Haut de page
Bas de page



 

[Spécial, C, 1] Deux femmes pour un lit - 14/12/34
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Melina Adams

Anonymous
Invité
Mer 25 Fév - 9:44
La chute sembla presque inévitable pour Gale tellement elle était craintive et trop prudente. Mais, l’écart entre la fenêtre et la cage d’escalier fut finalement franchi avec brio par la bimbo – petite rimette nulle -. La jeune femme se demanda si Gale allait encore lui faire un coup de cochon rendu sur la terre ferme. En effet, Melina avait épuisé sa patience avec elle; enfin pour le moment. Elle avait bien faillit laisser se débrouiller la femme sans l’aider mais sa raison lui avait fait faire demi-tour. Cette femme méritait-elle vraiment la compassion de la jeune femme? Peut-être que oui en fait…La paranoïa de Gale avait fait surface avant qu’elle ne rejoigne Melina, lui demandant au passage si elle souhaitait se faire violer sur le capot d’une voiture en continuant avec ses actions peu prudentes. Mais sa façade de de sarcasme et d’indifférence s’était craquelée alors que la brunette lui lançait un sac de compliment totalement inattendu. Melina s’était crispée à ses mots; Gale avait fait la même chose plutôt, alors qu’elle l’avait laissé à son sort en essayant de partir. Était-ce une bénédiction ou une malédiction si ce zombie s’était ajouté dans cette pièce de théâtre qu’était le monde à présent pour empêcher la comparse de partir sans elle?

Alors que les deux femmes étaient maintenant dans la cage d’escalier, les deux hommes au loin commençaient à se mouvoir; l’un se plaçant à couvert – pour être sûr qu’elles ne les attaquerait pas ou bien pour prévoir une éventuelle attaque de zombies dû au bruit? Melina ne pouvait pas en être tout à fait certaine – et l’autre s’approchait à pas prudents.  Gale s’agita à ses côtés, voyant elle aussi les deux hommes faire. Elle agrippa le bras de la jeune femme puis dit :

"Nous devrions peut-être composer sans eux... Qui te dit qu'il ne s'agit pas de deux tarés!? Qu'est-ce qu'ils foutent dans cette ville, seuls? Franchement, cette idée ne m'emballe guère... "

Décidément, la paranoïa ne pouvait lâcher Gale aussi facilement que la jeune thaïlandaise pensait. Probablement la brunette avait-elle eu des expériences passées traumatisantes, la faisant perdre toute foi en l’humanité. Cela expliquerait très certainement son attitude depuis leur rencontre, sa confiance ne commençant que maintenant à s’afficher envers sa comparse.

"De plus, nous avons une voiture. Et toi et moi, on peut quitter cette ville de malheur! Je te dois bien cela, après tout! Alors que décides-tu?" Continua Gale en enfonçant ses ongles dans le bras de la jeune femme.

Melina n’était pas aussi méfiance envers les inconnus que la bimbo. En effet, ses aventures avant d’avoir été mordue était quelque peu flou, mais elle se rememorisait avoir survécut avec ses parents adoptifs seulement. Et quand sa mère mourut d’une morsure – et fut ensuite transformée pour finalement se retrouver achevée par sa propre fille – elle n’avait eu comme compagnie que son père…avant qu’il ne se fasse mordre à son tour. Après cela, Melina avait survit comme elle avait pu, trouvant ce qui lui fallait dans les autres maisons qui entouraient celle de ses parents. Elle n’avait rencontré aucun autre être vivant, seulement des zombies. De trouver dès son réveil une personne bel et bien vivante, la jeune femme en avait été toute chose, souhaitant la garder auprès d’elle; même chose pour les deux hommes. Mais à mesure que Gale parlait, la thaïlandaise se disait que même avant cette apocalypse, il y avait toujours eu de mauvaises personnes en ce monde. Avec la faim et la crainte constante de se faire dévorer vivant par une personne devenue un monstre, cela faisait exploser le potentiel sadique et cruel de l’humain, le rendant carrément inhumain, animal. Pas tous les humains devenaient ainsi, évidement, mais une bonne partie devait probablement laisser libre court à leur restreintes les plus noires. Melina elle-même avait perdu une partie de son humanité en devant faire exploser la tête de sa propre mère avec un fusil à pompe.

L’homme qui, plus tôt, c’était diriger vers les deux femmes, était maintenant tout près de la cage d’escalier en faisant ses présentations tout en insistant sur le fait qu’il serait temps de ficher le camps rapidement. Gale ouvrit alors grands les yeux, fixant l’homme avec une expression qui sembla de l’incrédulité pour Melina, ou bien était-ce de l’admiration? Étrange. La jeune femme tourna son regard vers l’homme en dessous d’elles, scruta son visage tout en écoutant Gale dire :

"Putain, je rêve, ou ce mec ressemble trop à la star de la série documentaire "Born Survivor". Tu sais le type incroyable qui donne des conseils de survie, et qui peut survivre dans les conditions les plus exécrables. Jonathan Grylls, c'est son nom! J'étais une fan inconditionnelle de ses émissions! Si tu savais comme il a pu me faire mouiller ma culotte ce beau gosse... "

Finalement, la jeune femme put quelque peu voir la ressemblance, même si elle n’avait jamais vraiment regarder ce documentaire.

"Eum…non je n’ai jamais vraiment regardé…"

La brunette ne l’écoutait déjà pas, elle se mordilla la lèvre et alla jusqu’à se pencher sur la rambarde en appuyant sa généreuse poitrine dessus. Elle dit alors :

"Nous allons descendre. L'escalier semble beaucoup trop fragilisé pour supporter plusieurs passages. Mais ne tentez rien contre nous! Nous ne sommes point hostiles, bien au contraire!"

La jeune femme sourit au dénommé Wolf, même si il devait n’avoir d’yeux que pour les deux paires de Gale – de yeux et de…m’enfin…vous savez… -. La brunette intima la jeune thaïlandaise à descendre les escaliers pour aller trouver son futur prétendant, ce que la demoiselle fit. Sa jambe commençait à lui faire mal, l’adrénaline ayant épuisé sa réserve bien remplie auparavant. À pas prudents, la jeune femme reprit son chemin vers la terre ferme bien-aimée, gardant quand même un œil sur Wolf.

Elles étaient maintenant au premier étage de la cage d’escalier. Melina fut sincèrement surprise que l’immeuble ne se soit pas effondré avant. Un soubresaut ébranla la structure de la cage puis un autre tremblement attaqua l’hôtel, un étage entier s’effondra probablement au 2eme. L’un des gonds de la structure de métal se détacha brutalement du mur de brique. Dans un essai de retenir sa chute, Gale approcha sa main vers la rambarde…sauf qu’il n’y avait plus de rambarde à cet endroit. Heureusement pour Melina, une partie de la rambarde était encore là pour l’empêcher de tomber. Sa comparse n’eut pas cette chance miraculeuse alors qu’elle tombait vers l’avant. Elle se tourna dans sa chute en regardant désespérément la jeune femme. Le souffle coupé, Melina n’eut même pas le temps d’esquisser un mouvement vers sa compagne qu’elle tombait déjà.

"GALE!!!" Ne put se retenir la demoiselle.

Aussi rapide qu’une vipère, Melina s’élança vers l’échelle qui permettait de descendre au sol. La chute de Gale ne serait douloureuse…mais pas si importante que cela…Oui elle allait avoir une bonne douleur qui durerait un bon moment, même peut –être se casser quelque chose…Mais n’en mourrait pas. La jeune femme descendit l’échelle à toute vitesse, sa jambe la faisant souffrir le martyre, son adrénaline ne voulant plus être de la partie.

Malheureusement pour la jeune femme, son pied gauche glissa sur la dernière barre. Si près du but…pourtant si loin à présent. Pour quelconque raison, son pied droit se coinça entre 2 barres, l’empêchant de tomber…mais encaissant le choc brusque de sa chute interrompue. Ai-je besoin de spécifier que sa jambe droite était celle souffrant d’un claquage? Melina ne put malheureusement pas retenir son cri de douleur qui s’expulsa d’entre ses lèvres. Son haut décida de descendre, jusqu’à montrer une partie du soutif de sport violet de la jeune femme. Celle-ci respira bruyamment, gémissant de douleur en tentant de décoincer son pied mais sachant qu’elle aurait une chute directement sur son cou si elle réussissait à se libérée. Des larmes de douleur lui virent aux yeux, coulant en sens inverse sur son visage, jusque dans ses cheveux. Son mal de tête revint au galop, encore pire qu’à son réveil. Sa situation était très frustrante car elle n’était qu’à 2 mètre du sol, presque sur la terre ferme.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Mer 25 Fév - 15:46
Accroupis derrière l'imposante boîte aux lettres. L'ex-manager sentis un long frisson lui parcourir l'échine. Ça et là, quelques bruits, quelques mouvements furtifs avaient attirés son attention. Pour sûr, il ne s'était pas attendus à ce qu'ils soient seuls dans la zone, mais valider ses craintes ne lui semblait pas utile pour autant. Ainsi, malgré le danger, là, qui commençait à s'exhiber, lentement, méthodiquement, il demeura en place un long instant à identifier chacune des quelques silhouettes qui commençait à déambuler, visiblement intriguées par le boucan que faisait l'hôtel.

Mais ce frisson de crainte ne fut rien en comparaison de la brève pétrification qui le frappa en entendant l’hôtel continuer à se désagréger, qui se vit additionné au cri de Melina vers Gale qui lui glaça littéralement le sang en faisant pivoter toutes les silhouettes dans la même direction. Ça y est, ils étaient totalement repérés par la population locale, et ça, même sa pétoire ne pourrait y remédier, ni même réellement repousser l'inévitable.

Mis devant le fait accompli, le jeune homme quitta son poste à toutes jambes. Enfin, il pouvait observer la scène, que ce soit le résultat de la chute de Gale ou bien l'asiatique qui faisait sa propre bévue et en payait tout autant le prix. Les dents serrées et le cœur battant la chamade, il remonta la sécurité de son arme et la glissa, tant bien que mal puisqu'il courrait à bonne vitesse, dans son pantalon, à l'arrière, là ou un tir accidentel n'aurait que des répercussions sur sa garde robe.

Les mains ainsi libérées, il pris de longues de inspirations et stoppa net son élan lorsqu'il parvint à l'échelle, sautant aussi haut qu'il lui fut permis pour n'atteindre que le dernier barreau, ce qui semblait être un signe évident de son manque d'entrainement. Malgré ce semi-échec, il ne lui fallut qu'une seconde à regarder la pauvre petite, pendante, dos à lui, pour se donner le courage de tirer comme un malade sur ses bras et effectuer une traction en bonne et due forme, malheureusement pour lui, ne parvenir qu'au second barreau dévoilait toute l'étendue de l'effort à déployer pour atteindre son objectif, ce qui le fit largement pester.


"Merde et merde, je te maudit Manuel ! Toi et ta fonte à la... Woaw !"

Tellement surpris qu'il faillit lâcher prise, il se sentis poussé vers le haut avec beaucoup de force, ce qui lui permis alors de rejoindre l'échelle avec une facilité des plus déconcertante. Bien sur, il ne se leurrait pas, même si il gardait l’œil sur ce qu'il faisait, il savait bien que quelqu'un, en dessous, lui filait un coup de main des plus salutaires. Ainsi, lorsqu'il put enfin placer ses deux pieds de chaque côté de la jambe coincée de Melina, il regarda sous lui tout en se retenant à grande peine de ne pas regarder ou en étaient les marcheurs dans la rue, et s'exclama clairement puisque la discrétion n'était plus de mise à présent.

"Soulève la un peu, je vais la décoincer."

Cette fois, il n'est plus temps de prévoir des trucs et des machins, on avise et c'est tout. Sans même avoir l'idée d'espérer avoir été bien compris, totalement convaincu qu'il était qu'on suivaient ses instructions en dessous, il commença à s'accroupir, gardant les mains fermement accrochées aux différents barreaux. Une fois en position, il se verrouilla au barreau en le gardant bien à l'intérieur de son coude et ôta un de ses pieds du dernier barreau inférieur.

Avec sa main libre et l'espace libéré, il profita du mou qu'on devait lui offrir et déplaça la jambe avec précaution pour la libérer des barreaux d'acier. D'une manière même quelques peu stupide, il garda, pendant deux ou trois secondes seulement, la main accrochée au mollet de la bridée comme si il espérait retenir sa chute tout seul si elle n'avait eu que le vide sous elle.

Le problème principal étant à présent réglé, il libéra son propre bras et se laissa tomber un peu lourdement sur ses jambes juste après s'être assuré que quelqu'un, Melina par exemple, n'avait pas été allongée sur sa zone de chute, ce qui serait quand même un peu dommage. Maintenant, il leur fallait savoir quoi faire avec les zozos qui se rapprochaient lentement mais surement, bien conscient de leur présence.

Wolf Grylls

Anonymous
Invité
Ven 27 Fév - 23:45
"Nous allons descendre. L'escalier semble beaucoup trop fragilisé pour supporter plusieurs passages. Mais ne tentez rien contre nous! Nous ne sommes point hostiles, bien au contraire! "

Wolf eut un peu plus le temps de mieux détailler les survivantes, une voluptueuse brune visiblement assez volubile et une petite asiatique toute menue qui semblait plus discrète. Elles avaient été fort judicieuses de faire passer la plus légère des deux avant l’autre, même si cela imposait beaucoup de patiences et de tensions pour la personne restant à l’arrière.

A peine la jeune femme brune s’engagea dans les escaliers que des bruits évocateurs de catastrophe se firent entendre. Les sens en alerte, Wolf ne pouvait qu’attendre que les deux jeunes femmes descendent le plus vite possible cet escalier.

Hélas, la catastrophe arriva quelques secondes plus tard, dans un puissant bruit, une partie du bâtiment s’effondra. Même si par miracle l’escalier resta accrocher à son mur il n’en trembla pas moins provoquant la chute de la jeune femme n’ayant plus de rambarde pour se retenir.

"GALE!!!"

Wolf savait qu’avec une mauvaise chute cette hauteur était bien suffisante pour entrainer de sérieuses blessures. Malgré son corps qui n’avait pas encore recouvert tout son potentiel, ses réflexes étaient encore là ; il se précipita à la rencontre de Gale. Il essaya de calculer l’angle de la chute probable de la brunette et adapta sa position pour amortir au mieux l’impact, tant pour elle que pour son dos.

Le choc le cloua au sol. Il lui fallut quelques secondes pour récupérer sa respiration mais il avait réussi à rattraper la jeune femme prénommée Gale. Elle n’avait pas l’air blessée. Lui-même s’en était bien tiré correctement, hormis quelques hématomes il n’avait rien de cassé à première vue.

D’un rapide coup d’œil, il constata, avec soulagement, que Samuel n’était pas parti bien loin et qu’il revenait à toute vitesse. Il comprit l’urgence  de son retour en levant un peu plus les yeux vers l’escalier, où la deuxième jeune femme avait réussi, on ne sait comment, à se retrouver pendue par une jambe, la tête en bas ; sa jambe droite était coincée dans les barreaux de l’escalier.

* Ce n’est pas possible, il n’y en a pas une qui sait descendre normalement un escalier ! *

Wolf s’adressa à la jeune femme avec calme et un soupçon humour malgré la situation.

" Mademoiselle, même si il est toujours fort agréable d’avoir une jolie jeune femme dans ces bras, je vais devoir vous laisser pour aider votre amie. "

La faisant glisser doucement sur le côté, il se précipita pour aller donner un coup de main à Samuel qui grimpait sur l’escalier. Une fois Samuel installé, il se dirigea vers la jeune femme pendue. Attendant de voir comment Samuel allait faire pour décrocher la pauvresse.

"Soulève la un peu, je vais la décoincer."

Il attrapa l’asiatique par les épaules et souleva le plus haut qu’il pouvait.

" Ne vous inquiétez pas, nous allons vous aider à vous sortir de là. "

Samuel réussit à libérer  la jambe ce qui, rapidement, lui fit porter le poids de la jeune asiatique sur les deux bras de Wolf. Ce fut suffisant pour l’envoyer une nouvelle fois à terre. Cette fois avec un peu moins de brusquerie.

*  Va réellement falloir que je reprenne des forces! *

Samuel se laissa tomber juste à côté d’eux et les aida à se relever. Tout le monde était de nouveau sur terre ferme. Ils leur faillaient maintenant fuir rapidement la zone avant que tous les zombies du coin ne les coincent, en espérant que le bruit n’est pas alerté des prédateurs encore plus dangereux.

" Je propose de quitter l’endroit très rapidement. J’ai peur que nous ayons bientôt de la mauvaise compagnie. "

Il savait que les faire paniquer ne servait à rien, néanmoins, c’est avec un air sérieux qu’il enchaina, tant pour Gale que pour la petite asiatique qui était dans ces bras.

" Êtes-vous en état de marcher ? "

Gale avait atterrie rudement mais c’est la jambe de la petite asiatique avait pu subi une blessure handicapante et cela l’inquiétait pour la suite. Il n’osait pas la poser pour vérifier si sa jambe pouvait encore la porter, car même en se relayant avec Samuel, devoir la porter allait les ralentir.


" Samuel tu penses qu’on a combien de temps avant que les créatures nous tombent dessus ? "

Gale Munroe

Anonymous
Invité
Lun 2 Mar - 10:14
Tout semblait se produire comme dans un mauvais film au ralenti. Le hurlement de détresse de Melina résonnait encore dans les tympans de Gale, quand cette dernière comprit que ce mauvais pas risquait de lui être fatal. Telle une chatte retombant sur ses pattes, Gale réussit à pivoter quelque peu dans sa chute, de manière à ne point offrir son dos mais ses mains, en guise de premier point d'impact. Mais fort heureusement pour elle, le choc fut considérablement amorti par l'intervention salutaire de l'ancienne star survivaliste, Wolf Grylls. Poitrine en avant, Gale s'écrasa sur lui, pour se retrouver allongée sur son héros, le clouant littéralement sur le sol en béton de la rue. L'homme qui l'avait faite, tant de fois fantasmer devant son petit écran, venait tout simplement de lui sauver la vie! Elle décolla ses seins de son visage, pour lui offrir son plus beau sourire en guise de remerciement.

"Comment pourrai-je vous remercier? Vous venez de me sauver la vie... "

Mais le héros au grand cœur ne sembla point vouloir tergiverser, ni même profiter de l'instant avec la voluptueuse brunette, tant la situation réclamait de nouveau son intervention. L'effondrement d'une partie de l'escalier rendait sa descente périlleuse, et sa comparse Melina se retrouvait également prise au piège; La tête en bas et sa jambe blessée piégée entre les barreaux de l'escalier. Usant de son  flegme typiquement britannique, Wolf fit preuve d'un humour absolument désarmant au vue de la situation périlleuse qui était sur le point de se nouer. Fort heureusement, le deuxième homme accompagnant l'ancienne star du petit écran, fit preuve également de courage pour leur venir en aide. Ce dernier, aussi vif que pétrit d'initiative vint se poster en dessous de la pauvre asiatique suspendue, avant de réclamer l'aide de son coéquipier. En effet, pour décoincer la jambe meurtrie de Melina, il devait gagner en hauteur; C'est pourquoi il réclamait à Wolf de venir lui faire la courte échelle. Quelque peu hypocrite, au vue de ses précédents abandons, Gale lâcha tout de même de belles formules d'encouragement :

"Tiens bon, Melina! On va te sortir de là! "

A vrai dire, maintenant qu'elle venait enfin de rejoindre le sol, Gale n'avait qu'une seule envie : Celle de détaler comme un lapin vers des horizons plus propices à sa survie. Cette ville puait la mort, et nul doute que l'endroit allait sous peu, être envahit par une masse impressionnante de zombies. D'ailleurs l'entrée du Motel commençait déjà à vomir des corps en décomposition, sans doute attirés par le vacarme de la rue. Il fallait fuir! Au plus vite! Mais cette fois-ci, en parfaite opportuniste, Gale pensa qu'il valait peut-être mieux rester auprès de ses deux hommes valeureux, qui brillaient par leur sang-froid respectif. Il fallait faire bonne impression auprès de ces sauveurs miraculeux. Peut-être bénéficiaient-ils d'un refuge? Voir même d'un groupe protecteur! Pour la trentenaire, il s'agissait désormais d'une occasion idéale que de rejoindre ces deux hommes, qui venaient tout juste de récupérer la pauvre Melina. Quitte à en faire des tonnes avec sa nouvelle amie, Gale se jeta auprès d'elle, pour lui enserrer le visage de ses mains. Si abjecte quelques minutes auparavant, quand elle l'avait abandonnée à un destin funeste dans le couloir, elle se montrait cette fois-ci des plus humaines envers le sort de Melina.  

"Melina? Ma belle? Comment va ta jambe? Tu peux marcher? Je crains que nous devions nous activer, nous n'avons guère de temps! Ils sont partout... "

Les yeux de Gale s'emplirent de larmes factices, qui cachaient plus une crainte incommensurable à l'idée de savoir que la rue pouvait se faire submerger d'un instant à l'autre par une horde de rôdeurs, qu'une réelle empathie pour la jeune asiatique. Alors que les deux hommes abordaient l'urgence de la situation, et la nécessité de quitter les lieux rapidement; Gale se redressa sur ses jambes, pour leurs faire face. Si les deux sauveurs pensaient pouvoir fuir une horde de zombies à pied, c'est qu'ils sous-estimaient prodigieusement la situation. Le vacarme produit par l'effondrement du Motel allait attirer une multitude de rôdeurs affamés, et aucun sprint ne serait suffisant pour échapper à leurs mains décharnées. Dans sa poche en jean reposait peut-être la seule note d'espoir qui leurs permettraient de s'extirper du futur tsunami de morts-vivants. Gale l'extirpa de sa poche, et l'exiba à la face des deux hommes.

"Vous voyez la Chevy Spark en contrebas de l'allée? Il s'agit de mon véhicule. Je dispose de suffisamment de places et d'essence pour nous conduire loin de ce merdier. A la seule condition que vous acceptiez de laisser une bonne femme prendre le volant... "

Gale jeta un regard quelque peu ironique sur les deux hommes...

Melina Adams

Anonymous
Invité
Lun 9 Mar - 21:22
*Stupide! Ce que je suis stupide!! Comment jai pu m'empêtrer comme une débutante!? Si je reste trop longtemps comme ça, mon claquage va empirer...*

Les pensées embrumées de Melina ne l'aidèrent pas à atténuer la douleur. En effet, avoir son pied coincé entre deux barreaux décuplait sa souffrance comme jamais. Elle avait rarement souffert à ce point, même lorsqu'elle avait eu une clavicule cassée qui avait déchiré une bonne partie des muscles de son cou. Mais, tel un miracle, cette blessure plus que contraignante n'était maintenant plus, ses muscles remis à neuf, sa clavicule bien en place à présent. Les larmes coulèrent sur son front et s'insinuèrent entre ses cheveux noirs de jais, Melina sentit une présente s'approcher rapidement d'elle et la fit se raidir. Elle se détendit à moitié - biensur sa jambe ne lui permettait aucune relaxation - alors qu'un jeune homme essayait de grimper à l'échelle pour vraisemblablement l'aider. La vue de la jeune femme se brouilla, tant par ses larmes que par la fragilité de sa condition physique. Elle avait surestimé ses capacités à son réveil, pensant avoir la même force et souplesse qu'avant que sa morsure n'advienne. Sa tête commençait à tourner, maintenant trop longtemps à l'envers, son mal de tête plus agressant que jamais.

Encore très confuse, elle sursauta alors que son corps se fit remonter vers le ciel, sa jambe se détendant enfin. Étais-ce le bon Dieu qui voulait qu'elle aille le rejoindre? Au lieu de cela, elle retomba vers le sol, cette fois libérée de son entrave et atterrit dans les bras pour le moins confortables d'un homme. La jeune femme eut le souffle coupé un instant et put voir que l'homme en question était le prénommé Wolf qui les avaient interpellée elle et Gale quelques minutes plutôt. Les bras musculeux de l'homme étaient bien confortables, ce qui fit rosir les joues de la jeune asiatique. Gale se mêla de la partie en agrippant le visage de la jeune femme et proférant ses inquiétudes pour elle. D'être ainsi collée contre Wolf, la jeune femme ne put lui répondre car l'homme lui demanda, autant qu'a Gale qu'à elle, si elles pouvaient marcher. La jeune femme se rappela alors de la douleur de sa jambe qui s'était momentanément effacée grâce au contact plus qu'agréable du corps de Wolf. La demoiselle lui dit :

"Oui je peux marcher" Elle coupa sèchement sa réponse par un soupir puis continua rapidement : "Oh et puis au diable l'orgueil...non je n'y arriverais pas..."

La demoiselle rougit une fois encore en évitant le regard de l'homme, trop gênée d'avoir mis son orgueil de côté. Elle laissa Wolf la prendre dans ses bras; Melina se sentait extrêmement inutile à présent, ne pouvant plus utiliser ses talents de combat contre les zombies...qui d'ailleurs commençaient à sortir de l'immeuble et se dirigeaient vers eux. Les deux hommes semblaient être arrivés à pied et avaient probablement en tête de repartir de la même façon. Gale dit :

"Vous voyez la Chevy Spark en contrebas de l'allée? Il s'agit de mon véhicule. Je dispose de suffisamment de places et d'essence pour nous conduire loin de ce merdier. À la seule condition que vous acceptiez de laisser une bonne femme prendre le volant... "

Melina laissa échapper un soupir d'épuisement mélangé à une pointe d'exaspération en appuyant sa tête contre la poitrine de Wolf.

"Gale, n'insulte pas nos sauveurs quand même!! Ils ne sont pas assez cons pour protester à ça! Et moi jveux pas resté ici plus longtemps, j'ai mal et jveux pas devenir un tartare de zombies!!"

Répliqua d'un ton acide l'asiatique à la dernière réplique de Gale. La demoiselle tourna son visage vers Wolf, assez près quand même, elle pourrait même l'embrasser si elle souhaitait. Elle lui dit alors :

"Merci beaucoup de m'avoir rattrapé et..." Elle tourna son regard vers l'homme qui lui avait libéré la jambe. "Merci à vous aussi de m'avoir décroché la jambe." Ses yeux affichaient la souffrance et l'épuisement. Ses larmes de douleur avoir séché, mais de nouvelles essayaient dangereusement de s'échapper de ses yeux à présent "Maintenant...Est-ce qu'on peut y aller, j'en peux plus..."

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Mar 10 Mar - 1:52
A peine retombé sur ses jambes, pas tellement le temps de reprendre son souffle puisque les trois autres protagonistes allèrent de leurs questions, leurs remarques, leurs remerciements. D'un mouvement doux, le manager mit sa main gauche dans son dos afin de se saisir de son Beretta. Le regard posé sur Melina, il se permis un léger hochement de tête afin répondre à ses remerciements, simple, rapide, efficace, et ils en avaient besoin.

Les données prioritaires avaient été transmises, beaucoup de zombies, une bridée paralysée dans les bras du paladin de la survie et une hyperactive féministe pilote accompagnée de sa twingo. A présent, c'était à son tour de prendre la parole. Un regard avait été jeté en arrière, ils étaient nombreux mais éparpillés, mais ne tarderait pas à venir un flot dense de l’hôtel.

Aussi, il fit deux pas afin de rejoindre le trio et offrir la proximité de son hygiène plutôt convenable, déjà, son visage neutre avait laissé place à une expression plus résolue, plus solide, bien plus vindicative, et le ton de sa voix sonna comme une injonction, sans appel, sans discussion, sans remise en question, c'était un ordre et, craché par un homme tenant une arme à feu dans la main, les mots n'en paraissaient que plus limpides.


"Vous avez dix coups mais vous n'aurez pas mes cris, j'offre une tournée de tequila par balle sauvée ! Courrez, maintenant !"

Peut-être un peu fort, peut-être un peu vif pour ces pauvre gens, mais le jeune homme semblait alors bien loin de se soucier du dérangement qu'il causait autant que l'image qu'il renvoyait. D'ailleurs, il ne manquera pas de légèrement pousser Wolf si celui-ci ne s'était pas décidé à s’exécuter sur le champs pour lui-même se retourner vers les morts, ceux qui avançaient sans avidité ni craintes, insensibles à l'idée de faire économiser un chargeur contre le contenu d'une bouteille d'alcool.

Avec autant de calme que possible, il baissa la sécurité de son pistolet, en tira le chien et le leva, à deux mains, pour accorder la délivrance au corps sans vie qui lui sembla le plus menaçant, c'est à dire le plus proche. Son propre coup de feu manqua de le faire se raidir, il lui semblait presque qu'une éternité s'était déroulée depuis la dernière fois qu'il avait ressentis cette sensation de puissance entre ses doigts, mais à présent, il sentais cette force l'envahir à nouveau. Et c'est là qu'il pivota légèrement et laissa s'écouler quelques précieuses secondes pour s'assurer de faire mouche, ce qui fut le cas et lui donna la brusque envie de tourner les talons.

Il était temps de voir où en étaient les autres, il était temps de commencer à cheminer vers la voiture, il était temps de s'assurer que ses arrières étaient couverts et que son bon de sortie ne risque pas de l'enfumer en le laissant sur place. D'autres part, la patience de ses tirs semblaient un peu trop au gout des invités en décomposition, et mieux valait-il se trouver trop loin que trop près d'eux pour arriver à tirer.

Wolf Grylls

Anonymous
Invité
Jeu 12 Mar - 20:59
La situation n’était pas reluisante, mais pas désespérée non plus. Il n’y avait qu’une blessée, une voiture attendait leur bon vouloir, finalement, c’était presque une promenade de santé. Wolf lança un regard à Samuel, une sorte de promesse muette de ne pas l’abandonner et de lui témoigner la reconnaissance pour sa décision de couvrir leurs arrières.

"Ne joues pas les héros, recule vers nous dès que tu peux, le parechoc fera le reste dès que nous serons TOUS dans la voiture "

Wolf ne perdit pas plus de temps que nécessaire pour se diriger vers la voiture désignée par Gale en positionnant son petit fardeau sur son épaule. Certes, ce n’était pas la position la plus romantique qui soit, mais il s’assurait, ainsi, plus de liberté dans ses mouvements en cas de « rebondissement ».

Wolf ne sursauta pas lorsqu’il entendit le premier coup de feu de Samuel, même s’il détestait les armes à feu, il ne doutait pas du sang froid de son partenaire de sauvetage. Il pesait néanmoins, intérieurement, pour ce gâchis. Il tacha de garder une apparence sûr de lui, pas la peine de faire paniquer les deux rescapées.

Lorsqu’il arriva à la voiture il s’assura qu’elle était bien vide d’occupant indésirable avant d’ouvrir la portière et d’y installer Mélina sur le siège arrière et de sauter à côté d’elle. Il ne protesta pas de voir Gale s’assoir au volant. Au contraire, il avait toujours préféré les femmes d’actions prenant les choses en mains plutôt que les potiches incapables de sortir de leur salon sans risquer de se casser un ongle.

"Gale, j’espère que vous ne tenez pas trop au pare choc de cette voiture et à sa propreté… on va récupérer Samuel, ensuite… vu l’état de la route, ne faire pas de détour pour les éviter, ça économisera des balles et vous donnera peut-être l'occasion de boire un verre. "


Tout en parlant, rapidement, mais calmement, Wolf s’assura que Mélina était attachée et pris le temps de lui adresser un sourire rassurant avant de se pencher vers l'avant pour garder la main sur la portière, juste au cas où Samuel ait besoin d'aide. Escomptant sur la réactivité de la pilote, Wolf se tenait prêt à l'ouvrir afin qu'il puisse grimper à l’intérieur du véhicule le plus rapidement possible.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Sam 21 Mar - 16:06
Visiblement, tous se trouvaient déjà à l'abri du véhicule. C'était une bonne chose et, rien qu'à cette idée, le jeune homme se sentit déjà plus léger, assez pour se laisser griser par la situation qui semblait enfin s'arranger alors quelle semblait catastrophique une seconde auparavant.

Cependant, toujours alerte, il retourna la tête vers l'assemblée qui lui servait de stand de tir aujourd'hui. Les doigts toujours serrés sur son arme à feu, il fit quelques pas vers la voiture puis pivota pour lui présenter son dos. Deux coups retentirent dans la rue et un nouveau corps s'effondra sans susciter le moindre intérêt de la part de ses congénères.

A chaque pas en arrière, précautionneux, le tireur se rapprochait de la voiture mais celle-ci n'avait pas encore démarrée. Des six balles restantes, quatre partirent souffler deux autres morts. Déjà, Samuel se sentait hors de contrôle, il avait besoin de tirer, besoin de puissance, besoin d'évacuer tout ce qu'il avait accumulé depuis son réveil. A présent, il exultais, chaque coup de feu sonnant à ses oreilles comme les cloches d'un paradis pour yankee.

Il ne fut pleinement ramené à la réalité que lorsqu'un gémissement se fit trop intime à son oreille. Le manager qui se sentait brulant comme l'enfer regagna en partie son sang froid et pivota avec vitesse et minutie pour transpercer un nouveau crane à l'aide d'un morceau de plomb. Ce neuvième tir transperça ses oreilles comme jamais à tel point qu'il se sentit comme parcouru par le son et l'onde de choc jusque dans ses tripes pour remonter à sa tête et, cette fois, le transpercer d'une vive douleur, comme si lui-même venait de prendre la balle.

Vive, lancinante, il se courba en avant, prenant sa tête à deux mains pour en presser les tempes avec force. Ce n'est qu'alors que son postérieur buta contre celui de la voiture qui ronronnait à présent, il se sentit alors exploser mais au lieu de répandre le contenu de sa caboche, c'est plutôt sa douleur, cette étrange sensation qui s'en alla. Redressé aussi sec, il observa, d'un léger sourire sans joie et le regard surpris, que plusieurs cadavres s'étaient tout simplement ramassés la gueule par terre et gesticulaient afin de se redresser.

Enfin, l'homme repris pleinement conscience de la situation et, sans même réellement y penser, fit un pas vers le plus proche zombie, tira sans difficulté puis se détourna de ses compatriotes de la Nation des Morts pour se ruer sur la voiture. Là, un simple coup d’œil le décida à rejoindre Melina sur la banquette arrière et, une fois posé et contre toute attente, il se contenta de fermer la portière et de rester silencieux... C'était à son tour de souffler, et il semblait en avoir un tel besoin qu'il ne pensa même pas à boucler sa ceinture.

Wolf Grylls

Anonymous
Invité
Dim 22 Mar - 22:39
L’absence de réponse de Gale inquiéta Wolf presque plus que les coups de feu de Samuel.  

" Gale, ça ne va pas ? "

Tout en parlant il se faufila à l’avant du véhicule. La jeune femme semblait absente, ce qui était, au regard de la situation assez compréhensible. Dieu seul savait ce qu’elles avaient vécu toutes deux avant qu’ils ne les trouvent et le spectacle qui s’offrait à l’avant du véhicule n’était guère rassurant. Il y avait des zombies qui sortaient de partout lentement mais surement… entre le barouf de l’hôtel, ceux de leur conversation et celui des coups de feu, la sonnerie de la cantine à zombies avait bien largement retenti et il y avait de nombreuses bouches à nourrir.

Étrangement, cette situation avait un effet presque euphorique pour Wolf. L’adrénaline très certainement… Tout en œuvrant, il prit soins de parler doucement sans s’arrêter… les états de chocs étaient à prendre très au sérieux et dans leur cas actuel, pour la survie de Samuel, il était primordiale d’éviter une crise de panique et de gérer au plus vite et au mieux cette difficulté.

" Très bien Gale, c’est vrai que la situation est effrayante, mais je vous garantis que je vais vous emmener, vous et votre amie, en lieu sûr, maintenant, je vais vous aider à aller sur le siège passager, voilà… comme ça… et je vais me permettre de conduire votre voiture… "

Il plaça calmement mais fermement les mains sur les hanches de la jeune femme et la souleva légèrement pour la faire glisser sur le siège passager avec des gestes surs, calmes, précis et rapide à la fois.

"  Vous verrez, il y a plein de gens sympathiques la bas, c’est assez pittoresque mais au moins il n’y a pas de zombies. Et puis, nous avons un chef de campement assez remarquable, et je suis sûr que son jeune frère se fera un devoir de vous faire visiter son prochain chez vous. Melina, peut être pourriez-vous rassurer votre amie… je suis sûr qu’entendre votre charmante voix la rassurerait. "

Et surtout l’aidera à ne pas partir en catatonie ou en panique, l’une des deux conclusions possibles et redouter d’un état de choc. Il espérait que Melina saurait prendre le relais. Wolf savait qu'il allait avoir besoins de concentration. Il avait beau avoir fait des stages de pilotages de voitures, il lui semblait que cela était dans une autre vie... et surtout sur des bolides autrement moins "citadins" que celui-ci.

* Une boite automatique, mais qui peut acheter ce genre de véhicule?!! *

Gale n’avait pas pris le temps de boucler sa ceinture mais que les clefs soient déjà dans le contact. Il l’attacha rapidement sur le siégé passager et prit place au volant pour démarrer sans hésitation. Il avait compté les coups de feu tirés par Samuel et il était évident que s’il ne le récupérait pas au plus vite, ils allaient le perdre. Néanmoins, il prit soins de ne pas laisser paraitre son inquiétude et d'avoir l'air sur de lui. Il démarra quand retenti le neuvième coup.

Ça allait être difficile de récupérer Samuel et de le dégager de la troupe qui commençait à l’encercler. Il fallait reconnaitre à Monsieur Freeman un certain cran qui frisait la folie de tenir ses positions malgré la pression et les risques. Wolf roula sur deux zombies arrivant vers l’arrière de Samuel. Le choc lui apprit que cette voiture avait vraiment des amortisseurs ridicules. Ils arrivèrent presque au contact de Samuel quand il le vit se courber de douleur.

* merde *

Wolf redoutait une morsure quand il vit les zombies frapper d’une sorte de défaillance motrice et s’affaler. Il sembla a Wolf que le temps s’était suspendu l’espace de quelques seconde. L’irréel de la situation qui venait de s’abattre sur eux peut être ? Il ne comprenait pas vraiment ce qui s’était passé mais estima que c'était leur chance. Samuel, le visage plutôt pale et douloureux et ne semblait pas étranger à ce petit miracle. Puis le temps repris ses droits quand le dixième balle fut tirée.

Samuel sauta dans la voiture et Wolf ne put s’empêcher de lancer un:

" On vous dépose quelque part Monsieur Freeman? "

Tout en accélérant avant même que le nouveau passager n'ait le temps de fermer sa portière. La voiture prit de la vitesse et, avec un choc assez violent, elle passa au travers et sur l'attroupement de zombie qui s’étaient amassés pour le banquet. Wolf n’avait pas l’habitude de ce genre de voiture et regrettait bien son dernier 4x4 qui aurait fait un carnage dans cette situation.

Ce n'est qu’une fois les plaintes lancinantes des affamés, dont le repas venait de leur filer sous ce qui leur restaient de nez, que Wolf ralenti un peu la cadence et se permis un brin d’humour.

" Mesdemoiselles, Monsieur, j’imagine que si je vous propose un peu de tourisme, vous allez refuser… ? "

Wolf avait le sourire, son flegme anglais face aux coups dur n'en était pas le seul responsable. L'avenir s’annonçait piquant, et Samuel s’avérait être vraiment quelqu’un de très intéressant.

Melina Adams

Anonymous
Invité
Lun 23 Mar - 3:09
Alors qu'elle demandait à ce que les choses avancent plus vite, Melina remarqua que la marée de morts-vivants recouvrait une bonne partie de l'entrée de l'édifice maintenant. Le bruit qu'avait malheureusement produit l'immeuble en s'écroulant avait également attiré d'autres zombies aux alentours. De ce fait, il y en avait une demi-douzaine qui s'approchait d'eux, vers leur seule porte de sortie également ; la Chevy Spark. Ils ne devraient pas rester plus longtemps que nécessaire au milieu de cette rue bientôt infestée de putrides ex-humains. Le jeune homme qui l'avait décoincée avait promptement rejoint le groupe, disant :

"Vous avez dix coups mais vous n'aurez pas mes cris, j'offre une tournée de tequila par balle sauvée ! Courrez, maintenant !"

Un petit rire semi-amusée, semi-incrédule passa les lèvres de la jeune femme. Allaient-ils pouvoir sortir de ce merdier indemnes, si ce n'était que de la jambe de Melina? Les entrailles de la jeune femme se tortillèrent d'inquiétude alors que l'éventualité de ne pas s'en sortir vivante envahissait son esprit. L'homme armé avait tiré sur un des zombies, faisant sursauter la demoiselle. Wolf la transporta pour le moins brusquement jusqu'à la voiture, tel un sac de pommes de terre sur son épaule. Cela ne la dérangeait pas vraiment, vu que sa jambe ayant eu un claquage se ferait à peine malmenée dans cette position. Son attention s'égara alors qu'un moment de silence se créa quand Wolf quitta la voiture, quelques instants après avoir galamment attaché la ceinture de sécurité et finalement lui lancer un sourire pour le moins désarmant et rassurant en cette situation. Les paupières de la Thaïlandaise se fermèrent ; peut-être pourrait-elle se reposer...Juste un peu...

Le silence fut brusquement brisé par les coups de feu de l'homme, ce qui fit sursauter la jeune femme, ses yeux s'écarquillant de peur. Elle n'avait entendu aucun autre coup de feu depuis l'euthanasie forcée qu'elle avait dû pratiquer sur sa mère. Sans s'en rendre compte, la jeune femme agrippa agressivement le banc de la voiture, ses ongles creusant le tissu, son souffle bruyant à l'intérieur de la petite voiture. Entre-temps, sans faire de bruit, Gale l'avait rejoint dans la voiture- la jeune femme devait être entrain de dormir dans ce chaos – mais elle ne faisait aucun son, aucun mouvement. Wolf essaya de la faire se ressaisir, sans grand succès, alors il la déplaça côté passager et pris sa place en tant que conducteur. À chaque coup de feu, Melina se crispait, renforçait son attaque contre le pauvre siège sans défense. D'une voix faible, apeurée, la jeune femme dit à sa compagne de survie :

"Gale...Lache pas prise...On y est presque !"

La jeune femme s'étira vers Gale, paniqua quand elle se sentit retenue soudainement, mais se ressaisit en voyant la ceinture de sécurité bien attachée. Rapidement, elle détacha la boucle, s'approcha de Gale et posa une main sur son épaule, effectuant un mouvement rassurant en douceur. Deux autres coups de feu retentir, ce qui fit reculer vivement la jeune femme avant qu'elle ne plante ses ongles dans la chair de la femme, biensur sans que cela n'ait été volontaire.

Un bang retentit juste à sa droite, ce qui fit encore sursauter la demoiselle, la laissant honteuse d'être si nerveuse. Elle s'attendait à voir surgir un zombie mais ce n'était que le jeune homme armé dont le dos avait cogné contre la portière. Il se dépêcha d'entrer à l'intérieur; en sécurité, avec les trois autres survivants. Une toute dernière poussée d'adrénaline secoua Melina, la faisant se pencher sur le jeune homme pour attacher sa ceinture, car visiblement, son moment d'adrénaline à lui venait de s'épuiser, le laissant le souffle court. Finalement, la demoiselle s'installa le dos contre la portière en disant au jeune homme :

"Je suis désolée mais..."Elle plaça doucement sa jambe meurtrie par-dessus l'homme en rougissant quelque peu, puis ajouta: "Je peux à peine plier ma jambe..."

Elle espéra que sa phrase était assez claire pour ne pas se faire rejeter et qu'il repousse sa jambe. Elle jeta un sourire épuisé au jeune homme en se tenant sur le siège vu la conduite de Wolf. Il roula sur plusieurs zombies pour sortir de la rue maintenant pleine de corps en décomposition. Les paupières de la jeune femme se firent lourdes, elle avait besoin de fermer les yeux...Il lui sembla que le jeune homme lui frictionnait la jambe, mais probablement était-ce son imagination. Le quatuor était à présent sur le chemin du campement, enfin sortit de cette situation.


[Fin Du Jeu]
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: