Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

[Spécial, C, 1] Deux femmes pour un lit - 14/12/34
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Gale Munroe

Anonymous
Invité
Ven 13 Fév - 11:37
Gale finit par se ressaisir, et décida de suivre les conseils de sa partenaire, en restant prudemment derrière elle. Melina franchit le seuil de la chambre, sur ses gardes, alors que le pas trainant d'un zombie se fit entendre à l'extérieur. Place à la prudence, plutôt que la prouesse. En bonne opportuniste, elle avait obtenu ce qu'elle cherchait en s'attirant la protection de la jeune asiatique. Libre à elle de vouloir jouer les héroïnes, mais Gale préférait opter pour une stratégie défensive plutôt que se mettre en première ligne. Au moins, elle pourrait réchapper à un éventuel guet-apens mortel, qui viendrait suspendre leur avancée. C'était également, une manière pour elle d'économiser ses forces, qui peinait à revenir depuis sa perte de connaissance. En effet, une forme de lassitude ne demandait qu'à poindre le bout de son nez, et il lui fallait rester vigilante pour ne pas se laisser envahir par une démotivation fatale dont l'issue n'augurait rien d'optimiste. Heureusement la courageuse Melina voulait jouer la chair à zombie pour elle, en prenant les devants. C'était à la fois admirable et stupide. Pourquoi cherchait-elle à la protéger? Elles ne se connaissaient pas, et pourtant avec une naïveté presque touchante, Melina lui avait promis d'assurer sa protection. Des propos déconcertants provenant sans doute d'une femme dont le moral partait à la dérive, à moins que ce ne soit la raison. Gale devait se méfier, tout en profitant des avantages que lui offrait son binôme dans son avancée en terre hostile. Car seule, la tâche s'avérait trop complexe, voire impossible; Gale n'étant pas à proprement parlé, une experte dans l'art du combat rapproché, elle ne pouvait point encore se la jouer en solo. Une de ses mains se crispa alors sur le rideau de douche, tandis que l'autre serrait très fort son bâton. Elle conserva ses distances, tandis que Melina attaquait de front le zombie solitaire...

Gale préféra demeurer spectatrice, tandis que sa partenaire adopta une posture de combat. Au vue du coup de pied circulaire qui atteignit la tempe du rôdeur, nul doute que Melina savait se battre! Le cadavre ambulant s'écroula au sol, et la jeune asiatique finit le travail en lui logeant son couteau dans le crâne. Dans son for intérieur, Gale se félicita de n'avoir point attisé la colère de sa jeune alliée de circonstance, car nul doute qu'elle savait se battre. En fervente Texane dont la culture générale se limitait aux frontières de l'Etat, Gale se permit un compliment qui pouvait s'avérer également assez vexant.

"Incroyable! Là, tu m'impressionnes vraiment! C'est donc vrai ce que l'on raconte, sur vous autres les jaunes... enfin les chinois, vous êtes tous des adeptes du Kung-fu! Du coup, je crois que je vais rester derrière toi... "

Ce cliché réducteur soulignait davantage de l'ignorance, qu'une forme manifeste de racisme. Certes Gale, s'était montrée à une époque profondément patriote, quand il s'agissait de défendre ses frontières et ses intérêts; Mais au-delà des insultes, il s'agissait plus d'une attitude visant à repousser le flot des jeunes Latinas mexicaines qui osaient lui voler ses profits et son carré de trottoir. Peut-être se rendit-elle compte de sa maladresse, mais Gale finit par tourner ses pensées acerbes à l'encontre du macchabée en putréfaction étalé de manière grotesque aux pieds de sa partenaire. Désormais rendu inoffensif, elle s'avança vers le rôdeur libéré de sa condition de mangeur de chair, pour lui écraser sans ménagement l'entrejambes en décomposition. Un sourire teinté de sadisme aux lèvres, elle se permit alors une raillerie aussi malsaine qu’irrespectueuse, envers celui qui fut jadis un être humain à part entière.  

"Alors on ne se redresse plus pour saluer les dames? On ne veut plus jouer au dur? Vous êtes tous les mêmes, au final... Fort en gueule, mais mous quand il s'agit de passer à l'action... " Gale ressentait encore ses maudites pulsions reprendre le contrôle de ses pensées, et releva donc aussitôt son regard froid et vide d'émotion sur Melina. Cette dernière lui tournait le dos, parfaitement immobile, et semblait fixer un trou béant dans le sol du couloir. Quelque chose ne tournait pas rond, alors qu'elle semblait vaciller au bord du vide, comme une funambule perdant peu à peu son sens de l'équilibre. Gale fronça les sourcils à l'idée de voir sa partenaire tanguer au bord du vide. Plus inquiète à l'idée de se retrouver seule face au danger, que par la santé même de sa partenaire, elle finit par l'interroger :

"Hey ma belle, poupée? On reste planté là ou on continue? Y'a un truc qui va pas? On dirait que tu vas tom... "

Elle n'eut pas le temps d'achever sa phrase alors que sa partenaire semblait vaciller de plus en plus dangereusement au bord du trou béant! Sa meilleure chance de survie était sur le point de se casser la gueule et de la laisser toute seule dans la merde! Décidemment, on ne pouvait que compter sur soi-même! Gale se précipita vers elle pour la tirer en arrière, et la contraindre à s'asseoir un instant sur le sol.

"Putain, mais qu'est-ce qui t'arrives? Tu m'as donné ta parole que tu allais m'extirper de ce merdier! Tu ne vas pas flancher maintenant, hein!? Au moment où j'ai le plus besoin de toi! C'est quoi le problème, bordel? "

Gale n'était pas experte en soins médicaux, mais il lui semblait que la jeune femme éprouvait une douleur toute récente suite à son premier exploit, et le combat contre le zombie. Paniquée, Gale ne savait que faire. Peut-être devrait-elle lui trouver des soins? Ou l'abandonner à son sort? Melina était plus un boulet qu'elle allait devoir trainer derrière elle, et qui risquait de compromettre ses chances de survie. Elle lui était inutile à présent. C'est pourquoi, elle se détourna rapidement d'elle.

"Tu n'as qu'à m'attendre ici... C'est ta jambe qui te fait souffrir, n'est-ce pas? Je vais revenir avec de quoi te soigner. Ne t'inquiètes pas, je ne vais pas t'abandonner... "

Plutôt que de lui offrir son bâton en guise de béquille, Gale se tourna vers le trou béant qui éventrait le sol du couloir. Il s'agissait peut-être du moyen le plus sûr pour rejoindre l'étage inférieur, à elle de le découvrir. Sans se poser davantage de question, ignorant sa partenaire dont le sort nécessitait indubitablement de l'aide et des soins; Gale commença à nouer le rideau de douche à un radiateur à proximité du trou béant, afin de pouvoir descendre de manière plus prudente et sans bruit dans l'obscurité de l'étage inférieur. Il y avait quoi, un peu moins de trois mètres de hauteur, tout au plus? Mais à peine eu-t-elle lancé sa corde de fortune, que les griffes d'un zombie jaillir des ténèbres pour attraper celle-ci. Tel un chat jouant avec une pelote de laine suspendue au-dessus du vide, le rôdeur poussait un grognement affreux, attiré par cette nouvelle présence, et l'odeur de viande fraiche qui émanait de l'étage supérieur. Gale poussa un juron entre ses dents, alors qu'elle n'envisageait plus de descendre par cette brèche au combien dangereuse. Elle allait suivre le couloir, et tenter l'escalier principal. C'était désormais la seule solution. Sans même jeter un dernier regard à Melina, elle lui expédia rapidement une dernière formule d'adieu.

"Je suis sincèrement désolée. Tu as l'air d'être une chic fille. En d'autre circonstance, je ne t'aurai pas lâchée. Mais tu dois me comprendre, je ne suis pas en mesure de te porter. Je te demande pardon... Encore merci pour ton aide précieuse, et bonne chance! "

Indifférente au sort de son ancienne alliée, Gale contourna le trou avant de s'élancer dans le couloir, pensant rejoindre facilement l'escalier principal de l'hôtel. Mais c'était sans compter la présence d'un imposant mort-vivant qui s'extirpa soudainement de l'une des entrées d'une chambre. Gale manqua tomber sur ses fesses alors qu'elle freina subitement sa course, de peur de tomber entre les bras de ce poids lourd au stade avancé de putréfaction. Il devait mesurer près de un mètre quatre-dix pour la centaine de kilos, et il était tout bonnement impossible imaginer pouvoir le contourner sans risque dans l'étroit corridor de l'hôtel. Aussi blême que terrifiée, Gale réussit tout de même à reculer lentement, tandis que le zombie s'avançait droit sur elle. Le monstre chancelait de manière glauque, et ses pupilles blanchâtres ne cessaient de fixer son futur repas, qui n'était autre que la pauvre Gale Munroe. Cette dernière tendit son bâton métallique pour le tenir à distance, mais à force de trop vouloir reculer, elle se retrouva bien vite au bord du précipice et dans l'impasse. Un pas en arrière, et elle tombait dans le trou béant dans lequel un rôdeur n'attendait que sa chute pour la dévorer, un pas en avant et c'était la mort assurée également! Gale resta un instant tétanisée, ne sachant trop quoi faire, quand un éclair de lucidité transperça ses peurs et sa panique. Oui, elle devait attirer ce gros lard de rôdeur près du vide, esquiver son attaque et le déséquilibrer. Facile à dire, mais au combien périlleux à exécuter...

Gale déglutit en voyant l'ombre de l'imposant zombie couvrir son visage blême, signe qu'il avançait dangereusement vers sa position. Mais durant une fraction de seconde, elle se ressaisit, animée par une volonté farouche de survie et une haine sans nom à l'encontre de cette créature hideuse qui voulait l'anéantir. Elle invectiva alors le monstre pour l'inciter à attaquer.

"C'est ça! Attrapes-moi espèce de saloperie! Viens me chercher! "

Le rôdeur n'était plus qu'à quelques centimètres de refermer sa mâchoire putride dans sa chair, prêt à se ruer sur elle; Mais Gale chercha alors à esquiver de coté l'attaque du mort-vivant, de manière à le déséquilibrer dans son élan et de le contrattaquer dans son dos. Une initiative périlleuse qui nécessitait autant d'agilité que de rapidité, mais dont la réussite devait permettre à Gale de pouvoir enfin s'extirper de ce couloir de la mort...

Melina Adams

Anonymous
Invité
Lun 16 Fév - 6:30
Bangkok, 27 Septembre 2016.

Han – de son nom d'adoption Melina – croisa ses petits bras maigrelets devant son frère Aat. Il était son semi-protecteur, semi bourreau, son mixte d'ange et de démon. Il n'était...Pas toujours très doux avec elle...Comme ses autres frères. Le garçon lui claqua le derrière de la tête pour l'intimer à revenir à la maison.

"Je veux pas aller à la maison!!" S'entêta Han en frotta le derrière de son crâne.

"Han..." Commença son frère.

La jeune fille se laissa tomber sur ses fesses, le sable dansant autour d'elle tel une robe diaphragme. Ses poings cachèrent ses yeux, masquant ses larmes qui commencèrent à couler. Des sanglots secouèrent les épaules de la petite fille.

"Papa et maman de m'aime paaaaas!" Han s'exclama, le dos rond, courbée vers le sol, ses petits poings s'affairant contre ses yeux humides.

Aat se penchant vers elle, ne fessant que frotter sa main contre le dos de sa sœur. Elle avait raison, parfaitement raison. Leurs parents la détestait pour être une erreur selon eux, d'être née avec le mauvais sexe, d'être une sale perdante dès le départ de sa vie.

Texas? Date inconnue.

Blah, blah, blah. Gale n'arrêtait pas de parler, avec son saleté de sarcasme récurant. Melina avait la tête qui tournait. Pourquoi? Qu'est-ce qui se passait ? Elle avait pourtant achevé le zombie rapidement et proprement. Était-ce dû à ce réveil abrupt plus tôt? Un claquage, elle s'était fait un putain de claquage. Comment était-ce possible? Un mouvement comme celui-là, elle pouvait le faire facilement, sans avoir à s'étirer avant. Sa cuisse emmenait un brûlant sentiment de honte et de douleur. Elle faillit tomber dans le trou devant elle, là ou des grognements et pas trainant se faisait entendre. Gale continuait de parler, mais Melina ne comprenait maintenant plus rien, son corps vacillant. La jeune femme tomba sur le sol, juste à côté du trou, sa tête tournant, tournant horriblement. Maintenant au sol, Gale s'approchait d'elle, voyant bien que quelque chose n'allait pas. La jeune femme ne put entendre qu'un « Je ne vais pas t'abandonner » distordu alors que la brunette se créait une corde de fortune pour descendre par le trou. Melina posa sa tête contre le sol, son mal de crâne étant revenu, sa douleur à la cuisse lancinante.

*Mais...elle est idiote ou quoi?...Pourquoi...elle est descendue...par-là?* Pensa Melina, confuse par le brouillard de qui couvrait son esprit.

Gale ne tarda pas à remonter en vitesse; une vulgarité franchit ses lèvres pulpeuses. La femme se dirigea alors vers le côté gauche du couloir. La confusion s'échappa brutalement du corps de la jeune femme alors que sa compagne dit :

"Je suis sincèrement désolée. Tu as l'air d'être une chic fille. En d'autre circonstance, je ne t'aurai pas lâchée. Mais tu dois me comprendre, je ne suis pas en mesure de te porter. Je te demande pardon... Encore merci pour ton aide précieuse, et bonne chance! "

La colère agita les entrailles de Melina alors que la brunette tenta de se sauver, sans elle, l'abandonnant, tel un alien furibond dévorant ses tripes.

"Sa...lope!" Murmura Melina en regardant la femme s'éloigner.

La thaïlandaise fit un mouvement pour se relever, mais au moment où elle allait se mettre à genoux, elle vit un rodeur sortir de la dernière chambre du fond, grand, imposant, affamé, a quelques mètres devant la bimbo. Gale fut prise d'un soubresaut, manifestement prise au dépourvue. Le monstre sembla parcourut d'un frisson de plaisir à l'idée de croquer une proie apeurée, alors il leva les mains vers Gale et traina le pas un peu plus vite vers elle. Melina contracta ses muscles, plaqua son corps le plus possible contre le sol - qui sentait, soit dit en passant, affreusement le bois moisi envahi de poussière - alors que Gale reculait de plus en plus, tenant son bâton devant elle, les bras tremblotant, le souffre bruyant. La jeune femme aux yeux hétérochromiques ne remarqua que maintenant que son couteau n'était plus dans sa main. Il était, heureusement, tout près d'elle; donc la demoiselle s'étira rapidement pour l'attraper.

Le zombie et l'autre femme étaient à présent très près du trou, Gale à un pas de tomber dedans, le zombie se léchant presque les babines a l'idée de son repas. Il n'avait d'yeux que pour Gale, ce qui donnait à Melina une porte chance de ne pas être vue. Elle fut presque tentée de laisser Gale à elle-même, vu la façon dont la femme allait sans aucune honte l'abandonnée. Mais...son instinct, sa personnalité ne lui dicterait jamais de faire cela, alors qu'en fait, elle appréciait quand même la brunette. Oui, elle lui envoyait des vacheries depuis le début, oui elle avait un humour sarcastique, oui peut-être l'utilisait-elle à ses propres fins.

Le couteau dans sa main droite, Melina resta bien collée au sol pour anticiper la course des évènements à venir. Gale fit alors un mouvement de côté pour éviter le zombie alors que celui-ci arrivait rapidement vers la femme. Il sembla à Melina que sa compagne tenta une attaque dans le dos de l'ex-humain, mais la Thaïlandaise ne perdit pas de temps et coupa ses tendons d'Achilles. Malheureusement, elle ne put que couper celui du pied gauche du zombie; mais cela lui donnerait, à elle et Gale, un avantage certain sur le rôdeur, qu'il tombe par le trou ou pas. La jeune femme, aussitôt son attaque – fructueuse ou non – elle recula le plus rapidement possible de sa victime; jusqu'à coller son dos au mur du couloir, gardant ses yeux de chat sur le mort-vivant.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Lun 16 Fév - 21:06
Sur la route, à nouveau. A peine le temps de se poser et se laisser bercer par un peu de tranquillité qu'il faut se confronter, à nouveau, au monde extérieur, au danger et à l'horreur. Et malgré cette idée peu réjouissante, le jeune Samuel ne semblait pas manquer d'entrain et encore moins d'optimisme, sans doute trop heureux de se retrouver dans une structure humaine stable pour noircir le tableau en ressassant tout ce qui avait été perdu et tout ce qui ne serait jamais retrouvé, sans même essayer de s'imaginer ce qu'il avait encore à perdre.

Toute cette positivité, il tint visiblement à la transmettre à son compagnon du jour, et même si leur mission ne leur donnait pas tant le droit de relâcher leur surveillance sur les alentours ni même l'un sur l'autre, il se permis quand même d'engager la conversation sitôt qu'ils furent sortis du camp. La rapidité de leur départ n'avait pas donné l'opportunité à Samuel de connaitre tant ces nouveaux compagnons, mais une opportunité, il en avait une à présent, c'est ce pourquoi il en profita pour lâcher quelques informations à son sujet, Samuel Freeman, consultant et manager près de la frontière avec le Mexique, bref, l'employé moyen avec une petite vie standard.

En tout cas, l'employé moyen qui tenait son pistolet avec fermeté mais sans crispation, index gauche sur le pontet, comme quoi, même les énormes avancées technologiques n'avaient pas changées ces mentalités à propos des armes, quitte à laisser le citoyen moyen devenir un tueur en puissance... Et ironiquement, cela semblait aujourd'hui avoir son utilité.

Quoi qu'il en soit, le pas léger et l'enjambée longue, Samuel avait montré sa volonté de ne pas se trainer sans renoncer pour autant à la discrétion, parfaitement de mise une fois rendu en territoire dangereux. Et il y eu bien quelques obstacles déambulant aux alentours voir carrément sur leur chemin, de quoi les forcer à quelques détours afin de ne pas se fatiguer inutilement avant de se confronter au gros morceau qu'était la récupération des deux anonymes dans l’hôtel.

Ainsi, ils cheminèrent, Samuel blablatant à demi-voix, quand ce fut possible et sans risque, au sujet de sa vie d'avant dans l'espoir de pousser Wolf à faire de même jusqu'à ce que, finalement, ils n'atteignent les alentours de l’hôtel en piteux état et ne fassent une pause. Couverts par un véhicule abandonné à environ deux ou trois cents mètres du bâtiment, ils pouvaient enfin faire le point sur la situation, l'observer de visu et préparer l'approche la plus prudente et discrète possible.

Mais ça, cela se faisait ensemble, et pour ça, il fallait en discuter. Finis les palabres à propos des services-après ventes bidons, des imprimantes 3D d'importation mexicaine, clients neuneus typiques et autre employé un peu trop terre-à-terre dans ses méthodes de vente, là, c'était du lourd.

Wolf Grylls

Anonymous
Invité
Lun 16 Fév - 23:33
Pas le temps de se poser… après juste une nuit, il lui fallait déjà partir chercher d’autres survivants. Mais c’était le meilleur moyen pour lui éviter de trop réfléchir sur la situation dans laquelle il se trouvait depuis son « réveil » de la veille. Cela ne servait à rien de trop ressasser si ce n’est à perdre de l’énergie pour des futilités. Il fallait reprendre ses repères au plus vite. Quoi de mieux que cette petite expédition, comme dans ses émissions, pour en savoir plus sur son nouvel environnement. De toute façon il se connaissait, resté oisif et « cloitré » dans un environnement restreint allait le rendre fous.

Il s’amusa à penser que, les pratiques qu’il pensait, il y a encore peu comme un ramassis de conneries pour survivalistes à l’imagination débordante, allaient peut être lui sauver la vie, à lui et ses nouveaux compagnons. En parlant de compagnons, il avait été rassuré de voir que plusieurs c’étaient proposés rapidement, malgré les risques, pour aller chercher les survivants. Au moins un point positif dans ce monde apocalyptique, le genre humain n’était pas perdu. Il avait fait un effort pour retenir les noms, il y avait cet homme pale avec des restes de costumes hors de prix, Scott peut être, et un autre, plus simple, Seth.

Finalement, c’était lui qui partait pour cette mission avec Samuel … Après avoir consciencieusement mémoriser les indications, un peu succincte, de Clark. Ils prirent la route. Sur les première minutes de marche, il détailla son compagnon, pas vraiment le physique de l’aventurier mais il avait de l’enthousiasme à revendre. Rapidement Samuel commença à parler de lui, un cadre moyen américain, vivant à coté de Mexique… Un homme a priori simple, un monsieur tout le monde… pourtant Wolf remarqua rapidement la manière dont Samuel tenait son arme : pas de doigt sur la détente. Il avait l’air de savoir utiliser son arme, cela évitera un coup qui pourrait partir tout seul en cas d’attaque surprise, mais surtout cela le mettait dans une catégorie plus rare que celle d’un citoyen américain lambda ayant acheté une arme en sachant à peine s’en servir. A croire que la vie d’un manager aux Etats Unis était pleine de surprises.

Wolf, profitant de ce moment pour mieux faire connaissance, se présentât un peu mieux, ex-militaire des forces spéciales britannique et animateur aventurier d’émission de reportage sur les méthodes de survie, il espérait ainsi rassurer Samuel sur sa capacité à mener à bien leur expédition dans les meilleurs conditions de sécurité.

Sur le chemin, Wolf essaya de mémoriser au mieux son environnement, cartographiant mentalement chaque détail. Il chercha, aussi, à repérer tout ce qui pourrait être intéressant à récupérer. Il espérait qu’avec un peu de chance, les survivants objets de cette mission ne seraient pas en trop mauvais état et qu’ils pourraient peut-être, tous les quatre, explorer un peu mieux la zone.

Wolf et Samuel firent très attention d’éviter tout problème potentiel en chemin, quitte à faire quelque détours et à faire quelque excès de prudences. Il leur fallut un peu plus d’une heure et demie pour arriver au fameux motel. En vue du bâtiment, ils se mirent à couvert derrière la carcasse d’une voiture. Il n’avait croisé que peu de zombies en route, et la rue ne semblait guère peuplée, ce qui, au regard des émissions survie extrême au-delà du réel, n’était guère un bon signe. D’après les pseudos spécialistes qui écrivaient les mises en situation, cela pouvait signifier que les zombies avaient pris leur dernier repas à l’intérieur des bâtiments, dès lors, ils risquaient de rencontrer plus de difficultés en entrant dans le motel.

De plus il y avait peut-être une situation d’urgence pour les survivants, en espérant qu’ils avaient réussi à se barricader dans une pièce et qu’ils n’aient pas perdu l’espoir d’être secourus.
Wolf fit part de ses conclusions à voix basse à son partenaire de mission. C’était maintenant qu’il fallait mettre une stratégie en place, afin de trouver les survivants et les ramener vers le camp en évitant tous les pièges que pouvaient cacher l’établissement miteux et abandonné.

Evènements

Anonymous
Invité
Mar 17 Fév - 0:39
Les mains tendues, l'envie de dévorer dans le blanc morbide de ses yeux et son poids l'empêchant de se mouvoir pleinement, le rôdeur avançait en bloquant l'accès au couloir droit sur Gale, faisant fi de tout le reste car seule sa chair avait de l'importance à ses yeux.

Le bâton de fortune de Gale, à peine adapté à être utile de par son poids trop faible pour en faire une arme digne de ce nom - destiné avant tout à une tente standard, ne le tint guère à distance et la créature finie par acculer la femme, avant de se jeter sur elle d'une impulsion de ses jambes.
Son esquive, Gale la réussie mais ne le devait qu'à un inconvénient du mort : le poids trop important de la créature qui l'emporta dans sa course, cela se révélait car peu dupe, il avait tenté de se rattraper pour finalement basculer, Melina profitant du désintérêt du mangeur de chair pour elle afin de venir taillader les tendons de son pied gauche, tendons morts mais toujours attachés, ce qui fit en réalité craquer l'ensemble du pied se brisant sous le poids de l'agresseur.

Finalement, cette même créature, bien qu'insensible à la tentative de contre-attaque de Gale et de son bâton, trop massif et grand pour être affecté par les coups de la femme, la repoussa violemment au sol en voulant l'attraper et acheva sa course dans le trou où il tomba, pour rester coincé. L'épais rôdeur n'était pas passé au travers de ce trou creusé par l'inconnu et resta bloqué entre les deux étages des instants durant, agitant ses mains toujours intéressées par les deux femmes et ignorant jusqu'à sa situation et sa condition.

Cela aurait pu être considéré comme une victoire pour elles, c'était le cas d'une certaine façon, mais un autre imprévu se révéla : le sol, fragilisé par le creusement et sans doute par d'autres facteurs incertains, se fissura un peu plus sous le poids avant de s'élargir subitement dans le bris de nouveaux morceaux, un cassage bruyant qui entraîna le rôdeur massif à l'étage inférieur, s'écrasant sur son confrère qu'il réduisit presque en bouilli sur le coup. Les fissures se poursuivirent sur la longueur et remontant quelque peu sur les murs voisins, laissant imaginer ce qui allait arriver.

Le sol s'apprêtait à se fendre davantage pour en effondrer très prochainement toute une parcelle et si les deux femmes restaient sur place, c'est à l'étage inférieur qu'elles finiraient à leur tour pour servir de repas aux rôdeurs qui s'y trouvaient, ceux-ci attirés par les craquements se rapprochant du trou qui séparait les deux étages en scrutant l'événement, prêts à accueillir leur potentiel offrande avec un espoir invisible.


Eléments Scénaristiques:
 

Gale Munroe

Anonymous
Invité
Mer 18 Fév - 10:26
Manifestement trop lourd et trop lent, le zombie se jeta sur Gale avec le temps de retard nécessaire pour que l'esquive de la jeune femme soit couronnée de succès. Malheureusement, la contre-attaque de Gale ne fut pas à la hauteur de ses espérances, tant la tige de tente métallique se révéla beaucoup trop légère et surtout inoffensive pour infliger le moindre revers significatif à la masse putride de cent kilos qui vacillait désormais devant le trou béant. A part le fouetter dans sa chair en décomposition, l'ancienne prostituée ne lui faisait guère de dommage, et nul doute qu'elle allait payer pour cette erreur de calcul. L'espace d'un instant, elle pensa le pousser dans la faille du plancher avec ses propres mains; Mais c'était sans compter l'intervention salutaire de Melina, qui dégaina une nouvelle fois sa lame pour trancher le talon de l'imposant rôdeur. Gale n'eut le temps de voir qu'un éclair métallique en direction du pied du mort-vivant, puis celui-ci finit par basculer dans le vide, pour venir s'écraser lourdement sur l'étage en contrebas. La poitrine de Gale se soulevait de manière frénétique, alors qu'elle tentait de reprendre le cours de sa respiration. Cela n'avait peut-être duré qu'une poignée de secondes, mais dans ce laps de temps précis, Gale avait senti le souffle de la mort venir caresser son visage encore pâle de terreur. Lentement, elle s'approcha du trou, juste pour entrapercevoir la parcelle qui soutenait le gros rôdeur cédée sous le poids de celui-ci, et venir s'écraser sur son confrère mort vivant. D'une pierre, deux coups. Mais le vacarme assourdissant lié à la chute de l'étage, ne tarda pas à alerter d'autres mangeurs de chair qui vinrent s'agglutiner en contrebas, dans l'attente de recevoir un repas tombé du ciel. Cela ne sembla pas perturber outre mesure Gale, qui après avoir frôlée la mort, ne réussit point à contenir un rire nerveux.

"On l'a eu, putain! On l'a eu cette espèce de sac de gras putride! "

Toutefois cette manifestation de soulagement nerveux s'interrompit brutalement, dès le premier échange de regard avec sa comparse d'origine asiatique. Gale eue beau redresser le menton dans une attitude pétrie d'orgueil, rien n'enlèverait le fait qu'elle avait tenté de l'abandonner à son sort. Au vue de son intervention éclair à l'encontre du zombie, elle semblait pouvoir se mouvoir, ce qui ne rassurait pas complètement Gale dans sa traitrise. Peut-être voudrait-elle lui faire payer cet abandon aussi lâche qu’égoïste? L'ancienne prostituée avait l'art de retourner les situations à son avantage, et d'user de vérité détournée pour se blanchir de ses fautes. Dans une attitude à la limite de la provocation, elle posa ses mains sur ses hanches, toisant de haut la jeune Melina.

"Franchement, tu ne vas pas me reprocher d'avoir voulu sauver ma peau? Dans la même situation, tu aurais agi de la même manière! Alors cesse de jouer la pauvre petite victime courroucée, je n'ai nul besoin de me justifier auprès d'une gamine! " Ses bras vinrent se croiser sur sa poitrine voluptueuse, alors qu'elle cherchait à réprimer un sentiment de fausse culpabilité. La voix de Gale se radoucit quelque peu quand elle apporta un nouvel élément à sa décharge.  " En restant à tes côtés, alors que tu semblais dans l'incapacité de te déplacer, je me privais de l'espoir de pouvoir retrouver un jour mes proches. La vie d'une inconnue contre celle de toute ma famille! Aussi cruel soit-il pour toi, mon choix s'est rapidement porté sur les miens! Est-ce que tu peux comprendre cela? "  

Mais les justifications de Gale furent interrompues soudainement par un affreux craquement, tandis que d'inquiétantes fissures vinrent serpenter sur le sol. Tels des dominos, les étages s'effondraient les uns après les autres, dans une réaction en chaine effrayante qui ne laissait présager rien de bon quant à la solidité de l'ouvrage. Maintenant, c'était au tour de leur palier de se casser la gueule, et il fallait fuir au plus vite, au risque de sombrer dans le vide. Si la chute ne venait pas à bout de la vie des deux jeunes femmes, nul doute que la masse de zombies accumulée en contrebas se chargerait de les dévorer! Le regard écarquillé de terreur de Gale croisa celui de Melina. La trentenaire fit alors une déclaration qui coulait de sens au vue de la situation :

"Il faut fuir! Vite! "

Ne perdant point ses bonnes habitudes, Gale pensa égoïstement à s'extirper du danger, sans même aider sa comparse d'aventure à se relever. De toute manière, elle n'avait point le temps pour ce genre de geste salutaire et solidaire; Le palier de l'étage entier se craquelant, et semblant vouloir disparaître d'une seconde à l'autre sous ses pieds. Gale se précipita vers l'autre extrémité du couloir, animée par la seule volonté de rejoindre l'escalier qui menait en contrebas. Toutefois ce fol espoir fut rapidement condamné quand le sol du couloir tout entier finit par céder et se fracasser dans un vacarme assourdissant. Fort heureusement, dans un réflexe de survie, Gale se jeta sur sa droite dans l'ouverture de la chambre par laquelle le zombie s'était extirpé précédemment. Elle retomba lourdement sur le ventre, ce qui lui arracha un petit cri de douleur, mais au moins le sol était redevenu ferme sous elle. En effet, signe d'usure, l'un des flancs du motel venait de s'effondrer, ce qui n'était manifestement pas le cas du nouvel espace dans lequel se retrouvait allongée Gale. La disposition des lieux était identique à la première chambre dans laquelle l'ancienne prostituée s'était réveillée; l'hôtel en question ne devant être au final qu'un motel bon marché, aux éléments de décoration standardisés. Gale rampa sur le sol, telle une vipère en direction de la seule source de lumière émanant d'une fenêtre rectangulaire. La poussière soulevée par l'effondrement d'une partie de l'étage envahit alors subitement la chambre, amenuisant considérablement la visibilité. Plaquée au sol, Gale se mit à tousser bruyamment alors que les volutes de fumée poussiéreuse envahissaient ses poumons. Derrière elle, Melina devait probablement avoir trouvé la mort. Tant pis pour elle, car après tout, à vouloir toujours jouer les bonnes samaritaines, on finit immanquablement par se brûler les ailes.

Mais Gale n'était pas loin de rencontrer le même sort, suffocant et crachant ses bronches du fait de l'atmosphère irrespirable qui émanait désormais de la chambre; la jeune femme était au bord de l'asphyxie! Tel un phare au milieu des ténèbres, la survivante ne perdait point de visu le petit rectangle lumineux de la fenêtre. Sa main finit par tâter fébrilement sa surface en verre et trouver une poignée salvatrice qu'elle tira à elle. Un grand bol d'air pur envahit alors les lieux, tandis que la poussière accumulée s'échappait quant à elle vers l'extérieur. La tête au-dessus-du vide, Gale resta un long instant à tousser par la fenêtre, sans s'apercevoir immédiatement qu'elle était observée depuis la rue. Se frottant ses yeux rougis par la poussière, elle finit par découvrir les silhouettes de deux hommes. Etait-ce une impression, ou l'un d'eux désignait sa position du doigt? En pareille circonstance, il s'agissait d'un véritable miracle que de tomber sur des sauveteurs bien humains, et pourtant la paranoïa de Gale prit le dessus sur son désir de mander de l'aide. Dans ce monde anarchique, les hommes pouvaient se révéler encore plus inhumains que les rôdeurs eux-mêmes.  Il s'agissait peut être de pillards, ou de violeurs notoires à la recherche d'une proie sans défense, c'est pourquoi Gale se projeta en arrière pour se dissimuler aux yeux des deux inconnus. La chambre étant devenue à nouveau respirable, l'ancienne prostituée se plaqua au mur à gauche de la fenêtre. C'est alors qu'elle reconnue une silhouette familière, qui semblait surgir d'outre-tombe. Un sourire hypocrite vint alors soulever les lèvres pulpeuses de Gale.

"Melina? Quel plaisir que de te voir, je te croyais morte! "

Gale voulut la prévenir de la présence néfaste des deux hommes dans la rue en contrebas; Mais la lueur si intense qui brillait dans le regard de la jeune asiatique l'incita à ne point prononcer la moindre parole supplémentaire...

Melina Adams

Anonymous
Invité
Ven 20 Fév - 22:34
Melina n'avait pas bougé alors que l'imposant zombie avait fini sa traque à l'étage inférieure, écrasant un autre zombie qui errait en dessous du trou. Il avait réussi à s'accrocher vainement sur le rebord des planches pourries, mais ne fit qu'endommager encore plus le sol. Un instant de silence s'en était suivi ; les deux femmes respirant bruyamment. Melina avait alors regardé Gale, le regard dur, la rancœur encore présente dans ses prunelles. En bas, le zombie que s'était fait écraser par le poursuivant de Gale émettait de douloureux râlements d'agonie. La jeune femme rangea son couteau alors que Gale lui faisait un sermon :

"Franchement, tu ne vas pas me reprocher d'avoir voulu sauver ma peau? Dans la même situation, tu aurais agi de la même manière! Alors cesse de jouer la pauvre petite victime courroucée, je n'ai nul besoin de me justifier auprès d'une gamine!"

Ses yeux roulants, Melina fut agacée par les dires de la brunette. Pauvre petite victime? Elle était quand même celle qui avait été laissée pour morte ! Gale osait même la prendre de haut en lui disant ses paroles. La colère grouilla une nouvelle fois à l'intérieur de son corps, mais fut quelque peu atténuée par la voix de la brunette qui se radoucie en disant :

"En restant à tes côtés, alors que tu semblais dans l'incapacité de te déplacer, je me privais de l'espoir de pouvoir retrouver un jour mes proches. La vie d'une inconnue contre celle de toute ma famille! Aussi cruel soit-il pour toi, mon choix s'est rapidement porté sur les miens! Est-ce que tu peux comprendre cela?"

Melina prit une bouffée d'air, mine de parler, mais soudainement, horriblement, le sol commença à se fissurer et se renfoncer. Fidèle à son habitude, Gale ne jeta même pas un regard vers Melina et se sauva dans la chambre d'où était sorti le zombie. Le sol s'affaissa, Melina appuya sa jambe valide contre le sol le plus rapidement possible, mais une planche se brisa sous elle. La poussière, la moisissure et la peinture écaillée se soulevèrent, attaquant la jeune femme, qui tentait de s'en sortir vivante. Son corps était placé de sorte qu'une planche lui écrasait les côtes sans pour autant les cassées, son côté penché vers la droite. Le sol émit un affreux cri de souffrance, le tour du trou s'affaissa rapidement, amenant tout ce qu'il y avait autour de lui dans sa chute. Melina n'eut que quelques secondes pour s'armer de son couteau et le planter dans une planche devant elle, se tirant - paniquée - de sa prison. La planche commençait déjà à se désagréger, c'était même un miracle que la jeune femme ai pu avoir une prise dessus sans passer complètement au travers. La chance étant de son côté, Melina pu s'extirper du trou et sautant en une enjambée dans la chambre où Gale était maintenant. La poussière occupait l'espace, avait grimpée jusqu'au plafond. La jeune femme plaqua son haut sur son nez alors qu'elle se releva, sur le pas de la porte. Le couteau dans la main, la silhouette de Melina sembla presque illuminer dans cette poussière, complètement visible dans ce nuage nocif. Gale toussait comme une acharnée, la jeune thaïlandaise l'entendit ouvrir la fenêtre – enfin c'est ce qui lui sembla vu le courant d'air qui s'engouffra dans la chambre. Sa silhouette parut probablement assez menaçante, sa jambe lui faisait mal, mais son poids était sur sa jambe valide, le couteau dans sa main, suivant la ligne de sa cuisse, la lame pointée vers le cadre de la porte.

Le nuage de poussière se dissipa peu à peu, permettant à Melina de lâcher son haut qui lui avait divinement protégé les poumons. Ses yeux par contre, n'avaient pu éviter le picotement dans ses yeux. Gale était appuyée contre le mur situé à gauche de la fenêtre, semblant nerveuse. Elle dit alors à Melina :

"Melina? Quel plaisir que de te voir, je te croyais morte!"

La lèvre supérieure de la jeune thaïlandaise se retroussa dans un rictus de colère, ses yeux foudroyant Gale. Celle-ci sembla sur le point de dire quelque chose d'autre, mais se retint. Les prunelles de Melina étaient deux puits brûlants, l'un de lave bleu et l'autre de venin toxique. Sa poitrine se soulevait et s'abaissait, animée par l'adrénaline se précipitant partout dans son corps le sentiment de mort imminente qui l'avait assaillie plutôt lui avait donné une énergie a toute épreuve, ne sentant même plu sa jambe endolorie. Gale la regarda, sachant qu'elle avait une nouvelle fois abandonnée sa comparse a son sort, et n'osa rien dire. Melina serra les poings un instant, puis les desserra au fur et à mesure qu'elle repensait a la situation. À la vitesse à laquelle le plancher s'était effondré, Gale et elle avaient eu un sacré coup de chance de s'en être sortie indemne et surtout, vivante. Mais, Melina en voulait encore à la bimbo d'avoir essayé de l'abandonner. Essayer était le mot juste vu le zombie qui lui avait barré le chemin. Mais si le mort-vivant avait été plus petit, donc plus facile à esquiver ? Gale l'aurait-elle abandonné à son sort quand même? Melina pensa que...non. Mais...elle n'en était pas sure à 100%, ce qui n'était pas très bon signe...

La brunette lui fit alors des signes sans émettre le moindre son. Elle semblait dire qu'il y avait 2 zombies - ou humains ? - en bas dans la rue. Melina la regarda quelques secondes la femme, son regard dur braquer sur elle. Elle rangea finalement le couteau dans son dos, bien niché entre ses reins puis s'avança prudemment vers la fenêtre.

*Pourquoi est-ce qu'elle se cache ? Si ce sont des zombies...ils ne pourront pas monter jusqu'ici...*

La jeune thaïlandaise alla se plaquer contre le à droite de la fenêtre, les mains appuyées contre le mur. Elle regarda prudemment par la fenêtre ouverte. Qu'est-ce qui pouvais bien être dangereux à ce point dans la rue pour que Gale ne veuille pas être vu? La jeune femme vit quelques voitures rouillées, décrépies et visiblement hors d'usage sauf une qui était quasiment neuve, brillante dans sa couverture de peinture étincelante. Enfin, Melina vit les deux hommes devant l'édifice, semblant se demander qu'est-ce qui c'était passé à l'intérieur. La jeune femme émit alors un sifflement pour attirer leur attention. Elle ne souhaitait pas crier pour se faire entendre, de peur que les zombies à l'intérieur ne se jettent sur la porte d'entrée et attaquent les deux hommes. La jeune femme agita sa main dans les airs quand les hommes la virent et elle leur dit – sans le crier, mais à être entendu quand même - :

"Aidez-nous s'il-vous-plait!!"

Simple, clair et sans aucune malice. Ne perdant pas de temps, Melina sorti la tête par la fenêtre regarda à gauche, puis à droite. À sa surprise, une minuscule cage d'escalier avait survécu aux massacres du temps, encore bien accrochée sur la façade de l'édifice ; à l'exception d'une partie qui s'était pliée sous quelconque force inconnue. La cage d'escalier était tout près de la fenêtre, une enjambée et Melina pourrait se diriger vers la terre ferme. Ne jetant même pas un regard vers Gale, la jeune femme passa son torse au travers de la fenêtre, sa jambe valide passa par l'ouverture également. La demoiselle regarda le sol, une petite brise fraiche s'infiltra dans sa chevelure en bataille. Melina regarda les deux hommes quelques secondes puis passa à l'action. La jeune femme s'accroupit tel une grenouille au bord de la fenêtre puis, vive comme un chat, donna une poussée avec sa jambe endommagée – la douleur n'étant pas si mal que cela, mais elle ne devait surtout pas forcer les muscles claqués – et laissa son poids être porté par sa jambe valide. Elle atterrie sur le rebord de la cage d'escalier, un garde-fou l'accueillant pour qu'elle l'attrape de ses mains. La structure avait légèrement tremblé, mais cela n'inquiéta pas Melina alors qu'elle se dirigeait déjà vers la volée d'escaliers menant au 2eme étage. Rendue devant les escaliers, la jeune femme fit une pause, puis expira bruyamment. Elle revint à son point de départ puis dit à Gale de son perchoir :

"Tu ne mériterais même pas que je t'aide. Vraiment. Je devrais te laisser te débrouiller seule..."Elle fit une pause, ne sachant si Gale l'écoutait vraiment. "Mais je te respecte pour ton audace."

Ne voyant pas la jeune femme, Melina s'appuya quand même sur la rambarde de la cage et tendit une main vers la fenêtre.

"Maintenant grouille-toi qu'on foute le camp d'ici...Ensemble!"

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Ven 20 Fév - 23:34
Ce fut un bien étrange timing. A peine les deux hommes allaient-ils pouvoir débattre de la procédure d'extraction des deux inconnues, qu'un grand fracas, doublé et nombreux craquements inquiétants, forcèrent Samuel à resserrer son emprise sur son arme à feux, les muscles tendus. Entre ses dents, il marmonna quelques mots :

"On va pas arriver pour assister au buffet... Non... Allez..."

En l'état, il semblait confronter ses envies d'héroïsme à sa prudence toute naturelle, la seconde ayant bien l'air de mener le jeu puisqu'il demeura à sa place et, quoi que tendu, ne montra pas le moindre signe de témérité ou de panique. Il restait là et il espérait. Le soupire de soulagement n'en sembla que plus apaisant lorsque la fenêtre s'ouvrit en grand pour laisser s'échapper un léger nuage de poussière, mais également un buste bien vivant.

Sans bouger pour autant, il murmura à l'adresse de Wolf, sans quitter la fenêtre des yeux.


"Au moins un, reste à savoir si le second n'est pas au rez-de-chaussée à manger de la poussière."

Finalement, la jeune femme sembla les remarquer. Au fond, même à couvert, ils se trouvaient proches, et elle, elle était en hauteur, et bien évidemment, consciente d'être elle-aussi bien visible, elle retourna se terrer dans la salle. La seule réponse de Samuel fut un léger soupire, de quoi signifier son embêtement autant que son exaspération. Le regard toujours fixé sur la fenêtre ouverte, il pensa que rédiger quelques fiches à propos de la conduite à tenir lors de telles missions ne seraient pas de trop à l'avenir.

Il demeura là, un bref instant, à penser à toutes les infos utiles que pourraient contenir de telles fiches, lorsqu'une autre jeune femme se présenta à la fenêtre et, bien moins craintive, ne leur fasse signe avec, heureusement, autant de discrétion qu'il en espérait venant de survivants perdus dans le coin. Là, le message était clair, mais cela n'empêcha pas Samuel de regarder son compagnon pour lui donner des instructions :


"Okay... Derrière, c'est sûr, je vais en avant pour voir si quelqu'un ou quelque chose à entendu et vient voir, j'aurais la meilleure place pour éliminer une menace et il me suffira de me retourner si elles se montrent menaçantes, elles. Toi, tu les réceptionnes..."

Petit arrêt, juste le temps d'un regard vers le bâtiment pour voir l'asiatique sortir par là ou il s'y attendait, avant de reprendre :

"Je disais, tu les réceptionnes en bas, mais tu gardes tes distances, on est sûr de rien et je ne préfère pas tirer une cible en mouvement si tu es trop prêt de la dites cible. Si elles sont au poil, tu me fais signe et on met les voiles. Et si je me mets à tirer, n'attends pas une seconde, emmène les sur la route et met toi à couvert, si..."

A nouveau, il retourna la tête vers l'hôtel. Cette fois, c'était pour voir la plus téméraire des deux en train d'inciter l'autre à la suivre, mais pas moyen d'entendre très distinctement ce quelle lui disait. Il se redressa un peu et sortis du couvert puis regarda une dernière fois Wolf.

"Si j'vous rejoint pas avant que les traînards sur la route ne vous dépassent, vous rentrez au camp et tu vois avec Clark si je fais toujours du chaud sur son écran."

Et zou, le voila parti en avant, dépassant la façade de l'hôtel, accroupi, l'arme prête à l'usage, pour se coller à une imposante boîtes aux lettres et menacer bâtiments, déchets et autres couverts potentiels de son arme, l'oreille tendue et l’œil perçant. Tout semblait encore calme de ce côté, mais les choses pouvaient empirer en un instant, de manière vivante et non-vivante, aussi restait-il parfaitement tendu, prêt à réagir au moindre signe de danger.

Wolf Grylls

Anonymous
Invité
Sam 21 Fév - 20:32
Ils étaient installés derrière leur abri de fortune. Le motel n'était qu'à quelques mètres de leur position, lorsqu’un énorme fracas provenant du bâtiment se fit entendre. En plus des potentiels zombies qui pouvaient trainer dans l’établissement, ce dernier commençait à tomber en ruines et venait s'ajouter à la liste des dangers à affronter. Ils n'avaient plus qu'un temps très limité pour porter secours aux survivants. De plus ce boucan allait surement ameuter tout ce qui trainait dans le coin.


"On va pas arriver pour assister au buffet... Non... Allez..."


"Là, j’ai plus l’impression que c’est l’immeuble qui va leur tomber sur la gueule. "


Wolf était en train d’observer le Motel pour essayer de déterminer leurs meilleures chances pour trouver d’éventuels survivants quand il aperçut, au bout de quelques secondes, une silhouette à l'une des fenêtres du troisième et dernier étage. Cela pouvait très bien être un mort mais Wolf penchait plus pour un survivant à la recherche d’un peu d’air vu la quantité de poussière qui sortait de la pièce.
Bien il y avait encore du monde à sauver. Samuel l'avait vu et avait dû en arriver à la même conclusion puisqu'il dit:

"Au moins un, reste à savoir si le second n'est pas au rez-de-chaussée à manger de la poussière."

Brusquement une deuxième personne, une jeune femme visiblement, montra le bout de son nez à la fenêtre. Elle leur fit de grand geste tout en essayant de leur dire quelque chose. Wolf n’était pas le meilleur pour lire sur les lèvres et avec cette distance cela n’aidait vraiment pas... mais, cela ressemblait un appel à l’aide.

"Okay... Derrière, c'est sûr, je vais en avant pour voir si quelqu'un ou quelque chose à entendu et vient voir, j'aurais la meilleure place pour éliminer une menace et il me suffira de me retourner si elles se montrent menaçantes, elles. Toi, tu les réceptionnes..."

* Tiens monsieur le Manager essaie de prendre les choses en main. Faire des groupes de un, cela me rappelle les vieux films d’horreur, ceux où une bande d’adolescents se faisait massacrer par un tueur en série ou par des créatures surnaturels. Ils finissaient toujours par faire des plusieurs groupes de un, s'en était presque à donner un coup de main au tueur. Franchement Sam… *

"Je disais, tu les réceptionnes en bas, mais tu gardes tes distances, on est sûr de rien et je ne préfère pas tirer une cible en mouvement si tu es trop prêt de la dites cible. Si elles sont au poil, tu me fais signe et on met les voiles. Et si je me mets à tirer, n'attends pas une seconde, emmène les sur la route et met toi à couvert, si..."

* Voilà maintenant qu’il veut faire de la stratégie… pour la stratégie c’est un poil tard maintenant, pas d’effet de surprise et en plus elles commencent à se mettre, elles aussi à découvert. La plus urgent c’est de foutre le camp des environs de ce motel qui va s’écrouler et être vitre encerclé de zombies. De plus il fera comment pour leur tirer dessus à vue alors qu'il sera de l’autre côté… *

Wolf savait qu'il n'avait pas le temps de discuter des heures avec Samuel. Néanmoins, il préféra, quand même, donner son opinion sur les femmes à secourir. Après tout, il ne connaissait pas assez Samuel pour savoir s'il saurait garder son calme s'il se sentait, encore plus, menacé.

"Honnêtement je ne pense pas qu’elles soient dangereuses et puis, regardes, elles commencent déjà à sortir."

"Si j'vous rejoins pas avant que les traînards sur la route ne vous dépassent, vous rentrez au camp et tu vois avec Clark si je fais toujours du chaud sur son écran."

Samuel commençait déjà à partir vers l’avant du bâtiment.

* Cela doit être l’excitation d’être sur le terrain… la prochaine fois il faudra vraiment que je lui explique deux ou trois choses sur comment on se comporte en binôme en milieu hostile… Bon récupérons rapidement ces deux survivantes et rentrons au camp. *

Wolf commença à courir à petites foulés pour se positionner sous la fenêtre des jeunes femmes. Les zombies du coin ayant déjà été alertés de leur présence, la discrétion n'était plus de mise. Bien qu'il n'ai pas l'accent anglais, il n'en gardait pas moi les bonnes manières et c'est avec le sourire qu'il leur parla calmement.

"Mesdemoiselles bonjour, je m’appelle Wolf. Désolé mais vu l’état du bâtiment je ne pense pas qu’on va avoir plus de temps pour l’instant pour les présentations. Vous avez besoin d’aide pour descendre ou je vous attends en bas ?"

Gale Munroe

Anonymous
Invité
Lun 23 Fév - 11:32
Gale posa un regard inquiet sur le poing de la jeune asiatique qui se crispait de rage, signe que celle-ci était au bord de l'implosion. Quoi de plus normal, après tout. Abandonner deux fois à son sort, il ne pouvait en être autrement. Nul doute qu'elle voudrait se venger et lui faire payer le prix de sa fuite égoïste. De peur d'être frappée par la jeune adepte d'arts martiaux, la Texane lui adressa alors un regard implorant, empreint d'une culpabilité enfin assumée. Aucune parole belliqueuse ne vint justifier son attitude immorale, et Gale se contenta de baisser la tête, quelque peu honteuse. Quelques secondes de silence s'en suivirent, avant qu'elle se rappelle au bon souvenir des deux silhouettes d'allure humaine situées dans la rue en contrebas. Soit il s'agissait d'une occasion miraculeuse pour s'extirper de ce guêpier, soit au contraire, il pouvait représenter une menace encore plus grande. Dans un premier temps et comme à son habitude, Gale avait privilégié la prudence; Se tapissant dans le coin de la fenêtre, elle voulait peser le pour et le contre, avant de commettre la moindre bévue qui anéantirait sa volonté de survivre. Plutôt que de se jeter dans la gueule du loup, il fallait réfléchir, et témoigner de la plus grande discrétion. C'est pourquoi, sans même élever la voix, elle indiqua la présence des deux individus à sa comparse de mésaventure, d'un geste fugitif de la main. Elle ne savait encore si ceux-ci l'avait aperçu, et voulait tirer avantage de cette situation. Melina l'observa, un brin déconcertée par son attitude avant de se plaquer sur la bordure droite de la fenêtre. Gale n'imaginait pas une seconde ce qui allait se produire, quand la jeune asiatique prit le risque d'émettre un sifflement pour signifier sa présence aux deux mystérieux individus! Gale se liquéfia de peur, et fit un geste de la main pour lui intimer l'ordre de se taire, mais cette dernière n'en faisait décidemment qu'à sa tête! En effet, la seconde qui suivit, Melina finit par les héler pour leur demander de l'aide; Ce à quoi Gale se sentit dans l'obligation de manifester son désaccord.

"Mais tu es complètement folle! Pourquoi fais-tu cela?  Il s'agit probablement de pillards! Tu sais ce que font les pillards aux femmes perdues comme nous? Tu veux te faire violer sur le capot d'une voiture? Nous ne sommes même pas armées pour parer ce genre de mauvaise rencontre! "

Mais Melina n'apportait aucun crédit à ses recommandations pourtant bien fondées, préférant se faufiler par l'embrasure de la fenêtre afin de trouver une voie de sortie. Gale voulu la retenir de manière à la protéger, mais la jeune asiatique fut trop alerte pour être stoppée dans son élan d'inconscience. Dans sa petite ville natale de Hillsboro, Gale avait été au fait des horreurs dont étaient capables de s'adonner les hommes contre leur propre congénère. Perdant de leur humanité, la plupart des survivants se livraient à des exactions au-delà de toute commune mesure. Viol, décapitation... Toutes sortes d'atrocités qui faisaient de l'homme, une menace encore plus dangereuse que les zombies eux-mêmes! Quand Melina finit par revenir, la prudente Texane croisa les bras sur sa poitrine dans une attitude désapprobatrice, allant même jusqu'à esquiver son regard. Les reproches ne tardèrent pas à pleuvoir sur elle, quand sa comparse lui fit comprendre que après ce qu'elle avait fait, elle n'était point digne de recevoir le moindre secours venant de sa part. La bouche de Gale se crispa dans une moue dédaigneuse, avant que la jeune asiatique n'ajoute une remarque plus positive, soulignant son respect pour son audace. La texane se demanda si cette dernière se foutait ouvertement de sa gueule, mais plutôt que de surenchérir dans des palabres hostiles, elle finit par se raviser.

"T'es gentille... J'ai peur que cela ne finisse par te jouer des tours, mais je te remercie pour ton humanité. J'aimerai disposer d'un dixième de ton courage, mais je crois que je suis loin d'en avoir l'étoffe. Je ne suis qu'une lâche! Tu mérites davantage de survivre que moi. Tu es quelqu'un de bien... C'est tellement rare de nos jours... "

Gale se recroquevilla sur elle-même, alors qu'une chape de désespoir s'abattait sur ses épaules. Plutôt que d'avoir toujours à fuir l'inéluctable, pourquoi ne pas l'affronter directement. Tôt ou tard, la mort viendrait par survenir, et il était si simple de se laisser aller. La Texane pose un instant son regard sur un tesson de verre venant de la fenêtre elle-même. Une rapide incision, et elle se viderait de son sang. Mais très vite la vision de devenir un être en putréfaction, avide de chair humaine, la glaça bien plus que cette simple pulsion de se laisser aller. C'est alors qu'elle entendit la voix de Melina surgir de dehors, pour lui intimer l'ordre de la rejoindre. Cela faisait si longtemps que personne ne s'était souciée de son sort, et même si sa comparse courrait au-devant de grave danger en rejoignant les deux individus; Gale préféra prendre le risque de devoir mourir avec cette amie de circonstance, plutôt que seule avec son désespoir. Habitée de nouveau par la volonté de survivre, elle saisit alors cette opportunité. Elle se releva et rejoignit l'embrasure de la fenêtre pour s'adresser à sa précieuse alliée.

"Ensemble! Après tout, je préfère encore mieux me faire violer et étrangler par des pillards bien humains, que d'avoir à subir les morsures de ces créatures putrides! "

Gale s'infiltra alors par l'ouverture de la fenêtre du deuxième étage. Finalement la situation n'était pas aussi périlleuse que ce qu'elle avait pu imaginer, il suffisait d'un simple bond pour rejoindre la cage d'escalier, de plus sa comparse lui tendait la main pour lui faciliter cette dangereuse manœuvre. Comme quoi, rien n'était encore totalement perdu. Prenant son courage à deux mains, et surtout la main tendue de sa partenaire, elle s'élança en direction de la cage d'escalier. Enfin, elles se trouvaient toutes deux positionnées sur le meilleur accessit pour rejoindre le plancher des vaches. Gale baissa alors son regard en direction des deux silhouettes qui manifestement avait décidé d'opérer différemment. En effet l'une d'elle se rapprochait du bâtiment, se mettant à couvert comme aurait pu le faire un militaire de carrière, et l'autre s'avançait d'un pas prudent en direction de la cage d'escalier. Peu tentée par l'idée de se confronter à deux inconnus, Gale saisit le bras de celle qui avait désormais toute sa confiance. Elle lui chuchota alors ses doutes, et sa vision des choses.

"Nous devrions peut-être composer sans eux... Qui te dit qu'il ne s'agit pas de deux tarés!? Qu'est-ce qu'ils foutent dans cette ville, seuls? Franchement, cette idée ne m'emballe guère... "

Les clefs de la Chevy Spark tintèrent dans la poche de Gale, qui se rappela soudainement des accessoires qu'elle avait récupéré dans la chambre mystérieuse. Elle disposait d'essence et d'une voiture, de quoi quitter cette ville abandonnée et de se mettre rapidement en sécurité. Elle tira alors de nouveau le bras de Melina pour lui chuchoter une énième recommandation.

"De plus, nous avons une voiture. Et toi et moi, on peut quitter cette ville de malheur! Je te dois bien cela, après tout! Alors que décides-tu? "

A peine eut-elle émit ses doutes quant à l'idée de devoir composer avec ces deux inconnus, que l'homme qui se rapprochait de la cage d'escalier finit par se présenter. D'une voix incitant à la confiance, teintée d'un bel accent britannique, il s'adressa aux deux femmes de manière à les rassurer sur ses intentions. Gale se raidit soudainement, comme si cette voix avait quelque chose d'étrangement familière. Elle braqua alors son regard sur l'individu, afin de pouvoir mieux l'identifier et ses traits creusés par la méfiance se déraidirent d'un seul coup. Sa bouche s'arrondit en soigne de sa surprise, avant qu'elle ne se tourne vers Melina pour lui faire partager sa découverte, prenant bien le soin de n'être pas entendu par l'homme en question.

"Putain, je rêve, ou ce mec ressemble trop à la star de la série documentaire "Born Survivor". Tu sais le type incroyable qui donne des conseils de survie, et qui peut survivre dans les conditions les plus exécrables. Jonathan Grylls, c'est son nom! J'étais une fan inconditionnelle de ses émissions! Si tu savais comme il a pu me faire mouiller ma culotte ce beau gosse... "

Se laissant aller à des confidences vulgaires, Gale se mordilla la lèvre inférieure de désir, tandis qu'elle ne semblait plus éprouver la moindre peur quant aux intentions de celui qui n'était plus un inconnu à ses yeux. Elle finit même par se pencher sur la rampe de la cage d'escalier, d'un côté pour s'adresser au sosie de star, mais également pour lui laisser découvrir la profondeur de son décolleté. D'une voix à la fois enjouée et sur ses gardes, elle s'adressa alors à l'homme.

"Nous allons descendre. L'escalier semble beaucoup trop fragilisé pour supporter plusieurs passages. Mais ne tentez rien contre nous! Nous ne sommes point hostiles, bien au contraire! "

En effet, l'escalier ne semblait se suspendre que par le fruit du miracle. Gale se retourna vers sa comparse, enfin prête à rejoindre la star de télé, et l'incita à prendre les devants. Aussi prudente que vigilante, la Texane surveillait chacun de ses pas qui l’amenaient vers le sol et des secours salvateurs. Pour la première fois depuis bien longtemps, elle éprouvait même un sentiment de confiance quant à la suite des évènements. Car au pire se faire violer sur le capot d'une voiture, par une ancienne gloire de la télé, ce n'était pas la plus vilaine des fins en soi. Ses pensées empreintes de dérisions furent momentanément interrompues quand un grondement sourd se fit entendre, signe qu'un nouvel étage du motel venait de s'effondrer! La cage d'escalier entière en fut ébranler, et dans un réflexe de survie, Gale voulut saisir de sa main sur la rampe de manière à ne point être déséquilibrée. Sauf que sa main ne rencontra aucune matière, mais seulement le vide, du fait que l'escalier était détruit en certain endroit. Les yeux de Gale s'écarquillèrent, fixant une dernière fois sa comparse Melina, qui s’éloignait alors qu’elle venait de basculer dans le vide. Fort heureusement, sa chute ne fut pas aussi longue qu'elle l'avait imaginé puisqu'il restait moins d'un étage à dévaler aux deux femmes. De peur de l'impact, Gale ferma ses yeux, espérant que quelque chose ou quelqu'un vienne amortir sa chute...
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: