Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Cassandra Johnson
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Protagonistes

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
Cassandra Johnson Debuba110/0Cassandra Johnson Videba10  (0/0)
Etat Mental:
Cassandra Johnson Debuba100/0Cassandra Johnson Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Mer 30 Oct - 23:48
 

Ressuscitée



Cassandra Johnson


Date de naissance: 7 Mai 2003 - 32 ans-


Origines : Américaine


Métier : Ex-Scientifique de terrain pour le CDC ayant démissionné pour un labo privé un an avant l'épidémie.


Particularités : Aucune de notable


Description Physique

Me décrire physiquement ? Très bien, faisons le alors mais je suis sûre que vous seriez plus objectifs que moi. Je suis blonde aux cheveux mi-longs avec une coupe pratique pour qu'ils ne me dérangent pas, bien que je peux les attacher si le besoin se fait sentir. Mes yeux sont bleus, bleu azur, bleu ciel, n'importe quel terme convient, enfin des fois ils virent au gris, comme beaucoup de personnes aux yeux bleus. Gris par mauvais temps, allant jusqu'au bleu clair les jours de grand soleil. Je me trouve un peu trop grande par rapport aux autres femmes, la dernière fois que l'on m'a toisé, je faisais 1m72. Oui bien sûr qu'il y a pire que moi mais j'ai gardé un certain complexe, vis à vis de ma taille, provenant de mon enfance, ce qui fait aussi que vous n'auriez jamais pu me voir porter de talons hauts. Heureusement pour moi, c'est le seul complexe physique que j'ai, il faut dire que je suis plutôt agréable à regarder, bien proportionnée et par extension fine et élancée. Le métier que j'ai exercé pendant tant d'années n'y est pas étranger non plus.

Mes goûts vestimentaires ? Je ne suis pas sûre que cela entre en compte pour mon physique, bien que cela se discute au final. Après tout ne dit-on pas, que ce que l'on porte reflète au moins en partie ce que l'on est via la manière dont on s'habille. Me vêtir a toujours été facile, privilégiant les tenues confortables et pratiques quand j'évoluais sur le terrain que cela soit aux États-unis ou à l'étranger, un pantalon cargo et un tee-shirt font l'affaire. Et quand le bureau me ramenait, à lui porter un tailleur ne me dérangeait pas ou encore une robe si j'étais invité à une soirée officielle.



Description Psychologique

Extrait du rapport psychologique de Mlle Johnson. Établi par le Docteur Parker :

Mlle Johnson née le 7 Mai 2003
Matricule n° 456123
Évaluation demandée par et pour le directeur du CDC en vue d'une promotion interne.
5 ans d'ancienneté.

- Antécédents psychologiques et psychiatriques :
Aucun antécédent psychiatrique de reporté. Mlle Johnson est une personne calme et posée qui démontre une grande ouverture d'esprit et une facilité certaine à aller vers les autres. Elle a une excellente capacité d'analyse et de réflexion sur son environnement mais également pour une auto-analyse. Son auto-évaluation est juste [...]elle se décrit elle même comme une personne altruiste, ayant à coeur d'aider les autres [...]Je nuancerais par le fait qu'elle prend sans doute trop à coeur les choses et un peu trop au pied de la lettre, je détecte qu'elle a choisi cette voie après un événement marquant dans son enfance bien qu'elle ne soit pas en mesure de le certifier et donc de le décrire. [...] Apte au service actif sur le terrain.

- État mental actuel/observations comportementales :
Mlle Johnson revient d'une mission de six mois sur le terrain et démontre une certaine nervosité. Les tests effectués, mettent en avant un léger SSPT se symbolisant par de légers sursauts à l'écoute de certains sons. Ce qui se comprend facilement avec l'épidémie à laquelle elle a été confrontée [...] Elle reste néanmoins calme, posée et aimable. Sa franchise reste la même et elle n'a marqué aucune hésitation pour répondre à mes questions [...] Son auto-évaluation s'est dégradée pour elle tout va pour le mieux.

- Conclusions :
Je recommande un suivi psychologique a raison d'une séance hebdomadaire pour commencer. Je déconseille fortement une montée en grade, Mlle Johnson est inapte actuellement à supporter le poids des responsabilités de Chef d'équipe.



Histoire du Personnage

Cassandra est née le 7 Mai 2003 dans le Nebraska, de parents américains de pure souche et ayant tous les deux bien voyagé dans le passé avant de se rencontrer. Lui étant un brillant chirurgien cardiaque et elle neurochirurgienne, ils ont mit de longues années avant de pouvoir se poser à un endroit fixe, ce qui ne les a jamais empêchés d'être appelés aux quatre coins du pays pour des opérations risquées. Et si ses parents s'aimaient, ils ont mit du temps pour la concevoir non par impuissance ou infertilité mais parce qu'ils étaient très prit par leur travail respectif même après leur mariage. Sa mère avait déjà trente-huit ans lorsqu'elle a accouché et son père quarante-deux ans. Avec un âge déjà avancé, la grossesse ne fut pas des plus facile et des plus reposantes, sa mère ne l'aurait jamais avoué mais par moment elle maudissait cet enfant à venir et pourtant Cassandra était plus que désirée. Tout ces éléments réunis, il devient inutile de préciser qu'elle est fille unique, hormis le côté physiologique qui aurait peut-être amené à de grosses complications dont l'issue pouvait être fatale pour sa mère, il y avait aussi le côté psychologique. Cela serait quand même mentir que de dire qu'ils n'ont pas envisagé de prendre ce risque puis de songer à avoir recours à une mère porteuse ou encore à l'adoption. Mais rien ne vint finalement.

À l'âge de six mois Cassandra a été confié à une nourrice à plein temps. Mais n'allez pas voir par là qu'elle a été trimbalée d'une maison à une autre, déposée quelque part le matin et reprise le soir. Non, la situation financière de ses parents leur avait permis d'avoir une belle propriété particulière en bordure de ville ainsi que des employés, une cuisinière, une femme de ménage, un jardinier, un chauffeur et un maître d’hôtel pour contrôler le tout. C'est donc tout naturellement qu'ils embauchèrent à plein temps une nourrice pour leur fille, vous savez le cliché même de la nourrice, une femme d'âge mur ayant travaillé pour de grandes familles à droite et à gauche et d'origine anglaise. En effet même si Cassandra était leur petite princesse, ils ne pouvaient pas et ne voulaient pas s'occuper d'elle à chaque instant de la journée, ils voulaient conserver leur train de vie mais aussi parce qu'on ne refait pas comme ça des accros du boulot. C'est de cette manière que Cassandra aura grandi.

Elle n'a jamais été malheureuse, peut-être en manque affectif de ses parents, elle pouvait passer plusieurs jours sans voir un seul d'entre eux mais elle a été choyée par le personnel de maison. Choyée oui mais pas pourrie gâtée non plus, en manque de ses parents mais pas non plus abandonnée, elle les voyait et ils s'occupaient d'elle à leur manière. Malgré la fortune familiale, Cassandra a été bien éduquée, bonjour monsieur, bonjour madame, merci, s'il vous plait, au revoir, la politesse certes basique et normale mais qui est assez rare dans le milieu des gens fortunés. Fait encore plus exceptionnel, quand Cassandra voulait quelque chose elle devait le mériter, rien ne lui était acquis d'avance et bien sûr les employés de maison avait l'interdiction formelle de céder à un seul caprice de la petite fille blonde.

Ce qui n'empêcha pas Cassandra de faire de menues bêtises, de rire, de pleurer, de jouer et tout ce qu'une petite fille normale pouvait faire. Avec en bonus, le fait de déjouer la surveillance de sa nourrice le soir pour guetter le retour d'un ou de ses deux parents au lieu de dormir comme elle le devait. Chose qui lui valait immanquablement les remontrances de sa mère et de son père sauf lorsqu'il revenait seul à la demeure, là et malgré la fatigue qu'il pouvait ressentir, il prenait le temps de la câliner, de la prendre dans ses bras pour d'abord l'emmener grignoter un cookie accompagné d'un verre de lait avant de l'emporter dans sa chambre. La recouchant avant de lui lire une histoire. Sa mère était finalement plus stricte et elle avait du mal à montrer son amour à sa fille, ce qui ne l'empêcha pas d'être là à chaque étape importante de la vie de Cassandra, les anniversaires, les spectacles de l'école, les compétitions sportives, les remises de diplômes, le bal de fin d'année.

Arrivée en âge d'être scolarisée, là encore le choix de ses parents a été surprenant, au lieu d'établissements privés, huppés et coûtant excessivement cher, Cassandra a été dans des écoles publiques et donc « normales ». Ce qui ne risquait pas de la déranger puisqu'elle ne connaissait pas vraiment le luxe et les choses exubérantes. Pour les activités sportives ou créatives, elle a eu le choix total dans ce qu'elle voulait, quoi qu'elle choisisse ses parents trouvaient cela bien et partaient du principe que chaque sport est stimulant en soit et apporte quelque chose de positif. Ce n'est qu'arrivée à l'adolescence qu'elle comprendra chaque choix de ses parents, lorsque son père, après une crise de rébellion, lui expliqua qu'aussi bien lui que sa mère venaient de milieux simples et qu'ils tenaient à ce que leur fille unique ait des valeurs, qu'elle comprenne que l'on a rien sans rien et que plus tard elle les remerciera de cela. Explication qu'elle accepta sans en être totalement convaincue.

Très bonne élève, Cassandra n'eut aucun mal à suivre son cursus scolaire, travailleuse elle ne ramenait que des bonnes notes. Gentille et ouverte sur les autres elle put se faire plusieurs amies, ce qui a été l'élément déclencheur pour ce qui deviendra sa carrière. Lors de sa seconde année de primaire, il y eut un accident à la cantine, entraînant une sévère intoxication alimentaire et un de ses camarades plus fragile que les autres décéda. Marquée par cet événement bien plus que les autres et de manière inconsciente, il déclencha en elle l'envie que cela n'arrive plus jamais à personne. À mesure qu'elle grandissait, elle commença à s'intéresser de plus près au métier de ses parents, espionnant leurs conversations professionnelles ou privées lorsqu'ils parlaient entre eux de leur journée de boulot ou des cas lus dans des revues médicales.

Revues dans lesquelles elle fini par mettre le nez puis elle s'intéressa aux informations mondiales, prenant conscience du monde et des maladies l'entourant. Arrivée en dernière année de lycée, elle était sûre et certaine de vouloir aller à l'université pour étudier les sciences. En parallèle et comme elle était sociable et plutôt jolie, sa vie sociale était au beau fixe, obtenant facilement le droit de sortir les après-midi avec ses copines, shopping, ciné ou tout simplement manger une glace entre copines. Puis elle obtint le droit de sortir le soir, une fois puis deux par semaine mais uniquement le week-end ou si elle n'avait pas cours le lendemain. Des copines arriva le premier flirt qui eut le droit comme les suivants d'ailleurs à une inspection en règle par son père qui voyait les hommes, tournant autour de sa fille, d'un mauvais œil.

Arrivée au moment du choix de l'université et grâce ses bulletins scolaire irréprochables, Cassandra n'a eu que l'embarras du choix, Harvard, Yale, Princeton mais elle porta sa pleine attention à l'université d'Oxford. Une des plus prestigieuses université au monde et dotée de laboratoires sans pareil. Malgré ses notes et son comportement, Cassandra a du à plusieurs reprises envoyer des lettres, aller à des entretiens privés pour y être acceptée. Heureusement son choix fût plus que largement approuvé par ses parents et ils lui payèrent sans difficultés les aller-retour USA-Angleterre puis ensuite les frais d'entrée et tout ce qu'il était nécessaire que leur fille ait pour ses études supérieures.

Oui ils étaient plus que fiers d'elle même s'ils ne l'ont que peu montré. Ce qui en dehors de la réputation mondiale d'Oxford a été un moyen pour elle de s'éloigner de ses parents et de découvrir la vie par elle même, loin de son pays d'origine. Ayant des facilités pour les études, Cassandra a malgré tout eu du mal à suivre le rythme d'Oxford, passant d'élève brillante, première de la classe à élève bonne dans ce qu'elle fait, aux notes correctes. Réussissant à passer de classe en classe, elle a du redoubler d'efforts pour tenir le coup, ce qui l'a mise assez loin de toute vie sociale. Elle avait quelques amies mais n'a jamais pu entrer dans une sororité comme elle l'aurait voulu, elle a aussi eu un flirt passager qu'elle a du cesser, faute de temps libre devant elle.

Diplômée d'Oxford, les portes de nombreux laboratoires s'ouvrirent à elle, ainsi elle ne peina pas à trouver du travail en tant que scientifique. Mais forgée et frustrée par ses longues et dures années d'études ou elle ne parvint pas à sortir major de sa promotion, elle devint envieuse, en voulant plus, toujours plus. Obnubilée par son travail, elle voulait toujours mieux faire et elle voulait grimper plus haut, faire quelque chose qui compte de sa vie. Elle ne resta pas très longtemps dans ce laboratoire, se tournant très vite vers l'agence gouvernementale qui devait lui apporter ce qu'elle voulait, elle démarcha et se fit engager par le CDC qui avait toujours besoin de bons scientifiques dévoués à leur métier. De petit rat de laboratoire, elle réussi à intégrer une équipe de scientifiques travaillant uniquement sur le terrain.

Sa vie prit alors un nouveau tournant découvrant l'envers du décor a être scientifique de terrain, prenant de plein fouet les conséquences des épidémies. Et on peut dire que voir en direct live, les horreurs de ce monde, ce qu'endurait certains être humains, l'ébranlèrent profondément, petit à petit. Elle en vint à pleurer régulièrement le soir quand elle était seule, un moyen comme un autre de libérer la pression avant de retourner au boulot le lendemain. Et pourtant elle s'accrocha, ayant encore plus envie qu'avant d'aider son prochain en réussissant à gérer les crises ou en trouvant des remèdes efficaces.

Affectée, elle et son équipe aussi bien aux USA qu'à l'étranger, pour des missions allant d'une semaine à plusieurs mois, personne ne pouvant prédire d'avance comment les choses se passeront une fois sur place. Cassandra arriva à prendre un peu plus d'importance au sein du CDC et cinq ans plus tard, une promotion bien plus importante s'offrit à elle qui lui passa sous le nez suite au rapport d'évaluation psychologique demandé par le directeur. Elle se sentit de nouveau frustrée et aussi coupée en plein élan, pour elle tout allait bien, elle se voilait la face. N'ouvrant les yeux qu'à mesure des séances, de suivi psychologique, qui lui avaient été imposées, à vrai dire il lui fallu une année de psychanalyse pour ouvrir les yeux et comprendre qu'elle était tombée dans une spirale infernale, qu'elle allait gâcher sa vie à continuer ainsi.

Elle devait absolument changer de cap en même temps qu'elle changeait de décennie, 30 ans, une étape clé dans une vie. Oh bien sûr elle n'était pas guérie de ce qu'elle avait vu et vécu et elle avait encore l'impression que les morts revenaient la hanter. Mais elle avait compris que cela finirait mal pour elle et elle s'était aussi rendu compte qu'elle risquait fort de reproduire le schéma comportemental de ses parents. Ses trente ans qui furent aussi l'année ou elle perdit son père alors âgé de soixante-douze ans d'une crise cardiaque aussi brutale que soudaine.

Vous la voyez l'ironie de la vie ? Un brillant chirurgien cardiaque réputé dans tout le pays et même au delà qui meure ainsi. Cassandra démissionna du CDC du jour au lendemain. Et si elle avait en tête de refaire sa vie autrement, trouver un travail plus calme, trouver un homme à aimer et pourquoi pas avoir des enfants, elle était aussi consciente qu'elle avait encore besoin d'une thérapie psychologique. Après avoir trouvé un psychologue privé, il lui fallu encore six mois de séances avant de passer à l'étape suivant sa démission. Ne sachant pas faire autre chose au quotidien, Cassandra trouva un nouveau travail de scientifique dans un laboratoire privé ou cette fois elle n'aurait à faire qu'avec des cellules souches, des éprouvettes et compagnie. Et comme simplement trouver un travail ne lui suffisait pas, elle choisi un job loin de son Nebraska natal et elle a atterrit au Texas, un état qu'elle ne connaissait pas du tout à vrai dire et Austin pas plus que cela non plus.

Passé la nouvelle année et son installation à Austin, Cassandra commença son nouveau travail, peinant à s'acclimater à ce changement bien que quelque part elle sentait que ce calme loin du terrain ne pouvait que lui être bénéfique. Elle n'aura pas profité de ce calme bien longtemps, fin mars des nouvelles alarmantes circulent en provenance de Los Angeles et si elle ne regardait plus vraiment les informations, elle n'aura pas pu échapper aux conversations de ses nouveaux collègues et à certains termes utilisés : « épidémie », « virus inconnu », le mot « zombie » fut même employé par l'un d'eux. Et si au départ, elle pensait à une blague, elle a vite déchanté quand de nouveaux cas se présentèrent en avril à travers plusieurs grandes villes. Ses vieux démons la titillèrent de plus en plus et ce jusqu'à fin avril et bien qu'elle ne soit pas vraiment en état de faire face à quelque chose qui dépassait tout le monde, elle copia ses collègues et se rapprocha des autorités pour pouvoir aider dans la mesure du possible. Le gouvernement via le CDC refusa clairement son aide malgré qu'elle sorte de chez eux, ce qui ne l'empêcha pas de poursuivre sur sa lancée.

Finissant par proposer son aide à un des hôpitaux d'Austin où malgré ses diplômes et ses capacités, elle fut cantonnée au simple rôle d'infirmière, il n'y avait plus le temps pour faire des recherches et compagnie. L'hôpital se retrouva rapidement débordé, en quelques jours à vrai dire, il y avait autant de chaos au sein de l'établissement que dans toute la ville. Il n'y eut bientôt plus de rôles vraiment définis, médecins, chirurgiens, infirmières, tous logés à la même enseigne : essayer de sauver des vies coûte que coûte. C'est mi-mai 2034 que tout bascula pour Cassandra, un nouveau patient arriva et il ne fut pas sauvé, décédant sur la table sur laquelle il avait été déposé. Alors que Cassandra venait d'embarquer le corps sur un chariot roulant et l'ôter de la vue de tous et au détour d'un couloir, l'homme revint d'entre les morts pour se jeter sur elle la mordant et la griffant avant de se ruer sur quelqu'un d'autre non sans lui avoir arraché un morceau de chair de l'avant-bras. S'ensuivit une lente agonie pour elle...



Equipement de Départ


- Kit de secours basique
- Boost d'Adrénaline
- Sac de course

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: