Haut de page
Bas de page



 

[CFJ, A, 2] Pour un petit tour - 27/01/2035
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Ven 7 Aoû - 22:01
Interprété par Seth Willis et Melody Campbell.

L'avant veille a été une nouvelle fois des plus mouvementée avec le fiasco de la réunion mais a surtout été une nouvelle épreuve avec la mort de Calvin. Suivi de l'enterrement du cow-boy un peu plus tard et qui a laissé un sacré gout amer dans la bouche, celui de nombreuse larmes. Sans parler du départ nocturne de Clark et Ricky qui lui aura valu par la même de remarquer que Seth découchait encore une fois. La veille a encore été des plus difficiles et la journée loin d'être tranquille rien que par le simple fait qu'elle s'est pas mal perdue dans ses pensées encore une fois, sans parler de la découverte de la note. Quant à la nuit du 26 au 27, elle se réveille en pleine nuit persuadée d'avoir entendu à nouveau un bruit de moteur, allant faire un tour dehors pour constater qu'elle s'est trompée, cela devant être un nouveau tour de son esprit. Elle fini par retourner dans la tente qu'elle partage avec Seth ne remarquant que là que son compagnon lui a faussé compagnie pendant qu'elle dormait. Épuisée par tout les derniers événements et par les quelques nuits blanches qu'elle a fait encaisser à son corps, elle termine par se rendormir bien malgré elle et le fait qu'elle voulait attendre Seth. De toute manière depuis une semaine, ils ont beau être en couple et partager la même tente ils ne se voient quasiment pas...

Ce n'est qu'au petit matin qu'elle se réveille en sursautant aidée par un cauchemar passant par là et chose qu'elle ne faisait pratiquement plus ces derniers temps, elle porte la main à son cou là ou se trouve sa chaîne au bout de laquelle pendouille son alliance. Son défunt mari est revenu la hanter pendant son sommeil malgré tout les efforts qu'elle a déployé jusque là pour ne plus y songer. Encore un mauvais tour de son esprit...C'est ainsi assise dans la tente qu'elle voit un des pans se soulever et Seth arriver et si d'habitude devant lui elle enlève vite sa main de sur son alliance, cette fois-ci elle ne le fait pas et même elle le regarde droit dans les yeux guettant la moindre réaction qu'il pourrait avoir à ce geste qu'elle veut provocateur. Va t-il seulement réagir là dessus ?...

Tout comme Melody se retient de lui demander des comptes et ou il était passé cette nuit, pourtant ce n'est pas l'envie qui lui en manque là. Mais elle sait que si elle commence, elle ne s'arrêtera plus et que l'homme va se prendre tout ce qu'elle garde au fond d'elle depuis une dizaine de jours et même plus. Peut-être est-ce parce qu'elle ne veut pas l'incendier en public ? Et que certaines choses ne les regarde que tout les deux et personne d'autres. Pourtant elle sait que cela va devoir sortir rapidement avant que ça ne la consume de l'intérieur. Oh !!

Elle desserre les lèvres pour lui lancer :

- Je comptais partir en excursion aujourd'hui chercher de la nourriture, tu viens ?

Quel bonjour glacial ! Ah non, il n'y a pas eu de bonjour juste une question qui ne souffrira aucun refus. Pourtant Seth sait très bien que sa compagne pourrait partir seule et que ça ne serait pas un problème, c'est donc qu'il y a quelque chose qui la tracasse pour qu'elle lui demande de venir avec elle.

Tout en attendant la réponse de Seth, la belle brune se met sur ses pieds avant de récupérer son sac à dos, l'arbalète de Matthew et sa veste qui lui sert d'oreiller la nuit et dans laquelle se trouve ses couteaux de lancés. Se tenant prête à sortir de la tente dès qu'il lui dira oui, bien qu'elle ne sait pas comment elle réagira s'il refuse, elle sera un peu eu sur ce coup là. Et encore qu'elle serait capable de partir seule puisque de toute manière il leur faut réellement de la nourriture. Mais non il ne peut pas lui dire non, ce n'est pas possible, il a bien du comprendre qu'il y a une raison si elle ne veut pas partir seule...

Seth Willis

Anonymous
Invité
Dim 9 Aoû - 20:25
Cela faisait quelques temps qu'il avait du mal à s'y retrouver. Tous les événements s’enchaînaient plus dramatique les uns que les autres. Et encore il n'avait pas connaissance des derniers en date. Trop occupé à réfléchir, ressasser, il ne faisait que penser à son fils depuis la mort de Doug. Depuis que son décès avait été annoncé il ne tournait plus rond mais tournait en rond. Il avait senti un profond désespoir éclore au fond de lui pour se faire une place de plus en plus grande, au point qu'il n'arrivait plus à penser à autre chose qu'à cela. L'appétit lui avait échappé tout comme le sommeil le laissant progressivement comme une coquille vide. Vide d'énergie, vide d'émotion autre que cette terreur pour son fils.

C'était devenu à un point que plus rien n'existait autour de lui. Non pas volontairement mais que chaque chose ramenait son esprit à son fils. Le moindre élément qu'il pouvait voir dans le camps, le moindre mot, le moindre souvenir, le moindre bruit. Tout trouvait un chemin rapide dans son esprit pour le conduire à la mort de Doug et à celle de son fils. C'était devenu si peu tolérable que plus les heures avançait et plus il songeait à mettre fin à ses jours pour faire taire cette souffrance qui le rongeait de l'intérieur.

Il avait fini par sortir du camps, marchant au hasard, ses pas le conduisant vers le vide des champs et très certainement vers des dangers. Le marchand, les marcheurs, quelle importance ? La mort qu'ils lui apporteraient ne serait que la délivrance de cette souffrance qu'il éprouve depuis plusieurs jours. Une balle était une mort plus sur qu'un coup de couteau quand on ne connaissait pas grand chose aux armes. Et si c'était un de ces morts vivants qui le guidait à la grande faucheuse cela ne serait que justice. Pourquoi avait il survécu lui ? Et pourquoi l'avait il laisser à sa mère ? Il aurait du le prendre avec lui. Il aurait forcement été plus en sécurité avec lui. Non ? En tout cas il aurait su, il aurait eu la certitude de comment il allait, s'il était vivant ...

Un bruit le sortie de ses pensées. Il se rendit compte qu'il faisait nuit et qu'il n'avait aucune idée d'ou il était. A nouveau ce bruit. Figé, il cherchait du regard la source du bruit. Etait ce un animal, un marcheur, un homme ? Même si la seconde d'avant il ne songeait qu'à son fils et à la mort, le fait de se sentir en danger balayait ces considérations intellectuelles en arrière plan, l'instinct de survie prenant naturellement le pas. Les choses se déroulèrent vites et de manière flou et le resterait d'ailleurs après coup, l'adrénaline, l'instinct et la peur se mêlant dans un mélange chaotique. Le marcheur, un caillou, la bousculade, la chute de l'un, le coup et ce mal tête, violent, le faisant chanceler. Il tombe et heurte quelque chose de dur, le caillou et perd connaissance.

Quand il ouvre les yeux il fait jour. Depuis un bon moment. Il bascule sur le dos mais quelque chose le gêne. Quelque chose de mou. Il tourne la tête pour se rendre compte que c'est le zombie d'hier, le crane explosé. Il rampe à reculons par réflexe pour s'éloigner de la chose. Même morte, pour de bon, on était jamais assez loin de ces choses. Une douleur lancinante lui lance la tête. Pourtant il n'avait pas picoler la veille. Il aurait peut être dû. Il passe sa main sur le flanc de son front et y trouve du sang sécher. Un nouvel élan de peur le traversa. Etait ce du au zombi ? Avait il était griffé ? Aucune image cohérente n'arrivait à lui remettre les événements de la veille en mémoire. Milles et une hypothèses lui traversèrent l'esprit mais rien ne lui paraissait rassurant. Melody lui vint à l'esprit. Un phare dans la nuit. Il se dit alors qu'il fallait qu'il rentre car elle devait être inquiète de son absence. Il se redressa pour se rendre compte qu'il ne savait pas ou il était. Il ne savait pas combien de temps il avait marché, ni dans quelle direction il avait pu échouée.

Après un tour d'horizon il choisit une direction qui lui semblait vaguement probable et marcha tout droit. Quand il rencontra une route, il sut qu'il était sauver. Il marcha le long de la route jusqu’à rencontrer un panneau qui indiquait Snyder et regagna le campement alors que le jour déclinait. Il fit un crochet par le lac pour se nettoyer, la cicatrice restant visible, et prendre le temps de se donner une contenance avant de regagner le camps. C'est la qu'il découvrit la mort de Calvin et le départ de Ricky et Clark. Il n'avait pas eu le choc de le vivre en même temps que les autres mais cela l'assit, littéralement. L'ambiance était mortuaire et il y avait de quoi. Sous le coup il chercha Melody pour savoir si elle était en vie. Rassuré mais sans appétit il opta pour se poser au calme dans la tente cogitant à la situation, un peu choqué de la découverte.

La nuit ne fut pas meilleure que les dernières, même si c'était pour d'autres raisons cette fois ci. Qu'allaient ils faire ? Est ce que la communauté resterait une communauté ? Tout cela lui tournait à l'esprit et l’empêchait encore une fois de dormir. Au moins pour l'instant il ne pensait plus à son fils. Ce n'était pas peu rien vu ces derniers jours. Tournant et retournant il fini par sortir de leur tente pour ne pas déranger la brune qui partageait sa vie, en théorie, qu'elle puisse dormir elle. Ce n'était pas nécessaire d'avoir deux amorphes le lendemain. Il se posa sur la barrière de voiture, regardant la route de nuit, songeant à ce qu'ils pourraient faire , ce qu'ils devraient faire. Rester ici n'était pas une alternative pour lui mais cela impliquait tellement de chose ...

Le petit matin arrivant il se bougea pour rejoindre la tente. Il ne voulait pas que Melody le crois reparti Dieu sait ou. Entrant dans la tente il ne put que constater qu'elle était réveillé. Il amorça un sourire de la voir la mais il ne manqua pas ses doigts sur son alliance figeant son sourire avant de le faire disparaître devant et le fait qu'elle la tienne ainsi et le fait qu'elle ne la retire pas devant lui. Entre son geste et son regard, nul doute que cela soit une provocation, pour ne pas dire une gifle. Elle ne s'encombrera pas plus d'un bonjour ou d'un comment tu vas, lui faisant proposition qui n'est pas du genre de celle qu'on refuse.  Il inspira profondément évacuant la tension qu'elle avait fait naitre en lui en une phrase et un geste avant de lui répondre.

"Oui bien sur."

Il n'accompagna pas sa réponse d'un bonjour non plus, ou d'un tu as bien dormi ? Il voyait bien que même s'ils allaient aller chercher à manger, peut être, elle avait surtout envie de lui crier dessus. Il sorti de la tente pour lui laisser plus de place à se préparer, l'attendant devant comme un condamné devant l’échafaud. Il ne restait plus qu'à voir quel genre de couperet allait lui tomber dessus.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Lun 10 Aoû - 1:35
Même si ce n'est pas forcément la réaction qu'elle attendait en réponse à sa provocation avec l'alliance, elle en a obtenu une quand même alors que Seth perd très vite le début de sourire qu'il montre en passant le seuil de la tente. Mais de là à ce qu'il comprenne réellement pourquoi elle fait ça, il y a un fossé sans fond au milieu de chemin, son compagnon ne pouvant s'imaginer les réelles raisons qui ont poussées la belle brune à faire cela. Et quelque part, c'est méchant de sa part mais elle aimerait que son geste ait fait mal à son compagnon, chose qu'elle ne peut savoir puisqu'il ne dit rien là dessus. Se contentant pour le moment d'inspirer profondément avant de lui répondre un oui à sa proposition et qui le fait échapper à un déchaînement encore plus rapide des reproches qui vont de toute manière lui tomber dessus. Bien qu'à l'étudier de près, il semble avoir compris ce qui l'attend en ce début de matinée.

Melody laisse Seth sortir de la tente aussi vite qu'il est entré, poussant un soupir d'agacement, elle enfile sa veste. De toute manière la pluie de reproches risquent de vite se finir si Seth continu de ne pas réagir, ce qui quelque part aurait le don d'agacer la brune encore plus. Bien que de toute façon de son côté à lui, il ne risque de pas de lui faire de reproches, en tout cas, elle ne voit pas quoi. Un nouveau soupir d'agacement et la voilà qui ôte sa veste à peine mise, puisque c'est comme ça, Seth peut bien attendre une minute ou deux de plus.

Du coup la voilà qui attrape la brosse à cheveux stockée dans un coin et elle entreprend de se démêler les cheveux, ceci fait, elle attache ses cheveux en une queue de cheval haute. Avant de vérifier son top, puis son pantalon et enfin les lacets de ses chaussures. Cette fois, elle peut vraiment remettre sa veste, chose qu'elle fait avant de vérifier la présence et l'accessibilité de ses couteaux de lancer et ce même si elle sait très bien qu'ils sont parfaitement mit. Tout comme elle vérifier que l'arbalète n'a pas bougé d'un poil de la nuit, ce qui lui vaut un pincement au coeur en pensant à son propriétaire légitime. Comme quoi Seth pourrait avoir des choses à lui reprocher au final.

Attrapant son sac à dos en dernier, elle sort enfin de la tente avec le sac et l'arme de jet dans les bras avant de chercher Seth du regard. L'homme localisé, elle se dépatouille de ses mains pleines et lui tend son sac à dos avec un :

- Tiens, porte le, l'arbalète est déjà assez encombrante comme ça.

Sous entendu "je ne peux pas tout porter quand le sac sera plein". Si jamais Seth ne le prend pas, il aura le droit en face à face à un soupir d'agacement avant qu'elle ne le mette sur ses épaules.

En plein jour et si proche de lui, Melody remarque la blessure qu'il a au front sur le côté de la tête et que visiblement il n'a pas soigné autrement qu'en la lavant. Et là un pincement de culpabilité la prend aux tripes alors qu'elle est incapable de dire depuis combien de temps il a cette plaie, un jour ? Deux jours ? Faut dire qu'entre l'absence qu'il a eu et le fait qu'elle lui en veuille, elle ne s'est pas beaucoup approché de lui ces derniers jours...Et bien sûr son premier réflexe et de se hisser sur la pointe des pieds et de tendre la main pour mieux l'inspecter, mouvement qu'elle amorce avant de vite s'arrêter en plein élan. Non ! Elle ne cédera pas à ce genre de gestes affectueux et inquiet, pas maintenant en tout cas !

Se détournant de son compagnon, la demie écossaise part à côté du feu de camp pour attraper au vol de quoi grignoter avant de partir, freinant une nouvelle fois un geste réflexe, celui de prendre aussi ce qu'il faut pour Seth qu'il ne parte pas le ventre vide. Avant de se dire que là, s'il est pas en état, elle joue aussi sa survie, sans parler du fait que même si elle en veut à Seth, elle ne peut pas réprimer totalement ce qu'elle ressent pour lui. Dualité. Elle termine donc pas récupérer quelque chose à manger pour Seth avant de le lui donner, son regard exprimant le fait que même s'il n'a pas faim il doit se nourrir quand même avant qu'ils ne partent.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Lun 10 Aoû - 21:30
A peine avait il le dos tourné pour sortir qu'il l'entendit soupirer, et pas qu'une fois. Il ne savait pas encore pourquoi elle était dans cet état la et imaginait des tas de choses. Sa disparition presque deux jours durant, le fait que lui aussi était la cause de son départ de l'école lors de la première expédition en ville, trouvait elle qu'il n'aidait pas assez au camps ? Mais le pire était encore à venir car la dernière idée qui lui vient à l'esprit c'était qu'il ne soit pas assez présent à ses cotés. C'est vrai qu'avec la dernière semaine on ne pouvait pas dire qu'il avait été très la. Est ce qu'il était déjà en train de recommencer les mêmes erreurs qu'avec son ex épouse ? Cette pensée le mit mal. Mal d'une façon qu'il n'avait pas connu depuis des années. La culpabilité, la peur de se voir quitter, l'appréhension de la discussion qui allait venir. Il se souvent des longues discussions pleines de reproches et de menaces qu'il pouvait avoir quand il rentrait du travail. C'était invariablement la même chose. Elle lui reprochait son absence et lui essayait de lui faire accepter qu'il le faisait pour eux, qu'il ne faisait pas cela pour le plaisir, qu'elle lui manquait aussi. Le discours de part et d'autre ne variait que peu, éternel recommencement. Le point de non retour était dépassé depuis longtemps. Il aurait pu s'arrêter cela n'aurait rien changé. Trop d'amertume avait été amoncelé. Les grains de sable était devenu des dunes enlisant les rouages de leur couple. La seule chose qui le retenait de se décomposer en morceau c'était leur fils. Mais cela ne dura qu'un temps.

Il sentit son coeur se serrer quand il la vit sortir de la tente. La voir la avec son regard plein de reproche et de dureté était difficile à encaisser. Elle ne ressemblait en rien à son ex femme mais ce regard ... Il entendait déjà la litanie incendiaire lui tomber dessus à bras raccourci comme la vermine sur le bas clergé. Il redoutait le moment ou elle allait ouvrir la bouche pour entamer les hostilités. Son regard exprimait déjà la peine alors qu'elle n'avait pas commencer. La peine de la voir si gorgée d'envie de lui gueuler dessus et la peine de voir leur petit couple déjà en souffrance. Pourquoi ? Pourquoi déjà ? Cet ilôt de douceur et de réconfort qui volait déjà en éclat pour ... pour il ne savait quoi en fin de compte, même si, si elle lui demandait, il lui répondrait avec certitude que c'était son absence à ses cotés qui était son pêché capital.

Au lieu d'entamer la danse elle lui tend son sac en lui réclamant qu'il le porte car l'arbalète était déjà lourde. Son regard se portant sur l'arme qu'elle tenait en main en même temps qu'il prenait le sac sous son commandement. Il vit son lacet remplacer la corde, maigre sacrifice mais sacrifice malgré tout, pour elle. Il ne regrettait pas. Il était évident qu'un substitue à cette corde était bien plus vitale qu'une paire de chaussure. Il repensa alors aux couteaux de lancer qu'il lui avait prêter par le passé. Elle lui avait laisser son arme à feu en retour. C'était le début de leur entente. Une alchimie naturel, complémentaire.  Comment cela pouvait il déjà être balayer par une semaine si chaotique ? N'était ce au contraire pas le moment de se rapprocher, de se serrer les coudes, de rester uni ? Il avait beau être optimiste de nature cela lui mettait un coup et un soupire s'échappa de ses lèvres alors qu'il épaulait le sac à dos.

"Je n'ai pas d'arme sur moi, tout est à la réserve sous clef ..."

Elle le savait, forcement, il ne lui avait jamais rien caché depuis leur rencontre. Il lui avait prêter ses affaires, il avait raconté son histoire à coeur ouvert même si le moment était particulier, il aurait plus vu cela autour d'un verre un soir prêt du feu ou du lac histoire qu'il soit seuls. Elle avait été la les deux fois ou ils étaient sorti en ville et les deux fois ou il était revenu rendre tout le matériel qu'il avait trouvé, même le briquet qu'il aurait bien garder au cas ou. Il avait même songer lui donner, se disant qu'elle pourrait en avoir besoin lors de ses expéditions en forêt. Tout cela le ramena à Matthew, idée renforcé par l'arbalète qu'elle tenait et qu'elle gardait jalousement. Un peu trop sans doute. La peine dans se regard se teinta d'une pointe de mécontentement qu'il n'eut le temps ni l'envie de dissimuler.

Elle se hisse vers lui ce qui lui fit froncer quelque peu les sourcils étonné de ce geste qui s'accompagnait généralement d'un geste tendre à son égard, un baiser souvent, mais la ... Ce n'était pas envisageable et d'ailleurs elle fait machine arrière le laissant d'autant plus perplexe qu'elle tourne les talons pour se diriger vers le feu le laissant sur place. Il la regarde s'éloigner s'interrogeant sur son comportement qu'il ne comprenait pas. Non vraiment pas. Que cela soit ce geste ou les reproches dont elle semblait vouloir l'asséner sans préambule. Sans préambule ... C'est vrai qu'elle semblait au bord d'exploser alors qu'elle ne lui avait jamais rien dit de négatif par le passé. Qu'est ce qui pouvait bien la mettre dans cet état la ?

Il se met en marche pour la rejoindre et voila qu'elle lui donner de quoi grignoter sans un mot, le visage toujours aussi fermé et colérique à son encontre.  Il fourre machinalement son casse croute dans la poche de son blouson sans y prêter attention. Il n'avait pas faim, il avait sommeil mais ce n'était pas le moment de lui dire. Elle ajouterait cela à la liste de ce qu'elle avait à lui dire. Il passe une main sur sa nuque étirant ses épaules déployant sa large et grande carcasse. Il prit alors la parole assez laconiquement parce qu'après tout maintenant il lui en voulait un peu aussi.

"Je te suis."

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mar 11 Aoû - 13:35
Bien sûr que Melody sait que pour le moment les stocks ne sont pas accessibles, elle ne voit pas pourquoi Seth lui dit cela, il y a t-il un message caché là dessous qu'elle est censé pouvoir décrypter ? Toujours est-il qu'elle n'y aura pas réagit, pas plus qu'au regard que son compagnon n'a pas pu lui dissimuler et dans lequel elle n'a pas du tout aimé ce qu'elle a vu, c'est elle qui est fâchée après lui et non l'inverse. Du moins aux yeux de la belle parce qu'elle ne voit toujours pas ce que lui pourrait avoir à lui reprocher. Et voilà que maintenant il fourre la nourriture qu'elle lui tend dans sa poche au lieu de manger, non mais il a pas compris qu'il faut qu'il mange ?...Le pire c'est que cela n'a pas l'air de le déranger de faire semblant de rien alors qu'elle le voit s'étirer.

Étirement qui la renvoie à ses souvenirs, récents d'abord avec ses mains se baladant sur le corps dénudé de Seth, son torse, ses fesses, ses yeux, le sourire qu'il peut avoir et qui fait apparaître de légères fossettes comme celle qu'elle même a quand elle sourit réellement. Souvenirs qui la propulsent à d'autres plus anciens avec son défunt mari, la manière dont ils étaient tout les deux ensembles, ses doigts se rappelant parfaitement les courbes de son corps. Les différences physiques entre les deux hommes, les différences psychologique aussi, la manière dont il était avec elle, celle de Seth, dans les deux cas il y a un certain éloignement mais la distance que met Seth, elle ne la supporte pas. Comparer les deux hommes, elle s'était juré de ne jamais le faire et pourtant c'est ce qu'elle fait là...Pensées qui ne l'empêchent pas d'entendre le "je te suis" de son compagnon et le ton qu'il emploie.

Elle se contente de hocher la tête à ces paroles, là ou il y a encore une semaine, elle aurait certainement répondu un "tout ça pour mater mes fesses" sur un ton taquin. Ils étaient pourtant parti du bon pied tout les deux, où est donc passé leur complicité du départ ? Est-ce possible que dans ce nouveau monde ce genre de choses ne durent pas ? Ou qu'elle se soit trompée sur Seth ? Elle secoue la tête à cette pensée, elle se refuse à y croire, et elle reste persuadée que leur sortie va leur faire du bien même si Seth va en prendre pour son grade. Enfin peut-être, encore une fois, tout dépendra de comment il va réagir.

Puisque Seth veut se contenter de la laisser ouvrir le chemin, c'est ce qu'elle fait, amorçant la sortie du campement pour aller vers la plaine menant au secteur A. Il y a encore tellement de bâtiments à voir par là bas, seuls trois, sur dix, ont été visités et encore, elle ne sait toujours pas ce que l'autre quartier leur réserve. Et si dans la fermette visitée avec Samuel il y a encore des choses à récupérer, la bouffe n'en fait pas partie, du coup, elle envisage d'aller de l'autre côté du premier quartier, là ou personne n'est encore allé. Chose qu'elle explique quand même à Seth, qu'il sache où ils vont aller même si elle ne sait pas s'il en a quelque chose à faire ou non...

Continuant dans le silence et ses pensées, elle s'engage dans la plaine mais ce n'est qu'au beau milieu de la dite plaine, qu'elle se décide à entamer les hostilités. Et encore seulement après modifié leur trajectoire, si Seth s'en souvient, la brune prend le même chemin que la première fois et ils devraient arriver dans le secteur A à peu près au niveau de la maison ou ils avaient trouvés Ethan. M'enfin sans doute que Seth prêtera plus attention à ce qu'elle dit qu'au chemin.

- Putain mais tu étais où cette nuit ?! Ça ne t'a pas suffit de partir deux jours sans aucunes explications ?! Et tu t'absentes sans prévenir pile les moments ou j'avais le plus besoin de toi près de moi ! Tu étais où bordel ?! Et ta blessure tu l'as eu comment ?!

Bien entendu le ton de sa voix est monté assez haut, Seth peut réellement la voir énervée là même s'il l'avait déjà pressenti et encore elle en a encore sous le capot là aussi bien en terme de décibels qu'en terme de reproches, cela aussi il peut aisément le sentir.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Mar 11 Aoû - 23:42
Quand il met la nourriture dans sa poche, il se rend bien compte que ce n'est pas ce qu'elle attendait de lui. Elle avait l'air d'avoir envie de l'engueuler et en même temps d'être navrée de lui comme quand on trouve que quelqu'un fait quelque chose de stupide et que l'on trouvait cela pourtant évident. Il ne percuta pas tout de suite, mettant cela sur le dos de son état, de son comportement général. Bien sur cela ne dura pas, même si cela restait vrai, comprenant qu'elle s'attendait à ce qu'il mange mais il n'en avait vraiment envie. Il ne pensait plus à son fils en l'instant, heureusement d'ailleurs car sinon il serait au bord du suicide une nouvelle fois, mais à elle. Elle qui avait éclairer son retour à la vie ici. Celle qui lui donnait une raison de sourire malgré leur condition, leur vie ici dans ce renouveau morbide. Elle qui lui rappelait tellement son ex femme quand son couple n'allait plus. Il s'attendait autant à ce qu'elle lui en mette plein la tête qu'à ce qu'elle lui annonce que c'était fini entre eux. L'image de la brune partant avec l'ancien chef de camps pour la chasse lui revint à l'esprit le campant un peu plus dans cette sensation de rancœur qui était né en lui à la fois si attachée à Matthew.

Elle ne réagit pas quand il lui dit qu'il n'a pas d'arme. Pourtant ils partaient en excursion avec tous les dangers que cela comportait. Les zombies, les hommes du Marchand. N'en avait elle tellement plus rien à faire pour qu'elle ne se préoccupe qu'il ne puisse pas se défendre en cas de problème ? Son absence de réaction le choqua quelque peu. Voulait elle se débarrasser de lui ? Même leur première excursion tranquille leur avait valu quatre ou cinq morts vivant et un gars à moitié fou à moitié instable. Et la elle voulait qu'il parte non armé ? Voila quelque chose qui le crispa et qu'il nota mentalement, réflexe de personne blessé. Il se fit la réflexion qu'il trouverait une branche ou quelque chose approchant pour se faire un semblant d'arme afin de ne pas être complètement démuni quand les problèmes arriveront car il ne doutait pas qu'il y en aurait, en dehors d'elle bien évidement.

Il l'invite à passer devant pour ouvrir la marche, après tout c'est elle qui lançait leur excursion, il ne savait pas encore ou elle voulait aller. C'était elle l'experte en déplacement, c'était elle qui portait une arme, c'était elle qui voulait lui cracher sa rancœur. Il répond tout aussi simplement qu'elle quand elle lui explique ou il vont. Il analysa silencieusement l'objectif et le lieu choisi et convaincs que c'était un choix cohérent, n'en pipant mot muré dans son silence tout comme elle depuis quelques dizaines de minutes maintenant. Il avait prit le temps de trouver une branche en traversant la forêt cassant comme il pouvait l'excédant de petites branches inutiles. Dans un sens peu importe s'il arrivait à en tuer un avec, il avait surtout besoin de se donner du temps pour qu'elle tue le zombie. Il avait déjà constaté durant leur dernière expédition qu'il n'était pas assez fort pour en tuer un seul avec une arme blanche ou contondante.

Quand tout à coup sans crier gare la voila qui entame les hostilités, lui demandant agressivement ou il était cette nuit , mettant bien sur sur le tapis son absence des deux jours précédents. Il remarqua que malgré le fait qu'elle lui demande comment il s'était blessé ce qu'elle lui reprochait c'était surtout qu'il n'était pas la quand elle en avait besoin, pas qu'il se soit absenté sans prévenir. Il trouva cela égoïste quelque part mais il n'allait pas lui faire remarquer, cela ne serait que rajouter de l'huile sur le feu ce n'était pas vraiment nécessaire. Il commença en douceur, répondant à chaque question dans l'ordre d'arriver comme un circuit électronique dont il avait connu tous les rouages fut une époque, first in first out comme le disait le terme consacré.

"J'étais sur la barrière de voiture. Je n'arrivais pas à dormir. A force de tourner et me retourner dans le lit j'ai fini par me décider à me lever, je ne voulais pas t'empêcher de dormir. "

Voila qui avec un peu de chance, peut être, la ferait redescendre un peu dans les tours étant donné que la raison était tout à fait charitable. Enfin, peut être. La logique n'était pas forcement le genre de chose qui trouvait son chemin dans l'esprit des gens quand il était énervé.

"Et ... "

Il ne savait pas vraiment comment lui dire pour son absence. Je suis parti au hasard sans arme et sans prévenir n'était pas vraiment la meilleure façon de tourner les choses. Pas plus que de lui dire qu'il avait voulu en finir avec son retour à la vie trop démoli par la mort de Doug et ce que cela lui renvoyait de sa vie passée, son fils. Il inspira profondément avant de se lancer.

"J'avais besoin d'être seul, besoin de ... de me vider la tête."

Il soupira en passant une main dans sa chevelure celle ci coulant jusqu'à sa nuque.

"J'étais absorbé, un zombi m'est tombé dessus... Je ne sais pas trop comment je m'en suis sorti. J'ai pris une sale douleur à la tête et j'ai perdu connaissance ... Quand j'ai repris connaissance il faisait jour et j'avais du sang sur le front..."

Sa main glisse de sa nuque à sa cuisse dans un geste naturel alors qu'il prend une profonde inspiration qu'il chasse doucement la fixant du regard. Il ne lui avait pas dit la raison de son besoin d'être seul. Il ne savait pas si elle comprendrait, comment elle le prendrait, comment lui expliquer ce qu'il avait ressenti à ce moment la. Ses pensées vagabondant à nouveau vers son fils les muscles de sa mâchoire jouèrent sous sa peau la crispant un instant.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mer 12 Aoû - 13:50
Les réponses à ses questions commencent à arriver et en fait Seth a à peine ouvert la bouche que cela l'agace, il lui répond sur un ton si calme que oui ça ne risque pas de la calmer là du moins pas pour le moment. Et en fait non même la fin de sa première réponse ne la calme pas, il ne voit donc pas qu'elle s'en fout de dormir même si elle en a plus que besoin, que c'est de lui dont elle a besoin pour que ce monde arrête de tourner bancal. Oui c'est égoïste mais elle est ainsi faite surtout qu'il ne l'a prévenue de rien, il s'est cassé sans rien dire et justement voilà qu'en guise de raison à son absence il lui dit qu'il avait besoin d'être seul, de se vider la tête. Cette réponse là lui fait l'effet d'un coup de poignard en plein coeur à lui en couper le souffle quelques secondes, chose que Seth pourra parfaitement voir sans toutefois comprendre pourquoi elle a l'air autant blessée.

Alors qu'avec la dernière réponse de Seth, elle devrait surtout montrer de l’inquiétude, voir l'assommer de questions pour être sûr qu'il va bien ou même qu'en temps normal elle se serait ruée sur lui pour l'embrasser oubliant tout le reste d'un seul coup. Sa peur de le perdre aurait du prendre le dessus. Ou sans aller jusque là, elle aurait pu exploser encore plus sur lui, pour lui expliquer pourquoi elle ne veut pas qu'il parte ainsi sans rien dire, lui reprocher un peu plus de ne pas être là quand elle a vraiment besoin de lui, encore plus qu'en temps normal. Dans sa tête elle aurait pu faire le rapprochement avec son mari ou son frère qui mêmes en s'absentant plus ou moins longtemps savaient toujours quand revenir près d'elle, savaient toujours quand elle allait mal et étaient toujours là.

Mais non rien de tout cela se produit alors qu'elle reste sous le choc de la réponse et que son cerveau a déjà à moitié basculé du côté de l’irrationalité. Elle reste quelques secondes à le fixer, sentant monter des larmes en elle, Melody serre les poings et les dents avant de lui tourner le dos pour reprendre leur route. Elle se remet en marche, en tête, juste ce qu'il faut pour qu'elle s'oblige à ne pas fondre en larmes à cet instant, elle s'est jurée de ne plus pleurer quoi qu'il arrive même si là, ça la touche un peu trop en plein coeur, plus que le reste des événements des derniers jours. Non elle ne doit plus céder à cela, elle doit retrouver sa carapace d'avant.

Ce n'est que cinq cent mètres après, une fois arrivés vers la première maison qu'ils ont visités et les deux pieds sur la petite route qui devrait les mener dans le reste que quartier non visité, qu'elle se retourne sur Seth et qu'elle prend la parole. Sauf que la colère dans sa voix a fait place à une intonation glaciale, ce qui n'est pas forcément mieux.

- Te vider la tête de moi ? T'isoler de moi ? Tu n'as pas besoin de faire ça pour qu'on se sépare, parce que c'est ce que tu veux mais tu n'ose pas le dire en face. Tu crois vraiment que j'ai pas vu ton petit jeu avec Ivy l'autre jour et ton "merci" sortant de nul part. Merci de ne pas rendre les choses plus difficiles avec elle pour que je puisse mieux me séparer d'elle et qu'on se mette ensemble, n'est-ce pas ? De toute façon, ça ne peut qu'être ça...Allé dit le que tu ne veux plus de nous deux, que tu ne veux plus de moi, qu'on en finisse puisque c'est ainsi...Allé je t'écoute.

Et si extérieurement elle ne montre rien, intérieurement elle bouillonne d'émotions, de sentiments, jalousie, paranoïa, possessivité, tristesse, colère sont ceux qui prennent le dessus là dans son esprit. Alors qu'elle attend que le couperet tombe et que Seth lui brise le coeur. Irrationalité totale.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Mer 12 Aoû - 22:52
Il était resté calme en lui répondant malgré la bourrasque de reproche et de question dont elle l'avait assommé car il se sentait fautif d'avoir disparu deux jours même si cela n'avait pas été prémédité. Si cela avait été calculé il ne serait sans doute pas revenu, tellement à bout de ses pensées obsessionnelles tournées vers son fils et sa mort devenue évidente pour lui alors qu'il avait toujours chercher à se rassurer sur le fait qu'il était envie mais comment le pouvait il alors que seule une poignée avait survécu et que sa mère n'était en rien qualifié pour le protéger de ces hordes de zombis ? Le retour de cette idée lui noua la gorge et la voir ne pas répondre le plantant la était un coup de poing en plus dans ce qu'il restait de son moral et de sa forme.

Il reste coi quelques instant avant de lui emboîter le pas ne voulant ni la laisser seule, ni même rester seul n'étant pas fier de ses maigres capacités, plus de défense que de combat. Le silence ne dura pas si longtemps que cela mais bien assez pour que son esprit cogite à plein régime. Il ne pensait plus à son fils sur le coup mais à elle. Elle qui semblait si en rogne et qui pourtant s'exprimait à peine. Qu'avait elle bien à l'esprit ? Elle ne lui pardonnait pas c'était évident mais ne semblait pas tout dire non plus. C'était intenable. A croire qu'elle voulait le torturer autant que lui faire des reproches. Etait ce une vengeance ? Si c'était le cas il faudrait qu'il se rappelle de ne pas l'encourir une seconde fois c'était plutôt salé.

Mais voila qu'elle lâche ce qu'elle a sur le coeur, du moins ça y ressemblait. Du moins il fallait l'espérer parce que si elle en avait encore sous le coude il n'était pas sorti des ronces. Mais cela il ne le pensait pas, du moins pas encore. En l'entendant il se figea. En parti à cause du ton qu'elle employait mais aussi et bien sur, à cause de ce qu'elle lui dit. Son petit jeu ? Ivy ? Si elle avait été face à lui au lieu de lui tourner le dos elle n'aurait pu que voir sur son visage qu'il ne comprenait pas d'ou cela sortait et surtout qu'il ne comprenait pas ce que cela venait faire la dedans. Mais sans doute pour son malheur, au vu du fait qu'elle rebondissait sur chaque accroche pour lui en retourner une en pleine volée, il reste bouche bée devant ce qui lui paraissait être une absurdité sans nom, abyssale. Il lui fallut plusieurs secondes pour chasser les mots de la brune de son esprit avant de reprendre emprise sur lui même et enfin pouvoir lui répondre.

"Mais qu'est ce que tu va chercher la ... Ivy ? Et pourquoi pas Elisabeth tant que tu y es ? C'est ça qui te fait péter un câble comme ça ? J'ai dis merci à Ivy parce que je trouvais que c'était un geste de paix de bonne volonté et surtout parce que je pensais que tu serais contente d'avoir l'arbalète en étant de fonctionnement."

Il soupira se renfrognant un peu, son regard se faisant un peu dur, ses sourcils se fronçant les rendant un peu broussailleux. Ce n'était qu'une question de jalousie alors ? Ou alors une question de peur qu'il la quitte ? Il ne saurait pas dire à chaud. c'était trop embrouillé dans son esprit. Tout ce qu'il voyait c'était qu'elle était ridicule. Pour un peu il senti un rire nerveux poindre sur son visage qu'il ravalla comme il put pour ne pas envenimer les choses.

"Ça n'a rien à voir ni avec toi ni avec Ivy ni avec quiconque dans le camps à part peut être Doug. Et puis au rayon jalousie j'aurais mon mot à dire vu comme tu chéri les pas du dieu Matthew. Tu crois que ça me fait quoi de te voir réagir comme ça à sa disparition, avec son arbalète, à partir chasser des journées entières en me laissant au camps ? Ce n'est pas parce que je dis rien que ça me fait plaisir ou que je m'en fiche. Comme tout à l'heure dans la tente quand je suis entré."

Il se coupa dans son élan trouvant qu'il en avait déjà trop dit mais ses reproches infondés et stupides avaient fait céder les vannes de ce qu'il portait sur le coeur lui aussi. Non pas que ce n'était pas supportable mais ce n'était pas agréable et puis quand on vous attaque, le réflexe naturel c'est de se défendre. Malgré cela il s'en voulu de lui avoir fait ces reproches. Il soupira se passant une main sur le visage avec une légère grimace quand il sentit la blessure lui faire un peu 'mal' sous ses doigts. Il franchit les quelques mètres qui les séparait encore pour risquer sa vie face au fauve et posa ses mains sur ses hanches, encore dans son dos. Il voulait lui dire mais ce n'était pas facile. C'était ravivé de mauvais souvenir pour lui et faire venir à la surface de mauvais pour elle aussi. Mais il ne voyait pas comment ne pas lui expliquer vu les idées qu'elle se faisait. Il prit sur lui, parlant à voix nettement plus basse.

"Si je suis allé faire un tour c'est .... à cause de mon fils... Depuis la mort de Doug je ne pense qu'à ça, qu'à lui. J'avais toujours eu la certitude qu'il était quelque part en vie mais voir Doug mourir comme ça ... J'arrive pas à accepter ça. Accepter qu'il soit mort. Je m'en veux tellement. Je n'aurais pas du le laisser à sa mère. J'aurais du le prendre avec moi. J'aurais su le protéger, j'aurais du le protéger ...."

Au fur et à mesure qu'il parlait ses mains se faisait plus ferme sur les hanches de la brune, la tension et les larmes quasi palpable dans ses gestes et dans sa voix...

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Jeu 13 Aoû - 15:26
Les quelques secondes de silence que Seth met avant de lui répondre, lui paraissent interminable, elle attend sa réponse, les épaules tendues comme tout son corps d'ailleurs prête à écouter la sentence qui va bien finir par tomber. Mais non, à la place le voilà qui tourne les choses en dérision tout en niant ce qu'elle lui dit, sauf qu'il met Elizabeth sur le tapis. Non mais il est sérieux là de lui parler de la seconde bombasse du campement ? Melody serre les poings à s'en rentrer les ongles dans la paume de ses mains, se faisant mal en agissant ainsi mais sur le coup elle s'en fiche. Elle est à deux doigts de faire un volte face et de coller une gifle magistrale à Seth quand une des paroles, qu'il a, semble trouver écho en elle, à travers sa jalousie et son irrationalité du moment. Bon dieu qu'elle se déteste en cet instant de penser ainsi, elle sait qu'elle peut être jalouse et possessive, son mari en avait déjà fait les frais une fois avant leur mariage. Elle a l'impression d'être une de ces folles qui n'a aucune confiance en elle.

Mais voilà que Seth lui parle de Doug, elle en arque un sourcil ne voyant pas le rapport sur le coup avant qu'il n'embraye en parlant de Matthew, il ne pourra la voir en cet instant mais elle en reste bouche bée d'entendre cela. Certes Matthew est un très bel homme qu'elle ne s'est pas privé de mater lorsqu'ils partaient à la chasse mais ça s'arrête là. Bon certes pour ce qu'il dit de la tente il n'a pas tord, elle a vraiment voulu le blesser même si là encore il n'a aucune raison de penser à mal...

Elle n'a pas le temps de lui donner une explication qu'elle sent les mains de Seth se poser sur ses hanches et si son premier réflexe est de ne pas le laisser faire, au final elle ne bouge pas. Est-ce le ton de sa voix ou ses premières paroles qui l'en dissuadent ? Les deux assurément. La belle brune ressent les changements en Seth aussi bien dans les mains sur ses hanches que dans la voix qu'il a à mesure qu'il parle de son fils, mélangeant les faits avec la mort de Doug. Une boule se forme dans sa gorge alors que cela la renvoie à ses pertes à elle, sa mère juste avant l'apocalypse, son père au début de ce cauchemar puis son mari mais aussi et peut-être surtout à son frère disparu dont elle n'a aucune nouvelle. Elle ne peut que comprendre ce que Seth ressent même si l'amour d'un père pour son fils n'est pas le même qu'une soeur pour son frère.

Et si au départ elle semble ne pas réagir, elle termine par poser sa main gauche sur celle de Seth posée sur sa hanche. Elle voudrait rassurer son compagnon, trouver les mots pour le réconforter mais elle ne sait pas comment s'y prendre. Oh bien sûr elle lui en veut toujours et quelque part elle lui en veut pour une nouvelle chose là même si elle n'en a aucune certitude. Cette fois-ci elle fait volte face et fixe Seth droit dans les yeux alors que sa voix se fait plus douce que jusque là.

- Et cela te semble insurmontable au point que tu as pensé en finir avec tout ça ?...
Je connais, je comprend, chaque jour qui passe j'y pense aussi où je me dis que j'ai perdu ceux que j'aime, mes parents, mon mari, mon frère. Puis je me souviens que pour Matt je n'ai aucune certitude que je dois attendre encore et si cette idée vacille, il me suffisait de poser les yeux sur les deux seules personnes pouvant, à leur manière, me donner la force d'avancer. Sur Matthew et sur toi.


Sa manière à elle de trouver comment réconforter Seth, en lui expliquant qu'il n'est pas le seul à ressentir cela et qu'il doit trouver en lui une raison suffisante pour continuer malgré tout, que rien n'est perdu pour son fils. Mais comme elle s'est lancée sur le terrain glissant qu'est le sujet de Matthew, elle ne peut s'arrêter là et toujours en fixant Seth, elle poursuit.

- Lui, parce que tout les jours il montrait que cela valait le coup de continuer, que des personnes attendent qu'on se montre forte pour eux. Il était un point d'ancrage, de solidité dans ce nouveau monde, une donnée stable. Et toi parce que tu es mon second point d'ancrage dans ce monde, celui qui me montre que la bonté, la gentillesse, la tendresse existent encore et qu'effectivement ça vaut le coup de se battre. Et surtout que...l'amour existe encore.

Melody prend une profonde inspiration avant de continuer.

- Cette nuit j'ai rêvé de mon mari et en me réveillant si je n'ai pas lâché l'alliance, oui c'était pour te faire mal et pour me venger de quelque chose que tu ne pouvais savoir...Je l'ai vu mourir devant moi comme la première fois, des zombies le choppant puis je l'ai entendu me dire que ça ne servait à rien que tu sois là, que tu finirais comme lui.

Cette fois, oubliée sa promesse de ne plus pleurer alors qu'elle se livre à Seth et que des larmes arrivent sans qu'elle n'en ait vraiment conscience alors qu'elle parle de plus en plus vite et que sa voix repart sur un ton de reproches.

- Putain, ne me fait plus jamais cela, parle moi, on peut tout se dire toi et moi...J'ai eu tellement peur de t'avoir perdu, que tu ne reviennes pas, qu'on retrouve ton corps un de ces jours...Je tiens à toi, merde ! Je t'aime...Ne me fais plus jamais une telle peur ! Oui tu aurais du m'en parler avant, j'aurais pu te réconforter...

Se rendant compte trop tard de ce qu'elle vient de lui dire, elle se mordille la lèvre ce qui la fait arrêter de parler. Elle ne voulait pas le lui dire, pas comme ça en tout cas, déjà qu'elle n'aime pas livrer ce qu'elle ressent réellement. Qu'il puisse comprendre qu'il lui a fait peur, oui, qu'elle tient à lui, oui mais pas que son attachement est aussi fort, ça non.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Jeu 13 Aoû - 23:32
Elle devait vraiment être dans une phrase irrationnelle et destructrice pour imaginer qu'il puisse parler de Elisabeth de façon positive. Il ne l'avait jamais approcher outre mesure, aux repas, réunion et ne lui adressait jamais la parole. Non pas qu'il ne l'aime pas mais il était rester sur une note assez négative après leur rencontre sur le parking de ce restaurant routier. Il y avait eu pas mal de remue ménage ce jour la, ce jour ou ils retournèrent à la vie, ou ils contrairement Matthew. Il ne pouvait pas dire qu'il aurait préféré ne pas le rencontré c'est certain pour plus d'une raison. Sa vie pour commencer, celles du doc et de la muette pour continuer. Bien sur ils n'étaient pas que trois mais le dernier ... Sans doute ne saurait il jamais ce qu'il est advenu. Il le regrettait car c'était la seule personne du quatuor avec qui il avait senti un temps soit peu d'affinité mais c'était ainsi.

Il sent un tressaillement quand il pose ses mains sur elle, il s'y attendait quelque part. Il s'était même attendu à en prendre une, volontairement ou non. Des fois les gestes réflexes ont la peau dur. Mais non. Elle resta immobile l'écoutant silencieusement. Son explication, la raison de son absence. Comprenait elle vraiment la portée de sa souffrance ? comment pouvait on exprimer avec des mots la souffrance que l'on ressent, au point de vouloir en finir avec ses jours ? Rien ne pouvait ne serait ce que faire effleurer cette douleur. Elle ne pouvait comprendre, elle ne pouvait ressentir ce qu'il vivait, mais au moins elle saurait. C'est ce qu'il voulait et c'est ce qu'il aurait du faire avant comme elle s'apprêtait à le lui dire mais si cela n'était pas de la jalousie, c'était tout aussi irrationnel et destructeur.

Une once de lumière vient pourtant frapper à la porte. Elle pose sa main sur la sienne. Un geste rassurant, tendre. Un geste qui lui fit du bien. Qui lui laissait entrevoir une paix entre eux et aussi une raison d'avoir envie de se raccrocher à elle comme une attache, un point de repère, une raison de se lever le matin, une raison d'avoir de l'espoir dans cette apocalypse version zombie. Pourtant ce n'était qu'une main sur la sienne mais cela voulait signifiait beaucoup pour lui. Elle se tourna pour lui répondre et les yeux dans les yeux, elle pouvait voir maintenant à quel point les siens étaient chargés de peine, de souffrance et de tristesse, humide abysse brune sous sa tignasse d'ébène.

Elle lui répond. Elle le comprends. Elle lui en donne des exemples, ses parents, son mari, son frère. Elle avait perdu toute sa famille dans ce drame. Mais tout comme lui elle a trouver un point d'ancrage, deux plutôt, Matthew et lui. Ses sourcils se froncèrent un peu. Pourquoi fallait il qu'elle place Matthew avant lui ? Elle lui explique. Elle développe, pour qu'il comprenne qu'il n'y avait rien entre eux mais qu'elle le voyait comme un leader. Il n'en reste pas moins qu'elle avait parlé du disparu avant de parler de lui. Dans un moment pareil c'était aussi vexant que blessant. Sans doute en partie parce qu'il était on ne peut plus à vif et déboussolé par sa mésaventure et par elle, son comportement, à son retour. Aussi quand elle lui parle de son rêve il ne comprends pas tout. Il perçoit fugacement que son geste était volontaire mais de quoi voulait elle se venger ? Qu'est ce qu'il ne pouvait savoir ? Le contenu de son rêve ? Le fait qu'elle ait rêver qu'elle perdrait ? Le manque de sommeil, la tension nerveuse, l'estomac vide, tout cela commençait à s'exprimer dans son corps par un mal de crâne qui s'installait en lui alors qu'elle se met à pleurer lui faisant un peu perdre le sens de lui même, son attention partager entre son mal de tête et elle, qui semblait si vulnérable et triste, apeurer en fait.

Que pouvait il répondre à cela ? Oui il aurait du lui parler mais il ne l'avait pas fait. Pour ne pas lui l'inquiéter ? Non même pas. Pour ne pas se montrer faible ? Non plus. C'était bien la dernière chose dont il avait quelque chose à faire surtout vis à vis d'elle. Parce que cela concernant sa vie d'avant, sa vie avec son ex femme ? Peut être un peu. Mais finalement probablement plus parce qu'il avait qu'il avait péter un fusible sous la douleur. Oui sans doute. Il l'attire pour la prendre dans ses bras et la serrer doucement mais fermement, ses doigts agrippant à sa veste. La surplombant il dépose ses lèvres sur sa chevelure dans un long et tendre baiser. Il voulait la rassurer, lui montrer qu'il était la et qu'il tenait à elle. Et puis il en avait autant envie que besoin aussi. Il lui murmure doucement.

"Promis ... je tiens à toi ... Je ne veux pas te perdre non plus ... Mais des fois je suis idiot ... Excuse moi ... "

Il se décale juste ce qu'il faut pour pouvoir lui faire redresser la tête vers lui et l'embrasser avec douceur, un souffle s'écrasant contre ses lèvres.

"Je t'aime ..."
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: