Haut de page
Bas de page



 

[Ferme Wallace] La cuisine - 27/02/2035
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Ferme Wallace :: Vie de camp

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Ana Stanford

Anonymous
Invité
Jeu 3 Mar - 17:12
Après vous avoir demandé de vous présenter les uns aux autres, la vétérinaire s’était tue, vous laissant ainsi tout le loisir de faire brèves connaissances. Prenant le temps d’assaisonner son assiette, puis de porter une première fourchette garnie d’un cube de pomme de terre à sa bouche, Ana n’avait pas manqué de porter un certain intérêt à la première remarque de Cassandra, arquant un sourcil entre interrogation et surprise. Mais ce furent les interventions de Matthew, puis de Kaitlin l’une après l’autre qui lui arrachèrent en second lieu une grimace plus contrariée.

Avalant sa première bouchée après l’avoir lentement mâchée, semblant y réfléchir en même temps qu’elle mastiquait, ce fut presque avec une certaine appréhension qu’elle tourna le visage en direction d’Armstrong, dernier à prendre la parole. Cependant, la suggestion de l’afro-américain ne lui fit qu’esquisser un petit sourire en coin, à la fois amusé et acariâtre avant de ramener son regard vers Kaitlin et Matthew, les deux ressuscités avec qui elle n’avait pas eu le loisir d’échanger plus que quelques mots.

“Afin de clarifier les choses...” répondit-elle en portant son attention plus spécifiquement sur Kaitlin. “...sachez que non, j’ai eu la chance et la bonne idée de ne pas me faire croquer par un infecté. Je n’ai rien vécu de tout ça, et j’ai même eu beaucoup de mal à y croire quand on me l’a dit les premières fois. Ensuite, pour vous répondre Cassandra,” poursuivit-elle en porter son regard vers la concernée. “...vous avez visé juste. Vous êtes vraisemblablement tous les quatre revenus d’entre les morts, comme de nombreux autres avant vous, et pour ceux qui ont déjà eu le luxe de prendre une douche, vous aurez sûrement pu constater que toutes vos blessures et cicatrices ont été gommées de votre peau, qu’importe leur ancienneté.

Par ailleurs, à votre réveil et à côté de vos corps se trouvaient quelques objets, d’apparence neuve et qui ne se trouvaient pas en votre possession lors de votre décès.”
A cette remarque, elle jeta un regard à Cassandra et Armstrong, avant d’ajouter une précision destinée à clarifier ce point. “J’ai pris soin de mettre les vôtres de côté avant que vous ne repreniez conscience.”

Elle s’interrompit le temps de prendre une nouvelle bouchée de civet, mastiquant celle-ci toujours pensivement et reprenant la parole, la bouche encore un peu encombrée d’un morceau de viande.

“Pour che qui est des évènements…” elle déglutit finalement. “...sans entrer dans les détails parce qu’il y en a finalement peu, nous sommes tous prisonniers entre les frontières du Texas. Les murs dressés au moment de la quarantaine retiennent aujourd’hui captifs les morts comme les vivants, et à moins de vous dégotter un avion, il vous sera extrêmement difficile de quitter la région. Quant au reste du monde, on n’en a aucune nouvelle. Impossible de savoir ce qu’il a pu advenir de l’Europe ou de l’Asie, mais nous n’avons aucune nouvelle du reste du pays, pas la moindre manifestation de la part des forces armées ni des instances gouvernementales, pour peu qu’elles existent encore. Notre société, telle que nous la connaissions il y a encore un an de ça s’est totalement effondrée et notre quotidien ne repose plus que sur deux certitudes.

Aucun de nous n’est certain de connaître le lendemain, et le monde est de nouveau régi par la seule loi du plus fort,”
avait-elle exprimé avec un certain fatalisme en regardant Armstrong, répondant de manière détournée à sa question par la négative.

“Prenez déjà le temps de savourer votre repas en gardant à l’esprit qu’il pourrait être le premier et le dernier de votre nouvelle chance. Revenir sur le passé, prendre du recul et apprendre de ses erreurs, tout ça reste une belle philosophie. Mais ça n’est rien de plus qu’un ramassis d’inepties désormais. Cela demande du temps ; et le temps est un luxe devenu très rare, tout comme le droit à l’erreur. Désormais, la moindre erreur s’avère fatale dans la majorité des cas, et il n’y a pas d’autres leçons à tirer de votre passé que celle-ci : ne pas se faire mordre. Pour le reste, rien de ce que l’on avait pu connaître par le passé ne nous avait préparé à cela, et ça vaut d’autant plus pour vous que pour tous les autres qui avez désormais tout à réapprendre,” conclut-elle sur une note encore plus grave, vous dépeignant là un tableau bien sombre.

“Je ne prends guère de plaisir à me montrer aussi franche et directe avec vous, mais ce monde ne vous ménagera pas et ne vous laissera probablement aucun répit. Ce serait assez malvenu de ma part de vous bercer de cette illusion d’entrée de jeu. Si Nelson et nous vous accueillons ainsi, vous offrant le gîte, le couvert et quelques réponses à vos questions, c’est simplement parce que nous avons encore une conscience et une morale. Mais là dehors, nombreux sont ceux qui ont troqué ces deux valeurs contre l’assurance de voir le soleil se lever le lendemain.

Ici au moins, vous êtes en relative sécurité, le temps de reprendre vos esprits. Par la suite, d’ici quelques jours, nous prendrons contact avec un groupe de survivants situés en périphérie de la ville. Des survivants qui ont vécu le même traumatisme que vous, dont la plupart sont arrivés ici-même de la même manière et n’ont eu d’autres choix que de réapprendre à vivre, et encore plus apprendre à survivre. Et Dieu sait qu’il y a beaucoup à apprendre de toutes les menaces qui pèsent sur chacun de vous désormais.”

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Ven 4 Mar - 21:30
Après avoir posé ma question et en attendant d'en avoir la réponse mais aussi que les autres se présentent, je m'intéresse de nouveau à mon assiette pour en savourer chaque bouchée. Que cela soit la viande, que je ne peux identifier, ou que cela soit les cubes de pomme de terre, un vrai régal. Pamela est une excellente cuisinière d'après mon expérience, bien qu'en même temps je viens de me réveiller après je ne sais combien de temps. Enfin si je le sais mais je n'ai pas envie de penser à cela, pas pour le moment en tout cas. Les présentations faites et après avoir ainsi appris le nom des autres, tout du moins pour deux d'entre eux puisque j'ai déjà pu entendre Armstrong le faire, j'entends Ana reprendre la parole. Je reporte alors mes iris azur sur la femme pour l'écouter surtout lorsqu'elle répond à ma question, elle pourra me voir hocher la tête simplement montrant ainsi que j'assimile ce qu'elle me dit. Finissant néanmoins par arquer un sourcil en l'entendant parler d'objets semblant neufs qu'elle a mit de côté, ma curiosité l'emporte et je profite de sa courte pause pour lui demander des précisions.

- Quels objets ?

Au moment de ma mort, à part un stéthoscope autour du cou je n'avais rien d'autre sur moi si ce n'est les habits que je porte. Cela m'intrigue d'autant plus qu'Ana semble savoir que je n'avais rien de tel avant mon décès. Pour le reste, je la laisse parler et je dois bien avouer que cela me fout un sacré coup au moral alors qu'elle nous détaille un peu plus ce qu'il s'est passé pendant mon « absence ». Un coup qui en temps normal m'aurait sans nul doute coupé l'appétit et pourtant il n'en est rien, la faim l'emporte sur le reste. Tout en trifouillant mon assiette, je me rend compte que malgré ma faim et le fait que ma fourchette pleine rejoint régulièrement ma bouche, je le fais par automatisme plus qu'autre chose. Et quand mon ex geôlière termine de parler, je lâche à demie voix sans savoir qui m'entendra.

- Pas de manifestations pour le moment mais le CDC est déjà entrain de chercher un remède ou quelque chose, voir ils l'ont déjà trouvé, il suffit d'attendre...

Sans doute suis-je dans le déni mais ayant bossé de longues années là bas, il m'est impossible de penser autrement et que tout n'existe tout simplement plus du tout. Il y a forcément quelque chose, quelque part qui tient encore debout et ils font certainement tout ce qui leur est possible pour solutionner les choses, ils ont juste été débordés par un événement sans pareil. Mon assiette se retrouvant rapidement vide, je relève la tête et mon regard vers Ana et Pamela avant de m'éclaircir la gorge.

- Puis-je profiter d'une bonne douche à mon tour ?

Je n'en peux plus de cette odeur certes et j'ai envie de sentir l'eau couler sur mon corps mais j'ai surtout besoin de m'isoler un peu des autres, pouvoir réfléchir au calme mais surtout pouvoir laisser mes larmes couler alors que je les sens monter en moi.

Matt Campbell

Anonymous
Invité
Sam 5 Mar - 13:26
Continuant son repas et contentant sa faim, Matthew avait laissé Ana poursuivre ses explications et donner davantage de détails aux survivants revenus qu’ils semblaient tous être. Il n’avait quitté la vétérinaire du regard que pour saluer d’un signe de tête silencieux le second homme lorsqu’il avait pris la peine de se présenter au reste des invités présents. Avalant chaque bouchée en prenant à peine le temps de la mâcher pour combler la faim tenace qui le taraudait, il tâchait de se concentrer sur les propos de leur hôte qui n’avaient rien perdu de leur franchise presque brutale. L’aîné Campbell ne manqua d’ailleurs pas de manifester sa gêne et sa frustration d’être ainsi secoué par toutes ces nouvelles qui ne laissaient que peu de place à l’optimisme concernant leur propre situation, et leur précarité à venir.

En effet, tout déboussolé qu’il était et malgré les réserves qu’il gardait sur la réalité de sa présence et de ce qui l’entourait, il se serait senti bien aise de rester dans cette ferme d’apparence si tranquille, à l’ambiance presque routinière où rien ne semblait rappeler qu’une apocalypse et une extinction massive de l’espèce humaine avaient eu lieu. Mais à contrario, il ne pouvait s’empêcher de ressasser les propos du jeune homme au chapeau de cow-boy, qui avait parlé de Melody comme s’il la connaissait réellement. Une curiosité que l’archéologue se devait d’éclaircir au plus vite alors que la mention de sa soeur soulevait de nouveau chez lui quelques bouffées d’inquiétude qui n’entamaient en rien sa résolution perpétuelle : retrouver sa soeur, à n’importe quel prix.

Tournant ses deux émeraudes pour finalement les poser sur Ana quand elle eut fini de parler, il passa sa langue sur ses lèvres, se débarrassant ainsi de quelques résidus de sauce restant aux commissures de ses lèvres, il la dévisagea durant quelques secondes avant de reprendre la parole.


« Votre ami, Ricky je crois, a mentionné tout à l’heure la présence d’une certaine Melody Campbell dans les environs. La connaissez-vous ? Fait-elle partie de ce groupe de survivants que vous mentionnez ? »

Matt avait bien d’autres question à poser qui lui venaient à l’esprit, mais à ses yeux, aucune ne pouvait prévaloir sur la vie de sa soeur et la possibilité de la retrouver. Son assiette vidée, il la repoussa de quelques centimètres vers le centre de la table avant d’apposer ses coudes de part et d’autres, joignant et entrelaçant ses doigts sans quitter la vétérinaire du regard. Il avait bien conscience qu’il s’agissait là d’une question qui ne le concernait que lui, et qui pouvait apparaître comme parfaitement égoïste, mais les retrouvailles toutes fraîches entre Kaitlin et Armstrong avaient suscité chez lui une sérieuse espérance quant à retrouver sa frangine dans un avenir proche.

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Mar 8 Mar - 19:56
Suite à cela Armstrong, prend la parole et essaie d’apaiser les esprits, l’atmosphère étant électrique c’est sûrement bienvenu. Je vois qu’Ana grimace d’une façon que je trouve comique qui signifie sûrement qu’elle n’a pas envie d’apaiser les tensions. Elle regarde Armstrong puis se tourne vers Matt et moi l’air extrêmement contrarié avec un sourire inquiétant.

Et là elle nous sort la chose à laquelle je m’attendais le moins du monde c’est-à-dire qu’elle n’a pas été mordue comme nous donc ce n’est pas étonnant qu’elle ne comprenne pas le choc qu’on a vécu à notre réveil. Elle continue à parler et répond à Cassandra ensuite elle explique à mes deux camarades qui étaient avec elles apparemment qu’elle leur a pris leurs biens. C’est encore une chose que je trouve révoltante de sa part.

Elle continue ensuite son monologue en mangeant ce qui donne une dimension encore plus répugnante à ses propos. En gros elle nous apprend que nous sommes encerclés par les morts censés nous sauver. Youpi ! Ce qui a pour conséquence de nous couper du Monde et de nous ramener à l’état de Cro-Magnon.

Après elle continue et je sens que ces propos me visent particulièrement puisqu’elle qualifie « d’inepties » le fait de vouloir réfléchir à la situation avec du recul. Et pour elle tout ce qui compte c’est de ne pas être contaminé par les malades. Pour le reste elle nous explique les motifs qui poussent cette communauté à vouloir nous aider et ils semblent louables ce qui détend l’atmosphère. Il n’empêche que tout ce monologue que j’écoute en mangeant consciencieusement me fait froid dans le dos quand je pense que nous sommes encerclés par des murs et des morts, voire des vivants dégénérés.

Ana finit son monologue que j’ai du mal à digérer et Cassandra lâche une phrase à peine audible mais ce que j’entends me fait tout de suite réagir.

- Cassandra, tu crois vraiment que ton CDC tient encore debout après ce que vient de dire Ana ? Il vaudrait mieux t'oter cette idée de la tête sinon tu seras déçue…

Je ne veux pas la vexer mais ce qu'elle dit est pour moi un véritable non-sens. Ensuite, Matt prend la parole et il évoque sa sœur, j’espère qu’il pourra la retrouver mais je crois que si elle n’est pas entre ces murs il ne la retrouvera probablement jamais et même si elle y était, ce sera difficile.

Je ne peux cependant pas m’ôter une certaine idée de la tête et je pose la question à Ana.

- Est-ce que tu sais si certains ont trouvé une brèche pour sortir hors du Texas ou tentent d'en trouver ou d'en faire une ?

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Jeu 10 Mar - 19:36
En attendant la réponse d'Ana, je continue de manger le délicieux repas que Pamela nous a concocté. Je m'attends à une réponse négative de sa part, Depuis le début, elle est assez froide même si elle nous offre le gîte et le couvert. En voyant son sourire je comprends assez rapidement que sa réponse sera bien évidemment négative. Cependant, elle ne commence pas par me répondre, elle répond d'abord à Kaitlin puis à Cassandra. La réponse faite à Cassandra est la plus intéressante pour moi car elle m'apprends deux choses. A priori toutes nos cicatrices et nos blessures ont disparues, je n'ai pas vraiment prêté attention à mon corps depuis que je suis revenu d'entre les morts. Je n'ai pas encore pris de douche non plus, j'aurai donc l'occasion de vérifier l'exactitude de ces propos. De plus, Ana nous aurait pris des objets qui se trouvaient près de nos corps, cela me semble vraiment étrange.

- Ah bon des objets ? Vous comptez nous les rendre ?

Sans doute encore une précaution de la part de la vétérinaire, je me demande si elle nous cache encore des choses… En reprenant la parole, elle détaille un tableau sombre de la situation actuelle, on serait bloqués au Texas, et plus aucune institution ne régit le pays ou même l’État du Texas.
Son regard me fit bien comprendre que sa réponse serait effectivement négative.
A mon grand regret elle continua à faire une description bien pessimiste de notre avenir. Pour briser la glace on peut être sur qu'avec la vétérinaire c'est efficace.

- C'est gentil de nous accueillir Ana et je vous en remercie, mais je pense qu'il faudrait faire preuve d'un peu plus de diplomatie. J'ai l'impression que notre présence vous gêne plus qu'autre chose, peut être que je me trompe.

Je tourne mon regard vers Pamela en lui esquissant un sourire.

- Je dois bien admettre que vous êtes une excellente cuisinière et je sais de quoi je parle.

Je sais pas trop dans quoi je m'engage mais je trouve qu'Ana nous manque un peu de respect malgré son hospitalité. Apparemment, on a encore un peu de temps devant nous pour nous reposer, ensuite on devra rencontrer des survivants qui sont revenus comme nous. Cette perspective ne m'enchante pas vraiment. Cassandra prends la parole dans la foulée pour parler à nouveau du CDC à croire qu'elle ne jure que par eux. Kait lui répond d'une manière assez brute, je n'aime pas trop sa façon de répondre, mais je n'ai pas envie de me faire encore remarquer. Je profite de la question de Cass pour faire une petite blague pour détendre l'atmosphère.

- J'aimerai également prendre une douche, avec Cassandra si possible.

Après réflexion ce n'était peut être pas la meilleure idée, mais bon j'en ai marre de n'entendre que du négatif alors qu'après tout c'est une seconde chance pour nous.

Ana Stanford

Anonymous
Invité
Sam 12 Mar - 3:50
A la fin de son laïus, Ana avait laissé le temps s’écouler en silence afin que chacun des survivants puissent digérer les informations qu’elle venait de leur donner, prenant ainsi le temps de continuer son assiette avant que son contenu ne refroidisse de trop. Lentement, portant sa fourchette à ses lèvres, elle avait simplement redressé le regard vers Cassandra que la jeune femme prit la parole, demandant quels objets elle avait bien pu leur “confisquer” à leur réveil, appuyée peu après par Armstrong. Des questions qui ne reçurent pour seule réponse qu’un mouvement de tête horizontal, signifiant qu’elle ne s’étendrait pas sur ce point, du moins pour l’instant.

Tout comme elle ne répondit rien à la remarque de la jeune blonde à propos du CDC. Difficile cependant de juger si c’était par ignorance ou par volonté. Néanmoins, la vétérinaire ne put s’empêcher d’esquisser un mince sourire entendu à la réponse de Kaitlin qui s’adressait directement à la ressuscitée avant d’à nouveau l’interroger directement, peu après Matt qui semblait bien plus soucieux de la situation de Melody que sa propre situation.

Mais avant qu’elle ne puisse répondre, quoi que ce soit, ce fut la timide Pamela qui n’avait jusqu’à lors pipé mot, à l’exception d’un discret “merci” adressé à Armstrong pour son compliment, au point de s’en faire presque oublier qui s’était redressée de sur sa chaise, débarrassant son assiette vide en la déposant sur le meuble de cuisine dans son dos avant de porter son regard océanique sur Cassandra.

“Je-Je vais te c-conduire à-à la salle de bai-bain,” bégaya-t-elle en adressant un timide sourire à la concernée avant de tourner son visage poupon aux joues soudainement rosies vers l’afro-américain. “Seule…” crut-elle judicieux d’ajouter dans un sourire moins timide, plus amusé, en réponse à la plaisanterie d’Armstrong avant de se diriger vers les portes battantes de la cuisine pour montrer le chemin à l’autre blondinette du groupe de convives.

Cassandra

Accompagnée de Pamela, et voyant bien que tu n’obtiendrais pas vraiment de réponse à tes questionnements de la part de la vétérinaire, la jeune cuisinière aura finalement attendu que tu te lèves, puis accompagné jusqu’à la salle de bain située à une dizaine d’enjambées de la cuisine.

“Je-Je vais a-aller te ch-cher-chercher des affaires pro-propres,” t’informa-t-elle d’une voix douce, avant de te laisser seule dans la salle d’eau et refermer la porte derrière toi.

Tous (hors Cassandra)

Alors que Cassandra et Pamela quittaient la cuisine l’une après l’autre, la vétérinaire en avait profité pour mettre un peu d’ordre dans ses pensées et organiser sa réflexion, suite aux multiples questions portant sur des sujets divers de la part des trois ressuscités restants. Il lui aura fallu quelques minutes pour finalement faire le tri et arranger au mieux ses réponses, dans le but peut-être de vous ménager un peu plus.

Braquant son regard vers Matt dans un premier temps, l’observant et soutenant son regard avec une attention et une concentration toute particulière, elle avait fini par hocher imperceptiblement de la tête avant de répondre à l’archéologue.

“Vous avez le même regard, profondément vert,”
fit-elle remarquer sur un ton presque évident. “Frère et soeur ?” demanda-t-elle par simple curiosité, laissant un bref instant au concerné pour répondre avant d’enchaîner et satisfaire à la requête de Matt.

“En effet, Melody appartient bien à ce groupe. Il me semble qu’elle le dirige, ou le co-dirige, si ma mémoire est bonne... Je l’ai revu il n’y a pas si longtemps, pour refaire les sutures et les pansements des blessures par balles qu’elle a reçues ; mais ne vous inquiétez pas, elle est hors de danger,”
expliqua-t-elle en tâchant de se montrer assez rassurante, avant de passer à un autre sujet, qui concernait la demande de Kaitlin.

Au moment de reprendre la parole et fournir quelques explications à la jeune femme, tous auront pu voir se visage se faire de nouveau plus sévère, sa réponse se voulant précédée d’un signe de tête négatif.

“Si certains sont assez fous pour le tenter, grand bien leur fasse. Il doit y avoir des dizaines de milliers de rôdeurs massés aux pieds de ces murs, et probablement autant de l’autre côté des frontières. Comme je vous l’ai dit, si vous voulez quitter le Texas, ce sera par la voie des airs, ou en creusant un trèèèès long tunnel,” souffla-t-elle dans un sarcasme parfaitement palpable. “Vous feriez mieux d’oublier cette idée, et si vous vous entêtez dans cet objectif, dites-vous que ce qui rôde dehors, à quelques miles aux alentours, saura bien rapidement vous faire reconsidérer votre quotidien,” ajouta-t-elle d’un ton monotone empreint de fatalisme, avant de reporter son attention et ses prunelles azurées sur Armstrong.

“Et non, je n’ai rien contre votre présence, et vous ne me gênez absolument pas. Comprenez simplement que cela fait des semaines que l’on ramasse des gens comme vous, revenus à la vie on-ne-sait comment ni pourquoi, des semaines qu’on leur ressort le même refrain pessimiste mais pragmatique ; et dernièrement, l’une de ces jeunes ressuscités, une gamine, nous a fait une crise cardiaque quelques minutes seulement après son réveil. Elle est enterrée près de la grange, à côté d’autres. Désolée donc de ne pas vous ménager, ou de ne pas me montrer spécialement cordiale et chaleureuse envers vous, mais cette situation a une certaine tendance à peser sur le moral de chacun ici. Et je préfère ne pas trop m’attacher ou m’impliquer émotionnellement vis-à-vis de vous, sachant que vous risquez vous aussi de disparaître.

Les morts ne souffrent pas, eux,”
termina-t-elle, entre lassitude et amertume, avant de se servir un verre d’eau, vous proposant par la même de remplir vos verres.

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Sam 12 Mar - 20:22
Je ne suis pas la seule à me poser des questions vis à vis des fameux objets dont Ana a parlé mais aussi bien Armstrong que moi même ne recevons aucune réponse. Cette femme et sa façon de nous aborder me plaisent de moins en moins, plus elle parle moins je l'apprécie pour tout dire. C'est à peine si elle daigne nous adresser un signe de tête pour signifier qu'elle ne dira rien pour le moment. Je n'ai pas fait attention à ce que j'ai bien pu dire mais visiblement la dénommé Kaitlin a bien entendu et se permet de m'en faire une réflexion, je lui ai rien demandé à celle là pour qui se prend t-elle ? Comme s'il y en avait pas assez avec mon ancienne geôlière. Ma frustration est bien assez grande comme cela et cette inconnue se permet de choses qu'elle ne connaît pas. Mes iris azur se reportent sur elle et je lui répond d'un ton glacial.

- Vous feriez mieux de ne pas parler de choses qui échappent à votre compréhension et vos connaissances.

J'ai beau avoir toujours réussi à maîtriser mes nerfs, du moins en grande partie, j'ai l'impression de crouler sous mes sentiments et qu'ils ne vont pas tarder à prendre le contrôle de mon corps. Tout ceci augmentant mon envie de m'isoler de ces personnes mais j'en viens à me demander si cela aussi est un effet secondaire lié à ce réveil inpromptu. C'est à peine si j'entends la question de l'homme disant s'appeler Matthew, en tout cas je suis incapable de me montrer compatissante envers lui. Mais surtout ses paroles s'effacent aussitôt de mon esprit alors qu'Armstrong prend la parole, ses mots me figent sur place et mes yeux s'écarquillent de la surprise qui me prend mais aussi de la gêne qui arrive immédiatement après. Heureusement pour moi, Pamela vient à mon secours en me disant qu'elle va m'emmener à la salle de bain. Je m'empresse alors de me lever sans doute trop vite pour dissimuler que les paroles de mon compagnon de réveil me perturbent et me troublent d'une manière ou d'une autre.

Sans un seul regard vers les personnes présentes, je me dépêche d'emboiter le pas à Pamela pour la suivre jusqu'à la salle de bain, mon esprit se remettant plus ou moins en route, je lui lâche en chemin.

- Merci Pamela, sans toi je ne sais pas comment je me serais sortie de là.

Parvenue à la salle de bain, j'observe la pièce mais surtout la douche avant de me retourner vers Pamela quand elle me parle de nouveau, arrivant à esquisser un sourire, je ne peux pas m'empêcher de la remercier une nouvelle fois.

- Merci.

La porte à peine refermée sur moi que je m'approche du miroir pour m'observer, j'ai les traits tirés et le teint blanc sans parler du fait que j'ai encore maigri, je ne me reconnais que peu dans la femme que je vois dans le miroir. Avisant une serviette propre et sèche, je la ramène à mes côtés alors que je commence à me déshabiller pour me défaire de la puanteur de mes vêtements et les pousser un peu plus loin dans la pièce. Du mieux que je peux, j'essaye d'observer mon corps dans ce miroir, les quelques petites imperfections de ma peau semblent avoir été bel et bien effacées comme Ana a pu me le dire. Je finis par m'apercevoir que mon corps est prit de légers tremblements, est-ce le froid ou tout ce qu'il s'est passé depuis que j'ai reprit conscience ? Je n'en ai aucune idée, finissant par me diriger vers la douche pour y entrer avant de mettre l'eau chaude à couler. Un délice certain pour mes muscles encore noués, mon attention se relâche et mes larmes me submergent, je m'appuie à la paroi de la douche me laissant glisser petit à petit sur le sol. Sans même m'en rendre compte, je me retrouve assise sous le jet d'eau chaude, mes bras venant entourer mes genoux quand mes jambes remontent vers ma poitrine. Je reste ainsi à pleurer et à évacuer la tension dans mon corps et un peu celle de mon esprit.

Matt Campbell

Anonymous
Invité
Lun 14 Mar - 23:36
Matt avait gardé la pose le temps que la vétérinaire ne réponde à ses questions, relevant juste ses index l’un contre l’autre de ses mains liées pour les amener contre ses lèvres, lui conférant ainsi un air concentré et pensif à propos de tout ce que pouvait leur dire Ana. Celle-ci ne manquait d’ailleurs pas de répondant, quand on considérait la diversité des sujets abordés. Mais de ce qu’il en comprenait au fur et à mesure des mots délivrés, elle semblait rodée à l’épreuve, débitant son monologue avec un détachement et un fatalisme trop appuyés pour être spontanés.

La seule véritable distraction qui arracha Matt à l’observation, presque insistante, d’Ana fut la demande de Cassandra, suivie de son départ pour la salle de bain. Il ne put dissimuler derrière ses index le léger sourire amusé que lui avait arraché la remarque d’Armstrong ; une plaisanterie claire et bien amenée, sans détour, qui si elle n’avait pas la prétention d’être particulièrement subtile ou recherchée, n’en restait pas moins une véritable bouffée de fraîcheur distillée au coeur d’une conversation plutôt grave et lourde. En d’autres circonstances, l’archéologue aurait même pu en rire plus ouvertement si toute son attention et ses pensées ne se trouvaient d’ores et déjà pas tournées vers le devenir de sa frangine.

Néanmoins, l’aîné Campbell ne pouvait désormais plus s’empêcher de guetter du coin de l’oeil la réaction de celle qui avait partagé son réveil à ses côtés, curieux de savoir si elle allait réagir avec humour ou jalousie. Mais ce furent bel et bien les yeux bleu de la vétérinaire qui captivèrent bien rapidement toute l’attention de Matt alors que ceux-ci le fixaient assez intensément. Plissant le front, l’homme ne put s’empêcher d’arquer un sourcil interrogateur, quelques fractions de secondes avant que l’annonce ne tombe.

Surpris de voir que la vétérinaire n’en déduise le lien de fraternité qui unissaient Melody et Matthew par la seule couleur de leurs yeux, il se redressa légèrement sur sa chaise, soudainement très intéressé par la suite de ce qu’elle pourrait lui dire. Déliant ses doigts noués, il croisa ses bras sur la table en se penchant légèrement en avant par dessus celle-ci, la teneur des propos à venir risquant de faire mentir sous peu son caractère d’homme immensément patient.


« En effet. »

Il avait répondu assez sobrement, dans un souffle impatient. Et la suite des propos d’Ana lui firent l’effet d’un coup de poing dans l’estomac. Sa soeur ? Blessée par balles ? Matt serra les poings comme les mâchoires en entendant cela, ses intestins se nouant d’une violente et soudaine bouffée d’angoisse ainsi qu’un profond sentiment d’impuissance. Et apprendre qu’elle allait bien, une expression à nuancer et encadrer de nombreux guillemets, ne soulageait en rien la culpabilité insidieuse et irrationnelle dont il se blâma en cet instant. Il aurait dû être là pour la protéger. C’était son rôle, le rôle de toute sa vie qui lui avait tenu à coeur tout au long de ses derniers mois d’errances dans ce pays délabré par l’épidémie. Et s’il y avait de quoi sourire de l’ironie de la situation, cela ne fit pas esquisser la moindre ride d’humour à l’archéologue qui ne s’était jamais su aussi proche de sa soeur depuis plus d’un an désormais.

D’un geste nerveux, il passa sa main droite dans ses cheveux, du haut de son front jusqu’à la base de sa nuque en poussant un long soupir de contrariété soucieuse. L’esprit en proie à ses réflexions et ses idées noires théorisant sur le pire mal possible, il n’écouta que d’une oreille distraite le reste des mots d’Ana, se moquant bien de savoir comment quitter l’état qui l’avait vu naître alors que sa soeur s’y trouvait en plein coeur, et blessée. Dévoré par son impuissance, Matt ne pouvait envisager de rester plus longtemps ici en ayant appris que sa soeur se trouvait auprès d’inconnus, s’enorgueillissant qu’aucun de ces gens ne sauraient la protéger des autres et d’elle-même mieux que lui.

Il attendit ainsi que la vétérinaire termine de parler pour se lever de table, plaquant ses deux mains sur le bois pour s’aider à se redresser avant d’adresser un regard déterminé vers son hôte.


« Emmenez-moi là-bas, à ce campement. Ma soeur a besoin de moi. »

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Jeu 17 Mar - 19:10
Suite à ma question. Cassandra me répond en prenant la mouche mais je laisse couler car je n’ai pas envie de laisser planer une mauvaise ambiance plus longtemps.

Armstrong prend la parole et il demande à rejoindre Cassandra sous la douche une plaisanterie qui me fait éclater de rire. Cette idée saugrenue et la réaction de Cassandra amplifie encore le comique de la situation. Pamela rosit ensuite en précisant qu’elle emmène Cassandra se laver seule, c’est plutôt mignon de sa part. Cependant, l’intéressée a pris au premier degré la plaisanterie alors qu’elle était plutôt censée détendre un peu l’atmosphère. Je dénote donc le manque d’humour de Cassandra, une personne qui commence vraiment à me peser sérieusement…

Suite au départ de Cassandra l’atmosphère se détend, étant donné la redondance de ses propos. Même si ça peut se comprendre j’en ai un peu marre de son côté blondasse hautaine et ça lui fera du bien aussi de se sentir plus « femme » après une bonne douche. Peut-être que ça aura un effet bénéfique sur son caractère, voire ça la rendra plus sociable.

Matt en apprend un peu plus sur sa sœur qui est apparemment en mauvaise posture, il parait vraiment choqué par la nouvelle et je ne peux pas m’empêcher de compatir. Surtout parce qu’il semblait vraiment perdu sans elle, et que si la blessure est plus grave que ce qu’indique Ana il pourrait la perdre.

Ensuite la vétérinaire s’adresse à moi, elle m’explique que mon idée a déjà été exploitée et que c’est celle d’un fou, peu ou prou. Je me sens découragée par cette nouvelle, je pensais avoir l’idée du siècle surement comme d’autres avant moi. Cependant, je trouve qu’elle est moins cynique qu’auparavant dans ces explications et je me félicite de l’avoir reprise un peu plus tôt.  

Elle continue son monologue et je comprends mieux sa position, il est vrai que ça doit être compliqué de voir mourir des gens recueillis semaine après semaine. Il est plus simple d’essayer de se détacher de la situation en ne s’attachant pas trop aux gens. Même si je ne pense pas qu’elle soit si détachée qu’elle veuille le faire croire.  

Tout à coup, Matt me sort de ma réflexion, il se lève d’un coup et il explique qu’il doit aller tout de suite voir sa sœur. Je me lève à mon tour et je presse son bras pour qu’il se calme et j’essaie de le raisonner.

- Tu as raison de vouloir aller la voir mais maintenant c’est très dangereux, on ne sait pas ce qui nous attend vraiment et on est déjà mort une fois. Tu devrais te méfier attends un jour ou deux qu’on connaisse mieux la situation et qu’on puisse se préparer pour que tu partes en sécurité !

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Ven 18 Mar - 14:32
La timide Pamela me lâche discrètement un petit merci à l’attention de mon compliment. Elle s’adresse ensuite à Cassandra pour la conduire à la salle de bain. La cuisinière ajoute que la blonde ira seule à la salle de bain, je m’attendais à une réponse de ce genre mais venant de la part de Cassandra plutôt que de Pamela. En tout cas elle esquisse à nouveau un sourire en répondant à ma plaisanterie. La blonde aux yeux azurés ne me répond pas, et s’empresse d’emboiter le pas de la cuisinière, je ne sais pas trop comment elle a pris ma blague, si elle éprouve de la gêne ou sil elle me prend pour un imbécile. Dans le même temps Kaitlin ne peut s’empêcher d’éclater de rire ce qui me fait sourire, je n’ai pas osé rigoler à mon tour car je ne voulais pas blessé Cassandra à la vue de sa réaction et je n’ai pas vraiment le moral malgré ma petite blague. Il est vrai que c’est agréable de voir cette jeune femme sourit contrairement à Ana qui est plutôt froide. Ce léger sourire me remonte un peu le moral après ce que vient de nous dire Ana. Avant que les deux filles partent pour la salle de bain je m’adresse à Pamela, avec un léger sourire.

- J’espère tout de même avoir le droit d’aller me laver même si je suis seul.

Suite au départ des deux femmes, Ana reprends la parole, j’espère qu’elle ne dira pas de nouvelles choses sombres. Elle répond dans un premier temps à Matt, on apprend tous que sa sœur est bien vivante et qu’elle serait dans le camp où on va être dirigé un peu contre notre gré, tant mieux pour lui s’il peut retrouver sa sœur. En tout cas la vie de sa sœur n’a pas été rose, et cela appuie bien les dires d’Ana sur le nouveau monde auquel nous allons bientôt être confrontés. Mais Ana ne tarde pas à retomber dans le pessimisme en répondant à Kait, il semblerait que tout espoir soit définitivement impossible à réaliser.

La vétérinaire me répond ensuite et m’explique pourquoi elle est si pessimiste et froide avec nous. Avec ces explications je comprends mieux son attitude envers nous, son attitude me parait plus compréhensible. A vrai dire je ne sais pas vraiment comment j’agirai à sa place ce qui m’interroge, peut être que j’ai été moi aussi un peu froide avec elle. Apparemment, une petite fille a fait une crise cardiaque quelques minutes après être revenue à la vie. Avons-nous eu de la chance de ne pas connaitre le même sort ? J’attends qu’Ana finisse de parler pour lui répondre.

- Je comprends désormais votre attitude assez froide vis-à-vis de nous, ça ne doit pas être facile de voir des gens inconnus arriver comme par enchantement près de chez vous. Avez-vous songé à déménager pour éviter ce phénomène ? Une autre question me taraude. Ça arrive souvent que des personnes décèdent immédiatement après leur réveil ? Ou même quelque temps après ?
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: