvent rire, toujours une plaisanterie à la bouche pour détendre l'atmosphère. La seule chose qui trahissait cet aspect bon enfant c'est son tatouage "Semper Fidelis" tatoué sur l’intérieur de son bras droit lors de ses quelques années dans l’armée et une large cicatrice sur le flanc gauche. A l'origine de celle ci un "simple" coup de couteau mais son travail physique avait tiré sur la balafre l'étirant d'un bon centimètre de largeur sur une quinzaine de centimètres de long.

Depuis il a perdu de ses sourires égarés entre l'apocalypse et son divorce qui en était un autre à sa mesure. Ses yeux noisette sombres lui donnent souvent l’impression qu’il vous garde avec intensité, impression renforcé par sa tignasse brune souvent un peu en bataille. Il n’a rien d’une montagne mais on se rend facilement compte qu’il s’entretien. Si vous avez l’occasion de le voir sans sa vieille veste malmenée vous pourrez vous rendre compte qu’il n’est pas très gras et ses bras sont assez musclés à cause de l’activité physique de son quotidien. Le poids des années à commencé à marquer son visage, quelques rides encore discrète apparaissant sur son front.
Même s’il savait porter un costume, et d’ailleurs cela lui allait bien, l'heure n'est plus la. Il porte généralement des vêtements utilitaires voir carrément de chantier. Costaud, avec des poches, des sangles et autres truc du genre, pour y glisser des outils. Ses chaussures sont du même ordre. De loin elles ressemblent à des rangers mais ce sont en fait des chaussures de chantier, coqué et sans métal pour se prémunir des risques électriques.

Posé, il prend généralement le temps de peser le pour et le contre des choses. C'est dans ces moments la qu'on le voit poser sa main droite sur son flanc passant son majeur sur cette blessure fantôme le regard dans le vague.  
Même si la méfiance est toujours de mise il n'en garde pas moins un bon contact avec les gens. Tactile, il n'hésitera pas à serrer des mains, donner une tape amicale sur l'épaule ou faire une bise aux demoiselles.



Description Psychologique

Seth était un homme très avenant. Sociable, souriant, sympathique, joueur, mais tout cela c'était avant le drame .... Comment rester tel quel dans un monde qui a tant changer ?

En fait ce n'est pas tout à fait vrai. Dans la vie privé, quand on le connait, ou plutôt quand lui vous connait, il est toujours ainsi. C'est quelqu'un qui aime être entouré. Pas entouré pour être le centre de la conversation ou de l'attention, juste écouter, discuter, partager.
Mais avant d'en arriver la maintenant il faut déjà que vous soyez créditer d'une dose de confiance. qui ne s'est pas vu racketter voir agresser pour quelques rations, une arme, ou même simplement parce que la paranoïa fait qu'on préfère agresser quelqu'un avant de se faire agresser.

Avant ça donc, il vous paraîtra attentif, parfois dur ou même inquisiteur, toujours à poser mille questions. Mais tout ceci n'est que pour mieux vous découvrir, apprendre.

Il n'a pas de réelle phobie, du moins pas qui lui soit connu, à part peut-être de se retrouver enfermé sans arme avec une poignée de zombies...



Histoire du Personnage

Seth est né dans une petite ville du Texas ou il grandit auprès de ses parents et de son petit frère Abel. Leurs parents travaillaient tout deux pour la ville. Son père était adjoint au Marshall de Huntsville tandis que sa mère, plus posée de nature, travaillait comme secrétaire à la mairie. Son enfance fut tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Faire les quatre cents coups avec ses copains de quartier, se faire engueuler par son père qui ne laissait jamais rien passé, sans doute à cause de son travail, et grandir dans la petite communauté en essayant d'esquiver autant que possible l'éducation religieuse inhérente à environ quatre vingt pour cent de la population aux états unis qu'il trouvait particulièrement ennuyeuse. Cela changerait.

Sa relation avec son père pouvait être parfois conflictuelle. Doublement symbole d'autorité ce n'était souvent pas facile pour Seth et Abel. Malgré tout ils aimaient leur père. Ces accrochages n'entamaient pas vraiment leur relation père/fils. Si les disputes étaient parfois violentes, force de caractère oblige, elles ne duraient pas. Ils s'entendaient le plus souvent bien. Autant entre frère qu'avec leur père. Il leur apprit la mécanique retapant une vieille voiture qu'ils se partageaient pour sortir le week end. Quand ils furent plus grands il les emmena avec lui à la chasse dans la forêt en bordure de la ville.

L'époque de l'université ne changea pas vraiment sa vie, l'étoffant simplement sans originalité. Il fut recruté dans l'équipe de football comme ailier à cause de son agilité se faufilant aisément au travers des défenses adverses. C'est aussi l'époque des filles, des fêtes et de l'alcool. De quoi faire quelques conneries un peu plus graves et s'amuser. L'insouciance était encore de mise. Même si son frère savait se débrouiller, Seth se débrouillait pour garder un œil sur lui. Pas forcement en direct mais il avait, et a toujours, un sens de protection de la famille.

Il parti faire son service militaire à la fin de ses études et entra dans le Génie de part ses compétences techniques fraîches mais notables au vu de ses notes. C'était loin d'être quelque chose de facile que d'être militaire mais il trouvait une satisfaction personnelle à faire en sorte que tout fonctionne au mieux. Toujours à la pointe de ce qu'il faisait. C'était une attention de tous les instants, bien loin de la légèreté du campus, mais quand on parle de sauver des vies, cela valait largement le coup. C'est ce qui forgea son caractère tenace. Toujours aller jusqu'au bout, faire les choses bien.

Après cinq ans de service il retourna à la vie civile avec l'envie de se poser, de se trouver une copine. Peut être un peu par chance, si on peut dire ainsi, il tomba sur sa futur femme à l'hôpital ou elle travaillait comme infirmière, après un petit accident dans son travail au garage. Elle prit soin de lui comme il se devait mais ils se revirent après, il faut dire que Seth fit ce qu'il faut pour, et une chose en entraînant une autre ils formèrent un petit couple. Un petit garçon vit le jour assez rapidement, par accident, mais ils étaient tout deux très heureux de cela.

Quelques années après Seth se décida de monter sa propre entreprise de réparation en tout genre. Doué avec un marteau, une pince ou un tournevis, il installait et réparait un peu tout, du chauffe eau à l'électricité en passant par la voiture et la porte du garage, tout y passait. Il s'en sortait bien d'un point de vue technique mais son entreprise ne décollait pas vraiment. Il avait de quoi vivre mais pas sereinement. Il se donna à fond pour essayer de faire en sorte d'avoir plus visibilité, plus de client, mais malgré tout ses efforts cela ne fonctionnait pas aussi bien qu'il le voulait.

Absorbé par son entreprise, il ne se rendit pas compte de ce qui était en train d'arriver. Sa femme se sentait délaissée à juste titre et le supportait de moins en moins malgré les sentiments qu'elle avait pour lui. L'amour qui les unissait se retrouva érodé par les soucis, les absences, les ratés, les non dits au fil des années jusqu'au moment où la corde céda. Seth ne lui en voulu pas vraiment de ce choix même s'il passa des jours à essayer de la convaincre. Il fallait être réaliste et il l'était. La mort dans l'âme il accepta le divorce leur laissant la maison pour le bien de son fils. Au-delà de la perte émotionnelle c'était une de ces grandes gifles de la vie. Il ne réussissait pas vraiment dans son travail, sa femme le quittait, il n'allait presque plus voir son fils, ses parents décédés, son frère à l'autre bout du pays et finalement peu d'ami, tous ou presque, perdu au fil des années comme il avait perdu sa femme. Il se retrouvait presque seul dans une pièce réaménagé de son entreprise en bordure de la ville.

Il passa quelques semaines à descendre un peu plus bas jour après jour s'enfonçant dans une déprime assassine comme il se doit dans ce genre de situation et c'est finalement son frère qui se chargea de lui botter le cul. Après avoir lourdement insisté il le fit venir à Chicago afin de lui changer les idées et pouvoir le remonter un peu ou du moins tenter. Seth ferma donc boutique pour rejoindre les berges du lac Michigan dans l'Illinois. Ce qui devait être une semaine dura finalement trois mois à la surprise de l'un et de l'autre mais leurs retrouvailles fit renaître leurs fraternité d'une manière aucun des deux ne s'attendaient. Sans retomber en enfance, ils retrouvèrent ce lien unique de ceux qui ont fait les quatre cents coups ensemble.

De retour à Huntsville il avait plus de motivation. L’envie de se reprendre, de bien faire. Mais si sa motivation était la les résultats ne l’était pas pour autant. Son entreprise ne marchait pas mieux, ne parlons même pas de sa vie sentimentale qui oscillait entre catastrophe et néant. C’est alors qu’il fini par s’engager dans les pompiers volontaires. A défaut de pouvoir s’occuper d’une famille il avait besoin de s’investir dans quelque chose. Ce fut un choix qui lui parut évident. Chacun intervention était pour lui un sentiment de réussite. Que cela soit sauver un chat ou un humain. Il avait l’impression d’accomplir quelque chose. Cela l’aidait à relever la tête. Ne plus tourner en rond sur les mêmes éléments qui lui minait le moral. Il avait quelque chose à laquelle s’accrocher et cela lui faisait du bien.

Finalement tout ceci allait rapidement ne plus avoir d’importance. L’apocalypse frappa comme un vendeur de fenêtre en plein moi de décembre. Au début il n’y cru pas. Un canular, des alarmistes qui criaient au loup. Mais ce fut bientôt une réalité et non une nouvelle qu’on lit au détour d’une page web. C'était digne d'un mauvais film. Mais il dut vite se rendre compte que c'était la triste réalité qui vous sautait au visage au sens propre du terme pour le coup. Quand votre voisin vous saute à la gorge pour essayer de vous bouffer, ça secoue, mais paradoxalement cela remet aussi les idées en place. Il y a des choses qu’il faut vivre de soit même pour se rendre compte de ce que c’est.

Il se rendit chez son ex femme pour la mettre en garde de ce qu’il se passait et essayer de la convaincre de partir d’ici, que la ville n’était pas sure pour elle, ni pour leur fils. La discussion fut un peu tendue, son ancienne épouse ne voulant pas tout abandonner comme ça si brutalement mais il finit par la convaincre de prendre un sac d’urgence et de sauter dans sa voiture pour partir d’ici, loin et vite. Il l’aida à rassembler des affaires et la mit dans la voiture en direction du nord ouest afin d’aller aussi loin que possible d’ici. C’est la dernière fois qu’il vit son ex femme et son fils.

Assez vite, la situation dégénéra. Les mordus devenant mordeurs, l’expansion de l’infection était exponentielle. Il se retrancha avec quelques collègues dans la caserne de pompier dans laquelle il bossait mais le lieu n'était pas propice à tenir un siège. Trop grand, avec beaucoup d’ouvertures. Le seul point positif c’est qu’il avait accès à leur matériel, ce qui leur permettaient parfois de faire des sorties éclaires pour porter secours à des citoyens, s’armant de leurs casques et de leurs haches pour se frayer un chemin, voir même utiliser la lance à eaux pour dégager un passage de marcheurs.

Cela fonctionnait assez bien mais un jour la chance les quitta. Alors qu’ils avaient déblayé le passage pour accéder à la maison et extraire la grand-mère en détresse, un groupe de zombis les pris à revers. Les premiers furent envoyer ad patres à coups de hache mais le surnombre ne pardonna pas et malgré la férocité du désespoir avec laquelle ils se battaient ils furent submergés …



Equipement de Départ


- Couteaux à lancer Herbertz
  - Kit de crochetage
  - 1 Ration de nourriture

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: