Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

[CFJ, A, 2] Pour un petit tour - 27/01/2035
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mar 25 Aoû - 15:35
Melody capte le regard de Seth et cela ne la rassure pas même si par la même cela répond à ses questions, un zombie est bel et bien dans la maison mais à l'étage. Oh mais comment ça se fait que le rôdeur soit en haut ? Ce n'est pas logique là tout de suite bien qu'il doit y avoir une explication. Explication qu'elle n'a pas envie de trouver pour le moment surtout en voyant son compagnon qui panique et se jette de partout ou plutôt vers la cuisine, compte t-il y trouver une arme par la présence d'un couteau ou autre ? Pourtant il lui suffirait de venir prendre le couteaux de lancer de sa compagne qu'elle a dans la poche, il le sait pourtant qu'ils sont là...

- Couteaux à lancer, dans ma poche droite...

Phrase lâchée alors qu'elle a reporté ses yeux sur le pied de l'escalier et qu'elle n'en bouge plus tandis qu'au premier le bruit régulier se poursuit et dans leur direction maintenant qu'elle arrive à percevoir le mouvement imprimé sans nul doute par des pieds se traînant sur le sol. Et pour que cela soit aussi audible, l'étage doit être en parquet et il doit grincer un peu. Melody en aurait presque oublié qu'un rôdeur n'est plus doué pour lever les pieds si d'un coup un grand bruit ne se faisait pas entendre dans l'escalier avant d'en voir l'origine : le zombie de l'étage s'est vautré la gueule dans la cage d'escalier et le descend en rouler-bouler pour atterrir sur le sol du rez de chaussé. La scène serait cocasse ; d'ailleurs cela lui arrache  un sourire ; si le zombie avait fini avec le corps formant des angles improbables ou carrément mort, sauf que le rôdeur n'en a pas fini avec sa non-vie. Ne pouvant pas se redresser voilà que le mort vivant qui fut un homme autrefois se met à ramper sur le carrelage avec des râles dans la gorge et en tendant ses doigts crochus et décharnés vers eux.

Sans prêter attention à ce que fait son compagnon et malgré le fait qu'elle ait encore le temps, elle met en joug le rôdeur pour le viser à la tête avant de laisser l'arbalète lâcher son carreau mortel. Ou pas finalement, la brune manquant de pratique avec cette arme là, le carreau part se ficher dans le cou du zombie, il ne lui reste plus qu'à recharger l'arme avant de recommencer sauf que même lent comme il est, le zombie approche d'eux et l'oblige à reculer de quelques pas. Sortant un nouveau carreau avant de le mettre en place, elle relève la tête et vise de nouveau le rôdeur avant de tirer...Un soupir franchit ses lèvres quand le projectile se loge dans la tête du zombie et que ce dernier se décide à ne plus ramper et ce définitivement.

Avec prudence, Melody approche du mort vivant et le pousse du bout du pied pour être sûre qu'il est bel et bien mort, devant l'absence de réaction, elle se penche pour récupérer les deux carreaux. Et si celui fiché dans le cou du zombie se laisse reprendre facilement, celui dans la tête résiste, elle est obligée de forcer pour le déloger de l'os crânien dans lequel il s'est enfoncé. Quand enfin elle sent qu'elle va l'avoir, elle entend un craquement, le bois du carreau vient de céder et il est coupé en deux mais surtout la voilà qui manque de peu de s'écraser en arrière sur le sol.

- Fuck !!

Râlement qui est surtout là pour marquer son agacement de perdre un projectile ainsi plus que pour le fait qu'elle a failli tomber. Le calme revenu dans le salon et la maison et retrouvant son équilibre, elle se tourne vers Seth.

- Je sais pas toi mais j'ai pas envie de traîner par là, tu fouilles vite fait la cuisine voir s'il reste de la bouffe récupérable, je surveilles tes arrières et on se tire ?

Et comme pour lui donner raison sur le fait qu'ils doivent se dépêcher, un autre bruit vient se faire entendre en provenance de l'étage, de légers râlements accompagnés d'une sorte de grattement. Mais bordel, il s'est passé quoi dans cette baraque ? Surtout que si elle y regarde de plus près, la maison ne semble ni avoir été visitée, ni quittée précipitamment et à part le truc sur lequel elle a butté, tout semble en place.

Seth Willis

Anonymous
Invité
Mer 26 Aoû - 15:05
Seth se précipite vers la cuisine contournant sa compagne pour ne pas être dans son champs de tire quand le moment viendrait se mettant à chercher de quoi se défendre. Un couteau serait pas mal, un couteau de cuisine, ces grands modèles assez solide comme celui de son grand père qui était glissé dans la fente du billot dans sa cuisine. Son regard se posa un bref instant sur le rouleau à pâtisserie qui occupait le plan de travail se disant que cela serait un choix par défaut correct mais ouvrant les tiroirs il trouva enfin les couteaux de cuisine. Les paroles de la brune attirèrent son regard vers elle. Son regard descendit sur sa veste puis son pantalon. L'espace d'un instant il se dit que dans d'autres circonstance cela aurait été un plaisir de fouiller ses poches mais la ...

"Je suis mauvais avec, ça sera plus utile qu'à moi."

Le brun s'empare du plus grand couteau et se tourne quand il voit la créature entamer sa descente dans les escaliers qui se fait plus comique que dangereuse là le voir s'étaler dans un roulé boulé macabre lui faisant prendre des angles improbables pour un corps normalement constitué. Entre rire et dégoût il se souvint d'un vieux film qu'il avait vu adolescent ou une femme poussé dans les escarliers finissait la tête à l'envers, littéralement. A l'instar de la femme dans le film, le zombie ne s'arrêtait pas pour autant, rempant dans leur direction.

Le bruit de la corde le fit sursauter. Il s'y attendait pourtant mais entre ce qu'on imagine et la réalité c'était tout autre. Il fut transporter presque vingt ans en arrière d'un simple claquement de corde.  Une après midi de chasse avec son père et son frère. Ils chassaient un chevreuil depuis quelques heures maintenant, attendant le moment our ils pourraient avoir toutes les chances de leurs cotés. Chasser au fusil était quelques choses de relativement aisé par rapport à la chasse à l'arc. Il n'y avait pas de tension à apporter, pas de tremblement lié à la traction de la corde qui dévie la flèche de sa trajectoire ...

Une deuxième se fit entendre alors qu'il avait déjà les pieds sur terre, s'étant placé à l'opposé d'ou il était pour ne pas être coincé dans la cuisine. Le marcheur avait définitivement cesser d'être rampeur et Melody récupéra ses carreaux. Du moins son carreau, le second cassant dans la bataille dans un juron de la texane. L'artisan porta sa main sur son bras dans un geste protecteur et tendre à la fois.

"Ca va ? Il faudrait récupérer la pointe du carreau pour pouvoir en fabriquer un autre avec du bois."

Joignant le geste à la parole, il retourna en cuisine pour chercher de quoi faire office de marteau improvisé, afin d'écraser le crane du rodeur et extraire la pointe du carreau quand la brune lui proposa de faire vite pour se barrer au plus tôt.

"Ok on est la pour ça de toute façon. "

Ouvrant les placards il sortit tout ce qui pouvait faire office de nourriture, vérifiant les dates de péremptions quand  cela pouvait être nécessaire. Le petit monticule se formait sur le plan de travail quand il lâcha un commentaire.

"Ah, parfait."

Il sortie une cocotte en fonte d'un placard et se rapprocha du rôdeur lui fracassant le crane avec. Un sale bruit de craquement d'os se fit entendre dans la pièce alors qu'un frisson lui parcourrait l'échine, encore peu habituer à cette violence sur un humain qui plus est malgré son état de mort évidente. Il écarta les morceaux du bout du couteau pour sortir la pointe qu'il jeta dans son sac à dos avant de faire de même avec la nourriture quand les bruits à l'étage se faisant plus présent.

"Vite on décampe."

Il referma le sac à la va vite et , le regard rivé vers l'escalier, se dépêcha de prendre la direction de la sortie pour ne plus voir cette escalier et ses bruits à l'étage.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Jeu 27 Aoû - 14:45
Melody hoche la tête au geste de Seth, ce n'est pas la fin du monde, elle a juste manqué se vautrer sur le carrelage néanmoins elle apprécie ce mouvement qui se veut protecteur.

- Oui, oui ça va ne t'en fait pas et tant pis pour la pointe du carreau...

Le belle brune n'a pas le temps de finir de parler que son compagnon est déjà barré dans la cuisine pour suivre son idée. Elle le suis pour le voir faire, prenant d'abord le temps de fouiller les placards pour trouver de la nourriture avant de sortir une cocotte et de se ruer sur le zombie mort.

- Tu ne vas pas ....

Trop tard, voilà Seth entrain d'exploser le crane du zombie à coup de cocotte, ce qui provoque un haut le coeur à la demie-écossaise, elle porte la main à sa bouche vraiment dégoûtée par ce qu'il est entrain de faire. Et ce n'est pas près de s'arrêter alors qu'elle voit son compagnon se mettre à fouiller dans la bouillie infâme répandue sur le sol et qui fut autrefois le cerveau d'un homme tout comme lui. Chose qui ne le dérange pas visiblement...Puis histoire d'en rajouter un peu le voilà qui saisit la pointe du carreau dans ses mains avant de vouloir la jeter dans le sac à dos. C'est trop pour elle là, elle bondit jusqu'à Seth et stoppe son mouvement en lui choppant le bras avant de se mettre à l'engueuler.

- Non mais tu es malade là, ça va pas la tête, tu te rend compte de ce que tu es entrain de faire ? Qu'on le tue c'est une chose mais en plus tu lui explose le crâne pour une vulgaire pointe de carreau. Et non content de ça, tu la prend comme ça, sans te demander une seule seconde si tu ne risques rien ? Oh c'est un zombie, un infecté, la moindre égratignure sur tes mains et ça en est terminé de toi !!!

De plus il est hors de questions que tu mette ça dans mon sac à dos, tout comme tu as intérêt à jeter ce couteau et à te nettoyer et re-nettoyer et désinfecter tes mains encore et encore ! Et je te préviens, il est hors de question que tu me touche tant que je n'aurais pas soigneusement inspecté tes mains !


Ah oui elle est vraiment furieuse là et à deux doigt d'ôter son sac à dos de sur les épaules de son compagnon, chose qu'elle fera s'il n'abdique pas et s'entête à vouloir garder cette putain de pointe. Et de toute manière, elle ne lui laissera certainement plus charger le sac de ce qu'il a trouvé dans la cuisine, elle n'a pas envie de le voir contaminer les boites de conserves avec le sang du zombie.

Sérieux il veut vraiment crever là ou quoi ? Foutre les mains dans du sang de zombie revient à aller dans le coeur d'une centrale nucléaire en activité...Enfin avant l'apocalypse puisque maintenant, plus aucune ne doit tourner, enfin peut-être, ça elle en sait rien alors que le monde se résume à Snyder en ce moment. Bref Seth est plus qu'inconscient là et dire qu'il est censé être plus mature qu'elle avec ses huit ans de vie en plus....

Seth Willis

Anonymous
Invité
Dim 30 Aoû - 22:34
Melody le rassure, elle n'a rien. En même temps c'était relativement évident mais le geste protecteur avait été instinctif, naturel. Il la soutien pour qu'elle se redresse plus aisément, non pas qu'elle ne soit pas capable de se débrouiller mais plus qu'il voulait être la pour elle, son regard posé sur elle avant de regarder le zombie et les alentours afin de s'assurer qu'un problème n'allait pas survenir une fois de plus.

La pointe du carreau lui semblait plus important qu'à elle. C'était assez ironique, elle qui chérissait tant cette arme et son porteur, il s'attendait plutôt à ce qu'elle s'inquiète de récupérer tout ce qui était possible. Une pointe en métal était bien sur plus efficace qu'une pointe en bois. Même si du bois pénétrerait sans doute bien le crane d'un marcheur, les carreaux ne finiraient malheureusement pas forcement leurs courses dans la chair putride d'un mort vivant.

Armé de son ustensile de cuisine il fait sa popote macabre pour récupérer la pointe du carreau alors que Melody l’interpelle sous le choc de le voir faire et quand il va pour mettre la pointe qu'il avait durement gagner à la sueur de son front et de son estomac la vola qui l’arrête l’engueulant devant son inconscience crasse d'avoir prit ça à la main risquant une infection qui le conduirait ad patres comme Doug. Il la regarde se sentant un peu stupide sur le coup. Quand il réalise il lâche le tout sur le sol regardant le résultat du crane sur le sol avant de relever les yeux vers la brune et se mord la lèvre un bref instant avant de se redresser pour se diriger vers l'évier de la salle de bain. Il fouille alors sous l'évier marmonnant pour lui même qu'il était trop con pour en sortir de la javelle et s'arroser les mains à grande giclée fermant l'évier avant de rajouter de l'eau et y faire tremper ses mains pleinement. Lui qui avait voulu mourir il y à deux jours se retrouvait à risquer sa vie alors qu'il avait retrouver une raison de s'accrocher à quelque chose ou plutôt quelqu'un. Cogitant il réfléchissait à s'il avait pu se blesser les mains quelque part. Lors de son combat contre le marcheur alors qu'il était perdu ? Il ne lui semblait pas. Il n'avait remarqué aucune blessure aux mains seulement au front. Se lavant les mains dans la javel il murmura un simple mot pour elle

"Pardon ..."

Evènements

Anonymous
Invité
Lun 31 Aoû - 13:09
La fureur de Melody, aussi spontanée que franche à l'égard de Seth, aurait sans aucun doute dû décroître ne serait-ce qu'en partie une fois son éclat de voix passé. Pourtant, ce ne fut pas le cas et cette colère resta étrangement vivace quelques instants tandis que le regard de la chasseresse ne parvenait pas à décrocher de son compagnon, avant qu'elle ne ressente comme... une impulsion.

Elle parcouru son crâne, donnant l'effet d'un coup de jus après avoir eu l'imprudence de mettre les doigts dans une prise électrique. Cela ne dura qu'une seconde, juste le temps de la ressentir d'instinct, ne l'identifiant pas plus qu'elle ne pouvait la comprendre. Sortant de cette secousse neurale pour reprendre sa lucidité immédiate, Melody pu alors être première témoin d'un événement ô combien surprenant.

Du placard demeuré ouvert d'où Seth avait tiré une cocotte dans le but d'anéantir la créature abattue, une tasse en porcelaine de moyenne facture calée dans un angle s'extirpa soudainement, sans que rien ne l'ai touché. L'objet soulevé dans les airs par une force invisible se projeta de lui-même à toute vitesse en direction de Seth, alors au niveau de l'évier à l'opposé et déplaça l'air qui frôla de grande justesse son oreille, manquant de le percuter de plein fouet. La tasse acheva sa course à quelques dizaines de centimètres, s'explosant littéralement contre l'arche de la fenêtre juste devant l'homme et dispersant des dizaines de morceaux et plus encore de miettes de parts et d'autres, de quoi non seulement le surprendre, mais aussi alerter les potentiels autres occupants moins scrupuleux qui n'auront pas manqué de percevoir ce bruit portant.

C'était brutal, inattendu et assurément inexplicable, ou presque. Aucun d'eux n'avait touché cet objet, pourtant Melody pouvait avoir la sensation qu'il y avait quelque chose de plus, qui la concernait. Comme si son inconscient avait voulu lancer cette arme improvisée sur Seth pour... le punir ? Lui donner une bonne leçon ? Il n'y avait assurément aucune certitude sur la raison et la manière dont c'était arrivé, mais elle l'avait fait. L'heure n'était néanmoins pas forcément à la réflexion car de nouveaux râles bien plus enragés s'exclamèrent de l'étage qu'ils ne voyaient pas.


Eléments scénaristiques:
 

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mar 1 Sep - 13:40
Son compagnon fini par tout lâcher sur le sol et se montrer raisonnable sauf qu'à nouveau il ne dit pas un seul mot pour expliquer son geste, non il se contente de la regarder et de se mordre la lèvre. Ce qui a le don d'agacer fortement Melody de le voir faire, à croire qu'il a rien capté de leur engueulade de tout à l'heure, elle aurait sans doute du y aller encore plus fort pour bien lui faire comprendre qu'il doit se secouer et réagir. Malgré elle la voilà qui repense à son défunt mari et aux moment fortement animés qu'il y avait entre eux deux des fois, de l'amour, de la passion, des éclats de voix, des réconciliations mouvementées, un tango permanent, de la vie quoi. Pensée furtive alors qu'elle fixe toujours Seth de ses yeux émeraudes ce qui ne l'aide pas à ne plus être énervée contre lui, énervée contre elle même également, pourquoi a t-elle cédé à cet homme ? Elle aurait du se douter qu'il y aurait un problème à un moment donné. Mais elle est aussi furieuse parce qu'elle tient à lui et que de nouveau il lui fait peur en agissant comme il vient de le faire.

Alors qu'il ne dit toujours rien, elle le regarde commencer à s'éloigner pour aller elle ne sait où, ses doigts se crispent sur l'arbalète qu'elle tient toujours en main. Elle est à deux doigts de lui voler de nouveau dans les plumes, d'ailleurs cela ne lui ressemble pas de rester énervée plus que nécessaire contre quelqu'un, quand d'un coup elle a l'impression qu'un courant électrique lui parcoure le corps la tétanisant sur place. Lui donnant également l'impression de partir dans un monde parallèle ou quelque chose dans le genre alors que ce phénomène est loin d'être agréable et relance quelque peu son mal de tête latent depuis depuis la veille au matin. Impulsion électrique qui disparaît aussi vite qu'elle est venue ou presque et qui la replonge dans l'instant présent.

Enfin l'instant présent c'est vite dit...Alors que la brune peut voir, du coin de l'oeil, une tasse quitter seule son logement dans un placard pour être propulsée comme par une main invisible en direction de Seth. L'objet volant partant frôler la tête de son compagnon avant d'exploser en mille morceaux un peu plus loin ce qui la fait sursauter et émettre un léger couinement de stupeur. Son cœur bat la chamade, son souffle fait des ratés alors que ses yeux s'ouvrent grand de surprise à cet événement plus que perturbant. Ses doigts se détendent et son arbalète glisse sur le sol pendant que sa main gauche vient se poser sur sa bouche ouverte sous l'effet de ce qu'il vient de se passer. Elle reste ainsi quelques secondes avant de se mettre à cligner des yeux à toute vitesse pendant que les questions commencent à affluer dans son esprit. Comment cette tasse a pu bouger ainsi alors que personne ne l'a touchée ? Quelqu'un qui a fait ça ? Si oui pourquoi ? Et pourquoi est-ce Seth qui a été visé ? Est-ce qu'il y a quelqu'un d'autre avec eux dans la maison ?

D'un coup, Melody a la sensation de manquer d'air et par réflexe, elle s'appuie à l’espèce de comptoir de la cuisine américaine. Posant ses deux mains à plat sur l'épaisse planche de bois, la tête baissée et son front qui vient se reposer lui aussi sur la planche, le regard rivé sur le sol, elle se force à respirer le plus calmement possible. Non ce n'est pas possible que … ? C'est même impossible, elle se refuse de croire cela et pourtant cela pourrait être vrai. Pourquoi les autres et pas elle ? Alors qu'elle a vécu la même chose qu'eux. Elle repense à Jimmy et au soin de son épaule bien trop rapide pour être vrai surtout sans aucun ustensile ou artefact, à James qui l'aurait fait par deux fois, à sa conversation avec Samuel lors que leur seule excursion. Ou à la veille quand elle a dit à Frida que si c'est bien réel. Pourquoi est-ce si facile de croire que c'est vrai sur les autres et de dire que c'est impossible sur soi même ? Non, non, non, ça ne peut pas être ça !

Elle sent la nausée revenir et elle cherche à tout prix à éviter la suite en tentant toujours de respirer le plus profondément possible alors que son esprit reste englué dans ses questionnements qui tourne en boucle. Elle en a la bouche pâteuse, un goût amer dans la bouche et ignore tout de la réaction que peut avoir Seth pendant ce temps là. Il aura pu lui parler comme ne pas le faire qu'elle ne s'en sera pas rendu compte sur le moment, tout comme s'il s'est éloigné ou non, elle ne sent pas sa présence, trop focalisée sur ce...cette...cet « événement » on va dire, incapable de réagir à quelque chose là. Enfin jusqu'au moment ou elle entend un grand boum pas très éloignée d'elle et qui la fait sursauter, réussissant à l'extraire de son monde à elle pour revenir à la réalité.

Elle se redresse de sa position bien trop rapidement, ce qui lui vaut d'avoir la tête qui tourne quelques instants alors que sa nausée est loin d'être de l'histoire ancienne. Déglutissant comme elle le peut, Melody se met à chercher du regard l'origine du boum, qui vient de se produire, pour découvrir deux mètres plus loin que sa position de départ, que quatre zombies viennent de percuter la baie vitrée du salon. Les rôdeurs écrasent leur tête contre la vitre, la tapant de leurs mains, tous plus pressé l'un que l'autre de franchir l'obstacle de verre pour venir festoyer sur les deux personnes vivantes à l'intérieur. Elle se surprend à relever qu'il y a deux hommes, une femme et un adolescent et qu'à chacun d'eux il manque des morceaux de chairs à droite et à gauche qui laissent apparaître leurs os, leur sang à moitié coagulé se répandant partout sur eux.  Vision d'horreur qui met un terme à sa capacité de contrôler sa nausée et lui fait rendre le peu qu'elle a grignoté avant de partir.

Ce qui lui fait une sorte d’électrochoc et reprendre pleinement conscience de la réalité, s'ils ne bougent pas très vite avec le bruit qu'ils ont fait, c'est un coup à finir encerclés de toute part. Même de l'intérieur de la maison, alors qu'elle tilte que les bruits à l'étage ont redoublés d'intensité. Elle ne sait pas ce qui se cache en haut mais vu la violence des bruits, elle n'a pas du tout envie de voir quoi que se soit, de voir quel troupeau fait ce boucan, ni ce qui va bientôt céder là haut, une porte sans doute. Tout ce qu'elle voit c'est qu'ils doivent bouger et vite avant que l'excursion ne se termine mal, bien que cela serait dans la continuité de la matinée...

Faisant marche arrière, elle se retourne pour ne plus avoir les zombies sous les yeux, revenant à son point d'origine contre le comptoir, elle se baisse pour ramasser son arbalète. Ses doigts envoyant valdinguer dans un cliquetis un duo d'objets un peu plus loin sous un petit meuble, elle se saisit de l'arme de jet avant de se redresser. Prête à déguerpir de là, elle cherche Seth du regard avant de regarder là ou se tenait les conserves avant que tout se produise, elle peine à se souvenir de ce qu'elle a fait quelques minutes avant. Ce n'est qu'en voyant l'espace vide sur lequel était posé les boites qu'elle se rassure, ça sera toujours ça qu'ils ramèneront au campement.

Melody ouvre la bouche pour parler quand elle percute d'un truc et au milieu du vacarme produit par les zombies, elle se met à chercher sous le petit meuble ce qu'elle a bousculé juste avant. Rajoutant un peu plus de bruit dans l'ambiance du moment, la brune tire le meuble de quelques centimètres, non sans peine, avant de se mettre à genoux et de glisser sa main dessous. Elle tâtonne quelques instants avant de mettre les doigts sur ce qu'elle cherche. Ramenant l'objet à elle, elle le prend à pleine main avant de se redresser, calant d'abord comme elle le peut l'arbalète sur son épaule, elle fini par entrouvrir ses doigts : Elle n'a pas rêvé ce sont bien des clés ! Deux clés pour être précis, une petite qui devait servir à elle ne sait quoi mais c'est surtout l'autre qui l'intéresse, la clé d'un véhicule.

Cruel dilemme qui s'empare d'elle juste après cette trouvaille plus qu'inattendue : garder les clés et essayer de revenir plus tard au risque que le coin soit saturé de zombies ou prendre le risque maintenant d'aller voir ce qu'il y a dans le garage. Encore faut-il qu'il y ait toujours un véhicule dedans...Ce n'est pas parce que la maison n'a pas l'air d'avoir été visitée que c'est vraiment le cas surtout en voyant et entendant les présences autour d'eux. De plus il suffit de quelqu'un s'y connaissant un peu pour que le véhicule ait été fauché sans clé, sans parler que cela pourrait être une simple clé de secours. Du style de celles qu'on garde pour les cas d'urgence et qui finissent oubliées dans un coin. Elle pèse le pour et le contre rapidement, revenir plus tard ou y aller maintenant, et le maintenant fini par l'emporter malgré les rôdeurs qui tambourinent à la baie vitrée et à l'étage. D'autant plus même, car justement vu le bruit produit, d'autres morts-vivants vont bien finir tôt ou tard par rappliquer. Et l'ultime argument, la faisant pencher pour le maintenant, est le souvenir de la réunion de la veille, pendant laquelle il a bien été mit en avant que faire la route à pattes pour certains coins était à la limite du faisable.

Finalement, la brune glisse les clés dans sa poche et reprend son arbalète bien en main puis l'arme, avant de se diriger vers la porte qui doit mener directement dans le garage. Pouvant se permettre de ne pas trop faire attention au bruit qu'elle produit en se déplaçant, vu qu'il serait couvert part le boucan des zombies, elle arrive au niveau de la dite porte et colle son oreille contre le bois. Elle cherche ainsi à entendre si elle n'aura pas de mauvaise surprise en l'ouvrant, mettant bien une bonne minute à percevoir que le garage a l'air vide de zombie, du moins derrière la porte. Melody se recule un peu pour d'une main, bras tendu, tourner la poignée et débloquer la porte, reprenant vite l'arbalète à deux mains, elle se déplace juste ce qu'il faut pour pousser la porte avec le pied. Celle ci s'ouvrant en couinant longuement, la demie écossaise ne l'a pas poussée avec assez de force pour qu'elle s'ouvre vite.

Le garage est plongé dans l'obscurité et point positif, ses oreilles ne l'ont pas trahie, rien ne surgit par la porte ouverte. Ce qui ne veut pas dire que rien ne se cache là dedans. Par contre une odeur de pourriture s'échappe de la pièce fermée, ce qui la fait tousser de dégoût et appuyer son nez contre sa veste quelques instants. Une profonde inspiration par la bouche pour se donner du courage et lutter contre l'odeur, Melody avance à petits pas vers le garage, se retrouvant sur le seuil. Laissant ses yeux s'habituer à l'obscurité ambiante, elle continu de ne respirer que par la bouche pour éviter au maximum de se prendre cette odeur dans le nez, ce qui n'est pas probant par ailleurs...Le peu de jour filtrant par la porte du garage et la petite lucarne au fond, lui permettent dans un premier temps de définir les contours de ce qui se trouve dans la pièce.

Et ce qu'elle découvre la laisse sans voix là, non seulement un véhicule se trouve bien dans le garage mais pas n'importe lequel, non cela a tout d'un gros truc, enfin moyen gros. Oh god, c'est son jour de chance peut-être finalement ?! Enfin elle en est pas encore là, faut-il encore que rien ne vienne se mettre en travers de sa trouvaille. Seth, un ou des zombies, le véhicule lui même. D'ailleurs ses yeux s'habituant de plus en plus au peu de luminosité, elle peut maintenant définir qu'il s'agit là d'un camping-car qui ne serait pas de première jeunesse, enfin de dernière génération. À pas de loup, elle poursuit son entrée dans le garage, essayant d'écouter ce qui l'entoure malgré le vacarme d'à côté. C'est le cœur battant vite, qu'elle arrive à la porte latérale du camping-car, de nouveau elle essaye d'écouter que rien ne se trouve dedans avant d'essayer d'en ouvrir la porte.

Cette dernière s'ouvre sans résistance, ce qui la surprend un peu, elle s'attendait à le trouver fermé à clé, un oubli ? Un excès de confiance de son propriétaire légitime avant l'apocalypse ? Le mec ayant confiance en ses voisins et qui ne s'imaginait pas une seconde qu'on viendrait lui piquer son engin. Une vraie aubaine se dit-elle alors que toujours prudemment elle grimpe dans le véhicule devant se fier uniquement à ses oreilles pour chercher s'il y a du mouvement quelque part. Se faisant dans le même temps la réflexion que l'odeur de pourriture est presque inexistante à l'intérieur. Elle laisse filer plusieurs minutes à tout écouter avant de se glisser tant bien que mal à l'avant du camping-car, vers la cabine et le volant.

Là encore tout est en ordre et maintenant elle hésite entre tenter de le démarrer avec la clé trouvée et aller ouvrir la porte du garage. Hésitation de courte durée, il vaut mieux ouvrir d'abord et chercher à démarrer ensuite, non parce que si le moteur se lance, cela fera du bruit et va rameuter d'autres zombies, déjà que là elle ne sait pas s'il n'y en a pas devant la maison ou déjà dans la maison vu qu'ils ont laissé la porte d'entrée ouverte...Oh wait ! Melody accélère les mouvements et cette fois elle ouvre la portière côté conducteur pour aller aussi vite que possible vers la porte du garage et l'ouvrir. La porte résiste, rien à faire pour l'ouvrir...Fermée à clé...Hum, sortant les clés de sa poche, elle tâtonne pour trouver un trou de serrure et essayer la petite clé dedans.

Clac ! La serrure cède et la porte daigne s'ouvrir, Melody récupère rapidement les clés dans un soupir de soulagement de bref durée d'ailleurs. En ouvrant totalement la porte du garage, elle peut voir à une centaine de mètres droit devant et en déplacement dans sa direction, un troupeau d'une dizaine de rôdeurs. Elle ravale sa salive et cours jusqu'au camping-car dans lequel elle grimpe avant de mettre la clé dans le démarreur. Dans la panique de ce qui approche, elle fait tomber les clés sur le plancher et la voilà qui perd une précieuse minute à mettre la main dessus. Une nouvelle profonde inspiration là pour contrôler ses mouvements et cette fois elle met la clé en place, elle vérifie rapidement, le point mort et tout ce qui avec avant de tourner la clé.

L'engin gronde et toussote encore et encore, il n'a pas du tout envie de se faire démarrer, à dire vrai, Melody ne sait même pas si la batterie a encore du jus, bien que les voyants du tableau de bord s'allument. D'un coup d'oeil elle regarde la jauge d'essence pour voir si le réservoir est à sec ou non...Il a encore de quoi rouler un peu. Elle insiste encore et encore sur cette clé, sur les pédales et tout ce qu'elle pense qui pourra l'aider à vite lancer le moteur. Gardant l'oeil sur la dizaine de rôdeurs en approche, elle stress de plus en plus et au moment ou elle va pour abandonner l'engin, le moteur daigne se mettre en marche. Il crachote, ralenti à lui faire penser qu'il va s'arrêter, elle appuie sur l'accélérateur dans l'espoir de le garder en vie, le moteur gronde un énorme coup avant de finir par ronronner plus ou moins comme il le doit.

Elle attend son compagnon bien entendu et ce s'il n'est pas déjà dans l'engin, elle vérifie que la porte latérale soit bien fermée avant de se lancer à faire avancer l'engin. Ce qui se fait dans un grand couinement alors qu'elle loupe le premier changement de vitesse, la boite ne va pas aimer ça du tout...D'ailleurs le voilà qui crachote de nouveau avant de repartir normalement. La suite reste tout de même chaotique alors qu'elle prend la petite route qui va les faire sortir là, vu qu'elle doit zigzaguer entre les zombies, en percutant deux au passage.

Le reste du trajet sera tout aussi silencieux, du moins de sa part, partagée entre son attention sur la route et ses pensées. Elle se repasse en boucle le phénomène qui s'est produit dans la cuisine avec la tasse qui vole et le reste. Ce n'est qu'une fois rendue à quelques mètres du campement qu'elle est réellement soulagée qu'ils aient réussis à rentrer en seul morceau, même si son esprit reste ailleurs elle y pense, tout comme elle pense qu'elle fera réellement ce qu'elle a dit à Seth : l'ausculter sous toutes les coutures avant qu'il ne la touche. Tout comme ce n'est qu'une fois l'engin stoppé dans le campement, qu'elle prendra le temps de mieux le regarder. Et si les autres disent quoi que se soit  sur cette trouvaille inespérée, pas dit qu'elle réponde, après tout son pouvoir s'est peut-être manifesté dans cette maison...

[Sortie du jeu]

Seth Willis

Anonymous
Invité
Jeu 3 Sep - 12:06
Alors que son compagnon fautif se nettoyait les mains comme il pouvait dans cette cuisine ou ils auraient plutôt eu tendance à mettre les bouts voila qu'une tasse lui frôle la tête venant s'éclater bruyamment contre le mur. Son coeur s’arrêta un instant la surprise, la peur, la tension. Il y en avait déjà assez des marcheurs pour ne pas en rajouter comme ça. Même si le geste de Melody avait été agressif il ne lui en voulait pas tant pour la tasse que pour l'inconscience dont elle même venait de faire preuve. Il se retourna pour la réprimander mais son visage se figea dans l'instant.

La vision de Melody en train de défaillir lui glaça le sang. Figé physiquement son esprit lui cavalait à cent milles à l'heure. Que se passait il ? Etait elle blessée ? Infectée ? Est ce qu'il y avait quelqu'un dans la pièce qu'ils n'avaient pas vu ? La tasse viendrait il de cette personne ? Il se rapprocha d'elle posant sa main sur son épaule, moitié geste réflexe, moitié geste intelligent, évitant le contact de peau à peau direct mais à peine l'avait il touché, lui avait il demander ce qu'il se passait, alors que son attention qui était aller en premier à la brune, basculait sur le potentiel risque autour d'eux.

il ne fut pas déçu du voyage, retirant sa main machinalement il ne put que constater les zombis qui avaient perçut le bruit et s'étaient précipité contre la maison pour venir festoyer de chaudes entrailles. L'horreur de ces visages à moitié décharnés, déchirés le frappait encore une fois. Il avait moins de mal avec les morts vivants définitivement morts car sa maigre expérience de pompier l'avait malgré tout mit face à des situations assez sinistre. Accident de voiture, vieillard mort depuis des semaines ... Mais voir ces corps animé lui rappelait à quel point ce n'était pas normal. A quel point c'était horrible autant à voir qu'à savoir.

Avec un petit wagon de retard sur Melody, Seth se remit en action sous l'adrénaline, la survie instinctive reprenant le dessus sur les réflexions pleinement conscientes. Il retourna la ou il avait trouver le couteau qui baignait maintenant dans les reste du crane du marcheur, pour s'en saisir d'un autre, moins imposant cela restait mieux que rien et ils n'avait vraiment plus le temps de faire leur marché maintenant que rôdeurs les avaient repérés. Se tournant il vit Melody déjà sur le pied de guerre et partir vers le flancs et non l'entrée. Qu'avait elle en tête ? Espérait elle trouvé un véhicule ? Encore faudrait il pouvoir le démarrer ce n'était pas vraiment le moment de faire joujou avec des fils sous la colonne de direction.

Son esprit avait envie de lui faire envisager mille possibilités pires les unes que les autres mais son instinct le fit récupérer le sac avec la nourriture qui pourrait peut être les sauver avant de rejoindre la brune espérant qu'elle avait plus qu'une tentative désespérer dans la manche à jouer. Se dépêchant de la rejoindre il vit en haut des marches des jambes mollement animées qui ne présageait rien de bon. Dedans, dehors, il n'y avait plus que l'urgence de toute part. Il bouscula fermement la porte qui le mena au garage celle ci battant contre le mur pour découvrir ce qui le stoppa dans son élan, un camping car. Quelques secondes s'égrainèrent avant qu'un bruit de chute dans les escaliers le ramener à la réalité

La porte du garage ouvert il se rend compte que si le salue est peut être devant lui, la mort est à quelques dizaines de mètre plus loin. Il cherche la brune du regard pour la voir disparaitre dans la cabine. Il ouvre la portière passager et jette son sac dedans, le couteau rejoignant le tableau de bord avant qu'il ne grimpe dedans à son tour et chevaucher leur engin motorisé vers l'infini et l'au delà !

[Fin de Jeu]

Evènements

Anonymous
Invité
Dim 6 Sep - 2:02


Excursion Validée

Récompense(s) :
L'équipe repart avec un Camping Car Blucamp Ford , un Couteau de cuisine et trois Rations de nourriture.

Conséquence(s) :
Melody gagne 5 points de moral.

Vous avez consommé :
Le Camping Car vous permet de rentrer à bon port au campement mais ce dernier est à sec. L'essence du Camping Car a été consommée.

Les Scénaristes
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: