Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

[Northwest] Solitude amère - XX/XX/35
 :: Outside :: Excursions :: Les Lands

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
[Northwest] Solitude amère - XX/XX/35 Debuba110/0[Northwest] Solitude amère - XX/XX/35 Videba10  (0/0)
Etat Mental:
[Northwest] Solitude amère - XX/XX/35 Debuba100/0[Northwest] Solitude amère - XX/XX/35 Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Mer 14 Oct - 11:22
Interprété par Eris Blackmoon.


Un filtre doré transparaissait à tes paupières issu des rayons grimpant du soleil. Le vent léger caressant avec attention ta peau et la senteur carbonisée de ces restes de bois brûlé et majoritairement réduit en cendres provenant de ce feu de camp improvisé à deux pas de toi. Emmitouflé dans le sac de couchage, tu te retrouvais ainsi à dormir assez confortablement au regard de cet environnement dans lequel tu te trouves : un champs de terre où les plantations n'avaient pas survécu, quelque part dans la campagne alentour de Snyder au nord.

Ton sac de couchage avait bien été la seule chose que tu avais pu sauver : car si tu le transportais à l'origine sur un sac de voyage contenant nourriture d'appoint, quelques outils et globalement de quoi te débrouiller un peu, une furieuse lutte avec un groupe de morts-vivants la veille t'avais coûté de devoir l'abandonner à un parasite accroché dans ton dos, n'ayant pu sauver d'une main hâtive que ce bien qui s'était détaché du sommet du sac de transport perdu dans la mêlée. D'ailleurs, ta fuite avait été en grande partie due à Eros qui, plus que de t'avoir alerté de ces monstres, en avait terrassé pas moins de trois de ses puissantes canines, soutenu par Iris grâce à ses serres qui eurent le talent de désorienter quelques charognards afin de les empêcher de vous encercler, et en finalité te permettre ainsi de remonter sur Fidès et filer comme le vent.

L'espace de quelques longues minutes, tu n'avais pu qu'encaisser la frayeur de devoir t'éloigner faute de mieux. Cependant, la peur était retombée quand Iris la première, puis Eros peu après, vous rejoignirent pour franchir les abords du panneau de Snyder, de ce nouvel espoir, si tant est qu'il en existe encore quelque part. A présent, le calme régnait et ton réveil s'il sera marqué par la faim, la soif et quelques courbatures, n'en sera pas moins doux pour autant.

Emmitouflée donc, tu ouvriras les yeux pour constater - sans grande surprise - Eros qui n'avait pas osé partir chercher sa pitance après les événements de la veille, allongé contre toi et alerte malgré sa somnolence. Fidès elle, s'est éloignée de plusieurs dizaines de mètres à la recherche d'herbes parsemées sur le champs à l'abandon et de restes d'épis céréaliers, loin des considérations craintives du loup rouge. Iris n'est pas là, sans doute partie avec moins de scrupules en quête de son repas coté nord ou sud, car des deux axes la campagne est prise en tenaille par d'épaisses forêts que tu avais peut-être aperçue dans ta progression, bien qu'elles ne soient plus visibles d'ici.

Dans les alentours, il n'y a rien, absolument rien. Un champs, pas l'ombre d'une silhouette, et d'autres champs accolés. Tu aperçois tout de même à très grande distance de cet environnement plat, sans colline ni surplomb, quelques bâtisses éparpillées qui doivent s'agréger à des fermes ou des ateliers quelconques, difficile à dire. Tu sais qu'au sud, il y a la route que tu as emprunté et d'où tu t'es éloignée vers l'intérieur des terres. Tu sais également que la ville est à l'Est.

Peu après ton réveil, ton ventre ne tardera pas à se compresser légèrement pour te signaler, si tu en avais le besoin, cette faim qui ne fera que croître si tu ne trouves pas quelque chose à te mettre sous la dent. Il te faudra également trouver de quoi nourrir correctement Fidès, car si les deux prédateurs qui t'accompagnent sont capables de combler au moins partiellement ces besoins, la jument elle dépend entièrement de toi.

En attendant, un sentiment de vide et de légèreté à l'intérieur de toi, loin d'être conçu pour être tout à fait agréable, accompagne celui de lendemains qu'il n'est plus possible d'envisager, mais seulement d'improviser. Il n'y a personne, aucune âme à laquelle aspirer, aucun visage à espérer retrouver. Tu n'es pas tout à fait seule, grâce à tes trois fidèles et aimants compagnons, mais toute cette tendresse et tout cet amour, aussi fort soit-il, semble de moins en moins parvenir à combler ce sentiment de solitude qui ne cesse de croître depuis quelques temps.

Peut-être à ton grand dam, comme ce sentiment de faim contre lequel on ne peut lutter. L'appel de l'homme à l'homme, malgré toutes les appréhensions, malgré tous les rejets, semble invariable et inévitable, mais est-ce encore possible d'espérer pouvoir rencontrer des gens bons ? De pouvoir faire confiance ? Tant de questions qui peuvent se poser, tant de réponses auxquelles il devient difficile de croire en une réponse. Et la plus imposante en ce matin frileux : que faire à présent ?
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: