Haut de page
Bas de page



 

[Ferme Wallace] La cuisine - 27/02/2035
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Ferme Wallace :: Vie de camp

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Ana Stanford

Anonymous
Invité
Ven 19 Fév - 0:07
Interprété par Kaitlin Cooper, Cassandra Johnson, Armstrong Wyclif et Matt Campbell.

Kaitlin & Matt

Du fait de Dakota et de Ricky, chacun de vous aura finalement été conduit jusqu’à la ferme de Nelson Wallace. La porte principale de la demeure donnant d’ailleurs sur une cuisine, vous aurez tous deux été conviés, chacun votre tour, à aller vous décrasser dans la salle de bain située au rez-de-chaussée, laissant ainsi l’autre en compagnie des deux habitants de la ferme qui vous avaient accueilli à votre réveil que la salle de bain ne se libère enfin pour vous offrir le confort d’une douche chaude et de vêtements nettement plus propres et frais que ceux qui vous avaient accompagné dans le trépas.

Un long moment au terme duquel une jeune femme aura fini par sortir de la cuisine par une double porte battante, un torchon plié et déposé par-dessus son épaule. Des cheveux blonds, longs, chevauchant ses épaules en cascades dorées, relevés par un regard bleuté aux reflets sombres de l’océan. Tout dans son attitude et sa posture trahissait une évidente timidité. Un visage d’ange, aux courbes graciles, dénotant d’une profonde gentillesse et d’une innocente naïveté.

D’un sourire et d’un geste, elle vous aura invité à la suivre dans la cuisine, laissant ainsi Dakota et Ricky s’éclipser vers leurs occupations respectives, d’où s’échappait sans doute possible des odeurs et des arômes comme tant de promesses d’un repas chaud, copieux et succulent à venir. Car la faim, plus que les douleurs et les incompréhensions de votre récent réveil, aura fini par vous rattraper et vous tenailler l’estomac de son harassante agression.

Mais à peine entrés que vous tomberiez tous deux face à trois personnes dans cette cuisine. Deux femmes et un homme. Si les deux demoiselles n’auraient rien rappelé à Kaitlin, il en serait pour autant bien différent de l’homme, qu’elle pourrait reconnaître sans aucun doute possible comme son compagnon d’infortune qu’elle n’avait pu revoir depuis leur trépas respectifs, Armstrong.

Cassandra & Armstrong

Marchant dans les pas d’Ana, chacun à votre rythme, vous aurez fini par regagner la ferme, passant la porte d’entrée pour déboucher directement dans une cuisine. Sur le feu, vous aurez pu ainsi constater la présence d’une casserole et d’un faitout aux contenus mijotant, dont s’échappaient quelques volutes aux arômes délicats qui n’auront pas manqué de vous faire venir l’eau à la bouche. Car la faim, plus que les douleurs et les incompréhensions de votre récent réveil, aura fini par vous rattraper et vous tenailler l’estomac de son harassante agression.


Vide de toute présence en dehors des vôtres, il ne vous aura fallu guère de temps pour percevoir en provenance de la porte à battants vous faisant face des paroles indistinctes. Quelques instants plus tards, ces dernières s’ouvrirent pour ouvrir la voie à une jeune femme aux cheveux blonds, relevés par un regard bleuté aux reflets sombres de l’océan. Derrière elle, deux autres personnes, un homme et une femme. Si l’homme apparaissait totalement inconnu aux yeux d’Armstrong, il ne pourrait en dire autant en reconnaissant les traits de la jeune femme l’accompagnant, Kaitlin.

Tous

Blanche et douillette, la cuisine est équipée d'une table au centre, faite de vieux bois avec quelques chaises autour, soigneusement poussées dessous, hormis celle occupée par le vieil homme. Sur la droite, il y a des meubles de cuisine qui font les deux angles et s'étalent sur les différents murs, y consacrant toutes sortes d'utilités typiques de cette pièce : évier, broyeur, plans de travail multiples dans ce cas, des portes de placards un peu partout en dessous et sur les petits meubles accrochés aux murs au-dessus, micro-ondes, cuisinière, et même un lave-vaisselle et une machine à laver. Rien de bien extraordinaire, mais avec tout ce qu'il faut, des ustensiles répartis, des serviettes, des torchons, des bocaux, et tout ce que l'on peut imaginer dans une cuisine, le superflu en moins vu la situation extérieure et les risques immédiats puisque la pièce est exposée. Les fenêtres sont barricadées par des planches de bois. Une porte se situe de l'autre coté de la table, en battants.

Ainsi figés l’espace de quelques secondes, Pamela et Ana auront pris le temps de dévisager les nouveaux venus accompagnant l’autre, avant de soutenir leurs regards mutuellement, d’un air entendu. Avançant d’un pas, Ana prit la parole en désignant la table au centre de la cuisine, conviant chacun d’entre eux à s’installer.

“Installez-vous, revenants multiples et variés... Il sera plus agréable de faire connaissance autour d’un bon repas,” avait-elle lancé, un sourire en coin sur les lèvres, sans se douter de la réalité des retrouvailles à venir pour deux d’entre eux.

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Ven 19 Fév - 19:48
Après ma réponse destinée à Armstrong, je peux le voir me sourire sans doute pour me remercier. Préoccupée par les questions que je viens de poser à Ana, je me contente d'un simple hochement de tête à l'égard de l'homme. D'ailleurs cette dernière me répond pour faire remarquer à voix haute qu'elle apprécie me voir émettre des doutes, chose qui est pourtant normale sur mon échelle personnelle. Bien que ses réponses me soulagent un peu, me permettant de reporter mon attention sur mes jambes après avoir fait l'inspection de mes poignets et de mes côtes. Je reste à faire jouer mes chevilles puis mes rotules doucement toujours sans forcer, ce qui ne dure pas plus que quelques secondes avec la vétérinaire qui vient m'aider à me relever après avoir aidé l'homme. J'accepte volontiers son aide cela me rendant la tache moins délicate qu'elle n'aurait dû.

Notre ancienne geôlière ne tarde pas à nous montrer la sortie de la grange et nous indiquer qu'on doit la suivre. Mes pas sont hésitants, j'ai des fourmis dans les mollets et la tenace sensation que mes jambes ne vont pas supporter le poids de mon corps. Pourtant je parviens à tenir debout et à avancer lentement mais sûrement jusqu'au seuil de la grange, devant abriter mes iris derrière ma main se portant en visière au dessus d'eux. Le changement de luminosité est effectivement violent. Il me faut pas loin d'une bonne minute pour m'habituer à cette transition et enfin pouvoir distinguer l'environnement autour de moi et parvenir à suivre Ana jusqu'au bâtiment semblant être la maison d'habitation.

Parvenue dans la maison, je peux alors regarder la pièce dans laquelle je viens d'entrer, une cuisine tout ce qu'il y a de plus normale si je fais abstraction des fenêtres barricadées. Quoi que mon attention se reporte vite sur une casserole et un faitout, me faisant réaliser que je meurs de faim tout en me faisant saliver aux fumets me parvenant. De nouvelles personnes arrivant alors dans la pièce, je reste un peu en retrait tout en les observant à la dérobée autant que je le peux, devant venir me masser les tempes de mes mains alors que cette simple observation ravive mon mal de tête. Mon éducation se remettant sur le devant la scène, je relève mon regard azur sur les trois personnes et avec un léger de signe de main, ma voix se fait entendre.

- Bonjour à vous..

J'hésite à me présenter complètement avant qu'Ana ne prenne la parole pour nous inviter à venir nous asseoir pour nous restaurer. J'apprends au passage que les deux femmes et l'homme venant d'entrer dans la cuisine se trouvent dans le même état que moi, enfin normalement puisque je me fie au « revenants » prononcé par Ana. Puisque l'invitation à m'asseoir est lancée, je rejoins la table et la vétérinaire avant de me poser assise sur la chaise la plus proche de la porte par laquelle on est entrés.

Je me rends alors compte que cette scène me met plutôt mal à l'aise, tout à l'air si étrange, mes pensées tournant en boucle dans ma tête, le contraste entre mon réveil pendue dans la grange et être assise à table en compagnie de parfaits inconnus. La seule constante dans les événements vient de mon esprit qui a toujours énormément de mal à accepter cette réalité que j'ai sous les yeux.

Matt Campbell

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 12:21
Matt avait plutôt mal digéré le comportement du jeune Ricky, et ses propos un peu trop pressant à son encontre. Encore sous le choc, il avait finalement daigné se relever, refusant l’aide du cow-boy pour se faire, réponse de sa fierté légèrement blessée. Il avait par la suite emboîté le pas à Dakota, le regard vague et perdu dans ses propres pensées, ne se rendant compte qu’en dernier lieu de la présence d’un rôdeur non loin derrière eux, aisément identifiable par les râles qu’il émettait en déambulant. La présence de cette créature infernale ne fit qu’accroître un peu plus son doute quant à la réalité dans laquelle il se trouvait, ressassant toujours cette inlassable question : Et si c’était vrai ?

Puis l’archéologue avait continué de suivre les deux demoiselles et le doberman, sans un mot et dans un silence tenance, uniquement brisé par un coup de feu précédant le retour du jeune cow-boy à leurs côtés. Matthew avait traversé le champ, puis rejoint la ferme sans dire un mot, bien trop préoccupé par ses pensées, la potentielle certitude de pouvoir retrouver sa soeur sous peu, caressant du bout de ses doigts l’espoir de connaître enfin le terme de son voyage solitaire à-travers l’état, le coeur gros de pouvoir la serrer dans ses bras et s’excuser de ne pas être revenu plus tôt, ne pas avoir été là.

Ricky et Dakota finirent cependant par les abandonner là, dans le salon de cette demeure au charme rustique et vieillot, agrémenté de quelques touches de modernité. On leur offrit la possibilité et le luxe de prendre une douche et de changer de vêtements. Un niveau de confort que l’homme n’avait plus connu depuis des semaines, des mois. Il laissa cependant la priorité galante à Kaitlin pour prendre possession de la salle d’eau, s’il tel avait été son souhait, avant de s’approprier les lieux pour de longues minutes une fois qu’elle aurait eu fini.

L’eau chaude ruisselant sur sa peau amaigrie avait quelque peu soulagé ses muscles endoloris, ne chassant malheureusement pas en totalité les courbatures. Il avait profité de ce moment d’intimité pour contempler les affres de sa nouvelle condition. Il pouvait aisément voir chacune de ses côtes se dessiner sous sa peau, son corps devenu plus noueux et plus sec par des semaines de privation et de rationnement. Matthew prit même le temps de raser cette barbe hirsute qui avait fini par recouvrir ses joues de quelques centimètres touffus, le coupe-chou frottant sa peau semblant le libérer et le rajeunir de quelques années. Après tout, s’il avait la possibilité de retrouver sa soeur sous peu, il était totalement hors de question que leurs retrouvailles ne se passent alors qu’il ressemblait à un clochard. Matthew avait une image et une dignité à respecter et entretenir, surtout en face de sa petite soeur. Il était hors de question de lui exposer les fardeaux que ce monde avait fait peser sur ses épaules.

L’aîné Campbell aura même pris le temps de s’examiner sous toutes les coutures, constatant avec plus d’étonnement encore que chacune des petites cicatrices et blessures que la vie lui avait infligées avaient bel et bien disparues, les très récentes comme les plus anciennes. Puis il avait quitté la salle de bain, proprement vêtu, pour rejoindre Kaitlin, découvrant que Dakota comme Ricky avaient disparu pour laisser place à une jeune femme, très semblable à Dakota à l’exception de ses yeux d’un bleu profond, et aussi une aisance à s’exprimer bien moins assurée.

Cette jeune demoiselle les aura invité à rejoindre la cuisine qui dégageait des odeurs très appétissantes. Matt se rendait d’ailleurs pleinement compte que la faim lui comprimait l’estomac, assez violemment, et il ne se fit pas prier pour la suivre. Mais à peine entré que son regard d’émeraude tomba presque nez-à-nez avec d’autres personnes. Deux femmes et un homme, qui semblaient presque aussi surpris de les voir. La plus âgée des deux femmes prit d’ailleurs la parole en les invitant à s’asseoir et à partager un bon repas. Une suggestion que Matthew ne pouvait qu’approuver. Cependant, il ne put s’empêcher de se demander si les deux autres personnes avec elle étaient elles aussi des revenants, comme elle l’avait sous-entendu.

D’un léger signe de tête incliné, l’archéologue avait répondu au salut de la jeune femme blonde qui venait d’entrer, levant légèrement sa main droite à son tour, s’adressant à chacun d’entre eux.


« Bonjour, bonjour. »

Puis il s’était légèrement écarté sur le côté, pour laisser la place à Kaitlin et l’autre timide demoiselle au torchon de s’installer où elles le souhaitaient.

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Lun 22 Fév - 18:49
Dakota me répond et je comprends mieux la réaction de Ricky qui me parait logique. Cependant, je vois que cela la rend triste et avec pudeur elle baisse la tête puis essuie ses larmes. J’ai envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter mais je préfère respecter sa réaction après tout je ne la connais pas encore vraiment.

Ricky continue de parler à Matt d’une façon très sèche, et ensuite il nous dit de suivre Dakota pour aller sûrement tuer le revenant qui approche.

Je commence à suivre Dakota et j’entends un coup de feu qui doit surement annoncer la fin du danger que représentait l’infecté. Je trouve cela très bizarre sur le coup car même si je sais que ces revenants sont dangereux et inhumains, pour moi ce sont surtout des gens malades. Les tuer d’une manière si abrupte comme la guêpe qui gêne pendant le pique-nique, me choque un peu. Cependant, cette réaction très vive me rassure, ça me laisse à penser que je vais dans un endroit où la sécurité prime ce qui est très confortable.

Je commence à apercevoir des bâtiments, tout d’abord une grange qui semble très grande, peut-être y a-t-il encore des animaux dedans. Mon ventre se met à gargouiller à cette idée. Ensuite, j’aperçois une maison qui semble assez rustique mais de taille plutôt correcte sans être énorme.

Matt et moi somme conviés à pouvoir disposer de la salle de bain. Matt très galant, me laisse en disposer la première ce qui me ravit. Enfin une douche ! Je passe une vingtaine de minutes sous celle-ci pour me débarrasser de toute la crasse, et me réapproprier la notion d’hygiène. Je savoure surtout l’eau chaude sur ma peau endolorie et mon corps se détend un petit peu. Ensuite je découvre des vêtements parfaitement propres ce qui ressemble au nirvana.

Avant de me rhabiller, je profite pour m’examiner dans le miroir sous toutes les coutures. Je prends un ciseau qui est posé là et je rabote ma frange pour qu’elle ne traine plus dans mes yeux. Je constate d’ailleurs que je n’ai jamais été aussi maigre et pour le coup j’ai vraiment la peau sur les os.

Etant donné que Matt m’a laissé aller en première je finis vite de m’habiller pour qu’il puisse disposer de la salle de bain. Il entre et pendant qu’il y est j’attends dans le couloir qu’il sorte. Pour le moment je ne connais que lui et je préfère ne pas rester trop seule. Je sens cependant de délicieuses odeurs qui font gronder mon ventre. Matt me rejoint ensuite et la douche l’a vraiment changé en mieux même si la barbe lui donnait un côté plus sympathique que son nouveau rasage. Dans le couloir, une jeune blonde magnifique nous fait signe de venir dans la pièce où elle est. Elle est vraiment belle et elle a de grands yeux bleus qui ne demandent qu’à être contemplé, et elle a un côté naïf que Dakota n’a pas du tout.

J’entre donc accompagnée de Matt et je repère immédiatement un homme noir qui se tient de dos. Je vois ensuite la magnifique blonde et une autre jeune femme inconnue qui nous invite à nous asseoir, elle semble assez autoritaire et confiante. Il y a aussi une autre femme blonde inconnue à côté de l’homme noir.

A l’idée que ce noir soit bien Armstrong mon cœur palpite. Je ne peux pas m’empêcher de courir vers lui pour l’enlacer et tant pis si c’est quelqu’un d’autre. Au passage je bouscule un peu Matt même avec mes 30 kilos actuels.

- Armstrong, c’est bien toi ?!

Je le reconnais immédiatement, il semble aussi mal en point que moi avec le fait supplémentaire qu’il n’a pas dû encore faire connaissance avec la salle de bain.

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Mar 23 Fév - 22:42
Ana reste près de moi et ne se remet pas au milieu de la grange, mais elle donne une réponse malgré tout à Cassandra. Je ne prête pas vraiment attention à ce qu’elle dit je suis un peu perdu dans mes pensées quant à cette nouvelle situation en tant que « revenant ». La main de la vétérinaire apparait devant mes yeux, ce qui me surprends un peu car je ne m’y attends pas. En relevant la tête j’aperçois sur son visage un léger sourire, c’était sans doute une invitation à me relever. Je ne refuse pas cette opportunité car j’aurai sans doute du mal à me relever seul. En plus une femme qui vous fait un sourire en vous tendant la main cela ne se refuse pas. Je tends alors ma main pour attraper celle d’Ana pour me relever. Celle-ci ajoute que la cuisine est un autre genre de science, chose que j’approuve. Je lui fais un sourire pour lui faire comprendre que j’ai la même opinion. En finissant sa phrase, elle me fait un clin d’œil, je ne peux m’empêcher de lui en faire un, du moins j’essaie car je ne sais pas si j’ai fait un clin d’œil ou même si j’ai cligné des deux yeux. La brune à la chemise se dirige ensuite vers la blonde pour l’aider à se relever également. La vétérinaire nous invite à sortir de la grange, je vais pouvoir enfin apprécier la lumière du jour, à ma grande surprise mes jambes me répondent sans trop de difficulté. En sortant je prends mes précautions avec le soleil car il m’irrite les iris, je mets mon avant-bras au-dessus de mes yeux le temps que la lumière ne m’aveugle plus. Elle nous accompagne jusqu’à la ferme, je n’ai pas trop le temps de m’attarder sur les environs que nous rentrons directement dans la ferme qui débouche sur la cuisine.

En entrant dans la cuisine la première chose qui me frappe c’est l’odeur que dégage le faitout sur le feu. Ces arômes que parvient à distinguer mon nez me donnent l’eau à la bouche, et me rappellent mes souvenirs de quand j’étais cuisinier. Malheureusement je n’arrive pas vraiment à distinguer les odeurs, je ne sais donc pas ce que nos hôtes nous mijotent comme repas. Le temps que je remette en route ma mémoire olfactive pour essayer d’identifier notre futur repas. La porte s’ouvre et laisse apparaitre une blonde, puis un homme puis une femme qui me dit vaguement quelque chose.
Je n’ai pas trop le temps de réaliser que c’est Kaitlin, qu’elle me saute dessus pour m’enlacer en m’interpellant par mon prénom. Il n’y a pas de doute possible c’est bien elle.

- Kait c’est toi, comment est-ce possible ?

Je me détache d’elle pour la regarder attentivement, en effet c’était bien elle. Je me sentis un bête en m’apercevant qu’elle était propre et que moi j’étais très sale en plus de sentir mauvais.

- Je suis désolé de t’avoir sali, je ne suis pas présentable.

Cassandra et l’homme s’installent à table et font un signe en disant bonjour. Retrouver Kaitlin me fait un pincement au cœur je ne pensais pas la revoir un jour et aussi tôt. Je n’oublie pas pour autant les règles de bases de politesse et je dis bonjour aussi à mon tour.

- Bonjour à vous.

Puis je regarde Cassandra et j’ajoute :

- C’est la première fois qu’on se dit bonjour alors que j’aurai pu le faire plutôt, je ne suis pas très poli.

Je fini par m’asseoir à la table où il y a de la place.

Ana Stanford

Anonymous
Invité
Jeu 25 Fév - 0:51
Les retrouvailles entre Kaitlin et Armstrong ne manquèrent pas de surprendre les deux femmes résidentes de la ferme. Le visage de la timide Pamela laissant apparaître un sourire empli de douceur et d’empathie face à cette scène bien peu habituelle qu’offraient les deux revenants ; là où celui d’Ana, bien plus renfermé, ne laissait percevoir qu’un mince sourire légèrement aigri, dissimulant aux yeux de tous ses pensées les plus profondes.

D’un geste, elle invita à nouveau ceux qui ne l’auraient pas déjà fait à s’asseoir avant d’elle-même prendre un siège devant une assiette libre, tandis que derrière elle, Pamela s’était approchée de la cuisinière pour en retirer le faitout et le déposer au centre de la table. Ôtant le couvercle qui laissa échapper une nuée de vapeur encore plus odorante que les arômes flottants dans la cuisine, elle dévoila un civet, qu’un initié ou un connaisseur pourra reconnaître comme étant du chevreuil, dans lequel baignaient carottes et pommes de terre coupées.

Un civet fort appétissant donc pour vos papilles affamées par un tel jeûne hors de votre volonté, que la jeune Pamela aura par la suite pris le temps de servir à l’aide d’une large louche, garnissant vos assiettes respectives d’une portion généreuse avant de se servir la dernière, puis de s’asseoir à son tour.

“B-Bon app-pétit,” aura-t-elle simplement bégayé, glissant par la suite un regard vers la vétérinaire, puis vers son assiette dans une flagrante moue de timidité.

Une passation de regard qui n’échappa pas à sa destinataire, laquelle reprit la parole juste après avoir acquiescé d’un bref hochement de la tête à l’intention de la cuisinière, pour finalement revenir à vous. Dans un premier temps, ses yeux azurés se portèrent sur Kaitlin et Armstrong.

“Je n’ai pas souvenir que deux personnes se connaissant ne se réveillent au même endroit, au même moment. Au moins cette coïncidence écourtera-t-elle le temps des présentations, et votre propre solitude,” fit-elle remarquer avant de s’intéresser à Cassandra et Matthew.

“Mais je vais tâcher de briser la glace pour ceux que je n’ai pas eu le privilège d’accueillir à leur réveil. Je m’appelle Ana, je vis ici, en compagnie de Nelson, le propriétaire de la ferme, Pamela, la jeune femme ici présente à qui nous devons ce repas, ainsi que Dakota, Ricky et Clark ; trois autres jeunes gens aux qualités différentes. Peut-être avez-vous pu croiser l’un d’eux qui vous aura mis au fait de votre nouvelle situation parmi le monde des vivants ?”

Cette dernière question, lâchée d’un ton plus sec et tranchant, semblait plus particulièrement s’adresser à Kaitlin et Matthew.

“Quoi qu’il en soit, vous devez désormais très probablement être au fait de toute l’incongruité de votre état. Infectés et morts, quelque part entre ici et les frontières du Texas, il y a plusieurs mois de cela ; et pourtant bien vivants aujourd’hui. J’ignore lesquels d’entre vous y verront là une simple plaisanterie fort douteuse venue de l’Au-Delà, et ceux qui y verront un miracle divin ou biologique quelconque, mais ce dont on va parler ne va guère laisser de place à ces considérations. Car plus que du passé, c’est désormais vers l’avenir qu’il va falloir se tourner, et très particulièrement le vôtre.

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, je vais vous laisser vous présenter les uns aux autres ; ce sera plus commode pour savoir à qui demander la salière…”

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Jeu 25 Fév - 20:13
Heureusement que je ne suis pas restée dans le chemin ou près d'Armstrong, à quelques secondes près une des jeune femmes venant d'entrer me bousculait pour se ruer sur lui. À voir et entendre leurs réactions, je comprend très vite qu'il s'agit là de l'amie dont il parlait. Tant mieux pour eux s'ils se sont retrouvés même s'il ne devait y avoir qu'une chance sur un million pour que cela arrive. Bien contente d'être hors du chemin et assise, je dévisage l'homme brun qui me rend mon bonjour en approchant de la table. Remarquant alors que lui et l'autre femme semblent avoir eu le droit à un tour dans une salle de bains, les enviant d'un seul coup de ce luxe offert et au moins eux ne sentent plus la charogne comme moi et mes vêtements.

La voix d'Arsmtrong me parvient et je comprend qu'il me parle, je reporte mon regard bleu sur lui en esquissant un sourire à ses dires.

- Ce n'est pas grave, on était pas vraiment dans une position apte à la courtoisie.

En lui disant cela, je n'ai pas pu m'empêcher de couler un regard vers Ana, après tout c'est à cause d'elle si nous n'avions pas pu nous parler jusque là. Est-ce qu'elle m'aura vu faire ou non, je n'en ai aucune idée et à vrai dire ce n'est pas important surtout quand la blonde aux yeux aussi bleus que les miens vient déposer le faitout sur la table. J'en salive d'avance et tout le reste n'a plus d'importance pour le moment. J'attends sagement que tout le monde soit installé à table mais aussi servi et qu'on ait le feu vert avant de prendre ma fourchette pour goûter une première bouchée. Un vrai délice ! Bon en même temps j'ai tellement faim que j'avalerais n'importe quoi ou presque là.

Je n'ai pas le temps de reprendre une bouchée du civet que mon ancienne geôlière reprend la parole pour nous resservir un discours sur les habitants de la ferme. En apprenant le nom de la jeune blonde, Pamela donc, je regarde vers elle lui adressant un signe de tête pour la saluer. Pour les autres la seule chose que je retiens, c'est que le dénommé Ricky, celui qui est censé me parler du fameux campement n'est pas là. Elle repart à nous parler de nos avenirs, décidément elle est bien pressée de nous voir foutre le camp d'ici, personnellement j'avais déjà parfaitement compris qu'on allait devoir se barrer d'ici à peine arrivés. Je n'aime pas cette manière qu'elle a pour insister là dessus surtout que de ce qu'elle nous dit et avait déjà dit, ce n'est pas elle la chef ici. Et puisqu'il faut se présenter entre nous d'après elle, je hausse brièvement les épaules et me lance à le faire.

- Moi c'est Cassandra Johnson, vous pouvez m'appeler Cass si vous voulez.

Présentation faite pour ma part, hormis que je n'allais pas redonner mon curriculum vitae non plus. De toute manière cela ne sert pas à grand chose puisque j'ai eu le temps de me rendre compte qu'Ana avait dit vrai, j'ai oublié quasiment tout ce que j'avais appris jusque là. Pourtant ma curiosité scientifique me pousse à m'adresser à Ana en particulier.

- Si je vous suis bien, on vient tout les quatre de se réveiller de la même manière ?

Question un peu bête mais c'est tellement bizarre, effrayant et surprenant toute cette histoire que je ne préfère pas me fier à mes conclusions et aux sous-entendus évoqués.

Matt Campbell

Anonymous
Invité
Sam 27 Fév - 22:45
Matt ne tarda pas à s’installer à table, relevant les manches du pull qu’on lui avait gracieusement fourni avant de se saisir des couverts disposés de part et d’autres de l’assiette. Observant celle-ci se remplir d’un délicieux civet, il ne put que déglutir d’appétence en sentant la salive inonder sa bouche au moment où les arômes du plat cuisiné le rappelaient à sa faim. Néanmoins, l’archéologue dut se résoudre à attendre que tout le monde soit servi proprement avant de réellement porter la première bouchée de nourriture à ses lèvres et enfin satisfaire son appétit.

Il écouta ensuite la dénommée Ana lorsqu’elle reprit la parole tout en mastiquant un morceau de viande en jus avec entrain, voire même une certaine férocité. A l’évocation du prénom de la cuisinière en chef, à qui il devait le plaisir de déguster cet excellent plat, le trentenaire ne put que la gratifier d’un salut silencieux de la tête et d’un sourire poli, mais sincère. Puis il reporta de nouveau son attention et ses émeraudes vers la femme qui paraissait bien plus âgée.

Ses mots se voulaient assez durs, compte-tenu de leur situation à tous les quatre visiblement. De quoi mettre à mal les certitudes et les incertitudes de l’aîné Campbell quant à la réalité plus ou moins onirique de cette seconde vie, ou après-vie, c’était selon. Dans une grimace de réflexion, délaissant son couteau pour se masser la mâchoire d’un mouvement lent de la main, il plissa les paupières en dévisageant Ana avec une certaine insistance. A une autre place non loin de la sienne, une jeune femme fini par se présenter, répondant au doux nom de Cassandra ; une présentation à laquelle l’homme, courtois de nature, répondit d’un salut poli avant de lui-même faire l’effort de se présenter aux quatre personnes qui ne le connaissaient pas encore ; et ce, juste après que Cassandra eut fini de poser sa question à Ana. Une question tout à fait pertinente selon le jugement de Matt.

« Je m’appelle Matthew. Matthew Campbell, mais comme la demoiselle, vous pouvez m’appeler Matt. »

Ayant fini de se présenter à chacun, il tourna une nouvelle fois son regard en direction d’Ana, ses traits se durcissant très légèrement alors qu’il semblait visiblement contrarié par une partie des propos énoncés.


« Sans vouloir paraître ingrat ou désagréable d’une quelconque manière, Ana, je n’apprécie pas vraiment votre manière de présenter les choses. Non pas qu’il s’agisse d’un problème de fond, et encore, mais réellement de forme. Je ne doute pas de vos justifications, ni même de votre volonté à nous venir en aide, mais comprenez bien que la situation actuelle m’est complètement invraisemblable, pour ne pas dire complètement folle. Et je doute être le seul dans ce cas-là donc, ménagez-nous un peu. »

L’homme avait laissé ses gestes en suspens en prenant la parole, un morceau de chevreuil piqué au bout de sa fourchette et gouttant de sauce sur la table, juste à côté de l’assiette.

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Mar 1 Mar - 12:55
Armstrong me parle et s’excuse de m’avoir salie, en effet les manches de mon pull ont été tachées quand je l’ai enlacé.

-Oui c’est bien moi et je te retourne la question, tu étais où ?! Merci de m’avoir laissée seule franchement !

Je m’assois entre Armstrong et Matt puisque c’est la seule place de libre et ça tombe bien puisque je ne connais personne d’autre.

Ensuite, la jeune femme blonde ouvre la cocotte d’où un délicieux fumet vaporeux s’échappe, j’en ai l’eau à la bouche et mon ventre gronde à nouveau. Elle nous souhaite ensuite un bon appétit après nous avoir servi de généreuses portions. Je mange une première bouchée qui je le sens ravit tout mon corps, après la douche, pouvoir manger est vraiment le top du confort dont je peux rêver.
Peu après que j’ai englouti la seconde bouchée, la jeune femme reprend la parole. Et elle évoque ce dont Ricky parlait quand on l’a rencontré et que Dakota avait évoqué. Elle nous demande de nous présenter, ce qui est la base de la politesse en effet. Bien que la joie de retrouver Armstrong me l’ait complétement fait oublier.

L’autre blonde qui était avec Armstrong se présente comme Cassandra, un prénom qui je trouve lui convient parfaitement. Elle pose une question aux deux femmes. Ensuite Matt prend la parole et émet un avis que je trouve extrêmement justifié sur la façon dont elle nous décrit notre nouvelle vie. Je décide de me présenter ensuite, je finis de mâcher un délicieux morceau de civet.

-Moi c’est Kaitlin, mais vous pouvez aussi m’appeler Kat, c’est comme vous préférez.

Je regardais donc ensuite Ana pour lui faire part de mon avis sur ses propos très brut.

-Je suis désolée, mais je suis de l’avis de Matt, je te trouve très sèche, tu n’as pas l’air de te rappeler que tu as été comme nous un jour et c’est bien dommage. Parce que tu nous oblige déjà à commencer à faire des choix alors qu’on n’a pas encore bien compris toute la situation. Et pour nous, le passé c’était encore hier, donc c’est risible de vouloir nous imposer l’avenir. Tout le monde sait que pour pouvoir aller de l’avant il faut savoir prendre du recul sur les événements passés afin de ne pas réitérer des erreurs par exemple. Donc s’il vous plait expliquez-nous ce qui s’est passé depuis l’épidémie dans le détail.

Je continuais ensuite à manger en attendant qu’elle réponde.

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Mer 2 Mar - 16:54
J’ai effectivement sali les vêtements propres de Kait, mais en même temps c’est elle qui est venu me sauter dessus sans que je n’ai le temps de dire quoi que ce soit. Dans le même temps, Cassandra me répond, elle n’a pas tort notre situation n’est pas la plus idéale pour faire connaissance ou même s’adresser la parole pour se dire bonjour.

- Je n’ai pas vraiment eu le choix de te laisser, et puis je ne me rappelle plus vraiment de ce qui s’est passé.

La cuisinière apporta le faitout sur la table, en ôtant le couvercle tous les arômes que j’avais pu sentir tout à l’heure s’intensifiaient à mon plus grand bonheur car l’odeur que ce plat dégageait était plus qu’agréable.  Si mes souvenirs étaient bon, l’intérieur du faitout était composé d’un civet. Il me fallut un certain temps avec de déterminer la viande qui en était l’ingrédient maitre qui doit probablement être un chevreuil. C’est surement dû au fait que je sois revenu que ma mémoire me joue des tours. Ce repas ne manque pas de me faire saliver, et j’ai hâte de pouvoir apprécier ce repas comme il se doit.

Je n’ai pas le temps de dire bon appétit et de remercier la cuisinière qu’Ana prend la parole et comme à son habitude, j’ai l’impression, celle-ci refait un énième monologue. En commençant par faire une petite remarque à Kait et moi sur un ton toujours aussi froid. Encore une fois la vétérinaire nous rappelle que notre séjour ici n’est pas indéfini et qu’on va devoir choisir notre propre chemin. J’apprends aussi le nom de la cuisinière que je pourrai remercier une fois que j’en aurai l’occasion.
Cassandra se présente en première je n’apprends rien de plus sur elle que ce j’avais déjà appris tout à l’heure. L’autre homme se présente sous le nom de Matthew Campbell, et tout comme Cassandra on peut l’appeler par un petit surnom. Kaitlin en fait de même en se présentant, je me sens un peu idiot car mon prénom ne me permet pas un surnom, arm ou strong ne serait pas le meilleur des surnoms.

- Quant à moi je suis Armstrong Wyclif, je vous remercie Pamela pour ce diner je souhaite un bon appétit à tout le monde.

Matt prend la parole en premier et n’hésite pas à dire à la vétérinaire qu’il n’aime pas sa façon de parler. Pour ma part je préfère me retenir pour le moment, de ce que j’ai pu voir d’Ana dans la grange il est préférable que je n’intervienne pas pour le moment. Kait appuie les dires de l’autre homme et ça me donne envie d’intervenir.

- Je me permets juste une suggestion, peut-être ne serait-il pas préférable que nous parlions de notre avenir demain le temps de nous remettre de ses événements et de remettre de l’ordre dans nos esprits.


J’espère que ma suggestion va apaiser l’atmosphère car pour des présentations et comme dit Ana pour briser la glace, j’ai l’impression que la discussion est partie du mauvais pied.
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: