Haut de page
Bas de page



 

Abords du petit lac - 26/12/2034
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Jefferson :: Périmètre

Aller à la page : Précédent  1, 2

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Dim 1 Mar - 13:14
Melody inscrit dans son esprit la réponse pour les couteaux ainsi il est du genre prêteur, cela aussi devient rare depuis l'apocalypse. Elle a pu à de nombreuses reprises constater que les gens sont de plus en plus avares, avant ils collectionnaient l'argent maintenant c'est le moindre objet qui attise leur convoitise, lui donnant l'impression qu'ils les couvent. Chose qu'elle comprend encore moins maintenant que tout le monde devrait se serrer les coudes. De nouveau il marque des points auprès d'elle même si une petite part d'elle se demande si ce n'est pas le discours du Matthew qui donne cela comme résultat, tu partage ou tu dégage, bien qu'il y ait très peu de chance que ça soit cela, elle voit mal un ancien pompier volontaire agir ainsi.

Ce qu'il confirme d'ailleurs en lui répondant sur comment cela s'est passé pour lui, ainsi donc jusqu'au dernier moment, il a cherché à porter secours aux autres au lieu de chercher à se protéger, serait-il tombé avant elle ? C'est possible en étudiant ce qu'il dit, elle a l'impression qu'à ce moment là il y avait encore plus de vivants que de morts ou alors il était dans un coin mieux protégé qu'elle, San Antonio et ses banlieues sont tombées très vite au final. Elle se souvient des dernières informations radios entendues comme quoi le Texas était le dernier état touché par cette calamité, que les grandes villes tomberaient les premières. Melody remarque son soupir, elle fronce les sourcils l'espace d'un instant, lui aussi a du bien souffrir ce jour là et même s'il ne le dit pas, elle ne peut que penser que lui aussi a du subir de grosses pertes des gens de sa famille, vu comment il parle de ses collègues déjà.

- Cinq mois pour moi entre ma mort et mon réveil dans cette forêt et à part quelques bribes de souvenirs, des images floues, des visages masqués et des voix récitant une espèce de poème, le black out total...

Et comme à chaque fois qu'elle ressent de l'empathie pour quelqu'un, sa voix s'est faite neutre, dépourvue d'émotions et un masque d'impassibilité est apparu sur son visage, comme si rien ne pouvait l'atteindre. Ce qui est en contradiction avec le geste qu'elle a dans le même temps : elle bouge légèrement pour venir glisser sa main dans celle de Seth et la lui serrer doucement, l'air de lui dire "il faut oublier tout ça, tu es bien vivant maintenant et tu es pas seul." Faisant ça avant de lui demander autre chose et si Seth ne la laisse pas lui prendre la main, elle continuera à parler quand même.

- Et je suppose que les autres sont comme nous, un réveil après la mort ? En tout cas, cela me conforte dans l'idée qu'il y a quelqu'un ou quelque chose derrière tout ça, mais alors le pourquoi et le comment m'échappent totalement ! On le découvrira peut-être un jour, enfin faudrait qu'on cherche mais pour ça faut d'abord qu'on ait de quoi survivre.

Terminant sa phrase par une esquisse de sourire qui se veut réconfortant lui aussi. Alors qu'en elle même les faits bouillonnent, se tournent et se retournent dans tout les sens. Il faut vraiment qu'elle trouve un moyen de canaliser tout cela, qu'elle arrête de réfléchir autant, surtout qu'elle ne peut plus ni compter sur son frère, ni sur son mari, ni sur son boulot pour la distraire. Elle doit apprendre à faire cela toute seule et vite, elle ne peut pas rester avec des choses qui lui parasite l'esprit ainsi même si déjà le fait de partir en expédition devrait l'aider vu qu'elle devra se concentrer sur des choses précises et bien tangibles qu'elle peut maitriser.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Dim 1 Mar - 15:12
Ses paroles qui auraient pu et du passer pour des élucubrations d'une droguée ou d'une pour une prédicatrice de la fin du monde. Sauf que c'était sans compter sans deux choses. La fin du monde ils y étaient en plein dedans, et ses propos lui rappelait confusément quelque chose. Comme une image fugitive à la limite de votre conscience. Comme un rêve que l'on essaye de se souvenir lorsque l'on se réveil et qui vous file entre les doigts et plus vous essayer de vous en souvenir et plus ou il vous échappe.

Tout cela lui faisait froid dans le dos. Se dire qu'une bande de gars sorti de nul part avant tout manipuler et préméditer les ramenant des morts dans il ne savait quel but. C'était carrément flippant ... Ne seraient ils qu'une expérience humaine à échelle planétaire ? D'ailleurs ceux qui étaient derrière tout ça étaient ils humains ? Cela pourrait être des extra terrestres, cela expliquerait beaucoup de chose. Non non il partait dans des délires digne d'un paranoïaque ou d'un adepte du complot. Ca ne lui ressemblait pas du tout mais il fallait dire qu'a situation extraordinaire, supposition extraordinaire ?

Elle lui prend la main pour se montrer rassurante. La chaleur de sa main lui fit étrange. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu de contact humain de ce genre. C'était amical et réconfortant, rassurant. Comme un petit bout de femme comme ça pouvait dégager cela ? Il n'en avait bien aucune idée mais cela faisait plaisir. Il sourit un peu. Un sourire simple et sincère à la mesure de son geste à elle. C'était une petite fenêtre de normalité dans ce monde apocalyptique. Il se surpris à relâcher un soupire de soulagement et lui sourit.

"Oui, il faut arriver à jauger les priorités et avancer pas à pas. On a pas le choix si on veut s'en sortir. A partir de rien il faut qu'on bâtisse quelque chose. J'ai même pas un endroit ou dormir, je me suis fait une place à coté du feu mais j'ai un peu peur de la pluie qui peut arriver n'importe quand vu la saison, sans parler des températures ... J'espère que j'arriverais à me trouver une tente dans les maisons qu'on visitera. J'avais penser à une cabane au début mais le bois sera plus utile ailleurs. Pour protéger ici ou bien pour renforcer des murs dans les décombres du motel ... Enfin bon, on verra bien ce qu'on trouvera."

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Dim 1 Mar - 16:12
Melody serre un peu plus ses doigts sur ceux de Seth, cela fait longtemps que cela ne lui est pas arrivé de tenir la main d'un homme. Non Harvey ne compte pas, c'est un gamin à ses yeux. Seth est un homme et qui en plus lui plait, aussi bien physiquement que mentalement. Elle se rend compte qu'elle n'est même pas capable de dire depuis combien de temps un homme ne l'a pas touchée, bien plus que les six mois écoulés depuis la mort de son mari et sa mort à elle. Marc lui en voulait et ça faisait des mois qu'ils ne se touchaient plus, elle en était extrêmement frustrée et triste de cela, leur couple était mort bien avant qu'un zombie ne le tue. Et même si tenir la main de Seth n'a pas cette dimension intime d'un couple là, elle ne peut s'empêcher de penser que si elle veut avancer, elle va devoir tourner la page vis à vis de son défunt mari et peut-être même qu'elle pourra trouver un compagnon dans ce nouveau monde. Elle sort de ses pensées quand il parle logement et coin autour du feu.

- Oui trouver des tentes, ça ne serait pas du luxe. Bon j'ai pas à me plaindre, je squatte une des voitures qui forme le mur au campement, cela me protège du froid et du reste mais en cas d'arrivée de rôdeurs, je serais aux premières loges. On a plus qu'à allonger notre liste de course alors ! On passe commande au premier drive qu'on trouve et hop on a plus qu'à tout ramener.

Elle termine sur une pointe d'humour, avec un grand sourire taquin, ce qui est mieux que de se mettre à songer à la difficulté de tout réunir et des possibles embûches qui les attendent. Et puis ils ne doivent pas être les seuls à envisager une sortie trouvailles, donc il y a sans doute moyen que les groupes puissent ramener de quoi faire si tout est bien mit en commun.

- On fait comme ça alors, on emmagasine des forces, tu en reparle à Rani, on rassemble ce qu'on peut en armes et on y va ?

La brune lui laisse tout le temps qu'il veut pour répondre puis doucement elle lui lâche la main pour attraper l’élastique qu'elle a autour du poignet afin d'attacher ses cheveux, tant bien que mal, vu les quelques mèches rebelles qui s'échappent pour venir encadrer son visage, les calant derrière ses oreilles du coup. Nul doute qu'elle fait cela pour qu'aussitôt dit, aussitôt elle s'y met, montrant ainsi sa détermination. Se relevant ensuite, elle ouvre la veste de Seth puis l'enlève pour la lui tendre même si cela veut dire être de nouveau à moitié dévêtue devant lui.

- Tient et encore merci.

Tout en restant à l'écoute de ce qu'il peut dire, elle se déplace jusqu'à l'endroit ou sont ses affaires pour constater que son top est sec et sa veste encore un peu humide, il va falloir qu'elle la ramène vers le feu si elle veut l'avoir sèche pour cette nuit. Elle prend son haut et l'enfile avant d'attraper sa veste et de revenir près de Seth, lui lâchant sur le ton de la confidence.

- Je suis ravie que tu sois dans ce campement et de t'avoir rencontré aujourd'hui.

Et c'est sincère, elle l'est vraiment, il lui a permit de sortir de son isolement et de réaliser certaines choses qui doivent finir de faire le cheminement dans son esprit. Mais grâce à lui, elle se sent bien mieux et entrevoit de nouveau une vraie lueur d'espoir dans ce monde de barge, on peut presque dire qu'à sa manière il l'a sauvée d'elle même là.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Dim 1 Mar - 22:19
Main dans la main, il la sent la serrer et lui sourit en retour. c'était vraiment un moment inédit pour lui depuis des semaines maintenant. Un moment de normalité de simplicité qui faisait du bien au moral. En plus elle accompagna cela d'une plaisanterie qui accentua son sourire. Ah le Drive, une merveilleuse invention qu'il n'aimait pas vraiment mais qu'il utilisait de temps à autre avant que tout le bordel n'arrive. Généralement c'était pour prendre un fast food quand il rentrait trop tard. Beaucoup se faisant livrer des plats tout prêt mais vu qu'il était déjà en voiture il préférait passer lui même, cela réduisait considérablement le délai d'attente. C'était le genre de repas, anti diététique qu'il payait chèrement en faisant du sport les jours qui suivait dans l'espoir d'arriver a garder sa ligne à peu près sportive ou du moins entretenu, pompier oblige. De toute facon leur encadrant leur en faisait baver. Footing, traction, planche, développé couché. Sans être des athlètes il fallait qu'ils puissent assurer sur le terrain. Soulever des charges, parfois des gens, crapahuter dans les décombres. C'était un mal nécessaire.

"Bonne idée le drive. Tu crois qu'on peut commander une grande frite et un soda avec ?"

Il sourit et la regarde se lever, empresser de se mettre en action visiblement. Il hoche la tête à sa proposition d'organisation cherchant de la motivation à se lever à son tour mais voila qu'elle retire sa veste se retrouvant en soutien gorge sous son nez. Il entre-ouvre la bouche surpris, agréablement bien sur, son regard s'attardant un instant avant de regarder ailleurs. Simple et pure politesse ... D'autres images moins chastes traversèrent son esprit et il secoua la tête récupérant sa veste pour mieux se lever et l'enfiler. D'un geste réflexe il porta le revers de sa main sur sa poche intérieur pour sentir que ce qui devait y être y était encore. Non pas qu'il la croit du genre à lui subtiliser ses affaires. C'était plutôt un réflexe. Vérifier que les affaires vitales avant de quitter un endroit. Avant c'était ses clefs, son téléphone et son portefeuille. Maintenant ce qu'il avait de plus précieux c'était ce qui était dans sa poche de veste. Un endroit qu'il pouvait sentir dès qu'il portait la veste et qui lui laissait savoir que c'était bien la.

"Pas de quoi, c'était pas grand chose."

Il lui offre un sourire chaleureux à ses quelques mots. Voila qui était aussi agréable qu’accueillant.

"Merci c'est gentil. On rentre au campement ?"

Il attendit son assentiment ou non avant de faire un tour d'horizon des lieux afin de s'assurer qu'ils n'avaient rien oublié sur place avant de se mettre en route. C'était son coté pragmatique. Vérifier, s'assurer que tout allait bien pour avoir la conscience tranquille après. C'était pas si souvent que cela servait mais sait on jamais. Cela ne coûtait pas grand chose. Il glissa un regard aux alentours également, au cas ou d'autres personnes arriveraient, ami, ennemi ou prédateur. Rien ne perturba l'horizon et ils pouvaient se mettre en marche l'esprit tranquille.

Jeu terminé
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: