Haut de page
Bas de page



 

[CFJ, C, EXP] Le sport, c'est la santé – 24/01/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Evènements

Anonymous
Invité
Mer 15 Juil - 15:48
Exploration

Vous arrivez enfin à votre lieu de destination et la première constatation que vous pourrez vous faire, c'est que cette zone est effroyablement grande. La zone est bien plus dense en population qu'estimée à l'origine et parcourir les rues et ruelles de ce lieu ne sera pas de tout repos, loin de là.

D'ailleurs au détour des premières d'entre elles, face à vous, vous remarquerez plus d'une dizaine de zombies postés à attendre inlassablement, statufiés dans leur position, d'avoir un seul objectif offert dans leur non-mort. Et ce n'est sans compter sur ceux que les obstacles, tels que voitures renversées, carambolages parfois même entre camions, vous voileront.

[CFJ, C, EXP] Le sport, c'est la santé – 24/01/35 - Page 2 Secteu10

Vous êtes positionné en bordure du Quartier 1 à l'heure actuelle, qui est sans doute le deuxième endroit où vous trouverez le moins de zombies, même si leur présence est absolument certaine, dans un environnement contenant de nombreux Lieux d'habitations et un Lieu public près de la Houston Avenue. Progresser vers les Quartiers voisins vous sera tout de même nécessaire pour savoir ce qu'il s'y trouve avec plus de précisions, mais cette progression sera loin d'être de tout repos car si vous vous trouvez dans un des quartiers les moins denses de la zone, autant avouer que le Quartier 2 et 3 demandera une prise de risque.

Eléments Scénaristiques:
 

Liam O'Connor

Anonymous
Invité
Jeu 16 Juil - 16:42
Takashi était donc un élève en génie militaire. Je ne sais pas encore comment, mais ça sera forcément utile à un moment ou à un autre. Si je ne me trompe pas, ces mecs là dont experts en constructions et destructions de tous genres. Marrant, je ne lui vois pas une tête à aller dans l'armée... Il retourne la question à notre pilote, qui ne cache pas son agacement.

Une jolie diatribe s'ensuit. Tiens donc ! Qui parle beaucoup maintenant ? Elizabeth semble penser qu'on prend cette expédition un peu à la légère. Je ne me départis pas de mon sourire pour autant. Elle nous parle de la carte, dans la caravane, et met en doute notre motivation ? Préparation ? Notre intelligence peut-être ? Ce n'est pas très clair. Je note tout de même qu'elle était psy. Bon, je ne juge personne. Mais comprenez moi, le dernier auquel j'ai eut à faire m'a déclaré dérangé et m'a abruti pendant des années avec des cachetons. Instinctivement, je fronce les sourcils à l'annonce de son précédent emploi, et mon sourire s'éteint.

Je me reprends immédiatement. Heureusement, cela peut passer pour une réaction à ses reproches. Je redeviens la personne charmante et agréable que vous connaissez, et regarde intensément la jeune femme. Son monologue vient-il du stress général de la situation ? Ou est-elle aussi effrayée que ça sous les apparences de meneuse expérimentée qu'elle veut se donner ? Le silence plane depuis quelques instants et nous avançons toujours.

Près de nous, le paysage change. Il y a de plus en plus d'habitations,  et on commence à distinguer quelques rôdeurs isolés. Putain, que ces trucs sont moches ! On finit par s'arrêter en bordure du premier quartier de la ville. Devant nous, une dizaine de zombis attendent inlassablement leur prochaine proie. Effrayant. Il y a des carcasses de véhicules un peu partout. Difficile d'avancer en voiture tout droit. Surtout avec les Marcheurs sur le chemin. Nous restons tous les trois silencieux devant ce spectacle.

-Si j'ai bien compris, je reprends finalement, on a tous vécu le même coma... Et on se retrouve tous au même endroit... Étrange...

Je laisse vagabonder mes pensées avant de revenir à la Reine des Neiges.

-Tu t'es réveillé plus tôt que nous, Elizabeth, et tu en as vu plus que nous. Je ne conteste pas ça, et je te laisse le leadership sans problème.

Je n'ai jamais été du genre à me mettre en avant. Et de toute façon, si je ne suis pas d'accord, je n'aurai qu'à faire comme je veux.

-Mais si on peut se permettre un conseil ou deux, je te proposerai bien d'aller vers l'Ouest, sur la Houston Avenue. Elle bifurque ensuite vers le Nord. Au Nord Est de la ville, il y a un quartier moins dense, où on pourrait trouver ce qu'on cherche.

J'observe sa réaction, un sourire amusé aux coins des lèvres.

-Oui, j'ai observé la carte. Mais ce n'est pas parce qu'aucun autre chemin ne figure sur cette carte, qu'il n'en existe pas. J'en sais quelque chose. Avant le virus, j'étais voleur.

A nouveau je me donne le temps d'observer leurs réactions, en appréciant l'effet.

-Non, je n'arrachai pas leurs sacs aux petites vieilles, je précise. J'étais plutôt dans le trafic de tableaux et d'autres œuvres d'art. Une petite banque à l'occasion. Dans tous les cas, les chemins détournés, je sais qu'il y en a toujours. Mais pour le moment, on est trop loin de notre objectif de toute façon. Autant suivre les axes les moins proches des habitations.

N'ayant plus rien à ajouter, j'écoute leurs avis. Plutôt convaincus, et y ayant déjà pensé chacun de leur coté à dire vrai, Elizabeth engage la Chevy sur notre gauche, et nous nous éloignons des premiers zombis. Ceux-ci nous avaient d'ailleurs remarqué et commençaient à s'approcher, il était plus que temps de s'en aller. On zigzague pendant quelques temps entre plusieurs nouveaux véhicules abandonnés. Parfois, un macchabée est dissimulé derrière l'un d'eux, mais nous sommes bien à l'abri dans notre petite citadine. Jusqu'au camion.

Un poids-lourd est arrêté en travers de la chaussé. Il y a juste la place de le dépasser par la droite, derrière sa remorque, ce que nous faisons. Au même moment, un putain de bouffeur de cervelle tombe du container, en plein sur le par-brise.

-Putain de... !

Moment de panique. Par réflexe, notre conductrice pile. Projeté devant nous par le choc, le corps s'en va rouler sur le bitume lézardé, laissant derrière lui une traînée de boyaux et un membre ou deux. Nous restons tous trois, haletant, hypnotisés par ses efforts pour se relever. Jusqu'à ce coup sur la fenêtre d'Elizabeth. Un regard à gauche, et on peut tous observer un énorme tas de Marcheurs s'agglutiner dans le semi-remorque, et s'approcher bien trop rapidement à mon goût. L'un d'eux essaie de traverser la vitre à coup de dents défoncées.

-Roule ! Roule !

Je crois que Takashi a eut le même réflexe, dans tous les cas, La Reine des Neiges ne nous a pas attendu. Un coup d'accélérateur, une roue sur le crâne de notre premier agresseur au passage, pour faire bonne mesure, et nous voilà quelques centaines de mètres plus loin. Mais pas beaucoup. Trois bagnoles rouillées nous bloque le passage. Impossible d'aller plus loin. Et nous sommes tous parfaitement conscients de la meute qui se rapproche de nous.

-Parfait...


Après l'agitation de la dernière minute, mon sourire confiant est revenu, bien que je dois l'avouer, plus ténu qu'habituellement. Je me tourne vers le Rambo de l'Est. Moi, un penchant pour les surnoms faciles ? De quoi parlez-vous ?

-Bon, je propose que toi et moi, on aille bouger ça pendant qu'Elizabeth, j'ajoute en me tournant vers elle, surveille nos arrières. Dès qu'il y a suffisamment de place pour passer, tu accélère et tu nous récupère sur le chemin.

J'écoute leurs opinions à nouveau. S'ils sont d'accords, je m'approcherai prudemment des trois véhicules abandonnés, après avoir tiré mon couteau papillon de ma chaussure. On ne sait jamais ce qu'il peut se passer. Sinon, je m'en tiendrai à leur plan et suivrait le mouvement.

Takashi Kuribayashi

Anonymous
Invité
Sam 18 Juil - 10:57
Assis sur la banquette arrière, le jeune asiatique eu tout le temps qu’il voulait pour apprécier la ballade. Regarder autour de soi alors que le monde partait en cacahuète et juste être assis dans cette voiture qui bougeait lentement, bercé par le bruit du moteur, ça avait quelque chose de reposant et de profondément relaxant… Difficile de mettre le doigt dessus très exactement mais ce sentiment qu’il éprouvait à l’instant devait être assez similaire à celui qu’éprouvait un nouveau-né assis dans un siège auto pendant que ses parents lui offraient une première ballade dans le monde où il allait vivre, quelque chose à la fois reposant et fascinant rassurant et un peu angoissant à la fois…

Ces réflexions furent interrompues par la réponse des deux conducteurs qui annoncèrent tour à tour être psychologue et… Quoi ? Voleur ? Takashi écarquilla un tantinet ses yeux en demi-lune quand Liam leur dévoila son ancienne carrière.

- Un voleur de haut-vol ? Bah ça alors… C’est vraiment la dernière des choses à laquelle je me serais attendu !
Après tout pourquoi pas, il y avait bien des gens qui gagnaient leur croûte de manière moins honorable tels que les politiciens ou les tueurs par exemple… Mais dans le même temps, même si sa logique Républicaine hurlait à Takashi qu’il n’aurait certainement pas été responsable de l’usage que les gens feraient de ses futures inventions, le fait de vouloir devenir ingénieur en armement le plaçait très mal pour se permettre de faire des remarques d’ordre moral à ses compagnons. Le jeune asiatique retourna donc à sa rêverie pour un bref instant, juste le temps que le conducteur annonce qu’une horde leur arrivait sur le coin de la figure… Les sentiments contraires arrêtèrent d’envahir sa tête et seule l’angoisse s’installa et persista à rester à cet instant.

Le reste des manœuvres de la conductrice fut offensive et assez destructrice envers les zombies et Tak’ grimaça en pensant que c’était autrefois des êtres humains… Une fois à la barricade, Takashi hocha la tête aux instructions de Liam et se précipita sur la barricade, desserrant le frein à main des voitures garés (s’il était activé) et mettant leur boîte sur le rapport "N" pour éviter que l’embrayage ne l’empêche de bouger la voiture. Si les vitres étaient relevées, il ferait appel au voleur immédiatement.

- Hé ! Donne-moi accès à l’intérieur veux-tu ?

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Dim 19 Juil - 12:30
Le leadership ? Elle n'en voulait pas. Elle n'était pas une cheffe dans l'âme, elle était d'ailleurs davantage une suiveuse qu'une meneuse. Elle aurait préféré ne pas avoir à prendre de décision, ne pas avoir de responsabilité sur les épaules, et surtout de ne pas se sentir coupable si l'une ou l'autre de ses décisions menaient à une catastrophe sans précédant.
Pourtant, elle n'avait guère le choix. Les deux autres semblaient du même acabit qu'elle et peinait pour le moment à ne pas vouloir se faire mener par un autre. Elle les comprenait au fond. Même s'ils venaient d'arriver au campement, elle ne pouvait blâmer cette volonté de s'effacer de toutes responsabilité. Après tout elle avait l'exacte même pensée.
Mais en tant "qu'ainée" d'éveil, on lui imposait cet état sans vraiment lui laisser le choix.

Dans un soupir, elle jeta un coup d'œil en coin à Liam tandis qu'il retournait sa veste à propos des cartes mais n'en fit aucun commentaire. S'il les avait vraiment observé comme attestait sa remarque, il avait sans doute raté l'essentiel, mais ce n'était plus d'actualité. Maintenant qu'ils étaient arrivé au secteur C, chacun trouvant les repères et les marques de ce qu'ils avaient en mémoire, elle écouta le conseil de son passager, et bifurqua vers l'Ouest sur la Houston Avenue qui bordait le quartier qu'ils venait de pénétrer.

Toujours silencieuse face à l'aveu, elle n'eut même aucun tic facial à cet instant-ci. Elle pensa que quelque part, il se sentait soulagé et fière de pouvoir le clamer sur les toits maintenant que le système judiciaire n'avait plus aucune valeur dans cet apocalypse.

Concentrée sur la route parsemée de quelques zombis errants, elle évita la grande majorité en se déportant tantôt à droite, tantôt à gauche afin de ne pas abimer leur véhicule par un tas de chair décomposée qui viendrait se fracasser sur le pare-brise. Et pourtant...

Les premières embrouilles commencèrent bien avant qu'elle ne l'eut pensé, lorsque tentant d'esquiver un obstacle conséquent, un dégénéré eut l'audacieuse idée de s'écraser sur la voiture. Sa jambe droite appui alors par reflexe immédiat sur la pédale de frein, l'écrasant de tout son maigre poids tandis que le véhicule, entrainé par sa vitesse rugit d'un crissement aigue et s'arrête brutalement sur la chaussée, sans embardée. Le cadavre est alors propulsé vers l'avant, laissant son sang et quelques entrailles dans leur champs de vision, rapidement balayé par un battement d'essui-glace qu'Elizabeth avait davantage enclenché par reflexe.
Les trainées de sang imprégnèrent la large vitre, laissant une vision troublé et rougeâtre de l'avenue qui s'offre à eux. Mais les zombies n'en restent pas là, et bien vite, attirés par le mouvement peut-être, ou le crissement assurément, en voilà quelques dizaine qui se précipite - à leur manière - dans leur direction.
Sans attendre l'injonction de son co-pilote, Elizabeth écrase à nouveau l'une des trois pédale à sa disposition et le véhicule démarre en trombe cette fois-ci jusqu'à ce qu'un nouvel obstacle surgisse sur leur chemin. Le véhicule avait à peine eut le temps de continuer l'avenue qui tournait  vers le Nord.

"Ok, mais faites-vite, on a des dégénérés au cul..."

Un coup d'oeil au rétroviseur, et le spectacle macabre d'afficha à elle : les rôdeurs avaient suivi le mouvement, attirant même à eux plusieurs autres d'entre eux. Ils avaient intérêts à déguerpir de là et en vitesse s'ils ne voulaient pas finir en flaque de sang sur le bitume.

Les mains crispées sur le volant, elle joua son rôle et attendit que la voie soit dégagée. Sa nervosité monté crescendo tandis que le râle des morts montait à ses oreilles.

"Grouillez... grouillez...", maugréa t-elle pour elle-même, en regardant tantôt ses deux camarades, tantôt le rétroviseur.

Elle remarqua rapidement l'une des créatures sur le flanc gauche, suivit par deux autres, qui se dirigeait vers ses camarades. Ouvrant la portière, après avoir agrippé son arme en main, elle ajustant sa visée en calant ses bras sur le haut de la porte. La cervelle du rôdeur le plus proche vola en éclat et d'une voix portée, elle interpella ses camarades qui devaient sans doute se demander ce qu'il se passer.

"Attention à vous ! Derrière !"

Sans plus tarder et parce que sans doute la voie allait bientôt se dégageait, elle retourna à l'intérieur de la Chevy, et fit marche avant dès que cela serait le cas. Lorsque l'obstacle serait dépassé, elle attendrait ses camarades avant de redémarrer aussitôt, vers le quartier 3.

Liam O'Connor

Anonymous
Invité
Dim 19 Juil - 23:05
A peine notre petite excursion commencée, et on est déjà dans la merde jusqu'au cou. Je retiens l'excitation, et essaie d'afficher la même nervosité que mes compagnons. Après tout, c'est cet attrait pour le risque qui m'a valu d'être catalogué foldingue. Mieux vaut le dissimuler pour le moment. Mais putain que c'est bon ! Après ces années passées dans les brumes dans anti-dépresseurs, qu'est-ce que ça fait du bien de vivre à nouveau !

Ne vous méprenez pas, j'apprécie autant que tout le monde l'idée que ces bestioles nous rattrapent et fassent un cocktail façon noix de coco de notre cervelle. Je ne suis pas bien plus serein que le commun des mortels. Je sens la sueur couler dans ma nuque, j'ai presque l'impression d'y sentir le souffle inexistant de la Mort qui Marche. Mais admettez, c'est sacrément plus intéressant que de regarder le juste prix dans son canapé après une journée de bureau !

Takashi et moi nous précipitons sur les véhicules. On s'approche de la première voiture sur la gauche. Coup de chance, la portière est ouverte. Le jeune homme a la bonne idée de vérifier le point mort et le frein à main. Il nous faut quelques secondes pour pousser la carcasse sur le bas coté, la difficulté étant de débloquer l'essieu rouillé.

-Suivante !


On court vers celle du milieu. Dont les portes sont fermées cette fois. Évidemment, ça aurait été trop beau. L'étudiant militaire se tourne vers moi.

-Hé ! Donne-moi accès à l’intérieur veux-tu ?

Après avoir entendu parler de mes exploits passés, sans doute s'imagine-t-il que je suis capable de déverrouiller n'importe quelle serrure. Et il a raison. Du moins, je l'étais. Je reste une fraction de seconde hésitant devant son injonction. Et si cela faisait partie de ces choses que je suis incapable de refaire ? Mais ce n'est pas le moment d'avoir des doutes. Je place mon couteau entre mes dents, sors de mon kit de crochetage deux picks et m'agenouille près de la portière. En temps normal, dans un rush pareil, je penserai d'abord à briser la vitre. Mais affaibli comme je le suis depuis mon réveil, tout ce que je risque de briser, ce sont mes phalanges. J'insère les deux pointes délicatement et...

* Bang ! *


Je sursaute, les picks tombent au sol, manquant de peu de bousiller définitivement la serrure de la Ford que je veux ouvrir. Presque immédiatement, j'entends la voix d'Elizabeth :

-Attention à vous ! Derrière !


Je me retourne à temps pour voir Elizabeth ranger son arme et rentrer dans la voiture. Récupérant mes outils, je me remets à la tâche.

-Ça aurait été bien de le crier avant de tirer, je marmonne dans ma barbe.

Il y a quelques temps, une serrure comme ça, ça m'aurait prit deux secondes, montre en main. Aujourd'hui, il m'en faut dix. Ce n'en est pas moins avec un soupir de soulagement que je constate qu'il y a certaines choses que je n'ai pas oubliées. Même si elles restent plus difficile qu'elles ne l'étaient. J'hoche la tête en direction de Takashi, et nous parvenons à dégager cette voiture aussi jusqu'au bas coté. Elizabeth devrait avoir la place de passer à présent. On fait demi-tour, et je la vois approcher lorsque je le sens saisir ma cheville. Un zombi surgit d'entre les deux véhicules, rampant, et me tire en arrière d'un coup sec. D'où il vient ? Aucune idée. Je sais simplement qu'un instant plus tard, je suis sur le dos, me débattant avec un putain de bouffeur de chair humaine.

Ma chance est sûrement qu'il lui manque le bras gauche. Je n'ai donc pas à ma soucier de griffures de ce coté là. Le mauvais coté des choses ? Ce type avait une hygiène dentaire irréprochable avant sa mort. Il ne lui manque pas une molaire. Et mon couteau à roulé lorsque j'ai mordu la poussière. Bref, je retiens son bras valide d'une main, sa gorge de l'autre, et je ne vois qu'une solution pour me sortir de là.

-Un coup de main ?

J'espère sincèrement que mes deux équipiers ne penseront pas à leur propre peau d'abord. S'ils jouent la fille de l'air, je n'aurai pas profité bien longtemps de ma seconde chance.

Takashi Kuribayashi

Anonymous
Invité
Mar 21 Juil - 11:31
La première voiture dégagea du chemin avec une facilité déconcertante, c’était à se demander si son positionnement juste là dans cette rue n’avait pas été fait exprès pour enquiquiner le monde… Après tout peut-être était-ce un barrage à un instant T précis ? Sinon pourquoi seraient-elles en travers de la route comme ça ? Même en supposant que son propriétaire l’aurait abandonné pour se barrer en courant, ça restait quand même une position étrange…
Néanmoins le jeune homme ne philosopha pas trop longtemps sur la position de la voiture et s’empressa de la bouger avec l’aide de son compère ce qui fut un jeu d’enfant une fois la boîte de vitesse hors d’état de nuire et le frein à main desserré. Une voiture de poussée, maintenant à l’autre ! Cette fois-ci ça allait être plus difficile en raison de la fenêtre fermée mais heureusement monsieur le cambrioleur de haut vol aurait certainement plus d’un tour dans son sac ! Enfin, un tour… Vu à la vitesse à laquelle il allait crocheter la serrure c’était probablement ce que ça allait lui prendre : plusieurs tours… Agacé et inquiet en voyant les zombies approcher, Takashi essaya de le presser un peu.

- Ce serait pas mal d’arriver à ouvrir cette putain de serrure genre maintenant, ou dans les trois secondes à venir… Tu peux f…
Le coup de feu le fit sursauter, tout comme Liam qui en perdit ses outils et les zombies qui se mirent à grogner avec plus d’intensité. Inquiet de voir une telle masse zombiesque commencer à se rapprocher, Takashi dévisagea le crocheteur encore quelques secondes puis prépara son coude.
- Attends je vais essayer de la péter.
Dit-il en préparant son coude au moment même ou un clic se faisait entendre et que la portière de la voiture s’ouvrait. Takashi laissa échapper un "yes !" de triomphe et essaya de bouger la voiture le plus rapidement possible. C’est ce moment-là qu’un zombie choisit pour attraper la cheville du malheureux voleur et le traîner vers lui pour tenter de goûter à sa chair. Ni une ni deux et sans même attendre que Liam lui demande, Takashi se précipita sur lui et envoya un coup de pied magistral dans la tête de l’infecté, dans la plus pure façon football (ou plutôt soccer, comme disent ces pied-tendres d’outre-Atlantique). La puissance du coup suffit à désarçonner le zombie et Takashi sauta ensuite à pieds joints sur sa tête, écrasant tout son poids sur la boîte crânienne de cette infortunée créature. Ce coup suffit déjà à plutôt bien l’assommer mais Takashi continua à sauter dessus, à la manière d’un cartoon, jusqu’à ce qu’il sente les os craquer sous ses chaussure et que le crâne se ramollisse.
Ceci fait, Takashi releva vite Liam et se précipita dans la voiture avec lui pour pouvoir aller voir d’autres lieux que celui-ci qui semblait bien inhospitalier.

- Roule roule !

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Mar 21 Juil - 17:18
Le regard vissé sur le rétroviseur de sa portière, jonglant avec le central et celui côté passager, Elizabeth guettait les moindres mouvements de ses collègues après avoir franchit la barricade. C'est ainsi qu'elle vit Liam disparaître de son champ de vision. Immédiatement et sans hésiter, elle se hissa hors du véhicule, le regard légèrement en panique redoutant les pires scenarii qui auraient expliqué la brutale disparition.
Elle les avait pourtant prévenu que celui qu'elle avait descendu n'était pas seul...

Elle vit alors Takashi se précipiter au secours de l'homme à terre et dans l'action, elle se surprit à se demander de quel bois était fait ce dernier pour ne pas avoir crié ou même paniqué. Elle s'imagina immédiatement, et sans mal, à sa place. Elle se souvint encore du cadavre nauséabond qui lui était tombé dessus entre deux hangars à l'aéroport. D'avoir vu la mort, dans tous les sens du terme, de si près. Son coeur avait bondit si fort dans sa poitrine qu'il aurait bien pu s'arracher tout seul. Le sang l'odeur, les gargarismes, si l'instinct de survie ne lui avait pas fournit un électrochoc, elle serait resté tétanisé par la peur.
Elle avait passé de longs jours, de longues semaines, à se tourmenter de la situation à son réveil. Son psyché n'avait pas suivit l'épreuve, et nombreux de ses camarades avaient été de même. Où pouvait-il trouver la force d'un tel détachement à la situation ? Etait-il seulement sain psychologiquement ? Et puis, le geste rageur et destructeur surpris bien davantage l'ex-psychologue.
C'était terrifiant, à la fois par les événements, mais aussi de contempler tel capacité complètement décalé avec ses propres pensées.

Elle avait peur, c'était vrai. Aujourd'hui encore elle n'était pas parvenu à se débarrasser de cette angoisse nauséeuse qui séjournait dans le creux de son estomac. Cette boule au ventre qui lui susurrait à l'oreille qu'il serait plus facile d'abandonner car il n'y avait plus aucune issue.

Elle ne bougea pas de près de la voiture, portière ouverte, elle se contenta d'espérer que Takashi parvienne à défaire son comparse de sa situation dramatique. Et lorsqu'ils revinrent à elle, elle s'empressa de retourner à son volant, enclenchant de facto  la première vitesse dès que tout le monde fut à bord.

D'un oeil inquiet, elle observe Liam, se posant la question intérieurement avant d'en faire part. Nul n'était trop prudent.

"Mordu ? Griffé ?"

Parce que si cela avait été le cas, c'était demi-tour direct. Ils en avaient eut assez comme cela pour laisser passer quoi que ce soit.

La voiture continua sa route, parfois sur le trottoir lorsque le passage était bien encombré, frôlant à quelques instants de l'aile le corps décharné d'un cadavre ambulant, jusqu'à ce que finalement, ils parviennent en bordure du quartier 3.

Evènements

Anonymous
Invité
Mer 22 Juil - 14:31
Exploration

Vous voilà au Quartier 3 et vous constatez alors que ce dernier semble effectivement plus petit que le précédant. Quelques maisons continuent de s'aligner à gauche et à droite des différentes rues qui d'ailleurs commencent à devenir impraticable. Quelques corps sans vie jonchent les rues parmi les détritus autant de journaux datant de plusieurs mois en arrière, que d'autres effets parfois improbable.Vêtements sales et déchirés, parfois imprégnés de sang et de viscères. Aliments pourris. Tables et chaise. Une cuvette de WC trotrtrône même sur le toit d'une voiture accidentée et parmi cela, quelques âmes errante attendent, imperturbables, le passage de leur repas.

[CFJ, C, EXP] Le sport, c'est la santé – 24/01/35 - Page 2 Secteu10

Vous êtes positionné en bordure du Quartier 3, les zombies étant moins nombreux dans cette zone, même si leur présence reste Indiscutable, dans un environnement contenant quelques Lieux d'habitations et trois Lieux de petit commerce.

Liam O'Connor

Anonymous
Invité
Ven 24 Juil - 14:19
Alors que l'aspirant Takashi se la joue Bugs Bunny sur la tête de mon agresseur, je rampe jusque mon couteau, et me relève après l'avoir récupéré. Mais il n'est plus utile. Le jeune homme se précipite déjà vers moi, de la bouillie rouge sombre sous les semelles. On se carapate vers la Chevy, sautent à l'intérieur, et notre Schumacher personnel appuie sur le champignon. Haletant, je m'affale sur mon siège, cherchant à retrouver mon souffle. La panique du moment commence à peine à s'estomper, qu'Elizabeth me relance sur un nouveau sujet d'inquiétude. Je ne crois pas avoir été griffé ou mordu, mais je vérifie quand même. On ne sait jamais avec ces bêtes là. Finalement je lui souris.

-Comme un sou neuf!

Nous ne parlons guerre sur le reste du trajet qui nous mène presque sans encombres au niveau du quartier nord ouest. Presque, car entre les zombis et les carcasses de véhicules accidentés ou oubliés, le passage est difficile. Pour le moment, tout ce qu'on a rencontré, ce sont des Marcheurs. Que sont devenus les hommes de ce fameux Marchand, dont on m'a tellement parlé? Remarquez, je ne m'en plaindrai pas. Enfin, lorsqu'on arrive finalement, on tombe sur quelques petites rues résidentielles. Merde! Je savais bien qu'on aurait dû rester près du périphérique! Ah quoique... Ce que je vois à droite là bas c'est pas...

-Une station service! je m'exclame en la pointant du doigt. Et il y a d'autres commerces plus loin.

Le dernier fait l'angle, je ne vois donc pas de quoi il s'agit. Mais le second est tout ce qui m'intéresse. Un petit magasin de la chaîne « Wildlife Discovery ». Loin de la grande surface d'articles de sport que j'espérais. Plutôt un petit magasin surtout spécialisé dans la chasse et la pêche traditionnelles. Mais tant pis, ça fera l'affaire. Je m'adresse aux deux autres.

-C'est là que je veux aller. On devrait y trouver des tentes et sacs de couchages pour les nouveaux arrivants. Des vêtements chauds. Si on a de la chance, des armes, des munitions. Je pense que les premiers pillards seront d'abord allés chercher des gros calibres dans les armureries, des conserves dans les supérettes... Avec un peu de chance, ils n'ont pas pensé à ce type de magasins.

Bon, un fusil de chasse, c'est pas une kalach', on est d'accords, mais c'est mieux que rien.

-Ils vendent souvent des barres énergétiques aussi, je continue, et ça met des années à périmer, ces machins. Je ne sais pas s'il y a une rivière près du camp, mais une canne à pêche pourrait nous permettre un arrivage régulier de provisions. Ça ne suffira pas mais c'est toujours ça.

Je les laisse y réfléchir, et j'ajoute, un sourire ironique aux lèvres :

-Bon, ça, c'est si on est pas les derniers à se pointer. Sinon, tout ce qu'on risque de trouver, c'est un tas de cadavres qui déambulent en attendant tranquillement se pointe pour dîner...

Je ne leur parle pas encore des doutes que je nourris sur la présence d'humains aux alentours. Une cuvette de chiottes, ça ne se met pas tout seul sur le toit d'une voiture. Mais je ne veux pas les inquiéter plus qu'ils ne le sont. Et ils n'ont pas besoin que je leur dise d'être prudent. Je sens déjà leurs nerfs à fleur de peau. Autant que les miens. Heureusement pour moi que j'en apprécie la sensation.

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Ven 24 Juil - 16:10
C'était étrange de parcourir une ville abandonnée où régnait le chaos et la discorde dans un paysage digne des plus grands films Hollywoodiens. Certaines habitation était si délabrée qu'il était difficile de penser alors que moins d'un an avait suffit à rendre un pavillon bourgeois à l'état de ruine avancé.
Cela faisant sans doute bien longtemps que les vitres des fenêtres avaient volés en éclat, les volets en bois extérieur pendant dans le vide retenu par une attache précaire, ou simplement fracassé au sol, laissant les habitations à la merci des intempéries et de toute sorte de danger extérieur. Sans doute que la moitié d'entre elles ont déjà été visité et pillé, si ce n'est par les hommes du fameux Marchands, au moins par les quelques premiers survivants qui ont au moins vécu les premières semaines de l'apocalypse.

Et son esprit se mis à vagabonder tandis qu'elle arpentait une portion plus sereine de la route. Elle-même n'avait pas survécu bien longtemps à cette "histoire". Comment aurait-elle vécue si ce zombie ne lui été pas tombé dessus ? Aurait-elle trouvé un groupe de survivant par la force des choses ? Ou aurait-elle continué seule à survivre ? Combien de temps avant de mourir de faim ? Ou de soif ?

La présence de morts sur la route à nouveau la tira vers la réalité, un coup de volant un peu plus brusque que les autres les poussèrent encore sur le trottoir avant qu'elle ne remette en place les roues sur la route qui devenait de plus en plus dure d'arpenter.

Ses yeux se posèrent sur le bâtiment désigné par Liam à l'injonction, et ralentissant, elle inspecta les environs pour savoir si le coin était "safe" ou non.  La station service semblait déserte, bien que deux zombies pourraient suivre leur progression si elle s'y arrêtait. En revanche, la suite était plus coriace à arpenter et elle décida que faire halte à ce bâtiment serait une première bonne idée.

"J'vais voir si je peux refaire le plein de la voiture et siphonner les pompes dans un ou deux bidons. J'vous propose qu'on se retrouve ici. "

Parkant le véhicule juste derrière l'une des 4 pompes qui composaient les lieux, elle jeta un coup d'oeil sur le rétroviseur pour apercevoir les deux fameux zombies qu'elle avait croisé un peu plus tôt remonter la rue en leur direction.

"Si t'as le moindre problème, tu m'appelles."

Elle désigna le Talkie qu'elle avait embarqué à Liam avant d'ouvrir prudemment la portière de la voiture, inspectant à nouveau les environs proche, s'attendant à voir une horde surgir du premier recoin de rue.
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: