Haut de page
Bas de page



 

[CFJ, C, EXP] Le sport, c'est la santé – 24/01/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Liam O'Connor

Anonymous
Invité
Mer 24 Juin - 1:29
Interprété par Elizabeth Evans, Takashi Kuribayashi & Liam O'Connor.



Le jour se lève lentement. Le rouge du soleil traverse la poussière environnante et se teinte de gris. Cette lumière particulière donne à la scène un coté irréel, vaporeux. U%n peu comme l'image d'un rêve, lorsque l'on a conscience que l'on rêve.

Cinq jours. Cinq jours à traîner dans ce camp, et ça a pas franchement été la joie. Cinq jours d'une ambiance froide et pesante. D'accord, ces gens viennent de perdre des proches. Mais c'est trop demander, une petite conversation amicale ? Un accueil chaleureux ? Jusque maintenant, je n'ai eut droit qu'à quelques banalités polies. Il est plus que temps que je me bouge le cul d'ici, sinon je vais devenir un véritable zombi. Hum... Pas sûr que cette expression passe encore facilement aujourd'hui... Bref, j'ai réfléchi ces quelques jours à ce que je pourrai trouver pour améliorer mon... enfin notre quotidien. Et c'est pour ça que je me trouve en ce moment à discuter avec Calvin de mon projet, en plein milieu du camp.

-Oui, je veux aller en ville, je lui réponds. Le secteur C, vous l'appelez, je crois ?

Mon éternel sourire charmeur est toujours présent. Symbole de l'incroyable courage dont je fais preuve. Je suis sûr que j'impressionne le bonhomme, même s'il ne veut pas le montrer.

-J'y ai bien réfléchi, et j'aimerai aller fouiller la zone commerciale. Un certain magasin en particulier.

Lequel, vous demandez-vous ? J'aimerai en fait trouver une banale grande surface spécialisée dans les articles de sport. Il y a toutes sortes de choses utiles pour la survie. Sans doute déjà en grande partie pillées, mais je table un peu sur le fait qu'avant de devenir des zombis, les gens se sont précipités d'abord vers les enseignes distribuant de la nourriture et des armes plutôt que des hameçons et des mousquetons. Lorsque Calvin entend mon plan, je vois à son air inquiet que ça lui semble idiot. Logique. Il le serait s'il ne le pensait pas.

-Je serai prudent, je lui assure. Et ce genre de zone est en général en périphérie des villes, pas en centre. Il devrait y avoir moins de nos amis décomposés.

Mon tic revient, et je me gratte machinalement la barbe.

-J'espère y trouver quelques trucs utiles. Il y a eut de nouveaux venus. Une tente ou deux en plus ne seraient pas de trop. Des vêtements chauds... J'ai plusieurs idées à dire vrai, mais je préfère ne rien dire pour le moment. Les faux espoirs, c'est jamais bon.

Je soupire et m'étire en tendant les mains haut au dessus de ma tête. Dans le même temps, je jette un œil autour de moi.

-Évidemment, j'accepterai toute aide,  je reprends en revenant vers Calvin, je ne tiens pas tellement à devoir porter ce que je trouverai seul. Quelqu'un qui est déjà allé dans la ville voisine, ou qui la connaît serait parfait. Ou un plan de celle-ci. Mais j'imagine que ce serait trop beau...

En pleine réflexion, mon sourire diminue légèrement. Et je me gratte à nouveau le menton. Il faut vraiment que j'arrête de faire ça...

-Si vous avez également de l'équipement à me prêter... Un sac à dos, une arme quelconque. J'ai un couteau, mais si je tombe sur une horde là bas, ça risque d'être un peu juste.

Déterminé, le menton haut, l’œil pétillant d'intelligence, je fais face au chef de notre groupe. Mon charisme naturel émane aussi puissamment de moi qu'on pourrait presque en discerner une aura. Mais arrêtons nous là, je ne voudrais pas me vanter. J'ai toujours été du type humble...

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Ven 26 Juin - 9:09
Les choses avaient repris leur train-train quotidien, à quelques exceptions près...

A l'aube de ce nouveau jour, tandis que les rayons faiblards d'hiver peinaient à trouver le chemin de l'horizon plat Texan, Sa lumière n'embrase que finement la couche du lointain, nappant le campement dans une lueur légèrement rougeâtre et surréaliste dans l'environnement poussiéreux qui règne sur l'aire de route désaffectée.
Tandis que l'un des survivants a prit le relais sur Calvin à la surveillance des alentours, haut-perché sur le toit de la caravane, ce dernier, bien que la mine fatiguée et lasse des derniers événements survenus , trouve discussion auprès de l'un des derniers à avoir rejoins le groupe.

La silhouette rassurante de Matthew, bien qu'à ces heures n'étaient plus visible des matinaux, commençait à manquer au plus profond du coeur de chacun, et Elizabeth la première prêtait attention aux environs lorsqu'elle partait pour son jogging aux allures de tour de surveillance du périphérique, dans l'espoir idiot de voir la carrure improbable de l'ex-chef de ce campement.

La psychologue se sentait étrangement perdue dans cet océan d'angoisse qui ne cessait de gravir, encore et toujours, à mesure que les jours passaient, des échelons énormes. Perdue à répéter un cycle devenu routinier tandis qu'elle s'adaptait, à contre cœur il fallait l'avouer, à ce nouveau monde bien trop dur.
De retour sur le bitume de la route frontalière entre le campement et la forêt, elle bifurqua au niveau du barrage de véhicule à petite foulée, avant de calmer le rythme de ses pas, retrouvant ainsi son souffle un peu moins profond et marqué.
Le calme plat gouvernait les abords. Annonçait-il une tempête d'une envergure effroyable ou n'était-ce que le miroir de l'âme de chacun des survivants ci-présent qui paraissait prêter de moins en moins gout à leur unique préoccupation : la survie.

Pourtant, dans cet océan flegmatique, là debout, au milieu du campement, se dressait deux hommes dont l'un portait son traditionnel chapeau de cowboy. Calvin, et un de ces nouveaux visages dont elle avait encore un mal à associer un nom, discutaient.
D'un pas mesuré, tandis qu'elle approchait de la caravane pour se ressourcer en eau, Elizabeth capta leur conversation matinale. Ses sourcils se froncèrent tandis qu'elle brisa sa course initiale pour bifurquer à leur encontre tout en essuyant de son front d'un revers de manche abimée, les perles de sueurs accumulé par cette course dont elle raffolait à chaque aube.

" Prudent ou pas, y aller seul n'est que pur folie. Les précédents qui ont voulu s'aventurer au secteur C était trois et sont rentré plutôt choqué de ce qu'ils ont croisé là-bas. Le problème, en plus de la surpopulation de zombie, c'est surtout les pillards, et les hommes du marchand, qui ratisse les quartiers."

D'un oeil juge, elle considère alors le bonhomme de sa stature, appréciant son envergure pour tenter de savoir s'il était plutôt bâtit et rôdé pour la survie.

"Et les trois en question ont préféré prendre la tangente et fuir la ville et ses environs, campement compris. Hormis Samuel, le type qui s'est prit une balle dans la jambe y'a quelques  jours, il n'y a personne qui se soit approché du secteur C suffisamment pour le connaitre. Et malheureusement, aucun n'a laissé d'indication sur le registre pour s'y retrouver."

Liam O'Connor

Anonymous
Invité
Dim 28 Juin - 17:05
Alors que j'échange avec Calvin, j'aperçois en périphérie du camp une des jeunes survivantes l'habitant. Ce n'est pas la première fois que je la vois effectuer son footing tôt le matin. Je suppose qu'on a tous notre moyen de nous vider la tête dans ce contexte. Personnellement, ça fait quatre jours que j'essaie de retrouver un semblant de dextérité avec mon couteau papillon. Tout ce que j'ai récolté pour l'instant, ce sont des coupures superficielles sur les doigts. Mais bon, ça finira bien par revenir...

Bref, la coureuse finit par s'approcher et nous rejoindre. Encore jeune, même si ce n'est plus un lycéenne. Un physique de sportive, ce qui se comprend si elle court ainsi chaque jour. Pas bien grande. Et plutôt mignonne si vous voulez mon opinion. Mais bon, encore une fois, je ne sais pas si c'est vraiment le cas où si c'est simplement les quatre mois de coma et d'inactivités qui parlent. Elle affiche un air franc que vient affirmer son pas décidé lorsqu'elle approche... pour m'engueuler. Ou presque. Mon sourire s'étire naturellement. Non pas que je me moque d'elle. En réalité, elle me rappelle quelqu'un. Mais c'était il y a longtemps...

Plus que ça, je suis surtout ravi d'enfin avoir un échange plus intéressant qu'un simple "Bonjour" avec quelqu'un. Je l'écoute donc jusqu'au bout avant de lui répondre.

-C'est Elizabeth, c'est ça ? Je demande.

Bon, en réalité, je me souviens parfaitement de son prénom. J'ai une mémoire d'éléphant, qui sert admirablement ma brillante intelligence. Mais j'aime cacher mon jeu. Et puis merde, elle n'a pas l'air de se souvenir du mien, pourquoi je lui ferai le plaisir de me rappeler avec certitude son prénom.

-Désolé, je n'ai pas encore mémorisé tous les prénoms.


Je lui souris aussi amicalement que possible avant de reprendre :

-On ne s'est pas beaucoup parlé jusque maintenant, je ne sais pas si tu t'en rappelle, mais au cas où, je suis Liam.

Et ouais, je t'ai grillée ma petite. Sens toi bien coupable maintenant ! Quoi ? Mesquin ? Enfantin ? Moi ? Allons, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Je suis l'un des plus éminents cerveaux de ce monde. Comment ça non ? Du pays ? Du campement ? Bref ! Je suis bien au dessus de tout ça ! J'estime simplement que je suis quelqu'un dont on devrait se souvenir. C'est vrai quoi... Regardez moi ! Mais enchaînons si vous le voulez bien, je vous ai déjà dit que je n'aimais pas me vanter.

-Je me doute bien que ce ne sera pas une partie de plaisir, je reprends à l'adresse de la jeune femme, mais si j'ai raison, le risque en vaut la chandelle. Et comme je l'ai dit, je ne compte pas m'aventurer en centre ville.

Je me gratte machinalement le menton, et fixe mon interlocutrice droit dans les yeux.

-Je suis désolé pour... ceux qui sont partis. Mais depuis que je suis arrivé, le camp est apathique. Si je trouve ce que je pars chercher, ça ferait au moins une bonne nouvelle. Ça permettrait de rehausser le moral des troupes.

Je prends un inspiration et soupire avant de continuer.

-Mais je n'ai jamais dit que je tenais absolument à y aller seul. Crois moi, risquer ma peau ne m'enchante pas du tout. Tu vois le héros dans son armure étincelante qui court braver les dragons pour la gloire ? Et bah c'est pas moi. Je compte bien revenir entier. Et si quelqu'un veut m'accompagner et m'y aider, alors tant mieux.

Nouveau sourire avant de reprendre.

-Mais savoir que Samuel y a déjà été est intéressant. Je pourrai l'interroger. Avoir le plus d'infos possibles avant de partir ne peut pas faire de mal. S'il n'est pas disponible, je me contenterai d'un peu de matériel qui augmenterait mes chances.

Je m'interromps. Du coin de l’œil,  j'observe ce qui nous entoure. Le soleil continue de s'élever dans le ciel. Il ne faut pas que je tarde, si je veux avoir une chance de faire l'aller retour avant la nuit.

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Jeu 2 Juil - 23:25
Tandis qu'il l'observait en retour un sourire dressé sur les lèvres comme s'il avait accueillit la première dame en personne, Elizabeth continua d'éponger son front et sa nuque, essayant de ne pas se rendre malade à laisser sa sueur brûlante se mêler au froid de l'hiver. Même si le Texas laissait des températures plutôt douce en cette saison, il ne fallait être négligent, surtout en ce moment.
D'ailleurs au lointain, bien que le flamboiement du soleil éveillait des âmes poétesses, les nuages ombrageux qui trainaient à sa symétrie n'annonçait rien de prometteur.

A sa question première, elle ne se contenta que d'un hochement de tête, car dans tout les cas, l'homme enchaina aussitôt sur sa propre présentation à laquelle elle accorda un nouveau mouvement du chef, semblable au premier. Il n'était de toute manière pas dans ses habitudes de côtoyer des inconnus et si elle avait prit le risque en cet instant de se déplacer jusque lui, c'était bien au regard de ses dernières bonnes résolutions vis-à-vis de la nécessité à se forger quelques sociabilités dans ce monde impitoyable.
Mais elle ne trouva aucune incommodité à ce qu'il en fasse la remarque, bien au contraire. Plus elle gardait ses distances, en dépit de cela, mieux elle se portait tout de même. On ne s'affranchissait pas d'une phobie d'un simple claquement de doigt après tout.

Lorsqu'enfin il lui laissa l'occasion de répondre, elle plissa légèrement les lèvres en un mimique assez étrange d'ailleurs, qui laisse plus à penser à un sourire qu'à une simple inquiétude.

" On vous a déjà dis que vous parliez beaucoup ?"

Elle désigna la tente du susnommé Samuel, figée au loin à l'écart du monde, tout en haussant une épaule lentement.

"Je ne crois pas qu'il soit allé bien loin en vérité." Ajouta t-elle simplement sans rien précisé de plus sur les circonstances de son voyage au secteur C. "Mais plutôt que de vous laissez aller seul et vous faire passer contre votre volonté pour ce preux chevalier que vous réfutez être je peux toujours vous y accompagner."

Elle pencha la tête sur le côté, et d'un air pensif, plutôt tourné vers une réflexion contenue qu'extériorisé, elle rajouta :

"Si l'on parvenait à revenir avec de quoi améliorer le moral effroyable de ces derniers temps, ça ne serait pas plus mal..."

Elle reconsidéra à nouveau le dénommé Liam, observant ses réactions et surtout son accord à cette proposition, mais guetta également toutes attitudes que son instinct de psychologue pouvait glaner de la personnalité de son vis-à-vis. Après tout, elle pouvait bien céder à ses élans sociaux sans pour le moins se montrer prudente surtout quand elle se proposait à partager une sortie avec un inconnu.
Elle avait donné sa confiance à Ivy, et à James, et bien que les derniers évènements furent plutôt incongru, elle ne s'était pas imaginer recommencer de sitôt avec quelqu'un d'autre. Autant s'assurer que tout irait bien dans le pire des mondes...

Liam O'Connor

Anonymous
Invité
Mer 8 Juil - 1:51
Amusant. Je parle trop ? D'abord le vieux, maintenant elle ? Je ne dis pourtant que ce qui est nécessaire. Ils devraient boire mes paroles. Mais j'imagine que c'est difficile à suivre pour un cerveau commun. Je reste donc poli.

-Il n'y a pas si longtemps, oui, je lui réponds de mon sourire le plus charmant.

Elle enchaîne sur Samuel, le type ayant déjà été en ville. J'aurai dû me douter que la piste était trop belle. Tant pis, on se débrouillera. Ce ne sera pas la première fois que j'improvise. La bonne surprise est qu'Elizabeth me propose son aide. Ne songez pas que je suis effrayé d'y aller seul. Je ne suis simplement pas stupide. Même si affronter une bande de tarés armés ou une horde de bouffeurs de cervelle ne me serait pas insurmontable, un coup de main est toujours le bienvenue.

Bref, j'essaie d'afficher un sincère sentiment de gratitude à sa proposition. Je garde bien profond mon scepticisme quant à sa réelle utilité sur le terrain. Ce petit bout de femme n'a pas l'air bête, certes, mais de là à s'infiltrer en centre ville et y survivre ? Enfin, il ne sera pas dit que Liam O'Connor juge un livre à sa couverture. Nous verrons bien sur place.

-J'accepte avec plaisir, Elizabeth. Et qui sait ? Tu seras peut-être la chevalière en armure immaculée qui volera à mon secours ?

Je la laisse apprécier mon trait d'esprit en jetant un œil autour de nous. Le ciel est couvert. Moins de lumière, moins de chances d'être vus. La pluie pourrait masquer nos bruits de pas. Mais je ne compterai pas sur autant de chance. Dans tous les cas, le temps passe.

-On devrait peut-être se mettre en route, non ? Si on veut être de retour avant la nuit.

A nouveau, je viens gratter machinalement ma joue. J'examine mon vis-à-vis. Difficile à cerner. Je ne ressens que de la méfiance. Mais qui n'est pas méfiant, dans ce genre de contexte? Et puis, je serai le premier cynique à la traiter d'idiote de croire en le premier venu. Espérons qu'elle gardera la tête aussi froide lorsque les macchabées nous rendront visite. Et que je le serai... Mais non! J'ai beau ne plus savoir jouer du couteau, je ne peux pas être devenu un poltron! Si? Non! Impossible!

-Est-ce que tu sais si on peut emprunter du matériel au camp ? Un sac à dos ? Une arme ?

Je ne compte pas aller affronter le monde extérieur avec simplement un couteau et ma... enfin, j'aime être préparé, quoi. Dans tous les cas, nous partirons aussitôt prêts.

Takashi Kuribayashi

Anonymous
Invité
Mer 8 Juil - 22:11
Après son réveil brutal et l’agitation qui avait suivi, Takashi n’avait certainement pas essayé de négocier avec Michael son sauveur et s’était empressé de le suivre en direction du campement dont il lui avait parlé.
Quand ils furent sur place, Michael présenta rapidement le jeune asiatique aux personnes du camp et s’était bien dépêché de leur coller dans les pattes avant de disparaître… Après tout, c’était de bonne guerre car comme il l’avait dit plus tôt, il était solitaire comme genre de gars et si la compagnie des autres homos sapiens lui hérissait le poil, il n’allait certainement pas l’obliger à se forcer… D’ailleurs Takashi ne voyait pas vraiment comme l’obliger à se forcer !

Le jeune asiatique prit malgré tout le temps de remercier chaleureusement le type qui lui avait sauvé la vie et il alla ensuite rencontrer les instances dirigeantes du camp pour se mettre au travail sans attendre… Dans ce monde, il fallait gagner sa vie au sens propre et Takashi avait eu le temps de l’apprendre pendant la courte période où il avait survécu seul avant d’être mordu par un zombie.
Deux jours passèrent donc tranquillement, deux jours où Takashi fit tout son possible pour uniquement se faire remarquer en bien en contribuant à la cuisine, la construction, la fabrication et basiquement toute tâche qu’on lui donnait à effectuer ou tout savoir qu’on souhaitait lui apprendre (puisque pour le coup il ne connaissait étrangement plus grand-chose…). Ceci étant, au bout de ces deux jours, l’action commença à lui manquer et les vieux souvenir de lui plus jeune, alignant carton après carton au stand de tir alors qu’il avait à peine quinze ans commencèrent à se faire de plus en plus pressants… Au fond de lui, Takashi avait l’impression que ces donc, ces savoirs étaient encore là, juste engourdis par les 6 mois d’hibernation que son corps avait dut subir et il ne demandait qu’à pouvoir les réveiller.

En passant non loin de deux personnes, le jeune asiatique les entendit parler de partir en expédition à l’extérieur… Certes il ne les connaissait pas et eux non plus mais qu’importe, c’était sa chance, sa chance de se prouver à lui-même et aux autres qu’il était capable de faire autre chose que juste charrier du matériel à longueur de journée. Il se dirigea donc vers eux et avec son accent Japonais toujours présent (bien qu’atténué depuis son réveil), il débuta sa phrase.

- Excusez-moi… J’ai entendu que vous vouliez partir dehors, faire un peu de récup’… C’est peut-être un peu cavalier de ma part, surtout qu’on ne se connait pas encore, mais j’aimerais bien vous accompagner, me changer un peu les idées…
Takashi grimaça de gêne en entendant ces mots sortir de sa propre bouche… Qu’est-ce que c’était maladroit ! il n’aurait pas pu faire plus maladroit que ça même en essayant de faire exprès ! Enfin au moins, l’espérait-il, il avait brisé la glace… Il alla même un cran plus loin en leur tendant la main.
- Je m’appelle Takashi. Je suis là depuis deux jours en fait… C’est pour ça qu’on ne se connait pas encore… Enchanté !
Dit-il avec honnêteté et franchise, et avec un large sourire au coin des lèvres.

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Ven 10 Juil - 13:09
A nouveau sur l'humour, Elizabeth joua la carte de l'indifférence. Elle préférait ne guère se soucier des tentatives de sociabilisassions, qu'importe les raisons qui poussaient une personne à user de l'humour. Ses résolutions impliquaient sa propre maîtrise du sujet et non de se laisser embarquer.
Dans tous les cas, elle n'avait pas l'humeur à cela, aussi se contenta t-elle d'acquiescer à sa demande de mise en route, observant au loin le soleil levant.

"Oui, dans la caravane, il suffit juste de remplir le registre correctement. Clark est toujours dans sa caravane, c'est lui qui a les clés."

Elle indiqua le véhicule stationné juste à côté tandis que le dénommé s'était éclipsé depuis quelques minutes déjà, sans doute repartit à ses besognes, la mine renfrognée par les derniers événements et les responsabilités nouvelles qui lui incombaient.

"J'vais me débarbouiller, on se rejoint au mur de véhicule dès que tu seras prêt."

Tandis qu'elle foula le sol de premier pas en direction de sa tente dans le cercle du campement, l'asiatique qu'elle avait vaguement repéré par son arrivé il y a peu les accostèrent, déclarant son envie de rejoindre le "groupe" qu'ils venaient de former pour partir à la récolte de ressources.
Sans prendre la peine de répondre dans un premier temps, elle se concentra d'observer la réaction de Liam à cette nouvelle arrivée puis, en hochant la tête, et d'un ton bas, elle rajouta :

" Si on part à trois, je pense qu'il sera plus sage de prendre un véhicule. Il y a une Chevy qui stationne depuis quelque temps ici, j'ferais le plein, ça nous permettra de mieux cibler ce qu'on cherche surtout si on doit se faufiler dans les rues de Snyder.
On s'retrouve au mur donc !"


Sans avoir donné son accord tacitement, l'invitation du jeune arrivant à partager leur excursion était malgré tout bien claire. Pour elle, elle n'y voyait pas d'inconvénient, mais pas question de se montrer trop communautaire encore, les choses viendraient en temps et en heure.

C'est ainsi qu'elle s'éclipsa en laissant les deux hommes à leur occupation et préparatif tandis qu'elle se changea dans la tente, ses vêtements trempés de sueur par le footing qu'elle venait d'accomplir. Ci-fait, elle rejoindrait la caravane pour y prendre du matériel. Sans doute qu'elle y croiserait ses deux acolytes, mais elle se contenterait de faire ses affaires sans un mot échangé, s'attardant en passant sur la carte de la ville pour être certaine du trajet.
Clé de voiture en main et bidon d'essence pour remplir cette dernière de l'autre, elle se glissa hors du véhicule non-motorisé et rejoignit le "parking" de fortune où avait été stationné les véhicules du campement, à savoir le camion en panne, celui là même qui l'avait ramené jusqu'ici, et la petite moto de la rouquine bien malade depuis quelques temps.

Le plein fait, elle engagea la Chevy vers le mur de véhicule où elle avait donné rendez-vous à ses pairs, et attendit qu'ils la rejoignent. Le reste ne serait plus qu'un chemin tout tracé vers le secteur ciblé : le C.

Liam O'Connor

Anonymous
Invité
Dim 12 Juil - 22:49
Décidément, elle n'est pas commode, la petite. J'ai beau user de mon charme pourtant évident, je n'en décroche pas un sourire. Un iceberg. Et moi qui me faisait une joie d'avoir un peu de temps seul avec un membre du sexe opposé depuis... Je ne sais plus trop en fait. Bah ! Je trouverai bien une autre source de divertissement. Alors qu'elle s'apprête à s'éloigner après m'avoir répondu, Elizabeth est interrompue par l'un des nouveaux arrivants du camp.

Un jeu asiatique, Takashi, qui est arrivé juste après moi, accompagné d'un ami. Celui-ci se propose de nous accompagner. Je me retiens à grand peine de rire de son accent ridicule. Chinois ? Japonais ? Je ne sais pas trop. Mais comparé au mien, typiquement anglais avec une pointe irlandaise héritée de mes parents, ça manque cruellement de classe. Néanmoins, ça m'évitera peut-être de mourir d'ennui en compagnie de la Reine des Neiges. Je l'accueille donc chaleureusement, avec ce petit sourire en coin dont je suis le seul à savoir s'il est réellement amical, moqueur, ironique, ou amusé. Celui qui ne me quitte jamais. Pour vous mettre sur la voie, disons que chaque adjectif peut être vrai, selon l'occasion.

-Toute aide est appréciable, je réponds au jeune homme. Bienvenue dans la bande.

Nous échangeons quelques banalités en allant chercher du matériel, là où me l'a indiqué Elizabeth. Puis nous l'attendons près de la Chevy.


* * * * * *


Plus tard, sur la route.

La jeune femme conduit. Assit à l'avant, le coude sur la fenêtre, la joue appuyée dessus, je vois défiler un décor de fin du monde. Landes désertiques, bâtiments en ruines, véhicules abandonnés, vestiges d'affrontements entre humains bien vivants... Incroyable que tout se soit autant dégradé en si peu de temps. Pendant un bon moment, je reste silencieux, à fixer l'extérieur, découvrant pour la première fois ce que le monde est devenu depuis mon coma. C'est... déprimant. Est-on vraiment tombés si bas ? Mais je ne suis pas du genre à me laisser abattre. Je reporte mon attention vers mes compagnons.

-Je pense qu'on a de bonnes chances de trouver une zone commerciale en périphérie de la ville, je déclare d'un air distrait. Si il y a vraiment une bande de tueurs qui ratisse la zone, ils doivent surveiller les grands axes. On devrait peut-être passer par les départementales, non ? Ça nous ferait en plus éviter d'approcher la ville de trop près.

Je ne pense pas devoir leur expliquer en quoi le risque est moins grand. Ils n'ont pas l'air trop bêtes. Ils ont sûrement dû arriver aux même conclusions, d'ailleurs, et mon ton indique clairement que je n'estime pas leur apprendre grand chose. C'est plus une façon de briser la glace.

-En attendant qu'on arrive, je reprends en me grattant la joue gauche, rien n'empêche d'apprendre à se connaître un peu mieux. Après tout, on risque d'avoir très bientôt besoin de se faire un minimum confiance.

Je me racle la gorge, avant de continuer.

-Alors... Qui êtes vous, tous les deux ? Et qui étiez vous, avant... avant tout ça ?

Je laisse une seconde de silence avant d'ajouter :

-Évidemment, vous n'êtes pas tenus de me répondre si vous n'en avez pas envie.

Tout en gardant un œil sur l'extérieur et le trajet, je regarde alternativement l'asiatique et la jeune femme, me demandant si je n'ai pas été un peu trop cash. Après tout, on vient de se rencontrer. Rien ne les oblige à déballer leur passé devant des inconnus...

Takashi Kuribayashi

Anonymous
Invité
Lun 13 Juil - 13:41
Takashi se départit un peu de son propre sourire en voyant celui qu’affichait Liam… Difficile e dire s’il était juste bienveillant ou si il avait une forte envie de se foutre de se gueule mais après tout, c’était excusable… Même lui s’il pouvait entendre son propre accent il se moquerait probablement de lui-même.

Sans faire de commentaire et se contentant d’afficher son allégresse à l’idée de sortir un peu de quotidien assez monotone du campement (ainsi que de pouvoir prendre place dans une voiture, et une bonne qui plus est), Takashi suivit le petit groupe et prit place à l’arrière de la Chevy. Le reste du voyage fut une expérience pour le moins assez… Déprimante… Le monde partait en couille et ce n’était pas beau à voir… Le fait de simplement passer devant un tel monde en décrépitude avait un certain côté hypnotique, un peu comme si on était juste transporté dans un cauchemar sans fin, un de ces cauchemars dont on ne pouvait pas s’échapper, comme tant de films et romans l’avaient imaginé avant que la fin du monde n’arrive véritablement…

Mais l’était-ce vraiment ? Était-ce vraiment l’apocalypse tant annoncée par les grandes religions monothéistes et le moment ou les morts se relèveraient tous ? Ça y ressemblait mais même s’il était en plein dedans, cette situation semblait encore trop difficile pour y croire au jeune Takashi, trop rocambolesque pour être réelle…

Le programme que Liam énonça ensuite convainc le jeune homme et il acquiesça d’un signe de tête accompagné d’un sourire confiant. Cependant avant que Takashi puisse retourner à ses rêveries, le même personnage lui demanda ce qu’il faisait dans la vie avant que le cauchemar commence. Tak’ soupira et expliqua sa situation.


- Avant tout ça, j’étais étudiant en génie militaire. J’ai pas eu le temps d’entrer dans l’armée quand tout ce bordel a explosé et puis après… Je sais pas, c’est compliqué, j’ai fais un genre de coma. Je me suis réveillé que il y a deux jours et Michael m’a trouvé, puis m’a ramené à ce campement. Voila pour la version rapide.

Takashi poussa un soupir mais plutôt que de revenir à sa rêverie, il choisit de retourner la question au chauffeur.

- Et vous ?

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Mer 15 Juil - 15:34
Au volant de la Chevy, juste avant que le contact ne se fasse, Elizabeth se demandait, les mains posées sur le volant, si conduire faisait partie de ces choses qu'elle pensait jusqu'ici acquises et dont elle avait perdu toute notion physique. Et si elle n'arrivait même pas à passer une vitesse ? Après tout, depuis son réveil, c'était la première fois qu'elle montait à bord d'un véhicule et déjà la gestuelle lui semblait plus étrangère qu'accoutumé en dépit de ses souvenirs vivaces.
Tournant la clé, le moteur se mit à vrombir doucement et un long soupir jaillit des lèvres de la conductrice. Satisfaction ou angoisse ? Difficile à dire tant les deux étaient sournoisement mêlés l'un à l'autre. Sans perdre un instant, passagers à bord, elle s'engagea sur la route qui menait directement vers la ville dans un long et terrible silence qui lui était bien coutumier.

Elle ne quitta pas la route, ni ses abords des yeux lorsque Liam le premier prit la parole, mais déjà un tic nerveux d'agacement transparu sur son visage, aux plis que ses yeux firent alors. D'un pincement de lèvre, après avoir laissé à chacun le temps de s'exprimer sur ce sujet, elle annonça, platement :

" Ecoutez les gars... sans paraître pour une grande moralisatrice, ni une experte quelconque dans la survie, va falloir juste que vous fassiez attention à un truc. Dans la caravane, y'a une carte de la ville, avec tous les secteurs délimités. Cette carte a été tracée par Matthew il me semble, pour définir les différentes zones de la ville, mais aussi les zones de potentiel danger. Il veut qu'on y aille progressivement car le centre est infesté sans aucun doute et que ça serait trop dangereux.

Quand j'ai parlé du secteur C, est-ce que vous avez pris la peine de regarder la carte dans la caravane ? Non parce que si c'était le cas, vous sauriez que le secteur fait partie de la périphérie du centre-ville, mais surtout qu'il y'a pas trente-six milles solutions pour y aller : c'est tout droit en sortant du campement.

Sauf que le secteur C, c'est très dense quand même, faudra s'attendre à quelques hordes sur le trajet et voir surtout comment les esquiver. On pourra sans doute trouver quelques commerces mais faudra s'enfoncer dans les rues de Snyder. "


Sans vraiment laisser le temps à quiconque de répondre, elle reprit sa respiration, le temps d'un coup d'oeil à la volée sur sa gauche tandis qu'ils quittaient la bordure de la forêt, et que la large plaine qu'elle avait emprunté quelques temps auparavant en compagnie d'Ivy et James vers l'aéroport se profilaient...

"Les autres secteurs, plus à l'est ne sont pas encore accessibles. Parce que personne n'a repéré les lieux pour y aller et parce qu'il faut franchir une zone potentiellement très dangereuse pour la rejoindre. Les hommes du Marchand pourraient nous y apercevoir et nous suivre.
Selon la carte, si on ne veux pas être suicidaires, c'est A, B et C pour l'instant. Le reste, on verra plus tard... ordre de Matthew, même s'il est plus là pour redresser les torts...

Vous l'avez pas connu, mais croyez moi, on pouvait lui faire confiance. Donc... puisque je suis la seule à avoir étudié le terrain, va falloir vous fier à moi, même si j'aime vraiment pas ça. C'est soit ça, soit on fait demi-tour et excursion annulée."


Elle jeta qu'un simple coup d'oeil au rétroviseur, histoire de voir la personne qui s'était placée sur le siège arrière, avant de reporter son attention sur la route. Au loin, déjà, les premiers bâtiments d'une zone dense résidentielle se profilaient.

"Le prenez pas mal, on a peut-être eu une seconde chance en revenant à la vie, mais on a pas vraiment le droit à l'erreur, ni à l'aventure à l'aveugle...
Et si ça vous intéresse, j'étais psy avant... et pas le genre moralisatrice pourtant."


Elle haussa un sourcil, laissant le décor se faire à son regard tandis qu'ils abordaient la frontière du secteur C.
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: