Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

William Spencer
 :: The Game :: Les Personnages

William Spencer


Fiche de personnage
Points de RP:
 William Spencer Debuba110/2000 William Spencer Videba10  (0/2000)
Etat Mental:
 William Spencer Debuba100/100 William Spencer Videba10  (0/100)
Informations scénaristiques:
William Spencer

Ven 6 Mar - 23:49
Fiche d'identité

Prénom(s) : William

Nom : Spencer

Né(e) le : 24 Août 1995

À : 310E 1st Avenue, Faith, Dakota du Sud.

Métier : Agent de renseignement, puis garde du corps.

Particularité(s) : Une très large cicatrice, peu esthétique, couvre son flanc gauche. Une longue et fine cicatrice marque le coin de son œil droit et descend sur sa joue, telle la trace d'une la(r)me.

La double cicatrice ronde à la peau rêche au milieu de sa paume droite et son dos de main fait témoignage d'une balle qui l'aura transpercé. Pour les nombreuses autres cicatrices plus discrètes, des souvenirs de coups de lames sur les jambes et l'épaule gauche, entre autres.

Il ne possède que deux tatouages, ou huit, cela dépend du point de vue : il a fait tatouer de lettres grossières et épaisses TESS sur ses phalanges droites, et ALEX sur ses phalanges gauches.
À-propos


Thème musical :



Feat : Michael Fassbender
Type : Survivant
Description physique
William est un homme grand de taille, 1m92 pour 86 kgs, ce qui en fait une grande tige dont la musculature bien présente de par son passé très sportif et ses anciens métiers exigeants physiquement, n'en est pas moins assez mesurée visuellement - malgré sa force elle marquée. En effet William se distingue par une stature sèche et fine que l'apocalypse n'a pas arrangé, ce qui lui octroie une agilité certaine pour la pratique martiale qui est la sienne.

Ses yeux sont d'un bleu lagon très discret, accentuant un regard naturellement froid qui donne toujours l'impression qu'il est amer, de mauvaise humeur ou menaçant s'il ne sourit pas. Et puisque le sourire n'est pas ce qui le caractérise, tout comme son verbe est peu subtil et chaleureux, il est davantage du genre à laisser les autres mal à l'aise. En contrepartie, il en tire un relativement bon charisme, mais de ceux qui inquiètent plutôt que de ceux qui permettent de séduire et convaincre autrui.

Une pilosité bien masculine mais fine et relativement claire recouvre son torse, ses avant-bras et les parties intimes, laissant dos, fessier et épaules quasiment imberbes, ce qui n'est pas pour lui déplaire bien au contraire. Dans le même registre sa chevelure pousse difficilement, ce qui lui conserve une coupe toujours assez courte même quand il la laisse sans entretien quelques temps. L'épaisseur de ses cheveux et leur rudesse font qu'il ne s'est jamais coiffé, aussi loin qu'il s'en souvienne, sans que cela n'ai jamais donné l'impression inverse car leur posture naturelle fait très sobre et pour le moins élégante.

Son visage est facilement recouvert d'une petite barbe et d'une moustache que l'on daterait d'une bonne semaine, alors qu'il peut rester ainsi des semaines durant sans que cela ne pousse franchement. Un nez somme toute commun mais robuste qui aura encaissé de nombreux coups, une mâchoire sensiblement carrée pour une tête ovale renforçant son regard très aride, pour ne pas dire austère, des bras depuis l'adolescence un peu plus longs que la moyenne comme ses jambes semblent le percher plus haut qu'il ne l'est vraiment... illustrant le fait qu'il rendait pour le coup très bien dans ses costumes sombres de garde du corps avec la gueule de l'emploi.

Cependant des costumes, il n'en porte plus depuis plus d'un an maintenant. L'apocalypse l'a poussé à privilégier des vêtements simples, fins, souples et noirs, mais c'était déjà là une couleur qu'il arborait quotidiennement avant. En l'occurrence, il porte un pull affiné aux coutures fines et un pantalon de ville pas mal élastique qui permet de l'amplitude à ses mouvements, comme la paire de chaussures citadines qu'il change dès que possible pour moins usé en rejetant l'idée de porter des bottes qu'il juge trop lourdes et contraignantes pour ce qu'il a besoin de réaliser.
Description psychologique
William est un homme qui intériorise beaucoup ses pensées et ses émotions. Il n'a jamais eu que très peu confiance en l'avenir qui est celui de l'humanité et le monde globalement, autant avant qu'après sa débâcle. Il n'a jamais été du genre à étaler un tas de convictions bien faites, trop faites ou surfaites, préférant se restreindre à un pragmatisme et une certaine asociabilité qui fut toujours un avantage dans sa première carrière. Il ne considère pas les gens comme mauvais mais a conscience du monde tel qu'il est et de la violence décomplexée, gratuite et intéressée qui, si elle frappait davantage dans certains pays - qu'il a fréquenté et constaté par ailleurs - plutôt que d'autres, est bel et bien présente partout.

Une jungle folle tantôt surexcitée, tantôt dépressive, parfois malade ou très méprisante, il s'est grandement lassé du « décor » avec l'expérience, préférant éviter les débats, les foules et les modes en tout genre, s'enfermant à l'adolescence pour s'abreuver de lecture, de jeux-vidéos et d'études, car paradoxalement à ses aspirations il fut passionné de psychologie, bien qu'il n'en fit jamais un métier. C'était un homme plutôt casanier en dehors du travail, qui appréciait partager une bière avec quelques copains autour d'un barbecue et surtout passer du temps avec sa famille et à vivre de ses passions - du moins quand il put vraiment commencer à le faire sérieusement, ne ressentant jamais le besoin de « voir du pays », de voyager ou d'aller dans des lieux censés être inspirants d'amusement et « d'éclate ».

Là encore, le paradoxe de ses aspirations personnelles dans la vie civile post-institution d'état laissait stupéfait quand on savait le nombre de voyages qu'il avait réalisé et quotidiennement dans le cadre de son ancien travail « d'agent de renseignement », comme il le qualifiait sans jamais entrer dans les détails. Une contradiction qui le fit très efficace dans sa profession, par son manque d'intérêt pour l'argent et le luxe, ayant pour première conséquence sa réputation incorruptible, étant donné que William en dépit de toute son amertume pour la politique ou la société qui l'entourait en général fut un patriote farouche parmi d'autres concitoyens, qui poussa le vice jusqu'à servir son pays dans un cadre profondément délicat.

C'est cependant la culpabilité de ne pas être suffisamment auprès de ses filles qui fini par le pousser à mettre fin à sa première carrière, afin d'en entamer une seconde un peu malgré lui puisqu'il fallait bien payer le loyer, dont le bénéfice principal fut d'être beaucoup plus présent et libre pour visiter ses filles et passer du temps avec elles. Une relation conflictuelle animée par l'amour autant que la rancœur envers un père qui avait trop consacré à son travail au détriment de ses jumelles, pour qui l'enfance avait été davantage acquise à un autre homme et époux de son ex-femme. Pourtant, c'est cet amour inconditionnel pour ses filles qui l'empêcha de s'emmurer totalement dans son caractère blasé, désillusionné et flegmatique, ainsi que ses dérives mentales engendrées par des traumatismes indélébiles qu'il s'est toujours imposé de garder pour lui, ou en tout cas hors du regard de ses anges.

Aujourd'hui, il court après des fantômes pour accomplir un objectif qui semble fou et que tout paraît désigner impossible, mais qui n'est pas motivé par l'espoir à proprement parlé ; davantage par une loyauté qui transgresse la mort, une colère froide et une obligation viscérale qui ne connait ni le doute, ni le repos, pas tant qu'il n'en aura pas eu le cœur net.
Equipement Porté :
Capacité : 0/6
Accessoires Pratiques :
Munitions 3/3 : -
Tête : -
Torse : -
Bras : -
Flancs : -
Taille : -
Jambes : -
Véhicules 0/5
-
Contenants Personnels :
Dos 0/0
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: