Haut de page
Bas de page



 

Post-Apocalypse : le Monde Animal
 :: The Game :: Le Livre de Jeu :: Contexte de l'Univers

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
Post-Apocalypse : le Monde Animal Debuba110/0Post-Apocalypse : le Monde Animal Videba10  (0/0)
Etat Mental:
Post-Apocalypse : le Monde Animal Debuba100/0Post-Apocalypse : le Monde Animal Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Lun 10 Fév - 21:59


L'apocalypse, la crainte multi-millénaire de l'humanité d'un chaos si destructeur qu'il mettrait fin à l'espèce humaine et ferait disparaître toute trace de son existence. Puisque cette menace de fin du monde inévitable s'avérait capable de prendre des formes tant différentes qu'elle était devenue une bien lourde épée de Damoclès dont le coup serait soudain, quelles que soient les tentatives pour l'homme de s'y préparer, le monde animal lui en revanche n'avait eu aucunement conscience, ni intérêt, pour ces spéculations. Car il vivait déjà une tyrannie cruelle et exterminatrice face au plus grand des maux qu'il n'eut et ne pouvait jamais connaître : l'homme lui-même.

Parasite, conquérant, sadique et tout puissant, l'homme dans son évolution spectaculaire a dévoré toutes les autres espèces à travers sa quête de contrôle absolu d'un monde qui serait remodelé à son image. Dans cette situation désespérante et désespérée, d'innombrables espèces furent anéanties à jamais au cours des milliers d'années d'expansion de l'être supérieur et continuaient d'être exterminées. Ainsi l'apocalypse instaura une vérité à double-tranchant : d'une part, le monde animal gagnait quelques avantages et une chance de survivre supérieure à l'homme, et d'autre part il devait s'adapter à la nouvelle menace dominante que représentaient les non-morts.

Les États-Unis abritaient à l'origine un certain nombre d'espèces et le Texas possédait sa propre faune et flore subsistant en dépit de l'ère technologique. Aujourd'hui, avec la fin du monde humain en cours, les codes et les habitudes de vie des différents animaux eurent besoin de changements radicaux, si bien qu'il n'est pas impossible de trouver une famille de lions issus d'un cirque en arrêt définitif cherchant un refuge en pleine ville abandonnée, ou de contempler un troupeau de biches traverser cette même ville dans la tentative paniquée d'échapper aux quantités de prédateurs dont le nombre a crû en même temps que les mangeurs de chair. Au sein des forêts, des plaines et des autres lieux naturels, on peut tout de même constater que le mode de vie animal persiste, qu'il soit adapté au 21ème siècle ou qu'il ait retrouvé des codes de vie du millénaire dernier.

Globalement, les animaux subsistent dans une survie continue, au même titre que l'humanité, mais détiennent l'avantage de vivre cette situation depuis toujours alors que l'homme s'est conforté dans une vie agencée par la société, où ses instincts ont été bridés. Plus qu'une connaissance accrue de la survie qui équilibre les forces, les espèces animales détiennent des instincts plus acérés que l'homme. Grâce à cela, tous les animaux ressentent la menace des zombies et leur toxicité bien mieux que l'homme, y réagissant plus vite et plus efficacement puisqu'ils peuvent sentir le danger sans avoir besoin de le voir. Par ailleurs, les carnivores sont en mesure d'éviter la nourriture contaminée par leur odorat et leurs instincts là où l'homme peut être trompé.

Plus que cela et pour des raisons qui échappent totalement aux survivants, les animaux s'ils sont infectés, par morsure ou griffure, ne se transforment pas : ils peuvent normalement mourir de leurs blessures si elles sont graves, s'infectent classiquement ou si elles les handicapent et les empêchent d'assurer leur survie. Néanmoins ils ne contractent aucun symptôme lié à la contamination, n'en meurent pas et ne reviennent pas à la vie sous forme de goules s'ils devaient mourir. Bien sûr, si un rôdeur parvenait au contact d'une bête pour être capable de la griffer ou la mordre, cela signifierait que la bête a été piégée ou interceptée et ses chances de survie n'en seraient que trop faibles.

De ce fait, les animaux sauvages évitent toujours l'affrontement avec les non-morts et préfèrent la fuite, mais s'ils devaient être piégés, les espèces détenant la faculté de se défendre, comme les loups, les ours ou les félins en général peuvent mettre en pièces un rôdeur ou se dégager de quelques agresseurs dans le meilleur des cas. Cependant même un lion croulerait sous le nombre.

En conclusion, les animaux sauvages peuvent être impliqués au cours des différents jeux, que ce soit dans un environnement naturel et mettant en avant leurs méthodes de vie habituelles ou dans un environnement urbain (de façon moins répandue tout de même et avec certaines limites de cohérence), illustrant là des facultés de survie inattendues et pourtant logiques dans un monde aussi bien défiguré qu'à l'abandon.
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: