Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Récits Quotidiens
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Jefferson :: Vie de camp

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Jim


Fiche de personnage
Points de RP:
Récits Quotidiens Debuba110/0Récits Quotidiens Videba10  (0/0)
Etat Mental:
Récits Quotidiens Debuba100/0Récits Quotidiens Videba10  (0/0)
Informations scénaristiques:
Jim
Maître du Jeu
Dim 15 Fév - 0:13


Récits Quotidiens des Survivants

Eléments scénaristiques:
 
Equipement Porté :
N/A
Accessoires Pratiques :
N/A
Contenants Personnels :
N/A

Evènements

Anonymous
Invité
Dim 15 Fév - 1:33
13 Décembre 2034, arrivée au Campement.

C'est dans un calme presque olympien, tout du moins vis à vis des dangers ambiants et des marcheurs, que le semi-remorque sera arrivé au campement des frères Jefferson, sur la dernière air de route avant la ville de Snyder, aujourd'hui ses bâtiments réduits en cendre après des explosions inexpliqués.

Le campement était assez rudimentaire, deux tentes, un feu et une caravane, mais bien assez pour espérer un repos bien mérité et c'est d'ailleurs ce que conseilla Matthew Jefferson, le chef pré-défini de ce nouveau groupe par nécessité immédiate.

Sur place, la caravane aura vu un jeune homme en sortir en trombe, Clark, c'est le nom que vous aura précisé Ricky qui aura quitté le volant pour vous aider à sortir vos affaires. Le dénommé Clark, se contentant d'un coup d'oeil vers vous, aura littéralement agressé Matthew de sa présence et de ses paroles à peine arrivé, ces deux-derniers s'éloignant pour discuter de choses importantes, quel-qu’elles soient.

Vous aurez eu l'occasion de vous installer près du feu, Matthew et Clark s'occupant de transporter Calvin toujours inconscient au sein de la caravane pour prendre soin de lui, tandis que Ricky s'efforçait de vous tenir compagnie pour votre arrivée, avec brio en réalité : il révélait un goût prononcé à la sociabilité et surtout, à parler, vous décrivant en détails le campement, le périmètre que Matthew et le défunt Zach avaient sécurisé autour du camp, et la zone de Snyder dont une carte serait rapidement disponible avec des indications utiles et des délimitations de Secteurs et de Zones de Chasse, l'une d'elle à peine de l'autre coté de la route.

Vous n'aurez que peu de temps pour vous familiariser, de nouveaux arrivants se révélant quelques temps après : une Ford F-150 apparaissant depuis la route nord et rejoignant votre campement, avec à son bord, un vieil homme, que Ricky dénommera comme Nelson Wallace, un fermier des environs et un allié en l'occurrence. Celui-ci ne sera pourtant pas venu pour une salutation de formalité, il semblait accompagner trois personnes, Scott, Ivy et Samuel, discutant en privé avec Matthew avant que ceux-ci ne reviennent et que le chef de camp ne leur confirme, à sa façon méfiante et brève, leur intégration à ce nouveau groupe.

Nelson Wallace n'aura pas tardé à rester sur place et, sans s'adresser aux autres survivants arrivés, se sera isolé de nouveau avec Matthew quelques instants pour parler avant de reprendre le volant de sa Ford et repartir en sens inverse.

Sans trop de cérémonie, vous n'aurez pas forcément eu l'occasion de trop vous faire la main sur le campement et les différentes personnes qu'il composait maintenant en comptant les trois nouveaux, mais cela ne saurait tarder : après tous ces événements, le besoin de sommeil se révélait très vite, et même avec un millier de questions à l'esprit, il aurait été difficile d'y résister dans votre état. Le fait est que vous ne savez toujours pas pourquoi vous êtes revenus, et dans quelles circonstances, peut être le saurez-vous un jour.

Matthew aura laissé Calvin aux soins de Clark dans la caravane, tandis que lui-même se chargeait de la surveillance du campement depuis le toit de la caravane, vous donnant loisir de vous reposer en toute quiétude, plus ou moins. Vous voilà avec littéralement onze inconnus à peine rencontrés et trop peu de certitudes, mais si vous avez prit le train en marche rapide, il ne tient qu'à vous de vous y faire et trouver votre place.

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Dim 15 Fév - 10:42
Installée près du feu, la première nuit d'Elizabeth se sera fait dans le calme et le silence le plus absolu. Elle aura essayé d'esquiver toute conversation, s'isolant si cela s'avérerait nécessaire, et ne répondant que lorsqu'elle s'y était senti obligé.

Plongée dans ses réflexions, se frottant les bras pour réchauffer le froid à la fois extérieur et intérieur qui la rongeait, elle aura finit par rejoindre l'une des voitures accessibles côté campement du tas accidenté qui formait le mur de protection. Elle aura fait de l'une d'elle son premier lit, essayant de trouver un véhicule avec toutes les vitres intactes et un minimum de confort sur la banquette arrière.

Le sommeil aura fini par l'emporter un peu tard dans la nuit. Un repos néanmoins loin d'être réparateur.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Dim 15 Fév - 12:57
Éprouvé par cette longue journée mais pas encore tellement fatigué, le jeune homme aura passé la soirée de son arrivée auprès du feu à examiner son arme et trouver du réconfort et même de l'amusement à la démonter minutieusement, même avec un petit peu de maladresse, pour la remonter avec la même minutie jusqu'à ce que, une fois la soirée avancée et le groupe au moins en partie endormi, il ne se décide à les imiter.

Couché à même le sol, près de feu, son arme dans son pantalon et ses quelques vivres lui servant de très inconfortable oreiller. Il ne sembla pas avoir tellement de mal à sombrer à son tour dans un sommeil silencieux mais léger, assez pour qu'il se réveille à plusieurs reprises durant la nuit, sans sursaut et sans montrer de réelles difficultés à se rendormir ensuite.

Du fait de sa facilité à se réveiller, il fut sur le qui-vive le lendemain, pas bien reposé, mais debout assez tôt pour avoir l'occasion de se débarbouiller convenablement avant que tous soient rassemblés, ce qui semblait clairement compenser son manque de repos tant le contact de l'eau fraîche semblait éclaircir ses traits. Du côté des vêtements, en revanche, il semblait avoir un peu abandonné l'idée de pouvoir leur faire retrouver leur éclat d'antan.

James F. Everett

Anonymous
Invité
Dim 15 Fév - 13:26
L'arrivée sur place n'aura pas été de tout repos, pas tout de suite. Un nouveau décor, ce campement de fortune, et toutes ces ruines autour d'eux ne le rassuraient pas tellement dans l'immédiat. Il fut néanmoins soulagé de savoir que Calvin serait sous bons soins auprès du jeune homme qui les avaient rejoins et retournait à la caravane avec lui, même si il n'avait pas eu l'occasion d'échanger paroles.

Il ne se sentait pas vraiment l'âme à déployer ses connaissances en médecine, Calvin était soigné, il ne savait pas encore comment il avait fait, mais c'était arrivé et lui-même était épuisé. La présence de Ricky et le fait qu'il ne cesse de parler, l'avait plutôt aidé à se mettre à l'aise en réalité, ne se faisant pas prier pour se réchauffer près du feu. L'arrivée de nouvelles personnes plus tard l'intrigua, mais il se contentait d'observer et de rester silencieux, ne se mêlant pas particulièrement aux autres, faute d'être encore en confiance au milieu de ces inconnus.

Il fut tenté d'aller voir Elizabeth, savoir si ça allait tandis qu'elle partait trouver réconfort dans une des voitures abandonnées, mais il n'en fit rien et finalement s'endormit près du feu pour rester inconscient tout le reste de la nuit, son sommeil pourtant léger d'habitude bien alourdi par les épreuves et les événements de la journée.

Le lendemain il se réveilla tout aussi lourdement et chercha un peu d'eau en questionnant Ricky pour se désaltérer et se nettoyer le visage, un bon coup de froid lui permettant de se donner un coup de fouet par la même. Comme les autres, il assista au discours du chef de ce campement récent composé d'un groupe encore plus neuf, n'ayant rien à redire. Il ne montra en revanche aucun souhait de participer à l'excursion pour aller vérifier la piste de l'hôtel en Secteur C, ne se considérant pas encore apte à partir à l'inconnu et de toute façon, il serait plus utile ici en tant que médecin.

Wolf Grylls

Anonymous
Invité
Dim 15 Fév - 13:46
Le trajet permit à Wolf de faire un point. Il se sentait en relative sécurité. Ses sauveurs avaient l’air de types réglos. Vue la situation ils étaient en train de recruter histoire de consolider leur position.

Une fois arrivé au campement, Wolf fit le tour, afin de repérer les installations et comment le camp était organisé. La journée avait été riche en informations et ce petit tour lui permit de remettre un peu d’ordre dans ses pensées.

Huit mois ! Il avait perdu huit mois de sa vie dont il ne se rappelait rien… il était vivant et entier et, malgré quelques faiblesses, plutôt en bonne santé.

Huit mois ! Est-ce que le monde avait complètement basculé dans l’apocalypse pour que les gens doivent faire des camps comme celui-ci pour se protéger.

Il aurait surement plusieurs questions à poser à Matthew le lendemain. En attendant il prit exemple sur Elizabeth et se trouva une voiture confortable pour dormir un peu.

Ivy Lockhart

Anonymous
Invité
Dim 15 Fév - 20:22
[13 Décembre 2034 – Arrivée au campement Jefferson.]

J'avais profité du court trajet entre la ferme de Nelson et le campement des frères Jefferson pour fermer les yeux quelque instants ; avachie dans le siège passager à l'avant du Ford et laissant son confort molletonné m'emporter dans un semi-sommeil où ma conscience ne faisait qu'effleurer les bras de Morphée sans réellement vouloir les atteindre. Le vrombissement grave du moteur se révéla être une douce mélodie presque anesthésiante tandis que les tensions musculaires que je m'étais forcée à ignorer revenaient pour offrir une sépulture décente à Shannon revenaient soudainement à la charge, et que toute la fatigue physique et psychologique accumulée me tombait sur les épaules comme une chape de plomb.

Ce n'est que lorsque le véhicule ralentit vraiment et quitta la route que mon esprit cessa de vagabonder aux portes des limbes de mon subconscient pour prendre toute la mesure de la nouveauté et du cadre qui se présentait à nous. Je m'arrachais avec beaucoup de peine au siège passager, observant le vieux fermier aller à la rencontre d'un type aux airs de clodo mal dégrossi avant que ce dernier ne revienne vers nous, nous servant un discours ferme et direct, mais percutant et efficace ; un discours auquel j'acquiesçai sans vraiment y réfléchir. J'étais véritablement crevée et la seule chose qui ma tardait était de traîner ma carcasse dans un coin isolé et prendre un peu de repos.

Je posais mon regard sur l'ensemble du campement de fortune – qui se résumait simplement à une vague zone de camping au beau milieu de ce qui paraissait être une zone de guerre – et sur les visages des inconnus présents, certains visiblement plus fatigués que d'autres. Je ne pouvais m'empêcher de ressentir un certain malaise à me retrouver au beau milieu de toute cette flopée d'anonymes qui paraissaient aussi paumés que moi. Finalement, lorsque Nelson nous fit comprendre qu'il reprenait la route pour rentrer dans sa ferme, je ne pus qu'acquiescer d'un hochement de tête faiblard et lui adresser un dernier remerciement avant de finalement me diriger vers le centre du campement où se trouvaient déployées quelques tentes et une caravane. Mes noisettes se portaient partout aux alentours, observant les uns et les autres déambuler selon leurs propres préoccupations ; tout autant que mes pieds me traînant à un rythme lent à faire un tour sommaire du propriétaire.

Jusqu'à ce qu'une bonne dizaine de minutes plus tard, un jeune homme vint à ma rencontre et commença à me taper la conversation, se présenta au bout de quelques phrases comme Ricky Jefferson, le cadet de Matthew, avant que je ne l'envoie gentiment chier, lui proposant d'aller emmerder quelqu'un qui n'aurait pas un putain de troupeau d'éléphants en train de lui marteler la tronche. Je n'avais pas particulièrement de grief à son égard, mais je détestais les palabres inutiles, surtout que mon humeur décroissait au même rythme que le soleil plongeant vers l'ouest. Des milliers de questions me taraudaient l'esprit, mais je n'avais ni l’envie ni même le courage de vouloir les effleurer consciemment. Je m'allongeais dès lors non loin du feu à même le sol, à quelques mètres d'un barbu, puis me laissais finalement gagner par un sommeil profond, dénué du moindre rêve.

Lorsque je finis par me réveiller le lendemain matin, le soleil ayant déjà bien amorcé son ascension, je pus m'apercevoir de trois choses : la première étant que la migraine qui m'avait pilonné la tronche la journée précédente s'était évanouie. La seconde, c'est que j'étais percluse de courbatures, surtout dans les bras et le bas du dos ; et qu'il était peut-être temps de laisser les “boulots de mecs” aux mecs... La dernière, et la moins agréable, ce que toutes ces conneries de résurrection et de campement de clodos n'étaient ni un mauvais rêve, ni une mauvaise blague... Je me réveillais à l'endroit où je m'étais allongée la veille, à peine plus en forme et pas plus informée de la situation... Mais il était temps de renouer le contact avec mes semblables, trouver des réponses ; à cette question en premier lieu : *Et maintenant ???*

Melina Adams

Anonymous
Invité
Lun 16 Fév - 18:06
En arrivant au camp et en constatant le manque de couchage, je me suis vue bien embêtée: je me voyais déjà dormir à même le sol à la belle étoile, car la proposition de James, le sauveur de Calvin, avait beau être adorable, je me voyais très mal dormir seule dans la tente d'un inconnu, aussi gentil et prévenant qu'il paraisse. Mieux valait qu'un garçon accepte son offre. Heureusement, Elizabeth eut une idée brillante. Et, ma foi, une bonne ide, ça ne me gêne pas de la copier, c'est pourquoi j'ai décidé de dormir moi aussi dans une des voitures. En en choisissant une pas trop près d'Elizabeth, car la jeune femme ne paraissait pas avoir envie d'une compagnie trop collante.

Au matin, et comme tous les matins à venir si je le peux, j'ai fait quelques étirements et pose de Yoga, suivi de quelques exercices de gym et un petit footing: plus que jamais, entretenir mon corps me parait des plus importants, même si la motivation est toute différente d'avant. Et avant de me coucher, à nouveau quelques exercices, plus calmes évidemment.

Scott Redfield

Anonymous
Invité
Jeu 19 Fév - 12:01
[13 Décembre 2034 – Arrivée au campement Jefferson.]


C’est avec surprise que Scott découvrit le camp à son arrivé, et à contrecœur qu’il y entra : il venait de quitter une ferme douillette au profit d’un foutu camps de fortune de réfugié ? Il s’attendait certes à quelque chose de plus rudimentaire, mais de là à moisir dans un endroit digne d’un camp de réfugiés mexicains clandestins…

Ce n’est pas un Scott particulièrement sympathique et réjouit qui sortit du véhicule du vieux fermier, les yeux à moitié fermés, le corps exténué par la fatigue de son douloureux réveil, et l’esprit occupé à repasser encore, et encore l’état du camp, regrettant sa décision de venir ici. Il força, une nouvelle, à paraître aussi humain que possible, en saluant brièvement, et à bonne distance, ces nouveaux compagnons d’infortune, sans même prendre la peine de se présenter. Il n’avait qu’une hâte : dormir, et récupérer de cette bien curieuse journée, riche en rebondissements. C’est tout naturellement qu’il s’installa autour du feu, profitant de la chaleur réconfortante de celui-ci, et ferma les yeux en espérant trouver très vite le sommeil. Très vite, les ombres du destin commencèrent à hanter l’esprit de Scott, et une multitude de questions l’empêchèrent de trouver le sommeil avant plusieurs longues heures.



[14 Décembre 2034 – Premier jour.]



La nuit avait été particulièrement courte, et à son grand dam, peu réparatrice. Même si le temps était des plus cléments à cette période de l’année, Scott ne put s’empêcher de frissonner à son réveil, en proie au froid matinal. En chemise, se servant de son costume comme couverture, en posture fœtale, il avait l’air fichtrement ridicule, mais au moins, il essayait de garder le chaud autant qu’il le pouvait. Comme par réflexe, il tâta derrière son dos, et trouva avec satisfaction sa batte de baseball, ainsi que le reste de ces maigres victuailles.

Réflexe matinal oblige, Scott se leva, et s’éloigna du feu aux premières aurores de l’aube, alors même que la plupart de ses compagnons divaguaient toujours dans le doux monde de Morphée. Il s’empara de ses biens, et vêtit son costume, avant de partir marcher le long des limites du camp. Jouant avec sa cigarette qui le démangeait tout le long de sa balade, il constata néanmoins quelque chose de curieux : il semblait bien moins accro au tabac qu’avant, et surtout, il n’était plus en proie aux quintes de toux matinales. Etait-ce là un énième effet secondaire de son réveil ?
Il fut très vite interrompu dans ses spéculations par Matthew, qui regroupait les arrivants afin de très certainement tenir un speech de bienvenue…
*Finalement, il faut peu de chose pour se convaincre qu’on est au club Med, ou un immigré sans papier…*



[16 Décembre 2034 – Un nouvel envol.]



Cela faisait déjà quelques jours que la vie de Scott avait basculé, et qu’il avait rejoint ce camp de survivants. La vie était fade, encore plus que d’habitude, et surtout, l’avocat avait cette désagréable sensation de ne rien contrôler, en plus de se sentir épiée à chacun de ces faits et gestes. Chacun essayait tant bien que mal de juger ses nouveaux partenaires. Les interactions sociales du New-Yorkais étaient limitées : les formules de politesse standard, mais aucun bavardage, que ce soit avec ses compagnons de la ferme, ou les nouveaux venus. Il étouffait, il se demandait vraiment ce qu’il foutait là, ses activités se limitant à trainer dans le camp, à observer les environs, et le camp, tel un corbeau.
Il en avait plus que marre de jouer un personnage, et d’être inactif, improductif. A croire que la plupart des âmes du camp n’attendaient que leur mort prochaine pour les délivrées de leur funeste sort. Ce camp ne semblait qu’être un doux requiem, un prélude à la mort annoncée pour la plupart d’entre eux.
C’est finalement Clark qui trouva grâce aux yeux de Scott : ce charmant jeune homme avait besoin d’un volontaire ! Une excellente raison pour sortir du camp, et même pour passer pour quelqu’un de volontaire, sympathique, voir compétent s’il revenait en vie ! Sans même prendre le temps de réfléchir, Scott leva vite la main, et prit la parole avec autant d’entrain qu’il était possible d’en voir chez l’avocat, les yeux aussi pétillants qu’un lépreux glissant dans une piscine municipale :
« Moi, j’irai. »

Sans perdre un instant, avant que quelqu’un d’autre se manifeste, Scott s’éloigna de l’attroupement, saisit un sac à dos, et commença à préparer ses affaires.
*Enfin… Ce n’est pas trop tôt.*

Evènements

Anonymous
Invité
Sam 21 Fév - 13:50
[Spécial] 14 Décembre 2034.

La sortie de Matthew avait prit plusieurs heures, durant lesquelles Calvin avait fait acte de surveillance et Clark avait eu pour mission de faire l'inventaire.

Lorsque le chef de camp était revenu, ce n'était pas seul : trois personnes, dont deux inconscientes, l'une - un jeune homme au visage ensanglanté - sur les épaules de Matthew dont l'arbalète pendait par la bandoulière au coude, sans munition d'installée pour les observateurs, l'autre - une femme au haut en sang - dans les bras d'un troisième inconnu, un homme assez fort.

Sous l'obligation de Matthew, ce dernier mit le trio à part, appelant Ricky et Calvin pour l'aider à monter la tente de Jimmy en urgence à coté de celle de Calvin et Clark, pendant que Clark rassurait les autres membres du groupe que les deux blessés n'étaient ni mordus, ni en danger. Ceci faisant et le trio mis sous la tente, les deux inconscients laissés aux bon soins de docteur Jimmy, Matthew vint régulièrement vérifier que leur état était stable.

Il faudrait, avec soins, près d'une semaine à Harvey pour guérir de sa blessure au visage en plus du besoin de repos, son corps ayant subit une forme de traumatisme ainsi mis à rude épreuve post-réveil d'entre les morts.

Il faudrait, avec soins, trois semaines à Melody pour guérir complètement de sa blessure à l'épaule, en plus du besoin de repos, son corps ayant subit une forme de traumatisme ainsi mis à rude épreuve post-réveil d'entre les morts.

Bien sûr ils n'auront pas été invalides pour autant et leur nouveau réveil aura eu lieu le jour même en fin de soirée ou en pleine nuit, Harvey plus vite que Melody. Néanmoins, Jimmy avait à présent dévoilé certaines possibilités assez... surnaturelles qui pourraient servir à palier sur ce temps, et la rumeur dans le camp, propagée par ce cher Ricky parlant plus vite que son ombre, laissait entendre qu'il n'était pas le seul, un autre homme du nom de James en mesure de la même prouesse. Pourtant, Jimmy aussi avait mine de rien, besoin de repos.
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: