Haut de page
Bas de page



 

La fatale escalade - 14/04/35
 :: Safe Zones :: Le Perchoir :: La vie du Camp

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

James F. Everett


Fiche de personnage
Points de RP:
La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Debuba1183/2000La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Videba10  (83/2000)
Etat Mental:
La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Debuba1091/100La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Videba10  (91/100)
Informations scénaristiques:
James F. Everett

Mar 12 Nov - 23:06
Ainsi debout, devant le bureau, il avait maintenu son regard sur celui de Jena dans l'espoir d'y lire quelque chose qui l'aiderait à l'orienter dans sa manière de l'épauler, faute de savoir comment s'y prendre naturellement car à dire vrai, il n'avait aucune idée de quoi ajouter pour essayer de la rassurer sur le fait qu'elle n'avait plus rien à craindre à présent. Pour cause, il savait pertinemment que ce n'était pas d'une menace à venir qu'elle se souciait, mais de ce qui avait déjà été infligé et c'était une angoisse puissante qui l'étreignait au fait d'imaginer ce qu'elle avait pu subir, elle comme Ivy.

Cela tournait encore et encore dans son esprit et il n'arrivait pas à s'en défaire. Au lieu de cela, le soutien de son regard d'un pâle bleu plus terne que les siens dont le scintillement bleuté était pourtant déjà discret, le fit se sentir à coté de la plaque sur la petite tirade qu'il venait de lui servir, comme s'il avait allongé un tas d'inepties auto-centrées par maladresse là où il avait voulu faire un parallèle plus humain qui se voulait, une fois encore, réconfortant. Aux premiers mots bafouillés de sa réponse qui lui pressèrent le cœur de compassion et de tendresse, ses yeux s'en étirèrent et plissèrent, suspendu qu'il était à ce qui suivrait et c'est blessé qu'il accueilli ceux qui suivirent car il s'y était attendu d'un fatalisme proprement cynique, tel un cliché que l'on voudrait éviter mais qui semblait au contraire inesquivable, celui de l'abus primaire et primate.

James baissa alors le regard à son tour, trouvant le parquet de cette clarté plus mesurée que celle de leurs yeux, en écoutant ce qu'il avait redouté et pourtant, il était loin de se douter de ce qui pouvait être pire encore à venir. A la révélation sur la mort de son époux de la faute de ces monstres, James redressa le regard sur elle, estomaqué et horrifié, indigné, perclus de stupeur tant et si bien qu'il resta figé telle une statue de pierre - ce qui ne saurait que donner raison à Kenzie cette fois.

Il resta frappé à chaque mot et pire encore en retrouvant le croisement de regard de la blonde, toute forme de logique ou de substance de foi cherchant à se déliter tant cela paraissait fou et presque inconcevable, d'une coïncidence tellement cruelle qu'il en vint à se demander si Dieu n'existait pas effectivement, pour les torturer jusqu'à plus de raison. Les assassins de son époux ainsi que de sa fille tel qu'il semblait le comprendre et de son groupe avaient été ses bourreaux cette nuit-là. Comment pouvait-on concevoir tant de cruauté au point que le hasard s'y mêle comme le vice à la haine ?

Le coup de poing de Jena dans sa propre main tonnant faiblement, eu un écho assourdissant, l'esprit du chirurgien sifflant encore de ce qu'elle venait de lui apprendre avec le poids d'une massue qui faisait s'effondrer le Perchoir sur lui. Les propres mains de James aux phalanges crispées étaient presque aussi immobiles que le reste, quelques élans de nerfs instinctifs les mouvant discrètement, il eut quelques instants d'une froideur affligeante dans son regard au bleuté ciselé par les fissures rougeâtres de ses nerfs, avant que ses lèvres ne se décident à s'entrouvrir pour exprimer la seule chose qui lui venait comme un paradoxe à ses pensées dans un âpre murmure :

« Mon dieu... »

Il n'était pas son dieu, non. Il avait essayé de se raccrocher jusqu'au bout, jusqu'à trouver réconfort à cette bible quand il fut coincé dans cet appartement si près des siens car il comprenait que cela n'avait pas pu être une délivrance ni un geste divin que de les retrouver - même pas tous - sains et saufs. Cela avait du être une sorte d'amuse-gueule, une torture d'entrée de jeu de la part d'une force sadique en prémices à ce qui allait advenir, puisqu'il ne pouvait pas décemment, intimement et dans ses tripes concevoir que l'on puisse en aimer de bienveillance certains, pour vouloir tant de mal à d'autres avec une cruauté si vicieuse et démente, ça ne pouvait pas exister même de formes d'existence que l'on pouvait soupçonner supérieures. Non, c'était juste impossible.

Alors, il haussa les sourcils - de désolation sans doute, il n'y avait plus que cela à quoi aspirer dans un tel torrent de folie et il tourna les talons, revenant face au bureau sur lequel il inclina son regard pour trouver les feuilles délaissées qu'il récupéra d'une main chacune, les rassemblant dans un froissement qu'il tintait d'un silence macabre en s'attardant dans cette posture, bien que ses gestes aient cessé.

« Jena je... »

Le point de rupture. Ce moment où le bassin d'affliction était tant rempli, que le verre s'était mis à se fissurer dans un arrêt de tout son, pour libérer le flot des émotions et laisser un état de vide dont seuls quelques tremblements des mains faisait subsister le contenu enfin délité. Jefferson, Calvin, Jordan, toutes ces pertes, tour à tour, toutes ces peines, l'une après l'autre, toutes ces souffrances, se succédant, qui les avaient mené à ce moment où plusieurs coups avaient été portés brutalement : Hope, anéanti, Jena, violée par les bourreaux de ses proches et Ivy aussi, probablement. Kyle, brisé, le peu de monde qui s'effondrait, il ne restait que des ruines. C'était un enfer qui avait pris soin de se dessiner, coup de pinceau après coup de pinceau, ses poils ciselés et tranchants, pour s'imposer à leur regard et en levant ses yeux brillant d'humidité devant lui, James vit s'effacer les murs du Perchoir pour offrir un spectacle de flammes et de cadavres animés qui avait établi un règne fait de limbes sur tout ce qui les entouraient.

C'était là, à leur portée, il ne manquait plus qu'un dernier sceau à déverrouiller pour ouvrir le passage au Diable afin qu'il plonge sur eux et déclenche le brasier éternel, la souffrance à jamais dans un dernier et terrible spectacle d'horreurs. Le gouffre s'était creusé et ils n'étaient qu'à un pas d'y sombrer. Lui, Jena, Elizabeth, le bébé, Kyle, tous... sans exception. Une vision lui était apparue comme celle de la fin. La fin des temps, la fin de toute chose : il avait dans ce moment de silence et de mise en abîme, franchi le point de rupture qui incendiait cette dernière bribe d'espoir que le monde d'antan n'était pas encore perdu. Quelles seraient les conséquences à cela ?

« Je suis tellement désolé... » Avait-il fini par reprendre sur un ton presque aussi mesuré, laissant quasiment croire qu'il s'adressait à quelqu'un d'autre tandis qu'ils étaient seuls dans la pièce. « Jena... désolé, désolé. »

James se passa la langue sur la lèvre inférieure, peinant à gommer les minimes écailles qui s'étaient formées à la surface de sa pulpe, son regard demeurant perdu dans le vague de longs instants avant qu'il ne presse la prise de sa dextre sur la lettre d'Ivy, froissant partiellement ses feuilles en se retournant à nouveau pour retrouver le visage de Jena. Au-delà de sa tristesse, de sa peur, de son indignation et de sa désolation, un profond sentiment d'être perdu avait pris possession de ses propres expressions sur une teinte incroyablement sombre.

« Les choses ne sont pas du tout comme elles devraient être... c'est un monde dur, cruel. Et il n'y a pas de champion. Il n'y a que nous. »

Un souffle suivi le chemin de ses lèvres, suite à ses mots, avant qu'il ne conclu, déportant légèrement les yeux pour trouver l'ouverture de porte à coté duquel Jena se trouvait et vers lequel il se dirigea d'un pas lourd, non celui du poids du monde, mais celui d'un monde qui venait de disparaître.

« Allons à la salle de réunion. Tu dois savoir ce qui vient d'arriver. »



Fin du Jeu.
Equipement Porté :
Capacité : 3/7
FN FNC 30C 5.56
Dague de chasse
Poings américains
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : 5.56
Tête : -
Torse : Harnais
Talkie-Walkie
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Clés : YZF-R1 3/4
N/A : -
Contenants Personnels :
Dos 0/30
Grand sac
-
Cache 59/100
Casier du Perchoir
MP5 30C .40 (6)
Colt 45 7C .45 (2)
Silencieux MA (1)
Extension PC (1)
Bouclier balistique (25)
Remington 4C C12 (12)
Fusil T-0 1C Flec.T. (12)

Samantha


Fiche de personnage
Points de RP:
La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Debuba110/0La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Etat Mental:
La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Debuba100/0La fatale escalade - 14/04/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Samantha
Artiste Designer
Jeu 27 Fév - 13:12
Jeu de Camp Validé


Absence de données.

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: