Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

L'avenir se joue autour du feu - 26/01/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Jefferson :: Vie de camp

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Mer 19 Aoû - 14:11
L'intervention de Frida était juste parfaite et honnête venant d'une jeune femme n'étant là que depuis trois jours, au moins celle ci participe à ce qu'il se passe et nul doute à ce qu'il se passera à l'avenir. Pas comme d'autres qui sont de vrais fantômes et qui finalement ne sont que des poids morts pour le groupe, à part prendre de la nourriture sur les maigres stocks, ils ne font rien. Melody se demande d'un coup ce que ferait Matthew avec eux, lui qui les avait bien mit en garde que s'ils veulent rester tous, ils ont intérêt à bouger leur cul. Pensée vite détournée par la prise de parole d'Ivy qui aux yeux de la brune se montre raisonnable dans un premier temps avant de partir sur un laïus sans fin pour terminer sur un "je te ménage la chèvre et le chou" avant que James ne mette son grain de sel ou plutôt ne s'énerve contre le groupe. Il a de la chance que la demie écossaise soit fatiguée et que la réunion doit continuer à rester calme sinon elle lui volerait dans les plumes là. Tout comme elle l’interromprait volontiers.

Le reste des paroles de James n'est qu'à moitié entendues alors qu'un mal de crâne commence à pointer son nez, l'obligeant à se masser les tempes.  Il peint un tableau plus que noir de l'aéroport et avec ce qu'il débite, il va finir par transmettre son pessimisme au reste du groupe, ce n'est pas comme ça qu'ils doivent fonctionner, pourtant en tant que médecin il devrait être le mieux placé pour savoir que les gens ont besoin de garder espoir en l'avenir...Et son mal de tête n'est pas près de passer alors que Samuel en rajoute une énorme couche là pour essayer par tout les moyens de garder la faveur des foules de son côté, retournant les choses pour que les autres pensent que ce qu'il dit est des plus naturel. Melody mettant enfin le doigt sur ce qu'elle pressentait le concernant, c'est un putain de manipulateur, bien qu'intérieurement elle doit bien avouer qu'il a bien mené sa barque sur ce coup là. Mais si elle, elle le voit les autres le verront sans doute aussi, il n'a pas à faire aux "demeurés" dont il avait l'habitude avant.

Puisque Seth ne dit rien et que Elizabeth en fait à peine plus, résumant le tout à un il faut qu'on vote, elle se retrouve de nouveau avec le tour de parole en main. La belle brune commence donc dans l'ordre de ses pensées qui va avec l'ordre de parole des autres.

- James, promit demain je te donne même des cours de chirurgie.

Comprendra t-il qu'elle lui dit ainsi de ne pas se mêler de ce qu'elle sait et sait faire, petite pique qui n'a certes rien à faire là mais dont elle ne peut s'empêcher, sinon elle ne serait plus elle même. Qui bien entendu est vite dissimulée par ses autres paroles pour le médecin et même pour tous à la fois.

- En tout cas on le savait déjà que le secteur B et l'aéroport sont pleins de zombies, c'est noté sur votre registre d'exploration et 'Liz l'a dit juste avant toi, néanmoins on a tous besoin de croire en quelque chose, on a tous besoin d'espérer qu'un de ces jours, même au milieu de l'apocalypse on retrouvera un semblant de vie, on a tous besoin d'espérer qu'on ne passera pas chaque minute à avoir peur. Donc oui parler de cultures et autres artefacts de luxe comme tu dis est une excellente chose pour le moral de tout ceux présent et qui sortent dans ce merdier tout les jours, croire en un avenir meilleur ne peut qu'être bénéfique pour nous tous.

Au passage il est à noté qu'elle redresse ainsi l'erreur de Samuel qui a confondu les secteurs parlant bien du B et non du D pour les zombies même si effectivement pour le D, ils n'ont que la carte. Le D étant le coup de poker exprimé par Seth puis elle et James.

- Toujours est-il que oui il ne serait pas facile à vider mais en l'état actuel justement il a encore pleins de choses à nous offrir parce que les zombies y sont pour le moment, tout comme on peut le vider mais personne n'a dit que cela sera fait demain. Même si on doit partir personne ici, je pense, ne parle de le faire dans l'urgence sans savoir ou on va. Mais je maintiens que le secteur A n'est pas une bonne option, on parle de trouver un lieu ou on pourra rester le plus longtemps possible hors le secteur A n'est pas du tout fait pour cela, comme je l'ai déjà dit il offre trop de visibilité à un sniper et même en admettant que Ivy et James aient raison et que l'autre nous veut vivants, quand il en aura marre qu'on "l'ignore" et qu'on ne le rejoigne pas, qui sait ce qu'il fera, nous tirer comme des lapins, nous enlever. Alors certes pour ça il peut le faire partout mais le secteur A et son absence quasi totale de zombies est un avantage aussi pour lui, pour cacher un ou des hommes et nous chopper à la volée.

Finalement tout est trop frais là, on risque de continuer longtemps, c'est pour cela que quoi que l'on décide maintenant, on devrait tous partir en excursion demain, viser le secteur A, le secteur B voir même le C de nouveau puisqu'il jouxte le B, qu'on se remette bien en tête les lieux.


Melody regardant plus particulièrement Samuel maintenant et après une courte inspiration elle reprend.

- Merci Samuel de dire que tu as confiance en moi mais moi je n'en ai aucune envers toi et pour le moment du moins, je n'aimerai pas te voir mener quiconque.

Tu veux tout simplement nous diviser ? Hors on ne peut qu'être plus fort tous ensemble, nous sept présents sans parler du fait qu'on a déjà pas assez de ressources alors si en plus on doit les diviser, ce qui au passage divisera les compétences qu'il vaudrait mieux garder en commun. Un seul groupe fort et uni.

Néanmoins si la majorité décide de te faire confiance et de faire deux groupes, toi à la tête de l'un et moi à la tête de l'autre, deux groupes égal deux chefs et donc je n'irais certainement pas là ou tu le veux. Deux groupes alliés certes mais bien distincts.


On ne peut pas faire plus limpide comme opinion et elle espère vraiment que les autres vont se rallier au un seul groupe tous unis.

Frida Rivero

Anonymous
Invité
Mer 19 Aoû - 18:09
Frida se prenait la tête dans les mains, plaquait ses cheveux en arrière et se grattait la tempe à tout bout de champ face à ce flot d'informations et points de vue qui se contredisaient sans cesse.
Déjà qu'elle n'était pas bien vive d'esprit à la base, s'était un peu trop de données qu'elle devait ingurgiter d'un coup…

Quand ce fut à son tour de prendre la parole, elle se mordilla l'intérieur de la joue tout en jetant un bref regard à l'ensemble des personnes présentes, puis haussa les épaules.

« J'vous avoue que vous m'avez un peu paumée avec vos conneries là… Mais en tout cas j'reste sur ma position, faut qu'on reste groupé. Sérieux quoi, c'est pas l'moment d'se disputer pour savoir qui sera le chef ou pas, on s'en contre-carre le fion ! Si ça vous chante, y'en a un qui s'ra le chef officiel on va dire, et l'autre son bras droit, et puis c'est tout. »

Elle se masse un instant la nuque en grimaçant avant de reprendre.

« T'façon j'veux pas dire, mais autant vous avez tous les deux l'air de savoir c'que vous faite, autant j'suis pas très rassurée sachant quoi toi t'as carrément péter un câble hier après...c'qui s'est passé,» dit-elle en désignant Samuel, avant de se tourner vers Melody, « et toi, tu dis que tu fais confiance à personne, mais dans c'cas, pourquoi on te ferait confiance en retour ?  Moi-même, j'vous l'dis tout de suite, si on se retrouve dans une situation merdique j'vous fais pas confiance non plus, j'sais pas comment vous allez vous comporter ni rien, mais pour le reste… j'pense pas qu'aucun d'nous ait un intérêt à foutre les autres et donc soi-même également dans la merde. »

Elle se frotta un œil avec la paume de sa main, commençant à se perdre elle-même dans ces propos.
Elle souhaitait simplement que ces chamailleries stupides se terminent, et qu'ils terminent enfin de prendre une décision, quelle qu'elle soit. De toute façon, comme elle l'avait plus dit tôt, elle n'avait  d'autre option que de les suivre aveuglément dans leur choix étant donné ses connaissances presque inexistantes des zones alentours.

Elle aurait bien voulu ajouter d'autres choses, comme le fait qu'elle trouvait stupide de la part de la gamine de penser qu'il ne fallait pas prendre en compte le Marchand dans leur choix. L'ignorer ? Le faire enrager ? Comme s'il n'était pas assez dangereux comme ça ! Il avait forcément plus de moyens qu'eux, et comme elle l'avait dit, il ne tarderait probablement pas à savoir le lieu de leur nouvelle cachette. Et c'est justement pour cela qu'il leur fallait un abri qui les protégerait au mieux de ce malade.
Mais elle n'avait pas envie de partir dans des débats inutiles, déjà lassée que cette réunion s'éternise autant.

« Bref peu importe, qu'on en finisse… » fit-elle en balayant l'air d'un revers de main, une expression un peu agacée sur le visage, « tant que vous nous choisissez pas un coin pourrave que le Marchand pourrait faire cramer pendant notre sommeil, et où on est a peu près sûrs de pas se faire bouffer par des salop'ries d'zombies, je vous suis… ! »

Elle fit claquer ses mains sur ses cuisses croisées en tailleur, avant d'entrouvrir la bouche, semblant vouloir poser une question qui resta bloquée dans sa gorge. Elle plissa les yeux et se pinça les lèvres, avant de finalement s'adresser à James.

« Par contre…. J'vais p't-être passer pour une grosse blonde, mais ton histoire de pouvoir, c'était pour déconner hein… ? » demanda-t-elle avec une mine un peu gênée, n'osant pas trop regarder les autres qui allaient probablement se foutre royalement de sa gueule. Des pouvoirs… et puis quoi encore.. ? Après avoir été ressuscités, ils allaient maintenant former la nouvelle version post-apocalyptique de la Ligue des Justiciers à ce rythme.. !

Ivy Lockhart

Anonymous
Invité
Mer 19 Aoû - 20:35
J’écarquillais les yeux, légèrement surprise, par la première réaction de James qui semblait se laisser déborder par ses émotions, juste avant qu’il ne temporise ses propos en s’excusant. Je lui adressais un léger hochement de tête compatissant, sans même savoir s’il le remarquerait. Nous étions tous épuisés par les derniers événements de toute manière, et visiblement tout aussi tendus. Et vu l’importance et les répercussions de la décision que nous avions à prendre, ça ne pouvait que rajouter de l’huile sur le feu.

Puis ce fut au tour de Samuel de reprendre la parole, poursuivant sur sa lancée de vouloir scinder notre groupe en deux. Je ne pus contenir un soupir d’exaspération en secouant la tête. Quand bien même ses arguments étaient solides et largement recevables, je n’arrivais pas à me faire à l’idée qu’il faille nous séparer ; même si avec ses explications, une division pouvait aussi présenter certains avantages. Pour résumer, plus nous tentions de clarifier la situation, plus celle-ci devenait trouble, vaseuse et opaque. Manquions-nous plus de choix ou de jugement dès à présent ? Je me grattais à nouveau le cuir chevelu en réfléchissant à tout ce qui avait été dit, présenté, évoqué ou désavoué. Putain mais quel bordel c’était devenu en moins de vingt-quatre heures…

Lentement, je tournais mes noisettes sur Elizabeth alors qu’elle semblait elle aussi se rallier aux propos de James concernant la dangerosité actuelle de l’aéroport, et la solution passagère offerte par le Secteur A. Ôtant mes lunettes, je finis par me masser les paupières lentement, essayant de mettre de l’ordre dans mes idées, alors que mon esprit commençait très sérieusement à saturer d’informations et de réflexions. Une gymnastique pour laquelle je n’avais pas encore complètement retrouvé mes facultés ante-mortem. Au moins ma compagne de tente avait-elle eu l’idée, simple et efficace, de vouloir lancer un vote ; mais visiblement pas suivie par un Seth resté muet, au contraire de sa compagne qui renchaînait de plus belle en s’en prenant à James pour commencer.

Secteur A. Pas Secteur A. Secteur A. Pas Secteur A. Cette partie de ping-pong idéologique commençait à sérieusement me gonfler et user ma patience. Melody ne voulait pas que l’on se sépare, et si j’étais totalement d’accord avec elle sur ce point, j’avais cependant beaucoup de mal à comprendre sa vision des choses : comment pouvait-elle avancer l’idée d’un groupe fort et uni si elle était la première à ne faire confiance à personne ? C’était totalement antinomique.

D’ailleurs, la réaction et les propos de Frida qui suivirent ne manquèrent pas de m’arracher un mince sourire en coin accompagné d’un haussement de sourcils amusé. Si je ne connaissais rien de cette fille, je commençais par contre à bien apprécier son franc-parler. Néanmoins, sa question sur les pouvoirs m’étonna quelque peu, bien que je laisserais à James le plaisir de lui faire gober ça en plus du reste… J’avais pour ma part déjà donné avec Brooks, et je ne comptais pas passer pour une folle délirante encore une fois. D’ailleurs, il me semblait que la parole m’était à nouveau revenue, bien que pour le coup, j’estimais avoir assez usé de salive comme ça lors de ma salve précédente. Aussi commençai-je par pousser un long soupir trahissant ma lassitude, avant de poser mes noisettes sur Melody en premier lieu, puis parcourir l’assemblée du regard.

“Tant qu’on fera pas l’effort de se faire un minimum confiance, j’suis désolée, mais nous ne serons pas un groupe fort et uni ; juste des types forcés de se supporter les uns les autres. A ce compte-là, autant tous se tirer dans notre coin et advienne que pourra…”

Poussant un autre soupir et secouant la tête en me mordant la lèvre inférieure dans une mimique affligée, je me relevai lentement, m’époussetant le cul puis les mains, braquant à nouveau mon regard sur Melody.

“Tu ne veux suivre personne, c’est ton choix. Tu ne veux faire confiance à personne, c’est ton droit. Mais j’te suivrais pas non plus. Aucune unité solide ne pourra se bâtir sur de la méfiance, donc autant choisir son camp dès maintenant. Pour ma part, j’en ai ma claque de cette discussion qui tourne en rond... Puisque Liz’ a appelé à voter, ce sera le Secteur A comme nouveau point de chute ; et même si l’aéroport me plait plus, James a raison. On est pas encore prêts pour ça.”

Je glissais un regard en direction de Samuel, fronçant légèrement les sourcils, mes prunelles luisant de quelques éclats de reproches malgré tout. “J’te fais suffisamment confiance pour te suivre là-bas et t’aider à barricader une baraque, mais j’laisserais pas Elizabeth derrière moi donc… Fais c’que tu sais faire.”

Je lançais un dernier regard complice vers Elizabeth, accompagné d’un mince sourire triste.

“Maintenant vous m’excuserez, ou pas d’ailleurs, mais j’ai du boulot…”

Sur ces derniers mots, je quittai le groupe, fourrant mes mains crasseuses dans les poches de mon pantalon, ayant hâte de retourner auprès du camion pour me changer les idées, et surtout penser à autre chose que les événements de la veille.

James F. Everett

Anonymous
Invité
Jeu 20 Aoû - 0:05
La tournure de cette réunion n'était pas forcément positive. Leurs points de vue s'entrechoquaient et ils étaient tous épuisés. Se décider paraissait plus que bienvenue, mais voilà que Samuel, qui n'a pas relevé les différents tacles d'autres personnes présentes développe son idée et s'efforce d'exposer les points positifs de son plan. Chose déjà avérée depuis hier où il a pu voir que l'homme semblait prompt au dialogue intelligent et non à l'impulsivité, il y était favorable et appréciait assez cet homme pour le peu de temps passé avec lui dans sa tente - sans arrière pensée. Cependant, il n'oubliait pas que ce n'était qu'une impression, il ne le connaissait pas, pas plus que les autres et d'un certain point de vue les deux faits s'annulaient dans le contexte.

Seth resta silencieux, encore. C'est à peine si il avait participé, il se dit en réalité qu'il n'avait pas été le genre à s'impliquer depuis le début et plutôt à rester dans son coin. Cela-dit même si lui-même s'était impliqué, il avait aussi fauté au complexe et le jour suivant, il n'était pas spécialement le plus assidu et ne jugerait donc pas. Melody passait à l'attaque et prenait très mal ce qu'il avait dit, là où il avait seulement souhaité montrer qu'une sortie de nuit était dangereux pour eux tous, elle y voyait une remise en question de ce qu'elle savait faire ou non.
C'est vrai, il n'avait peut-être pas choisi les bons mots, après tout l'humeur n'était pas à l'extrême sociabilité et il se contenta de détourner le regard en secouant légèrement la tête et en se redressant sur son assise, ne voulant pas y répliquer. C'est davantage Frida qui l'intrigua. Elle était nouvelle et se faisait une joie d'être honnête tout en se lavant soigneusement les mains de toute implication et de toute décision, une place en or pour ne pas avoir à assumer quoi que ce soit et pouvoir monter au créneau sur un autre le moment venu. Cela ne le mettait pas tout à fait en confiance vis à vis d'elle malgré ses propres dires, il ne pourrait qu'observer la suite pour en avoir le coeur net. Là encore, ces pensées abrupts et impressives contrebalançaient avec le fait qu'il n'avait pas été totalement fiable pour pouvoir émettre un jugement.  

Elizabeth avait proposé un vote, c'était le plus intelligent en effet. Ils ne pourraient espérer l’utopie d'être tous d'accords sur la marche à suivre. Ils ne se connaissaient qu'à peine, avaient vécu des choses douloureuses et devaient maintenant prendre une décision du jour au lendemain après avoir enterré un ami. Même dans des conditions bien plus favorables, une direction unique était dur à obtenir. Finalement, c'est Ivy qui trancha la première en choisissant Samuel et le secteur A. Les dés étaient lancés et en ce qui concernait James, il devait par honnêteté emboîter le pas et afficher sa propre décision, ne serait-ce que pour ne pas éterniser le débat. Il avait choisi de s'investir concrètement et ne plus reculer, il le fera. Il commença par répondre à Frida quant à son interrogation sensible et inévitable.

« Ce n'était... pas pour déconner. » Dit-il avec mesure, se grattant l'arrière de la tête en essayant d'amener ça en douceur, lui portant le regard. « Je ne sais pas ce que c'est, d'où ça vient ni comment ça marche, mais il se trouve que j'arrive à me... connecter, aux autres. Enfin, j'arrive à soigner, à réparer les cellules. Ça m'a prit de court avec Calvin dans le semi-remorque quand on venait ici, ça a fonctionné avec Samuel quand je l'ai voulu. C'est étrange et complètement dingue, mais c'est le cas, faut bien l'admettre. Je crois qu'Elizabeth aussi en a un, peut-être que l'on en a tous un, peut-être que j'extrapole complètement. Je ne saurais même pas dire si ça à avoir avec notre retour à... ça. »

Il poursuivit en dressant légèrement les mains pour montrer l'autour, le camp, la région et le monde. Illustrant leur retour à la vie qu'il n'avait pas forcément une grande facilité à formuler. Après quoi, il laissa retomber ses mains sur ses genoux et les frotta énergiquement en reprenant d'un ton plus clair et moins doux, signe de son retour à la conversation faute d'avoir mieux à dire à Frida.

« Si l'on doit voter et être francs, faisons-le. » De nouveau il regarda Frida. « Tu dis que tu es perdue de nos conneries et que l'on s'en carre le fion. C'est sûr, tu dis ce que tu penses mais tu t'en laves aussi les mains. Je vous donne le fond de ma pensée cash mais je veux pas m'impliquer ni décider, je vous suis. Ça te permettra sans doute de pouvoir revenir à la charge pour taper sur un autre sans avoir rien à assumer quand il y aura des obstacles mais ça ne peut pas fonctionner comme ça. »

Maintenant, sa voix affirmait. Il n'agressait pas ni ne prenait un ton de reproche. Il s'efforçait bien au contraire d'entendre un ton amical et serein, pour se rattraper de son éclat de stress un peu plus tôt et montrer qu'il voulait simplement être honnête, comme la conversation le demandait. Il ne pouvait nier pourtant un fond de cette rage brûlante écrasant toujours son coeur, en pleine contradiction de ce qu'il voulait être et de ce qu'il était.

« On doit tous s'impliquer et décider de commun accord. Je me suis impliqué, comme j'ai pu. J'ai aussi merdé en évitant la mission du complexe et en disparaissant le jour suivant, j'en ai parfaitement conscience et je le regrette amèrement, mais je ne suis pas resté inactif. J'estime avoir tout de même mon avis à donner comme tout le monde ici même si ça peut déplaire. » appuyait t-il en passant le bleu clair de ses yeux à Melody, sûr de ses propos, puis il posa son attention au feu devant lui pour ne pas provoquer de confrontation. « J'entends des reproches vis à vis de Samuel quant à hier au soir, son plan et sa capacité à nous guider. Moi ce que j'ai vu, c'est un homme qui lors de notre... précédente réunion dramatique a tenté de dialoguer de façon intelligente et de calmer le jeu quand tout a dérapé, alors que certaines sautaient à la gorge, agressivité dehors, de Calvin et surtout de Ricky qui a souffert plus que nous, presque immédiatement et gratuitement. Un type qui a reçu du sang d'un homme abattu sous ses yeux. J'ai peut-être besoin de... cours de chirurgie mais je sais ce que c'est qu'un stress post-traumatique ou un traumatisme, et que celui ou celle ici qui prétend n'avoir jamais connu ça ni "déliré" face à ce genre d'atrocités soit désigné en menteur, menteuse ou sociopathe affirmé. »

Il passa le regard à tout le monde cette fois et revint à nouveau au feu en opinant du chef pour lui-même.

« On ne se connait pas, c'est un fait, ça viendra. En attendant on ne peut faire qu'avec ce que l'on voit et ce que l'on entend. Ce que j'ai vu et ce que j'ai entendu m'ont bien plus convaincu de lui faire davantage confiance pour ce rôle qu'il est prêt à assumer et puisque je ne le souhaite pas moi-même, la moindre des choses est de prendre sur moi et accepter le compromis, d'autant plus que je ne compte pas tenter le diable au secteur B. J'irais ainsi avec Samuel au secteur A. J'en ai assez dit pour aujourd'hui, je vais y aller, excusez-moi. »

Sans plus de cérémonie, il se leva et jeta une dernière observation au groupe, plus particulièrement à Elizabeth, avant de tourner les talons et s'éloigner en fourrant une main dans une poche et l'autre conservée pour se masser les yeux, en direction du périmètre. En fait, il en avait trop dit pour une seule journée, lui qui avait l'habitude d'être discret s'était mis plus en avant qu'il n'aurait dû, car cette colère qui le bouffait de l'intérieur n'avait fait que s'accroître avec cette conversation. Il fallait qu'il s'isole pour réfléchir, trouver un moyen d'apaiser ses démons, avant de fauter à nouveau. Il ne devait surtout pas fauter à nouveau.

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Jeu 20 Aoû - 2:37
Au contraire du précédent, ce tour là avait été plus calme, moins dense, bien plus facile à appréhender en somme. Pour le coup, ce fut assez inespéré tant son discours suscita de réponses personnelles, ce à quoi Samuel s'était évidemment attendu, peu importe le plan, c'était avant tout l'homme qui devait être mis à l'épreuve... Et cette fois, il n'avait pas un as de la gâchette pour donner l'exemple en le suivant aveuglément.

Quoi qu'il en soit, à l'image du modèle de dialogue qu'il s'efforçait de faire tenir, il garda le menton haut, préservant sa posture malgré sa position assise. Ainsi, malgré le fait qu'une partie de l'assemblée fut debout, il ne se sentit pas en position d'infériorité, sans doute que le fusil posé contre son pare-balle y était également pour quelque chose. De ce côté, impossible de savoir ce que les autres pouvaient penser d'un tel comportement.

De fait, il préserva également son calme et se tut malgré certaines répliques qui réclamait réponses rapides. Cela lui donnerait encore du fil à retordre pour discourir sans avoir l'air de passer du coq à l'âne. De son point de vue, Elizabeth voulait des réponses claires et nettes alors que Melody demeurait bien claire sur son propre sujet. Malgré le fait que le canadien ait bien spécifié qu'il n'avait aucune intention de la diriger, elle avait bien pressé le sujet et désirait suivre ses idées quoi qu'il lui en coute. Frida lui avait bien provoqué un bref froncement de sourcil en lui envoyant une pique à propos de sa santé mentale, mais il n'en tint finalement pas rigueur en sachant qu'il aurait mille et une occasions de s'expliquer auprès de cette personne là... Et raconter pour la énième fois le résumé de son dernier voyage d'agrément sur des terres étrangères.

Ensuite, Ivy et James eurent l'occasion de le surprendre, visiblement, en affirmant bien leurs personnalités respectives malgré leur moral visiblement bas. En revanche, le jeune homme ne se mentira pas, même lâché avec une certaine désinvolture, leur décision de le suivre gonfla son ego, assez pour qu'il se décide à se relever, lentement, pour garder la main droite serrée sur le canon de son arme posée au sol. Entre autre, il adressa plus distinctement un remerciement gestuel envers James pour lui avoir fourni ce qu'il ne pouvait lui-même formuler sans que cela ne se ressente inévitablement comme une tentative de culpabilisation de ses "adversaires" dans le débat.

Et ainsi, alors que le toubib s'en allait, il prit la parole, c'était à son tour et il restait des choses à éclaircir, au moins pour ceux qui n'avaient pas encore pris de décision :


"Pour cette fois, je vais procéder dans l'ordre. Tout résumer ne ferrait que rendre mon discours incompréhensible et impersonnel.

D'abord, Elizabeth... A dire vrai... Pour mon propre plan, car je ne saurais parler pour Melody, il est hors de question de forcer les gens à se séparer d'autres, mais il est tout autant hors de question qu'un camp demeure en sous-effectifs à cause de cela. Cela doit être réglé au cas par cas si nous nous séparons. J'admets que, honnêtement, si nous ne pouvons vraiment compter qu'avec ceux qui sont venus aujourd'hui, il me parait improbable d'arriver à constituer deux équipes autonomes et capables de répliquer en cas de problèmes.

Quant au matériel, j'ai bien entendu ça tout à l'heure déjà. Personnellement, je n'ai entendu personne se plaindre du fait qu'un fusil à pompe et un revolver dorment dans l'armurerie alors que je possède un pistolet à la prise en main facile. De même que je n'ai pas tellement l'impression que nous manquons de quoi que ce soit, hormis de nourriture, pour exploiter le peu de connaissances que nous avons récupérés ces derniers temps. Là, ce sont aux gens de se manifester si certains objets doivent être trouvés en priorités lorsque nous sortons.

Enfin, un vote c'est bien, c'est beau, c'est démocratique, mais vu notre nombre, c'est loin d'être une bonne chose. Et même si ça me fait plaisir de voir que Ivy et James se range à mon avis pour le secteur A, vous aurez tous notés qu'ils n'ont pas l'air d'adhérer à mon envie d'y demeurer, c'est ça la faiblesse d'un vote, prendre ce qui se rapproche le plus de son choix, pas juste suivre ni concevoir ses propres rectification du plan... Prendre le moins pire.

Bref, ça me déplait ça... Je ne peux pas dire que la forte personnalité indépendante et la méfiance de Melody me mettent plus en joie mais elle veut vraiment l'aéroport et semble convaincue que nous puissions le prendre et rendre cela plus sûr que la plaine. Elle est prête à se démerder pour mener ce projet et même si je n'y adhère pas dans l'immédiat, savoir que elle, elle se sent de pouvoir le faire, avec nous évidemment, me permet d'envisager plus sérieusement une solution à un problème que je ne peux régler par moi-même ou en combinant les compétences connues de chacun d'entre vous."


Un bien long discours pour des questions simples, à croire qu'il était incapable de donner des réponses directes, sans doute pas son style, tant pis. Quoi qu'il en soit, pour la suite, il se tourna bien vers Melody, tenant à s'adresser personnellement à elle sans pour autant se montrer plus vif.

"A dire vrai, moi non plus je n'aimerais pas me voir mener qui que ce soit... Si nous avions affaire à l'armée mexicaine. Heureusement, ce n'est pas le cas. Il est vrai que si nous devions partir à sept, comme je l'ai dit, l'idée d'avoir deux camps peut être remise en question, mais entre nous, si tu ne veux pas suivre mes directives sans que l'on se séparent... Cela implique que nous soyons tous sous tes ordres. Donc que nous suivions ton plan et tes directives, qui diffèrent au moins en partie des miennes.

Bref, ça coince à pas grand chose. Avec un nombre si réduit, je suis prêt à risquer de nous retrouver assiégés pour éviter que les deux groupes se fassent liquider facilement de leur côté, même si à la place du Marchand, le siège est exactement la technique que j'emploierais pour nous mettre à genoux, mais alors, nous ne pouvons ni nous en remettre ni à mon leadership, ni au tien... Ce qui peut éventuellement nous amener à cohabiter sur un ce poste."


Pour cette proposition, il sembla assez soucieux, cela perdura pendant qu'il enchaina les mots devant expliquer son inquiétude à ce sujet :

"Mais dans ce cas, nous devons garder à l'esprit que la cohésion doit rester notre objectif majeur, sans quoi, le groupe éclatera rapidement à la moindre divergence d'opinion. Bref, un conseil à deux têtes, si nous devons rester totalement soudés, c'est la seule solution que j’entrevois."

Laissant la jeune femme à sa potentielle réflexion, il tourna la tête en direction de Frida. James avait put éclaircir certains points, à propos de sa réaction d'hier comme leurs pouvoirs, mais quelques petites choses pouvaient être poussées afin de sortir quelques questions de son esprit... Ou en faire naître de nouvelles. Contrairement à ses précédentes prises de paroles, il sembla retrouver là une certaine force, sans aucun doute motivé par l'aspect très personnel qu'avait revêtu la remarque de la porto-ricaine.

"Hier soir, plus que jamais, j'ai été l'homme que j'étais avant ma mort. J'ai trainé un homme potentiellement mort jusqu'à un abri dans l'espoir qu'il survive ou me livre ses derniers mots. Ivy n'aurait peut-être pas du recevoir cette charge, mais Calvin méritait mieux que rendre son dernier souffle dans le sable en nous entendant nous enfuir... Celui que j'ai appelé dans la nuit n'a pas eu cette chance.

Et lorsqu'on sait que "ceci"..."


Il fit pivoter sa jambe gauche et tira sur la large ouverture de son pantalon de tissu afin d'exhiber le côté extérieur de sa cuisse ou demeurait une belle cicatrice bien visible mais, à dire vrai, pas très méchante, comme une entaille profonde faite par un couteau qui aurait été convenablement soignée.

"... n'était rien de moins que le tunnel laissé par une balle avant que notre bon docteur Everett ne réalise son miracle... Je crois fermement que j'étais loin d'avoir craqué et agit sans discernement. Au contraire.

Más vále prevenir que lamentar."


Sur ces ultimes mots révélant à haute voix la faiblesse de son accent mexicain, il délaissa son pantalon, masquant à nouveau sa cicatrice tout en laissant une bonne part de sa cuisse visible. Il se redressa pleinement, attendant les réponses de chacun et, pour le coup, en espérant fort qu'ils allaient pouvoir trouver un consensus rapidement et sans plus de prise de bec, même réalisées dans le calme.

Elizabeth R. Evans

Anonymous
Invité
Ven 21 Aoû - 0:26
Décidément, ils avaient tous décidé de se liguer en faveur de son mal de crâne qui lui vrillait de plus en plus les tempes. Et le froid, en dépit du feu crépitant devant lequel elle s'était installée n'arrangeait rien à son état.
Melody ne prit pas la peine de relever sa suggestion, et se replongea dans un argumentaire qui fit effondrer la tête de la brune entre ses bras joints au-dessus de ses genoux redressés. Définitivement, elle aurait béni quiconque possédait une aspirine en cette heure, mais elle ne voulait pas faire l'offense de s'éclipser en plein discours pour fouiller dans la caravane. Caravane par ailleurs scellée jusqu'à ce qu'un chef soit désigné.

Elle soupira, fermant les yeux, laissant ces derniers se reposer et se concentrant davantage sur son écoute puisque de toute manière, c'était tout ce qui importait.
Des paroles prononcées, elle releva la suggestion de Melody quant à faire des repérages sur l'ensemble des secteurs qui leur étaient accessibles, nota la débandade de Frida à donner un choix véritable, soulevé d'ailleurs par James. Elle prit en compte les intentions d'Ivy, qui lui fit par ailleurs relever la tête pour croiser son regard.
Elle sentait son courage s'enfuir à toutes jambes. Elle était bien incapable elle-même de dire quel était son véritable avis sur la question. Stratégiquement, aucune des solutions proposées ne semblait réellement intéressante et comportait un minimum de défaut. A long terme, elle restait persuadé que le secteur B était une position des plus intéressantes, mais il était vrai également qu'éradiquer la vermine qui s'y tenait prendrait énormément de temps et de ressources, choses qu'ils n'avaient pas pour le moment.

Et alors qu'elle se pinça les lèvres pour se retenir de faire une nouvelle suggestion, elle vit Ivy partir sans même connaitre le résultat de cette réunion. Ce départ, soudain, étonna franchement Elizabeth, si bien qu'elle en resta simplement muette, sans autre forme d'expression nappant son visage.
Ce n'est que lorsqu'elle entendit James prononcer son nom qu'elle sortit de sa torpeur, sans comprendre de quoi il parlait, mais interceptant son attention braquée sur l'afro-américaine.

Et puis, ce fut le retour des pugilats. Des reproches, encore et toujours. Ca parlait de confiance, ça parlait de réaction inappropriée, ça parlait trop à son goût. Ne savaient-ils pas discuter sans se faire des remarques les uns les autres à longueur de temps ? Pour sûr, ce groupe-ci serait bien loin d'être uni s'ils ne parvenaient pas à faire quelques compromis.

Le départ de James la secoua à nouveau. Pourquoi tant de désertion ? Et surtout, en lui lançant un dernier regard, comme Ivy, qui semblait lui dire : "vas-y, choisis maintenant. Nous on l'a fait sans même te demander ton avis".

A nouveau, ses lèvres s'entre-ouvrirent, pour ne laisser échapper qu'un mince filet d'air. Une expiration tout au plus avant d'être interpelé par Samuel.
Pourquoi s'adressait-il à elle ? Essayait-il de la convaincre de quelque chose ? On venait de lui balancer deux poids sur les épaules alors qu'elle n'arrivait qu'à peine à aligner une pensée avec elle-même, et voilà qu'on sollicitait son attention davantage.

Elle se pinça les lèvres avant de répondre.

"Si tu dis qu'il te semble improbable qu'à nous sept nous nous séparions et que la cohésion prime, tu serais donc prêt à laisser Melody mener les opérations en suivant les avis de la majorité après les repérages proposés ? Parce qu'en l'état, j'ai l'impression que ceux restés au campement préféreront partir dans leur coin..."

Elle porta son regard sur Melody.

"Et toi ? Tu seras prête à mettre de côté l'aéroport si les repérages attestent que, définitivement, le B n'est pas un bon plan à l'heure actuelle, et que le A fait meilleur choix ?
Oh, d'ailleurs... si vous tenez tant aux forêts, pourquoi ne pas s'établir en lisière de l'une d'elles ? On planquerait les voitures en bordure, sous des filets camouflages. Enfin c'est qu'une suggestion, mais si on part sur du temporaire, ça économiserait des ressources à barricader une maison ... . C'est p't'être une idée con, mais autant la poser... si ça peut en donner d'autres."


A défaut de pavé, elle préférait les petits cailloux...

Seth Willis

Anonymous
Invité
Ven 21 Aoû - 16:20
Seth qui s'était cantonné à un silence de complaisance avait donné son accord tacite pour un vote. Mais il ne s'attendait pas à ce qui allait suivre et à plus d'un titre. Melody qui affiche haut et fort qu'elle n'a pas confiance en Samuel, ce qui d'ailleurs lui arrache un léger sourire. Mais voir les autres lui balancer que si elle ne fait pas confiance aux gens pourquoi lui feraient ils confiance, cela le perturbe un peu. Il fronce les sourcils penchant la tête et garda cette interrogation pour après, ce n'était pas son tour de parler.

Frida est agacée de la tournure des choses, le conflit ouvert d'opinion, pourtant cela n'avait rien de violent et il fallait bien débattre de ses opinions, c'était bien le but d'une discussion de ce genre la. Enfin c'était à la limite de l'hypocrisie de penser cela se dit il intérieurement, lui qui n'avait pas répondu sur l'avis contraire de Samuel, mais il était tellement persuadé qu'il n'aurait pas gain de cause à voir l'homme lui répondre ...

Elle revient sur l'histoire du pouvoir qu'il avait lui aussi prit pour une plaisanterie mais James la dissuade ou tente de la dissuader car il fallait bien avouer que c'était un beau comte de fée qu'il lui servait. D'ailleurs Seth en secoue légèrement la tête dans une petite moue en coin qui en dit long sur le fait qu'il ne le croit pas. Aurait il abuser de la bouteille avant de venir ?

Au tour d'Ivy, de se mettre en rogne et de rentrer dans le gras de Melody qu'elle n'avait guère. Elle s'énerve et d'ailleurs plaque la réunion après avoir balancer son avis qui était plus la pour aller contre Melody de ce qu'il avait l'impression que pour une vraie réponse constructive. Cela le scotcha un peu et James qui s'il le faisait plus calmement quittait la discussion sur l'avis de Samuel. L'artisan les regarda tour à tour partir ouvrant la bouche mais se ravisant ne voulant pas semer la pagaille d'avantage.

Samuel quand à lui ne fait que se dédouaner et jouer les grands princes n'apportant rien de plus à la discussion, ni envers les départs, ni envers un choix ou une négociation. Une chose en ressorti quand même, celle que James n'aurait pas jouer un tête à tête avec Johnny Walker ou consort. Heureusement qu'il était assis.

Encore une fois, c'est Elisabeth qui amenait la surprise à son regard, essayant de faire des propositions constructives, tâtant le terrain d'un coté puis de l'autre. Il y aurait vraiment de quoi revoir son avis sur elle si elle ne gardait pas ce mutisme sélectif.

Seth étira ses bras devant lui faisant jouer ses poignets et déplia sa grande carcasse pour se mettre sur ses deux pieds.

"Frida est relativement neutre, même si elle a déjà dit qu'elle irait la ou il y a le plus grand nombre pour maximiser ses chances de survie. Ivy, James et Samuel sont pour le secteur A. Ne reste que Melody moi et Elisabeth qui n'ont pas tranché mais qui avons déjà fait nos propositions. Quelque soit le résultat du vote ça sera un groupe à deux factions ce qui n'a rien de bon pour l'unité. Et je parle même pas de Ivy et James qui ont préféré quitter la discussion avant la fin. C'est non seulement lâche mais aussi irresponsable. Tout comme le fait de voter pour l'option de Samuel juste pour protester sur le fait que Melody ne fait pas confiance en lui. D'autant plus qu'elle n'a évoqué son manque de confiance qu'en vers lui et pas envers tout le camps contrairement à ce qui a été dit. Nous aurions peut être pu faire la part des choses et choisir un endroit et un chef distinctement."


Il passa un bout de langue sur ses lèvres toujours trop sèche à son goût avant de reprendre.

"Je reste de l'avis de Melody malgré ton explication Samuel et je pense qu'elle a encore raison quand elle dit que nous devrions faire des expéditions pour tester les autres secteurs avant de se décider. Nous ne connaissons que peut de choses sur peu de secteur. Si nous voulons établir une stratégie valable il nous faut étudier plus d'option. Nous aurons peut être l'occasion de trouver une alternative qui permette un consensus plutôt que de rester camper sur nos positions. Tord ou raison cela n'apporte rien de valable, il suffit de voir le résultat avec nos deux manquants."

Il jette un regard vers la direction qu'ils avaient prit et soupira secouant la tête.

"J'allais proposer une troisième personne comme chef, si cela pouvait permettre de régler les tensions mais avec deux en moins ... Enfin après tous les absents ont toujours tords parait il. Si Melody ne s'était pas proposé je l'aurais fait moi. "

Il réprime un haussement d'épaule imaginant déjà les non à sa candidature mais n'en fait cas pour l'instant poursuivant sur sa lancer.

"Et puisque j'en suis à donner mon avis, je pense que c'est une perte de temps de déménager sur le secteur A pour en faire un nouveau camps de base pour autre chose si ce autre chose doit venir rapidement et il le doit si nous ne voulons pas que le Marchand joue avec nous. Nous ferions largement mieux de partir dès demain. Trois groupes, trois secteurs, le lendemain pareil et avec plus de carte, mieux choisir."

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Ven 21 Aoû - 21:50
Laisser à chacun son temps de paroles sans intervenir devient de plus en plus difficile à mesure que la réunion avance et que certains se mélangent les pinceaux ou ne comprennent pas les faits avancés. Chose plus que confirmée alors qu'Ivy puis James décrètent tout seuls qu'elle ne fait confiance à personne enfin surtout Ivy qui l'affirme même si James le laisse sous entendre alors qu'elle n'a rien dit de tel. Tout comme ils mélangent tout là, il y avait deux votes séparés à faire et non un seul, chose qu'ils font avant de partir tout les deux. Encore une fois elle a l'impression d'avoir parlé dans le vide comme la veille d'ailleurs sans doute est-elle trop franche pour eux ou alors elle parle chinois... Sans parler de l'attaque de James sur Frida...

En les voyant partir Melody se passe la main sur la figure avant de soupirer légèrement, ils ne sont pas sortis du merdier si ça continu alors que Samuel prend la parole, pour les cinq restants, son mal de tête ne fait qu'empirer là tout comme sa fatigue. Lui semble comprendre plus ou moins ce qu'elle a voulu expliquer aux autres même si ce n'est pas encore totalement ça. Heureusement que 'Liz reste dans le simple et le rapide en relevant juste ce qu'il faut, elle au moins a noté la proposition de ne désigner le secteur de chute qu'après de nouveaux repérages des lieux. Et là Seth la surprend en prenant la parole et en disant à haute voix qu'elle n'a jamais parlé d'absence de confiance envers d'autres que Samuel et en appuyant lui aussi le repérage des secteurs. Non pas que ça lui redonne confiance en elle, surtout qu'elle lui en veut là, mais au moins ça lui montre que si finalement elle ne s'est pas exprimé en chinois.

Cette fois, la belle brune se redresse puisque les deux hommes ont fait de même avant de prendre la parole, gardant la tête baissée pour le moment et en marchant autour du feu.

- Résumons les choses, oui je sais mais il le faut.
Alors Samuel a proposé le secteur A en donnant ses arguments pour, j'ai fait de même avec le secteur B tout en expliquant pourquoi le A ne va pas selon moi et Samuel a expliqué pourquoi le B ne va pas selon lui. Tout les deux nous voyons les deux secteurs pour du long terme. Je ne sais pas ce que pense Samuel pour du long terme sur le B mais comme je l'ai dit je ne vois pas le A pour du long terme, visiblement Ivy et James veulent le A absolument mais en laissant sous entendre qu'il ne sera que du court terme. Chose qui ne va pas à Samuel, normal non ? Du coup ils ont mélangés le vote du secteur avec le vote pour un chef, ce qui n'est vraiment pas bon là. Comme Seth l'a dit j'ai l'impression qu'ils l'ont fait sur un coup de tête pour aller contre moi alors que j'ai répondu avec honnêteté ou peut-être parce qu'ils ont peur de la tache à accomplir. Comme Samuel et Elizabeth le soulignent on risque d'aller à une scission forcée du groupe.


D'un coup elle secoue la tête et se stoppe avant de regarder Elizabeth.

- Bien sûr que oui, je ne suis pas aussi butée que cela, si l'aéroport est vraiment foutu, je n'insisterais pas, après tout je me base sur votre seule exploration par là bas. Du coup si le A est plus calme, je me rangerais dessus bien entendu seulement je ne le ferais que pour du court terme le temps qu'on arrive à récupérer des véhicules pour explorer plus loin. Je ne suis pas fana du coup de poker proposé par Seth mais après avoir vu plus ou moins ce qui peut nous attendre, d'autres secteurs peuvent même être mieux que pensé. Parce que oui au final le A ou le B sont des choix par défaut là. Et même si finalement on peut prendre le B facilement, on peut néanmoins se trouver d'autres points de chute plus tard, juste au cas où.

Et oui je dis nous parce que je persiste qu'à sept on sera plus efficaces pour tout.
Elle regarde Samuel. Surtout que même si personne ne se plaint pour le moment, on a vraiment pas grand chose Samuel, pas assez de tout, même avec les armes qui dorment dans la caravane. D'autant plus que tous ne sont pas des pros des armes à feu comme toi tu as démontré que tu l'es. On doit pouvoir arriver à tous être équipés d'une arme qui nous va.

Son regard repasse sur Elizabeth.

- La forêt, on va dire que c'est un peu égoïste là, en rester proche pour que je puisse chasser et essayer de nous ramener de la viande fraîche aussi souvent que possible, surtout que progresser en ville n'est pas fait pour moi. Mais bon quand on pourra aller explorer plus loin, on trouvera peut-être d'autres zone de chasse de l'autre côté de Snyder. Tes filets de camouflage, tu les prendrais ou par contre ?

Oui oui elle vient d'exposer une de ses faiblesses et de dire à demi-mot que sans les zones de chasse que sont les deux bois, elle se sentirait inutile. Et elle l'a fait car Ivy et James se sont éloignés, les deux sanguins du groupe, elle ne l'avouera pas mais leur présences et leurs paroles la rendaient nerveuse là à ressentir leurs émotions à fleur de peau. De nouveau elle passe une main sur sa figure avant de poursuivre en les regardant tous tour à tour.

- Toujours est-il que je maintiens qu'on ne devrait décider que pour le chef là maintenant et non le point de chute. Samuel et moi, on est prêts à assumer cette responsabilité. Samuel propose, un seul campement mais deux chefs. Vous en dites quoi ? Deux chefs pour un groupe ? Deux chefs pour deux groupes ? Un chef pour un groupe, si oui lequel ?

Toute solitaire qu'elle est, elle préfère leader le groupe seule, après tout Matthew y arrivait bien et c'était un solitaire aussi mais elle aimerait aussi qu'ils restent tous ensemble. Après s'ils voient les choses différemment tous...De toute manière là pour avoir deux groupes/deux chefs, il faudrait que les quatre le veuillent mais surtout que 'Liz, Frida et Seth se rangent derrière elle. Même si elle reste persuadée que décider cela n'est pas une bonne chose là, peut-être parce qu'elle est plus adepte du "Mes actes parlent pour moi en tant que chef et non de belles paroles", hors les actes qu'elle a déjà pu faire sont moins voyants que les belles paroles de Samuel. Car oui elle l'a bien vu essayer encore une fois de retourner sa veste quand il a parlé.

Frida Rivero

Anonymous
Invité
Sam 22 Aoû - 0:22
Voilà qu'un nouveau tour de table imaginaire venait de se faire, et pas des moindres….

La binoclarde avait simplement appuyé les propos émis par Frida juste avant, et avait fait son choix.
Si la noiraude n’hallucinait pas, il semblait exister une certaine rancœur entre les deux demoiselles au vu du ton employé, mais peut-être n'était-elle simplement pas d'humeur… Aucun d'eux ne l'était à vrai dire étant donné les circonstances… !
Elle quitta finalement le groupe, chose que la porto-ricaine aurait bien été tentée de faire également... seulement elle se devait de rester afin d'être informée au maximum.

Après son départ, le barbu prit la parole et répondit à sa question stupide… qui n'était apparemment pas si stupide que ça, puisqu'il affirma qu'il possédait lui-même un pouvoir.
Et pour une raison qu'elle ignorait, mais qui était certainement due au sérieux dans le ton de sa voix, elle le crut immédiatement.
Est-ce que c'était possible… ? Ca paraissait réellement fou, mais après tout, ils étaient bien revenus à la vie non… ? Pourquoi ne pas ajouter ça sur le tableau des miracles des derniers jours ?
Cependant, elle jeta un regard à l'assemblée, et les réactions semblaient mitigés… certains ne réagirent pas spécialement, tandis que d'autres comme Seth semblait clairement ne pas y croire…Bordel mais est-ce qu'ils vivaient tous au même endroit ou non ??

Dans tous les cas, si le choc de la nouvelle fut rude à encaisser, elle n'eut pas le temps de laisser son esprit y tergiverser bien longtemps puisque le doc s'adressa à nouveau à elle. Et si le but de sa remarque n'était pas de l'agresser, elle le prit sincèrement comme une attaque injuste, et se retint très fort de ne pas briser le calme dans lequel s'était déroulée la réunion jusqu'à présent, calme qu'elle avait -entre autres- exigé au début de celle-ci.
Qu'est-ce qu'il attendait d'elle au juste ? Qu'elle choisisse entre ses deux personnes qu'elle avait côtoyé le temps d'une soirée, dans des conditions plus que très moyennes, et dont elle ne connaissait au passage même pas le nom ? Qu'elle choisisse le lieu où s'installer, alors qu'elle ne connaissait fichtrement rien de la zone, et qu'eux-même, alors qu'ils avaient visités les lieux, n'étaient pas capable de se mettre d'accord sur leur sûreté ?
De plus, il déformait ses propos, et elle n'aimait pas ça du tout. Elle le laissa terminer son speech, se mordant la lèvre inférieure alors que son poing se tenait près de sa bouche, comme pour s'interdire elle-même de répliquer. Car même si la suite était juste, la noiraude l'avait mauvaise, et elle comptait bien s'expliquer avec le monsieur dont le départ ne la fit fulminer que plus encore.

Ce fut au tour de James Bond -quis'appelait Samuel semblerait-il- de prendre la parole, et la métisse eut du mal à enregistrer toute sa tirade, bien qu'elle en retint le plus important : il était d'accord pour laisser le commandement à Lara Croft -qui elle, s'appelait Melody-, ou éventuellement diriger en binôme, et était près à tenter l'aéroport si tout le monde était d'accord.
Au moins, on pouvait dire qu'il savait faire des compromis !
Il enchaîna ensuite sur une explication qui lui était clairement adressée, ce qui la fit se sentir quelque peu mal à l'aise…mais il est vrai qu'elle avait un peu manqué de tact. La manière dont elle avait fait allusion à sa réaction de la veille insinuait clairement qu'il était complètement timbré, ce qui n'était pas son intention, et n'était très probablement pas le cas -du moins...elle l'espérait.
D'autant plus qu'il confirma l'existence du pouvoir du doc par cette même explication, ce qui ne fit que perturber la jeune femme d'avantage.
Quant à sa dernière phrase -qu'elle comprit bien évidemment sans problème-, elle se contenta d'un sourire un peu triste qui ressemblait plus à une moue, tout en hochant brièvement la tête avant de détourner son regard vers le feu avec un air pensif… peut-être un peu de culpabilité… ? Elle ne savait pas vraiment, mais ne se sentait pas vraiment bien pour autant.

La brune discrète -Elizabeth- n'ajouta pas grand-chose si ce n'est la proposition d'un autre lieu de déménagement, de préférence près de la forêt pour faciliter l'accès aux zones de chasse.
Cette idée fit froncer les sourcils de l'ancienne plombière qui n'était pas enchantée à l'idée de rester dans les bois… Elle se débrouillait bien mieux en ville, même si c'était une zone plus risquée.

Le type qui n'avait pipé mot jusqu'à présent enchaîna à sa suite, et la jeune femme fut surprise qu'il connaisse son prénom.
Il lui apprit par la même occasion celui de la binoclarde, Ivy, et celui du doc, James, puisqu'ils étaient les deux à s'être ralliés à Samuel.
Au final, il ne fit qu'exposait les problèmes auxquels ils étaient confrontés pour choisir correctement l'endroit de leur futur nouvelle maison, et elle était d'accord sur l'idée d'aller visiter les différentes zones afin de trancher.

Quand fut à nouveau au tour de Melody de s'exprimer, elle s'expliqua un peu sur ses précédentes paroles qui avaient pu être mal interprétées, et explicita le tout afin d'éclaircir les malentendus.
Tentative de rattrapage ou réelle maladresse… ? Qui sait, mais elle paraissait honnête.
Et elle prouva qu'elle était également capable de faire des compromis, même s'il était évident que partager le rôle de chef ne l'enchantait pas plus que ça.
Elle ramena ainsi le vote sur le tapis, et puisque le tour de la noiraude venait ensuite, elle était apparemment la première à devoir y répondre.

« J'me répète une fois de plus, mais je vote pour un seul et unique groupe. Pour le chef, j'en sais rien okay ? Il est bien gentil votre doc là, mais j'vous connais pas l'moins du monde, et j'viens d'apprendre vos noms seulement maintenant...! Alors vous avez qu'à commencé par diriger à deux, et quand on ira visiter les secteurs, y'en aura forcément un qui se démarquera de l'autre, ou alors votre binôme marchera du tonnerre et ça sera tant mieux ! »

Sans le vouloir, elle avait mis une pointe d'animosité dans sa voix, se sentant contrainte de se justifier de la remarque du doc un peu plus tôt. Elle s'en rendit compte, et se racla la gorge avant de reprendre plus calmement, se tournant vers Samuel en essayant de la regarder le moins possible dans les yeux.

« Et mec…. j'te juge pas, okay… ? J'ai dit ça comme ça, j'te connais pas… J'me disais juste que ça pourrait posé problème si c'tait un truc qui arrivait régulièrement mais… rien d'plus… »

Elle déglutit, baissant le regard sur ses mains qui tenaient ses pieds tandis que ses jambes étaient en papillon.
Elle attendit la suite, évitant soigneusement les regards des quelques survivants qui étaient restés.
Il ne lui semblait pas avoir dit grand-chose, et pourtant, il fallait croire que ses quelques paroles avaient toutes été mal interprétées… Finalement, elle se souvenait pourquoi elle avait arrêté de côtoyer des gens...

Samuel Freeman

Anonymous
Invité
Sam 22 Aoû - 1:33
Retrouvant visiblement de sa superbe avec l'échange approchant doucement d'une fin logique et en partie espérée par le canadien, il sut se montrer des plus attentifs à chaque prise de parole tout en se ramenant presque à son attitude originelle, seules quelques mimiques faciales continuant de trahir les sentiments qui pouvaient le traverser.

Ainsi, lorsque Elizabeth prit la parole à sa suite, il se contenta de hausser une épaule tout en acquiesçant. Son propos était plus nuancé à son goût mais l'essentiel se trouvait là, aussi n'était-ce pas le moment de continuer à jouer les tatillons. Il se montra en revanche un peu plus expressifs à l'encontre de Seth, notamment en serrant visiblement la mâchoire en réaction au jugement de l'homme sur les deux sortants de la discussion. Le jeune homme eut l'occasion de radoucir ses traits en prônant la prise d'information avant de le reperdre avec ses ultimes propositions. Malgré tout, il ne montra ni déception ni mépris, prêtant grande attention à quelques protagonistes restants afin de se faire une idée de leur propre ressenti à propos de ces idées qu'il n'aurait su approuver.

Vint ensuite Melody qu'il observa et écouta presque religieusement. Comme il s'y était plus ou moins attendu, la réponse était claire, nette et donnait à Samuel l'occasion de mesurer la manière dont la chasseuse présentait ses propres compromis. Tout à son analyse, son visage demeura parfaitement fermé, seul son regard révélant la tâche que son cerveau effectuait en fond.

Enfin, Frida se montra assez expéditive, que ce soit pour prendre une décision à propos du groupe ou de sa relation avec le jeune homme. De son côté, il lui tira un léger tic du coin des lèvres, juste assez pour sa voix semble dans le ton, non enjouée mais empreinte d'un brin de légèreté pour mieux laisser passer tout son sérieux :


"Sauf si le destin veut que je dorme près du groupe, nul ne devrais avoir de problème avec mon inconscient, à part si je deviens somnambule par dessus le marché."

Vivement, brièvement, il souffla du nez, comme pour masquer un certain amusement à l'idée qu'il se retrouve, en pleine nuit, à déambuler dans le coin en baragouinant son condensé d'anglais, français et espagnol. Pour sur que la vigie le descendrait dans le doute, mais mourir dans son sommeil, c'est un luxe qui n'est pas donné à tout le monde de nos jours.

Quoi qu'il en soit, ce bref moment d’inattention enfin passé il repris tout son sérieux afin de répondre aux dernières questions énoncées, ou tout du moins, celles qu'il espérait être les dernières pour cette réunion.


"Je n'ai rien contre l'idée que nous ne restions pas longtemps en secteur A du moment que nous déménageons pour une zone réellement plus avantageuse. Effectivement, cela n'a rien d'un grand paradis et Snyder est grande. Mon intérêt vital, c'est surtout d'avoir un camp qui ne nous expose pas face à une forêt, un camp d'où on peut voir venir les menaces... Sans les trouver dans nos caves évidemment.

Bref, évidemment, si nous ne pouvons pas tous nous rallier immédiatement à un seul plan et nous en remettre à celle ou celui qui le conçoit, peu importe que quelqu'un suive une tête ou l'autre tant que les décisions sont communes et les égo mis de côté. A deux, il sera toujours temps d'en discuter en tête à tête si les choses doivent changer, mais en attendant, nous serons tous ensembles."


Bref et concis, enfin, il y était arrivé. D'ailleurs, pensant fermement que la conversation allait sur sa fin, il reprit son fusil dans ses bras afin de lui remettre ensuite à sa place, accroché à son épaule gauche. Ceci fait, il croisa ses bras mollement, observant tour à tour chaque intervenant afin de capter leurs avis avec la même attention qu'au dernier tour.
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: