Haut de page
Bas de page



 

Hello darkness, my old friend - 14/04/35
 :: Safe Zones :: Le Perchoir :: La vie du Camp

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1139/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (39/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba100/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Ven 18 Oct - 22:46
Interprété par Jena Higgins et Kyle Collins.


Toujours les mêmes voix, les mêmes cris, le même sang. Je tournais en boucle dans mes angoisses qui s'acharnaient et revenaient immédiatement comme si c'était la première fois que je les vivais. Ça aurait dû devenir qu'une rengaine, qu'un film au millième visionnage dont on connait chaque réplique, chaque son, chaque cliffhanger par cœur, qui ne parvient plus à transcender d'étonnement, pourtant tout était là, bien réel, prenant et destructeur. J'en avais encore le goût en bouche et les tremblements aux mains quand tout s'arrêta brutalement le temps d'un souffle puissant.

On m'avait extrait de mes cauchemars violemment, m'y arrachant avec une prise si ferme que j'en restais saisis de terreur. Je sentais des perles de sueur rouler sur mon front et les battements de mon coeur pulser dans mes veines à un rythme si endiablé que ça en couvrait tout son externe. Ce n'était pourtant pas la seule surprise qui s'imposait à moi à la faveur de mes tremblements intarissable : j'étais attaché. J'étais putain de bordel d'attaché à un foutu tuyau de mes couilles par une corde de merde. Et j'avais beau tirer vivement dessus, de toutes les forces que j'avais seulement pu rassembler en si peu de temps, rien ne cédait sinon ma chaire qui se meurtrissait sous mes assauts, avec le rouge en seul témoin. La douleur, elle était bien ailleurs.

Il y avait quelque chose qui voulait s’extérioriser, puissamment. C'était incontrôlable, comme mon corps qui s'agitait. Je ne savais pas où j'étais, comment j'y étais arrivé ni quand d'ailleurs. Mais de telles questions étaient bien le cadet de mes soucis. Je venais de m’époumoner d'un cri si imposant que ma gorge m'en fit brusquement mal, un mal à hauteur de celui de mon crâne qui me vrilla l'esprit presque immédiatement après obligeant mon corps à se recroqueviller sur lui-même.

Je me rendais compte que chacun de mes gestes, chacune de mes réflexions, chaque souffle même, me torturaient un peu plus, si bien que je finis par m'arrêter, de bouger, de penser, de respirer.
Equipement Porté :
Capacité : 0/6
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/0

Cache 91/100
Casier du Perchoir
FR-F2 10C 7,62 (15)
Desert Eagle 9C .44 (3)
Couteau de combat (2)
Redhead Toxik Flec. (9)
Masse (14)
Flèches (6)
Viper Batleskin (8)
Talkie Militaire (2)
Lampe dynamo (2)
Grand sac (12)
Gilet tactique (12)
Holster (2)
Pointeur laser (1)
Silencieux MC (1)
7,62 mm (2)

Jena Higgins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba11180/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (180/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1086/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (86/100)
Informations scénaristiques:
Jena Higgins

Ven 18 Oct - 22:47
Poussée par l’inquiétude, je n’avais pas mis très longtemps à venir voir Kyle dans sa cellule de fortune. Je ressentis un fort pincement au coeur à le voir ainsi retenu prisonnier, le sang qui avait coulé de ses poignets meurtris par ses entraves. J’avais refermé la porte derrière moi, désireuse de m’isoler à mon tour de l’extérieur, du reste du Perchoir, de mes propres démons. Sur les recommandations de James, mon arme de poing était venue trouver son habituelle place entre mes reins, mais je n’avais aucunement l’intention de m’en servir. L’idée même de m’en prendre à mon plus proche compagnon ici était inenvisageable.

Je me serais laissée glisser contre le mur opposé au soldat pour venir m’asseoir à même le sol ; volonté de ma part de conserver la distance la plus grande possible entre cet homme et moi. Je ressentais une trouille viscérale à me trouver en face de lui. Non pas parce qu’il aurait pu me faire, mais simplement parce qu’il était un homme et que ce seul fait suscitait chez moi un dégoût épidermique.

J’ignorais tout de son état d’esprit, de ses pensées. J’étais en cet instant bien incapable de me mettre à sa place, tout comme lui à la mienne très certainement. Je pouvais ressentir cette incompréhension flotter dans l’air, lourde, accablante. Moi qui me targuait autrefois d’être si adroite avec les paroles, je demeurais muette. Seul mon regard rougi par les larmes, exténué par les cauchemars et hébété par les souvenirs avait ce quelque chose de trop bavard. Bien plus que je ne l’aurais jamais souhaité. Une fois les tensions retombées, le masque avait craqué, puis explosé en d’innombrables débris. Et au fond de moi, j’espérais bien égoïstement que Kyle serait celui qui - paradoxalement - m’aiderait à ramasser les miettes.
Equipement Porté :
Capacité : 4/6
FN P90 50C 5.56
P.L.-SMA
Couteau papillon
Jumelles V.N.
Talkie-Walkie
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : Gilet pare-balles
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : Holster
Five-seveN 20C 5.56
T.T.
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
-

Cache 0/100
Casier du Perchoir
-

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1139/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (39/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba100/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Ven 18 Oct - 22:49
Le bruit de la porte d'entrée m'extirpa de ma contemplation silencieuse du sol dégueulasse et poussiéreux. Je redressais vivement mes iris grisées sur cette silhouette salvatrice qui m'épargnait d'une solitude éternelle en suivant son parcours dans un silence que je n'avais pas vraiment voulu, mais en dépit de tous mes efforts, l’expectative dans laquelle m'avait plongé sa venue me rendait apte ni à une parole, ni à un geste, et quand bien même je l'avais voulu, un espèce de blocage délirant m'empêchait de donner un nom cohérent à cette femme.

J'avais pourtant la certitude qu'elle et moi étions intimement lié, qu'elle n'était pas une ennemie ni une personne de peu de confiance. Aussi à cette entrée salutaire, je finis par retrouver l'usage de mes muscles, quand bien même je dû ignorer les douleurs lancinantes qui me prenaient aux jambes, aux bras, et surtout au poignet. Je cherchais à me redresser brusquement dans sa direction, sans penser à la brutalité de mon acte, ni mon aspect aussi piteux qu'effrayant, jusqu'à ce que l'attache me rappel à ma rude condition, me bloquant dans mon élan plus durement que l'aurait fait une gifle.

Je dressais en finalité mon regard dans sa direction, seulement focalisé sur ce qu'elle était, ce qu'elle représentait et ce qu'elle éveillait en moi, avant d'humecter mes lèvres asséchées et craquelées.

"Jena..."

Ce prénom s'était imposé à moi comme une évidence, un bref sursaut de lucidité dans un océan de flou démentiel hormis cet incessant sentiment d'urgence vitale et absolue.

"Putain... il... il faut que tu me sortes de là. Ils vont revenir. On doit partir avant qu'ils ne soient là. Coupe mes liens."

Je passais furieusement mon regard entre elle et la porte, ma nervosité grandissante venant comprimer mon thorax à mesure de mes mots qui ne trouvaient de sens que par leur teneur et non par contexte.
Equipement Porté :
Capacité : 0/6
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/0

Cache 91/100
Casier du Perchoir
FR-F2 10C 7,62 (15)
Desert Eagle 9C .44 (3)
Couteau de combat (2)
Redhead Toxik Flec. (9)
Masse (14)
Flèches (6)
Viper Batleskin (8)
Talkie Militaire (2)
Lampe dynamo (2)
Grand sac (12)
Gilet tactique (12)
Holster (2)
Pointeur laser (1)
Silencieux MC (1)
7,62 mm (2)

Jena Higgins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba11180/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (180/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1086/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (86/100)
Informations scénaristiques:
Jena Higgins

Ven 18 Oct - 22:50
La tentative de Kyle à se redresser m’arracha un sursaut craintif. J’avais senti mon coeur bondir contre ma poitrine, mes muscles se tendre puis se crisper durant quelques secondes. Dieu que j’aurai voulu pouvoir tout lui dissimuler, ne rien lui montrer de cette peur qui me rongeait alors. Je le détaillais longuement, toujours cloîtrée dans mon silence, les bras passés autour de mes genoux. Son état ne soulageait en rien ma peine, bien au contraire. Le trouble qui semblait habiter son regard d’acier, sa joue tuméfiée, ses lèvres gercées que j’aurais tant voulu me permettre d’embrasser. Pour le rassurer. Pour me rassurer aussi. Que rien n’était arrivé. Étouffer le déni. Éteindre les souvenirs. Entretenir l’illusion que rien n’avait changé.

Il n’avait pourtant fallu qu’une nuit. Une poignée d’heures à peine pour tout remettre en cause. Tout détruire ou presque pour ne laisser qu’un tas de gravats et de regrets amoncelés. Je haïssais cette sensation. Ce sentiment de dégoût qui n’avait qu’une seule source. Mais cette dernière avait tout éclaboussé, tout souillé de miasmes aussi bien physiques que psychologiques que seul le temps saurait nettoyer. C’est à peine si je parvenais à soutenir son regard quand il m’appela.

Et je me décomposais d’autant plus à l’écoute de ses mots, cette espèce de paranoïa qui le saisissait. Sa tension était si palpable qu’elle en devenait contagieuse. J’avais moi-même glissé un regard vers la porte du local avant de ramener mon attention sur Kyle. Je secouais faiblement la tête.

“Arrête !” J’avais voulu cracher un ordre sec, d’un ton excédé. Mais ce ne fut qu’une supplique tremblante qui quitta mes lèvres.

“Personne…” Je reniflai en sentant les larmes me venir aux yeux, poursuivant d’une voix hachée. “Personne ne va revenir. Tu es en sécurité ici. Je veille sur toi. Tu… tu es le seul à te faire du mal. Alors arrête s’il te plaît. Ne… ne détruis pas ça non plus.”
Equipement Porté :
Capacité : 4/6
FN P90 50C 5.56
P.L.-SMA
Couteau papillon
Jumelles V.N.
Talkie-Walkie
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : Gilet pare-balles
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : Holster
Five-seveN 20C 5.56
T.T.
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
-

Cache 0/100
Casier du Perchoir
-

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1139/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (39/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba100/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Ven 18 Oct - 22:52
Je fixais mon regard dans celui de la jeune femme, détaillant ses yeux avec la certitude qu'ils m'offriraient une explication inespérée pour cette divagation sans nom. Je me retrouvais là, prisonnier, enfermé et attaché à ras du sol comme un clébard abandonné sur un bord de route, les muscles douloureux et le cerveau en bouillie, et je sentais que je ne devais guère renvoyer d'image plus véritable que celle-ci qui s'imposait à moi. En sécurité ? Comment pouvait-on seulement se sentir en sécurité ainsi piégé par son propre corps, par des liens tenaces et des meurtrissures éprouvantes, ou par son propre esprit qui refusait de céder à une seule requête cohérente ? Plus j'y pensais, et plus mes angoisses remontaient à mes lèvres comme une nausée dégueulasse qui ne cherchait qu'à s'extirper hors de mon corps et se répandre sur ce sol ravagé, déversant sur son passage, rancœur et haine, violence et souffrance.

Le pire dans tout ceci, c'est que malgré le fait que je ne trouvais rien de rationnel à ce qu'elle m'affirmait, qu'aucun de ses mots n'arrivaient à faire office de projecteur éblouissant dans mon obscurité oppressante, je ne trouvais rien de rationnel non plus à mes propres élucubrations. J'étais littéralement noyé dans un océan d'incompréhension et mon inespérée bouée n'était qu'une chambre à air crevée qui flottait dans une eau polluée parmi d'autres débris infâme.

Je prenais la mesure de tout ceci en un silence presque inquiétant, tandis que j'avais fini par opter, à défaut de trouver une issue à mon effroyable labyrinthe, pour me consacrer à ce qui existait de bien tangible. Une teneur que je retrouvais en la présence de Jena, si fragile, si mal en point. Et aussitôt, ce constat s'imposa à moi à nouveau comme une raclée brutale, me secouant la cervelle comme un prunier. J'avais été si auto-centré sur ma misérable condition, sur mes propres déboires d'incertitudes et d’absurdités que j'en avais omis ce qui m'apparaissait subitement comme élémentaire. Ses traits, tirés, plissés, fébriles, déverrouillèrent brusquement tout un pan de ma mémoire. Je m’élançais à nouveau dans sa direction, retenu aussitôt par cette corde qui ne me permettait que quelques centimètres de liberté à peine avant de durement me rappeler ma délicate position, arrachant de mes lèvres subitement retroussées, un grognement presque canin, jetant un regard mauvais à cet objet de chanvre tressé.  

Je me ravisais aussitôt pourtant, déployant mon inquiétude grandissante à son égard, visible sur l'ensemble de mes expressions faciales, tandis que je reportais mon attention à elle, entièrement cette fois-ci, et pleinement.

"Ils t'ont fait du mal ? Est-ce qu'ils ... t'ont fait du mal, Jena ?"

La réponse m'apparaissait comme une évidence certaine, galvanisant un peu plus mes ressentiments qui germaient et grandissaient en moi. Cela eu l'effet de me rappeler ses derniers mots prononcés, résonnant dans un acouphène insoutenable, me laissant dans une immobilité saisissante. Non plus... non plus... Qu'est-ce qui a été détruit ?
Equipement Porté :
Capacité : 0/6
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/0

Cache 91/100
Casier du Perchoir
FR-F2 10C 7,62 (15)
Desert Eagle 9C .44 (3)
Couteau de combat (2)
Redhead Toxik Flec. (9)
Masse (14)
Flèches (6)
Viper Batleskin (8)
Talkie Militaire (2)
Lampe dynamo (2)
Grand sac (12)
Gilet tactique (12)
Holster (2)
Pointeur laser (1)
Silencieux MC (1)
7,62 mm (2)

Jena Higgins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba11180/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (180/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1086/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (86/100)
Informations scénaristiques:
Jena Higgins

Ven 18 Oct - 22:53
Et à nouveau je ne pouvais que me contenter de fuir son regard quand il se faisait trop pesant, insistant. Je serrais les mâchoires, laissant un profond soupir filer de mes narines, ma tête oscillant mollement d’avant en arrière. Car contrairement à l’imbroglio de pensées qui se déchaînait sous le crâne de mon vis-à-vis sans que je n’en ai la moindre idée ; les miennes n’avaient rien de troubles. Tout était si factuel, si véritable. Des souvenirs horriblement aiguisés que je revivais presque en boucle en sachant pertinemment que chacun d’entre eux se voulait parfaitement irréfutable. Il n’y avait ni délire, ni enchevêtrement. Tout était à sa juste place, bien rangé, sans perte ni omission hormis celle qui menaçait ma stabilité mentale de l’instant.

Et les questions de Kyle m’apparaissaient comme totalement rhétoriques. Avais-je ou avait-il vraiment besoin de mots pour souligner la douleur que je ressentais ? J’en doutais fortement. Raison pour laquelle je ne nous faisais pas l’insulte de confirmer. Au fond de moi, je n’avais pas l’envie de m’étaler sur les souffrances infligées. Les blessures et les coups n’étaient rien. Rien d’insurmontable du moins. Rien dont le temps ne saurait m’aider à me remettre. Psychologiquement, c’était bien plus discutable. Je me sentais souillée, impure ; une crasse collée à la peau qu’aucun savon ni détergent plus abrasif n’était en mesure d’ôter. Une brûlure dans l’âme, ardente comme le baiser d’un tison de fer rouge sur une peau trop fraîche. Je me sentais hideuse, défigurée, honteuse. Les rares instants, aussi nombreux que furtifs où je m’autorisais à glisser un regard vers l’homme avaient tout perdu de cette frustration, née de la tension qui nous liait depuis de nombreuses semaines. Cette relation rendue inaccessible par le gouffre que sa mort avait creusé entre nous. Une proximité distante, un fantasme impossible. Cet animal de Sean avait tout détruit par sa bestialité. Il s’était accaparé bien plus que mon corps, il avait rendu abjecte mon affection pour Kyle.

Aussi je ne lui avais offert aucune réponse, me contentant simplement de me redresser en m’aidant du mur en appui. Puis j’avais quitté le local, sans un mot, sans un geste ni un regard trop coupable. Je souhaitais m’isoler de lui quelques instants, bien égoïstement une nouvelle fois, insensible à ses réactions d’alors. Pour autant, quoi qu’il aurait pu s’imaginer durant mon absence, je ne comptais pas l’abandonner à son sort ni sa solitude tourmentée. Je n’avais même pas eu la décence de lui dire si je revenais ou non, me comportant comme la pire des garces.

***

Mais je serai pourtant revenue, après quelques minutes seulement, quand bien même j’ignorais comment le soldat aurait pu percevoir ce laps de temps. J’entrais de nouveau dans sa cellule, une gourde d’eau en main et quelques barres de céréales glissées dans les poches de mon pantalon. Je ne supportais pas de le voir si mal en point, si délaissé avec ses démons. Son visage tourmenté, ses lèvres sèches. Au fond de moi, je culpabilisais déjà de ne rien lui avoir dit de mes intentions en le quittant, le laissant très certainement en proie avec ses interrogations, ses doutes et ses fantômes. Mais j’avais besoin d’éprouver ce minimum de contrôle sur mes actes et mes décisions, de n’avoir rien à justifier ni même à me soumettre à une quelconque demande ou supplique. Je ne voulais pas de ça. L’envisager m’était tout simplement insupportable.

Et il me fallut alors puiser dans toutes mes ressources mentales, toute ma raison pour combattre ma peur irraisonnée de l’approcher. Couvrir cette maigre distance de quelques pas qui nous séparait tout en me laissant l’impression d’être un océan à traverser, sans le moindre outil de navigation. Je me serais alors agenouillée auprès de lui, l’approchant par sa gauche. Je me montrais méfiante à son égard, ce qu’il ne méritait absolument pas, mais je ne pouvais m’en empêcher. Puis j’aurais porté la gourde à mes lèvres, avalant quelques gorgées non pas pour le torturer par la soif, mais bien au contraire pour le rassurer quant à la nature du contenu avant de lui offrir de se désaltérer. Qu’il accepte mon geste ou non, j’aurais ensuite pris la parole sans bouger de ma position.

“J’avais besoin de toi, mais tu n’étais pas là,” lui balançai-je à la gueule sans détour, mais sans aucun reproche dans la voix. “Mais je ne t’en veux pas. Tout est de ma faute. Si j’avais été plus... vigilante, plus… moi-même… juste une garce... rien de tout cela ne serait arrivé. Je te demande pardon.”
Equipement Porté :
Capacité : 4/6
FN P90 50C 5.56
P.L.-SMA
Couteau papillon
Jumelles V.N.
Talkie-Walkie
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : Gilet pare-balles
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : Holster
Five-seveN 20C 5.56
T.T.
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
-

Cache 0/100
Casier du Perchoir
-

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1139/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (39/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba100/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Ven 18 Oct - 22:54
Il y eut cet instant de flottement, ce moment de silence lourd de mots bercés dans leur cocon de douleur. Pas un seul instant je n’avais réussis à capter son attention, à croiser son regard, à essayer de lire plus que ce que ses paroles ou son attitude ne voulait bien l’avouer et surtout à lui transmettre la seule chose qui me restait encore, cette complicité indicible qui nous unissait. Pour autant, cela me suffit à dessiner les schémas d’une inexprimable torture, affluant mon esprit comme un raz-de-marée, rasant les derniers immeubles de mes certitudes. Tout s’effondrait dans un mutisme dévastateur. J’en restais immobile, tordu dans une position peu confortable, oubliant peu à peu la douleur de la chaire au profit de celle de l’âme. Pas la mienne, la sienne. De mon côté, je ne pouvais me contenter de n’être qu’impuissance, insuffisance et misère.

Jusqu’à ce que l’improbable ne la force à s’éloigner de moi. Elle se repliait loin de ma prison, me fuyant comme si j’avais été le seul et unique fautif de toute ce malheur, sans un mot ni un regard, comme un monstre. Il n’avait manqué que le dégoût sur ses traits pour orner ce tableau étouffant.

« Non. Non, non, non, non. Jena ! » Avais-je seulement eu le temps de prononcer sur un ton aussi empressé qu’empreint d’un certain sentiment d’urgence.

Mais la porte se referma sur sa silhouette, m’isolant à nouveau avec mes démons, et plus encore. Qu’avais-je fais ? Était-ce cela la justification de cet enfermement ? De ces liens ? De mes douleurs ? Je restais là, le regard perdu dans un vague d’irréalité, le thorax comprimé dans un étau oppressant, durant de longues, trop longues secondes. Il fallait que je me souvienne. Que je fouille dans le bordel de ma mémoire le chemin filant vers la vérité. Mais c’était comme si tout se mélangeait, une vérité surgissant du tréfond de mon chaos immédiatement contredite par une seconde émergeante.

Je bascula ma tête avec force vers l’arrière, mon crâne percutant le mur sur lequel mon dos avait trouvé repli, une fois, puis une seconde, cherchant ce supplice que je m’infligeais avec l’espoir que ça en fasse sortir quelque chose de concret. Je luttais, désespérément, grondant à plusieurs reprise lorsque je n’obtenais rien de satisfaisant. C’était la nuit. J’étais sorti de la maison. Kat ne voulait rien entendre alors que je lui assurais que la maison était loin d’être sécurisé et qu’il fallait absolument qu’on parte pour trouver un abris, un … non, ce n’était pas ça. Ca n’avait rien à voir. J’avais reçu un appel radio, j’avais échangé avec l’un de ces salops lorsque j’avais pris conscience que les filles étaient en danger. J’avais filé avec James …

La porte s’ouvrit à nouveau sous mon regard empressé et pourtant coupable. Elle était là, identique, la même, revenant en franchissant finalement les quelques pas qui avaient maintenu la distance entre nous jusque-là, comme si ma volonté de recouvrir mes souvenirs avaient déclenché un déclic intriguant. Je reculais légèrement la tête, gardant le silence en l’observant de ma posture basse jusqu’à ce qu’elle se mette à ma hauteur, suivant ses mouvements avec une certaine appréhension. J’avais l’impression d’avoir perdu mon identité, mon aplomb, mes convictions. Il fallait que je sache. Que je comprenne.

Le goulot de la gourde à ma disposition, je finis par fermer les yeux, me coupant de la réalité le temps de profiter de ce bref instant à me ressourcer, espérant que cela m’aide quelque part. Ce fut pourtant les mots qui suivirent qui m’arrachèrent de mon obscurité précaire, mes paupières s’ouvrant à nouveau pour fixer le vide, mes iris se désolidarisaient du réel, prenant accroche des vestiges sur lequel je tentais de me raccrocher.

« C’est moi qui n’ai pas été à la hauteur. » J’avais soufflé ces mots en un léger murmure, recueillant les perles d’humidité sur mes lèvres d’un passage de langue léger dans l’interstice de ma bouche qui avait retrouvé de sa souplesse. « Et je continue à ne pas l’être… visiblement. »

Je resserrais la poigne de mes mains, tirant légèrement sur les liens pour confirmer mes propos.
Equipement Porté :
Capacité : 0/6
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/0

Cache 91/100
Casier du Perchoir
FR-F2 10C 7,62 (15)
Desert Eagle 9C .44 (3)
Couteau de combat (2)
Redhead Toxik Flec. (9)
Masse (14)
Flèches (6)
Viper Batleskin (8)
Talkie Militaire (2)
Lampe dynamo (2)
Grand sac (12)
Gilet tactique (12)
Holster (2)
Pointeur laser (1)
Silencieux MC (1)
7,62 mm (2)

Jena Higgins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba11180/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (180/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1086/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (86/100)
Informations scénaristiques:
Jena Higgins

Ven 18 Oct - 22:55
Effacée. Ce fut ma réaction à l’écoute des mots de Kyle. J’avais poursuivi l’effort de me tenir agenouillée à ses côtés, la gourde toujours tenue en main. Mon bras avait fini par retomber, les muscles de mes épaules toujours tiraillés par les épreuves de la veille. Les mots du soldat avaient ainsi mis un temps fou, exagéré, à venir percuter mon esprit et susciter un semblant de réaction. Mes prunelles azurées s’étaient arrêtées quelques secondes vers son visage hirsute, puis avaient continué vers les liens lui entravant les poignets, pour finalement retrouver son propre regard. Je déglutis, ravalant la colère sèche qui montait en boule au fond de ma gorge.

“Conneries. Commence pas à jouer les victimes toi aussi.” C’était là un faux reproche en réalité, que je lui adressais autant qu’à moi-même ; et qui dans le fond ne nous était même pas réellement destiné. “Tu as été à la hauteur. Tu as fait ce qu’il fallait. Tu es venu nous chercher et nous sauver des mains de ces porcs.”

Ce n’étaient pas des propos visant à le rassurer ou le contredire. C’étaient là des affirmations, tout ce qu’il y avait de plus sincères même si les tremblements de ma voix auraient pu laisser penser l’inverse. Néanmoins, mes mots n’étaient accompagnés d’aucun geste de réconfort à son égard. Aucun contact, ni même l’esquisse d’un. Des mots qui se turent finalement, ne laissant dans leur sillage qu’un silence rendu plus pesant encore, à peine interrompu de quelques reniflements de ma part. Et mon regard était retombé avec eux, divaguant vers d’autres horizons de pensées qui s’échappaient sans retenue de cette cellule improvisée.

Finalement, je déposais la gourde au sol et basculais sur le côté, m'asseyant en tailleur dos au mur, près de l’homme, le sommet du crâne calé entre deux conduites. Une nouvelle fois, je remontais mes jambes et les encerclais de mes bras ballants.

“Tu seras de nouveau à la hauteur, Collins. Tu vas te sortir de cette merde. Je t’y aiderai. Je ferai tout mon possible pour ça même si je comprends rien à tes délires. À toi et l’autre pute. Vous avez visiblement des choses à régler qui me dépassent,” avais-je repris plus durement au bout de longues secondes d’une profonde réflexion, sans ne rien dissimuler de l’amertume et la déception que j’éprouvais alors. “C’est ce que font les partenaires et c’est pour ça que je te demandais pardon ; j’aurais jamais dû partir sans toi.”

Un aveu qui se voulait pure vérité. J’avais ces intentions-là rivées au corps et à l’esprit aussi intensément que les douleurs et les horreurs. Une volonté ancrée à l’âme qui dépassait la simple détermination de survivre à ce jour puis son lendemain. Le porc d’Elias m’avait volé ce que je ne pouvais de toute manière pas offrir à Kyle. Pire encore, il avait profondément entamé la confiance et l’affection que je portais à l’ex-militaire. Les agissements de ce dernier n’avaient fait que dégager les derniers débris d’une porte d’ores et déjà fracassée ; ouverture par laquelle incompréhension, douleur, colère et vengeance s’étaient engouffrées comme un seul homme. Et la tâche se dressait devant moi, immense de dégager ces indésirables avant qu’ils n’achèvent de tout détruire autour de moi. Arracher Kyle à ses démons était un îlot auquel je me devais de me raccrocher, un îlot désertique et rocailleux livré aux fureurs d’un océan bien sombre.
Equipement Porté :
Capacité : 4/6
FN P90 50C 5.56
P.L.-SMA
Couteau papillon
Jumelles V.N.
Talkie-Walkie
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : Gilet pare-balles
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : Holster
Five-seveN 20C 5.56
T.T.
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
-

Cache 0/100
Casier du Perchoir
-

Kyle Collins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1139/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (39/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba100/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
Kyle Collins

Ven 18 Oct - 22:57
Le silence reignat un instant encore tandis que mon regard restait borné, fixé dans ce vide qui ne l’était que dans l’espace qui se décomposait devant mes yeux. En réalité, c’était un autre monde, un autre écho dont la présence ne s’annonçait que par son apparition brusque et soudaine, comme un rêve éveillé. Elle était là, debout et m’observait, le regard plus dépréciateur que jamais. Ses iris glacés me fixaient avec un dégoût vivement perceptible, se faisant bourreau d’un jugement qui s’était imposé à moi sans préavis et dont sa perpétuelle présence était la sentence et la souffrance à subir.

« Tu m’as trahis. Tu m’as tué. Et parce que tu es lâche, tu causeras la perte de tous les tiens. »

Jusqu’à présent, aucun des mots que je lui avais craché à la figure ne l’avait fait partir. Elle était là, inlassablement là, dressant son index famélique accusateur, écorchée, ensanglantée, comme tenu en responsable de ce sang qu’elle rependait à chacun de ses pas, qui s’agitait sur le sol carrelé et venait me noyer dans un flot continuel de liquide poisseux et opaque. Je m’étais habitué à le fuir, à l’envoyer chier, à m’en débattre en ne lui laissant que la fierté d’avoir assez repliés ses ongles dépeceurs et glacés sur ma chair pour m’en tirer avec la certitude qu’un nouveau cauchemar se glisserait dans mes entrailles même la nuit qui suivrait. Elle était là, dans sa décrépitude pourrissante, immobile, à étendre son immuable verdict, tandis que je ne pouvais plus me dérober, et que je n’étais pas encore prêt à l’affronter.  

« Pas maintenant… » Avais-je seulement réussis à articuler comme une supplique rauque serrée dans ma gorge qui ne voulait s’en extraire.

Je fermais les yeux, me cachant de sa présence que par l’obscurité de mes paupières closes qui ne parvenaient à en arracher le suintement de ses mots qui résonnaient dans mon esprit et se mêlaient à ceux, plus présent, plus tangible, qui se glissaient près de mon oreille. Je déployais mon regard fixateur en détournant mon visage sur ma gauche.

« Mes délires ?! Tu crois encore aux délires après ce qui nous est tombé sur la gueule ? Tu n’as jamais écouté que toi-même. Je t’avais putain de dis que … »

Je ravisais mes mots en lâchant un juron supplémentaire, donné avec un emportement glacial, prisonnier de cette haine sauvage qui m’animait envers cette goutte de sentimentalisme qui s’était frayée un chemin dans mon océan de pragmatisme et avait coûté si cher. Mais la vérité, c’est qu’elle lui avait coûté plus à elle, qu’à moi. La sanction était déjà bien lourde à porter et je doutais qu’elle ai réellement besoin d’un reproche supplémentaire. Mes mots avaient dépassé ma pensée.

« Je ne suis pas un lâche. » Finissais-je par continuer sur un ton plus bas, mais empreint d’une grande lassitude, comme si je n’avais eu de cesse de les prononcer sans qu’ils ne trouvent écho ou réponse, les voix se mêlant dans mon esprit et incapable alors d’en discerner les différents protagonistes. « Je ne te ferais pas de mal, je ne te ferais jamais de mal. Je veillerais sur toi et sur Amber. J’vous abandonnerais pas. Alors détache moi… »

Je l'observais avec une intensité certaine, torturé par les sentiments que j'éprouvais et contraint de ne pouvoir les exprimer. Je me maudissais, je maudissais ma posture, et mon impuissance. Le maudissait le monde et l'univers. Sauf elle. Sauf elle...
Equipement Porté :
Capacité : 0/6
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/0

Cache 91/100
Casier du Perchoir
FR-F2 10C 7,62 (15)
Desert Eagle 9C .44 (3)
Couteau de combat (2)
Redhead Toxik Flec. (9)
Masse (14)
Flèches (6)
Viper Batleskin (8)
Talkie Militaire (2)
Lampe dynamo (2)
Grand sac (12)
Gilet tactique (12)
Holster (2)
Pointeur laser (1)
Silencieux MC (1)
7,62 mm (2)

Jena Higgins


Fiche de personnage
Points de RP:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba11180/2000Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (180/2000)
Etat Mental:
Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Debuba1086/100Hello darkness, my old friend - 14/04/35 Videba10  (86/100)
Informations scénaristiques:
Jena Higgins

Ven 18 Oct - 22:58
À la réaction de Kyle, ses reproches et son emportement, je m’étais reculée d’une vive poussée sur mes jambes, creusant notre distance d’un nouveau petit mètre quand bien même je me savais hors de portée de l’homme. Un même réflexe apeuré qui me fit amener ma main vers la crosse de mon arme dans mon dos, sans pour autant s’en emparer. Je déglutis, la respiration courte et haletante, mes azurs braqués sur lui sans ciller ni se détacher du moindre des mouvements qu’il pouvait avoir.

Je n’avais jamais écouté que moi-même ? Je ne comprenais rien à ce qu’il venait de dire, ou ce qu’il voulait sous-entendre par là. Certes, j’avais été une garce, une survivante égoïste et bornée, mais j’étais persuadée de mettre adoucie à son contact. À leurs contacts à tous. Je ravalais ma fierté et ma colère, toutes deux trop écrasées par la trouille qui me tenait les tripes en otage. Puis vint la suite de ses mots, portés par une lassitude, comme un épuisement de l’esprit que je ne saisissais pas. Était-ce là un fatalisme exacerbé ou le si simple et si complexe jugement d’un homme qui se blâmait de tous les maux du monde. Je ne comprenais vraiment rien. Jamais, au grand jamais il ne me serait venu à l’esprit de le traiter de lâche. Pas lui. Pas après qu’il soit venu à mon secours, pas après qu’il ait pressé la détente qui tua Kaitlin et protégea le Perchoir.

Mais ce n’est qu’à la toute fin, quand le prénom d’Amber s’échappa de ses lèvres que je saisissais l’essentiel. Il ne me parlait pas, il ne voyait pas, et s’il m’entendait, il ne m’écoutait pas. Et ce constat me fit l’infâme sentiment d’une morsure froide, glaciale qui m’étreignit le coeur si sauvagement que mon souffle s’en trouva coupé. Les mots comme l’air semblèrent me manquer. A plusieurs reprises j’ouvris la bouche, sans qu’aucun son n’en jaillisse. Pas même le cri douloureux et colérique que j’avais envie de lui balancer à la tronche ; ni les reproches qui l’auraient suivi. Car rien de ce que je ne pouvais dire, faire ou entreprendre n’avait l’air de l’atteindre réellement.

Je prenais pleinement conscience que depuis mon entrée dans ce local où il était retenu captif, j’avais étais seule depuis le départ, à m’inquiéter d’un esprit absent, d’un corps délaissé par la raison. Les secondes passèrent. La colère refit surface, noyée dans la grande tristesse de constater ma propre impuissance à l’atteindre. Mes lèvres tremblaient sous son assaut. Mes yeux s’embuaient de larmes qui débordèrent sans retenue après quelques instants. Je secouais la tête, comme pour chasser les pensées les plus noires, les reproches les plus abjectes qui cognaient à mon crâne. Ce n’était pas sa faute. Je me répétais cette rengaine pour tâcher de garder raison, un semblant de contrôle dont j’avais cruellement besoin. Je ne savais rien de cette Amber, alors je fonçais simplement au plus probable de notre quotidien, de ma légendaire subtilité.

“Amber est morte !” crachai-je d’une voix brisée par les émotions. “Ils… Ils sont tous morts Kyle ! Tout ceux que tu as connus... Tout ceux... que j’ai connus.” Mon ton se faisait plus suppliant, désemparé. “Laisse-les derrière… J’t’en prie… Reste avec moi…” J’avais fini par fondre en larmes silencieuses. Là où j’aurais voulu pouvoir trouver la force de me lever, de l’attraper par le col et le secouer comme un prunier trop mûr jusqu’à lui remettre les idées en place à force d’agitation. Mais je pleurais tout simplement. D’épuisement, de colère, de la peur viscérale de le perdre, de ne pas réussir à le retrouver dans l’inextricable dédale de ses délires insaisissables.

“Je… J’peux pas… J’peux pas te détacher… J’suis pas… J’suis pas capable de trancher les liens qui te retiennent prisonniers,” finis-je par lui avouer d’une voix hachée, de quelques mots bien trop difficilement articulés ; et bien trop difficilement acceptables.
Equipement Porté :
Capacité : 4/6
FN P90 50C 5.56
P.L.-SMA
Couteau papillon
Jumelles V.N.
Talkie-Walkie
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : Gilet pare-balles
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : Holster
Five-seveN 20C 5.56
T.T.
Clés : -
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
-

Cache 0/100
Casier du Perchoir
-
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: