Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Gale Munroe
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Protagonistes

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
Gale Munroe Debuba110/0Gale Munroe Videba10  (0/0)
Etat Mental:
Gale Munroe Debuba100/0Gale Munroe Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Dim 20 Oct - 23:44

Ressuscitée



Gale Munroe


Date de naissance: Née le 21 Novembre 2001 (33 ans), à Hillsboro, Texas, USA.


Origines : Nationalité américaine.


Métier : Serveuse dans le Bar-Restaurant "Up in Smoke, BBQ", à Hillsboro. Prostituée occasionnelle.


Particularités : Elle dispose de deux tatouages, l'un sur le bas ventre représentant un scorpion, et l'autre encerclant sa cheville droite de fils barbelés...  


Description Physique

Du haut de son mètre soixante-neuf, Gale offre au premier regard, une silhouette plutôt fine et élancée, et ce malgré sa trentaine dépassée. Aucune grossesse n'étant venue martyrisée sa taille de guêpe, elle a toujours prit soin de pratiquer régulièrement des activités sportives comme la piscine et le jogging, ce qui lui a conféré une excellente condition physique. N'ayant plus mit les pieds sur une balance depuis l'avènement de l'ère des zombies, date à laquelle, elle pesait alors dans les cinquante-huit kilos; Nul doute que dans sa survie, les manques et les privations lui ont certainement infligé une chute de poids drastique. Faute de soin, sa chevelure brune autrefois si lisse et soyeuse, a tendance à se plaquer contre ses tempes.

D'un point de vue général, elle ne se caractérise pas comme la reine de l'élégance et du glamour, bien au contraire. Gale offre une beauté plus atypique, à la fois froide et vulgaire. Ce contraste se perçoit nettement dans l'observation du visage de la Texane, qui avec les épreuves, s'est quelque peu creusé, laissant apparaître de-ci de-là, des traits anguleux et des rides lui conférant une froideur malveillante. Une impression générale diluée par la présence d'une bouche pulpeuse et charnue, qui apporte un peu de chaleur sensuelle à un visage au demeurant si froid.

Si le regard est le reflet de l'âme, alors Gale devrait penser à rapidement soigner son Karma! En effet, les yeux clairs de la trentenaire ne dégage aucune forme de douceur, s'imprégnant même parfois d'une sévérité glacée. Le sourcil régulièrement arqué, elle n'hésite pas à afficher toute l'étendue de son mépris envers ceux qui osent la contredire ou même soutenir son regard. C'est une femme de caractère et cela se ressent dans ses rictus et expressions. Dans son rapport avec les hommes, l'attitude générale de Gale Munroe témoigne d'une nature de séductrice, voir même de prédatrice. En allumeuse émérite, elle multiplie les sourires, les œillades aguicheuses, n'hésitant pas à se montrer volontairement tactile avec le sexe fort.

En cela, elle profite ainsi d'un physique plutôt attrayant pour la gente masculine : Longues jambes élancées, courbes voluptueuses, fesses rebondies; à vrai dire dame nature lui a donné bien des arguments dans le jeu de séduction. Toutefois, il faut noter, que c'est bien la chirurgie esthétique qui lui a conféré une poitrine plus volumineuse. Cette tendance n'est que les vestiges d'une ancienne vie de prostituée notoire, que Gale exerçait jadis de manière sporadique afin de pouvoir boucler les fins de mois difficile. Dans cette profession scabreuse, Gale aimait s'imposer physiquement et marquer son territoire qui se limitait autrefois à un simple carré de trottoir. Qu'en est-il maintenant qu'un monde chaotique s'ouvre à elle? Nul doute que ces attitudes et ses artifices physiques ne sont en vérité qu'une carapace, et un leurre pour tromper son monde. Une manière de dissimuler les failles et des faiblesses d'une âme, bien humaine...



Description Psychologique

Les épreuves que Gale a traversé durant sa vie et sa survie, ont façonné un personnage complexe aux multiples facettes, qui ne peut engendrer que de profondes scissions dans les jugements apportés à son encontre. Déterminée à survivre coûte que coûte dans ce monde chaotique, elle fait partie de ceux qui pensent que l'on est jamais mieux servis que par soi-même, et qu'il faut donc savoir se montrer égoïste pour obtenir une chance de surmonter les nombreux obstacles se dressant sur sa route de rescapée de l'horreur; Quitte à passer pour quelqu'un d'antipathique et de profondément égocentrique, elle demeure très lucide sur les chances de survie que lui offre cette ère post-apocalyptique.

Déjà quelque peu paranoïaque avant l'avènement des zombies, elle a tendance à se méfier de tout le monde et à ne pas accorder si facilement sa confiance. En accord parfait avec l'adage qui mentionne que "L'homme est un loup pour l'homme", la jeune femme ne se fait guère d'illusion sur le genre humain. La raison de ce nouveau monde impose que le puissant écrase le faible, et c'est en partie pour cela que Gale cherche à cacher sa véritable nature...

Car derrière les beaux discours et son attitude froide et charismatique, Gale dissimule en vérité une incroyable lâcheté. Le simple fait d'imaginer qu'elle puisse se faire contaminer et devenir une pourriture ambulante la terrifie! Oui, bien plus que la mort, c'est l'idée même d'être dépossédée de son corps et de ses actions qui lui glace le sang. C'est pourquoi, elle se montre extrêmement prudente dans ses choix et ses prises de décision, cherchant toujours à se placer du coté de ceux qui lui garantiront le plus de chance d'échapper à ce funeste destin.

Gale n'est pas dépourvue d'artifices pour tromper son monde : En effet, la ruse et une faculté dans l'art de la manipulation lui permette de s'attirer les faveurs des personnes qu'elle juge les plus aptes à la protéger. L'aspect jadis vénale de sa personnalité, s'est transformé en une logique de survie calculatrice où elle ne cherchera qu'à miser sur le bon cheval, ou plutôt le meilleur groupe. Dans ce but, elle ne reculera devant aucune formes de bassesse même si elle doit mentir, ravaler sa fierté, ou user de ses charmes pour le bien de son intégration.

Gale Munroe est une séductrice de nature égoïste. C'est pourquoi, telle une Don Juan au féminin, elle ne cherche dans son rapport avec les hommes qu'à satisfaire son égo, ou une manière de s'octroyer divers privilèges. Allumeuse dans l'âme, et volontairement aguicheuses avec les hommes, les relations qu'elle entretient avec les autres femmes peuvent parfois s'avérer tendues, voire conflictuelles. Peut-être est-ce que aucun homme n'ait souhaité établir une relation véritablement sérieuse avec elle, qui la pousse à se montrer a la fois si entreprenante et désobligeante;

Mais une chose est certaine, si sa jalousie ou son orgueil blessé peuvent la rendre profondément rancunière à l'encontre des personnes qui lui résistent, elle ne fera rien qui puisse nuire à son intégration. La survie passant avant toutes autres considérations ou sentiments de frustration. Telle une vipère guettant sa proie, Gale sait qu'il faut savoir parfois se montrer extrêmement patiente, et user de moyens détournés pour arriver à ses fins. Car dans ce monde apocalyptique ou la mort est devenue chose familière, il suffit simplement de rester en vie plus longtemps que ses ennemis pour remporter la partie...      



Histoire du Personnage

Naissance…

C’est dans la nuit du 21 Novembre 2001 que les premiers cris de la petite Gale retentirent, signe qu’elle venait de faire son entrée en lice dans le grand bal de la vie. Sur son lit, Karen Munroe, peinait à retrouver son souffle, après un accouchement aussi laborieux que douloureux qui sans césarienne, ni péridurale, lui aurait très certainement coûté la vie. Mais ce calvaire achevé, elle pouvait enfin serrer contre son sein gorgé de lait, sa charmante petite création à la peau encore toute fripée. Peu à peu, la mère prenait conscience qu’elle venait de remporter le plus beau combat de son existence; Véritable instant de magie dans la vie routinière de cette honnête caissière de la grande chaine de distribution Walmart. La famille Munroe ne roulait pas sur l’or, mais il venait de s’offrir pour la seconde fois, un fabuleux trésor, en la personne de la petite Gale. Quand le père, Bill Munroe, débarqua dans la chambre de la maternité de Waco au Texas, ses premières paroles furent de savoir comment allait sa femme ainsi que son « petit gars ».

Désireux d’entretenir le mystère sur le sexe de l’enfant, ce garagiste hors-pair du comté de Hillsboro ne pouvait pas imaginer une autre alternative que celle d’avoir un fils. Après la naissance de leur première fille, Fiona, il lui fallait absolument un futur petit manuel qui puisse reprendre l’affaire familiale, et tremper ses mains dans le cambouis. Et pourtant, c’est bien une petite princesse qui se lovait entre les bras de sa femme. Déjà à fleur de peau depuis que sa précieuse Amérique était la cible des terroristes, Bill réagit en patriote devant mettre son drapeau en berne. Il ne chercha point à dissimuler sa déception et le fait d’avoir à nouveau une « pisseuse » à élever. Mais ce qu’il ignorait encore, et qu’il ne tarderait pas à découvrir très vite : C’est que suite aux complications de l’accouchement, sa femme ne pourrait plus être en mesure de lui offrir ce précieux héritier qui reprendrait le Garage « Munroe’s and Sons ». Devenue stérile, Karen peinait à trouver les mots qui pourraient réconforter son mari. Alors que la naissance de Gale aurait dû être vécue comme un instant de joie, au contraire, elle fragilisa considérablement l’équilibre de la famille Munroe.

Chapitre 1 : Enfance…

C’est dans les quartiers populaires de Hillsboro, que la petite Gale grandit et fit ses premiers pas dans le vaste monde qui s’ouvrait à elle. La petite maison qui jouxtait le Garage « Munroes’s and Sons » n’était pas assez grande pour accueillir les deux petites tornades qui s’abritaient sous son toit. Agée de seulement de deux ans de plus qu’elle, une complicité naturelle s’installa très rapidement avec sa sœur, Fiona. En grande sœur modèle, cette dernière cherchait continuellement à préserver Gale des remarques désobligeantes de leur père. Car depuis sa naissance, Bill Munroe se retranchait dans un état de mauvaise humeur perpétuelle, accusant de tous les maux la pauvre Gale, et n’hésitant point à lui cracher de vils reproches. A vrai dire, le garagiste en voulait à la terre entière, et il ne se passait pas un repas sans qu’il ne se lance dans un monologue paranoïaque à l’encontre des dangers qui planaient sur les Etats-Unis d’Amérique. Les chinois, les terroristes, l’immigration, et la multiplication des sectes, tout y passait avec pour seule conclusion que ce pays sombrait dans le chaos.

Trop jeune pour comprendre toutes l’étendue des problématiques politiques, Gale écoutait d’une oreille distraite les propos enflammés de son père. Cela ne servait pas à grands choses de discourir sur les malheurs du monde, surtout quand cela ne faisait que provoquer une vive colère chez son paternel, qui se retournait invariablement contre elle. La jeune fille chercha donc à se réfugier auprès de sa mère, qui bien que dépressive, lui apportait toujours l’attention nécessaire à son épanouissement. Il faut dire qu’elle subissait également de plein fouet les élans colérique de son mari, qui ne cessait de la rabaisser et de critiquer ses nouvelles orientations religieuses. Pourtant Gale aimait entendre le soir, sa mère lui conter tous les bienfaits de cette nouvelle église qui se réunissaient dans le silence du désert Texan. Elle aimait voir scintiller dans le regard de sa mère, cette douce lueur d’un bonheur retrouvé. Même si cela n’était que pure folie dépensière et utopie dangereuse aux dires de son père ; Gale s’en fichait complètement. Tout ce qui lui importait était le fait de voir sa mère sourire à nouveau. Et cela n’avait pas de prix...

Chapitre 2 : Adolescence…

En grandissant, alors qu’elle n’avait que quatorze ans, Gale vit sa sœur rejoindre en interne une prestigieuse école à Houston. Pour la première fois les deux inséparables sœurettes allaient être séparées. Mais voilà, par le biais de ses excellents résultats, son ainée avait obtenu une bourse scolaire, et le privilège de rejoindre une prestigieuse école qui ne formait soi-disant que les élites de la Nation Américaine. Chose que n’accomplirait probablement jamais la jeune Gale, tant elle avait d’autres occupations beaucoup plus malsaines que sa propre réussite sociale. Si Fiona était devenue le petit ange de la famille, qui réussissait tout ce qu’elle entreprenait ; Gale devenait quant à elle l’extrême contraire. Etait-ce une réaction contre l’indifférence son père ? Pour lancer un appel ? Ou une volonté de s’affirmer ? En tout cas, Gale sortit brutalement de la candeur enfantine, pour se lancer dans une longue série d’actes aussi déviants que perturbants. En effet, la subversive adolescente ne tarda pas à comprendre tous les effets que sa féminité naissante opérait sur les adolescents libidineux de son lycée, et surtout comment se faire des Dollars très rapidement.

Dans l’anonymat des Toilettes pour hommes de l’établissement, elle offrit ses services sexuels à de jeunes adolescents désireux de faire de nouvelles expériences. Malheureusement pour elle, cette petite combine, au combien rentable, fut déjouée au bout de quelques années, le directeur avertissant des parents éberlués par le comportement indigne de leur fille. Gale fut exclue du Lycée de Waco pour mauvaise conduite et dans l’obligation de suivre une autre voie que celle du cursus général. Dans le but de lui racheter son amour propre perdu, son père l’employa un temps au sein de son garage, afin d’ancrer chez elle la fibre du travail et le véritable sens des efforts. Gale plongea alors tête première dans le monde très masculin de la mécanique, et même si elle y apprit quelques rudiments forts utiles en matière de réparation automobile, ce n’était clairement pas sa tasse de thé. Elle ne comprenait pas la nécessité de travailler des heures durant pour obtenir vingt malheureux billets, alors qu’elle pouvait se faire la même somme en une seule fellation. Bref, l’adolescente glissait sur les pentes dangereuses de l’argent facile ; Ses barrières morales s’effondrant les unes après les autres.

Durant cette période, et malgré la vigilance parentale, elle collectionna les aventures d’un soir avec des mauvais garçons, qui ne voyaient en elle qu’une fille facile, apte à écarter rapidement les cuisses. A ce sujet, elle et Fiona se disputèrent de manière extrêmement virulente, Gale n’aimant guère voire sa sœur si parfaite lui faire la morale, et venir mettre le nez dans ses affaires personnelles. Elles finirent par ne plus s’adresser la parole, ce qui n’eut pour résultat que d’isoler davantage l’adolescente rebelle. Alors qu’elle allait sur ses dix-huit ans, Gale ressentit un besoin urgent de voler de ses propres ailes. Sa mère venait de quitter le domicile familial, aspirée dans le sillon d’une secte de prédicateurs de l’apocalypse. L’idée de devoir rester avec un père enfermé dans son mutisme, et dont les seuls instants de complicité échangés se comptaient sur les doigts d’une main, cela l’a terrifiait. Plutôt que de fuguer et d’avoir à faire avec la justice de l’Etat, Gale se décida à trouver un petit appartement et un emploi stable. Justement, une place de serveuse était disponible au bar-restaurant « Up in Smoke, BBQ » de Hillsboro…

Chapitre 3 : Le calme avant la tempête ?

Collectionnant autant les pourboires que les mains aux fesses des routiers de passage, Gale éprouva un certain réconfort dans l’autonomie de cette nouvelle vie. N’ayant point de nouvelles de sa mère, elle ne tarda pas également à couper les ponts avec son père, dont le garage se trouvait pourtant à quelques encablures seulement de son fast-food. Toutefois, sa sœur Fiona gardait le contact, l’appelant en de rares occasions, mais les échanges étaient toujours des plus brefs. Gale ne supportait plus de l’entendre jacasser et se vanter sur ses nombreux voyages, et ses prouesses médicales maintenant qu’elle œuvrait pour un grand laboratoire de recherche. Comme si elle devait se mettre à genoux devant elle, juste parce que « Miss Parfaite » et son équipe de chercheurs avaient mis au point un vaccin contre la Malaria ! Gale ne faisait que réagir en pure Américaine nombriliste qui se fichait complètement de savoir qu’une pandémie venait d’être éradiquée sur un continent aussi obscur que lointain.

Contrairement à sa sœur qui voyait les choses en grand, son petit monde à elle se cantonnait aux frontières du Texas, et à sa petite vie ! Les informations alarmistes, les théories de complots qui défilaient à longueurs de journée à la télévision, cela ne la concernait pas, et elle préférait donc se mettre des ornières plutôt que d’anticiper le pire. Toutefois, son salaire de serveuse n’arriva plus à subvenir à toutes ses folies dépensières ! En effet, Gale succomba notamment aux affres des nouveaux procédés en matière de chirurgie esthétique, se permettant le luxe de s’offrir une poitrine plus volumineuse. Mais si l’opération gonfla son sex-appeal, ce n’était pas le cas de son compte en banque.

Pour combler ses dettes, elle finit par retomber très vite dans ses vieux travers, et faire des avances à la clientèle du Bar-Restaurant. De nombreux routiers solitaires, des maris infidèles ou de simples hommes en manque de sexe attendirent la fin de son service pour s’offrir les services de cette femme dénuée de morale. Par cet intermédiaire, elle fit la rencontre d’un certain Steven Fratzer, un motard dont le casier judiciaire était aussi rempli que sa peau avait de tatouage. Au-delà de son attirance physique, c’est le charisme de l’individu qui poussa Gale à entretenir avec lui une relation plus poussée. L’homme parlait sans détour, et crachait sa haine contre la société actuelle. A ses côtés, elle se sentait en sécurité, et éprouvait une forme d’amour naissant pour cette bête sauvage qu’elle venait d’apprivoiser. Au fur et à mesure que la fascination s’opérait, le voyou lui fit découvrir son monde de violence, en l’initiant notamment au maniement des armes (Armes blanches et de poings).

Pour la première fois de sa vie, Gale avait l’impression d’être réellement actrice de sa vie, plutôt que simple spectatrice. En guise de présent, Steven Fratzer lui offrit ses talents de tatoueurs, en lui dessinant un vil scorpion sur le bas ventre, et une chaine de barbelés autours de la cheville. Gale se sentait l’âme d’une adolescente transie d’amour, tandis qu’elle chevauchait la sublime Harley Davidson aux côtés de son gangster motard. Inéluctablement leur relation déboucha sur des projets bien moins réjouissant qu’une lune de miel à Las Vegas. En effet, Steven lui proposa un étrange marché, celui de servir d’appât sexuel pour détrousser une clientèle plus fortunée. Plutôt que d’œuvrer dans le périmètre de Dallas et de Hillsboro, c’est dans le sud de l’Etat que ces nouveaux « Bonnie & Clyde » accomplirent leur méfaits. Le plan était invariablement le même : Sous une fausse identité, Gale se faisait passer pour une Escort-girl de luxe qui opérait à domicile ; Une fois à l’intérieur des riches villas de ses clients, elle trouvait un prétexte pour se dérober et ouvrir la porte à Steven. Ce dernier usait alors de la violence pour contraindre les victimes prises au piège à révéler où ils planquaient bijoux et fortune.

Il suffisait ensuite de disparaitre comme des ombres, après avoir assommés les propriétaires des lieux. Mais après de nombreuses effractions se révélant toutes fructueuses dans les alentours d’Austin, San Antonio et Houston, le duo diabolique finit par rencontrer son premier véritable accroc. En effet, le 31 mars de l’année 2034, une victime des beaux quartiers de Pasadena, ne se laissa pas faire aussi facilement, se jetant tel un fauve sur l’arme brandit de Steven. Un coup de feu retentit et l’homme s’effondra au sol, touché en plein cœur. Gale mortifiée, retint un hurlement étouffé, alors que le duo venait de commettre son premier homicide. La charismatique motard perdit également de sa superbe, et révéla un aspect beaucoup plus pathétique et lâche de sa personnalité. Ses beaux discours de malfrats aguerri s’effritèrent aussi vite que sa mythomanie : Il n’était au mieux qu’un dealer de seconde zone. Dans la voiture qui les ramenaient à Hillsboro, l’homme pleurnicha qu’il voulait se rendre à la justice, mais ses geignements se heurtèrent bien vite à un mur ; Car Gale n’était pas prête à l’idée de pourrir dans une cellule, et elle obtint la promesse de son partenaire de ne rien révéler. A quoi servirait de se dénoncer, si ce n’est de briser trois destin au lieu d’un ?

La femme ne comprenait pas cette empathie morbide dont faisait preuve son compagnon. Nerveuse et agitée par des pensées paranoïaques, elle alluma la radio, afin d’y desceller une quelconque bribe d’information qui mentionnait leur odieux crime de la matinée. Mais à vrai dire, les autorités du pays avaient d’autres préoccupations plus importantes que l’homicide de Pasadena. Un flash spécial tournait en boucle sur les ondes, mentionnant une attaque d’une sauvagerie extrême perpétrée à Los Angeles. Gale ne comprit pas immédiatement pourquoi elle n’éprouvait aucune forme de réconfort à l’idée de ne pas se savoir sous les feux des projecteurs. Mais il y avait quelque chose de si inhumain et de terrifiant dans l’acte de cette mère dévorant le visage de son propre enfant, que cela ne pouvait laisser présager que le pire. Le monde tel qu’il était connu s’apprêtait à basculer dans une folie destructrice, qui ne laissait entrevoir aucune autre alternative que celle de la fin de l’humanité.

Chapitre 6 : Le Chaos.

Il fallut guère moins d’un mois pour qu’un chaos horrifique ne se déverse sur l’ensemble du territoire américain. Complètement dépassé par l’ampleur de la situation, les autorités multipliaient les aires de quarantaines, alors qu’un mal mystérieux décimait la population. Gale Munroe vivait au rythme des informations alarmistes, et des consignes de sécurité. Sa panique atteignant son paroxysme quand elle découvrit de ses propres yeux les atrocités dont étaient capables de commettre ces non-morts. Animés par une faim vorace, ils ne semblaient animés par aucun autre but que celui de mordre et de dévorer la chair humaine. Les militaires complètement dépassé par la situation avaient beau les tuer, ils en revenaient d’autres encore plus nombreux. Comme bon nombre de ses compatriotes, Gale se calfeutra chez elle, n’osant plus se rendre dans ce monde extérieur qui tournait au carnage. De toute part, des cadavres ambulants poursuivaient des foules paniquées, donnant à la ville d’ordinaire si tranquille de Hillsboro des allures de guerre civile.

Les lignes de téléphone saturées, Gale ne savait comment contacter les siens. Steven, sa sœur, sa mère, voir même son crétin de père, elle aurait tout donné pour avoir en cet instant une autre compagnie que son téléviseur qui ne cessait de lui dévoiler des images toutes plus affreuses les unes que les autres. Mais même la lucarne lumineuse allait l’abandonner à son sort, quand tout à coup elle fut plongée dans l’obscurité la plus totale… Comme une petite fille terrifiée, cherchant à fuir un cauchemar en se cachant sous son lit ; Gale demeura tétanisée dans la noirceur de son appartement, plusieurs mois durant. Ses seules escapades furent pour aller chercher de quoi survivre dans les étages de son immeuble. Avec précaution, elle apprit à se rationner, et échappa plusieurs fois à la mort en tombant sur des zombies qui se retrouvaient piégés dans les appartements. Gale trouve des boites de conserve, de l’eau en bouteille. Une batterie électrique de secours également, sur lequel elle pouvait rebrancher son portable, au cas où quelqu’un daignerait l’appeler. Chose impensable alors que même le 911 ne fonctionnaient plus. Gale sécurisa les entrées de son immeuble, refusant même de laisser entrer d’autres survivants, de peur d’être débordée.

Elle finit par connaitre chaque dédale, chaque recoin de son immeuble, mais jamais, au grand jamais, elle ne réussit à trouver la volonté d’affronter le monde extérieur. Du moins jusqu’à ce que la sonnerie salutaire de son portable ne finisse par l’extirper de sa léthargie. L’appel émanait de sa sœur paniquée, qui lui hurlait littéralement à l’autre bout du fil de quitter Hillsboro sur le champ ! Selon elle, une légion de morts venant de Dallas allait s’abattre sur la petite ville, et de ce fait Gale était en danger de mort. Fiona lui suggéra de rejoindre immédiatement son père et de se rendre dans le nord, là où la densité de zombie était moindre. En effet, la grande sœur tenait l’information de sa mère qui lui indiquait de rejoindre la région de « Cedar Hill » au Texas, non loin de la ville de Lubbock. Gale voulut en savoir davantage, mais les cris aussi soudain que déchirant de Fiona mirent fin à toute tentative d’explication. Les lèvres frémissantes, désemparée, elle saisit alors toute l’étendue du drame qui se nouait à l’autre bout de la ligne : Sa sœur était en train de se faire dévorer vivante, sans qu’elle ne puisse y faire grand choses. Lorsque la communication cessa, mettant fin à ce supplice, Gale s’effondra en larmes… Mais ce drame fut l’électrochoc nécessaire à sa survie, puisqu’il la poussa à s’extirper de son isolement, où elle ne finirait que par dépérir.

Résolument prudente dans son avancée, de peur de tomber sur ces « choses monstrueuses», Gale n’emporta avec elle que le strict nécessaire. Longeant le couloir abandonné de son immeuble, elle nota la présence du Pick-Up de Steven dans l’arrière-cour de son immeuble. Avait-il essayé de la rejoindre ? Où se trouvait-il ? Gale n’eut guère le temps de s’interroger davantage tant l’urgence de la situation imposait un départ précipité. En effet, d’abord lointain, un râle immense commença à ensevelir la douce quiétude de la ville de Hillsboro. Combien étaient-ils des milliers, peut-être même plus ? Une chose était certaine, les rôdeurs allaient investir les lieux et régner en maitres absolu. Bien que plongée dans un état de stress intense, Gale s’engouffra dans le Pick-up, dont la portière était étrangement restée ouverte. Elle rabaissa le pare-soleil et les clefs du véhicule lui tombèrent miraculeusement entre les mains. Steven n’avait jamais fait preuve d’originalité pour dissimuler celles-ci, et cela lui sauvait la vie. La jeune femme démarra en trombe pour s’engager dans la rue principale de la petite ville, direction plein nord, pour se trouver nez-à-nez avec une horde immense. Paniquée, elle s’engagea alors dans une étroite ruelle, percutant plusieurs cadavres qui entravaient sa route. Puis elle quitta enfin la ville condamnée, sans même se retourner. Laissant pour mort derrière elle, son père et Steven…

Chapitre 7 : Le prologue d’une nouvelle vie ?

Gale ne savait dire combien de temps elle roula. Dans son désir de distancer la horde de zombies, elle ne cessait de fixer l’horizon, sans même oser se retourner. Le compteur kilométrique avait beau défiler, et pourtant elle avait toujours la désagréable impression d’être suivie. Elle tenta de reprendre le contrôle de ses émotions, et jeta un premier coup d’œil à son rétroviseur ; Rien ! Aucune horde ne la pourchassait. Un rire nerveux la saisit alors qu’elle comprenait enfin qu’elle venait d’échapper de justesse à la mort. Mais ce rire finit par s’étrangler dans sa gorge, quand elle crût entendre le souffle d’une respiration à l’arrière du véhicule. Il y avait une présence, quelque chose d’indistinct tapis à l’arrière du véhicule. Elle en était certaine ! Elle releva à nouveau les yeux sur le rétroviseur, et c’est alors qu’elle aperçut une silhouette massive émerger de l’obscurité de l’habitacle arrière. Un visage familier, mais affreusement blême la contemplait.

Le regard vide, l’écume aux lèvres, Steven se jeta soudainement sur elle pour la morde à l’épaule droite. Gale poussa un cri horrifié tandis que dans réflexe de survie, elle donna un violent coup de volant pour échapper à son ravisseur cadavérique. Le pick-up fit alors une violente embardée, avant de partir en tonneaux dans un virage. Ballotée dans tous les sens, la tête de la jeune femme finit par heurter violemment la surface intérieure de la portière, la plongeant subitement dans un état d’inconscience. Les ténèbres finirent par s’estomper pour laisser place aux images à la fois floues et incohérentes d’un rêve parmi les plus étranges… Etait-ce à cela que ressemblait la mort ? Gale se retrouvait-elle au moment du jugement dernier ? Une succession de personnages inquiétant se succédèrent en une mystérieuse farandole fantomatique. Un individu masqué tel le fantôme de l’opéra lui conta l’histoire de Sodome et Gomorrhe ; Sans doute une manière de souligner les nombreux péchés qui avaient parsemé son existence. Puis vint une ribambelle de silhouettes monstrueuses, un homme à la voix maladive tenant par la main une jeune fillette. Mais que veulent-ils révéler ? Est-ce une épreuve ? Une voix empreinte de froideur et féminine parla de ramener les hommes sur le sentier de la vérité.

Le fléau serait-il donc la solution infligée aux hommes pour les punir et leur faire comprendre le poids de leurs fautes? Le poids de la vie ? Gale n’eut guère le temps de s’interroger davantage, les formes tourbillonnèrent dans son esprit à une vitesse folle, puis tout à coup les ténèbres se dématérialisèrent. Gale ouvrit lentement les paupières. Le décor environnant lui était totalement étranger. Ou se trouvait-elle ? Peut-être avait-elle été éjectée lors de l’accident, car elle ne se retrouvait plus dans le pick-up, mais allongée à même le sol. Bien que profondément troublée par ce réveil mystérieux, jamais Gale ne s’était sentie aussi bien. Un fol espoir lui redonna du baume au cœur, et ce l’espace d’un instant : Et si tout cela n’était qu’un rêve ? Le fruit de son imagination ! La survivante regarda autours d’elle, et poussa un profond soupir. Non, elle était toujours bel et bien dans ce cauchemar que l’on nommait la vie, ou plutôt devrai-je dire la survie…



Equipement de Départ


- Clé d'une Chevy Spark
- Bidon d'essence
- 1 Ration de Nourriture

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: