Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

En Quête de Survivants - 17/01/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Expéditions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Mar 19 Mai - 22:02
En écoutant le pauvre bougre confirmer les accusations d'Ivy, Elizabeth se sentit moins à l'aise, surtout que Brooks se défilait après l'avoir un bref instant soutenu et que la concernée reportait maintenant sa hargne sur elle. Pourtant, elle restait convaincue qu'il fallait voir au-delà des apparences.
Dans sa tête, les suppositions ne cessaient de se bousculer. Et s'il avait des circonstances atténuantes . Si le marchand retenait sa femme, ou l'un de ses enfants prisonniers et qu'il avait forcé ce gars-là à agir pour son crédit . Était-ce réellement un choix possible tel que la jeune brune le décrivait ? Entre presser la détente sur un inconnu, et la presser sur sa propre chair, ce n'était pas vraiment un choix. Probablement aussi qu'il y avait tout un tas d'autres raisons, tel que la faim, ou même la fragilité mentale qui avait conduit l'homme blessé et agonisant à agir ainsi. Peut-être même qu'il n'avait pas tiré, ou que, d'une intelligence moyennement faible, avait simplement obéi aux ordres sans savoir que cela mettrait d'autres personnes en danger.

Elle comprenait bien entendu la rage qui prenait son amie en cet instant même et la colère qui la poussait à agir ainsi, mais elle ne pouvait refréner les pensées de sa bonne conscience qui la faisait culpabiliser pour l'autre, et ressentir la détresse qui émanait de lui.
Aussi préféra-t-elle se taire plutôt que d'argumenter. Le lieu et l'heure n'étaient pas à un débat d'opinion, et la situation encore moins. Elle se contenta de secouer très lentement la tête, le regard bas, figé dans les blessures du mourant. Il y avait quelque chose de plus fort en elle qui la poussait à vouloir peser les arguments des deux partis avant de prendre décision, mais d'un autre côté, cet homme venait d'avouer ces crimes et elle ne pouvait laisser cet acte impuni.

La décision était un terrible dilemme qui mettait l'esprit d'Elizabeth à rude épreuve.
Lorsque la jeune femme eut fini de se défouler sur elle, à coup de doigt accusateur et de reproche, qui augmentèrent sa culpabilité à un niveau sans appel, elle l'observa quitter son poste pour se morfondre au sol, les bras repliés sur ses jambes.

C'était un coup terriblement dur, et dans sa peine immense d'avoir blessé à ce point la jeune femme, elle ne put rien faire d'autre que de détourner son regard, et s'engager un peu plus loin dans le couloir, non pas celui que Brooks avait suivi mais l'autre, d'à peine quelques pas, en tournant simplement le dos à la scène.

Elle ignora alors le mourant, même si elle devait entendre ses derniers soupirs avant de céder au trépas, et la détresse d'Ivy, qu'elle partageait seulement, la tristesse germant au coin de ses deux yeux. Elle évitait juste que quiconque ne puisse la voir et cela lui permettait de faire autre chose que de rester statique au milieu de la scène. D'un autre côté, cela lui permettait d'accorder plus de prudence à leur environnement, au cas où quelque chose ne surgisse de nul part, s'attardant sur le moindre détail. Son cerveau faisait totalement abstraction des gémissements un peu en arrière. Si mourir était sa sentence, alors qu'elle soit, mais pas de sa main.

Evènements

Anonymous
Invité
Mer 20 Mai - 0:03

En Quête de Survivants

Temps : Il est le petit matin. Le ciel est nuageux, il n'y a pas de vent. Il fait 13°.  
Activité : -.
Heure : Environ 8h33.


Résolution du Dernier Tour


Seth, Melody & Doug : La créature était définitivement morte, et avec elle retombait un calme affreusement olympien : dans votre champs de vision, plus de menace, plus de monstre surgissant, plus d'activité d'une origine ou d'une autre... plus rien. C'était comme si vous vous retrouviez seuls au monde, tous les trois.

Melody alla récupéré son couteau, qui ne fit pas plus de difficulté qu'imaginé et elle pu ainsi s'approcher de Seth pour user du talkie-walkie et transmettre son message à Elizabeth, sans avoir de réponse dans l'immédiat. Est-ce que tout allait bien de leur coté ? Impossible à dire sur l'instant, quant à savoir si de votre coté les choses allaient mieux...
Doug faisait un tour sur lui-même en cherchant quelque chose, mais puisqu'il n'y avait rien, il pu songer à ses autres envies du moment, avant que vienne se rappeler à lui la griffure mortelle de son bras dont la douleur lancinante commençait à retomber et même, se calmait. Ce n'était pas tant signe d'avoir guérit que la sensation que son bras commençait peu à peu, très imperceptiblement pour l'instant, à s’anesthésier sans avoir reçu aucune injection. Seth & Melody étaient ainsi face à la vérité, celle du jeune homme qui devait probablement déjà commencer à agoniser, à mourir à petit feu. Le processus, ou ce que l'on pouvait tristement appeler ainsi n'apparaissait pas foudroyant comme certains cas l'avaient présenté, ou tout du moins pour l'instant il n'y avait encore rien de foudroyant.

Combien de temps cela allait-il durer ? Autant chercher la réponse à l'existence et à la vie, avec ses dérives et ses caprices. La recherche de la source de cette odeur de brûlé ne vous parviendra pas sans vous éloigner, n'ayant pas la souplesse d'être à vue directe mais vous avez réciproquement la sensation que cela vient du coté de l'école.
Si vous aventurer n'était pas votre objectif premier, la vue de Doug qui s'employait à filer vers les tentes en dépit d'un danger qui, peut être d'un certain coté ne le concernait plus autant du fait de son état irrécupérable, vous le suivrez tout de même et le jeune homme abordera la première tente encore debout sur votre droite et face à l'hélicoptère, y entrant à la recherche au moins d'un sac de couchage en bon état si ce n'est plus à récupérer. C'est en vous approchant, Seth et Melody, que vous avez davantage l'odeur de brûlé au nez. Si Seth fait le choix de partir en quête de récupération à l'instar du triste condamné, veillant ainsi sur sa sécurité et gagnant à  son tour la tente avec prudence, la garde alertée de Melody attirera son attention hors de celle-ci, plus précisément à quelques pas plus à droite encore.

C'est là qu'elle pourra avoir vue sur l'école en passant la tête avec minutie, pouvant discerner cette place qu'elle avait traversé la veille, les sacs mortuaires, le grillage éventré, la porte qu'ils n'avaient pas eu l'occasion d'aborder pour entrer dans le bâtiment, mais surtout, l'origine du feu : sur la façade nord du bâtiment, les silhouettes de plusieurs rôdeurs s'étaient agglutinées vers quelque chose qu'elle ne pouvait pas voir et se collaient contre ce qui pouvait être un mur, ou autre chose. En revanche, le feu qui embrasait au moins l'un de ces monstres et qui s'était répandu sur au moins un second, se propageant pour faire brûler vives ces choses qui n'étaient pas un seul instant gênées par la morsure destructrice des flammes, ça elle pouvait le voir.

Mais son regard glissant ne fut pas attirer que par cela, ses sens l'amenant à baisser le regard vers le sol près de la tente voisine qui était couchée, pour constater la présence d'un objet, une arme, qu'elle ne pouvait que reconnaître entre mille pour l'avoir sagement convoitée : l'arbalète de titane, portée à l'origine par Matthew, gisait au sol la corde cassée et la structure noirâtre recouverte de sang, un sang frais. Il ne lui restait que deux carreaux en chambre. Quant à son propriétaire, il n'y avait ni corps... ni trace.


Ivy & Elizabeth : La radio d'Elizabeth se met à cahoter à nouveau, et dans un léger grésillement fait parvenir la voix féminine cette fois-ci de Melody :

- 'Liz, c'est Melody, on reste dehors, on essaye de vous garder la sortie de libre, faites attention à vous ~~ Quelque chose brûle dehors, je ne sais pas quoi, faites vite si vous pouvez...

Tandis que vous laissez le ton monter entre vous, Ivy se recroquevillant finalement et Elizabeth s'écartant de la scène en donnant du dos, une odeur de brûlé, subtile mais discernable se fera sentir à mesure que le temps passe et bien que vous ne le voyez plus, vous entendez la fenêtre du bureau d'où vous êtes entré vibrer au rythme des coups de quelques créatures non-mortes frappant dessus. Une vibration atténuée par la distance qui vous sépare de celle-ci, imposant tout de même la réalité de ce qui se cacherait derrière : vos poursuivants affamés refusant de cesser leur traque, envers et contre la logique et la raison.
L'odeur vous parvient un peu plus forte encore à mesure que le temps passe, mêlé à celle de la chaire putréfiée. Sans aucun doute l'effet du feu provoqué par Brooks s'étant propagé à certains congénères venus rejoindre la complainte de la femme sans-vie, en l'absence de votre viande à portée de croc.

Mais en dépit du rythme lointain et incessant, c'est le calme ambiant qui règne dans cette partie de l'établissement scolaire qui vous interpelle brusquement. Un calme et un silence total qui après votre altercation, Ivy prostrée et Elizabeth éloignée, rappel à l'homme blessé au cœur de vos émotions du moment et qui venait maintenant à se taire... définitivement.
Ayant cédé son dernier souffle dans un râle sifflant, il gisait désormais comme les autres cadavres du couloir ainsi coincé sous son armoire, tête et bras couchés dessus, les yeux grands ouverts mais dont les prunelles sont désormais vides du moindre sentiment de vie. La marque de la mort dominatrice rappelant que par votre main ou d'une autre manière, elle en venait toujours à remporter la victoire pour ne céder sa place qu'au silence...

Brooks : Sans direction, ni son, bruit ou odeur pour orienter tes sens, tu grimpes les escaliers au pas de course en oubliant toute notion de prudence, emporté par le souhait profond d'éclaircir ce suspens qui n'avait que trop duré, à savoir : trouver tes alliés, en vie, ou non. La trace de sang se poursuit, plus minime à mesure des marches et jusqu'à n'être plus que des traces furtives au sol, ou marquant une poigne de main sur la rambarde, ce qui écartait la piste des portes-battantes que tu avais rencontré.
Atteignant le troisième étage, les traces vont se perdre plus furtivement encore au delà des portes de cet étage, et si de premier abord tu es incité à aller explorer plus au-delà ce niveau, tu es attiré par un bruit au dernier étage : un bruit partiellement métallique et résonnant à peine, comme quand une boite de conserve vide tombe sur un sol solide et rebondit, mais en plus fort et à une certaine distance.

Orienté vers quelque chose de plus concret, tu grimpes à l'arrachée le dernier étage, ton arme improvisée en main et passe les portes-battantes qui débouchent sur un couloir : des salles de classe, tout du long, et à un certain nombre de portes plus loin dans ce large corridor, tu distingues l'origine de cette alerte, un pot de peinture trônant renversé sur le sol, sans qu'aucune trace de peinture ne s'en soit échappé et entouré de morceaux de verre brisé. De nouvelles traces de sang sont perceptibles au sol au même endroit et tu peux observer qu'elles partent maintenant à l'opposé du couloir qui n'est qu'à courte distance, devant probablement donner sur d'autres escaliers.

+++

Samuel : Encore quelques efforts, et le besoin de tenir le coup avec l'espoir que les choses ne finissent pas aussi mal qu'elles en avaient donné l'air. Des mots lancés à l'attention de quelqu'un et son acolyte qui étaient peut être morts, silencieux ou disparus, mais persistaient à ne donner aucun signe de vie. Tu te saisis du pot de peinture pour le projeter à travers la fenêtre brisée au plus près de la porte.

Le lancé est lourd et la projection emporte le pot qui tournoie dans les airs jusqu'à percuter le rebord de la fenêtre, détruisant les derniers morceaux de verre restés attachés au rebord avant de poursuivre sa route de l'autre coté du mur, pour retomber sur un sol inconnu. Le bruit métallique contre la surface solide résonne et rien ne vient gêner sa trajectoire ou ses percutions rebondissantes avant de se décider à rouler sur le sol sur plusieurs centimètres. L'arrêt du pot, alors que tu avais retrouvé place assise, ramena le silence.

Encore une fois il persista, et encore une fois il n'y eu aucune réponse. Peu à peu l'idée qu''il n'y ai plus de menace devait paraître sans doute plus plausible maintenant, comme si la faucheuse était passée subitement te menacer de prendre ta vie au cours d'un violent combat, pour revenir sur sa décision presque aussi vite, car il n'y eu pas de véritable affrontement comme attendu. Un temps sous silence passe, telle une répétition qui pouvait finalement sembler interminable, puis de nouveau ce bruit de fond métallique qui se perçoit, mais cette fois différemment : ça se rapproche. Cette proximité naissante laisse suggérer plus clairement maintenant l'idée que quelqu'un grimpe ces escaliers rapidement, se rapprochant.

Ce coup-ci cette incertitude qui planait depuis de longues minutes s'efface en partie pour apporter une certitude : quelqu'un vient. Ce que tu ne sais pas encore, c'est que ce quelqu'un arrive avec des intentions très opposées à ses prédécesseurs qui étaient venus jusqu'à toi.

+++

Tout n'est pas fini...
La suite demain.

Eléments scénaristiques:
 

Evènements

Anonymous
Invité
Ven 12 Juin - 22:24


Expédition Épique Validée

Récompense(s) :

Samuel a gagné 20 points de Moral.
Melody & Ivy ont perdu 10 points de Moral.
Elizabeth & Seth ont perdu 5 points de Moral.
Doug a perdu 10 points de Stabilité Mental.

Un Coupe-papier, l'Arbalète Carbon XTRA CLS de Matthew & un Smith & Wesson M40 ont été trouvés par les survivants.
L'arbalète a la corde cassée, et ne nécessite pas d'item particulier pour sa réparation.


Conséquence(s) :

Doug a été infecté.
Matthew Jefferson a disparu.


Vous avez consommé :

- Stock de flèches/carreaux en bois par Doug.
- Kit de secours basique par Seth & Doug.
Les Scénaristes
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: