Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

La caravane (Intérieur) - 16/12/34
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Jefferson :: Vie de camp

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Seth Willis

Anonymous
Invité
Lun 16 Fév - 23:02
Interprété par Seth Willis, Rani Sachdeva & Clark Blackcorn.

Cela faisait deux ou trois jours qu'il était au cas. Le temps de découvrir un peu les gens. Les gens du camps mais pas que puisqu'un autre groupe avait été récupéré juste après eux. Il n'avait pas vraiment prit le temps de s'attarder avec les gens. Il avait été sympathique, avenant même, aidant comme il pouvait les uns comme les autres, faisant attention à ne pas être envahissant, notamment avec Elisabeth. Il ne fallait pas être bien malin pour comprendre qu'elle avait besoin d'espace. Ce n'était probablement pas éternel, tout humain avait besoin de contact. Du moins c'était sa vision des choses. Il n'imaginait pas qu'on puisse vivre en ermite. Il ne pourrait pas lui c'était une évidence. Il avait besoin de contact humain pour vivre.

Il n'avait pas encore prit le soin de s'installer car il ne savait pas trop quoi faire. Il n'avait pas de tente lui et n'était pas sur de vouloir squatter avec quelqu'un d'autant qu'il n'y en avait pas cinquante en fin de compte. A part le doc qui s'était gentiment proposé de partager sa tente il n'avait entendu personne d'autre. Il n'avait rien contre le doc mais il ne se sentant pas assez proche pour partager sa tente. A moins que cela soit autre chose ? Sans doute ... Non jusque la il avait opté pour dormir à la belle étoile proche du feu, autant que possible, pour ne pas avoir froid et moins être un buffet pour les bestioles qui pouvaient traîner dans les environs.

A l'aube du sixième jour, en fait du second au campement, il décida d'aller voir le responsable en chef ... des installations du campement. Il avait remarqué Clark dès son arrivé. Tellement différent de Matthew .... On pouvait se demander comment les deux pouvait cohabiter dans le même camps si ce n'est par strict nécessité. C'était un premier avis, qui valait ce qu'il valait, mais c'était un peu le jour et la nuit pour lui. De ce qu'il avait pu constater il traînait autour de la caravane, son camp de base personnel. La ou il jouait avec sa console à laquelle il avait même donner un petit nom. Les premiers signes de la folie ? Il fallait espérer que non.

Il approcha donc de la caravane, jetant un oeil pour voir ce que pouvait faire Clark et d'ailleurs s'il était la car même si c'était la le plus souvent qu'il l'avait vu. Il opta pour s'annoncer en fin de compte et toqua à la porte , pas trop fort, ne voulant pas non plus le faire sursauter.

"Hey ho ? Clark ? Je te dérange pas ? C'est Seth ... Je voulais voir si je pouvais aider à quelque chose au campement .... je peux entrer ?"

Clark Blackcorn

Anonymous
Invité
Mar 17 Fév - 23:19
Tandis que Seth approchait de la caravane, Calvin, qui avait courageusement retrouvé son poste de sentinelle diurne en faction sur le toit du véhicule, lança un salut de la main franc et sincère, s’enquérant simultanément d’une voix tout aussi joviale : « Salut Seth, ça va ? ». A peine aura-t-il eu sa réponse qu’il retournerait immédiatement à son observation des environs, Ruger en main et paire de jumelles accrochées autour du cou, et un nouveau chapeau de cow-boy fixé sur le haut de son crâne. Calvin était du genre à remplir ses devoirs sans rechigner ni même porter quelconque protestation lorsqu’on lui demandait quelques labeurs supplémentaires. Il s'était par ailleurs très bien remis de sa blessure et mâchouillait maintenant avec sérénité, le regard porté sur l’horizon, un brin d’herbe ou une tige de n’importe quelle plante comestible qu’il pouvait trouver dans le secteur, faute de fétu de paille.

Clark était bien évidemment fidèle à son poste lui aussi : à l’intérieur de la caravane, et cela s’entendait aux bruits de manipulation qui étaient perceptibles. Sans doute que Seth avait déjà pu observer l’intérieur de ces locaux assez spéciaux, lors de son dépôt de matériel où le stock de boites de conserves était précautionneusement mis sous clé. Ou peut-être n’avait-il pas eu le temps de regarder bien attentivement.

Après que Seth ai toqué et au son de sa voix, le petit génie répondit sur le même ton, pour qu’il soit entendu de l’intérieur vers l’extérieur.

« Ouais, attends une minute. »

Il y eu quelques chocs supplémentaires de métal contre du métal, un grincement d'une chaise sur un sol en fer, avant que le loquet de la porte ne saute et qu'elle ne s’ouvre sur le jeune homme bien vite surpris par l’intense lueur du soleil qui frappait en ce beau début de semaine.

« Vas-y, entre, entre. Te gêne pas. J’étais en train de me dire que si j’avais accès à des nano-batteries, bon après c’est qu’une hypothétique solution, mais la décharge électrique fournie par ces p'tites bêtes à l'instant de l'interconnexion entre les deux champs magnétiques opposés seraient capable de recharger quelque chose qui ne t'intéresse pas… pardon… c’est mes pensées, elles me débordent. »

Il se poussa sans attendre pour le faire entrer, lui laissant le soin de refermer derrière lui et l’accueilli dans son humble antre. Non loin du poste-radio, qui semblait dater de la dernière guerre, deux établis avaient été installés à la place des sobres décors que l’on retrouvaient généralement dans les caravanes de ce genre. Des fils électriques, des résidus de fer, des seringues au contenu épais et graisseux gouttant sur la table de bois, plusieurs fers à souder aux tailles de pans et températures de chauffe attendaient patiemment qu'on en fasse usage, divers équipements métrologiques datant de même de plusieurs dizaines d’années. Il y avait également des couverts sales et des miettes de la nourriture mangée la veille.
Il n’y avait rien de propre, ni rien de rangé. Mais c’était le genre d’environnement dans lequel Clark se plaisait et dans lequel il se sentait le plus à l'aise pour travailler, bien que quelque chose de plus avancé technologiquement l’aurait sans doute satisfait davantage.

« Dis-moi, enchaînait-il en reposant ses fesses sur une chaise en bois du type vieille école. Tu voulais savoir quelque chose ? »

Seth Willis

Anonymous
Invité
Mer 18 Fév - 12:22
En approchant de la caravane, il se rendit compte qu'il avait oublier que Calvin guettait au dessus de la caravane. Cela faisait finalement peu de temps qu'ils étaient la et avec toutes ces nouveautés, ces nouvelles personnes, ces nouveaux modes de fonctionnement, il n'avait pas encore le temps de s'y faire. Un peu surpris, il leva la tête quelque peu vivement vers l'intéressé, il lui offrit un sourire amical et lui rendit son signe de main tout aussi sincère et franc, image miroir, sorte de mimétisme social et empathique avec les personnes qui lui était sympathique. Calvin en avait bavé mais il s'en était sorti, grâce au barbu. Il se dit à cet instant qu'il faudrait qu'il aille lui parler.

" Salut Calvin, ça va et toi ?
"

Ce bref échange passé, il poursuivit vers son intention première, parler avec Clark du campement et de comment il pourrait se rendre utile. Les gros bras et le doc pouvait facilement se rendre utile, mais pour lui cela demandait une concertation, de stratégie. A peine l'appel lancé qu'il eut une réponse de Clark, qui n'était donc pas comme il pouvait s'en douter, le genre de gars à se laisser désirer. Il senti un frisson dans ses oreilles au bruit du métal contre métal, un truc ancré au fond de lui qui stimulait ses sens et son tonus musculaire. Il se demanda bien pourquoi. Qu'est ce qui pouvait provoquer cela ? Habituellement c'était des peurs primaires ancrés dans nos gênes si on peut dire. Mais la ?

La porte s'ouvrit sur un Clark qui ne devait pas avoir mit le nez dehors encore vu sa réaction quand il fut fouetter par la lumière du soleil. Cela arracha un léger sourire à Seth qui imagina un geek bronzé au tube cathodique comme disait son prof à l'université. Cette image fut appuyée par le jargon technique du jeune homme ce qui renforça son sourire. Seth entra dans la caravane pliant un peu sa carcasse pour ne pas se cogner et regarda un peu la 'pièce' qui servait tout autant d'atelier que de chambre à Clark à priori. Il s'attarda sur certain équipement qu'il connaissait, un peu étonné de voir tout cela réuni et en même temps cela faisait bouillonner son esprit se disant qu'il y avait matière à faire. Pour peu qu'ils aient des ressources premières. Il se tourna pour répondre à l'expert local.

"Oui, je venais voir un peu en quoi je pouvais aider. J'ai tout de suite pensé à l'installation du camps, des réparations ou bien des protections qu'on pouvait installées ... Je pensais que tu étais la personne à voir pour ça ... Raconte moi un peu, qu'est ce qui nous protège des extérieurs ?"


C'était un peu brut de fonderie mais il fallait bien aborder les choses. S'ils avaient été acceptés par Matthew qui leur avait dit de se rendre utile c'est bien qu'il estimait pouvoir leur faire confiance, ou bien être assez balaise pour les choper et leurs faire regretter d'avoir eu des intentions à l'encontre du petit campement, qui représentait peut être même sa famille vu qu'il y avait son frère et qu'il y avait eu sa soeur.

Rani Sachdeva

Anonymous
Invité
Mer 18 Fév - 12:28
Deux jours d'inactivités me minent le moral. La pression, imaginaire mais néanmoins inquiétante, du discours d'accueil de Matthew intimant les feignants à prendre leurs clics et leurs clacs, s'est accumulée au point de perturber ma dernière nuit de sommeil, et je ne pouvais guère plus le supporter. C'est pour cela que, décidée à me montrer utile, je voulais rejoindre Seth et discuter de ce que nous pourrions faire (puisqu'il s'était annoncé comme réparateur, il devait sûrement oeuvrer dans le même champ de compétences que moi) pour le camp. En l'absence de Matthew, c'était sûrement à Clark qu'il fallait s'adresser, mais je ne voulais pas y aller seule. D'abord, parce que ce serait contre productif que d'aller chacun notre tour demander ce qu'il fallait réparer, et ensuite parce que mon nouveau camarade ne s'était peut-être pas autant replié que moi: il était peut-être déjà allé le voir, et dans ce cas travaillerait sûrement déjà avec un planning que je pouvais partager avec lui.

C'est donc avec détermination que, en ce jour, je suis sorti de mon apitoiement, laissant de côté mes souvenirs de Jake et Ricky (l'autre Ricky, pas le jeune bavard si attendrissant, mais le survivaliste un peu fou qui nous avait accueilli il y a quelques mois), et mes inquiétudes à propos de Jena. Et j'ai parcouru un peu le camp, à la recherche du réparateur.
Non sans avoir au passage jeté un coup d'oeil à Calvin: une autre source de culpabilité s'était développé la veille, celle de ne pas avoir suffisamment pris de nouvelles de mon sauveteur. C'est donc avec grand plaisir que je l'avais vu sur le toit de la caravane, et était passé le saluer un peu plus tôt, mon grand sourire sur le visage malgré la déprime post-apocalyptique. J'étais vraiment heureuse de le voir si bien remis, mais ne voulais pas remettre à plus tard la tâche entreprise, donc ne pouvais rester bien longtemps à lui faire la conversation. Et donc de repartir pour la suite de mon tour... Ironiquement, quand enfin je repère Seth, c'est vers la caravane! Et c'est d'ailleurs très probablement justement dans le même but que moi. Je presse donc le pas, mais Clark lui a déjà ouvert. Ce qui ne m'empêche pas de refaire un signe à Calvin, toujours avec le sourire:
"Rebonjour! Promis, je ne te traque pas! Je dois voir Seth et Clark, on se revoit un peu plus tard, d'accord?"

Puis, mon empressement me faisant un peu oublié la morosité des temps présents, je m'arrête à la porte, me redresse, réajuste ma tenue (en fronçant le nez: les vêtements de Ricky, une chemise et un baggy que Jena m'avait gentiment raccourci, sentent toujours le moisi. Ce serait bien d'en trouver d'autres, mais en attendant, il va falloir que je les lave au lacs, en espérant que ça aide de quelque façon que ce soit...), puis toque à la porte.
"Seth, Clark? Excusez-moi de vous déranger, mais je voulais vous parler à tous les deux."

Clark Blackcorn

Anonymous
Invité
Jeu 19 Fév - 21:10
« L'installation ? Ah... oui... »

Il se mit à basculer sa chaise en arrière, pivotant en léger balancier sur quelques centimètres, l'équilibre tenu sur deux pieds de chaise tandis que cette dernière émettait un grincement de protestation à chaque mouvement, sans que Clark n'y prête grande attention, sans doute habitué.
Il portait un pantalon en jean un peu crasseux, déchiré par endroit - ce qui pouvait très bien donner un certain genre, et légèrement plus grand que la matière qu'il avait à contenir. Il ceinturait une chemise d'hiver dans un état proche de l'impeccable, nouée autour du cou par une cravate de même couleur, un rouge bordeaux délavé. Par dessus ceci, sa sempiternelle veste en tissu épais que tu avais déjà vu la veille, l'avant vieille sur lui, et encore avant d'ailleurs.

« Ben en fait, tu as vu toutes nos protections. On a les ruines et le barrage de voitures qui fait notre mur d'enceinte. Parfois les gars font le tour du périmètre pour voir si tout est ok, et sinon, les tours de sentinelle sur le toît. C'est pas grand chose parce que le camp est tout récent, mais franchement, sur un terrain aussi ouvert que ça... c'est assez compliqué. Bon, l'avantage, c'est que l'on peut voir arriver n'importe quoi de loin, mais c'est sûr qu'on ne saura pas les arrêter si une horde de zombies débarque ou même tout une cohorte de bandits. »

C'est cet instant que choisie Rani, la femme à la peau cuivrée, pour toquer à la porte dans l'espoir d'être invitée dans leur conversation. Clark haussa simplement les épaules comme toute réponse et désigna la porte de la caravane du doigt.

« Tu peux lui ouvrir. »

Il continuait inlassablement son balancement avant d’enchaîner sur ses pensées, même si la jeune femme qui grimpait dans les lieux prenait alors la conversation en cours de route. L'endroit était assez étroit pour trois personnes, mais on y tenait tout de même. L'atelier de Clark, les différentes armoires de stock et le poste radio prenant déjà une place considérable. Heureusement que le jeune homme dormait dans une tente car il n'y aurait plus aucune place pour circuler sinon.

« Après, comme Matthew l'a dit, faut se concentrer sur le plus important : la bouffe. Parce que, on aura beau pondre les meilleurs protections du monde, ben, ça tiendra pas longtemps si on a rien pour se nourrir. Et pour le coup, ça en fait des bouches. Matt a parlé des secteurs A, B et C. Ça peut être un bon début. Surtout le secteur A en fait. Là-bas, y'aurait sans doute des trucs à manger, et j'suis sûr que y'a moyen de sortir une antenne de réception acceptable d'un toit, peut être même siphonner quelques voitures pour récupérer de l'essence, il y a le manque de tentes aussi...

En fait tout dépend de ce que tu sais faire. D'ailleurs, tu sais faire quoi exactement ? Enfin, vous deux en l'occurrence... »


Il accueillit Rani d'un simple geste de la main, levant celle-ci en l'air et montrant bien en évidence sa paume ouverte. Il ne possédait pas de charisme en particulier. Il avait simplement l'air d'un type qui avait trouvé sa place et qui se pliait en quatre pour faire valoir les paroles du chef de campement, envers qui il avait sans aucun doute beaucoup d'estime.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Ven 20 Fév - 14:53
La réaction de Clark n'annonçait rien de bon. Rien de bon dans le sens ou il n'y avait ni fortification cachée, ni tourelle de défense sol/air, ni trappe hérissée d'épieu, ni barbelé rasoir électrifié. J'exagère ? Oui, mais non. Vu les pillards, les zombis et cet ennemi mystérieux qui répond au doux nom du Marchand et sa horde de sbire, ce ne serait pas un truc à prendre à la légère, aussi rapidement que possible. Malgré tout l'explication de Clark était aussi simple qu'efficace. Le camps était récement installé et il y avait plus urgent que la défense c'était d'avoir de quoi se nourrir. Et la dessus il n'avait pas tord. On pouvait vivre dans un bunker avec piscine et salle de ciné, si on avait pas de quoi manger et boire on ne tiendrait pas longtemps. trois jours en faite. Le corps humain est une fabuleuse machine mais elle avait des besoins que l'on appelait vitaux, et ce n'était pas pour rien.

"Je vois oui ... Tu as raison ... "

On frappe à la porte et c'est Rani qui s'annonce voulant discuter avec eux deux. Elle avait de la chance ou elle l'avait vu entrer peut être ? Cela n'avait pas vraiment d'importance à ses yeux. Elle l'avait aider, elle était plus avenante que Elisabeth, ce qui n'est pas difficile, et de ce qu'il avait entendu dans le camion ils avaient des points communs ce qui ne gâchait en rien. Sur l'indication de Clark, Seth dit les deux pas qui le séparait du loquet et ouvrir la porte, en douceur, à Rani.

"Bonjour Rani, entre, nous discutions du camps avec Clark. Tu va bien ? "

Il s'efface un peu se rapprochant de l'homme du camp afin de faire de la place à la jeune femme dont il ne savait pas grand chose pour l'instant un peu comme tout le monde ici se dit il. Seth se cala contre la cloison en faisant attention à ne pas renverser un truc portant à nouveau son attention vers leur hôte écoutant ses conseils qui n'étaient autre que ceux de Matthew, à moins qu'il ne faille parler d'instruction ? Les sourcils de l'homme se froncèrent en l'écoutant. De toute évidence quelque chose le tracassait. Il fut cependant ceuillit par la question de Clark à laquelle il répondit avant de dire ce qu'il avait sur la conscience.

"J'avais une petite entreprise d'installation en réparation en tout genre. Clim', chauffage, plomberie, électricité, serrurerie ce genre de chose. C'est pour ça que je pensais que je pourrais être utile à quelque chose pour le camps mais bon ... "

Il fit un geste du menton vers le jeune homme

"Tu parles de secteur et de truc à trouver par la bas. Vous avez des cartes avec un topo de ce qu'on peut trouver la bas ? Parce que c'est bien" Il s'interrompt une fraction de seconde pour reformuler " de récupérer de l'essence mais faut encore la stocker et la transporter encore."

Un instant pensif, il se repassa rapidement en tête ce que Clark venait de leur dire pour analyser un peu ce qui était à prévoir pour une telle expédition. De quoi stocker ce qu'ils trouveraient déjà c'était un début et une évidence. Un sac et des bidons, un tuyaux aussi pour pouvoir siphonner les réservoirs qu'il trouverait. Cela dit il faudrait forcer les serrures pour ça. Instinctivement il toucha l'extérieur de sa veste la ou la poche intérieur se trouvait pour sentir s'il avait bien son kit de crochetage. Cela ne lui était pas encore venu à l'esprit mais de toute évidence cela allait lui servir.

Vous avez un véhicule qu'on pourrait utiliser pour une expédition ?"

Rani Sachdeva

Anonymous
Invité
Ven 20 Fév - 17:07
C'est, et cela me surprend un court instant, Seth qui vient m'ouvrir, et me salue, je commence donc par lui répondre, affichant enfin une copie correcte de mon ancien sourire chaleureux: non pas que je nage dans le bonheur, mais le souvenir de l'aide qu'il a apporté à Calvin pour le mettre en sécurité est bien présent dans ma mémoire.
"Oui, je venais pour ça aussi justement. Et je vais bien, merci, et toi?"

Accueillie à l'intérieur, je ne peux m'empêcher de détailler un peu l'ensemble, que je n'avais vu qu'en coup de vent en déposant les jumelles. Beaucoup de fatras, peu d'espace: on dirait le garage de mon père. Du coup, je pourrais m'y sentir bien, vu le temps que j'ai passé dans notre "atelier" improvisé à la maison, quand le monde était encore paisible. Mais la politesse est plus importante que jamais, donc une fois passée Seth je salue bien entendu de la tête Clark, avec un sourire un peu moins franc envers lui, mais néanmoins sincère. Je n'ai aucune antipathie particulière pour l'ingénieur du camp, je me sens juste plus proche de ceux que j'ai pu observé en plein altruisme, au milieu du chaos: Calvin, James, et Seth, donc. Les liens entre survivants, le classique.
Puis, écoutant Clark enchaîner, je me dis que j'ai eu raison: indéniablement, Seth vient juste de demander ce que je comptais demander, ou quelque chose de suffisamment approchant. Je ne prends donc pas la peine de donner la raison précise de ma venue, espérant simplement que l'assentiment que j'affiche sur mon visage indique suffisamment clairement que j'étais aussi là pour demander quoi faire. Je laisse bien entendu Seth répondre en premier: je me suis déjà incrustée assez cavalièrement, je ne vais pas en plus voler la vedette au premier à avoir montré sa motivation. Puis arrive mon tour:

"C'est que... Pour ma part, je suis bonne bricoleuse, enfin, je l'étais avant mon... réveil. Mais j'ai l'impression que j'ai un peu perdu, qu'il faut que je réapprenne le fonctionnement de mes doigts. En attendant, je pense tout de même pouvoir consolider des barricades, et surement aussi des véhicules. Bon, je peux pas les blinder, je ne me sens pas encore capable de souder, et du coup ce sera que du bois, mais ça peut déjà aider. Et par contre je me sens aussi capable de faire des munitions, ça devrait vous intéresser non? Sauf qu'il faut du matériel pour ça, ce sera peut-être difficile à trouver. Des flèches, sinon, ça c'est plus facile de trouver de quoi en faire. Et puis, si jamais vous êtes trop occupé pour vous en occuper, je peux peut-être aider à réparer deux trois trucs si y a une panne simple, un composant à resouder, ce genre de choses, mais j'ai pas votre niveau c'est certain."
Sur cette dernière phrase, j'appuie mon propos d'un regard sur le matos, notamment sa console de détection, ce truc me faisant tout bonnement halluciner: je n'arrive pas à comprendre comment un tel dispositif peut fonctionner, encore moins en ces temps "difficiles"! Puis je prend un air peiné:
"Par contre, pour aller ravitailler... Je l'ai fait avec mon ancien groupe, mais franchement ça n'a pas été une réussite. Je sais pas du tout me servir d'une arme, vous voyez... Du coup en cas de pépin je risque plus d'être un boulet qu'autre chose. Disons que si il faut une grosse équipe, genre 4 ou plus, juste pour avoir des bras supplémentaires, je peux en être, faudra juste compter sur d'autres pour la sécurité du voyage. Le mieux que je puisse faire c'est me débrouiller pour m'enfuir. Désolée... Ceci dit je peux me rendre utile pour les virées quand même, je dois pouvoir déverrouiller des trucs dont les serrures sont pas des machins haute sécurité. Enfin si vous avez les outils qui vont bien en réserve, j'ai pas ça avec moi."

Et c'est en me réécoutant intérieurement que je réalise à quel point je dois avoir l'air désespéré: j'ai vraiment tenu à défendre ma place en annonçant tout ce que je peux faire... J'espère que je n'ai pas l'air trop ridicule.

Clark Blackcorn

Anonymous
Invité
Sam 21 Fév - 22:21
Clark continua de se balancer en écoutant les deux comparses, haussant parfois les épaules, grimaçant à d'autres, avec un air pensif qui traînait en réflexion. La console technologique, qu'il appelait affectivement Fox, se mit à clignoter et il se redressa d'un coup avant de répondre pour attraper l'appareil, qu'il observa avec intérêt durant quelques secondes à pianoter de ses doigts vifs et agiles sur l'écran, maîtrisant le toucher tactile à défaut de pouvoir maîtriser le toucher au combat.

Achevant la manipulation, il posa sa console et prit une inspiration en revenant se balancer, levant les mains avec une nouvelle réflexion en portant son regard de Seth à Rani par intermittence.

« On a une carte complète du Secteur du sud au nord, on a déjà pu établir l'ensemble de Snyder, les deux forêts en zones de chasse et le fait que le Codgell Hospital est une zone dangereuse. Honnêtement, on est pas dans le coin depuis longtemps, on manque encore d'informations et de matériel, Fox est très utile mais bon, 'fin je peux pas tout faire avec.

Sinon les registres sont ici. »
Il indiqua d'un signe d'index la table près du poste-radio où étaient empilés les cahiers et livres servant à noter toutes les possessions du camp, l'un d'eux par ailleurs ouvert comme si Clark avait interrompu des notes pour travailler sur ses soudures.

« Ok, donc Seth tu sais faire de la réparation, Rani bricole du bois, c'est déjà pas mal. Après tout, vous êtes revenu d'on ne sait où, c'est déjà un miracle que vous soyez en vie, alors que vous ayez deux ou trois compétences pour commencer, ça pourrait être pire. Le problème dans tout ça, c'est que, bah comme je vous l'ai dis, on a pas grand chose. Ni stock de bois, ni matériel de réparation, ni équipement de survie. Tout est à faire, mais pour faire quoi que ce soit, faudrait avoir de la matière, des stocks quoi, c'est surtout ça qui nous fait défaut.

Après je suis d'accord avec toi Seth, pour transporter de l'essence en quantité, faudrait avoir de quoi transporter, mais en même temps, pour avoir de quoi transporter, faudrait de l'essence, c'est un cercle vicieux. »


Il haussa à nouveau les épaules et souffla en se passant la main sur le front, essayant d'avoir une idée lumineuse en se lançant dans une analyse personnelle de tout ce qu'il savait et avait.

« On a un tas de voitures, mais elles viennent toutes de la zone de carambolage où on a trouvé Wolf. Zach et Matthew les avaient tirés jusqu'ici avec un 4x4, mais on a du abandonner le véhicule quand une horde nous est tombée dessus, enfin leur est tombée dessus lorsqu'ils étaient partis en quête de nourriture, parce que, enfin bon, moi j'étais pas là... j'aurais pas servi à grand chose. C'est à ce moment qu'ils vous ont trouvé, vous et le camion. Ça les a pas empêché de monter le mur de voitures avant ça, et il est utile. On a donc le semi-remorque que Matt et Ricky ont trouvé, celui avec lequel on vous a ramené - oui je me répète, mais on y a jeté un oeil avec Calvin et c'est déjà un miracle - je me répète encore - que le véhicule ai pu arriver jusqu'ici, le moteur est sérieusement abîmé, les bougies sont quasi-toutes grillées, la réserve d'essence est à plat et je crois que la courroie est à moitié fondue, ou un truc comme ça... enfin la mécanique c'est pas mon truc. »

Il fit une grimace désolée, ne sachant quoi leur dire de positif en l'état, et redressa à nouveau ses mains avant de les laisser retomber sur ses genoux.

« Avec Matthew qui doit surveiller la bande de tarés qui rôdent dans les environs, gérer le monde qui est arrivé au camp et chercher du gibier, il peut pas aider à la récup' pour le moment et tout ce monde ici... il est pas fan de la foule. Là, je vais vous dire franchement, on part de zéro, je peux pratiquement rien faire ici, même mes fers à souder doivent dater de la seconde guerre mondiale, je ferais pas grand chose avec ce matos hormis mes deux ou trois trucs à bidouiller. On part pratiquement de zéro, je sais je sais... j'arrête pas de me répéter, c'est nerveux.

Je sais pas, on pourrait essayer d'améliorer le niveau de confort du campement, il y a les toilettes publiques en ruines à coté, je sais c'est pas très gratifiant, mais si vous étiez capable de les remettre en état,
il regarda particulièrement Seth, ce serait vraiment bien. Pour ça, faudrait une boite à outils et ça, j'en ai pas. Pour le reste, on a pas trente six solutions, faut vous dévouer à partir en excursion, vous et les membres du groupe, pour ramener ce que vous pouvez, du bois pour Rani qui pourrait renforcer le mur, de la nourriture pour tout le monde, un ou deux bidons d'essence pour remettre le semi-remorque en fonction, peut être même trouver une voiture sur place... je sais qu'Ivy a déposé des pièces détachées, chouette fille d'ailleurs... enfin le truc c'est qu'il nous faudrait un mécano...  »

Il mit fin à sa tirade lancée d'une traite en reprenant son souffle, et termina plus tranquillement.

« C'est tout ce que j'ai pour vous, mais c'est déjà pas mal. Non ? »

Sa question comme son regard cherchaient un peu de réconfort chez ses deux interlocuteurs, comme si il espérait qu'ils lui répondent positivement afin de savoir qu'il y avait vraiment matière à se sortir de cette situation difficile.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Dim 22 Fév - 15:31
Autant il pouvait imaginer Matthew avare en parole et en sourire, autant il n'imaginait pas Clark aussi bavard. Il se répétait beaucoup mais sans doute que cela lui paraissait important ou alors au contraire pensait il que Seth et, ou, Rani, n'avait pas compris ce que lui ou Matthew voulait dire. S'ils n'avaient pas échappé à la mort il y a peu cela aurait pu être à la limite du déprimant. Ils avaient un campement mais il n'avait rien d'un hôtel trois étoiles, ni même d'un motel de bord de route malgré leur localisation. Voyez l'ironie du sort. A peine quelques carcasses de véhicule les unes a coté des autres pour boucher un accès, des ruines de bâtiments inhabitables et c'est tout. Bienvenue au campement des frères Jefferson !

Écoutant le jeune homme, il listait mentalement les choses qu'ils avaient à leur disposition. Des cartes de Snyder et des environs proches, ici dans la caravane. C'était une bonne chose. Savoir ou ils mettraient les pieds avant d'aller sur place, cela limitait un peu les risques de bouger pour rien. Ca c'était le bon coté de la chose. On atteignait même pas une étoile avec ça. Peut être même pas d'être cité dans le guide Michelin. Coté point négatif on pouvait lister qu'ils n'avaient ni stock de bois, ni matériel de réparation, ni équipement de survie, ni bidons, pas de véhicule en état , pas de boite à outils et la sympathie étaient en option pour une bonne poignée de survivant. Pour certain on avait même du mal à savoir si leur cœur battait encore.

La dernière réplique de Clark le fit cependant sourire. « C'est tout ce que j'ai pour vous, mais c'est déjà pas mal. Non ? » Il venait de leur dire qu'ils étaient protégés que part quelques voitures et une vigie, qu'ils avaient pas de quoi manger pour plus de la semaine, pas d'outil, pas de véhicule, et c'était sensé être pas mal ? Ils avaient une notion du pas mal qui était visiblement foncièrement différente car même si ce pas mal s'appliquait aux instructions il n'y avait pas de quoi se réjouir. Il pinça un sourire en secouant la tête et tandis la main vers les cartes, laissant au cas ou le temps à Clark de réagir s'il n'avait pas le droit d'y toucher mais cela lui aurait semblé étrange.

"Et on a des sacs au moins pour prendre ce qu'on peut trouver ? Ou même pas .... ?"

Prenant les cartes, il regarde un peu l'ensemble avant de se focaliser sur d'autres choses, les boutiques qu'ils pourraient trouver sur place. Son regard passa d'une carte à l'autre se frottant parfois la barbe naissante dans un petit bruit caractéristique de 'fritch fritch'. Il fini par soupirer en se redressant se passant une main dans sa chevelure brune qu'il met un peu plus en bataille qu'elle ne l'est déjà. Ses lèvres tordues un instant, il se tourne vers Rani la jaugeant avant de faire de même avec Clark. Il finit par pointer les cartes du doigts.

"La zone A est quasi déserte. On courra sans doute peu de risque mais par contre je doute qu'on récupère grand chose. De grandes étendues découvertes on sera visible de loin. J'aurais plutôt été partant pour aller en zone C. Des commerces ça veut dire de la nourriture, du matériel, fringues, outils, des voitures aussi ... mais le risque sera de facto plus grand."

Il soupire une nouvelle fois.

"Il nous faut des bases. Nourriture et de quoi transporter. Je vais tenter une expédition en secteur A. C'est gagne petit mais sans moyen de transport ça sert à rien de prendre des risques. Vous en pensez quoi ?"

Rani Sachdeva

Anonymous
Invité
Lun 23 Fév - 14:23
"Rani bricole du bois"... "Rani bricole du bois"! Quel empaffé de macho! Donc même chez les geeks ils sont pareils? Avec tout ce que j'ai dit il me limite à une planteuse de clous? Et refile les chiottes à Seth? Attends, Rani, souffle un coup, calme-toi, il n'y a pas de raisons de s'énerver pour un rien... Le stress ne me réussit vraiment pas. En plus, à bien y réfléchir, le pauvre Clark a l'air aussi nerveux que moi, si on en croit les symptômes similaires, à savoir beaucoup trop parler. Cela a le don de me remonter un minimum le moral, et me permet de mieux faire le point sur les urgences.
Bon, concrètement, on ne peut rien faire tant que les expéditions matériel n'ont pas eu lieu. Et je ne peux rien pour la voiture: mon père n'avait pas les moyens de se payer une voiture, donc c'est une des rares choses de mec poilu qu'il ne m'a jamais apprises. C'est vrai qu'il n'avait pas d'armes non plus, mais un de ses amis était chasseur et c'est lui qui m'avait appris à fabriquer des balles: selon lui, les "vrais" devaient savoir faire leurs propres munitions pour les adapter à leur style et leur gibier.

Enfin, peu importe, Seth pose encore une bonne question, à laquelle j'essaye d'y répondre dans la mesure de mes moyens:
"Moi j'ai un petit sac si tu veux, et je crois avoir vu d'autres personnes qui en avait. Je pense qu'ils peuvent être mis en commun si un groupe va en mission de récupération, mais ça volera pas haut c’est sûr."

Puis j'en profite pour préciser des choses à Clark, pendant que le réparateur va voir les cartes:
"J'ai aussi une boîte à outils, Clark, donc je jetterai un oeil aux toilettes voir le soucis et si on a de quoi les rendre fonctionnelles, par contre sans joints ça m'étonnerai qu'on puisse faire grand chose. Et si les tuyaux sont foutus, c'est pas un marteau ou des vis qui vont aider, donc on en revient toujours à la même problématique: on ne peut rien améliorer sans matériel approprié."

Seth nous expose alors ses réflexions, et l'étonnement, voir l'effarement, monte graduellement en moi tandis que je crois comprendre:
"Comment ça, tu vas faire une expédition seul? Mais... Excuse-moi, mais je ne te pensais pas si... forts, tu peux affronter des malades, ou des pillards d'ailleurs? Tu as fait l'armée ou des trucs dans ce genre-là? Et sinon, ben, tu as probablement raison bien entendu, moins c'est dense, moins il doit y avoir de risques. Mais c'est si désert que ça?"
Je me lève pour regarder aussi:
"Ah, oui... Mais, bah, niveau bouffe je sais pas, mais en tous cas on pourra peut-être quand même trouver d'autres matériels, déjà. Probablement pas des armes, mais d'autres trucs, qui permettront peut-être de rafistoler des choses. Et il y a toujours l'espoir de trouver quelques trucs dans les placards, même si c'est pas avec ça qu'on va tenir longtemps."
Je me rends à l'évidence, je n'ai pas vraiment fait avancer le schmilblick, et me tourne donc vers Clark, qu'il donne son avis lui aussi.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: