Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

[CFJ, A, 2] Retour au Secteur A - 10/01/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mar 28 Avr - 20:32
Non mais en plus Samuel ne semble même pas gêné d'être prit en flagrant délit de consommation de bouffe pour animaux et il ne prend pas non plus le temps de s'expliquer comme si pour lui c'était tout à fait normal de faire ça ! Melody veut bien qu'ils soient dans un monde survivaliste mais elle trouve qu'il y a quand même des limites, celle là en est une, c'est un peu bête à dire mais c'est au même niveau que le cannibalisme pour elle. Même si dans le fond l'un est plus grave que l'autre, les deux font passer les gens d'êtres humains à animaux dans son esprit. Pour un peu elle là elle irait même vérifier s'il a laissé de la bouffe au chien sauf qu'il s'était mit à parler et qu'elle ne l'a écouté qu'à moitié si bien qu'elle n'entend réellement que le "Attends-moi, j'en ai pour deux secondes." qu'il lance avant de détaler comme un lapin vers la maison.

Hein ? Mais il va où là ? Melody décolle une de ses mains de sur ses hanches pour lever le doigt vers lui l'air de dire "Eh ! Attend !" mais trop tard pour que Samuel puisse voir quoi que se soit, à moins qu'il n'ait remarqué mais qu'il a éludé son geste, elle ne le saura jamais du coup. Elle fait un effort mental pour essayer de se souvenir de ce qu'il lui a dit, pour une fois qu'elle n'écoute pas voilà ce qui arrive, elle s'en mord la lèvre inférieure, cela lui apprendra à ne pas avoir fait gaffe. Alors il a parlé de jardin pour les clés et de manche à balais pour la maison, non mais hein ? Melody met quelques secondes à saisir le truc puis elle percute de la théorie qu'il a eu, il doit penser que le zombie du jardin a les clés vu que pour lui c'est le papy de la maison. Cela se tient en fin de compte mais par contre, elle pense à autre chose : et si les clés étaient parties dans la caravane ? Bon cela renforcerait l'idée de Samuel que les proprio peuvent revenir mais à ce moment là même la maison aurait été fermée.

Maintenant qu'elle a compris le plan de Samuel, elle se dirige vers la maison, autant faire gagner du temps à l'homme quand il ressortira de la maison afin qu'ils aillent plus vite vers le jardin. Son compagnon d'excursion la rejoignant quand elle arrive devant le perron de la maison, avant il prend le temps de refermer la porte de la maison, visiblement ils sont bons pour contourner la maison au lieu de la traverser et d'ouvrir la baie vitrée. Cependant elle renonce à le lui faire remarquer, elle commence à être fatiguée de parler avec un autre être humain, faut dire qu'en une journée elle aura plus parlé avec Samuel qu'avec tout les autres réunis en une semaine. À la place elle étudie rapidement les deux manches à balais, chacun ayant des avantages et des défauts, le premier si le tube de métal n'est pas plein il risque de se plier rapidement et le second de se briser avant même de transpercer le crane du zombie. Bien qu'avec celui en bois en le coupant en deux, il donnerait deux morceaux pointus.

Elle choppe celui en bois de sa main droite avant de se diriger vers le jardin, disant merci à Samuel d'un signe de tête, elle avance pour contourner la maison alors qu'aucun zombie ne se dissimule par là ou n'arrive d'ailleurs. Rapidement les voilà dans le jardin ou le zombie les attend sagement au fond, elle en a un soupir de soulagement en constatant qu'il n'a pas bougé de là et surtout que pour le moment, il ne les entend pas arriver. Elle s'approche de lui aussi silencieusement que possible avant de remarquer un truc dans l'herbe plus rase ici qu'ailleurs : une chaîne métallique part des pieds du zombie pour aller se perdre un peu plus loin contre le mur de la vieille cabane de jardin délabrée. Surprise, elle s'est arrêtée avant de secouer la tête et de se ressaisir pour s'occuper du zombie, à moins que Samuel ne lui ait grillé la politesse et ne soit déjà entrain de le tuer,dans ce cas là, elle l'aidera juste s'il le faut.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Mar 28 Avr - 22:40
Il ne parut pas tant surpris de retomber sur Melody au moment de sortir de la maison, pas plus que ne l'était son choix. Quoi qu'il en soit, ils se mirent immédiatement en marche, contournant tous les deux la maison dans le silence le plus complet. A dire vrai, il faut reconnaitre que la tâche qu'ils venaient de s'allouer était loin d'être la plus amusante mais quelques part, il préférait largement se salir les mains sur un mort que de devoir passer la maison au peigne fin sans grand espoir de mettre la main sur une seule malheureuse clé qui pouvait tout aussi bien avoir été enterrée ou simplement perdue dans le jardin, dans la grange, dans les alentours...

Une fois parvenus au jardin, son regard tomba sur le cadavre ambulant qui n'avait pour ainsi dire pas bougé, ce qui l'étonna quand même un peu étant donné tout le bruit qu'ils avaient put causer dans la maison, mais un étonnement qu'il surmonta très aisément pour se focaliser sur leur but.

Bien sur, comme la chasseuse, il évita de simplement se tenir droit comme un benêt en tenant son manche à balais comme une épée, préférait s'accroupir légèrement et mesurer ses pas afin d'écraser l'herbe plutôt que l'écarter, ce qui ne garantissait rien vu ses chaussures de villes mais bon... Il tenait ostensiblement à faire de son mieux pour faciliter cette "exécution".

Ce n'est qu'à l'approche qu'il haussa les sourcils et se redressa, à moitié choqué de voir que la créature sans vie se trouvait en plus attachée solidement et donc quelle ne représentait une menace que pour le crétin qui irait danser un peu trop près de ses chicots pourris. L'espace d'une seconde, l'idée de s'en prendre à cette personne, même mort-vivante, lui parut terriblement barbare. Heureusement, la seconde d'après, il vit Melody qui s'apprêtait à prendre les choses en main, aussi désira t-il prendre part à la tâche, aussi ignoble quelle puisse lui paraitre.

Il frappa sur la tête du vieux geignard aussi fort qu'il le put, tordant effectivement son arme en à peine deux coups, ce qui ne l'empêcha pas de continuer son œuvre jusqu'à ce que le cadavre ne gise à terre, éliminé pour de bon de cette Terre, mais pas d'une belle mort hélas. Son geste final fut de retourner son manche à balais en métal et d'en planter l'autre côté, propre, droit, bien dans le crane défoncé qui se vidait au sol et jusque dans la terre sous lui.

Ainsi se dressait le plus étrange des fanion, un petit manche tordu et rougit par le sang, mais aussi étrange qu'il soit, le fait d'avoir définitivement percé la tête de l'ancien propriétaire des lieux lui offrit assez d'assurance pour palper les poches de sa chemise et de son pantalon sans arriver à éviter un frisson de dégout tout naturel. Il en sortit un trousseau de plusieurs clés et un porte-feuille, ce qui lui donna l'opportunité de lancer le premier à Melody avant d'ouvrir le second.


"J'espère qu'il n'y a pas que celles de la maison. Excuse moi, j'en ai pour une minute."

Le nez dans le porte-feuille, il en fit très vite le tour, ne s’intéressant ni aux quelques billets verts ni aux photos restées là. Non, il porta surtout son attention sur les différentes carte que le vieil homme possédait jusqu'à même en retirer une qu'il conserva en main alors qu'il remettait le porte-feuille à sa place en murmurant.

"Adieu monsieur Hermerson. Désolé."

Une fois redressé, il se retourna vers la maison pour rejoindre, surprise surprise, le garage. L'on notera que si Melody s'est bel et bien décidée à rester près de lui pour l'attendre, il évitera autant que possible son regard tout en gardant ce qui ressemblait bien à un vulgaire permis de chasse... Même si à dire vrai, il aurait tout aussi bien put prendre sa carte de bibliothèque, sa carte de bus, sa carte de fidélité à l'une des chaines de magasins du coin, dans tous les cas, ça lui aurait donné l'occasion de conserver une photo du défunt ainsi que son identité officielle.

Pour quel usage, en revanche, son regard fuyant et son attitude très neutre, et à n'en pas douter, un masque de quelques vilains sentiments qu'il ne désirait pas exhiber, n'aideront sans doute pas à comprendre ni même à estimer que le commercial ait le moindre désir d'en parler.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mer 29 Avr - 11:24
Le temps qu'elle se reprenne, Samuel a décidé de se charger du zombie tout attaché qu'il est, comme elle l'avait pensé le manche de métal ne tient pas le coup et fini par se plier. Elle va pour aider Samuel avec le sien, le levant quelques instants avant de le ramener près de son corps, finalement l'homme s'en sort, pas trop difficilement, malgré le fait que le zombie se retourne sur lui et malgré son manque flagrant de technique avec son arme improvisée. Même si elle le laisse faire, cela ne l'empêche pas de rester attentive à ce qu'il se passe, prête à bouger si jamais mais le mort vivant fini par n'être plus qu'un mort orné d'un manche à balai en métal qui dépasse de sa tête. Samuel s'empressant ensuite de fouiller le mort, elle ne prête pas vraiment attention à l'expression qu'il peut avoir en le faisant, se contentant de simplement hocher la tête en attrapant le trousseau de clés qu'il fini par lui tendre.

Melody détaille les clés une par une, ce qui va vite il n'y en a que trois dessus, la petite là qu'elle suppose être celle de la maison, la grande qui irait bien dans la serrure de la porte de la grange et enfin la troisième qui devrait être celle du garage normalement. Prudente dans sa réaction, elle ne s'emballe pas et attendra de voir si c'est bien la bonne clé, du coup elle reporte son attention sur la fin de l'occupation de Samuel, le voyant retirer une carte du portefeuille et la conserver dans sa main. Elle va pour lui en demander la raison quand elle l'entend murmurer assez fort pour qu'elle saisisse ce qu'il dit, en réaction sa mâchoire s'en serre, il vient de faire ce qu'elle aurait voulu ne jamais voir se produire : donner un nom au zombie...Et par là même lui redonner un visage humain. Une boule se forme dans sa gorge en pensant qu'ils n'auraient peut-être jamais du le tuer même pour avoir cette foutue clé ou du moins pas comme ça, elle regrette d'avoir dit à Samuel qu'il ne devait pas user de son arme à feu.

Dès que l'homme se redresse, elle tourne les talons pour repartir de là ou ils viennent, ce qui ne l'empêche pas de rester à la hauteur de Samuel et de lui montrer d'un geste de la main la clé sélectionnée pendant que les deux autres tintent un coup au bout du trousseau. Prenant ensuite les trois clés en main pour ne pas faire plus de bruit au moment où ils arrivent à l'angle de la maison. Sur le trajet et à plusieurs reprises elle regarde vers Samuel et entrouvre la bouche pour parler mais à chaque fois le regard fuyant qu'il arbore ne l'aide pas à sortir un seul mot. Et puis au final, elle ne sait même pas ce qu'elle pourrait dire, parler du mort ? De la carte que Samuel tient ? De la suite de leur excursion ? Et pourquoi dire quoi que se soit d'ailleurs, peut-être parce qu'elle a l'impression qu'elle devrait le faire même si elle est mieux dans le silence.

Et c'est ce qui se produit, un silence assez pesant s'installe entre eux, qui n'est brisé que lorsqu'ils arrivent au garage et qu'elle met la clé dans la serrure avant de la faire tourner. La serrure s'ouvre, c'était bien la bonne clé et même si elle en est soulagée aucune expression ne s'affiche sur son visage, elle tire la porte pour l'ouvrir avant qu'ils ne se prennent un nuage de poussière dans le nez. Chose qui lui chatouille le nez violemment et entraine un éternuement de sa part.

- Désolée...


Un regard rapide vers Samuel et elle en revient au garage, se frottant le nez au passage pour empêcher un nouvel éternuement de se faire entendre. Ils n'ont plus qu'à pénétrer dans le garage et voir ce qui peut les attendre là, enfin ils peuvent déjà remarqué que le sol est en terre battue, sans doute une des raisons du nuage de poussière et qu'aucun éclat métallique, signe de la présence d'un véhicule, ne se fait voir malgré la pénombre intérieure.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Mer 29 Avr - 13:25
Silencieux jusqu'à ce qu'ils soient arrivés au garage. Il sembla bien plus surpris que Melody de se faire accueillir par toute cette matière en suspension. D'ailleurs, contrairement à la pauvre jeune femme qui avait été totalement prise dedans, ce qui lui valut un violent éternuement dont, étonnamment, elle s'excusa, Samuel avait rapidement fait quelques pas en arrière afin de ne pas subir le même sort. Il profita également de cet écart pour sortir son paquet de cigarette qui était resté dans sa poche afin d'envoyer la carte du père rejoindre les photos de la fille qu'il avait déjà la dedans.

Cependant, il ne s'éternisa pas trop la dessus, ne désirant pas tellement que l'écossaise ne vienne regarder de trop près ce qui se trouvais derrière les cigarettes et renvoya donc la petite boite de carton dans la poche de son costume, là ou il faudrait drôlement le coller pour arriver à lui gauler sans qu'il ne s'en aperçoive.

Enfin, il peut s’intéresser à l'intérieur du garage et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il fut déçu de ne pas trouver de véhicule, se permettant un bref instant de faiblesse pour baisser la tête, se frotter les yeux et soupirer longuement pour signifier son exaspération. Ho que oui, il avait marre de marcher, il savait bien qu'il n'avais pas finis d'user ses pompes de ville mais cela ne le pompait pas moins pour autant, même un veau, une poubelle, ça lui aurait fait plaisir, pourvu qu'il puisse se poser. Et dans le même temps, ces seules pensées le mirent également en rogne en pensant à toutes ces heures de footing urbain, tout ce cardio-training pour en arriver là, à espérer trouver une voiture pour se reposer ses petits petons...

Un nouveau soupire s'échappa d'entre ses lèvres avant qu'il ne se décide à entrer dans le petit garage, enfin débarrassé du nuage de poussière qui aurait put l'incommoder. Hélas pour lui, il ne tomba pas d'un côté très fructueux, bidon d'huile vide, des vis, des écrous dispersés et des tonnes de trucs plus ou moins définis donc la seule fonction semble être de se saloper les mains. Heureusement, peu fructueux signifie un peu quand même, ainsi, il eut finalement la chance de tomber sur un ancien nécessaire de camping qui avait l'air de prendre la poussière depuis des années.

La tente tunnel fut le seul objet qui lui parut récupérable, il avait bien vu un vieux réchaud à gaz et quelques recharges, mais l'état du tout lui faisait surtout craindre de perdre un avant-bras si il essayait de toucher à ces antiquités, quant au couteau multi-fonctions qui trainais dans une boite avec quelques vieux articles de pêche, il était en si mauvais état et tellement rongé par la rouille que Samuel refusa tout simplement l'idée de le prendre entre deux doigts pour le sortir de là... Au mieux, c'était inutile, au pire, carrément dangereux si il avait le malheur de se couper avec cette saloperie.

De là, il sembla quand même content d'être tombé sur tout le nécessaire pour s'offrir un petit abri, peut-être qu'il allait enfin dormir avec un petit peu de confort sans avoir à se faire inviter par une bonne âme. Voila qui avait de quoi réjouir !

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mer 29 Avr - 15:25
Melody est un peu déçue de ne pas voir de véhicule, contrairement à son compagnon du jour, elle s'est uniquement parce qu'un véhicule de plus au campement ça ne le ferait que trop bien pour ramener plus de ressources. Elle attend que le nuage de poussière soit retombé pour pénétrer dans le bâtiment à la suite de Samuel, laissant ses yeux s'habituer au changement de luminosité avant de mieux observer le garage. Du coup elle comprend mieux la poussière, en plus du sol en terre battue, tout l'intérieur n'est que bordel en tout genre couvert de poussière et sentant le renfermé, pas étonnant que le brusque appel d'air à l'ouverture de la porte ait déclenché cela, le garage n'a pas du être ouvert depuis bien plus longtemps que le début de l'apocalypse. Son observation globale terminée, elle prend le côté du garage que Samuel n'a pas choisi.

Un tas de planches disposées là sans doute pour éviter qu'elles ne prennent l'eau en restant dehors, plus loin un tas de pièces diverses et variées ayant autrefois appartenu à des véhicules sans qu'elle ne puisse dire ni ce que c'est, ni à quoi elle servent et encore moins si elles sont récupérables. Bien entendu la crasse et de la vieille huile de vidange recouvrent le tout, ne lui donnant aucune envie de toucher au tas. Néanmoins vu qu'ils ont la clé du lieu, elle note mentalement qu'il faudra refermer le garage et parler de cette découverte à Matthew ou à Calvin, l'un des deux pourra venir voir ce qu'il en est et s'il y a quelque chose d'utile dans le lot, à chacun ses compétences après tout. Plus loin des piquets de clôture sont entreposés là, à la verticale, leurs côtés pointus vers le sol et recouverts d'une substance noire, ça c'est intéressant par contre et lui fait repenser à son histoire de clôture du petit lac dont elle avait parlé à Seth, sauf qu'ils n'ont toujours rien pour les bouger et en traîner un derrière elle en rentrant au camp serait ridicule.

La brune arrête son inspection du lieu pour regarder du côté de Samuel voir ce qu'il fait et un peu aussi pour voir quel style de souk se trouve de son côté.  Elle porte son attention sur l'homme pour le voir sortir un truc de derrière d'autres trucs, soulevant un sourcil elle le regarde faire pour essayer de comprendre ce qu'il a trouvé, finissant par saisir que c'est du matériel de camping. Son regard passe ensuite sur le reste des objets qu'il a de son côté pour constater que c'est encore plus des tas de n'importe quoi que de son côté, remarque vu comment il avait fouillé le tas de la grange, il doit être content de jouer les fouines de bric à brac. Son observation de l'autre côté du garage se termine et elle reporte son attention sur ce qu'il reste devant elle au fond de la pièce, elle ne lâche que maintenant le manche à balai qu'elle tenait encore, elle risque d'avoir besoin de ses deux mains là.

Et pour cause, le mur du fond est barré par un établi sur toute sa longueur, le meuble visiblement fait maison est tout aussi vieux que le reste même si l'épaisse et énorme planche de bois semble encore bien solide. Surmontant l'établi, des rayonnages poussiéreux, ou règne des toiles d'araignées, sont accrochés au mur et au dessus une des deux seules petites fenêtres des lieux. Levant le nez, en se demandant comment papy pouvait bricoler là, elle découvre un rail au plafond sur lequel quelques ampoules se trouvent encore. Ce mystère de lumière réglé, elle s'intéresse à l'établi et aux objets qui se trouvent dessus, pleins d'outils se trouvent là, plus ou moins rangés ou en tout cas dans une méthode de rangement qui lui échappe. Remarquant un caisse à outil, dont la peinture rouge est pratiquement totalement partie, elle la ramène vers elle avant de l'ouvrir, à l'intérieur se trouve quelques outils divers dont elle ne reconnait vraiment que le tournevis. Cela lui donne l'impression que c'est en quelque sorte un kit basique d'outils de bricolage, en regard des autres outils sur l'établi.

Refermant la boite, elle sourit, enfin une vraie trouvaille utile autre que la nourriture dans son sac et surtout une trouvaille qui fera plaisir à Seth. Bon d'accord elle est pas foutue de définir l'état des objets ni leurs vraies utilité mais quand même et puis ne dit-on pas que c'est le geste qui compte ? Gardant la main droite sur la caisse à outil, elle balade sa main sur le reste de l'établi, remuant certains outils avant de découvrir un étui en cuir qu'elle ouvre pour y découvrir des couteaux, qu'elle identifie comme des couteaux à lancé et là oubliant la présence de Samuel, elle lâche un "ouiiiiiii" de joie. Sentiment qu'elle nuance bien vite alors qu'elle n'a pas le temps d'en vérifier l'état vu qu'il lui reste encore des outils à regarder.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Mer 29 Avr - 16:46
Une fois ce sacré matériel de camping récupéré, en tout cas, la tente, le jeune homme continua à fouiner de ci de là, sans grande motivation il est vrai. La matinée avait été quand même assez fatigante malgré la quasi-absence de mauvaise surprise et Samuel mentirait si il prétendait ne pas avoir hâte de rentrer pour boire, manger et s'allonger un coup. Sa nuit avait été diablement courte, il avait totalement improvisé son incorporation à l'excursion et, pour le coup, il trouvait qu'il tenait bien le coup malgré la fatigue qui aurait du l'amoindrir.

Mais voila, trop content d'avoir peut-être trouvé de quoi avoir de l'intimité, tout ce qui aurait put quand même être intéressant lui passa sous le nez à cause de son regard un peu distrait ou bien de ses mains trop peu baladeuses cette fois. De son côté, il commençait déjà à faire miroiter la bonne après-midi qu'il allait passer au camp.

C'est Melody qui le tira de ses vrais rêveries cette fois, attirant suffisamment son attention pour qu'il se rapproche un peu, enjambant de ci de là quelques objets sans importance pour finalement poser le regard sur la boite d'outils ainsi que les couteaux, ce qui lui tira un léger sourire.


"Pas mal ça. Attends, je te débarrasse un peu. Pendant que tu finis, je vais jeter un œil dehors."

Avec douceur, suffisamment même pour se faire empêcher de prendre la caisse à outils que Melody avait dégotée si elle devait s'y opposer, il pris la dite caisse (ou pas du coup) et s'en retourna vers la large ouverture. Il longea le mur du côté qu'il avait fouillé et posa la caisse et le matériel de tente au sol avant d'être sortis.

Là, il dégaina son arme et jeta un oeil au dehors, essayant de se faire aussi discret dans ce coin même si, du même coup, cela le rendait totalement visible de l'autre côté... Il ne pouvait pas tout faire à la fois hélas mais, au moins, cela leur donnait l'opportunité de guetter un éventuel danger, sachant que cette fois, ils ne se trouvaient pas dans une maison possèdant trois issues, un étage et une multitude de fenêtre.

Ce n'était vraiment pas le moment de se faire coincer par quelque chose ou quelqu'un et Samuel comptait bien y veiller le temps qu'ils sortent tous les deux pour repartir vers le camp. Évidemment, la topologie du terrain jouait particulièrement en leur faveur, la plaines et les bâtiments éparses empêchant à quoi que ce soit de pouvoir se déplacer normalement sans être immédiatement identifiable à au moins un kilomètre à la ronde, mais ce n'était pas pour autant que ce bonhomme de Samuel allait baisser sa garde. Quand il y a de bonnes raisons de se laisser aller avec sa vigilance, c'est à ce moment là qu'il faut en redoubler, car c'est exactement ce qu'attends n'importe quel adversaire.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mer 29 Avr - 19:44
Melody n'a que le temps de nuancer son sentiment de joie à la découverte des couteaux que Samuel est déjà sur elle à regarder ce qu'elle a trouvé pour réagir ainsi, pour un peu elle en sursauterait presque en l'entendant. Signe qu'elle commence à fatiguer de leur sortie non pas physiquement mais mentalement puisqu'elle ne s'était pas préparé à partir accompagnée qui plus est de quelqu'un qu'elle ne connait pas. Début de fatigue qui lui a fait baisser sa garde, elle s'en engueule mentalement alors que n'importe quoi aurait pu lui arriver dessus là. Elle tourne la tête vers lui en entendant la voix de l'homme, hein, il veut la débarrasser de quoi ? Ah oui il veut porter la boite à outil, elle ôte sa main de dessus, le laissant la prendre pour la sortir de là. Un peu flippant d'ailleurs qu'il le lui propose alors qu'elle avait songé à lui demander de la porter le temps du retour et si son vrai pouvoir était de lire dans les pensées, elle secoue la tête de sa connerie alors que Samuel s'éloigne.

Puisqu'elle n'a pas à se soucier de la boite à outils pour le moment et que Samuel s'occupe de vérifier la sortie des lieux, elle prend le temps de soigneusement refermer l'étui en cuir dans lequel les couteaux de lancé se tiennent puis de le glisser dans la poche droite de sa veste qu'elle referme pour finir. Ceci fait, elle fait une dernière inspection de l'établi, cherchant à mémoriser le plus possible les formes et les détails des outils se trouvant là, comme si Seth ou d'autres mécano/bricoleurs lui demande tel ou tel truc si elle a les descriptions, elle pourra dire si oui ou non il y en a un. Enfin si elle arrive à se souvenir de tout alors qu'elle ne prend que deux ou trois minutes pour accomplir cette tache, demandez lui par contre de vous indiquer ou se trouve tel et tel arbre dans la forêt là il n'y aurait aucun problème.

Ceci fait, elle remet sa main droite sur la bretelle de son sac à dos, le recalant correctement alors que l'objet commence à lui tirer les épaules quelque peu, oui finalement il est temps qu'ils rentrent. La brune regagne l'entrée du garage tranquillement comme elle n'entend aucune mise en garde provenir de Samuel ou aucun coup de feu, sur le pas de la porte elle ferme les yeux quelques secondes sous l'effet du soleil qui pointe son nez et lui fait mal aux yeux alors qu'elle sort d'un lieu dans la pénombre. Finissant par les rouvrir, elle cherche Samuel du regard pour voir ou il se tient et s'il est prêt, lui demandant par précaution :

- On rentre ?

Cela était sous entendu qu'ils rentreraient après la visite du garage mais une confirmation orale n'est pas de refus là, sait-on jamais. En attendant la réponse de l'homme, ses yeux verts se reportent sur le paysage du secteur au delà de la fermette et elle se met à sourire en pointant une direction du doigt.

- Regarde là bas, notre ami nous observe.

En effet à bien deux cent mètres d'eux, la tête du chien de la grange se laisse voir par dessus les hautes herbes, oreilles dressées vers eux il les observe, guettant ce que les humains intrus font. À n'en pas douter, Melody imagine très bien la position entière de son corps, prêt à déguerpir s'ils cherchent à approcher et prêt à revenir par là s'ils sont vont. Délaissant la vision du chien, Melody ferme la porte du garage en la verrouillant avec la clé qu'elle avait laissé dans la serrure, il ne reste plus qu'à savoir s'ils cachent la clé quelque part autour ou s'ils la ramènent au campement au risque de la perdre en cours de route.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Jeu 30 Avr - 15:47
Puisque rien ne sembla se profiler à l'horizon pour les gêner, ou tout du moins, un côté de l'horizon, Samuel rangea son arme lorsqu'il entendit Melody s'approcher. Il l'observa un instant pendant quelle se ré-habituait elle-même à faire face au soleil avant de reprendre la caisse à outil et le matériel de tente, de quoi bien lui occuper les bras quoi qu'on l'imagine tout à fait capable de lâcher le tout sans la moindre hésitation si il doit sortir son arme pour se défendre. C'est dans le regard que l'on sent ce genre de choses, que ce soit la fatigue ou le soulagement comme la détermination ou le soulagement, tout cela passait à travers ses yeux bleus.

A la question de l'écossaise, il acquiesça avec un sourire tout en sortant vraiment du garage. Cependant, au lieu de prêter attention à sa réponse, son regard s'en était allé dans un coin qu'il n'avait pas put guetter, si bien que, pour un peu, le jeune homme aurait été capable de dégainer aussi sec en croyant avoir affaire à une menace. Cependant, les mots et le sourire de la brune le rassurèrent. Aussi, Samuel préserva son propre sourire en suivant l'indication de sa coéquipière et donc en posant son propre regard sur le guetteur canin.

Il demeura ainsi pendant que la porte du garage était refermée, ne regardant à nouveau la jeune femme que lorsqu'elle sembla se poser une question, une question plus qu'évidente.


"Il vaut mieux qu'on garde le trousseau. Si quelqu'un revient, il saura que c'est nous qui l'avons, si on la laisse ici, on prend le risque que quelqu'un ne la vole, ce serait dommage quand même."

Ainsi, il laissa la chasseuse récupérer la dites clé, pensant surement à raison quelle serait bien plus en sécurité dans ses poches à elle que dans les siennes. A présent, il était temps de rentrer, la matinée avait un peu avancée mais il leur restait encore une belle journée à venir, un peu fraîche mais le vent s'était un peu calmé, ce qui leur permettait d'avoir un peu plus chaud grâce aux rayons solaires les frappant de plein fouet.

Ils se mirent donc en marche pour refaire le trajet inverse mais cette fois-ci, la marche fut bien plus tranquille. Ils étaient tous deux bien chargés et le pauvre Samuel était toujours affublé de ses chaussures de ville, ce qui ne lui offrait plus le moindre avantage une fois la route quittée pour marcher dans la plaine. Malgré cela, leur apparente sécurité par l'absence de menace visible lui permis de se focaliser sur sa marche et surtout sur les conseils qui lui avaient été prodigués afin d'éviter de se fatiguer les jambes pour rien.

Dans cet ordre d'idée, le retour fut bien plus silencieux. Une certaine fatigue commençait à légitimement les tenailler et il n'était pas tellement utile de papoter lorsque l'idée de ramener un coquet butin suffisait à leur donner le courage d'endurer ces quelques kilomètres. Tout au plus un petit "Hep" ou "Attends" de la part du jeune homme pour faire ralentir Melody lorsqu'il avait quelque lenteurs et pas du tout l'envie de presser le pas pour la rattraper des quelques mètres les séparant.

Son quasi silence était aussi synonyme de questions intérieures, d’assimilation de tous les évènements, que ce soit les conflits ou les rapprochement avec sa coéquipière, les deux zombies éliminés et certaines découvertes personnelles à propos des anciens occupants. Il savait bien qu'il prenait vraiment trop à cœur de continuer à traiter son environnement comme avant l'apocalypse, mais c'était le genre de chose qui ne changerait sans doute qu'au bout de plusieurs années de dure survie lui imposant de définitivement accepter son statut. En attendant, il ne lui restait qu'à y réfléchir afin de mesurer ce qui était réellement cohérent de ce qui pouvait être imprudent et qui devait donc être éliminé.

C'est à l'approche du camp qu'il se décida à ré-ouvrir la bouche. Il y avait pensé durant toute l'excursion et maintenant il se devait de mettre l'écossaise dans la confidence. Il n'avait aucune intention de partager certaines trouvailles et il savait tout aussi bien que si ils s'amusaient à faire le partage du butin au milieu des autres, il y aurait surement plus de protestation que si ils arrivaient avec leur matériel respectif pour poser uniquement le surplus qu'ils estimaient logique d'offrir à la communauté.


"Melody, attends s'il te plait. Il y a quelque chose que j'aimerais bien prendre pour moi avant qu'on ne nous voient vraiment faire. Entre nous, même si la tente est évidemment à moi vu que j'ai passé les dernières semaines à dormir quasiment à même le sol, je n'ai aucune envie de voir que le sac à dos et le tournevis que j'ai trouvé sont en bon état pour que quelqu'un me les sifflent sous le nez et ne risque de les casser ou les perdre.

Je pense que tu comprends l'idée. Je t'ai bien vu avec les autres couteaux que tu as trouvée, ça m'étonnerait que tu acceptes de laisser n'importe qui mettre la main dessus. On dois tous manger et se souder, c'est vrai, mais si quelqu'un veux mes armes pour sortir, il ne les aura que par ce que je serais son protecteur pour cette sortie... Il n'aura qu'à se trouver les siennes, je n'ai pas envie de mettre la moindre parenthèse sur mon futur pour une "gentillesse".

Bref, d'ac ?"


Vu la tête de Samuel et sa manière de se justifier malgré le bon argument des couteaux de lancer, il doutait visiblement de l'avis de Melody sur ce sujet et craignait d'autant plus quelle ne l'envoie bouler, ce qui l'aurait contraint à s'engueuler avec quelques personnes au camp pour marquer son territoire sur les deux malheureux objets utiles qu'il désirait conserver au détriment des autres.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Jeu 30 Avr - 17:16
Melody se contente de hocher la tête à la remarque de Samuel pour la clé, par contre au lieu de la mettre dans une des poches de sa veste, elle envisage de la glisser dans une des poches de son pantalon en toile, poche se trouvant sur le côté de sa cuisse et pourvue de ce que l'on nome une fermeture éclair. Ce système n'a rien de rapide à ses yeux, préférant des fermetures à pression mais au moins la clé ne risque pas de sauter et tomber dans l'herbe, oui mais si jamais sa poche a un petit trou de rien du tout ou qu'elle s'accroche quelque part et adieu la clé. Du coup elle part sur une toute autre option, ôtant rapidement son sac de sur son dos, elle l'ouvre et elle glisse sa main tenant la clé dans le sac pour qu'elle aille se loger tout au fond.

Les deux prennent ensuite le chemin du retour, restant silencieux de bout en bout ou presque, Samuel la hélant quand elle prend trop d'avance pour qu'elle l'attende. Elle a beau essayer de caler son pas sur celui de l'homme, rien n'y fait et elle se retrouve régulièrement avec quelques mètres d'avance. Il faut dire qu'à force de passer son temps dans la plaine ou en forêt, elle retrouve peu à peu ses facultés d'avant même si elle sait pertinemment qu'elle a encore des vides dans ses anciennes connaissances. Chose qui l'a beaucoup perturbée les premiers jours, se lever le matin et avoir les muscles qui ne répondent pas comme ils le devraient ou encore le fait qu'à part des pistes toutes fraîches elle n'arrivait plus à traquer les animaux, ça a de quoi vous retourner le cerveau. Mais maintenant elle sait que les choses reviennent, lentement mais surement. Bon à tout les coups, si elle parlait de cela à Samuel, il lui répondrait que c'est juste parce qu'il a des chaussures de ville contrairement à elle, qu'elle peut prendre de l'avance comme ça et non pas parce qu'elle a retrouvé son allure d'avant. À l'occasion faudra qu'elle lui dégote de vraies chaussures quand même s'il veut pouvoir marcher et aller en excursion.

Une seule fois sur le retour, elle se stoppe d'elle même alors qu'elle n'a pas vraiment besoin de l'attendre, il n'est qu'à trois mètres derrière elle. Non si elle s'arrête c'est pour relever le collet qu'elle a posé en partant, la brune se remet en marche, le campement n'étant plus très loin, elle peut bien le garder le collet en main surtout qu'il lui reste la main gauche de libre, la plus importante pour sortir son arme au besoin. Ils n'ont le temps de faire qu'une trentaine de mètres de plus avant que Samuel ne l'arrête et ne se mette à parler, dans les affaires qu'ils ont trouvés, il y a deux trucs qu'il veut récupérer pour lui, faisant valoir à juste titre qu'elle aussi n'a pas tout mit dans le sac. Certes c'est un bon argument mais il n'avait pas besoin de l'employer pour qu'elle soit d'accord pour faire cela, lui répondant juste un "Ok" avant d'ôter le sac de sur son dos, le poser au sol et l'ouvrir. Elle doit tout sortir pour mettre la main sur le tournevis qui s'est logé tout au fond, avant de tout remettre dans le sac et le refermer.

Tendant le petit sac à dos à l'état indéfini et le tournevis à Samuel, elle lui annonce qu'elle récupère la boite à outils, lui expliquant qu'elle l'a prise pour pouvoir la donner à Seth et qu'elle aimerait le faire elle même. Avant de se redresser, de remettre le sac sur son dos et de récupérer la boite à outil, elle attend que Samuel ait rangé les objets sur lui pour se remettre en route. Heureusement que le campement est en vue et qu'il n'y a rien alentour comme danger potentiel, parce que là elle a les deux mains prises, une par la boite à outil et l'autre par le collet. D'ailleurs dès qu'ils arrivent au campement, Samuel part dans une direction et elle dans une autre, elle a plusieurs objets à distribuer et à en vérifier l'état avant de les donner.

[Fin du jeu.]

Evènements

Anonymous
Invité
Jeu 30 Avr - 22:59


Excursion Validée

Récompense(s) :

Melody a obtenu 5 points de moral.

Conséquence(s) :


Chemin faisant jusqu'au campement, une horde vous surprend, vous forçant à fuir, aperçue au dernier moment à cause d'un relief mal placé. Dans la débâcle, des doigts crochus agrippent le Grand sac à dos de Melody, le déchirant partiellement et faisant perdre dans la lutte une partie du butin. Qu'ils aient été dans le sac ou sur vous, le matériel non listé n'est désormais plus en votre possession. Une simple couture pourra remettre le sac en état, sans nécessité de compétence ou outil particulier.

- Une Caméra Portative cassée. Le Palier 3 Technicien sera nécessaire pour la réparer. A défaut, il sera possible de la disloquer pour obtenir un Processeur standard.
- Une Tente tunnel.
- Une Boite à outils.
- Un Sac de course.
- Des Couteaux à lancer Herbertz.
- Du Tabac et/ou Briquet.
- Une Ration de nourriture & une Ration périmée.

Le collet de Melody a capturé une proie de petite taille, offrant une Ration de nourriture supplémentaire.

Vous avez consommé :

/
Les Scénaristes
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: