Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Abords du petit lac - 26/12/2034
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Jefferson :: Périmètre

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Jeu 26 Fév - 20:01
Interprété par Seth Willis et Melody Campbell.

Elle se réveille en sursaut, un nouveau cauchemar est venu la perturber alors qu'elle a à peine réussi à dormir. Le jour se lève tout doucement, il est encore très tôt, elle entrouvre la fenêtre de la voiture, qu'elle squatte, pour avoir un peu d'air frais comme si faire cela allait chasser ses démons intérieurs et ses idées noires. Un frisson la parcoure alors que l'air chaud et humide de la voiture est remplacé par la fraicheur du matin de ce 26 Décembre. A la pensée de la date, elle fait une grimace et les larmes arrivent, il y a six mois tout allait encore à peu près bien malgré l'apocalypse, il était encore en vie et il y a un an à cette date là, elle était encore heureuse le matin en se réveillant, il était près d'elle et elle avait encore sa famille. Elle repense à ce dernier Noël heureux, sa main vient sur sa poitrine attraper l'alliance qui se balance au bout de la chaîne qu'elle porte. A quoi bon continuer alors que plus rien ne sera comme avant, qu'elle ne retrouvera jamais sa vie ? C'est mécaniquement qu'elle se redresse, ouvre la portière et qu'elle se met assise sur le bord de la banquette, les pieds touchant le sol du campement.

Son épaule va de mieux en mieux même si elle en garde une trace bien visible, ce qui ne l'empêche de continuer son auto-rééducation, faisant jouer lentement et délicatement son épaule, son bras entier et sa main, forçant tout les jours un peu plus. Peut-être que pouvoir enfin aller à la chasse et se rendre utile l'aidera à aller mieux, voilà pourquoi elle fait encore ses mouvements. Allant ensuite chercher de l'eau au petit lac, pour le ramener au campement, au passage, elle tuerait pour un bon café matinal, cette tache accomplie elle part faire le tour du périmètre est en vérifier les toutes relatives frontières. Rien est en vue, cela n'arrive même pas à la réjouir et elle se stoppe d'un coup, se demandant comment elle en est arrivé là et elle reste là debout à y réfléchir un long moment avant d'en arriver à la conclusion qu'elle doit faire quelque chose, qu'elle trouvera bien un truc qui lui redonnera espoir en l'humanité et le futur. Voilà c'est juste ça, une déprime passagère qu'elle doit combattre ! Et elle sait par où commencer, elle va profiter du soleil de l'hiver de cette fin de matinée.

Melody retourne au campement pour y récupérer un récipient avant de filer droit vers le petit lac, arrivé là bas elle se met en quête de ce qui pourra lui servir. Au détour de hautes herbes qu'elle aplatit, elle trouve ce qu'elle cherche : une large pierre à peu près plate, un bon début que cela. Allant au bord du petit lac, elle remplit son récipient d'eau puis revient à la pierre, elle ôte sa veste avant de se mettre à genou à côté de la roche. Elle pose sa veste sur la dite pierre, mettant en premier la partie gauche, celle qui s'est imbibée de son sang quand elle a prit la balle, versant ensuite de l'eau dessus, elle attend un peu que le tissu s'emplisse d'eau puis elle en remet un peu pour constater que le sang séché commence à se diluer. Même si elle sait qu'il en restera des traces au moins cela sera bien mieux. Puis s'aidant de la pierre comme d'une planche à lessiver des temps anciens, elle frotte le tissu dessus encore et encore sur toute sa surface, retournant chercher autant d'eau qu'il sera nécessaire. Quand elle considère qu'elle ne ramènera pas sa veste à plus de propreté, elle avise un buisson et va étendre sa veste au soleil dessus pour la faire sécher. Renouvelant la même chose avec son top, chose qui ne l'enchante pas vraiment vu qu'elle se retrouve en soutif à cet instant, une fois le lavage, bien plus rapide, effectué, elle l'étend lui aussi, son haut sèchera plus vite que sa veste. Quant à son soutif, elle le lavera quand elle pourra remettre son top et pour son pantalon et ses dessous, elle avisera quand elle pourra remettre sa veste, cette dernière lui tombant à mi-cuisse une fois fermée, cela devrait le faire.

Elle n'a plus qu'à attendre que ses affaires sèchent, pendant ce temps là elle en profite pour aller au bord de l'eau avec son récipient pour s'en servir afin de se laver les cheveux. Se mettant de nouveau à genoux mais au bord de l'eau cette fois, elle regarde son reflet, elle a le teint encore plus pâle qu'à son habitude et les yeux cernés, se faisant la remarque qu'elle vraiment pas belle à voir. Elle s'observe ainsi quelques instants, regardant aussi ce qu'elle peut de sa blessure avant de récupérer de l'eau dans son récipient puis pivotant sur le côté, elle se penche en avant et fait couler de l'eau sur sa chevelure. Faisant ça pour éviter que l'eau ne retourne direct dans le lac mais pour qu'elle soit "bue" par le sol. Elle se lave les cheveux du mieux possible sans savon et quand elle a fini, elle retourne avec son récipient près de ses affaires.

Tournant le dos au campement et posée sur le sol, Melody entreprend de se démêler la crinière avec ses doigts à défaut de brosse à cheveux, histoire qu'ils ressemblent un peu plus à quelque chose une fois sec. Prendre soin d'elle autant qu'elle le peut, est un bon remède à la déprime, non ? En tout cas, elle, c'est ce qu'elle pense à cet instant...

Seth Willis

Anonymous
Invité
Ven 27 Fév - 0:36
Cela faisait quelques jours qu'ils étaient la maintenant et la vie prenait un rythme plus ou moins plaisant. Plus ou moins. Ce qui était agréable c'était de ne pas  risquer de se faire bouffer par un marcheur dès qu'on avait le dos tourné. Et rien que ça c'était du bonheur. Il n'avait pas encore trouvé une place à lui, n'ayant pas de tente et n'étant pas emballé par l'idée de dormir dans une de ces carcasses de voitures. Mais il faudrait bien qu'il se trouve un coin à l'abris pour dormir car si la météo était clémente pour l'instant, la pluie n'était pas à exclure. Et la ça serait moins drôle. Intérieurement il soupira. Une chose de plus à faire et pour laquelle il n'avait pas les moyens. Il espérait que la futur expédition allait lui permettre de se trouver un abris. Mais ce n'était pas encore fait il fallait trouver du monde. Il ne doutait qu'il y arriverait. Les gens avaient l'air de bonne volonté de manière général. A part bien sur Elisabeth qui restait dans son coin à la limite de mordre le premier qui approchait.

Un peu frustré par cet état de cause et par le manque de moyens qu'ils avaient actuellement, il se mit en tête de faire le tour du campement pour faire une liste exhaustive de ce qu'il faudrait faire pour le remettre en état. Rénover les toilettes, Rani allait s'en occuper. Vérifier que les murs ne s’effondre pas un peu partout. Pas compliqué à faire , de vérifier. Mais pour ce qui était de rénover c'était autre chose. Il leur faudrait bien plus de matériel qu'ils ne pouvaient en glaner dans le camps et aux alentours. Il ne savait pas encore vraiment ils allaient pouvoir s'y prendre. Mortier, bois, briques, poutres, il y avait de quoi faire. Et c'était sans compter les efforts pour mettre tout cela en place. Avec un peu de chance ils ne seraient pas que deux à savoir manier un marteau et une truelle.

Le campement fait, il étendit son périmètre de recherche pour voir dans quel mesure il pourrait agrémenter le périmètre. Il se rendit vite compte que la zone de périmètre n'était rien d'autre qu'une vaste étendu vide, légèrement vallonnée. Il n'y avait pas plus à réparer qu'en plein Sahara. L'avantage c'est qu'ils pourraient faire tout un tas de chose ... si un jour ils avaient des ressources première suffisante pour avoir réparer et améliorer tout le campement. Un jour peut être qui sait. Yves lui glissa une petite voix au fin fond de son esprit.

Enfin un peu de changement dans ce paysage, voici un petit bout de lac. Une bouffée de fraîcheur dans la monotonie du paysage environnant. S'approchant avec entrain il distingua une silhouette accroupie. Il se figea. Ses belles idées de quiétude se brisant en éclat face à une menace qu'il n'attendait pas. Il porta sa main à ses couteaux de lancé en dégainant un, le plus long. Penché en avant, Seth approcha doucement pour mieux voir sa cible. Tendu comme un arc, il senti sa respiration s'accélérer, la tension était palpable pour lui à l'inverse de la gazelle encore ignorante du danger. Sauf qu'en guise de gazelle il découvrit une jeune femme avec qui il n'avait pas encore parlé. Rassuré, il rengaina son arme et baillant un coup la fatigue le marquant encore malgré les jours de presque repos qu'ils avaient eut. Il passa sa main sur sa joue dans un frotch frotch caractéristique d'une barbe de quelques jours. Encore un peu loin d'elle, il se demanda comment l'aborder sans lui faire peur. Il décida de rebrousser chemin pour approcher a nouveau mais moins discrètement de manière à ce qu'elle l'entende arriver plus naturellement.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Ven 27 Fév - 1:51
Melody vient de terminer de se démêler les cheveux, satisfaite du résultat, ses longs cheveux bruns sont un peu plus ordonnés et à mesure qu'ils sèchent, ils reprennent leurs ondulations naturelles. Elle réalise qu'elle se sent bien mieux d'avoir effectué ses quelques taches banales et qui avant été plutôt ennuyantes, peut-être qui ne lui en fallait pas plus pour sentir mieux...Enfin pour le moment, elle verra plus tard si cet effet dure. N'ayant plus qu'à attendre que ses vêtements soient secs, elle en profite pour basculer son visage vers le soleil, profitant de ses rayons alors qu'elle réfléchit un peu à ce que pourrait être le futur.

C'est entre deux pensées, qu'elle perçoit du bruit derrière elle, aussi sec elle se redresse tout en pivotant vers l'origine du bruit. Pendant son mouvement, sa main vient chercher le beretta logé dans son dos entre sa peau et le haut de son pantalon. De sa main droite elle fait sauter la sécurité et elle vise la direction du bruit. Ami ? Ennemi ? Zombie ? Elle en a aucune idée mais elle préfère être sur le qui vive, elle espère juste ne pas avoir à tirer, étant gauchère et ayant prit la balle dans cette épaule là, le recul de l'arme lui broierait l'épaule...Bon il vaut mieux cela que mourir mais oui elle espère que ça soit quelqu'un du campement. La silhouette se précise, un homme et qui marche normalement, pas de zombie donc, elle plisse les yeux et l'observe des pieds à la tête, elle l'a déjà aperçut dans le campement. Elle remet la sécurité à son arme avant de remettre le flingue dans son dos en lâchant un :

- Désolée pour ça

Sa voix est agréable à l'oreille, dépourvue d'émotion quelconque mais pas dépourvue d'accent par contre, un mélange d'accent écossais et texan se sont fait entendre. Par contre elle se demande pourquoi elle s'est excusée, elle s'est juste montrée prudente après tout. Elle reste à l'observer, regard pesant de ses yeux verts, essayant de jauger son âge, plus âgée qu'elle on dirait, pas dure cela alors qu'elle parait plus jeune que ses 27 ans, enfin 28 ans vu qu'elle jouait à la belle au bois dormant pendant son anniversaire. Remarquant plus de détails sur son physique qui ne la laisse pas indifférente, elle le trouve même tout à fait à son gout, reste plus qu'à voir comment il est dans sa tête et elle pourrait en faire son 4h. Mais qu'est-ce qui lui prend encore de penser cela alors que...en réflexe, elle porte la main à la chaîne qu'elle a au cou où pend son alliance avant de réaliser qu'elle est toujours à moitié dévêtue. Elle baisse légèrement la tête pour cacher le rosissement de ses joues sur sa peau pâle, un peu gênée là, non pas qu'elle soit vraiment pudique mais quand même, elle ne le connait pas.

Tournant les talons, elle va vérifier, quelques mètres plus loin, l'avancement du séchage de son haut qui s'avère être toujours humide. C'est bien sa chance ça, 11 jours qu'elle est là, qu'elle ne parle à personne et le seul moment ou elle va finir par adresser la parole à quelqu'un, il faut que cela soit dans ce genre de condition. Elle écarquille les yeux avant de tourner la tête vers lui.

- Melody moi

Elle aurait pu l'ignorer, faire comme s'il n'était pas là mais peut-être que sa présence est le signe qu'elle doit enfin s'ouvrir aux autres, qu'elle doit sortir de son isolement dans lequel elle s'est volontairement mise. Et comme elle n'est plus forcément douée pour adresser la parole aux autres, elle se contente de son nom, l'invitant à faire de même avec son "moi" et même à lui parler plus que cela s'il en a envie.

La brune recale une mèche de ses longs cheveux derrière son oreille avant de s'asseoir sur le sol, tournée vers l'homme. Une manière comme une autre de l'inviter à en faire de même, bien qu'elle le fait aussi pour une autre raison. Elle ramène ses jambes contre son buste pour essayer de dissimuler ses formes à la vue qu'il peut avoir, passant son bras autour de ses jambes pour les tenir. Il pourra constater qu'elle évite de s'appuyer sur son bras gauche voir même il pourra voir la marque de la balle lui ayant traversé l'épaule.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Ven 27 Fév - 16:38
Il avait visiblement bien fait de ne pas la surprendre vraiment car son premier réflexe était sans équivoque. Vivre dans un monde ou la moitié des gens veulent vous dépouiller et l'autre 'moitié' veut vous bouffer, cela forge. Soit on fait preuve de réflexe et de débrouillardise, soit on finit mort d'une façon ou d'une autre. A moins d'avoir le cul bordé de nouilles mais cela ne semblait être le cas de personne ici de ce qu'il avait pu voir pour l'instant.

Chose qui ne lui avait pas sauté aux yeux au départ, allez savoir peut être le fait d'avoir une arme braqué sur lui, c'était qu'elle était assez dévêtue. Voir cette arme même s'il s'y attendait l'avait fait se stopper et écarter légèrement les bras en signe de reddition amicale, en signe de paix. L'homme attend qu'elle l'accepte dans le coin pour reprendre une posture normale ce qu'elle fait en rengainant son arme qu'elle n'oublie pas de remettre en position de sécurité. Il se fit la réflexion sur l'instant qu'elle devait être habituée aux armes pour réagir aussi promptement avec le souci dans un sens comme dans l'autre de retirer et remettre la sécurité. C'était évident à tête reposé mais dans le feu de l'action cela ne l'était pas forcement. Il hocha la tête à ses mots

"Pas de mal. Par les temps qui court ..."

Sa voix laisse remarquer un accent particulier. Contrairement à lui elle n'est pas d'ici mais doit être installé depuis un moment. Il n'arrive pas à identifier ce qui composait son accent et passa outre ne s'attardant pas plus quand son cerveau lui fit remarquer, maintenant que le danger était écarté, qu'elle ne portait en haut qu'un soutien gorge ce qui lui fit décrocher un léger sourire. Sans s'attarder outre mesure il y aura poser son regard un instant, c'était un homme, cela faisait des mois qu'il n'avait pas vu ni touché une femme. Dans un sens ne pas la regarder aurait été insultant. Mais son regard remonta vers son visage pour ne pas la gêner. Il se rend compte qu'elle le regarde, qu'elle le détaille en fait.

Seth était un homme d'une bonne trentaine d'année au visage mature. De bonne taille, il atteignait presque les deux mètres avec ses cheveux noirs pas vraiment coiffés, en bataille sur son crâne et ses rangers qui lui faisait gagner deux à trois centimètre sur son mètre quatre vingt dix officiel figurant sur ses papiers d'identités. Son bombers sur l'épaule, ayant eu le temps de se réchauffer durant sa marche d'un peu plus de six kilomètres, dévoilait un pull noir avec un col zippé. Le bas de sa tenue était des plus utilitaires. Pantalon de toile épaisse renforcé aux genoux et , peut être le verrait elle plus tard, aux fesses et sur l'intérieur des cuisses. Un œil avisé le pointerait du doigt comme un homme de terrain.

Le regard de l'homme descendit une nouvelle fois en la voyant saisir quelque chose qu'il n'avait pas eu le temps d'identifier et qui pendait à une chaine autour de son cou. Elle baisse la tête et lui tourne le dos allant voir ses fringues qui séchaient un peu plus loin. Le regard du brun glissa sur ses fesses pinçant ses lèvres un bref instant appréciateur avant de se gourmander mentalement et de regarder le lac s'en approchant lui faisant un peu plus flanc maintenant. Elle était sans doute gênée ce qui se comprend alors il décida de se montre gentleman le temps qu'elle soit plus présentable cela la détendrait peut être un peu.

C'est alors qu'elle se tourna pour lui lancer son prénom. Melody moi. Il sourit un peu son regard posé sur le petit lac. La tournure de phrase lui rappela un vieux film. Moi tarzan, toi Jane. Chassant ce sourire il lui répondit à son tour.

"Je m'appelle Seth.... Je te dérange peut être ? Je pensais pas tomber sur quelqu'un..."

Il jette un œil vers elle pour voir sa réaction. Allait elle lui dire que oui, il la dérangeait ? Non elle s'assoit le regardant, dissimulant sa poitrine de ses genoux. Il sourit un peu et franchit doucement les quelques pas qui la séparait d'elle et lui tendit sa veste.

"Tiens."

Il lui laisse l'opportunité de prendre sa veste, ou pas, lui adressant un sourire sympathique teinté d'attention chevaleresque. Qu'elle le prenne ou non il s'accroupira pour être à sa hauteur, la différence de taille entre elle assise et lui debout était un peu dérangeante. Cette sensation de la dominer physiquement lui semblait dérangeante. Ne se départant pas de son sourire il reprit la conversation.

"Je faisais un tour du périmètre pour voir ce qu'il était possible de faire. Je ne m'attendais pas vraiment à ce simple vide ... "

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Ven 27 Fév - 17:49
Il se présente à son tour et elle en a un petit sourire qui arrive sur le visage, non pas parce son prénom est amusant mais parce qu'il lui rappelle en quelque sorte son frère, chose qu'elle sort à voix haute.

- Seth, comme la divinité de la mythologie égyptienne, maître du tonnerre, de la foudre et du désordre, mon frère m'en parlait souvent, on surnommait Seth, le Dieu rouge ou le Dieu "grand de force". Le pauvre il a fini par être mal vu aux yeux des autres Dieux Et...

Elle se stoppe net se rendant compte qu'elle parle trop d'un coup et que surtout elle n'a pas répondu à sa question, non il ne la dérange pas. Il faut dire qu'elle est légèrement nerveuse, parler de choses de son passé, l'aide à penser à autre chose qu'à son stress. Bon visiblement il l'a bien compris puisqu'il approche...pour lui tendre une veste, elle lève le nez vers lui, son visage marquant clairement la surprise devant un tel geste. Il existerait donc encore des hommes civilisés qui ne pense ni à vous piller, ni à vous violer, ni à vous tuer ou plus simplement qui ne sont pas des connards bourrus comme le chef du campement. Eh bien ! Il peut se vanter de marquer des points de confiance avec elle en cet instant même si elle garde de la réserve malgré tout. De sa main droite, elle prend la veste et lui sourit franchement.

- Merci Seth.

Elle enfile la veste en commençant par son bras gauche pour préserver son épaule, il ne pourra que voir la cicatrice qu'elle arbore puis elle baisse ses jambes pour finir d'enfiler la veste et avant qu'elle ne la referme il pourra voir clairement l'alliance au bout de la chaîne qu'elle porte. Tout comme là, il pourra voir les nuances dans ses yeux verts, une ou deux paillettes dorées venant y briller alors que le soleil tombe dessus enfin s'il n'est pas plutôt entrain de remarquer les cernes qu'elle a autour des yeux et son teint plus que pâle. On voit qu'elle est fatigué et peut-être même qu'elle a pleuré les jours avant, cela marquant un visage. En tout cas maintenant, qu'elle n'est pas occupée à trop parler ou à marquer sa surprise, elle remarque à quel point Seth est grand, même là qu'il est accroupit. Qu'on doit être bien dans ses bras, on doit se sentir protégé du monde entier surtout avec le petit gabarit qu'elle a. Et voilà qu'elle recommence à penser à ce genre de trucs, elle se fout une claque mentale, se faisant la remarque qu'il doit juste vouloir se montrer gentil avec une fille qui a l'air paumée et qui reste dans son coin depuis 11 jours.

- Je t'avoue que je ne pensais pas non plus voir quelqu'un venir ici, vu que j'ai ramené de l'eau au campement ce matin, je pensais être seule pour m'occuper de mes affaires comme tu as pu remarquer. Oh non mais c'est bien aussi que tu sois arrivé, ça me donne l'occasion de parler avec quelqu'un au lieu de jouer les sauvages comme je le fais depuis mon arrivée. Mais oui j'ai remarqué pour le périmètre, j'en fais le tour tout les jours, faudrait pouvoir renforcer le campement même pour le moment, c'est trop vaste ici. Enfin si sur le périmètre faudrait pouvoir clôturer le petit lac avant qu'un zombie ne vienne s'y baigner et qu'il ne contamine notre seule source d'eau. En parlant d'eau, je pensais qu'il serait temps que je me décide à faire une expédition, pour chasser déjà même si je n'ai plus d'outil pour ça, le flingue c'est pas le top mais je doute que le Matthew me prête son arbalète ou alors il me faudrait des cordes fines et un couteau pour poser des pièges puis dépecer les éventuelles proies prises. J'en étais où ? Ah oui la chasse et puis voir s'il n'y aurait pas un supermarché ou autre accessible histoire de voir à trouver de l'eau en bouteille et d'autres trucs utiles. Enfin pour partir en expédition, faudrait que je trouve une, deux ou trois personnes pour venir avec moi, bon la chasse seule c'est bon mais pour le reste. Je parle, je parle mais je te laisse pas en placer une, excuse moi.

Ah ça pour parler, elle l'a fait d'une traite là, toujours pour tenter d'apaiser sa légère nervosité mais vu son débit de paroles, Seth aura bien compris qu'elle stress un peu, reste à savoir le pourquoi du comment, en tout cas, elle a fini par percuter, qu'il valait mieux qu'elle se taise un peu.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Ven 27 Fév - 22:57
Sa présentation donna lieux a un début de monologue sur l'origine présumer de son prénom. A y réfléchir il ne s'était jamais vraiment poser la question. Ou plutôt, s'il se l'était posé, il n'avait jamais vraiment chercher. Tout ces trucs livresques ce n'était pas sa tasse de thé. Il ne raillerait pas d'une personne qui y serait versé mais lui, cela lui rentrait par une oreille et sortait dans la foulée par la seconde. Ce qui lui fallait à lui c'était du concret. c'est pour ça qu'il était doué dans les réparations, installation et autre trucs techniques du genre. Tu fais, ça marche tant mieux, ça marche pas, il va falloir se retrousser les manches, comprendre, réparer et rendre tout ça fonctionnel. Il avait toujours trouvé cela valorisant de faire des choses concrètes, pratiques, pragmatiques. Rani allait s'occuper de réparer les toilettes mais il n'aurait pas rechigner à le faire, bien trop content de voir que ce serait bientôt en état de marche.

Il sourit en la voyant s'arrêter d'elle même. Avait elle prit conscience du speech qu'elle allait lui faire ? C'est vrai qu'avec une autre mentalité il aurait pu trouver cela chiant et la catégoriser dans la case intello rébarbative et la laisser en plan. Heureusement pour elle ? Ce n'était pas son genre. Il faut dire que le fait qu'elle soit jolie et peu vêtue ajoutait à cet état de fait même si ce n'était pas déterminant. Il approcha d'elle franchissant les quelques mètres qui les séparaient pour lui tendre sa veste afin qu'elle se couvre. Il aurait préféré la voir encore peu vêtue dans d'autre circonstance mais ce n'était ni le lieu ni le moment pour cela. Elle le regarde comme si elle avait vu un extra terrestre. Etait ce devenu si rare un geste désintéressé et bienveillant ? A y réfléchir... oui sans doute. Il avait fait cela sans réfléchir ...

"De rien."

Quand elle enfile sa veste il remarque sa cicatrice. Elle semblait récente. Ses sourcils se froncèrent lui donnant un air sévère l'espace d'un instant. Cette moue lui passa quand il remarqua l'alliance autour de son cou. Etait ce une alliance ou une bague ? Il glissa son regard vers son annulaire. C'était bien une alliance. Elle l'avait retiré depuis un moment. Leur séparation devait commencer à dater. Elle la conservait autour de son cou ce qui signifiait sans doute qu'elle l'aime encore. Avait il demandé le divorce ou bien était il mort ? Son regard quitta ses mains pour remonter à son visage, l'écoutant parler. Elle a de jolis yeux verts. Elle aurait mérité d'être rousse avec des yeux pareils.

Il lui sourit quand elle fit la réflexion qu'il lui permettait d'arrêter d'être une louve solitaire au campement. Elle aussi avait donc fait le tour du périmètres pour voir ce qu'il faudrait faire. Elle avait des idées et loin d'être conne en plus. C'est que protéger l'étang était une putain de bonne idée à laquelle les quatre gars du campement auraient du penser depuis longtemps. Puis vint le sujet de exploration qu'il pouvait apprécier vu qu'il avait les mêmes préoccupations, enfin pas pour la partie chasse mais pour l'eau. Il secouant un peu la tête à cette occasion.

"J'ai prévu une expédition bientôt. Peut être avec Rani, il me semblait qu'elle voulait venir. Mais on ne compte pas aller en ville. Le danger sera trop grand pour le peu d'équipement qu'on a. J'ai parlé avec Clark il y a aucun véhicule en état de marche et ils ont à peine un sac à dos. On ne pourrait pas ramener grand chose. Je pensais plutôt aller voir les habitations environnante pour essayer de commencer à récupérer quelques affaires. Avec un peu de chance on pourrait avoir de la nourriture, des sacs, des fusils et des outils. Tu voudra venir ? "

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Ven 27 Fév - 23:53
Melody remarque qu'il fronce les sourcils en regardant vers son épaule, elle remarque aussi quand le regard de Seth passe de son cou à son doigt, elle a l'habitude de détailler les gens ou les animaux et de noter certaines choses que d'autres ne verraient pas.

- J'ai prit une balle dans l'épaule en me défendant face à deux hommes armés qui voulaient me...abuser de moi.
Sa voix tressaute malgré elle en disant cela alors que la peur, qu'elle a eu, est encore bien présente. Leur copain a défoncé le nez de l'adolescent avec moi et juste après on a rencontré Matthew ce qui a permit au doc de me soigner avant d'arriver là.

Elle secoue la tête pour chasser ses idées noires et les larmes qui guettent encore pour revenir, elle ne doit pas se laisser aller à la déprime, elle l'a décidé le matin. Quant au point de l'alliance, s'il veut savoir un jour, il lui demandera, elle n'a pas envie de parler de son défunt mari pour le moment. Lui parlant ensuite en détournant le regard et en baissant le nez, le temps de maitriser ses émotions totalement.

Finissant par relever son visage vers lui, elle reste bloquée sur le sourire de Seth qui lui adoucit les traits et qui est fort charmant, un sourire qui fait apparaitre de légères fossettes sur les joues de l'homme. Elle reste à l'écouter lui répondre, ordonnant, dans son esprit, ce qu'il lui dit, plusieurs questions lui venant en tête. Hochant la tête quand il dit que la ville est trop dangereuse pour le moment, elle est tout à fait d'accord avec cela. Mais en premier, elle trouve utile de rajouter un point à la liste de courses de Seth.

- Trouver un véhicule aussi donc.

Melody se rend compte qu'elle est un peu moins nerveuse en lui parlant, elle arrive à ne pas laisser ses idées et ses questions sortir de sa bouche dans un désordre total et un flot de paroles trop rapide. Est-ce le fait qu'elle retrouve des réflexes de vie en société ? Ou est-ce parce qu'il a l'air si calme que ça la calme aussi ? Elle réfléchit quelques instants avant de lancer la première question.

- Rani ? J'ai aperçu plusieurs filles au campement mais je ne sais pas qui elle est. Elle fait une petite moue l'air de dire, c'est ça d'être restée isolée.  Vu qu'on va devoir marcher, elle tiendra le coup d'après toi ? Si des zombies sont croisés, elle pourra les tuer et se défendre ? J'allais dire et toi mais vu que tu veux monter cette expédition c'est donc que oui, enfin normalement.

Question à moitié voilée, comme si elle attendait qu'il la rassure sur ses capacités physiques. Faut dire qu'elle n'a pas spécialement envie que le même bordel post réveil se reproduise, elle a pas envie d'en voir un seul faire un truc ultra con comme se jeter sur des hommes surarmés, violeurs et tueurs, elle a donné avec Harvey quoi. Finalement c'est peut-être sur leur psychologie dont elle devrait se soucier en premier sur ce coup là...

- Et il faudra quand même avoir des armes en partant, bon moi j'ai mon beretta certes mais il faudrait plus silencieux du genre couteaux, arc, arbalète, batte de baseball, barre de fer, club de golf, fin ce genre de choses. Enfin on fera avec ce qu'on peut, faudra voir ça avec...heu...Clark si je ne me plante pas et potentiellement avec les autres du campement s'ils ne sortent pas en même temps que nous.

Sérieux, elle a vraiment lâché son "club de golf" ? Comme s'il pouvait y avoir des practices et terrain de golf dans ce coin du Texas...Oui, elle se désespère elle même sur ce coup là alors qu'elle se rend compte qu'emportée par la possibilité de cette expédition, elle s'est remise à parler trop vite. Comme quoi sa nervosité est toujours là et elle ne la maitrise pas encore totalement. Elle aurait pas pu se contenter d'un simple "oui je veux bien venir" mais non fallait qu'elle lâche les idées auxquelles elle a pensé et encore elle a réussi à faire soft niveau question là. Et le pire c'est qu'elle laisse entendre qu'elle se voit déjà partir en expédition sans le dire réellement clairement.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Sam 28 Fév - 13:49
Elle remarque son regard et sans doute ses sourcils se froncer marquant sévèrement son visage mêlant inquiétude et sévérité. Naturellement, sans qu'il demande quoi que ce soit, elle lui explique ce qu'il s'est passé. Elle avait eu de la chance que Matthew arrive à temps. Cela semblait être un facteur récurant, qu'il arrive juste à temps. A croire qu'il avait un sixième sens pour cela. Il valait mieux imaginer cela plutôt qu'autre chose. C'est vrai non ? Imaginez qu'à l'inverse, cela soit lui qui organise cela pour mieux se poser en sauveur et que les gens l'aide par la suite ... Ca serait moche hein ...

Elle l'écoute jusqu'au bout quand il parle d'expédition, même s'il va à son encontre. Sans doute trouvait elle ce qu'il dit cohérent. Cela lui aurait semblé logique puisque cela l'était pour lui, cohérent. Elle ajoute le fait de devoir trouver un véhicule et il hocha la tête. C'était tellement évident pour lui qu'il avait même oublier de le citer. Il sourit légèrement en coin de sa petite bourde.

"Oui aussi, et pas qu'un d'ailleurs dans l'idéal."

Le prénom de Rani évoqua un doute chez la jeune femme. Elle n'avait visiblement pas parler avec cette dernière ni avec d'autres personnes d'ailleurs. Enfin c'est la conclusion hâtive qu'il tira brièvement car sans grande importance. Il regarda dans la direction du campement un instant pensant à tous ces gens qui n'avait pas encore vraiment rencontrer à part un bonjour amical ou poli dans le cas de certaine rare personne pour qui un sourire semble en dehors de leur champs social. Qui était Rani ?

"Rani c'est la jeune femme à la peau bronzée. Je ne sais pas d'ou elle est originaire mais pas américaine de souche de toute évidence."

Quand à la question de savoir si elle pourrait suivre et se débrouiller en cas d'attaque, tout comme si lui pourrait il dodelina de la tête. Il ne savait pas grand chose d'elle a vrai dire. Difficile de savoir ce qu'elle donnerait sur le terrain.

"Je ne sais pas , je la connais peu. Je sais juste qu'elle est du genre bricoleuse comme moi. On voulait essayer de récupérer des matériaux pour arranger le camps. En plus du reste bien sur. Je suis pas un super soldat mais j'ai fais l'armée et j'étais pompier volontaire quand tout à dégénéré. Je m'entretiens. Enfin je m'entretenais avant de mourir ... J'avoue que depuis le réveil je n'ai pas prit le temps de me remettre vraiment en forme même si je devrais ... "

Il sourit un peu se voulant rassurant même s'il n'y avait fondamentalement pas de quoi. En tout cas sur le plan physique. Coté moral mental, on pouvait supposer que c'était un homme bon  voir charitable, pour s'engager dans les pompiers volontaires en plus de son travail.
Son approche de la protection d'une expédition plaisait assez à Seth. D'un coté c'était presque amusant de voir une femme dans ce rôle. Pas amusant dans le sens moqueur mais dans le sens inhabituel. Et d'un autre c'était pragmatique et cela lui plaisait.

"Oui ça serait une bonne chose même si je ne suis pas très à l'aise avec ce genre d'armes c'est plus discret. J'ai des couteaux de lancer si tu sais t'en servir. Moi je suis rouiller j'arrive pas à grand chose avec."

En parlant de ses affaires, Melody pouvait sans aucun doute sentir dans la poche intérieur de la veste de Seth, quelque chose de rectangulaire, relativement dur.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Sam 28 Fév - 15:08
Seth lui explique pour Rani et effectivement elle voit laquelle des survivantes elle est, elle hoche la tête l'air de dire "oui je vois". En la voyant dans le campement, Melody s'était aussi fait la remarque qu'elle n'était pas américaine, enfin si mais pas dans le sens native des USA depuis toujours dans son arbre généalogique. Maintenant qu'elle a son prénom, Melody tablerait sur l'inde comme origine, peut-être que plus tard, elle aura l'occasion de le savoir. Pour le reste, Seth rassure Melody quant à leurs capacités, surtout les siennes, elle note plusieurs détails, comme le fait qu'il soit manuel et logiquement habile de ses mains. Ou encore ce qu'il a fait avant tout ça, confirmant à Melody qu'en apparence, il a tout d'un homme bien, d'un survivant encore plein d'humanité, chose qui devient rare aux yeux de la brune. Une part de son esprit, celle qu'elle ne veut pas écouter, note qu'il ne connait pas Rani plus que ça, que cela veut dire qu'il est célibataire et qu'elle peut en profiter. Elle tique quand il parle de sa mort et de son réveil, manquant se perdre dans ses pensées et dans les questions qu'elle se pose sur sa propre mort, heureusement il enchaine sur le reste mais elle aura eu le temps de froncer les sourcils à cette évocation. Avant de passer à un grand sourire qui fait ressortir les fossettes sur ses joues.

- Oui je sais m'en servir ! Même si j'ai l'impression que là je ne pourrais pas viser de trop petits animaux efficacement, enfin on parle de zombies là donc ça ira.

Commençant à s'enquiloser légèrement, elle bouge légèrement pour y faire passer, se faisant sa main gauche, à travers le tissu, frôle un objet dans la poche de la veste de Seth, elle arque un sourcil se demandant ce que cela peut être. Ôtant rapidement sa main en se disant que cela ne la regarde pas, que ce n'est pas ses affaires, elle reporte ses yeux émeraude sur lui. Elle hésite un instant et soupire avant de se lancer à parler, perdant totalement tout sourire, elle redevient sérieuse, presque soucieuse.

- Donc toi aussi tu as vécu une résurrection après une morsure...L'apocalypse m'aura prit toute ma famille et mon mari...et elle aura même pas été foutue de me laisser mourir après eux tous. Qu'est-ce que j'aimerai repartir en arrière, retourner en Écosse bosser dans ma forêt, la préserver elle et ses animaux et ne pas avoir à revenir aux USA...J'aurais du finir ma vie là bas...

L'émotion est trop forte et une larme arrive venant rouler sur sa joue, elle tente de maitriser les autres et tout débordement intempestif de tristesse. La brune essuie la larme sur sa joue, soupirant dans le même temps.

- Ne te sens pas obligé de me répondre mais cela c'est passé comment pour toi ? Morsure et agonie ? Un réveil au milieu de nul part dans un endroit inconnu ? Des objets ne t'appartenant pas alignés près de toi ? Te réveiller après des mois entiers avec aucun souvenirs ?


Des questions qu'elle se pose en boucle depuis que le Matthew lui a apprit la date et qu'il y a d'autres comme elle dans le campement mais jusque là elle n'avait pas pu ni voulu leur demander et pourtant cela la perturbe au plus haut point. Savoir que d'autres sont dans le même cas et l'entendre de leur bouche est quand même plus qu'important pour se sentir moins seule, tous dans la même galère.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Dim 1 Mar - 2:54
Melody hoche la tête en signe de compréhension quand il essaye de lui décrire Rani, de la façon la plus simple qui soit et pourtant qui pourrait être mal prise. Une femme de couleur, dans certaine bouche ou dans certain esprit cela pouvait être raciste mais ce n'était pas son cas et surtout pas son but. Alors il avait essayer de formuler cela de la façon la plus civique qui soit. Pas de préjuger, de conclusion hâtive ou de plaisanterie qui pourrait être prise comme déplacer. Il ne savait pas si c'était le genre de la jeune femme d'être pointilleuse sur le sujet mais il n'avait ni envie d’être juger, ni envie de la froisser.

Il évoque ses couteaux de lancer et visiblement elle est pleine de motivation revendiquant qu'elle savait s'en servir. Pour chasser cela serait compliquer, et il le comprend, il avait déjà chassé avec son père quand il était adolescent. Cela ne lui viendrait pas à l'esprit de chasser un lapin avec ça. Le temps du geste et l'angle d'attaque était un élément non négligeable. Sans parler de la force à avoir pour percer le cuir d'un animal. Pour un Zombie ... Il imaginait que cela pouvait le faire. En tout cas, elle, elle semblait sur d'elle. Il fallait espérer qu'elle ne se trompe pas.

"Si tu veux je te les prêterais, tu en fera sans doute meilleur usage que moi. J'ai appris à l'arc et au fusil moi."

Sans doute devait elle se demander pourquoi il avait ces couteaux s'il ne savait pas s'en servir mais la réponse allait bientôt arriver d'elle même, quand elle abordera leur non mort à eux, qui heureusement, n'avait rien à voir avec celle des marcheurs. N'est ce pas ... ? Non ... Il n'avait jamais vu ça auparavant. Ils en auraient entendu parlé si c'était un truc qui arrivaient aux marcheurs ... Il l'espérait.

Il l'écouta raconté un bout de son histoire. Cela n'avait pas été facile pour elle. Bien pire que pour lui pensa t il. Et pourtant pour lui non plus cela n'avait pas été facile mais il avait au moins l'espoir que quelque part son fils et son ex femme était toujours vivant. Mais à voir le monde qui les entoure ... c'était difficile de pouvoir s'y acrocher. Il apprenait par la même occasion qu'elle venait d'Ecosse ce qui l'étonna et en même temps expliquait la légère teinte de son accent qu'il n'avait pas réussi à identifier. C'était donc une femme de la nature. La forêt, sa forêt nota t il d'ailleurs, marque de son attachement sans doute, les animaux. C'était tout le contraire de lui. Non pas qu'il n'aimait pas la nature mais que c'était un homme de la ville. Il ouvrit la bouche un instant. Il voulait lui dire qu'il était désolé pour elle mais en voyant ses yeux s'embuer, il avait peur que cela ne la fasse flancher. Au lieu de cela il saisit le sujet au vol pour détourner son attention, répondant à ses questions.

"Je me suis fait dévoré ... On était en intervention avec les collègues et on s'est fait prendre à revers. On a beau eu se défendre ils étaient trop nombreux ...  "

Il inspire profondement soupirant... Cela faisait parti du passé mais dans son esprit c'était encore frais et se revoir mourir ainsi n'était pas chose aisé.

"Je me suis réveillé sur le parking d'une station service. Il y avait les couteaux de lancer, de la nourriture et un kit de serrurerie. Je les avais jamais vu. Tout comme les gars qui étaient la avec moi. On était disposé en cercle ... c'était vraiment étrange ... Je saurais pas trop dire combien de temps j'ai perdu entre ma mort et mon réveil mais oui c'était pas hier c'est clair ..."
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: