Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

[Ferme Wallace] On the road again - 28/02/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Ferme Wallace :: Périmètre

Aller à la page : Précédent  1, 2

Dakota Marlon

Anonymous
Invité
Dim 6 Mar - 15:02
Tout en te parlant Dakota observe tes mouvements et tes réactions, te voyant hocher la tête à ses paroles, te voyant commencer à comprendre que tout ceci est bien la réalité aussi horrible et difficile puisse t-elle être. En marquant une pause dans ses paroles, elle te laisse ainsi le temps de pouvoir lui poser des questions et d'observer un peu mieux les objets près de toi.

Lorsque tu te saisis du kit de crochetage, tu reconnais les outils sans aucun doute mais tu te rend aussi très vite compte que tu es incapable de te souvenir de comment ils fonctionnent. Ce qui est déjà rude mais en plus quand tu essayes de manier l'un d'entre un, pensant sans nul doute le faire avec dextérité, l'outil t'échappe des mains pour se retrouver sur le sol. En plus de ne plus arriver à te remémorer leur fonctionnement précis voilà que tu te retrouve incapable de les manipuler avec aise. Ta mort suivi de ton réveil semblent avoir effacé un grand nombre de connaissances de ton esprit, chose qui te frappe et pourrait te choquer, tout ce que tu pensais comme acquis n’existe plus. Un peu comme si ton cerveau était un ordinateur et qu'il venait de subir un reboot sauvage et brutal.

Pour autant la jeune blonde en face de toi ne semble pas s’apercevoir de quoi se soit ou alors elle le sait parfaitement et n'en tient pas compte quand elle se décide à te répondre.

- Moi ? Je te l'ai dis, je suis Dakota, Dakota Marlon et oui cela est arrivé à d'autres, je ne sais pas te dire à combien exactement. Certains se sont réveillés ici même de plus en plus ces derniers temps et d'autres un peu partout autour. Les premiers sont ceux à s'être réveillés dans les environs, ils forment maintenant un campement dans les alentours de Snyder et ceux qui se sont réveillés ici même ont fini par les rejoindre. Ou ils sont morts avant...

En te parlant, une boule s'est formée dans la gorge de Dakota, elle déglutit avec difficulté et baisse le visage avant de s'essuyer les yeux d'un revers de manche. Tu peux avoir la certitude que la jeune femme a assisté à la mort de quelqu'un en étant près de cette personne et que cela ne doit faire longtemps vu sa réaction. Finissant par relever ses yeux marrons sur toi, c'est d'une voix où tu sens qu'elle est bouleversée qu'elle poursuit son explication.

- Et si je suis là devant toi c'est parce que je vis dans la ferme derrière moi au delà de la prairie et que son propriétaire Nelson Wallace, un homme d'âge mûr, juste, bon et profondément pieux refuse de laisser les ressuscités comme toi dans la nature. On est six à vivre là et on a tous pris à coeur de vous aider et de vous offrir le gîte et le couvert, le temps que vous vous remettiez de ce qu'il vous arrive. Donc comme tu peux le comprendre, je suis là pour te proposer la même chose, de venir à la ferme avec moi, tu pourras y manger, te laver et te reposer. Cela bien sûr en échange d'un coup de main dans la ferme, tu auras tout le loisir d'assimiler les choses et d'avoir plus de réponses à tes questions mais Nelson tient à ce que vous aidiez pour ne pas rester sans rien faire, c'est mauvais de ne pas s'occuper les mains autant que l'esprit. Et puis il y a tellement à faire aussi que deux bras de plus sont les bienvenus.

Ah oui j'allais oublier pas d'arme pour toi donc tu dois me donner ton tournevis avant qu'on y aille.


Dakota tend alors la main vers toi pour que tu lui donne ton tournevis même si éventuellement elle t'aidera à te relever si tu te sers de sa main pour le faire.

Koda Kaminaka

Anonymous
Invité
Lun 7 Mar - 10:49
Autant dire que lorsque Koda avait calé le crochet métallique entre son pouce et son index, elle était déjà partie pour une bonne vieille rotation autour du pouce suivi d’un triple salto jusqu’à l’auriculaire avec réception sur la paume de la main. A la place de quoi, l’outil glissa simplement par dessus son poignet et alla choir bêtement dans l’herbe.
Elle le récupéra et tenta le coup derechef, croyant a une simple malchance. A sa surprise, le crochet, emporté par sa propre vitesse, heurta sa manche et bascula. Sa troisième tentative pourtant plus appliquée ne rencontra pas plus de succès. Fronçant les sourcils d’agacement, elle pencha sa main comme le ferait une débutante pour s’assurer une stabilité maximale, plaça soigneusement ses doigts sur l’outil et y appliqua une poussée qu’elle voulait contrôlée.

Le crochet s’élança péniblement vers les hauteurs de son pouce mais, mû par une force insuffisante cette fois ci, chuta sur le béton en émettant un amer tintement qui fit raidir de frustration la jeune fille, et la fit se mordre les lèvres.
Ramassant vivement l’objet de son échec, elle tenta d’adopter l’attitude inverse, à l’instinct, et fit tourner l’outil sans s’appliquer. Le résultat fut aussi pénible que ses trois premiers essais.

Alors, elle empoigna la sacoche d’une main, le crochet de l’autre et l’enfonça avec force dans son étui. L’embout pointu destiné initialement à entrer dans une serrure transperça le fond de son rangement en tissu. La vue des quelques millimètres d’acier dépassant de l’étroite poche perforée sembla contenter Koda, comme si endommager quelque chose l’avait apaisée. Les colères de Koda étaient blanches, éclatant en silence avec pour seule alarme la contrariété imprimée sur son visage. Elle referma la sacoche et reporta son attention sur Dakota.

La peine que celle ci tenta de contenir en évoquant la mort de ses proches ne bouscula pas trop la jeune asiatique. Elle préféra garder le silence. Après tout, elle se sentait plus légitime pour assister à la tristesse d’un personne depuis qu’elle avait elle même perdu ses parents. Elle avait elle-même du leur écraser le crâne. Ca n’était pas rien. Tout le monde ne pouvait pas se vanter de la même chose. Enfin, jusqu’à ces six derniers mois où ça devait être devenu une norme, sans doute. Cela l’avait beaucoup choquée mais elle leur mort ne lui avait pas provoqué une tristesse durable. Ils l’avaient toujours d’avantage considérée comme un meuble défectueux que comme leur propre fille.

Elle éprouva un intérêt grandissant pour la présentation des bonnes oeuvres du père Wallace et de sa ferme qui se tenait juste derrière, hochant d’approbation sa tête d à chaque prestation qu’il offrait… jusqu’à ce que Dakota parle de coup de main.
Koda ferma les yeux et détourna la tête, serrant les dents avec une moue dépitée qui semblait dire « Ah, j’y était preeessssque ! ». Mais son expression se mua vite en sourire. Elle appuya sa main en travers de son visage et secoua lentement la tête de droite à gauche, comme si elle s’exaspérait elle même.
La jeune femme écouta le reste du discours avec un grand sourire coupable qui trahissait une philosophie de vie tout à fait différente de ce qu’expliquait Dakota.

« …mais Nelson tient à ce que vous aidiez pour ne pas rester sans rien faire, c'est mauvais de ne pas s'occuper les mains autant que l'esprit. Et puis il y a tellement à faire aussi que deux bras de plus sont les bienvenus. Ah oui j'allais oublier pas d'arme pour toi donc tu dois me donner ton tournevis avant qu'on y aille. »

Koda gloussa, tendit le manche du tournevis à Dakota mais ne le lâcha pas.

" Euh, aider, tout ça, c’est pas trop mon truc. Je suis plus du genre à rester peinarde au fond d’un fauteuil. Par contre, je peux faire le guet. Toute la journée. Et je suis plutôt douée pour bricoler. » Elle jeta un bref coup d’oeil à la sacoche de crochetage. «  Enfin je crois. » Sa soudaine incompétence en pen spinning l’avait plongé dans le doute sur ses propres capacités. «  Je suis pas sûre. »

Elle papillonna des yeux à l’adresse de Dakota, la bouche coite par l’incertitude. Elle était presque convaincue que le panel de réponse de la blonde intégrait « Rex, bouffe la. » et « On vous rappelera. » suivi d’un enfoncage de tournevis en règle dans son orbite.

Dakota Marlon

Anonymous
Invité
Jeu 10 Mar - 14:36
La jeune blonde t'avait regardé du début à la fin, si ce n'est la petite pause au moment d'évoquer certains souvenirs, si bien qu'elle ne manqua aucune de tes expressions. Fronçant les sourcils par moment, elle semble ne pas comprendre ce que cela signifie et pourquoi tu peux avoir ce genres d'expressions.

Lorsque tu tend ton tournevis, Dakota n'a aucun mal à le récupérer et même si tu ne veux pas le lâcher, le résultat sera le même, elle le prend et le glisse dans une des poches de son jean. Un nouveau signe dont tu n'as pas forcément besoin mais qui te montre que là aussi, tu ne peux pas faire grand chose et pouvant te donner l'impression que Dakota a décuplé une force hors du commun malgré son petit gabarit. Bien sûr il n'en est rien du tout, comme elle te l'a dis, elle n'a pas vécu la même chose que toi mais surtout présentement elle est en pleine possession de son corps contrairement à toi qui vient de te réveiller d'un long sommeil. Et avec la sensation de ne plus savoir rien faire, chose que tu lui explique avec le reste, ce à quoi elle te répond aussitôt.

- Faire le guet ne sera pas quelque chose que tu pourras faire, cela voudrait dire te confier une arme au cas où et comme je viens de te le dire ce n'est pas possible. Tu verras bien ce que Nelson ou les autres te confient comme tache, moi je suis là pour te ramener à la ferme rien de plus. Récupère le reste de tes affaires et on y va.

Maintenant qu'elle a récupéré ton tournevis, la jeune femme te tend à nouveau la main, cette fois dans l'unique but de t'aider à te relever après que tu ais réuni les deux autres objets près toi pour les embarquer. Que cela soit au moment ou tu met debout ou une fois que cela est fait, la blonde reprend la parole.

- À propos des autres, à la ferme tu vas rencontrer ou croiser Nelson donc, le propriétaire de la ferme mais aussi Pamela notre cuisinière, Ana qui était vétérinaire avant et un peu garçon manqué sur les bords, Ricky qui s'occupe un peu de tout avec Nelson et enfin Clark, un petit génie avec tout ce qui est technologie et aussi mon petit ami.

Un grand sourire assez rapide passe sur le visage de Dakota quand elle mentionne Clark avant qu'elle ne retrouve un air sérieux. Si de son côté elle fait signe à son chien que cela va être le moment de partir et maintenant que tu es debout, tu as tout le loisir d'observer la prairie derrière la blonde. Assez vaste et qui promet plusieurs minutes de marche pour être traversée avant de pouvoir rejoindre les deux bâtiments de la ferme dont tu peux apercevoir les toitures et la partie haute de leurs murs sans pour autant pouvoir encore définir lequel sert à quoi même si l'un des deux est bien plus grand que l'autre.

Koda Kaminaka

Anonymous
Invité
Ven 11 Mar - 23:34
Le tournevis ne resta pas plus longtemps en sa possession ; Dakota s’en assura en tirant sur le manche avec autorité. Après un tel aveux de fainéantise, une réponse sèche comme celle ci était dans l’ordre des choses. Cela ne surprenais pas Koda. Pourtant elle enchaîna, expliquant avec tact et diplomatie qu’elle ne pouvait pas faire le guet pour des raisons de sécurité et de responsabilités tout à fait rationnelles.

Elle soupira intérieurement. Bon, elle n’avait pas réussi à lui faire perdre son sang-froid. En plus, elle pouvait faire une croix sur ses délicieuses et regrettées après midi de flâneries qu’elle affectionnait tant autrefois. Mais après tout, ça l’aurait étonnée du contraire. Une chose était sûre: cette fille n’était pas n’importe qui.
Suivant sa directive, Koda empila sa sacoche et sa boîte de nourriture par terre puis, s’agrippant à sa main avec bonne volonté, elle se souleva d’une traction lente et pénible, ponctuée par un petit gémissement ankylosé.

« Ooohh, la terre est basse… » ajouta-t-elle en se baissant pour ramasser ses effets.

La jeune femme écouta d’un oreille distraite la liste des occupants de la ferme Wallace. Elle ne plaçait pas les relations humaines au sommet de ses priorités. Mais elle sourit avec Dakota lorsque cette dernière évoqua Clark. La manière dont elle avait accentué « mon » ne lui avait pas échappé non plus. Elle expira bruyamment par le nez et cala ses hanches entre ses mains, signe qu’elle était prête à partir.

Koda souleva son bras et huma à pleins poumons son épaule droite, l’odeur répugnante de moisi envahissant ses narines.

« Parfait. Allons voler ton petit copain. » fit-elle en adressant un petit rictus narquois à l’adresse de la blonde.

Alors qu’elles avançaient, la jeune femme étudiait les alentours avec intérêt. L’atmosphère rurale atypique qui émanait de ce paysage était agréable. Pour elle qui avait passé la quasi totalité de sa jeunesse sans sortir d’Amarillo, c’était un changement d’air.
Elle se plaisait à marcher sur le sol inégal du sentier, à écouter les bruissements de l’herbe dans la prairie. Levant les yeux vers le corps de ferme à quelques centaines de mètres au delà, Koda demanda:

« Mais dis moi, si vous êtes si peu, où vont les autres, les gens comme moi que vous repêchez ? »

Dakota Marlon

Anonymous
Invité
Mar 15 Mar - 19:11
Après t'avoir aidé à te relever, Dakota te lâche aussitôt la main restant néanmoins près de toi au cas où tu retombe sur le sol par un mauvais appui sur tes jambes aux muscles remit en marche depuis trop peu de temps. En voyant que tu tiens debout sans aucune aide la jeune blonde te laisse prendre tes affaires et te renifler tout en n'ayant le temps de s'écarter que d'un pas avant d'entendre ta remarque concernant son petit ami. Si Dakota ne répond rien sur le coup, elle te fusille du regard tout en serrant les poings quelques secondes, nul doute qu'elle n'apprécie pas du tout cela.

Faisant volte face si rapidement que ses longs cheveux blonds peinent à suivre le mouvement et qu'elle doit les remettre dans son dos d'un mouvement de mains. Pour ensuite se diriger vers la barrière séparant la prairie du bas côté de la route, passant sans aucune difficulté entre les barreaux ce qui n'est pas ton cas. Malgré tout Dakota t'attend de l'autre côté en croisant les bras et quand tu es enfin du bon côté de la barrière, elle décroise les bras pour reprendre son chemin à travers la prairie. S'il était légitime de penser qu'un sentier pouvait se trouver là et faciliter la traversée de la prairie, il n'en est rien du tout. De l'herbe et encore de l'herbe avec un sol inégal fait de tours et de bosses, des touffes d'herbes plus épaisses que les autres devenant des pièges sur lesquels il est facile de trébucher. Des trous dans le sol de-ci et de-là qui montrent clairement l'entrée de tunnels creusés là par des rongeurs, chose confirmée par le doberman qui s'arrête en cours de route pour les renifler.

Si la jeune blonde marche facilement sur ce sol, il n'en va pas de même pour toi pour autant tu arrive à rester debout et à progresser plus lentement. Dakota ne t'accordant aucun regard jusque là, en entendant ta question elle fini par te lancer un coup d'oeil avant de te répondre assez froidement.

- Je te l'ai dit il y a même pas dix minutes et tu auras plus de détails une fois qu'on sera arrivées.

Et effectivement en faisant fonctionner ta mémoire, tu pourras te rappeler qu'elle t'a parlé d'un campement avec les survivants mais que visiblement elle ne t'a pas tout dit. Continuant votre progression jusqu'à la ferme, tu peux assez rapidement déterminer quel bâtiment est la grange et quel bâtiment est la maison d'habitation. La grange en elle-même a d'imposantes portes, qui ne se ferment pas totalement, tenues par des chaines de fer mastodontes et un cadenas que tu pourras regarder à loisir sans pour autant savoir ce qui se cache à l'intérieur. Le chien gambadant devant vous deux, tu comprendras assez vite que Dakota t'emmène vers la maison disposant d'un étage et d'un petit grenier sous le toit, les fenêtres du rez-de-chaussée sont barricadées par des planches de bois qui laissent néanmoins passer de la lumière. Accolé à la maison un garage se trouve là, la porte en étant fermée pour le moment, là non plus tu ne peux pas dire ce qu'il y a à l'intérieur.

Fin.


Eléments scénaristiques :
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: