Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Tente de Jimmy - 15/12/34
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Jefferson :: Vie de camp

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Lun 23 Fév - 22:14
Heureusement Harvey n'a pas pousser le bouchon trop loin, il s'est stoppé juste au bon moment pour ne pas se prendre de claque alors que les doigts de Melody lui demandaient d'aller s'écraser avec "tendresse et délicatesse" dans la figure de l'ado. Elle aura pu prendre sur elle pour quand même réussir à lui raconter sa propre histoire. Bon elle n'est pas certaine qu'il ait bien tout compris et assimilé mais au moins, il ne pleure plus et est largement plus calme que quelques minutes avant. Une victoire si on peut dire. En tout cas il ne l'interrompt pas et écoute de bout en bout par contre comment va t-il vraiment réagir...Elle en a vite la réponse quand il prend la parole, soulagement il semble vouloir accepter les faits ! Elle hoche la tête quand il lui dit qu'il aura besoin de temps.

- Oui logique...On en a tous besoin de temps.

Et c'est le cas, physiquement déjà pour se remettre du réveil et de ce qu'il y a eu ensuite puis les blessures. Mais surtout mentalement, rien qu'elle a pas mal de nouvelles choses à assimiler sans compter qu'elle doit gérer ce qu'elle ressentait avant même d'être morte, les pertes qu'elle a subit et le reste.

- J'y ai pensé aussi qu'on ait pu marcher en zombie quelques temps mais comment expliquer les objets disposés en ligne près de nous ? Il y a quelqu'un, quelque chose derrière tout ça. Et pour le reste je ne peux pas te répondre Harvey, je n'en sais pas plus que toi là dessus mais je suppose qu'on le découvrira bien assez tôt...

Et il a raison que se passera t-il si on y passe de nouveau ? Cela sera la bonne cette fois ou bien sont-ils condamnés à revenir éternellement ? Sa dernière question la prend de court et elle met un peu de temps avant de trouver comment lui répondre, surtout qu'elle doit prendre en compte la susceptibilité de l'adolescent mais aussi les paroles qu'a eu le Matthew.

- Je ne suis pas sûre qu'elle ait besoin d'être sauvée de ce qu'en a dit Matthew. Par contre si tu veux pouvoir aller à sa recherche, commence d'abord par assimiler les choses et surtout récupérer tes forces, faut que tu te repose et que tu guérisse. Non parce que là si tu veux y aller tout de suite, soit tu n'iras pas loin, soit c'est toi qu'on devra venir sauver. Puis faudra t'équiper, pas y aller avec un simple bout de bois. Et qui te dit qu'elle ne reviendra pas ici d'elle même ? Après tout elle t'a embrassé, c'est donc que tu lui as plu, elle en voudra sans doute d'autres des baisers et même plus qui sait !

Melody termine en lui faisant un grand sourire, bon va t-il comprendre les sous entendus là ou bien ? Elle commence à fatiguer de nouveau et pourtant quelque chose lui revient en tête, elle se tortille un peu pour venir avec sa main droite fouiller la poche gauche de sa veste, sentant le contact métallique de son beretta au passage avant de sentir l'emballage qu'elle extirpe de sa poche. Sa ration de nourriture. Elle la garde dans sa main et regarde ce que c'est : une ration de viande séchée digne de l'armée. S'aidant de ses dents, elle en déchire l'emballage pour l'ouvrir, calant ensuite l'emballage contre sa jambe pour en sortir quatre bâtons de boeuf séché, elle en garde deux pour elle et tend les deux autres à Harvey.

- Tient prend et mange, ça va t'aider à récupérer un peu de force !

Harvey O'Brian

Anonymous
Invité
Mar 24 Fév - 13:19
Bon, Melody a autant de questions que moi, ça me rassure, je me sens moins crétin…

*Ou c’est elle qui devrait se sentir moins intelligente*

J’essaye de me recaler au mieux sur ma couchette tout en écoutant Melody. Je ne peux m’empêcher d’être mal à l’aise et de lui lancer un regard de cocker battu quand elle commence à parler de Jenny.  Je me rends compte qu’elle n’a pas vu à quel point Jenny était fragile et paumée.

*A moins que ça ne soit leur trucs de nanas qui ne peuvent pas s’encadrer au nom de la rivalité féminine…*

Je soupire. C’est vraiment chiant à comprendre les filles! J’espère que parmi les survivants il y aura des gens plus simples… des mecs… mais pas comme le Rambo… des normaux quoi… comme moi…

*Moi pas*

Je me laisse bercer en écoutant ses arguments, elle n’a pas tout à fait tort… dans mon état actuel je ne pourrais pas faire grand-chose. Je n’arrive même pas à sortir de cette foutu tente. Ensuite, elle est bien gentille… mais je ne sais pas me servir d’arme… il faudra bien que je me contente d’un morceau de bois à défaut d’une batte de basse ball. Je commence à réfléchir à cette option quand Melody lance une remarque qui me fait douloureusement sursauter:

« Après tout elle t'a embrassé, c'est donc que tu lui as plu, elle en voudra sans doute d'autres des baisers et même plus qui sait ! »

*Alors soit elle se fout de ta gueule, soit t’as vraiment trouvé ton alter-ego au féminin… et ce n’est pas un compliment ni pour toi ni pour elle. *

Je suis hyper mal à l’aise, écarlate, et sur la défensive. Comment elle a su... je lui ai donné un exemple... mais j'ai jamais dit que c'était jenny!!! Je réponds immédiatement:

« Attend !!! Attends !!... mais… mais… Je n’ai jamais dit que Jenny m’a embrassé !!! woooh faut pas t’emballer comme ça !!! Hein ? Et puis… bordel… mais ça se dit pas des trucs comme ça…. !!!! »

Je me rends compte que je n’ai pas du tout envie de parler de ça à Melody. Ça serait un peu comme parler de sexe avec ma mère... en fait non, quand même pas... mais il y a de l'idée. Putain mais c'est pas un sujet a aborder alors que je viens juste de sortir de son décolleté!!! En plus, elle n’a pas l’air de comprendre que Jenny a eu des réactions complétement contradictoire mais que celle qui faut  noter c’est qu’elle s’est barrée sans se retourner….

Me voilà repartie dans une sorte de mélancolie malsaine… je suis vraiment inquiet pour cette petite anorexique abandonnée et, visiblement, traquée…

« Tiens prends et manges, ça va t'aider à récupérer un peu de force ! »


Melody me tend un bout de viande séchée… je me rends compte que je sacrement faim… et soif aussi… je la remercie et mastique sans enthousiasme le morceau de viande caoutchouteux… Je garde le silence. Je sais qu’il y a plein de sujets sur lesquels je devrais prendre le temps de réfléchir mais, un peu comme d’habitude, je mets presque toutes mes questions dans un coin de ma tête. Sans trop m’en rendre compte, malgré la soif qui me tiraille, je fini par me laisser glisser dans une somnolence salutaire, dépourvu de rêve comme de cauchemar…. Le meilleur refuge après ces derniers événements.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mar 24 Fév - 14:51
Elle a bien remarqué le regard d'Harvey mais pour elle c'est juste qu'il en pince vraiment pour Jenny. Ah ces adolescents et leurs coups de coeur express, comme si c'était aussi simple que cela plus tard quand on est adulte. Elle se prend à repenser à sa propre adolescence et comment ça s'est passé, c'est vrai qu'elle pouvait vite craquer pour un garçon elle aussi quant à son frère s'était encore pire, il était du style à changer de fille chaque soir. Donc comment jeter la pierre à Harvey sur ce coup là, même si c'est un peu agaçant comme comportement.

- Si si tu l'as dit Harvey ! Elle est fort amusée de la situation et de le voir virer écarlate ainsi. Ton embrasser quelqu'un avant de s'en aller et tu as terminé par que tu ne comprenais pas, que tu avais besoin de sous titre.

Pas de chance pour lui, elle a une très bonne mémoire. Eh oui ! Ce n'était pas dur d'en déduire que c'est Jenny même s'il ne l'a pas clairement dit, puis là il ne le nie pas en plus, il vire tomate juste comme ça parce qu'elle a tord d'après lui. C'est cela oui... En tout cas, elle n'insiste pas plus que ça, il a quand même l'air gêné qu'elle parle de ça, après tout elle est une fille et à l'âge qu'il a on ne parle de ça qu'avec ses potes. Ces hommes je vous jure, tous les mêmes quelque soit l'âge qu'ils peuvent avoir et quelque soit leur situation même ceux qui se veulent intelligent et classe ont ce genre de moments débiles, elle l'a bien vu avec son mari.

La tristesse l'envahit de nouveau à cette évocation alors qu'Harvey se décide à prendre le boeuf séché et à le mâchouiller.  Melody secoue légèrement la tête pour chasser ses idées noires avant de commencer à grignoter sa part de nourriture. Elle se rend compte à quel point elle a faim, dieu sait depuis quand elle a pas mangé, 5 mois si elle en croit Matthew puis elle a soif aussi mais ça elle verra plus tard quand elle arrivera à bouger. Grignotant ses morceaux de viande plus vite qu'elle ne l'aurait pensé, elle reste silencieuse à regarder Harvey somnoler avant de s'allonger à son tour. Elle repart dans ses pensées, les faits faisant leur chemin dans son esprit pour qu'elle assimile les choses et qu'elle puisse commencer à assembler le puzzle. Plus les minutes passent plus elle doit lutter contre le sommeil qui la gagne, elle cligne des yeux et essaye même de se remettre assise mais son corps le refuse et lui ordonne le repos. Un bref instant, elle pense au toubib, se demandant comment lui prend les choses, comment il se fait à cette nouvelle situation et bien sûr elle se demande où il peut bien être là. Après de longues minutes elle fini par céder et par s'endormir alors que dehors le jour naissant donne de plus en plus de clarté, son esprit reste dans le noir pour lui permettre de récupérer ne serait-ce qu'un petit peu avant que son épaule ne revienne sur le devant de la scène.

Jimmy John

Anonymous
Invité
Mar 24 Fév - 16:07
Génial l’arrivée. Bon d’accord, pour le moment il n’y a pas de contaminés… Bienvenu dans un monde cruel, prennez du pop corn et attendez la mort.  Il est sérieux la quand même? Ok il m'as sauvé la vie, mais c'est pas non plus la peine de me faire une intro à la "bienvenue à zombilande". En plus j'ai adoré la petite ballade en amoureux avec ma princesse mourante, je sens absolument plus mes bras, Mélody, surement une chic fille hein, mais j'ai hâte qu'elle puisse marcher toute seule comme une grande.
Mais quelle douche froide son refuge !! Un vieux dépotoir de voiture et de ruines avec juste quelques tentes… si les zombies débarquent je ne vois pas ce qui les empêchera de nous confondre avec leur quatre heure !! Ha mais oui c'est mad max et le dome de fer en faite!!

Allez Jimmy, souries, tu pourrais être en train de te faire digérer par des zombies. Ça pourrait être pire… Au moins, on sait vite qui est le chef ici. Il me fait pensé au directeur de l'hopital. haha. En quelques ordres je me retrouve avec deux personnes pour m’aider à monter ma tente. Calvin a l’air d’être un gars bien, malgré son accoutrement de cow boy. Quant au jeune Ricky… pipelette, maladroit, mal à l’aise pour m’aider à mettre Melody dans la tente… Harvey avait finalement de la famille dans le coin on dirait.

Même si je rêve du confort sommaire de la tente, il faut vite me rendre à l’évidence… avec Harvey et Melody, pas moyen de mettre un orteil en plus à l’intérieur. Et vu comment Ricky reste à me regarder en essayant de me sourire et en me demandant si tout va bien, je peux difficilement dégager les blessés de MA tente sans que je passe pour un connard sans compassion.  Je rends son sourire à ce brave Ricky et, faute de mieux, me trouve un petit coin sur le côté de la tente pour tenter un inédit pour moi : dormir à la belle étoile.
Inédit douloureux et pas vraiment agréable, mais qui a eu pour mérite de me permettre d’un peu mieux observer les gens qui vivent ici. Certain ont investi les voitures… l’idée est tentante, mais si les zombies arrivent de ce côté-là ? Non non mieux vaut rester au milieu…

Je fini par somnoler, entre les ronflement d’Harvey dont la cloison nasale abimer me donne des envie d’achever ses souffrances par un coup de pelle et celles d’autres dormeur qui n’ont pas cette excuse pour faire un tel barouf, j’ai quand même réussi à dormir jusqu'à ce que je sois révéillé par une dispute de couple entre Melody et Harvey…

En faite ce gosse à décidé de tout faire pour que je lui fasse la gueule. Et puis il est quelle heure-là ? Il ne fait même pas jour. Avant que je n’ai réussi à me redresser avec mon dos douloureux, je vois Matthew, le mec mi dog allemand, mi rambo trois, arriver d’un pas peu engageant. Je me dis donc que je vais repousser ma visite matinale à mes patients histoire de voir s’ils survivent à cette rencontre. Le voila le moment de sortir le pop corn. De là ou je suis j’entends toute la conversation sans pour autant vouloir m’en mêler...

Une fois le chef parti, je laisse mes patients à leur conversation le temps de trouver un point d’eau pour une brève toilettes. J’essaye de dénicher un récipient et prends le temps de manger et de boire avant d’aller les voirs. Les ronflements d’Harvey m’agressent à nouveau les oreilles… Je sais par qui je vais commencer des deux marmottes.  J’entre dans la tente avec le meilleur sourire que je peux donner malgré ma nuit quasiment blanche et mon réveil peu agréable.

« Salut les jeunes, on as bien dormis?… c’est l’heure des soins…Tennez, je vous raméne un peu d'eau fraiche, ça fait toujours du bien au réveil."

Je tends le récipient à Melody et commence sans attendre à ausculter Harvey, avec les moyens du bord. C’est bien ce que je craignais, il a la cloison nasale brisé en 3 morceaux, la pommette commotionné. Il va falloir un peu de temps pour consolider tout ça. Je passe ensuite à Melody tout en essayant de discuter de banalité comme je le faisais avec mes patients à l'époque.

" Vous allez voir, c’est pittoresque ici, un vrai camping sauvage 5 étoiles… L'eau courante, l'odeur de la nature, et comme vous avez pu le constater vous même, des gens à la compagnie chaaarmante haha. "

Je leur parle de Calvin, de Ricky, de ce que j’ai pu voir du camp et de son organisation en essayant de rester positif.

Je demande ensuite:

"Harvey, peux tu sortir d'ici un instant s'il te plait, j'aimerais regarder un peu la plaie de notre jeune amie, en toute discrétion. je te remercie de ta compréhension"
Le cas échéant, j'aide le jeune homme à ce lever et sortir si il accepte.
une fois que Harvey est sortie je reprend ensuite à Mélody.

"Excusez moi ma chére, je vais tenter de vous arranger ça du mieux que je le peu."
Si Mélody accépte, je dégage la plaie et commence à y appliquer des soins. Je me rapelle alors l'etrange acte qui c'est passé le jour d'avant et j'essais, posant mes mains au dessu de la plaie, de refaire ce qui c'est passé. Je focalise mon esprit sur ma volonté de soigner cette plaie, je me concentre et espere, de toute mes forces que cela ce reproduise encore. Cela pourrait me permettre aussi d'affiner mes reflections sur "la chose" . Mais avant je lui dit

" Il vaut mieux que vous regardiez ailleurs et que vous sériez un peu les dents mademoiselle, ça risque de piquer un peu. "

Ainsi, elle ne verra pas ma concentration et surtout, si ça foire j’éviterais de passer pour un con et j'appliquerais des soins plus classique.

Harvey O'Brian

Anonymous
Invité
Mar 24 Fév - 17:16
« Salut les jeunes, on a bien dormi?… c’est l’heure des soins…Tenez, je vous ramène un peu d'eau fraiche, ça fait toujours du bien au réveil. »

« Hein hein ??? quoi... il est quelle heure !!!!??? Coach??? … »

Je mets un certain temps à réaliser ou je suis. A moitié endormi, je vois ce bon vieux docteur arriver avec de l’eau… Je savourant déjà à l’avance de pouvoir boire, je suis prêt à bénir le toubib dans toutes les religions qu’il veut pour avoir pensé à nous ramener de la flotte. Putain que j’ai soif.
Je l’écoute vaguement, salivant sur le récipient que tient Melody. Mal réveillé je ne vois pas venir ses grosses paluches sur ma tronche qui appuient partout où ça fait mal.

« aiieeeuu… mais aiieeeeuuuu »

Il continue a parler du camp sans vraiment faire attention au fait qu’il me torture. A priori on est arrivé au Club Med avec Matthew en responsable en chef et des dénommés Calvin et Ricky comme joyeux G O monteur de tente. Mais…. Aie quand même.

Putain il veut m’achever au quoi ??!!!!

Quand enfin il arrête de me triturer la tronche, j’ai a peine le temps de reprendre mon souffle avant qu’il me lâche un :
« Harvey, peux-tu sortir d'ici un instant s'il te plait, j'aimerais regarder un peu la plaie de notre jeune amie, en toute discrétion. Je te remercie de ta compréhension » Tout en m’aidant à sortir.

Mais pourquoi ?

*Devines crétin ! Il va foutre Melody a poil !*


Hein ? Le temps que je réfléchisse me voilà assis dehors… et… putain la flotte !! J’en pleurais presque, moi qui crève de soif. En tout cas hors de question d’y retourner au risque de voir un bout de téton de Melody. Moi qui voulait absolument être dehors, me voilà exhaussé, c’est agréable en fait… il ne fait pas si froid que ça. Il y a quelque chose d’apaisant a enfin quitter le confinement de la tente.


*Attend que Matthew te tombe sur la tronche et tu verras si ça reste apaisant !! Il t’avait dit quoi déjà ? Ah oui de rester dans la tente !!! Et de ne pas foutre le bordel, aussi ! Ce que tu vas forcement faire si tu ouvres la bouche !!!*


Je suis, tout de suite, un peu moins tranquille… et puis j’ai soif, et ça, ça gâche un peu l’instant. Un rapide coup d’œil à mon environnement me fait soupçonner le Toubib d’être un poil bigleux, ça avait mieux quand il nous décrivait le camping 5 étoiles. En même temps, à son âge… mieux vaut ne pas le contrarié.
J’essaye laborieusement de me lever, malgré la douleur, la fatigue et l’étourdissement, j’arrive fièrement à me tenir debout. Ce qui me fait sourire, ce qui me fait mal, ce qui fait que j’arrête tout de suite de sourire et que j’essaye de prendre un visage impassible comme celui d’un super héros qui regarde l’horizon…

*je ne pensais pas que tu pouvais avoir l’air encore plus con mais voilà… maintenant je sais, tu n’as pas de limite.*

Bon, première urgence, trouver de l’eau…

*Et ne pas foutre le bordel !!!*

Si le doc a réussi, moi aussi je peux le faire, sinon c’est que ce n’est vraiment pas gagné pour aller sauver Jenny. Je repère assez vite des ruines de bâtiments, dont une avec une pancarte « toilettes » restée accrochée. Ça me parait être une super bonne piste et je m’avance avec précaution par l’arrière des tentes. Autant éviter le feu de camp ou à tous les coups Rambo doit squatter en affutant ses couteaux ? Je suis sûr que lui, il n’a jamais soif…

Je m'éloigne laborieusement de la tente, en passant par derrière pour éviter le feu de camp, et Rambo certainement au passage.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mar 24 Fév - 18:12
Une voix d'homme l'extirpe de son sommeil tout récent, Melody est complétement hors de la réalité pendant une bonne minute avant de percuter que c'est Jimmy qui est là. Tant bien que mal, elle arrive à s'asseoir, la tête pleine de fatigue et la douleur à son épaule qui se réveille sans compter sur son mal de tête. C'est les yeux à moitié clos qu'elle attrape le récipient qu'il lui tend, arrivant par elle ne sait quel miracle à ne pas le renverser, l'expression avoir la tête dans le cul prend toute sa signification à cet instant là. Elle regarde le contenant pour y découvrir de l'eau...De l'eau quoi, béni soit le doc d'en avoir amené ! Portant le récipient à ses lèvres, elle en avale le précieux liquide pendant que le doc ausculte le nez d'Harvey, devant se faire violence pour ne pas tout boire. A nouveau elle compte bien partager avec l'adolescent mais voilà que Jimmy se tourne vers elle pour inspecter sa blessure, elle en pose le récipient au sol, il lui fait mal et elle doit se forcer à respirer profondément pour ne pas couiner de douleur. Le fait qu'il se mette à parler du campement et de ce qu'il en a vu, la distrait et lui fait penser un peu moins au reste, toujours pas vraiment réveillée, elle essaye d'enregistrer les noms qu'il donne. Calvin et Ricky. Ça a pas l'air luxueux le campement mais c'est sans doute mieux que rien.

Voilà que Jimmy vire Harvey de la tente pour mieux pouvoir la soigner, elle ouvre la bouche pour parler mais trop tard il se retrouve dehors à toute vitesse. Et elle a pas pu lui filer le récipient d'eau alors qu'il doit avoir aussi soif qu'elle. Le toubib lui explique qu'après l'inspection il veut la soigner, soit elle ne va pas dire non, elle hoche la tête pour lui signifier son accord. Se frottant les yeux pour en virer le marchand de sable, elle le laisse ensuite faire, pas la peine qu'il lui dise de ne pas regarder, elle ne comptait pas le faire pour le moment. Non pas qu'elle ne veuille pas voir l'état de son épaule mais n'ayant pas cherché jusque là à regarder sa blessure, pour elle, elle a encore les chairs ouvertes même si le saignement a cessé et puis cela l'obligerait à se tortiller un peu pour voir son épaule et donc gêner le doc dans ses soins. Bon faut qu'elle se prépare à avoir mal aussi mais avant de serrer des dents...

- Merci Jimmy, pour les soins, pour l'eau, pour m'avoir portée, pour la tente aussi, merci pour tout. Promis je te rend ta tente le plus vite possible !

Ce qui devrait même être possible dès qu'il en a terminé, elle a pu manger et boire un peu, se reposer, elle devrait être en mesure de se trainer hors de la tente. Même si elle va rester faible encore un moment déjà le temps que sa blessure guérisse un tant soit peu mais aussi parce qu'elle sait qu'elle a perdu pas mal de sang et qu'il va falloir un peu de temps pour qu'il se refasse. Puis il y a aussi le fait qu'elle est bien consciente qu'elle peut pas lui en demander plus, il a déjà assez fait comme ça, d'ailleurs faudra qu'elle trouve le moyen de lui rendre la pareille...

Elle serre les dents et attend le supplice, nécessaire pour la guérison, mettant un peu de temps à réaliser qu'elle ne sent aucun objet sur sa peau, mais comment il la soigne ? Elle cligne des yeux et décide finalement de ne pas se poser de questions et de laisser faire, ça doit être un tour de son esprit tout ça ou alors la zone de sa peau autour de la blessure est totalement engourdie et elle ne sent rien.

Jimmy John

Anonymous
Invité
Mer 25 Fév - 16:10
Allons c'est partie pour un soins façon magie chamanique, rebouteux, sorcier, vaudou et tout ce qui pourrait s'en rapprocher de prés ou de loin. De toute maniére je perds pas grand chose à essayer alors bon on y vas et pis on verra bien ce qu'il ce passe ensuite. Je pose ma main au dessu de la bléssure, je ferme les yeux et je me concentre. Mes pensées ce dispérse d'abord à cause du coté absurde de ce que je m'appréte à faire, puis j'arrive de mieux en mieux à focaliser mes pensées sur ce que je souhaite reéllement faire.  Au debut, il ne ce passe rien, evidement, et puis, tout doucement, je sens comme une onde ce propager dans mon epaule, mon bras, puis ma main. C'est alors que mon bras entier est comme pétrifié. C'est un état que je ne maitrise pas et qui me déstabilise alors mais je reste concentré. Je sens ensuite un fourmillement dans la paume de ma main. Quelque chose est entrain de ce produire, c'est certain, mais quoi, je ne saurais le dire reellement. Toujours est il que maintenant je sens comme un fluide, un courant, un mouvement de chaleur passer de mon bras à ma patiente. Puis l'effet s'arrête. la tête me tourne un instant, j'ouvre les yeux. Un peu sous le coup de l'etonnement et avec une certaine sensation de fatigue, je reprend enfin le controle de moi même.

Je regarde la plaie de Mélody, les tissues cicatriciel semble s'être comme rénégéré . La plaie a diminué à n'en pas douter. C'est évident à mon regard, je l'ai soigné. mais comment?? C'est complétement dingue quand même. whouhaaa. c'est dingue en faite, complétement dingue.... Bon calme toi Jimmy, calme toi. Je vais me poser un peu et réfléchir à tout ça tranquillement.

" heu voila Mélody, ça sera tout pour aujourd'hui je repasserais demain. Ne vous inquiétez pas un instant pour la tente. de toute maniére vous avez besoin de repos et il n'y as aucune raison que je vous demande de sortir.  La seule chose qu'il vous faut c'est du repos et uniquement du repos alors garder le lit, restez dans la tente et ne vous inquiétez pas pour moi d'accord " avec le plus beau des sourire je vais pas passer pour un egoiste quand meme.

Voila c'est ça vous inquiétez pas si je me nique le dos par terre et que je me gèle les , enfin que j'ai froid toute la nuit, j'adore tenter de dormir à la belle étoile sur la banquise entouré de zombie bouffeur de gros docteur gras-souillé . Ra lala, pourquoi je suis toujours aussi gentil au détriment de mon confort personnel? Ba , c'est pas bien grave, de toute maniére je suis en vie et c'est deja pas mal.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mer 25 Fév - 17:46
Melody s'attend à avoir mal et en effet c'est le cas, elle serre des dents avant de s'obliger à respirer calmement pour faire passer la douleur. Elle sent un effet de chaleur dans sa blessure, cela l'intrigue mais elle ne tourne pas la tête pour autant, elle risquerait de perdre sa relative concentration respiratoire et avoir encore plus mal, elle en ferme même les yeux pour ne pas être tentée de jeter un coup d'oeil. Ne les rouvrant que lorsque le doc se met à parler pour lui dire qu'il a fini. Hein déjà ? Mais elle a vraiment rien senti sur elle et puis surtout elle ne voit aucun produit ou objet de soins dans la tente. Elle ouvre la bouche pour que le questionner en l'interrompant dans ce qu'il lui dit quand il termine sa phrase sur le fait qu'elle ne doit pas s’inquiéter pour lui. Non mais il a prit un coup à la tête où quoi là ?

- Bien sûr que si je m’inquiète ! On est dans la même galère après tout et puis tu m'as aidée et sauvée aussi donc si je m'inquiète et puis toi aussi tu as besoin de repos, on a bien morflé tous autant qu'on est...Entre le fait que tu ais du me porter, même si je ne suis pas lourde, ça fini par peser puis la frayeur qu'on a eu avec les trois hommes et je suppose que tu as aussi du avoir la trouille de pas arriver à me soigner assez...Et puis il y a tout les évènements à avaler et assimiler sans compter que c'est ta tente.

En parlant, la brune se rend compte qu'elle a moins mal à l'épaule, de nouveau surprise que ça aille si vite bien qu'en même temps elle a jamais prit de balle avant et ne peut donc pas savoir ce qu'il en est vraiment. D'ailleurs elle jamais eu d'énormes choc, pas de bras ou jambe cassée, pas de grosses blessures, que des petites choses guérissant vite même si elle a quand même eu le droit à deux points de suture une fois.

- Puis visiblement on est nombreux dans le campement, tu imagine les qu'en dira t-on si je reste sous ta tente !

Terminant sa phrase par un grand sourire taquin du sous entendu de ses paroles, une manière comme une autre pour elle de tenter d'alléger la situation dans laquelle ils sont en faisant un brin d'humour. Ses yeux se posent sur le récipient d'eau dont il en reste la moitié et le sujet Harvey revient naturellement sur le tapis.

- Au fait, je pense qu'Harvey va mettre plus de temps que nous à assimiler les choses, il semble enfin accepter qu'il ne retournera pas chez lui. D'ailleurs, il doit avoir soif aussi, je lui amène l'eau et je me trouve un coin pour me reposer.

Oui l'idée de rendre sa tente à Jimmy, tout de suite, ne la quitte pas, à croire qu'elle cherche tout les prétextes pour le faire. Et aussitôt dit, elle cherche à se lever, galérant franchement puis elle arrive à se mettre sur ses jambes tant bien que mal...avant de retomber assise sur le sol de la tente, ses jambes refusant de la porter pour le moment. Elle retente à nouveau mais retombe encore, un soupir d'agacement franchi ses lèvres avant de regarder le toubib, un peu gênée par ce qu'elle va dire.

- Bon d'accord encore une heure ou deux de repos et je te rend ta tente.

Têtue la mi Texane, mi Écossaise, quoi que vu ses origines s'était obligé...Jimmy pourra toujours protester ou tenter la raisonner, cela ne changera rien au fait, elle ira dehors retrouver Harvey et lui filer l'eau qu'elle a gardé pour lui, avant de trouver ou se planquer pour se reposer encore, car nul doute que cette simple chose l'aura épuisée.

Jimmy John

Anonymous
Invité
Jeu 26 Fév - 15:58
Houla, elle ne va pas me chauffer longtemps la brunette. Le docteur 'dolittle' il est gentil mais faut quand même pas lui souffler dans les bronches trop longtemps. Et depuis quand mes patients contredisent mes diagnostiques et mes décisions de médecins? Remarques, je n'ai pas forcement le même rapport "médecin patients" à l’hôpital qu'ici, au "campement scout des joyeux lurons".

Bon Comment lui éxpliquer gentillement que j'ai raison et qu'elle à tord? En plus c'est une fille et donc, comme souvent, elle doit avoir ce fameux syndrôme du "puisque je le dis c'est que j'ai raison" sans parler de la susceptibilité. Allons allons jimmy, utilise ta cervelle, tu vas bien pouvoir lui expliquer que c'est toi qui décide ici. Ah! Tiens, j'ai une bonne idée.

"Écoutez Mademoiselle, je suis médecin et me semble que c'est encore moi le mieux placé pour savoir ce qu'il vous faut ou non. Et quand je vous dis que vous avez besoin de vous reposer et de rester allongée c'est pas pour rien. Alors écoutez moi un peu je vous pries. Imaginez qu'ici, ce soit un hopital, et que je sois votre médecin. En tant que patiente vous devez écoutez mes prescriptions. Je vous sortirais moi même ici quand je jugerais que votre état vous le permet mais pour le moment, vous devez rester ici et vous reposer. c'est compris?  Il y a d'autre endroit pour moi dormir alors ne vous faites pas de soucis pour ça et pensez un peu plus a vous."

Bon, c'est bon là? Elle va arrêter sa crise de "bon samaritain" j’espère. Par contre, elle n'a pas tord sur un point, le petit Harvey va avoir besoin d'aide pour s'en remettre. Mais je suis pas psychologue moi, je ne suis que chirurgien. Je vois pas ce que je peux faire pour lui. Peut être qu'il trouvera une oreille attentive dans le campement.

" Je pense que, pour Harvey, il à besoin d'être un peu seul pour le moment, de faire de nouvelles rencontres peut être ou de ce confier à un inconnu comme avec un psy. j'irais lui parler si vous y tennez, mais je suis pas forcement compétent pour psychanalyser un ado traumatisé, vous savez. Moi, ma spécialité c'est la chirurgie, pas la psychologie."

"Maintenant vous allez garder le lit pendant encore quelques jours, je viendrais vous faire des soins tous les matins jusqu'a ce que vous puissiez vous déplacer sans risquer de ré-ouvrir la plaie. Vous me rendriez un grand service en m'ecoutant, car le cas contraire, vous aggraveriez votre situation et je devrais prolonger mes soins, alors soyez sympas avec moi et reposez vous."

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Jeu 26 Fév - 17:14
Pfff il a même pas relevé sa tentative d'humour, c'est pas drôle de faire ça. Bah voilà, elle s'en doutait bien que le doc allait tenter de la raisonner et de la retenir sauf que là, il lui fait carrément un sermon, elle avait presque oublié comment ça se comporte un médecin devant un patient. Non mais il voit pas là que c'est pour lui qu'elle veut sortir ? Il ne voit pas qu'elle ne veut pas abuser de sa gentillesse ? Et puis il pourra toujours dire ce qu'il veut, lui aussi a besoin de repos ! Cela doit être un truc de docteur de penser à la santé des autres mais pas à la sienne, de tirer sur la corde jusqu'au dernier moment...Ben oui même s'il dit qu'il a moyen de se reposer ailleurs, elle ne l'a pas encore vu ça donc. Bon elle est d'accord sur un point, elle a besoin de repos, ça elle ne peut pas le nier alors qu'elle vient de foirer en beauté sa tentative de fuite de tente. Par contre là où elle n'est pas du tout d'accord c'est sur le fait qu'il sait mieux qu'elle ce qu'il lui faut...C'est faux, Melody se connait mieux que lui ne le pourra jamais, elle connait son corps et ses réactions, elle sait comment elle doit faire, bon certes là c'est un sacré "choc" mais quand même. D'ailleurs elle va pour râler et protester mais se retient et se contente de se faire sermonner comme une gamine prise en flagrant délit de connerie.

Jimmy fini par passer au sujet d'Harvey, elle n'est pas du tout sûre que le laisser seul est une bonne idée sur ce coup là, le doc a pas vu dans quel état cela l'a mit. Et s'il refait une crise de panique hein ? En plus, elle ne sait pas que le doc a entendu leur conversation d'un peu plus tôt. Par contre qu'il ait besoin de parler avec d'autres, là c'est sûr que oui il en aura besoin. Le doc se propose pour tenter de lui parler, elle fini par faire entendre sa voix.

- A toi de voir.

Elle non plus n'est pas psy, et le Matthew encore moins, pourtant elle pense ne pas s'en être trop mal sortie avec lui et elle ne peut pas forcer Jimmy à lui parler. M'enfin on ne sait jamais comment ça peut aller ensuite, Harvey a besoin d'assimiler les choses et peut-être qu'il trouvera quelqu'un a qui parler dans le campement.

Waow non mais il est sérieux le doc là ? Il veut qu'elle reste là encore quelques jours, mais il va pas bien dans sa tête, sans parler du fait qu'elle veut lui rendre sa tente, il y a aussi le fait que jamais elle ne pourra rester oisive et à tenir en place aussi longtemps. Elle a besoin de grand air et d'espace, elle a vécu ainsi la majeure partie de sa vie, elle s'est toujours montré incapable de rester en intérieur plusieurs jours de suite. Même en Écosse quand la température fleurtait avec les -20°, elle trouvait toujours le moyen de sortir sous la neige et le vent. Bon elle veut bien lui concéder encore un peu de repos, mais comme elle le lui a dit, quelques heures pas plus. Oui elle ne lui cédera pas et n'en fera qu'à sa tête.

Elle finira malgré tout par se rendormir quelques heures et à son réveil, elle sortira de la tente d'une manière ou d'une autre, évitant soigneusement que Jimmy ne la choppe. En premier lieu, elle ira à la recherche d'Harvey pour lui filer l'eau qu'elle a gardé...Ne le trouvant pas, elle observera le campement et ce qu'il y a autour, allant jusqu'aux voitures en profitant du coup de fouet offert par l'air frais et l'espace autour d'elle. Elle devra se résigner à trouver une voiture ouverte avant de s'effondrer de fatigue sur la banquette arrière, sombrant presque aussitôt dans le sommeil. Le lendemain elle ira quand même trouver Jimmy pour qu'il regarde sa blessure et qu'il soit rassuré pour sa "patiente", qu'elle peut très bien s'en sortir seule, lui promettant de faire attention à elle...

Jeu terminé
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: