Haut de page
Bas de page



 

[Ferme Wallace] La blonde et le chien - 27/02/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Ferme Wallace :: Périmètre

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Lun 1 Fév 2016 - 16:38
Je suis extrêmement soulagée d’apprendre qu’on est encore au Texas, mais l’attitude de la fille laisse à penser qu’elle nous cache encore quelque chose.

J’angoisse vraiment à l’idée de ne pas être aussi proche que je le crois de Houston ou même dans la ville. Après tout, l’homme se croyait à San Antonio, pourquoi moi je serais toujours au bon endroit ?

La jeune femme commence à compter sur ses doigts, d’une façon assez comique, un peu comme un enfant qui apprend les additions. Ça me détend un peu de m’imaginer cela mais que compte-elle en fait ? Les heures qu’il nous reste à « vivre » ou autre chose du genre ?

Et non c’est pire que cela. Mon dieu… Etre à huit heures de Houston me semble impossible, comment ai-je pu arriver si loin ? Et à Snyder ? Une ville que je ne connais pas le moins du monde. Pourquoi je m’y serais rendue ? Et comment ? Je n’en ai aucun souvenir.

Une vraie bouffée d’angoisse monte et j’ai des sueurs froides en me rendant compte que la jeune femme dit vrai et même pour la date sûrement vu que la nature est déjà rendue en hiver. Je me mords le poing pour être sûre que ce n’est pas un rêve étrange ou un délire que je me fais à cause mon état de santé comateux.

Ça ne se peut pas qu’autant de temps se soit écoulé et que je ne m’en souvienne pas ? Suis-je dans une autre dimension ? Ou bien est-ce un cauchemar terrible ? Peut-être que j’ai tout rêvé depuis le début.

Dakota reprend la parole et m’annonce qu’elle n’a pas vu mon ami.

D’un coup, je me sens complétement abattue, c’était mon dernier espoir ! Maintenant, je me sens vraiment seule, entourée de deux étrangers dans un endroit que je ne connais pas du tout et qui est même très loin de tous mes « repères » habituels.

Je suis tellement angoissée et nerveuse que je ne peux plus retenir mes larmes et tout sort. Je sanglote comme une enfant et j’ai vraiment envie de crier mais je crois que ma gorge ne le supporterait pas, je me sens assoiffée et faible.

En plus, même si j’aime bien penser le contraire, Armstrong m’était tout de même cher et je me sens vraiment seule sans lui, je me fais généralement peu d’ami et c’en était un. J’espère qu’il s’est en est tout de même sorti.

Peut-être que les gens qu’elle connait, l’auront vu mais maintenant j’en doute fort. Je tente quand même de lui poser la question quitte à ce qu’elle s’attendrisse un peu. Et si elle a sa maison près d’ici, elle a sûrement des ressources dont je pourrais me servir pour partir en vadrouille à la recherche d’informations tout au moins mais surtout à la recherche de mon allié.

- Est-ce que tu pourrais me présenter à tes amis, j’aimerais leur demander moi-même s’ils l’ont vu, comme ça je pourrais le leur décrire ?

Matt Campbell

Anonymous
Invité
Lun 1 Fév 2016 - 19:19
L’homme resta quelque peu surpris par la question, curiosité presque automatique, de Dakota. Ses sourcils se relevèrent d’étonnement et un faible sourire, provoqué par la naïveté de la jeune femme, se dessina au milieu de sa barbe fournie. Matt passa sa main gauche derrière sa tête, se massant la nuque en réfléchissant à la réponse qui avait un mal fou à lui revenir, comme quand il tentait de se souvenir d’un rêve diffus après son réveil.

« Archéologie. Je crois. »

Il fit glisser sa main depuis sa nuque vers sa barbe, forçant sur ses pensées en voulant à tout prix chasser le doute poignant qui venait de le saisir.

« Oui. C’est bien ça. J’étais… Je suis archéologue. »

Il avait plus marmonné ces derniers mots pour lui-même que pour satisfaire la curiosité de Dakota. Il avait du mal à accepter pleinement de voir sa réflexion et ses souvenirs se faire aussi insaisissables. Mais bien vite, il dut se concentrer de nouveau sur les explications de celle qui les avait visiblement trouvé là, sans raison particulière. Les informations délivrées par la jeune femme lui firent l’effet d’un coup de poing dans l’estomac, le laissant hébété, le souffle coupé.

Matthew ferma les yeux et acheva de se masser le visage, retrouvant peu à peu l’intégrité de sa proprioception à mesure qu’il tâtait sa peau et ses membres encore endoloris par ce qui semblait être un profond sommeil, long de plusieurs mois. Il ne put contenir les tremblements qui gagnèrent d’ailleurs ses membres au moment où les nouvelles s’implantaient dans son esprit de manière assez violente, assaillant les remparts de sa logique et de ses certitudes. Il prit le temps de réfléchir à ce que pouvait bien être Snyder. Ce nom lui était parfaitement inconnu, tout comme sa localisation, hormis ce que lui en apprenait Dakota.

Cependant, son attention fut attirée par sa voisine de ce qui lui apparaissait de plus en plus comme une résurrection ; laquelle semblait assez mal encaisser la ou les nouvelles annoncées, tant sur ce que les deux avaient en commun que sur ce qui ne concernait que Kaitlin. Pris d’une certaine empathie, partageant lui-même ce désir visible de retrouver une personne chère à son coeur, il ne put s’empêcher de tendre lentement sa main droite en direction de son avant-bras le plus proche dans un geste d’apaisement, pour peu qu’elle ne le rejette pas. Puis, il lui parla d’un ton calme, malgré que sa voix ne soit encore pas vraiment remise de son réveil, et que la soif se faisait soudainement furieusement sentir le long de son oesophage.


« Ne vous inquiétez pas. Si nous partageons le même sort alors que nous étions si distants, il y a peut-être une chance que votre ami ne soit pas loin. »


Matt se sentait quelque peu idiot en prononçant ces mots. Il n’était guère mieux avancé que Kaitlin dans cette situation inconcevable, mais il agissait comme il aurait agi avec sa soeur, comme il aurait souhaité qu’un inconnu agisse avec sa soeur si leurs places avaient été inversées. Aussi ôta-t-il rapidement sa main intrusive de l’avant-bras de la jeune femme une fois sa phrase qu’il voulait réconfortante et optimiste achevée et reporta toute son attention vers la jeune Dakota. Il laissa d’ailleurs à la ressuscitée le luxe de reprendre la parole la première avant d’enchaîner lui-même et émettre à haute voix ses propres pensées.

« Ce que vous nous expliquez-là est de plus en plus difficile à croire. »

Il eut l’impression de se répéter, chose qu’il détestait pourtant. Mais son esprit avait le plus grand mal à assimiler la réalité du phénomène l’ayant frappé, malgré les preuves tangibles et les explications de la jeune blonde.

« C’est… C’est vraiment effrayant… Et fascinant en même temps. »

Il marqua un temps d’arrêt, se grattant le côté du crâne de sa main droite en posant ses yeux émeraudes en pleine cogitation sur la jeune femme.


« Et vous dîtes qu’il y en a d’autres comme nous ? Sont-ils… ? Eux aussi se seraient réveillés dans les alentours, à une grande distance d’où ils se trouvaient, après que plusieurs mois se soient écoulés ? Serait-il possible de les rencontrer ? »


L’archéologue avait un mal fou à contenir sa curiosité, et même à dissimuler la fascination qu’exerçait cette étrangeté sur lui, apparemment plus courante qu’il était possiblement imaginable.

Dakota Marlon

Anonymous
Invité
Mer 3 Fév 2016 - 21:31
Devant les larmes de Kaitlin, Dakota se mord les lèvres quelques instants et il est clair que si vous la regardez à ce moment là, vous verrez de la tristesse sur son visage. Nul doute qu'au delà d'une certaine forme d'empathie, tout ceci lui rappelle des mauvais souvenirs et vous indique que la jeune blonde a certainement vécu au moins un drame dans sa vie et ce malgré son jeune âge. Pendant que le Doberman sensible, comme tous les chiens, à ce genre de chose, penche la tête sur le côté en couinant doucement.

Au moment où Matt esquisse son geste de réconfort, l'accompagnant de paroles se voulant rassurante elle aussi, le chien approche de vous deux avant de venir pousser tout doucement Kaitlin du bout de la truffe. Finissant par donner un coup de langue sur la joue Kaitlin avant de se coucher à ses pieds, lui aussi voulant réconforter à sa manière. Bien entendu si la jeune femme inconnue, aux yeux de l'animal, le repousse, il n'insistera pas et s'écartera, non sans avoir un air de chien battu sur la gueule.

Dakota, vous laisse le temps à tout les deux de vous exprimer et de poser vos questions. Son regard marron passant de l'un à l'autre, elle prend le temps de réfléchir à comment elle doit vous répondre, ou plutôt dans quel ordre, elle doit le faire.

- Sont-ils morts eux aussi et revenus à la vie ? Oui comme vous, vous êtes tous des ressuscités. Et oui tous à des kilomètres de l'endroit de leurs morts, venant tous ou presque d'endroits complètement différents. Oui, ils ont eux aussi perdus plusieurs mois de leur vie, sans savoir ce qui a bien pu se passer. Vous vous êtes tous réveillés dans les environs de Snyder sans savoir comment vous êtes arrivés là. D'un signe de main, Dakota désigne les affaires près de vous. Et tous avec trois objets flambants neufs alignés près d'eux et qu'ils n'avaient pas avant leur mort. Les rencontrer ? Oui c'est possible certains sont à la ferme et d'autres dans un autre campement.

Et là vous pouvez acquérir la certitude que ce n'est pas la première fois que Dakota tient ce genre de  discours, le ton de sa voix étant devenu presque mécanique, à la manière des personnes récitant un discours pour la énième fois. Son regard s'attardant un peu plus sur Kaitlin avant qu'elle ne reprenne la parole.

- Oui je peux, vous présenter à eux. Et visiblement curieuse, la blondinette ajoute : Et vous, vous faisiez quoi avant cette apocalypse ?

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Ven 5 Fév 2016 - 19:17
Je suis un peu rassurée par l’intervention de Matt et j’apprécie le fait qu’il respecte tout de même une certaine distance, même si ce contact m’a un peu soulagée, je reste méfiante même si c’est vraiment dur dans mon état. J’ai surtout apprécié ce qu’il a dit, je vois bien qu’il cherche à me réconforter et peut être à se réconforter lui-même aussi quelque part. J’ai malheureusement peur que mon ami soit loin maintenant. Il y a vraiment énormément de temps qui a passé depuis ma mort et peut être que lui n’est pas « revenu ».

Juste après cette réflexion, le chien s’approche de moi et sa réaction me fait rire, je suis tellement nerveuse que le fait que ce chien que je voyais si menaçant réagisse d’une telle manière me surprend. Ainsi, d’un coup je me met à éclater de rire sans raison particulière, surement une manière de détendre mes nerfs.

Ça me fait vraiment plaisir de recevoir autant d’attention et je me dis que peut être même avec ces événements tragiques il est possible de se relever, et surtout que je ne gagne rien à me morfondre.

La jeune femme se met ensuite à parler de manière mécanique, elle confirme que Matt et moi ne sommes pas les premiers qu’elle rencontre. Apparemment d’une façon étrange cela n’a pas dû lui arriver sinon elle n’en parlerait pas comme cela. Et d’une façon extrêmement bizarre, tout le monde revient de la même manière.

Je me sens vraiment mieux quand elle annonce qu’elle accepte de nous présenter aux autres, peut être reverrais-je mon ami et puis surtout si elle le veut bien, c’est qu’elle ne me veut probablement pas de mal. Je me suis peut-être faite des idées, c’est ce que j’espère vraiment car ça pourrait être un piège et me retrouver au milieu de 10 personnes hostiles ne m’enchante pas…

Je décide de lui répondre franchement car je me dis que ça permettra de partager une information avec elle et d’étudier sa réaction, en plus de la contenter ce qui est forcément bénéfique.

- J’étais une barmaid plutôt douée d’après le maire de ma ville qui me conviait toujours aux cocktails.

En disant cela, je repense au métier de mon compagnon de malheur, et je trouve qu’il n’a pas du tout le physique d’un archéologue. Cette idée me donne une nouvelle fois envie de rire. Mais en même temps je songe qu'étant donné sa façon de parler et son attitude, c’est certain que son métier devait toucher au domaine intellectuel. J’esquisse un sourire.

- Au fait je ne pensais pas que pour être archéologue il fallait être un vrai Indiana Jones, musclé et futé !

Mes nerfs étaient tellement à vifs, les minutes précédentes, je ne peux pas m’empêcher de rigoler.

Matt Campbell

Anonymous
Invité
Sam 6 Fév 2016 - 16:15
Matthew gardait les yeux figés sur Dakota en écoutant les réponses qu’elle donnait à ses quelques questions. Sa main caressait pensivement sa barbe alors que sa tête oscillait mollement de haut en bas. Seul le soudain éclat de rire, aussi imprévisible qu’incongru, de Kaitlin l’arracha à ses pensées. Un éclat de rire qu’il n’hésita pas à qualifier de nerveux, mais aussi légèrement communicatif lorsqu’il sentit ses propres lèvres esquisser un semblant de sourire.

A dire vrai, c’était bien plus le décalage entre leur situation et les réactions de la jeune femme, conférant à la scène une tournure ubuesque, qui suscitait chez l’archéologue ce sourire naissant. Une nouvelle fois, il laissa à Kaitlin le privilège de répondre la première à la question de Dakota. Une interrogation qui permettrait par ailleurs à Matt d’éviter de se montrer trop indiscret tout en satisfaisant là sa propre curiosité. Il ne s’était cependant pas attendu à la remarque de la barmaid concernant l’image qu’il pouvait dégager par rapport à son métier. Une remarque qui ne fit que renforcer l’impression de légèreté qui planait et détonait maladroitement sur la gravité de la situation.


« Vous n’imaginez pas la déception que j’ai ressentie lorsqu’en entrant à l’université, on m’a demandé de laisser mon fouet et mon chapeau au vestiaire. Tout un rêve brisé. »

Matt avait répondu à Kaitlin sur le même ton de plaisanterie, rendant à la jeune femme un sourire complice propre à la situation. Puis il détourna son regard émeraude pour trouver celui, marron, de Dakota, et répondre à sa question.

« J’enseignais l’archéologie à l’Université Américaine du Caire, et supervisais quelques chantiers de fouilles dans la région d’Assouan. Je suis revenu au Texas pour régler quelques problèmes familiaux peu avant que l’épidémie ne se déclare. »

Son visage s’était assombri lorsqu’il avait prononcé cette dernière phrase, s’apercevant soudainement que les évènements qu’il racontait remontaient déjà à une année. Il sentit une épaisse boule mélancolique lui peser ainsi sur le coeur. Un malaise que l’odeur putride qui émanait de lui, de ses vêtements, ne faisait que renforcer. L’homme secoua lentement la tête pour chasser ces douloureux souvenirs de sa mémoire.

Au bout de quelques secondes, après avoir lancé un regard légèrement méfiant vers le doberman, Matthew se redressa lentement pour se mettre debout, craignant d’effrayer l’animal et le pousser à réagir avec agressivité. L’effort tira sur ses muscles toujours endoloris et courbaturés, au point de lui tirer une grimace, et c’est avec une lenteur affligeante et mal à l’aise qu’il finit enfin par se tenir sur ses deux jambes.

Matt eut le sentiment d’être désorienté durant quelques secondes, voyant le sol et l’horizon danser sous ses pieds alors qu’il peinait à retrouver son équilibre. D’ailleurs, il ressentait une certaine frustration à se trouver aussi gauche et malhabile, là où le simple fait de tenir debout aurait dû être quelque chose de parfaitement maîtrisé et naturel. Ramenant son attention vers Dakota, il aura repris d’un ton plus assuré.


« J’aimerais beaucoup rencontrer ces personnes. Nous devons sûrement avoir quelques points en commun pour nous retrouver ainsi, au même endroit et dans les mêmes conditions. »

Puis, il aura tendu sa main droite en direction de Kaitlin, lui proposant ainsi son aide si elle avait souhaité se lever à son tour.

Dakota Marlon

Anonymous
Invité
Sam 6 Fév 2016 - 21:06
Le fou rire visiblement nerveux de Kaitlin, surprend Dakota qui ne s'y attendait pas comme le prouvent ses yeux qui s'ouvrent en grand en la voyant faire. Expression de stupeur se muant rapidement en un bref rire amusé en voyant la réaction du chien aux pieds de la jeune femme. Et si Dakota se montre fortement amusée, c'est qu'au rire de Kaitlin, vous pouvez voir le doberman tout d'abord redresser les oreilles puis pencher lentement la tête de droite à gauche. Avant qu'il ne décide que c'est une bonne chose et ne roule un coup sur le sol, finissant les quatre pattes en l'air.

- Tobby vous apprécie Kaitlin.

En entendant son nom, l'animal se remet dans une posture bien plus correcte pour un chien de garde , il se rassoit sans pour autant s'écarter de vous. Kaitlin, si l'envie te prend de le caresser, il se laissera faire sans aucun problème.

Dakota écoute ensuite vos réponses respectives, hochant la tête, un peu intriguée à la réponse de Kaitlin mais ne pouvant empêcher un « waouhh » admiratif de franchir ses lèvres quand elle entend le curriculum vitae de Matt. Se dépêchant de se reprendre pour retrouver un air sérieux.

- Pardon, je n'aurais pas dû, je suis sincèrement désolée pour vous, Matthew.

De nouveau vous aurez pu constater que Dakota ne se mêle pas des paroles que vous échangez l'un, l'autre et qui ne la concerne pas directement.

Matt, tu te mets debout et si cela est difficile, ravivant sans doute ton mal de tête, tu restes bel et bien stable sur tes jambes. D'ailleurs au moment où tu te seras mis debout, tu auras pu voir Dakota avoir un mouvement en avant, prête à venir t'aider à tenir debout au cas où.

La jeune femme blonde finissant par reprendre une posture sereine, elle vous laisse vous entraider pour vous relever, tout en répondant à Matt.

- Pour ça non plus, il n'y a pas de souci. Par contre avant toute chose, je dois vous mettre au courant de certains faits. Tout d'abord la ferme, dans laquelle je vis, appartient à Nelson Wallace, un homme d'âge mûr, profondément bon et pieux mais comme il tient à ne pas avoir de souci avec les personnes que nous recueillons, vous ne pourrez avoir aucune arme. Donc si vous en avez une dans vos affaires, vous devrez me la confier le temps de votre séjour.

Séjour oui, parce que comme je vous l'ai dit, vous n'êtes pas les premiers qui se retrouvent ici et Nelson a pris à cœur de proposer le gîte et le couvert à chacun. La règle n'a pas d'exception pour vous deux, vous pourrez trouver de quoi vous nourrir, vous laver vous et vos vêtements ainsi que vous reposer et cela le temps qu'il le faudra, en échange de quelques services dans la ferme. Par contre et je pense que vous voyez où je veux en venir, cela ne pourra donc pas être permanent et plusieurs choix vous seront offerts. D'autant plus que nous sommes déjà six à vivre là à temps complet, sept même avec Tobby.

Des questions sur ce que je viens de vous dire ?

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Lun 8 Fév 2016 - 19:16
Mon fou rire à l’air de surprendre le chien qui se met se retourne sur le dos par terre dans une position assez comique, Dakota me dit que ça veut dire qu’il m’apprécie. Je décide de lui gratter le ventre pour lui montrer que je l’aime bien aussi finalement. Je le craignais un peu au début, mais il semble nettement plus affectueux que les chiens que j’ai rencontré à ma connaissance.

Matt se met à parler et sa réponse me fait sourire, je n’imaginais pas vraiment qu’il me répondrait en plaisantant aussi. Je me disais même qu’il pourrait le prendre mal mais ce ne fut pas le cas. Il continua en racontant son métier plus en détail, ce qui je l’avoue m’impressionne. En revanche, il évoque des soucis familiaux ce pour quoi je compati puisque je connais aussi ce genre d’ennuis.

Matt finit par se lever assez maladroitement mais étant donné notre état commun je me dis que c’était déjà un bel effort. Il me propose d’une façon surprenante sa main pour m’aider. Je la saisis et je réussis à me lever difficilement mais sûrement plus facilement que lui. J’ai la tête qui tourne et les jambes qui tremblent un peu mais je suis tout de même assez stable. Heureusement, le yoga m’avait fait des abdos d’acier, ce qui assure une certaine stabilité même en étant aussi énergique qu’une serpillière.

- Merci pour ton aide, j’aurais eu du mal à me lever autrement !

Dakota se met à parler et expose les conditions auxquelles elle veut bien nous emmener rencontrer les autres et nous accueillir même pour nous laver et manger. J’ai tellement envie d’une bonne douche et de vêtements propres quand je sens mon odeur que je ferais n’importe quoi pour entrer dans cette ferme. L’idée de manger me parait aussi très alléchante malgré la nourriture ingérée plus tôt, un repas bien chaud ne serait pas de trop. Je n’ai pas d’armes de toute manière donc l’idée d’en laisser une, ne me gêne pas. Même si je ne sais pas me défendre, je peux encaisser les coups et je suis assez agile pour m’échapper furtivement si c’est nécessaire.

Je me demande néanmoins quels sont les services dont elle parle et si l’idée de laisser un moyen de défense entre ces mains n’est pas dangereux. Peut-être est-ce une ruse pour nous piéger. Cependant, vu mon état je n’ai pas trop le choix et le mieux est encore d’accepter cette invitation selon les conditions.

Elle évoque aussi le fait que nous ne pourrons pas rester chez elle de façon pérenne, pour le moment ça ne m’inquiète pas. J’espère seulement que si je dois partir, elle me laissera emmener avec moi de quoi survivre pour le voyage que ça entrainera. Cependant, mis à part mon départ, je ne vois pas quel autre choix peut s’offrir à moi une fois installée à la ferme et je ne suis pas du genre à faire pousser les patates indéfiniment. Je ne suis pas non plus une bonne à tout faire, et si c’est le choix qui s’offre à moi, je préfère partir. Je ne suis pas contre le fait d’aider la communauté mais ce n’est pas un but en soi dans mon esprit.

- Dakota, quels sont ces choix dont tu parles ?

Matt Campbell

Anonymous
Invité
Mar 9 Fév 2016 - 17:58
Matthew agrippa la main de Kaitlin une fois qu’elle lui aurait tendu, puis tira sur celle-ci pour l’aider à se relever. Un geste simple qui ne manqua pourtant pas de le faire s’étonner sur sa propre faiblesse musculaire. Là où il n’aurait normalement dû fournir qu’un mince effort à peine soutenu, les muscles de son bras protestèrent en échos douloureux et courbaturés. L’homme, après avoir aidé Kaitlin à se relever, se massa son bras douloureux de son autre main libre, pressant ses doigts contre la chair intérieurement meurtrie de ses muscles secs.

« Il n’y a pas de quoi. »

Il avait marmonné sa réponse en voulant se montrer le plus aimable possible envers la jeune femme, bien qu’il apparaissait nettement que cet effort l’avait vraiment fatigué, sans parler de la vive écorchure de son amour-propre.

Lentement, ne souhaitant pas brusquer son équilibre encore précaire, Matt pivota sur lui-même pour refaire face à Dakota. Il écouta ses réponses et ses explications avec une attention praticulièrement appliquée, sans cesser de masser son muscle endolori. Légèrement dubitatif, il laissa promener son regard émeraude sur les affaires disposées à ses côtés et présentées comme siennes, n’y découvrant pas vraiment quoi que ce soit qui puisse s’apparenter à une arme quelconque, il finit par satisfaire à la demande de la jeune blonde.


« Je ne souhaite pas vous créer de quelconques problèmes. C’est déjà bien aimable de votre part de nous accueillir ainsi alors que vous n’êtes obligés de rien. »

L’archéologue s’interrompit dans sa réponse, glissant un bref regard en direction de Kaitlin lorsqu’elle posa sa question, avant de revenir vers Dakota. Avant qu’elle ne réponde, Matt comptait bien prendre le temps de préciser ses propos, et les objectifs qu’il s’était d’ores et déjà fixés, peu importaient les choix qu’avaient à proposer ces bons samaritains.

« Il va de soi que je vous assisterais bien volontiers à vos tâches quotidiennes pour la durée de mon séjour, tant qu’il s’agit de ne tuer ou blesser personne. Mais pour ce qui est de l’impossibilité de rester, ne vous en faites pas pour ça. Une fois rétabli et en meilleure forme, je reprendrais la route pour San Antonio. Je dois toujours retrouver ma soeur, et rien de ce que vous pourrez me dire ne me détournera de cet objectif. »

Il avait affirmé cette dernière phrase d’un ton ferme et résolu, bien que dénué d’une quelconque agressivité. Puis il se tut, laissant tout le loisir à Dakota de répondre à la question de Kaitlin.

Dakota Marlon

Anonymous
Invité
Mer 10 Fév 2016 - 18:49
Après les grattouilles sur son ventre de la part de Kaitlin, le doberman se redresse avant de s'ébrouer pour virer d'hypothétiques poussières de son pelage avant de s'écarter de quelques mètres du trio d'humains. Il se met à renifler à droite et à gauche dans le sous-bois sans pour autant se mettre en alerte avant de se mettre à gratter le sol à quelques mètres de là.

Pendant que Dakota assiste à l'aide que Matt apporte à Kaitlin, vous pourrez la voir se tenir prête à vous aider l'un ou l'autre. Mais puisque vous parvenez à vous tenir debout sans trop de mal finalement, si ce n'est une belle sensation de fourmis dans les jambes, la jeune blonde ne bouge pas. De ce que vous lui dîtes, elle comprend que vous n'avez pas d'armes dans vos affaires, à moins qu'elle l'ai su avant même de vous le demander, impossible de le savoir pour vous deux. Elle hausse brièvement les épaules en entendant les propos de Matt, ajoutant à sa suite.

- Notre pays est en miettes, c'est normal d'aider les autres quand l'on peut et je comprend votre souhait pour votre sœur. Mais rassurez-vous, donner un coup de main ne signifie pas tuer quelqu'un, cela sera en fonction de ce que vous pouvez faire, il y a toujours une tâche ou une autre dans la ferme.

Elle reporte son attention sur Kaitlin pour lui signifier qu'elle n'oublie pas la question de la jeune femme.

- À vrai dire, vous aurez deux choix possible. Je vous ai dit que certaines personnes comme vous sont actuellement à la ferme mais il y a aussi un groupe de survivants dans les parages, cela fait des semaines voir des mois qu'ils s'en sortent par eux même. Donc soit on pourra vous mener jusqu'à eux, vous pourrez leur parler et décider de rester ou non là bas. Soit partir chacun de votre côté directement et on vous donnera de quoi vous nourrir quelques jours et vous pourrez essayer de vous en sortir par vous même.

Mais je me dois de vous mettre en garde pour ce choix là, la situation est de pire en pire, les zombies toujours plus nombreux et certains survivants se sont organisés en bandes armées avec tout ce que cela implique de mauvais. Viol, torture, meurtre et j'en passe. Être un être humain isolé sur les routes est devenu impossible à moins d'être un ancien militaire surarmé et même là encore rien n'est gagné. Vous allez rencontrer Ricky, un de ceux vivant ici, il a un grand frère qui a été kidnappé par une de ces bandes il y a quelques temps et de ce que j'en sais, son frère valait à lui tout seul tout un groupe de militaires.


Dakota ayant terminé sa mise en garde, elle vous regarde encore et toujours en attendant vos réactions. D'un coup Tobby, le chien, lève la tête et part à toute vitesse vers la lisière de la forêt avant que vous n'entendiez une voix masculine.

" DAKOTA ? "

La blonde vous regarde et pousse un soupir avant de vous lâcher en confidence :

- Mais c'est pas vrai ça, il a le chic pour débarquer quand je parle de lui !

Avant de regarder par dessus son épaule en élevant un peu la voix à son tour sans pour autant crier.

- Je suis là Ricky ! Pas la peine de crier.

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Mer 10 Fév 2016 - 19:44
La tirade de Matt est vraiment pertinente car je ne souhaite pas non plus commettre des exactions en échange d’un hypothétique confort. Et il parle encore de sa sœur ce qui me fait penser qu’ils doivent avoir une très forte relation pour qu’après autant de révélations, il veuille toujours atteindre son objectif. Personnellement, même si j’aimais bien Armstrong, je ne compte pas me mettre en danger pour le retrouver par tout moyen. J’espère juste qu’il fait partie du groupe de survivants de Dakota.

Dakota répond enfin à ma question, et les choix qui s’offrent semblent tout pour le moins précaire. Je vois bien que ce qui s’offre à moi, c’est survivre avec de parfaits étrangers qui ne voudront pas forcément m’intégrer. Et si c’est le cas, d’après Dakota à moins d’être Terminator, on risque de servir d’esclave à une bande de brutes, ou d’être le prochain repas d’une hordes d’infectés. Apparemment, le frère d’un certain Ricky a d’ailleurs été enlevé par une bande.

Ayant déjà eu des prémices de ce dont les hommes violents sont capables, je ne souhaite pas du tout revivre cela. C’est pour cela que j’ai d’ailleurs développé mes capacités à m’adapter aux autres pour qu’ils m’intègrent plus facilement et ne se méfient pas de moi. J’espère vraiment ne jamais avoir le déplaisir de tomber sur ces brutes car si je devais refaire face à une telle situation d’abus physiques et psychologiques, ma carapace éclaterait sûrement, je n’ai d’ailleurs jamais réussi à faire table rase du passé. J’en veux toujours beaucoup à l’auteur de ces actes abjects qui a déformé à jamais la notion que j’avais de l’amour.

Toutes ces idées, me donnent le tournis et sans m’en rendre compte je serre mes bras tellement fort que mes ongles crochus et crasseux écorchent ma peau intacte jusque-là. La douleur me fait un électrochoc et je sais que maintenant il faut à tout prix que je me fonde soit dans la ferme soit dans le groupe de survivants qui ne semblent pas aussi brutaux.

Tout à coup une voix masculine crie le prénom de la jeune fille. Je me demande ce que ça veut dire mais elle n’a pas l’air inquiète, c’est apparemment l’homme dont le frère a été enlevé par la bande de brutes.

Je profite de la distraction de Dakota pour parler à Matt discrètement. Pour le moment étant donné que nous sommes dans le même état j’ai plutôt confiance en lui.

- Que penses-tu de ces choix ? D’après toi, ces personnes sont-elles fiables ?

Je me tais pour le laisser réfléchir après tout il ingère en même temps que moi les « choix » que nous devons faire.
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: