Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Andrea Sieger
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Protagonistes

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
Andrea Sieger Debuba110/0Andrea Sieger Videba10  (0/0)
Etat Mental:
Andrea Sieger Debuba100/0Andrea Sieger Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Dim 20 Oct - 23:56

Ressuscitée



Andrea Sieger


Date de naissance:  23 décembre 2004


Origines : Calgary, Alberta, Canada


Métier : Garde Forestière


Particularités : Aucune


Description Physique

Andrea n'a pas un physique plus distingué qu'une autre personne. Sauf pour ses yeux qui sont d'un bleu clair et perçant. Ils laissent rarement les gens indifférents et elle en est un peu fière. Andrea a une longue chevelure épaisse de couleur rousse à l'entretient parfois frustrant. Dans un autre ordre d'idée, elle est de taille moyenne aux proportions équilibrés. De par son travail, qui exige parfois des efforts physiques, la canadienne à développer une bonne santé et un certaine force au niveau des bras et jambes. À travers les ans, son ouïe se développa de façon considérable, repérant tout bruit suspect venant de la forêt.

Ce petit atout est cependant plus difficile à appliquer en ville de par sa pollution sonore. Elle y a aussi appris à se tenir droit et ainsi dégager une certaine prestance à des fins d'autorités. Lors de ce jour fatidique,  la garde forestière portait un chandail col-roulé bleu foncé ainsi que des jeans devenus usés par le temps. Andrea n'a aucun bijoux, tatoo ni autres fioritures de ce genre, n'en étant pas vraiment adepte.



Description Psychologique

Sage et bonne élève Andrea n'est la personne avec qui on aime faire la rumba toute la nuit.  Oh si, elle aime bien sortir de temps en autre, mais reste toujours raisonnable. Elle n'y voit tout simplement aucun intérêt dans l’excès. Discrète, elle s'impose rarement en groupe en dehors de son boulot, surtout si ce groupe est composé d'inconnus.Si les gens lui sont familiers, elle sera plus à l'aise pour prendre un certain leadership ou encore plus enclin partager ses idées et opinions. Cependant, dernière cet aspect presque soumis, se trouve une femme têtue et orgueilleuse.

La canadienne n'aime pas admettre ses torts et ce, même lorsqu'elle le sait que ce soit sur une opinion ou un acte. Par orgueil elle préférera mener ses idées jusqu'à terme. La garde forestière sera toujours présente pour aider son prochain. Si elle n'y connait que très peu de chose en premier soin, elle espère toujours pouvoir aider d'une autre façon. Andrea sera empathique aux émotions et problèmes des personnes qui l'entoure. Elle voudra même s'impliquer dans les problèmes des autres, Andrea cherchera à l'aider par tous les moyens. Malgré cette bonne volonté, ça peut  parfois devenir envahissant et sans son élan de bonté, la femme ne s'en aperçois pas toujours.  

Débrouillarde, la femme n'a pas peur de se salir les mains, au contraire, elle met toute sa concentration et sa persévérance dans ce qu'elle entreprend. L'abandon est rarement une option. Cependant, depuis les derniers événements Andrea a de plus en plus tendance à se méfier des gens. Elle qui d'ordinaire faisait confiance les yeux fermés. De plus, le perpétuel stress la rend tranquillement anxieuse et parfois même agressive.  



Histoire du Personnage

Andrea Sieger, 30 ans, vie tranquille. Elle vécut la plus grande partie de sa vie à Calgary, dans la province de l'Alberta au Canada entourée de sa famille et amis. Enfant sage à l'intellect moyen, elle se découvrit une passion pour la nature, la chasse et l'environnement vers ses quinze ans.

Pendant plusieurs automnes, elle accompagna son père à la chasse, rapportant toujours des prises de plus en plus intéressantes. De la simple pintade au lièvre, du chevreuil à l'orignal et même, par une fois, de l'ours noir. Ainsi, elle apprit l'art du camouflage, comment appâter des animaux et la construction d'abris temporaire. Si l'idée de se salir les mains et de dépecer les animaux ne l'enchantait point dans son adolescence, aujourd'hui Andrea n'en fait plus de cas.

À ses dix-huit ans elle entra à la faculté de l'agriculture, la vie et des sciences environnementales de l'université de l'Alberta et y acquit après trois ans de dur labeur son Baccalauréat. Suite à quoi, elle postula dans plusieurs parcs nationaux afin d'y devenir garde forestière. De ses trois choix éparses à travers le Canada, le Parc national du Canada de Banff répondit par la positive à sa demande, soucieux d'engager des gens de la région. Seule condition: apprendre les bases du français à des fins touristiques. Ce qu'Andrea fit avec grand intérêt en participant à un programme d'immersion dans une famille d’accueil d'un mois à Québec.

Concrètement, son boulot était de veiller à la protection de la faune et la flore, des braconniers, des voleurs de bois, ou encore de ceux qui font la cueillette d'espèce de plante protégé ou menacé. Travaillant de jour comme de nuit, son travail lui permettait de se déplacer à cheval ou en 4x4. Parfois, on lui demandait de guider des groupes scolaires ou touristiques, donnant des informations sur leur environnement. Afin de faire bonne figure, Andrea acceptait. Elle méprisait tous ces jeunes sans éducation sociale jeter leurs déchets ou encore ceux qui croyaient tout savoir alors que c'est la première fois qu'ils y mettaient les pieds.

Au fil des ans, on lui apprit la base de la mécanique automobile. Changement d'huile, vérification de la pression des pneus, changement de pneu en cas de crevaison, vérification du niveau d'huile, changement de lumière, booster un moteur, etc. C'était surtout sur une base préventive au cas où il arriverait un petit pépin pendant la patrouille, même si ces cas étaient rare. Cependant, elle se surprit à aimer ça.

C'était en fin mai -ou était-ce plutôt début juin ?- que la garde forestière rencontra dans ce resto-bar de Calgary, le Craft Beer Market, cet homme, Clarrance. C'était une soirée très animée suite à la finale de la coupe Stanley et Andrea s'y trouvait en compagnie d'amis et collègues. Ils s'y rencontraient de temps à autres afin de passer du bon temps et de décompresser. Il était aussi agréable de se rencontrer en dehors du travail. Elle était au bar en train de se commander une nouvelle mousse lorsqu'il l'approcha. Faut-il croire qu'il ne s'y était pas mal prit ce soir-là car, curieuse, elle se laissa faire et peu de temps après, Clarrance vint tendrement la rejoindre dans sa ville natale. Ils avaient tout de suite emménagés conjointement et filaient le parfait amour.

Voilà maintenant près de trois ans qu'ils étaient ensemble aujourd'hui, toujours sous le charme de l'un de l'autre. Suite à une visite de quelques jours au Texas auprès de Marc, le frère de son conjoint, ils avaient décidé de repartir chercher l'oncle de ce dernier.
C'est sur la route pour se rendre à Pearcy, sur l'Interstate 30 peu après Greenville, que tout se complique. Trafic interminable, personnes agressives, les radios continuent de parler d'un étrange mal qui s'empare rapidement du pays. Ordinairement, Andrea n'était pas du genre à s'inquiéter pour si peu.  Ce n'était pas la première fois qu'il y avait des épidémies dans le monde et l'Homme avait toujours réussit à s'en sortir. Cette fois-ci cependant, l'épidémie avait l'étrange tendance à rendre les gens excessivement violents. Leur avancée fut stoppée par une fusillade qui rendit inutilisable leur voiture et ils poursuivirent leur route avec un groupe. À plusieurs moments elle tenta de joindre sa famille au Canada mais le signal était inexistant.

Ils marchèrent longtemps avec le groupe. Très longtemps. La garde forestière avait déjà perdu la notion du temps au moment où ils furent interpellés par des militaires et se réfugièrent dans un camp à hauteur de New Boston. Le repos fut bref, car rapidement des infectés se manifestèrent. Les jours passèrent, de plus en plus catastrophiques et vint celui où tout fut mis à feu et à sang. Entre bandits, illuminés, infectés et autres malades, plus personne ne savait où se donner de la tête. Certains s'enfuirent, d'autre restèrent. Le couple fit ce premier choix. Andrea sentait son sang-froid la quitter peu à peu jusqu'à ce qu'une anxiété quasi-permanente s'incruste en elle.

Ils se sont alors joints à un autre groupe de réfugiés douteux et, les semaines, douloureuses, passant, un jour, quelques minutes suffirent après avoir ingéré une soupe pour qu'Andrea se sente défaillir. Les premiers maux se manifestèrent par des douleurs à l'estomac. Rien de bien inquiétant, peut-être qu'un aliment avait mal passé et que l'organe prenait un peu de temps à s'en remettre. Cependant, ce mal, qui n'était pas très dérangeant au commencement ne disparaissait pas et au contraire, il empirait alors que les jours avançaient. Puis, des douleurs musculaires et articulaires se firent ressentir. Cependant, il commençait à être difficile de cacher la douleur qui ne disparaissait jamais. Qu'est-ce qui se passait ? Probablement une grosse grippe. Oui, ça devait être ça ! Confiante que ce n'était rien de plus grave, elle poursuivit ses activités. Ce fut au cinquième jour qu'une forte fièvre s'empara de la canadienne, l'empêchant de se lever. Graduellement, dans les deux jours qui suivirent, ses poumons et sa gorge lui firent de plus en plus mal, comme s'ils étaient maintenant faits de braise. Malgré son orgueil, Andrea ne cachait plus ses maux depuis un bon moment et ne s'empêcha pas de pleurer tant la douleur et la peur était saisissante. La nuit vint et la garde forestière s'endormie. Mais elle ne s'éveilla pas le jour suivant.

Ce ne sont pas les questionnements qui manquent. Des questionnements sur cette étrange infection, sur l'avenir de ce monde, le sien. Et d'autres questionnements plus personnels, concernant surtout sa famille, ses amis, et son partenaire de vie. Qu'allait lui réserver l'avenir ? Pour Andrea, il était évident que l'avenir préparait sa mort d'ici quelques heures maximum. Mais qu'en était-il réellement ?



Equipement de Départ


- Ration de nourriture
- Beretta M-21 (Bobcat)
- Clé d'une Moto Trial Sherco 2.9

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: