Haut de page
Bas de page



 

L'histoire se répète - 24/03/35
 :: Outside :: Lieux abandonnés :: Ferme Wallace

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Jordan Getz


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba1110/2000L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (10/2000)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba1075/100L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (75/100)
Informations scénaristiques:
Jordan Getz

Mer 8 Avr - 17:44
Le jeune homme hocha légèrement la tête au conseil d’Ana, ce conseil, c’était un déclic dans son esprit. Peut-être qu’il jugeait les gens rapidement, bien trop rapidement. Qu’est-ce que cela signifiait au fond ? Qu’il avait mal jugé quelqu’un ? Peut-être. Il n’avait jamais été réellement objectif, réagissant bien souvent au quart de tour, ce n’était que maintenant, cloué au lit qu’il s’en rendait compte. Si avant la déchéance de ce monde le fait d’être une vraie tête brûlée était quelque chose de positif dans sa vie, aujourd’hui, c’était différent. Ce qu’il s’était passé avec Matthew en était l’exemple même, il l’avait sauvé et Jordan lui avait craché à la gueule. Il soupira légèrement avant de répondre à Ana.

« Oui, tu as raison, il faut peut-être que je prenne plus de recul… Matthew m’avait demandé ce qu’il s’était passé avec Melody et Nelson, mais en toute franchise, j’en ai aucune idée, je ne sais pas du tout ce qu’il s’est passé, mais j’éviterai de parler d’elle, promis. »

Il avait terminé sa tirade par un léger sourire alors qu’il semblait se perdre dans ses pensées. Il n’avait aucune idée de l’accroche qu’il y avait pu avoir au campement, mais connaissant le caractère de Melody, tout était possible. Mais la connaissait-il vraiment bien ? Elle était partie chercher de l’aide quand il était resté sur le carreau, elle aurait pu tout simplement ne jamais revenir si elle n’avait pas eu l’intention de le sauver. Matthew en avait trop dit, ou pas assez, et ça rongeait le jeune homme de l’intérieur. Si jamais il aurait dû se demander pourquoi avait-il été abandonné, cette réflexion était tout bonnement remplacée par la question de qui l’avait abandonné.

Il n’en savait pas assez, en fait, il ne savait rien. Il ne savait même pas pourquoi ils avaient eu un accident. Si c’était les deux personnes qui étaient passées à proximité de son corps quand il était à terre, Matthew en aurait forcément fait référence. Il aurait su pourquoi ils avaient eu un accident, à moins que les morts n’en soient responsables. Mais dans ce cas, toujours la même question revenait, pourquoi Matthew n’en aurait pas parlé ? Trop de questions fusaient dans son esprit. Trop de questions sans réponses, trop de réponses dont il avait besoin pour avancer.

Puis Ana reprenait, le tirant de sa rêverie passagère pour venir implanter dans son esprit une autre question. Est-ce qu’il avait réellement envie de retourner auprès de Melody et de son groupe alors que le doute venait remplacer son fidèle compagnon qui le conseillait quand il en avait besoin, encore et toujours, lui-même. Il était totalement perdu en réalité. Son esprit était embrumé d’un doute qu’il n’arrivait pas à effacer, mais même s’il avait besoin de réponses, le doute lui permettait de se conforter dans sa réalité à lui, ne pas savoir lui permettait de savoir ce qu’il voulait, et de fermer les yeux sur la regrettable vérité qu’il ne souhaitait pas voir. Il n’avait aucune envie de savoir que c’était le pire scénario imaginable qui était la seule et unique vérité.

Puis vinrent enfin les bonnes nouvelles. Il pourrait remarcher, à nouveau, et même si cela prendrait du temps, Ana pouvait en être finalement certaine. Elle pouvait même mettre une date sur le moment où il pourrait être totalement opérationnel. Il affichait un léger sourire qu’il adressait à Ana à la suite de cela avant de prendre la parole.

« C’est super ça ! Je resterai calme et je n’essaierai pas de bouger mon dos, je ferai attention pour ne pas aggraver mon état. Mais je me demandais, où est-ce que je pourrai aller si je ne rejoins pas Melody et son groupe ? Le groupe de James et Elizabeth ? Et pour ce qui est de garder le secret de ma présence ici, ça ne me pose pas de problème, je comprends. »

Il souriait légèrement quand elle évoqua Matthew. Finalement, il pouvait être sûr que quelqu’un était de son côté au moins. Remarquant que le sourire de la vétérinaire s’estompait, il ne pouvait se retenir de laisser l’inquiétude marquer son visage.

« Qu’est-ce qu’il ne va pas ? »
Equipement Porté :
Capacité : 0/5
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/5
-
Contenants Personnels :
Dos 26/30
Grand sac
Machette (8)
Machette (8)
Rations saines (5)
Rations saines (5)

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba110/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba100/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Mer 8 Avr - 23:17
Ana resta silencieuse quelques secondes, son regard demeurant finalement plus longtemps sur le lit avec un air pensif. Elle marquait de toute évidence un temps, de pensée ou de réflexion, mesurant peut-être ce qu'elle souhaitait dire de plus en grattant de ses ongles la sphère de bois au sommet de l'angle de lit sur lequel elle s'appuyait.

« Ce que je crains, vraiment... » Avait-elle commencé, l'intensité de sa voix un peu plus faible et son ton attristé. « C'est de me rendre compte un jour que par mes connaissances et mes actes, en aidant ici à la ferme et les gens qui viendront et auront besoin de soins, j'ai sauvé un monstre qui aura fait et fera beaucoup de mal à d'autres, comme... cela m'est déjà arrivé à mon grand désespoir. »

Ses yeux revinrent à toi pour te fixer avec une certaine lassitude.

« C'est aussi pour ça que je suis ici, pour rééquilibrer la balance, réparer certaines de mes erreurs. Je ne sais pas si j'ai raison d'être en confiance, ou en tout cas de vouloir avoir confiance, avec les gens d'ici, avec le groupe d'Elizabeth, celui de Melody, ou même avec toi, ici et maintenant. Ceci étant j'aimerais sincèrement que cela paie et que ces connaissances puissent contribuer à quelque chose de bon, peut-être au travers de ces miracles que vous représentez toi et les autres ressuscités. Pas juste pour une histoire de culpabilité, mais pour donner un sens à tout ce que nous vivons aujourd'hui.

Nous n'avons pas fini de souffrir, Jordan, d'une façon ou d'une autre. Matthew utilise ses propres dons avec certains excès parce qu'il espère nous préserver de ces souffrances, mais il n'y arrivera pas. La nuit est sombre avant que le soleil ne se lève, et si pour nous ça n'arrivera pas tout de suite, une chose est sûre : ça arrivera et ce phénomène surnaturel qui vous entoure est un signe, une opportunité que l'on nous offre à l'heure de la fin du monde de montrer que nous méritons d'être sauvés.

Tu vas guérir et tu vas vivre, alors utilise cette nouvelle chance à bon escient, de façon à être là si un jour on a besoin de tes connaissances et de ton don pour accomplir quelque chose de bien, moi ou d'autres personnes qui mériteront ton aide. »


Elle s'interrompit en relâchant le pied du lit, une main glissant jusqu'aux dernières phalanges des doigts dans sa poche de jean, resserrant son étau sur sa cuisse, tandis qu'elle plissait les lèvres d'un fin sourire en haussant quelque peu les épaules, sa chevelure brune s'étalant sur son épaule en se pliant à la naissance de sa poitrine qui faisait relief.

A l'extérieur de la chambre, quelques bruits intervinrent, des voix étouffées, des frottements relativement lourds comme si l'on déplaçait un meuble, quelques tintements comme pour de la vaisselle et le grincement d'une porte à l'étage même. Des bruits anodins du quotidien, de la vie des gens qui vivaient ici.

« Je ne saurais pas te suggérer quel groupe choisir, mais je pense qu'il serait meilleur pour toi et pour ta survie au-delà de cette blessure, que tu en trouve un dans lequel tu puisses te sentir bien et utile, comme moi ici. Je ne te proposerais pas de rester à la ferme, même si c'était possible, ce n'est pas ici que tu trouveras ta voie.

Mais tu la trouveras si tu te donnes le temps de le faire et si à un moment donné les choses vont mal, si tu as besoin de trouver un refuge, la porte de cette maison te sera toujours ouverte. Je vais aller te chercher un verre d'eau. »
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba110/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba100/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Jeu 9 Avr - 16:42
Sur ces derniers mots, Ana avait quitté la chambre, refermant derrière elle sans claquer la porte en s'y prenant le plus doucement possible. Elle reviendra quelques minutes après avec le verre d'eau promis, t'aidant à boire à ta convenance en supportant ta nuque d'une main, veillant à d'éventuels autres souhaits, avant de repartir afin de te laisser te reposer dans une solitude sereine - au moins dans la forme.

Les jours suivants seront calmes, très calmes. Ricky viendra te visiter, t'interpellant de son langage texan très cool et nature, cherchant à te faire la discussion sur des sujets futiles au regard des événements, mais infiniment détendus, comme sur tes amours passés si tu en avais eu, comment tu avais grandi, te parlant lui-même de sa jeunesse assez normale à Levelland sans vraiment aborder le sujet de son propre frère ou d'un autre parent. Il apportera un jeu de cartes, un lecteur de musique - te proposant essentiellement de la country et un peu de rock, ainsi qu'une télé qu'il installera face à ton lit en tirant la table de chevet pour l'y poser avec quelques films sur un disque dur.

Peut-être auras-tu été réceptif à ses tentatives de discussion, ou ses propositions de te divertir, peut-être ne l'auras-tu pas été, dans tous les cas il se sera montré sympathique et n'aura pas cherché à aborder des sujets autres, qu'il s'agisse des groupes ou de ce qui avait pu se passer. En réalité, personne ne l'aura fait dans la maison. Si Ricky viendra souvent, vraisemblablement appréciateur de fréquenter un autre jeune homme de son âge, tu n'auras pas vu Clark qui pour une raison ou une autre, n'aura pas visité la chambre, pas plus que Dakota et Pamela d'ailleurs.

Nelson sera venu, à plusieurs reprises, te proposant de discuter si tu souhaitais parler à quelqu'un d'un peu plus âgé pour te changer de la compagnie de Ricky. Il t'aura apporté tes repas, de quoi boire et de ce fait, une oreille attentive si tu y avais consenti. Bien sûr, ce sera Ana qui sera venue le plus souvent, vérifiant très régulièrement l'état de ta blessure en t'aidant à te mettre doucement sur ton flanc afin de pouvoir également refaire tes bandages. Elle se montrera toujours plus optimiste de jour en jour, te rassurant sur le fait que ta guérison évoluait très bien. Elle-même te proposant de discuter si tu en avais envie.

Pour ce qui est des choses plus intimes, rapport à des besoins dont tu ne pouvais pas t'occuper par toi-même, ce sera toujours elle qui s'en sera occupé, t'évitant le malaise d'une autre présence par rapport à cela. Elle t'aura également fait ta toilette et t'aura aidé à faire un peu d'exercice sans bouger du lit, notamment pour éviter les risques pour ton corps lié à l'immobilité, tout cela en se montrant très maternelle, soucieuse et aussi détendue, afin que tu sois le moins gêné possible. Tu auras enfin eu la visite de Tobby, le doberman de la ferme, sur les derniers jours de ta convalescence. Aussi grand et impressionnant que pouvait l'être un chien de cette trempe avec toute la musculature qui lui incombait et son énorme mâchoire, que son pelage noir rendait plus inquiétant alors qu'il était au contraire très affectueux et particulièrement énergique.

Ce sera en général avec Ricky, vraisemblablement très proche de la bête, qu'il sera venu te voir, contraignant parfois le jeune homme à venir le faire descendre du lit lorsqu'il tentait de te grimper dessus pour te lécher le visage. En journée, la fenêtre aura été globalement laissée ouverte, néanmoins tout n'aura pas été tout à fait si tranquille. Plusieurs fois, Ricky, Ana ou Nelson seront montés dans la chambre, parfois avec un fusil, une pelle ou une lame à la main, venant fermer la fenêtre en te demandant de rester aussi calme que possible, que ce soit en t'assurant que « ce n'est rien, ça va aller » ou en t'informant plus franchement de la présence de rôdeurs.

Au rez-de-chaussée, dans les couloirs, tu auras souvent entendu la vie quotidienne de ces gens et à d'autres moments, une activité plus inhabituelle, des voix portées, voire quelques beuglements à propos d'une horde. Si tu avais interrogé un ou une autre par rapport à ces agressions, ils t'auront rassuré sur le fait que c'était réglé ou sous contrôle. Ana et Ricky te confieront que des hordes passaient régulièrement dans les environs ces derniers temps, mais que Matthew, Mickael et Jennifer s'occupaient de les détourner, ajoutant qu'ils géraient bien ce genre de chose.

Deux noms que tu n'avais encore jamais entendu, Ricky précisant simplement que c'était « des amis » qui étaient « revenus s'installer à la maison ». Les jours passant et toi ainsi cloué à ce lit, tu auras eu le temps de te reposer et de réfléchir, sans doute beaucoup réfléchir, à toi, à ta vie, à tout ce qui avait pu arriver depuis que tu étais revenue d'entre les morts.

C'est finalement le douzième jour depuis cette conversation avec Ana, soit le quinzième jour de ce quatrième mois, alors que tes douleurs avaient disparu et que tu te sentais mieux et plus sûr pour tes muscles et tes articulations, que Ricky et Ana vinrent t'aider à te redresser. Ça n'aura pas été facile, il t'aura fallu plusieurs minutes pour parvenir à te mettre assis, puis tirer tes jambes sur le sol, retrouvant la sensation de cette gravité lourde et la rudesse de ce sol qui t'avais presque échappé. Assuré à chaque bras, tu te seras enfin retrouvé debout, pris temporairement par un sentiment de vertige et de faiblesse dans les membres.

Cela se sera fait par étape : d'abord quelques pas, puis un moment de repos sur la chaise, avant de reprendre l'effort en quittant doucement la chambre. Arrivé dans ce couloir typique des vieilles maisons, tu auras été incité à continuer à marcher, toujours soutenu par le jeune homme au chapeau de cow-boy et la vétérinaire à la natte brune, allant et venant dans ledit couloir en étant salué par moments depuis le contrebas de la rambarde, Clark, Dakota, Nelson et Pamela venus tour à tour assister à cette renaissance en quelque sorte.

Ils grimperont en partie les escaliers pour te voir prendre de plus en plus d'assurance, jusqu'à ce qu'Ana et Ricky se tentent à te lâcher. Tu manqueras de trébucher plusieurs fois, mais tu parviendras à te stabiliser et à réussir à marcher seul, sous quelques applaudissements et sourires des spectateurs qui t'encourageront à descendre les escaliers dont tu franchiras la vingtaine de marches avec de l'assistance. Les heures suivantes, on te proposera de passer un peu de temps dans le salon, découvrant dans celui-ci à la fenêtre barricadée et au mobilier sans décoration particulière, le piano où Dakota allait jouer quelques morceaux et chanter pour mettre de l'animation dans la maison.

Une installation radio posée sur une table était accaparée par Clark, qui s'y trouvait souvent assis avec sa console technologique. Ricky venait accompagner la miss aux cheveux blonds avec sa guitare, quelques discussions rythmaient l'après-midi et tous passaient pas mal de temps dans le salon ensemble avec toi, t'entourant, partageant le thé, le café et quelques gâteaux et apéritifs. Il y avait une véritable ambiance familiale que tu découvrais, frappante en comparaison à tout ce que tu avais vécu depuis ton retour à la vie. Même le vieux bougre de Nelson souriait et riait un peu de sa manière vieillotte et retenue, aux plaisanteries et taquineries entre jeunes gens.

Tu remarquais les baisers entre Dakota et Clark, les marques d'affection entre Pamela et Ricky ou Pamela et Ana, la jeune fille aux cheveux plus blonds encore que Dakota ne parlant pratiquement pas durant ces rassemblements, si ce n'est pour faire entendre quelques mots timides et bégayés, une difficulté que personne ne relevait ici. Tu auras partagé le repas avec eux en début de soirée, un film d'aventure regardé sur une plus grande télé que celle de la chambre, à l'exception de Nelson qui semblait ne pas trop s'intéresser au visionnage et veillait fusil à la main sur les alentours extérieurs avec Tobby, ce dernier toujours enclin à venir te sauter dessus et réclamer des caresses.

Tu constatais d'ailleurs qu'en dépit de cette ambiance en total contraste avec la violence du monde extérieur, tous étaient armés en permanence : Ricky avec un couteau et un fusil, Ana portait un revolver à la ceinture dans un holster, Dakota équipée d'un couteau à la ceinture aussi, quelques armes à feu et autres armes blanches traînant ci et là, sans compter les multiples pelles, haches, pioches et fourches que la ferme semblait cumuler jusque dans la maison. Tu auras l'occasion de dormir dans le salon pour changer de cette chambre que tu devais probablement détester à présent après tout le temps que tu y avais passé comme emprisonné, partageant un des trois canapés qui formaient un U avec Ricky et Ana qui dormirent sur les deux autres.

Durant les trois jours qui suivirent, tu pouvais te mêler au groupe et te déplacer par toi-même librement, retrouvant le plaisir de la liberté de ton propre corps et la nature extérieure si tu avais souhaité sortir. Chacun s'attelait à ses affaires, dans le grand champs à l'arrière de la ferme, aux poulaillers de la grange verrouillée la nuit, la tenue du poste-radio, l'entretien de la maison, le bûchage du coté de la forêt à l'Ouest - à gauche de la maison depuis l'entrée, où une petite portion avait été déjà abattue. Des piles de rondins taillés et prêts à l'usage se trouvaient d'ailleurs sur le flanc de la grange citée. Pour te dégourdir les jambes et retrouver de tes forces, on te proposa de venir aider mais toujours de courts moments, Ana insistant sur le fait que tu devais te préserver pour te remettre totalement et le plus vite possible pour ton propre confort.

Tout n'était pas si rose cependant : parfois et pour une raison inexplicable, tu sentais comme un grand malaise au sein du groupe - liée à ta présence ou non ? Impossible à dire. Clark passait beaucoup de temps au poste-radio et échangeait avec ce que tu pouvais percevoir comme étant Matthew, baissant le ton quand tu passais à coté de lui en forçant un semblant de sourire peu convaincant. D'ailleurs, ni Matthew, ni les deux autres personnes dont tu avais entendu les noms, Mickael et Jennifer, ne s'étaient montrés, tout simplement absents de la ferme. Quelques discussions se déroulaient à distance de toi entre les différents membres de la communauté. Par moments, on te laissait seul tandis que le groupe sortait sur le terrain devant la maison pour se réunir, prétextant qu'il s'agissait de discussions concernant la ferme pour lesquelles tu n'avais pas l'utilité d'y assister.

Mais ce malaise persistait, des regards en coin vers toi, ces sourires et cette convivialité remplacées par des visages graves et soucieux. Quelque chose n'allait pas, tu ne pouvais pas déterminer ou comprendre ce qu'il en était et si tu avais posé la question, on t'aura rassuré sur le fait que ce n'était rien d'urgent ou évité la question en détournant le sujet. Si Ana, Nelson et Ricky étaient plus enclins à t'entourer, les autres se montraient de plus en plus distants au fil des jours, comme s'ils étaient préoccupés par quelque chose que ta présence rendait plus lourd, volontairement ou involontairement. La radio aura été par ailleurs déplacée vers le garage où l'on t'aura suggéré de ne pas te rendre, isolant Clark et son matériel, ainsi que d'autres membres du groupe par moments.

Dix-septième jour du mois d'Avril. Tu te sens mieux, plus à même de tenir correctement sur tes jambes et même faire de l'exercice. Nelson sera venu te demander d'attendre encore un jour ou deux avant d'aborder la problématique de ton avenir et du groupe que tu pourrais décider de rejoindre, ajoutant le fait que ta présence était appréciée par tous même si les groupes avaient quelques déboires qui rendaient la situation plus difficile, t'affirmant que tu en saurais bientôt plus. Cependant, le vrombissement de moteurs dans la plaine herbeuse annonça une venue ou plutôt un retour : Matthew réapparaissait sur sa Harley Davidson, suivi par la Ford F-150 grise de Nelson que tu redécouvrais puisqu'elle avait été absente également.

Du véhicule sortirent deux personnes : coté conducteur se montrera un homme d'environ un mètre quatre-vingt, brun, les cheveux coupés courts, la barbe hirsute, les mains recouverts de bandes de tissu crasseuses, vêtu de plusieurs couches de vêtements solides et épais dont un pantalon de treillis militaire et un blouson en cuir noir usé surmonté d'un keffieh. Du coté passager avant, une femme, très jeune femme d'ailleurs qui ne semblait pas avoir la vingtaine. Un visage doux et rond, une chevelure blonde relâchée, des yeux azurés et une doudoune sur le dos par ce temps venteux. Ricky restant à tes cotés te précisera qu'il s'agissait de Mickael et Jennifer, mettant des visages sur ces noms.

Cependant aucun des trois ne t'aura approché, tous rejoignant aussitôt la grange où ils s'enfermèrent avec Nelson et Ana un long moment. Peu après, quoi que tu faisais à ce moment-là dans la maison où l'on aura fait en sorte que tu restes pour que tu ne prennes pas de risque - des rôdeurs furetant dans les environs nécessitant une certaine mobilisation, une sorte de migraine subite t'aura frappé l'esprit sans que rien ne t'ai touché, aussi fulgurante que lourde et sans douleur. Un vertige, suivi de titubements incontrôlés alors que tu constatais péniblement ta vue se flouter et ton esprit se déliter. Puis, aussi brusquement qu'inexplicablement, tu t'évanouissais, n'ayant que le temps de percevoir Ricky arriver en courant pour te rattraper à la chute afin de t'éviter de fâcheuses conséquences. Comment ? Pourquoi t'évanouissais-tu si soudainement alors que tout semblait bien se passer ? Le mystère se fit alors entier.

A un moment que tu ne pouvais déterminer... tu te réveillais en sursaut, allongé sur le canapé du salon, tes tympans sifflés par un grattement et l'esprit très vite reconstitué aussi clair qu'avant ton évanouissement. Une couverture te couvre les jambes et le bassin et un oreiller soutient ta tête. Tu ne ressens aucun effet d'éveil, si ce n'est un peu tes muscles engourdis, mais rien qui ne s'efface en quelques instants. A coté de toi et du canapé, assis sur un fauteuil, une présence.

Tu reconnais cette chevelure brune assez longue tombant sur les épaules en crinière sauvage, cette silhouette sombre, musculeuse, vêtue d'une veste de cuir ouverte, chemise à poche dont le col dépassait pour couvrir celui de la veste et un pantalon en jean laissant deviner des coutures grossières à certains endroits pour camoufler des déchirures, ainsi que des rangers en guise de bottes, tout de noir. Matthew, assis le dos voûté et ses coudes en appui sur ses cuisses, tenant dans une main un couteau de chasse et dans l'autre une pierre blanche qu'il vient gratter contre la filet de la lame. Autour, il n'y a personne d'autre.

Le silence installé par cette présence unique est froid, le monde s'alourdit à nouveau, effaçant ces derniers jours et ce qu'ils avaient pu avoir de paisible et conviviale. Aucun bruit ne provient de l'extérieur ou de l'intérieur de la maison et les nuages qui couvrent l'extérieur amoindrissent la lumière déjà relativement faible de par les barricades qui ferment les fenêtres.
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Jordan Getz


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba1110/2000L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (10/2000)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba1075/100L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (75/100)
Informations scénaristiques:
Jordan Getz

Ven 10 Avr - 23:04
Alors qu’il était en train de connaître la plus grande crainte d’Ana, le jeune homme ne pouvait s’empêcher de retenir sa respiration, s’efforçant de ne rien dire, peut-être parce qu’au fond, il ne ferait que confirmer les craintes de la vétérinaire. Il était un monstre, ou peut-être qu’au contraire, il était bien trop humain pour les autres. Un animal descendu de son arbre pour apprendre à marcher et devenir de plus en plus intelligent à chaque pas. Assez intelligent pour pouvoir répondre à toute ses pulsions d’un simple claquement de doigt, mais pas assez pour anticiper ces nouvelles pulsions qui furent crées dans le plus obscur recoin de l’esprit humain. Les livreurs de pizzas venaient combler la faim des plus feignants, les poupées gonflables avalaient sans sourciller la lubricité des plus tordus tandis que d’autres cognaient dans un sac de frappe pour évacuer leur rage intérieure. Jordan faisait plus ou moins parti de cette dernière catégorie avant la fin de ce monde. Conservant éternellement cette frustration qu’il tentait d’évacuer par n’importe quel moyen, sans jamais réellement réussir, il n’arrivait qu’à la contenir un peu plus. A l’exception de ces moments où il avait pris des vies. A chaque fois, c’était un réel déchaînement, littéralement. Ces actes de sauvagerie le soulageaient, lui amenaient une certaine paix intérieure. S’il s’était déjà voilé la face en prétextant que c’étaient d’autres personnes, ou bien les conditions qui l’avaient amené à cela, au fond de lui-même il savait que c’était faux, tout simplement. Mais aujourd’hui, sa vie, ou du moins sa seconde vie, prenait un tournant, il avait l’occasion de recommencer les choses, il n’était plus obligé de partir dans un camp rempli d’inconnus parce qu’ils étaient les seuls à pouvoir l’accueillir, il n’était plus obligé de partir avec quiconque parce qu’il ne savait plus rien faire, parce que ses savoirs seraient morts avec lui. Non, tout avait changé, les cartes étaient redistribuées et sa main était bien meilleure que la première fois, restait à savoir ce que le croupier allait distribuer. Il en avait déjà un aperçu avec ce que lui disait Ana, il aurait toujours une sortie de secours si les choses allaient mal pour lui, il pourrait toujours retourner à la ferme.

Peut-être qu’il était plus sensible aux dires d’Ana parce qu’elle avait tout simplement pris soin de lui en le maintenant en vie comme elle le disait si bien, même si le jeune homme savait que ce n’était que de la modestie car au fond, elle lui avait réellement sauvé la vie, ou peut-être parce que personne d’autre ne pouvait penser à la place de Jordan en ce moment, personne pour implanter une idée dans sa tête autre que celle d’Ana qui lui demandait tout simplement d’aider les autres, comme elle venait de le faire avec lui en lui sauvant la vie. Peut-être que ces deux raisons étaient toutes les deux vraies, tout comme le fait que Jordan avait assez mal vécu le fait d’avoir perdu sa mère auparavant et qu’il recherchait une figure maternelle qui pourrait le guider alors qu’il était tout simplement perdu et surtout, tout seul. En fait, c’était les trois. Jordan avait bien des défauts, mais il était bien loin d’être ingrat, c’était en pensant à cela qu’il réalisa qu’il n’avait pas remercié Matthew, même s’il pensait que c’était tout simplement un enfoiré, à tort ou à raison, il lui avait sauvé la vie, et il protégeait sans doute les siens du mieux qu’il le pouvait, et Jordan n’était pas l’un des leurs. Loin de là. C’était en pensait à cela, aux futures excuses qu’il présenterait à Matthew qu’il réalisa autre chose, même si c’était un enfoiré, la réaction à chaud du jeune homme était disproportionnée, bien trop pour que cela ne soit normal. Il avait un réel problème, un problème qui se nommait la brume écarlate. C’était ce qui avait embrumé son esprit et son regard lors de cette fameuse nuit, lorsqu’il s’était attaqué au visage de cette femme avec tant de sauvagerie, bien trop de sauvagerie qu’Ana ne devait pas découvrir, et encore moins aujourd’hui.

Il n’aurait pas répondu à la vétérinaire, certains silences resteront à jamais les meilleures réponses possibles. Elle serait revenue quelques instants plus tard, lui apportant ce verre d’eau si désiré avant de le laisser seul. Si la solitude aurait pu être un poids pour Jordan, ce qu’elle était souvent, elle était en ces instants, bénéfique. Cette discussion avec Ana lui avait fait du bien, et il était heureux de pouvoir réfléchir à ses mots, à l’avenir, à lui-même. Puis les jours passèrent, tout comme Ricky avec son maudit jeu de cartes. Maudit oui, parce que si Jordan aimait passer du temps à discuter avec le jeune cow-boy, à parler des filles d’avant, celles qu’il trouvait le plus souvent en boîte de nuit, mais aussi à parler de sa vie d’avant, de comment il était une teigne, passant par son excellent niveau en gymnastique et quelques anecdotes sur les raclées qu’il foutait aux malabars un peu trop en confiance, il n’aimait pas spécialement perdre aux cartes. Ce qu’il se passait un peu trop souvent à son goût. Mais malgré les trop nombreuses défaites aux jeux de cartes, Jordan restait bon enfant, et peut-être un peu trop mauvais perdant, râlant bien souvent face à un jeu meilleur que le sien, mais toujours en riant. Finalement, c’était peut-être ce dont il avait besoin, des vacances, c’était ça, son morceau de paradis en enfer. Des moments qui auraient pu être d’une simplicité déconcertante auparavant, mais qui étaient ici, plus précieux qu’une semaine de nourriture.

Un brin de légèreté qui faisait un grand bien à Jordan, à tel point qu’il lui arrivait d’oublier le chaos ambiant de ce monde. Il appréciait discuter avec Ana et Nelson lors de leurs passages, mais jamais il n’aurait évoqué ses craintes concernant le moment où il devrait partir de la ferme, gardant cela pour lui-même. Comme le disait Ana, il se sentait mieux chaque jour, à tel point que Tobby venait lui rendre visite de temps en temps avec Ricky, même si le molosse était bien souvent retenu par le jeune cow-boy, cela faisait tout de même plaisir à Jordan de toujours avoir cette impression que le monde n’était pas aussi fou qu’il l’était réellement. Mais cette illusion cessa quand il sut que des rôdeurs passaient à proximité de la ferme. Après avoir passé quelques jours dans ce lit, il en avait oublié le réel danger là dehors, la réalité lui avait mis un sacré coup dans les dents.

Mais la ferme avait des amis dehors, des amis autres que les camps des ressuscités. Il comprenait à présent comment ils réussissaient à faire en sorte que la ferme reste intacte, permettant à tous de vivre en paix, des amis à l’extérieur qui déviaient les hordes présentes. Puis vint le grand jour, celui où il pouvait se tenir debout, c’était un grand soulagement, mais pas autant que le jour où il avait réussi à marché à nouveau. Tous l’observaient comme s’il était le messie. Il fallait avouer qu’il avait au moins un peu en commun avec Jésus, mais Jordan s’était loupé sur la date de Pâques. Il arrivait à tenir plus longtemps, à faire de l’exercice au fil des jours qu’il passait dans cette ferme qui lui montrait plus une famille qu’un simple camp de survivants comme ce à quoi il avait tristement été habitué. Cependant, il constatait quelque chose de désagréable, il était tenu à l’écart quand tous les membres devaient parler et les regards fuyants ou insistants lui mettaient la puce à l’oreille, tout comme le fait que la radio avait changé de place. Ils ne voulaient pas qu’il sache quelque chose, et ça l’inquiétait, mais qu’aurait-il pu faire ?

Puis un jour, il vit le frère de Ricky rentrer vers la ferme, accompagné de deux amis de la ferme, Jennifer et Mickael. Étonnamment, ils se rejoignaient tous dans la grange, laissant le jeune homme loin d’eux et de leur conversation, comme ce qu’il se passait depuis des jours. Mais en soit, cela ne changeait pas des derniers jours, jusqu’à ce qu’il se sente partir, tombant au sol à cause d’un vertige aussi soudain que violent alors que la dernière chose qu’il voyait avant de sombrer dans l’inconscience était Ricky venant à sa rescousse, puis, plus rien.

Il se réveilla comme s’il avait juste somnolé, sans douleur, contrairement à son réveil dans la chambre. Le jeune homme était sur le canapé, une couverture sur lui et un coussin à l’arrière de sa tête. Il devait être là depuis longtemps, comme l’indiquait le temps à l’extérieur. Combien de temps était-il resté inconscient ? Aucune idée, mais la seule personne présente ici devait le savoir. Matthew Jefferson attendait là, face à lui, toujours aussi impassible, comme à son premier réveil, mais Jordan n’était plus blessé et plus enchaîné. Le jeune homme se redresse sur le canapé pour faire face à l’aîné Jefferson avant de prendre la parole.

« Je voulais m’excuser pour ce que j’ai dit à notre première rencontre, et aussi te remercier pour m’avoir sauvé la vie… C’est compliqué de différencier les amis et les ennemis en étant enchaîné… Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

Il aurait parlé simplement, très simplement, même si son ton semblait soucieux sur la fin, personne n’aurait pu douter de la sincérité de ses excuses, tout simplement car elles l’étaient. Le temps qu’il avait passé à réfléchir avait sans aucun permis cela. Finalement, peut-être que toute ces cachotteries allaient avoir une fin.
Equipement Porté :
Capacité : 0/5
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/5
-
Contenants Personnels :
Dos 26/30
Grand sac
Machette (8)
Machette (8)
Rations saines (5)
Rations saines (5)

Matthew Jefferson


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba110/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba100/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Matthew Jefferson
Protagoniste
Sam 11 Avr - 14:59
Le crissement de la pierre sur le filet de lame était par moments aiguë, strident, à l'instar de la craie que l'on écrase sur un tableau. Malgré son attitude vraisemblablement nonchalante, dans cette posture avachie, les traits du chasseur étaient fermés et son regard incliné sur son couteau était sombre, laissant transparaître un air profondément morose et inconsolable.

Il ne leva pas le nez quand tu te redressas et autour de toi, le silence était tant pesant que tu pouvais déduire aisément qu'il n'y avait personne dans la maison, ou tout du moins que si quelqu'un s'y trouvait, cet individu faisait preuve d'une discrétion outrancière. La dextre de l'aîné Jefferson cessa d'appliquer la pierre blanche à l'écoute de tes premiers mots, ses yeux semblaient quitter la fixation du couteau pour se perdre sur le tapis coincé entre les trois canapés accolés en U et la télé. Il resta ainsi stoïque, écoutant jusque ta question et laissant filer un temps de flottement sans montrer de réaction, le poignet de sa senestre cassant indiquait de la pointe de la lame le sol.

Au bout d'un petit moment, un soupire intelligible s'échappa des narines de l'homme, puis celui-ci tendit les jambes pour se redresser lentement, son regard se décidant enfin à croiser le tien, il t'observa fixement quelques instants avant de pivoter les talons à sa droite. Un pas après l'autre, il sortit du coin canapé pour rejoindre le piano sur lequel des affaires étaient déposées : une arbalète, à coté de laquelle était allongé un carquois de carreaux, ainsi qu'un grand sac posé debout et fermé à toutes les poches. A présent dos à toi, Matthew s'arrêta au niveau du piano, cachant de sa silhouette les quelques objets que tu avais aperçu, un tintement métallique résultant du mouvement de ses bras laissait deviner qu'il venait de déposer le couteau et la pierre sur celui-ci.

Il restait dans cette posture, la nuque inclinée sur les possessions et l'air pensif, ses mains appuyées sur les bords du massif instrument.

« Beaucoup trop de choses se sont passées. » Fit-il brusquement entendre de sa voix rauque et grave, tintée d'une tonalité rocailleuse qui lui était propre et dont le volume tout relatif, sur un ton plus intimiste et lourd d'une certaine désolation, rendait celle-ci moins sèche et froide qu'à votre précédente rencontre. Il marquait un temps entre deux phrases, délivrant ses paroles avec une lenteur pesante.

« Tout ce que j'ai fait, depuis le premier jour, je l'ai fait pour ma famille et je l'ai fait du mieux que j'ai pu. J'ai trouvé ceux qui étaient comme toi, je les ai rassemblé, je les ai protégé aussi longtemps que possible en ayant conscience des risques qui vous poursuivaient. Je ne voulais pas être proche de vous, je ne croyais pas vraiment en ce que vous pouviez représenter. Je vous ai considéré comme une mission, rien de plus, rien de moins.

Et quand les choses ont dégénéré, je me suis laissé aveugler par notre ennemi, parce que j'ai toujours été sceptique, pessimiste, soupçonneux. Au lieu de continuer à vous protéger, je vous ai considéré comme une menace, à cause de votre nature semblable à la sienne, et à cause de votre différence. Je vous ai considéré responsables, je vous ai traité comme des ennemis potentiels, en vous épiant, en vous enchaînant à un lit. »


D'une longue inspiration il redressa le visage et sa main vint saisir le sac par le haut en une poigne étrange, comme s'il tenait davantage une sorte de manche caché à l'intérieur que le sac lui-même. Matthew se retournait pour retrouver ton regard si tu l'observais en retour, ou te scruterait simplement à contrario, imposant une seconde de nouvelle immobilité avant qu'il ne s'avance vers toi, s'arrêtant à un pas, que tu sois resté assis sur le canapé ou que tu te sois levé, pour te tendre le sac en question.

« La plupart des ressuscités ont disparu et j'ai échoué à cette mission. Je suis en partie responsable, alors ne t'excuse pas petit. » Il attendra que tu récupères le sac avant de poursuivre, ramenant sa main près de son bassin sans plus te lâcher du regard, ne cillant pas une seule fois. « L'histoire se répète et se termine toujours de la même manière. Et ça recommencera, encore et encore, à moins que l'on ne décide d'arrêter de considérer notre entourage comme une menace et que l'on accepte de prendre le risque de se faire confiance, pour identifier les véritables ennemis qui détruisent tout ce que nous essayons de construire.

Que nous nous battions les uns contre les autres ou non, ils s'en sont pris à nous tous et ils reviendront, ils n'arrêteront pas. J'en ai marre de leur faciliter la tâche. Tu as la haine je le sais, le sang qui bouillonne et l'envie de décharger toute cette rage. Je te propose de diriger cette colère pour la rendre utile, en faire quelque chose qui vaille la peine. Qu'est-ce que t'en pense ? »
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Jordan Getz


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba1110/2000L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (10/2000)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba1075/100L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (75/100)
Informations scénaristiques:
Jordan Getz

Sam 11 Avr - 18:11
Assis, le jeune homme aurait suivi Matthew du regard, l’observant quand il arrêta d’affûter sa lame, quand il laissa échapper un soupir, mais ce n’était qu’au moment où il leva que Jordan se redressa même s’il restait toujours assis, il faisait bien plus attention à ce qu’il se passait à présent, craignant sans doute une réaction de celui qui avait été quelques temps plus tôt son tortionnaire, mais finalement, rien de ce qu’il craignait n’arriva. Au lieu de cela, il faisait son mea culpa, sans même répondre à la question de Jordan.

Écoutant les dires de Matthew, le jeune homme ne pouvait que se demander combien d’autres ressuscités étaient tombés entre ses mains, combien étaient morts par sa faute, et surtout, combien étaient morts par sa main ? Une question qu’il ne poserait pas aujourd’hui, et sans doute jamais. En fait, il ne dirait rien, pas un mot, se levant quand l’aîné Jefferson s’approcherait de lui avec le sac avant de le saisir de sa main droite alors qu’elle viendra rapidement saisir l’anse droite de ce sac pour le positionner sur son épaule, comme quand il allait encore en cours.

Il fixait Matthew dans les yeux quand il s’était remis à parler. Certains mots avaient su capter son attention, surtout les mots justes. Il avait vu juste, bien trop juste. Oui, il avait la haine, oui, il avait la rage et il n’attendait qu’une seule chose, c’était de pouvoir libérer tout cela. La seule réponse qu’il attendait ne lui était pas délivrée, mais il s’en moquait à présent. Les quelques mots de Matthew à son sujet avaient effacé cette interrogation qui aurait dû le préoccuper bien plus que ce n’était le cas à présent.

Après plusieurs semaines à rester cloîtrés ici, à réfléchir sur lui-même, sur ses actions, il savait une chose, il avait besoin de cette violence, mais étrangement, il n’avait pas la moindre idée de ce dont il avait besoin dans cette violence. Était-ce la confrontation ? L’adrénaline tout simplement ? L’hémoglobine qui recouvrait son visage ? Le fait de ne plus se conformer à plus aucune norme sociale pour ne redevenir qu’un simple animal répondant à ses pulsions ? Il n’en savait rien, et il s’en moquait, il savait juste qu’il en avait besoin, bien trop besoin.

« J’en pense que je suis prêt pour ça. »

C’étaient quelques mots simples, mais finalement, si ce que disais Matthew était vrai, ce que Jordan pensait au fond de lui, cela lui permettrait finalement de résoudre ce conflit qu’il avait avec lui-même en assumant ce qu’il était. Peut-être aussi qu’il pourrait changer les choses, ne plus rester qu’un simple petit soldat, voir même changer lui-même.
Equipement Porté :
Capacité : 0/5
Accessoires Pratiques :
1er Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/5
-
Contenants Personnels :
Dos 26/30
Grand sac
Machette (8)
Machette (8)
Rations saines (5)
Rations saines (5)

Matthew Jefferson


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba110/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba100/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Matthew Jefferson
Protagoniste
Mer 15 Avr - 14:18
Face à ton acceptation, Matthew avait réagi d'un simple hochement de tête, léger et lent, mais lourd de sens. Ses doigts ondulant près de ses cuisses par une sorte de réflexe d'étirement qu'il répétait, il inclina brièvement le regard de bas en haut de ta silhouette, ses dents pinçant sa lèvre inférieure tandis qu'il revenait à tes yeux pour les fixer en retour, n'ayant marqué qu'un court mais peut-être pesant moment d'accalmie silencieuse, avant de reprendre de ce même ton rêche et grave.

« Si tu as quelque chose à récupérer à l'étage, fais-le. Les autres sont de sortie mais nous ne les attendrons pas, nous partons, il n'y aura pas d'au revoir cette fois. » Son nez fronça quelque peu et il fit grincer le plancher sous le tapis de la pression de ses bottes, alors qu'il repartait vers le piano. « Il y a des choses que tu dois savoir, mais avant ça nous avons quelqu'un à rejoindre. Tes armes sont dedans avec de quoi manger pour quelques jours, j'ai échangé le sac que tu possédais avec celui-ci plus grand, il sera plus pratique. »

D'une main il souleva l'arbalète pour l'installer sur son épaule droite, laissant l'étrier dépasser dans son dos et la corde appuyer son cou, sa senestre elle empoignant le couteau de chasse dont la lame dirigée vers son coude raclait presque sa peau. Son regard reporté dans ta direction ou suivant ton déplacement si c'était le cas, il ajoutait quelques mots.

« Pas de véhicule, on a de la marche à faire. Tu n'as qu'à prendre une bouteille d'eau fraîche dans le frigo, on se rejoint devant la maison. »

Que tu ai eu quelque chose à faire avant le départ, ou que tu l'ai suivi dès maintenant, il aura pris le chemin de la cuisine pour trouver la porte d'entrée de la maison. Il ne semblait pas mentir, le calme persistait même dans la pièce voisine et dans les environs de la propriété, pas l'ombre d'une autre présence.

Dans ton sac, tu trouveras les deux machettes que tu avais emporté ce jour tragique, ainsi que la nourriture promise, l'équivalent de deux assortiments de rations saines, composés de quelques conserves recyclées de toute évidence, de choses mises sous aluminium et d'une boite plastique fermée par un couvercle, où tu identifiais à peu près des aliments secs et de la viande cuite et séchée.

Une fois parés, vous partirez tous les deux vers l'Est, traversant la plaine herbeuse qui séparait la ferme de la route que vous passerez de l'autre coté, croisant un arbre dans le champs déserté qui suivait jusque une barrière de bois brisé en de nombreux endroits, et près de la forêt qui dominait tout le secteur d'Est en Ouest et du Nord au Sud, comme si la ville à quelques kilomètres au Sud justement, n'existait pas. Le soleil bel et bien couvert, des nuages gris à quelques lieux de là annonçaient peut-être une pluie salvatrice dans cette région aride, un phénomène naturel que les texans avaient eu pour habitude de saluer par le passé quand cela se passait.

Vous vous enfoncerez dans la forêt, un lieu sauvage que tu ne savais guère appréhender, tous les arbres, les buissons et les monceaux de feuilles et de terre se ressemblant à ton regard dans ce labyrinthe de flore. Le chasseur qui avait marché en silence à tes cotés prendra les devants pour te guider au travers, une progression qui durera une heure, deux heures peut-être depuis la ferme, tu n'aurais su le dire, la notion de temps t'échappant faute de repère. Malgré tout, ce retour au monde extérieur et sa nature n'étaient pas sans t'envahir d'un sentiment instinctif, celui d'un certain bien être et d'une liberté retrouvée.


Fin.
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba110/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Etat Mental:
L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Debuba100/0L'histoire se répète - 24/03/35 - Page 3 Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Mer 15 Avr - 14:36
Jeu Scénarisé Validé


- Trouvailles -

Jordan a récupéré : Machette x2 ; Grand sac ; Rations saines x2.

- Conséquences -

Jordan est entièrement guéri de ses blessures et a recouvert majoritairement sa condition physique. Malus de -10 aux actions physiques pour le prochain jeu uniquement.

Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: