Haut de page
Bas de page



 

The last blood
 :: Memorial :: Mémoires

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Ven 13 Fév - 15:33
The last blood 845874132


New Braunfels était une petite ville plus rurale qu'autre chose au départ mais comme toute ville proche d'une grande cité petit à petit le paysage campagnard a été mangé par les diverses constructions. Et San Antonio a lentement rejoint New Braunfels faisant de la ville une sorte de banlieue qui a réussi à ne pas tomber aux mains de gangs ou autres joyeusetés de ce genre là, non au contraire elle est devenue une sorte de quartier paisible ou il fait bon vivre, attirant les nouveaux riches dans ses rues arborées aux grandes maisons semblant sortir d'un ancien siècle oublié. Le style d'endroit où beaucoup de personnes aimeraient vivre, fonder une famille, profiter de la vie, ce qui en fait un endroit relativement peuplé.

Du monde voilà bien le souci qui se pose en cette magnifique journée de la mi juillet 2034 alors que l'apocalypse bat pleinement la mesure maintenant, alors que le monde a sombré enfin de ce qu'elle en sait. Les dernières informations, qu'elle a pu entendre, laissaient suggérer que seul le Texas était encore debout...Hilarant à y songer alors que les morts vivants sont partout, qu'il y a de moins en moins de survivants, qu'est-ce que cela doit être ailleurs alors. Toujours est-il que depuis qu'elle a volontairement quitté son amie et son chien, elle a trouvé refuge non loin de New Braunfels et si l'eau n'est pas un problème en soi avec la rivière qui coule par là pour la nourriture et le reste, il en est autrement. Et ce matin elle n'a pas d'autres choix que de tenter d'aller explorer une nouvelle partie de l'ancienne ville, celle d'il y a quelques jours ayant été entièrement dévastée et bien trop peuplée de rôdeurs, sans compter qu'elle n'a pas trouvé grand chose, deux trois bricoles à manger et ah si elle a mit la main sur une carte du coin. Si elle avait su ce qui allait se produire, elle serait venu de ce côté là de San Antonio bien plus tôt en repérage comme ça au cas où...Quelle idée ridicule, qui aurait pu se douter de ce qui allait se produire...Personne. Enfin normalement, non parce qu'elle en a entendu de ces histoires depuis que c'est arrivé, le style complot gouvernemental qui a mal tourné. Elle ne peut pas imaginer que cela soit vrai que des humains l'ont fait exprès.

Enfin bref ce n'est pas le moment de songer à ça alors qu'elle emballe ses quelques affaires avant de partir en expédition, ce qui n'est pas bien difficile vu que toutes ses possessions tiennent dans ses poches. Ce qui fait qu'elle espère trouver bien plus que de la nourriture, style une arme, pas qu'elle n'aime pas son couteau mais il est un peu petit, une machette serait le top sans compter une arme à feu. Mais aussi un sac pour mettre ses effets, et puis soyons fous des vêtements de rechange qu'elle puisse être plus confortable, des chaussures en bon état dont la semelle ne menace pas de se barrer à chaque pas qu'elle fait. Oui vraiment elle l'espère de tout cœur, après tout il doit bien y avoir des coins qui n'ont pas été dévalisés et qui ne sont pas infestés de zombies, il lui suffit juste d'en trouver un et son quotidien changera au moins un peu. Elle voit déjà la suite des événements, se trouver un coin sain et sauf, ou elle pourra s'établir si ce n'est définitivement au moins pour un moment voir même trouver une sorte de refuge ou il y aurait d'autres survivants mais pas trop non plus. Où ils pourront former un groupe soudé face à l'adversité. Idée qu'elle efface d'une pensée, elle est sûre d'être maudite et qu'elle les mettra en danger, bon si elle ne s'attache pas à eux ça pourrait le faire. Mais qu'est-ce qu'elle pense à ça, faudrait d'abord qu'elle survive à cette nouvelle journée d'expédition. Tout est réuni, elle regarde une dernière fois autour d'elle voir si elle n'a rien oublié, même si elle pense revenir dans ce bâtiment on ne sait jamais ce qui peut arriver, à son retour des zombies pourraient lui obstruer le chemin.

Ce qui ne l'empêche pas de prendre ses précautions pour descendre l'escalier, ne pas faire de bruit et étudier le rez de chaussée, guettant le moindre bruit pouvant être suspect, rien en vue. Elle en profite pour étudier une nouvelle fois la carte qu'elle a trouvé plus tôt, se remettre en mémoire une dernière fois le chemin à emprunter pour aller dans la partie qu'elle a trouvé. Une toute nouvelle zone artisanale avec un petit centre commercial flambant neuf, peu connue encore avant que l'apocalypse ne déboule, avec de la chance il n'y aura que peu de zombies et peu de survivants qui y seront allé, à moins d'être tombé dessus par hasard. Elle verra bien, le chemin de nouveau visualisé, elle plie la carte et l'enquille dans la poche arrière de son jean élimé, il est vraiment temps qu'elle puisse le changer. Portant la main à son cou, elle triture l'anneau qui pend à la chaîne, comme pour se donner du courage et ce avant de délicatement ouvrir la porte menant dans la ruelle, de nouveau elle écoute chaque bruit avant de l'ouvrir plus en grand, plissant les yeux devant la luminosité le temps de s'y habituer. Finissant par se glisser à l'extérieur, observant la ruelle de chaque côté pour constater qu'elle est dégagée, parfait cela, il ne lui reste plus qu'à refermer la porte que rien n'y entre, ce qu'elle fait immédiatement. Elle se dirige maintenant vers la sortie de la ruelle, toujours sur ses gardes, à l’affût des différents bruits mais la chose qui la frappe surtout c'est que le soleil est loin d'être haut dans le ciel et qu'il fait déjà une chaleur étouffante. Ce qui donne la sensation qu'une chape de plomb est tombée sur la ville, peut-être que cela ralentira les zombies même si elle en doute grandement, c'est plutôt elle qui serait gênée si elle devait courir. Elle se force à marcher vite dès que le chemin est dégagé de tout obstacles possible, passant d'une rue à l'autre sans trop de difficulté, trouvant en route une barre de fer qui pourra lui être fort utile si un zombie l'approche. Devant se stopper et faire demi-tour à un moment donné, c'est avec des gestes lents et précautionneux qu'elle sort et déploie la carte pour trouver un autre chemin, celui prévu initialement étant embouteillé de rôdeurs « en sommeil ». Elle met un peu de temps à trouver un nouveau chemin qu'elle espère praticable puis elle repart à travers New Braunfels.

Cette fois elle y est, le centre commercial est en vue et elle a tout le loisir nécessaire pour en observer les abords. Quelques voitures par ci, par là abandonnées à la hâte de ce qu'elle peut en juger. Pas la moindre trace de survivants déjà sur place ou de zombies du moins à l'extérieur et de là ou elle est. Progressant mètre par mètre, elle se rapproche de l'entrée prête à faire marche arrière vite fait et à en partir en courant si le besoin s'en fait sentir. Raffermissant sa prise sur la barre de fer trouvée un peu plus tôt, la voilà devant l'entrée du centre commercial dont le rideau de fer est à moitié levé et une des portes enfoncées. Elle se rapproche encore, prenant bien soin de longuement regardé ce qu'il se passe au delà de l'entrée, elle n'a pas spécialement envie de se baisser pour franchir l'entrée et se faire cueillir par un mort vivant à peine de l'autre côté. Quelques minutes plus tard, ne voyant rien de spécial, elle se décide enfin à pénétrer à l'intérieur, se baissant le moins possible pour passer en souplesse sous le rideau de fer. Coup de chance la porte enfoncée a toujours sa vitre intacte lui évitant ainsi de faire du bruit et elle se glisse à l'intérieur en douceur, se plaquant contre le mur pour de nouveau étudier les alentours immédiat. Déjà écouter les divers bruits qui pourraient l'alerter mais aussi chercher à se repérer dans le centre en observant les panneaux couvert de poussière qui lui indiqueront là ou aller. Plusieurs panneaux lui offrent une grande tentation, vêtements, magasins de sports, d'armes mais son ventre la ramène à la raison : la bouffe d'abord, le superflus si on a le temps.

Se décollant du mur elle avance maintenant à travers le hall, fort heureusement dégagé de tout obstacles ou presque, seuls des papiers traînent sur le sol, des prospectus de ce qu'elle peut voir en les évitant par précaution pour ne pas faire de bruit. Elle a l'impression de se rendre compte pour la première fois, de sa vie, de la taille réelle d'un tel lieu, elle a beau faire doucement, elle entend ses pas résonner. Le centre commercial est si vaste en étant totalement vide comme cela, enfin vide cela reste à vérifier, et encore il ne possède qu'un étage pas comme tant d'autres qui s'étalent sur deux voir trois étages pour les plus importants. Enfin, il faut voir le point positif, elle n'a pas à surveiller les hauteurs en marchant, à moins qu'il se mette à pleuvoir des zombies, elle est tranquille de ce côté là. Elle dépasse les boutiques les unes après les autres, arrivant vite à l'entrée de l'hypermarché, d'aussi loin qu'elle peut le voir, il semble désert de tout danger, ce qui ne l'empêchera pas de rester sur ses gardes. A l'intérieur, les rayonnages sont sans dessus dessous, à moitié ou totalement vide, signe que des humains sont passés par là pour faire le plein avant qu'il ne soit trop tard. Elle peut constater que tout et n'importe quoi a été prit, style de la vaisselle et autres choses inutiles pour survivre. Plus elle avance plus elle doit faire attention ou elle met les pieds, des emballages vides ou pleins d'objets en tout genre.

En route, elle ramasse une chose ou deux qui lui seront utiles par contre même si ce n'est pas de la nourriture : du gel douche normal et pour la toilette intime, des protections féminines, un peu de lessive se qui fera que même si elle ne peut changer de vêtements, elle pourra au moins garder ceux qu'elle a sur le dos propres et c'est déjà un luxe quelque part. Arrivant ensuite au début des rayons nourritures ou il ne reste plus grand chose, elle évite soigneusement les anciens rayons frais ou tout ce qui n'a pas été pillé et resté à pourrir et dégage une odeur de charogne à retourner les tripes. Une atmosphère plus que désagréable à cet endroit ou il y a encore plus de pénombre qu'ailleurs, aucune verrière ne venant y donner un peu de lumière du jour. Au milieu du bordel qui règne, elle dégote quelques boites de conserves encore potables, un paquet de pâtes, heureusement qu'elle sait où trouver de l'eau, il restera plus qu'à la faire bouillir. Ce qui lui fait réaliser qu'elle doit trouver non seulement un récipient style casserole mais impérativement elle doit dénicher un sac pour porter ce qu'elle trouve autrement que dans ses bras. Chose qu'elle s'empresse de faire après avoir rassemblé ses trouvailles en tas, elle repart vers le début du magasin. Dénichant au final mais non sans mal ce qu'elle voulait, elle part récupérer ce qu'elle a trouvé avant de vouloir aller voir encore plus loin dans le supermarché. Mauvaise idée que celle là, alors qu'elle approche du fond de la boutique, elle y entend des grognements peu engageant, elle fait demi tour sur la pointe des pieds faisant encore plus attention à ne pas faire de bruit. Se faisant une frayeur monstre quand le sac qu'elle a trouvé bouscule une étagère, ne rattrapant que de justesse le truc avant qu'il ne tombe.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Jeu 5 Mar - 16:06
Elle reste figée quelques instants, les yeux écarquillés, à écouter tout les bruits aux alentours et surtout ceux venant du fond du magasin. Une minute ou deux se passe ainsi avant qu'elle ne soupire de soulagement, elle n'a pas fait assez de bruit pour les attirer, une chance, un miracle que cela. Lentement les battements de son cœur se calme et elle se remet en mouvement, elle doit sortir de là et ne pas tenter le diable. Après tout elle a réussi à trouver suffisamment de ressources pour se nourrir pendant une semaine voir deux si elle se restreint, un repas tout les jours ça doit le faire même si un par jour c'est déjà léger. Reprenant le même trajet qu'à l'aller, elle se dirige vers la sortie de l'hypermarché pour revenir dans la galerie commerciale, qui est toujours aussi calme, trop calme même on pourrait dire. Mais c'est vrai que sur le coup, elle prend cela pour une bénédiction, un signe divin qu'il y a moyen de s'en sortir dans ce monde de fou. Malgré tout, elle prend quelques minutes pour étudier de nouveau les lieux, la situation a très bien pu évoluer et changer le temps « qu'elle fasse ses courses » et elle ne doit rien négliger. Elle constate que tout est aussi tranquille qu'à son arrivée et pourtant maintenant elle en est sûre, des zombies peuvent rôder n'importe où.

À l'aller, elle avait repéré un magasin d'équipements de sports en tout genre, l'Academy Sports + Outdoors, venant d'une chaîne de magasins comme elle pouvait trouver en Europe avec les Décathlons. Elle sait que là bas, elle a des chances de trouver ce qu'il lui faut si le magasin n'a pas été dévalisé comme les autres, elle s'y dirige d'un pas rapide mais toujours en faisant attention où elle pose ses pieds. Devant la boutique, de nouveau elle prend le temps de tout observer, commençant par remarquer que là aussi il y a des endroits ou les puits de lumière, des verrières du toit, ne vont pas laissant une plus grande pénombre qu'aux autres endroits. A première vue pas de zombie mais aussi peu de rayonnages supportant encore des choses, elle se fait la réflexion que les gens ont pillés tout et n'importe quoi. En temps d'apocalypse, à quoi peuvent bien servir les appareils de musculation pour survivre ? Elle secoue la tête, trouvant que ceci est du n'importe quoi, ou alors les personnes, ayant fait cela, voulaient emmagasiner des objets pour le après épidémie ? Sans doute étaient-ils persuadés que tout allé vite rentrer en ordre et qu'ils auraient enfin des objets qu'ils voulaient et ça sans les avoir payés. L'apocalypse a vraiment exacerbé les comportements les plus abjects de l'humanité...

Pour le moment ce qui l'intéresse est ce qui était les rayons chasse et randonnées/camping, en même temps ces rayons là ont toujours été ses préférés, jamais elle ne se serait intéressée au rayon fitness, gym et sport de fillettes à chihuahuas. Ce n'est pas maintenant que ça va commencer. Bien qu'elle aimait bien aussi le rayon équitation même si elle n'avait pas de cheval, cela lui arrivait de pratiquer l'équitation, enfin ici au Texas faudrait pas espérer trouver du matériel de monte classique, ils ne devaient avoir que du western. Lentement, elle entre dans le magasin regardant ou elle met les pieds, le sol jonché de petits morceaux du verre des portes, ne lui laisse que peu de place où poser ses pieds. Fort heureusement de la moquette permet d'amoindrir le bruit lorsqu'elle n'a pas d'autre choix que de marcher sur le verre. Un mètre puis deux puis trois et enfin elle sort de cette zone à risque, elle souffle un grand coup, restant à l’affût des bruits tout en regrettant à moitié d'être entrée là...Un coup à se faire tomber dessus et bouffer par des rôdeurs attirés par le bruit. Elle laisse filer quelques minutes avant d'être rassurée, rien n'approche d'elle et de sa position, soulagée elle reprend son avancée dans la boutique.

En premier lieu, elle se dirige vers le rayon chasse, se guidant aux panneaux indicateurs des différents sports. Grosse déception une fois dedans, les racks supportant les armes, avant l'apocalypse, sont tous vides, plus aucune arme blanche, à feu ou de jet. Plus rien du tout même pas une arme cachée dans un coin ou sous un des meubles et qui aurait glissé là par erreur, pourtant elle prend un peu de temps pour bien regarder de partout. Bon ben, elle n'a plus qu'à continuer son exploration, direction le rayon randonnées, elle espère pouvoir trouver un truc ou deux cette fois ci. Le sol y est, plus qu'ailleurs, jonché de boites vides, de cintres, comme quoi, en fin de compte, certains humains ont su réfléchir aux choses vraiment utiles à piller. Délicatement pour ne pas faire de bruit, elle se met à chercher à regarder de partout, finissant par dégoter une paire de chaussure de marche à sa taille, elle s'empresse de les troquer contre ses chaussures de ville. Continuant ses recherches, elle tombe sur une pile de vêtements, elle reste figée devant en se demandant comment ils sont arrivés comme ça. Elle secoue la tête et du bout de la barre de fer qu'elle tient en main, elle tâte la pile de fringues, sait-on jamais qu'un zombie soit en dessous mais non rien. Mettant les mains cette fois-ci elle remue les vêtements pour trouver un pantalon noir à sa taille puis un top puis des chaussettes et des dessous, une vraie aubaine ! Cela lui donne la sensation d'être un jour de soldes ou c'est elle qui obtient LES super affaires du magasin.

Elle pose le sac et la barre au sol et entreprend de se changer avant d'enquiller ses vêtements usagés dans le sac de course, ils peuvent toujours faire encore peu et elle pourra jongler entre le deux tenues, le temps d'en laver une. Même en temps d'apocalypse, il est important de penser à ce genre de petites détails, surtout pour une femme, cela aide à conserver le moral surtout que le sien est loin d'être au beau fixe depuis plus d'un mois. Les vêtements ne sont pas forcément le top mais ils ont le mérite d'être confortables et le pantalon a assez de poches pour qu'elle puisse y entreposer des petites bricoles qu'elle pourrait trouver à l'avenir. Sa séance fashionista apocalyptique terminée, elle se penche pour ramasser son sac et sa barre de fer, quand elle aperçoit sous un meuble, le bout de ce qui a l'air d'être une veste doublée. Elle fronce les sourcils et se redresse, prête à laisser la veste là ou elle est sauf que d'un coup elle se fait la réflexion qu'il a beau faire une chaleur à crever en ce mois de juillet, cela ne sera pas tout le temps ainsi, que l'hiver va finir par arriver. Et même si au Texas, les hivers sont largement plus doux qu'en Écosse, elle serait folle de ne pas saisir cette opportunité, si jamais elle survit jusque là, elle sera bien heureuse de l'avoir. Encore faut-il que la dite veste soit intacte et sa taille, chose qu'elle s'empresse de vérifier en la sortant de sous le meuble.

Le verdict arrive, la veste est intacte et visiblement plus ou moins à sa taille ce qui fait que malgré la chaleur ambiante, elle l'enfile pour constater qu'elle a deux tailles de trop. Bon au moins elle sera à l'aise dedans, elle va pour l'ôter et la mettre dans son sac quand elle réalise qu'il n'y a plus de place, elle est bonne pour la garder sur le dos. Hésitant entre continuer à regarder si elle trouve d'autres choses miraculeuses et sortir de là ayant déjà bien assez traîné, elle perçoit un bruit venant de l'entrée, quelque chose ou quelqu'un marche sur les bouts de verres. Vu l'absence totale de prudence soit il s'agit d'un survivant qui n'a pas saisi l'intérêt d'être discret, soit il s'agit d'un ou plusieurs zombies. Elle déglutit avec un peu de peine, c'était trop beau durer la situation, elle aurait du se douter qu'il y aura une couille à un moment ou à un autre, surtout qu'aucune des deux solutions n'est meilleure que l'autre enfin si peut-être la seconde...Parce que pour la première, il faut non seulement esquiver le survivant mais aussi les zombies qu'il va rameuter en faisant du bruit ainsi. Ce qui ne manque pas d'arriver à peine quelques secondes après, du bruit se fait entendre derrière elle et voilà la chose de l'entrée a fait sortir de son « sommeil » un zombie logé dans le fin fond du magasin, elle n'a plus d'autres choix que de bouger vers la sortie. Chose qu'elle fait aussitôt, coinçant son sac sur son épaule, sa barre de fer en main, elle se dirige aussi rapidement et silencieusement que possible vers l'entrée.

Elle pile net quand elle voit deux zombies à l'entrée de la boutique entrain d'avancer en se traînant, le corps à moitié pourri dont des morceaux pendouillent. Elle se rend compte à cet instant, que c'est elle qui a du les attirer là mais elle se demande comment ils ont pu l'entendre entrer là alors que celui dans le magasin non. Où alors elle n'a pas fait attention à eux en se déplaçant et ils l'ont vue ou sentie et sont venus de leurs pas lents ? Cela lui fait froid dans le dos et pourtant elle n'a pas le temps d'y réfléchir là maintenant, elle doit sortir de là avant d'être totalement coincée et avant qu'ils ne se mettent à grogner et en attirer d'autres ! Elle essaye de rapidement étudier la scène, le premier zombie vient de franchir la zone aux morceaux de verres alors que le second vient juste d'y entrer. En passant au large du premier et en frappant le second de sa barre de fer, elle doit pouvoir passer même si elle sait que le premier fera demi-tour en la voyant et qu'elle n'est pas sûre de tuer le second. De toute façon elle doit sortir de là et ne peut se permettre d'attendre plus longtemps, elle prend une profonde inspiration, elle vérifie la prise de son sac sur son épaule et elle s'élance. Elle esquive le premier comme prévu qui pivote sur lui même pour la suivre, elle prend son élan et vient frapper le second au cou...Eh merde il est pas mort mais le coup l'a fait reculer assez pour qu'elle puisse passer.

Inutile de préciser que la peur qu'elle ressent alors qu'elle essaye de sauver sa vie ne fait qu'augmenter quand à peine les deux pieds en dehors du magasin, elle voit clairement deux nouveaux zombies approcher de sa position. Et sa fuite va ne faire qu'en rameuter d'autres avec le vacarme qu'elle a fait. C'est avec la mort aux trousses, qu'elle se rue vers la sortie du centre commercial, même si elle va plus vite qu'eux, elle a la sensation d'avoir leurs souffles morbides dans le cou et il est hors de question pour elle de se retourner pour vérifier. Elle crève de chaud avec sa veste sur le dos, elle a l'impression de ne pas avancer assez vite, pourtant elle courre au maximum de ce qu'elle peut faire. La sortie se rapproche à chacune de ses foulées et bientôt une bouffée d'air frais venant de l'extérieur lui emplit les poumons, certes l'air n'est pas vraiment frais en ce mois de juillet mais comparé à la lourdeur de l'intérieur du magasin, elle a cette agréable sensation. Elle franchit le seuil du centre commercial à toute vitesse, se faisant aveugler quelques instants par la transition entre pénombre interne et plein soleil extérieur. Bon sang elle est restée combien de temps là dedans pour que le soleil soit déjà si haut ?

Plissant les yeux pour faire passer l'éblouissement, elle porte en même temps sa main libre à son front comme pour se faire un pare soleil. Son cœur bat la chamade, son souffle est pratiquement court et sa peur à peine diminuée des événements qu'elle vient de vivre et elle n'a pas le temps de se calmer qu'elle doit déjà repartir aussi vite que possible, son sang ne faisant qu'un tour quand elle voit une dizaine de rôdeurs devant elle et à moins de cinq mètres. Elle pivote sur elle même et repart en courant, se dirigeant vers l'arrière du centre commercial et vers les quais de déchargement des marchandises alors que les zombies poursuivent leur route vers elle. Le temps de faire cinquante mètres de plus et la fatigue la gagne, elle n'a plus assez de force pour continuer à courir, son jeun répétitif et forcé n'arrangeant pas la situation, sans compter le poids du sac à son épaule, le fait qu'il fasse une chaleur de malade et qu'elle n'a rien bu depuis longtemps. Une peur panique lui vissant les entrailles alors qu'elle est obligé de repasser à une simple marche, qu'elle veut rapide au départ avant de ralentir, toujours contrainte et forcée. Son esprit n'arrivant plus à faire répondre son corps comme elle le veut.

Se traînant plus qu'elle ne marche, elle arrive à l'angle du centre commercial et se retourne pour voir ou en sont les zombies dans leur avancée, tout en continuant elle même à progresser. Elle souffle un coup en voyant qu'ils ne sont pas juste derrière ses talons et se retourne au moment précis où un zombie lui arrive dessus, elle tente de le repousser en reculant maladroitement. Un de ses pieds buttent dans le sol et elle tombe en arrière en lâchant la barre de fer et en entraînant le zombie dans sa chute. Ce dernier affalé sur sa proie tente par tout les moyens de la mordre pour la dévorer vivante, elle est gênée dans ses mouvements de défense par la lanière du sac qu'elle portait et elle est à bout de force avant même de commencer cette lutte pour se sortir de là. D'une main elle essaye de repousser le zombie, son corps cherchant à bouger sur le sol pour se dégager et son autre main est tendue vers la barre de fer. La mâchoire du rôdeur se rapproche de sa gorge à chaque seconde qui passe, elle sent ses forces finir de se consumer et voit sa dernière heure arriver. L'image de son mari s'impose à son esprit au moment même ou le mort vivant obtient gain de cause et la mord au cou, elle pousse un hurlement de douleur et les larmes arrivent, son regard s'embuant rapidement.

Le bout de ses doigts, comme pour la narguer, touchent enfin la barre de fer avant qu'ils ne se referment dessus. Elle ne sait pas quelle force mystérieuse agit en elle mais elle arrive à la planter dans la tête de la chose qui retombe morte sur elle. Peut-être que c'est cela qu'on appelle l'instinct de survie, elle ne le saura jamais. Elle perçoit les bruits de la meute de zombies qui se rapproche d'elle et dans un geste désespéré, elle repousse le cadavre. Sans en avoir conscience, elle lâche son sac et ne cherche pas à récupérer son arme, non elle cherche à se relever pour retomber à peine debout. Et ça recommence encore et encore, malgré tout elle progresse de quelques mètres et se retrouve au pied d'un escalier qu'elle ne saurait identifier. Rampant et se traînant, elle monte une marche puis deux puis trois, pour finir quelques mètres plus haut, hors de portée des zombies qui arrivent. Mais à quoi bon, alors qu'elle sait qu'elle va mourir dans peu de temps, elle ne pourra pas se relever de la morsure...Probablement qu'une partie d'elle lui a ordonné de faire cela, de ne pas et mourir et se faire bouffer. Très vite, elle ne cherche plus à lutter contre l'infection qui l'envahit, elle n'en a de toute manière plus la force, ses yeux ne voyant plus rien bien avant que ses paupières ne se ferment, elle sent la douleur se propager de son cou à tout son corps qui se met à trembler.

Son agonie se faite lente, violente et douloureuse avant que son esprit ne bascule dans un black out total. La grande faucheuse vient se saisir d'elle pour une toute relative éternité...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: