Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Au bord de la route - 20/02/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Hope :: Périmètre

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 2:42
Interprété par Jordan Getz et Melody Campbell.

Melody était revenue au campement la veille, enfin techniquement, pour aller s'effondrer sur un des deux lits de la chambre 3 sans se soucier de la personne occupant l'autre lit et sans se soucier tout court des autres survivants, elle ne tenait tout simplement plus debout. À bout de forces, l'esprit encombré, elle n'avait trouvé l'énergie que pour avaler quelque chose et donner un truc à grignoter au louveteau de quelques mois revenu avec elle. C'est à peine si elle avait réussi à poser son sac à dos par terre à côté d'elle pour garder malgré tout l'arbalète le long de son corps une fois allongée quant à la boule de poil, elle l'avait hissé sur le lit pour qu'il dorme au chaud à ses pieds.

Une nuit longue et difficile, lui valant plusieurs réveils en sursauts, les douleurs de ses blessures revenant également sur le devant de la scène dès qu'elle bougeait trop vivement qu'elle soit consciente ou non. Une nuit dont elle avait pourtant plus que besoin et qui se prolongea une bonne partie de la journée suivante, ce n'est que vers 16h que la brune s'éveille vraiment. Toujours dans un état second, elle remue un peu trop si bien que des larmes de douleurs lui montent aux yeux alors qu'elle n'a bougé que les doigts de sa main gauche. Elle se redresse sur le lit pour constater que son arme a glissé pendant sa longue nuit, se trouvant maintenant sur le sol mais surtout constater la disparition inquiétante du bébé loup. Avec peine, elle se lève pour attraper l'arbalète qu'elle porte ou traîne à moitié avant de se lancer sur le palier de l'étage puis dans les escaliers qu'elle descend là encore de manière anarchique.

Trouver le loup et faire taire cette douleur, les deux seules choses qu'elle a en tête si bien qu'elle se lance à l'extérieur pour constater dans la cour à quelques mètres de là sa boule de poil dans les pattes du pitbull de Samuel. Les deux animaux ne semblant pas se battre Melody se rue sur la caravane pour y grimper avant d'en extirper une dose d'antidouleur qu'elle s'injecte séance tenante. Soupirant longuement de soulagement quand après quelques secondes le produit fait effet.

Un quart d'heure après et n'ayant pas l'intention de retourner se coucher malgré une fatigue persistante, la brune se dirige vers l'entrée de ce nouveau campement pour se poser sur une grosse pierre traînant là, non loin du garage et assez près de la route. Ses pensées ne s'orientant que sur une seule personne, c'est tout naturellement que son corps se tourne en direction de la seconde zone de chasse bien lointaine de là ou elle est. En fait il est là le souci, ce n'est pas qu'elle ne veut pas retourner s'allonger, c'est qu'elle ne peut pas le faire alors que son esprit ressasse ce qu'il s'est passé avec lui, ce qu'il lui a dit, comment il a été avec elle. Elle a certes besoin de repos mais aussi de faire le point et puis prendre l'air frais ne peut que lui faire du bien tant qu'elle n'essaye pas de se surpasser.

L'arbalète posée à la verticale contre sa jambe, le regard rivé au loin, ses doigts viennent farfouiller dans la poche de son pantalon et en sortir une balle. Elle n'a pas besoin de la regarder pour savoir comment elle est faite surtout que ses doigts jouent sur la marque déposée dessus, sur cette croix gravée. Sans doute lassé de jouer ou autre chose avec Snatch, Croc-blanc arrive à ses pieds pour venir se rouler en boule au sol à côté d'elle et s'endormir. Elle lui accorde un bref regard et un sourire, elle ne peut qu'admirer la petite bête dans les réactions qu'il peut avoir. Si elle s'y prend correctement avec lui et s'ils ont de la chance tout les deux dans environ un an il sera un splendide animal adulte, un fidèle allié à la chasse et qui sait, il défendra sans doute Melody si elle en vient à être menacée. À moins qu'il ne soit adulte avant ses dix-huit mois, ce qui est valable pour un grand chien ne l'est pas forcément pour un loup et à vrai dire elle a du mal à se souvenir de ce détail actuellement.

Jordan Getz

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 11:45
Melody était rentrée. Je ne l’avais pas vu arriver, mais je savais qu’elle était là, à dormir dans le lit juste à côté du mien. Elle aussi avait l’air dans un sale état. C’était de ma faute. Je ne pouvais pas arrêter de me sentir coupable face à ce qu’elle avait vécu. Tenter de couvrir son corps endormi du mieux possible tout au long de la nuit et d’une grande partie de la journée, je l’avais laissé dormir profondément tout le long de sa nuit rallongée. Ce n’est que lorsque je revint dans cette chambre en milieu d’après-midi, ne voyant pas Melody ici, dans son lit, que je m’inquiétais. Il lui était arrivé tant de malheurs par ma faute, il n’était pas question qu’il lui en arrive d’autres. En aucun cas. J’avais récupéré ma hache sous mon lit avant de partir faire le tour du campement, espérant la retrouver alors qu’elle venait tout juste de rentrer.

Après un rapide tour du camp, je la voyais, elle était là. Assise sur une pierre, au bord de la route, tout près du garage. Rassuré de la retrouvé dans un premier temps, je voyais le sang sur ses vêtements, ce qui avait pour effet de renforcer la culpabilité qui résidait en moi, me confrontant à la dure réalité. J’avais complètement échoué. Je donnait un léger coup d’épaule droite, où était calée ma hache pour enfin laisser ma main droite glisser le long du manche pour venir buter contre le fer, pour l’abaisser pour me rapprocher de la chasseuse.

L’arbalète posée contre sa jambe, son petit loup juste à ses côtés. Je ne pu retenir un sourire lorsque je le vis. M’approchant la hache à la main, je vint m'asseoir juste sur le côté gauche de Melody. Elle aurait pu voir mes différentes égratignures au visage, que ce soit celle à l’arcade droite, qui était, à mon sens, la plus belle de la collection, ou encore les diverses petites blessures qui se situaient juste en dessous de mon oeil droit ou bien le côté de ma mâchoire qui avait été légèrement râpé à cause de l’accident… Peut être aurait elle vu ma blessure à la nuque si elle avait fait attention, mais ce n’était rien comparé aux siennes. Du sang en masse sur sa veste du côté de son bras m’indiquait que mon sort avait certainement été bien plus enviable au sien.

Alors que j’étais aux côtés de Melody, je pris la parole, si elle avait voulu dire quoi que ce soit, elle n’en aurait pas eu le temps, j’avais besoin de lui parler, je devais lui parler. Pour elle, comme pour moi. Mon regard fixé sur la pointe de mes chaussures, je posais ma hache contre terre, à plat, entre elle et moi, comme pour fixer une frontière à ne pas franchir, une limite qu’il ne fallait pas que je dépasse. J’avais été une calamité cette nuit là, je ne souhaitais aucunement qu’elle me réponde comme elle l’avait toujours fait, en prenant sur elle. Je devais assumer mes responsabilités.

“Je suis désolé Melody. J’ai merdé. Tout est de ma faute. J’ai été lâche. Je n’ai pas pu t’aider. Je sais que ça va rien changer, mais je voulais juste que tu saches que je ferai tout pour que ça ne se reproduise plus. Je te le promet.”

J’avais envie de partir, de fuir, de me cacher, je ne souhaitais pas affronter son regard, sa colère qu’elle avait envers moi, j’avais tout simplement peur de faire face à mes responsabilités, mais peu importait ce que je souhaitais. Il y avait des choses que je ne pouvais pas balayer du dos de la main. Je restais assis, sans bouger, seul mon mal-être grandissait.

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 12:35
Perdue dans ses pensées et triturant la balle entre ses doigts, Melody n'avait pas entendu que l'on s'approchait d'elle. C'est le couinement craintif du petit louveteau qui lui fait comprendre qu'il y a quelque chose, commençant par reporter son regard sur lui pour le voir la tête dressée, les oreilles en arrière et même s'il reste couché sur le sol, on peut voir sa queue entre ses pattes. La brune finissant par sentir la présence humaine sur sa gauche du côté de son bras blessé, opérant un quart de tour sur elle même pour écarter son bras, qu'il n'y ait aucun risque qu'il soit touché, elle lève les yeux vers la personne pour reconnaître Jordan.

Elle esquisse un sourire en le voyant avant que son visage ne se ferme en voyant les blessures qu'il arbore mais surtout alors qu'il vient se poser près d'elle. Entrant par là même dans le périmètre de sécurité de la brune, chose qu'elle n'aime pas de trop même si elle ne dit rien. La brune ne dit rien déjà parce qu'elle s'empresse de remettre l'objet qu'elle tient en main dans une des poches de son pantalon et ensuite parce que certaines paroles entendues la veille tournent en boucle dans sa tête. Qu'elle ne doit pas rejeter les autres malgré ce qu'elle sait, qu'ils doivent tous arriver à s'entraider malgré les circonstances. Et à vrai dire pour le moment Jordan ne lui inspire ni réelle méfiance, ni confiance et puis ne doit-elle pas apprendre à le connaître pour définir s'il est fiable ou s'il est comme Calvin ?...

Le jeune homme ne lui laisse pas le temps de dire bonjour ou autre, qu'il prend la parole pour s'excuser, lui faire une promesse, elle a du mal à comprendre de quoi il parle et où il veut en venir. Une pointe de curiosité passe dans son regard émeraude, bien qu'il démontre surtout de la fatigue et de la tristesse, effet sans nul doute renforcé par la pâleur de sa peau.

- Comment ça tout est de ta faute ? Pourquoi tu dis avoir été lâche ? Il s'est passé quoi pour que tu dises ça, c'est à propos de l'autre soir ? J'ai pas pu suivre grand chose en étant dans la forêt surtout après avoir été touchée.

Un léger mouvement de son épaule gauche, qui lui arrache une grimace de douleur mais qui est là pour montrer à quel endroit elle a été touchée si Jordan n'avait pas remarqué les traces de sang clairs sur sa veste et le tissu troué à deux endroits. À l'épaule et dans le bras.

Venant ensuite de sa main droite approcher ses doigts du visage du jeune homme, qui s'il se laisse faire aura le droit à une inspection visuelle en règle des blessures qu'il porte, la brune se contentant de simplement tourner la tête de Jordan vers elle pour mieux voir. Melody voulant s'assurer autant qu'elle le peut de si c'est grave ou non. Et pourtant prise dans un cruel dilemme, l'inquiétude qu'elle ressent pour l'un des siens, le plus jeune en plus et l'inquiétude pour les paroles qu'il vient d'avoir. Parler de lâcheté et de responsabilité avec ce qu'elle sait n'était pas la meilleure option possible même si Jordan ne peut pas s'en douter. Lâchant après quelques secondes d'inspection.

- Toi aussi t'as été touché, comment ?

Jordan Getz

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 14:40
Le louveteau semblait avoir pris peur, ce qui m’aurait sans doute fait sourire en temps normal, mais en cet instant ci, je ne pu que conserver une mine grave. La situation n’était pas à la rigolade, bien au contraire. Alors que Melody me montrait ses blessures à l’épaule gauche, que j’avais vu juste avant de m'asseoir à ses côtés. Une grande tâche de sang agrémentée de deux trous dans sa veste. Je me sentais encore plus coupable qu’auparavant. Face à ce que j’avais laissé faire, je ne pouvais que baisser les yeux, encore plus, observant fixement le sol. Attendant qu’elle termine sa série de questions,  m’expliquant et me rappelant qu’elle était partie en forêt, partie affronter le danger seule, sans gilet pare-balles et sans armes de guerre. J’enrageais intérieurement de l’avoir abandonnée toute seule en première ligne. Relevant la tête légèrement, sans pour autant détourner le regard dans le but de répondre, elle me posa une dernière question sur mes blessures, qui n’étaient que superficielles, alors que ses doigts venaient les effleurer. Je me décidais de tout lui raconter, je lui devais au moins ça.

“Tu sais, cette nuit… Quand les tirs ont commencé… J’étais à côté de la caravane.“ Je prenais une grande inspiration, je parlais lentement, faisant de grandes pauses, j’en avais besoin pour parler au mieux à la chasseuse. “Les premiers tirs étaient dirigés vers moi. J’ai eu peur, je suis parti me réfugier contre les voitures, alors que tu étais déjà parti dans la forêt. Je voulais te rejoindre, te dire de revenir, n’importe quoi… Mais… Je me suis pris une balle.” Avec ma main droite, je venais poser mon index et mon majeur sur ma blessure à la nuque. “Elle n’a fait que m’effleurer, rien d’autre que quelques gouttes de sang, mais ça a suffit pour m’effrayer. Je suis resté assis contre les carcasses de voiture pendant que tu étais parti les attaquer toute seule. J’ai été lâche.” Je prenais une inspiration, perturbée de quelques spasmes qui m’envahirent sur le moment, mais qui ne durèrent que quelques secondes, pour enfin me laisser terminer mon récit.

“James s’est pris une balle en pleine poitrine. Il avait son gilet pare-balles, mais il est resté à terre pendant un certain temps. J’étais terrorisé. J’étais seul, j’ai essayé de faire ce que j’ai pu...“ Je regardais Melody dans les yeux, elle qui aurait pu percevoir dans mes yeux une lueur de tristesse mêlée des regrets qu’elle aurait pu lire en moi grâce à ses yeux émeraudes. “J’ai couru pour attraper James, pour le mettre à l’abri comme je le pouvais, contre les carcasses des voitures, le temps qu’il revienne à lui…” J’avais dirigé mon regard vers la pointe de mes chaussures. “J’ai vu une silhouette proche du feu de camp. Je l’ai vu se mettre à terre à un moment. Et… J’ai attrapé ma hache. C’était une femme. Je… Je l’ai tué. Je… Je sais pas si c’était bien, mais j’avais peur. Je l’ai fait. J’ai pris une vie.” Ma voix qui était tremblante était devenu plus dure, plus ferme.

“Il y avait d’autres ennemis dans le camp, James était à terre, tu étais parti défendre l’avant du camp… J’ai cru que c’était fini. Et puis… Y a ce type… Il avait une moto, il est arrivé dans le camp, et il m’a sauvé la vie.” J’avais reposé mon regard sombre dans les yeux emplis de fatigue de la jolie brune. “Sans lui… Peu de temps après que le camp était nettoyé… Une horde de morts s’était ramené sur le camp. On a dû dégager vite. James m’a dit que tu t’étais faite enlevée...“ Je laissais mon regard se perdre vers l’horizon. “Il m’a dit qu’Ivy était revenu avec un homme. Je croyais que c’était le motard dans un premier temps, mais non. Ce n’était pas lui. Je ne sais pas qui est ce type qui est là, avec nous ici. J’étais monté avec James sur sa moto, on était sur la route quand on a eu un accident. C’est ça, juste un accident.” disais-je en glissant mes doigts de ma main droite sur mes blessures à mon visage. “C’est rien. Seulement, Samuel a dit à James de partir je ne sais pas où… James s’était pris une balle, il était blessé… Il était le seul médecin, Ivy était à moitié morte… Tu avais disparu… C’était moi qui devait partir. James n’aurait jamais dû y aller. Mais Samuel et James ne voulaient rien entendre. James m’a assommé d’ailleurs pour que je le laisse partir.“ J’avais laissé mes yeux glisser sur le petit louveteau de Melody.

“Je me suis réveillé dans la voiture avec Samuel. Il s’était arrêté quelques instants après, me demandant de rejoindre Ivy et l’inconnu dans la caravane. Il s’était barré. Laissant James partir seul je ne sais où alors qu’il s’était pris une balle, alors qu’Ivy était inconsciente dans la caravane… Je...“ J’avais pris une grande inspiration. “Le pire, c’est que le lendemain, il m’a engueulé par j’ai failli laisser ma hache sur la route… Je suis vraiment désolé pour tout ce qui t’es arrivée Melody, j’aurai dû t’aider.”

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 16:02
Les blessures de Jordan sont visiblement superficielles, une bonne chose que celle là, le groupe n'a pas besoin d'avoir deux estropiés. Déjà que la brune ne sait pas comment ils vont pouvoir faire au niveau de la nourriture puisqu'elle n'est pas en état d'aller chasser et que des dernières excursions elle sait qu'aucune nourriture n'a été ramenée. Enfin là n'est pas la question alors que Jordan se décide à lui répondre, lui confirmant que les blessures qu'il a ne sont pas graves. Bien que dans tout ce que le jeune homme peut lui dire cela n'est pas le plus important.

Jordan lui parle de la peur qu'il a eu, de ce qu'il voulait et n'avait pas pu faire du coup, de la vie qu'il a prise, du motard qu'il a vu ce soir là. Mais aussi de James et de la balle qu'il a prise, la brune fronce les sourcils, maintenant que Jordan en parle, il lui semble bien qu'elle n'a pas vu le toubib hier en rentrant, ni là quand elle est sortie. Il lui parle aussi du fait que James est parti, de Samuel qui l'a envoyé quelque part, du retour d'Ivy chose qu'elle sait déjà, tout comme la présence de l'inconnu. De nouveau il lui explique qu'il s'est senti lâche pour ce qu'elle a vécu mais aussi à propos de James. Les propos de Jordan tournent en elle, la laissant silencieuse tout du long à simplement observer le jeune homme et les réactions qu'il peut avoir. Dont celle d'éviter de la regarder trop longtemps dans les yeux comme s'il peinait à supporter le regard émeraude de la demie écossaise.

Silencieuse c'est le mot qui convient parfaitement vu qu'elle ne répond pas immédiatement à Jordan, laissant filer une minute ou deux surtout parce qu'elle réfléchit à UN point du récit du jeune homme. Comment lui dire quelque chose sans rien lui dire, quoi trouver pour ne pas dévoiler la vérité ? Mais elle ne peut pas faire durer ce silence plus longtemps entre eux deux au risque que Jordan ne le prenne de la mauvais manière.

- Genre Samuel t'a engueulé pour ça ? Mais tu m'as parlé de toi, de James, d'Ivy et de cet inconnu mais Samuel lui qu'a t-il fait l'autre soir pendant l'attaque, tu le sais ?

Enfin là encore les questions qu'elle lui pose ne sont pas les faits les plus importants, elle veut juste savoir pour des raisons la concernant et concernant ce qu'elle a dit de lui au "motard" comme le nomme Jordan.

- James...Je l'ai vu se prendre la balle par contre maintenant que tu parles de lui, je ne l'ai pas aperçu hier en revenant, il n'est pas de retour ? Et l'autre groupe parti en ville pareil, eux non plus ne sont pas là ?

Elle prend une profonde inspiration tout en regardant Jordan, il faut qu'elle arrête de tourner autour du pot et qu'elle en vienne au plus urgent à l'instant présent : rassurer le jeune homme près d'elle.

- Pour le reste, tu n'as pas à te sentir coupable de quoi que se soit, c'est normal d'être effrayé avec ce qui nous est tombé dessus, personne ne peut t'en vouloir. Et ce n'est pas parce que je suis allé au devant de ces hommes que je n'avais pas peur mais je n'avais pas le choix, je devais le faire pour me protéger, protéger le campement mais surtout vous protéger toi et les autres. Et tu l'as fait également à ta manière, en portant secours à James en l'écartant de la ligne de front et rien que ça, ça demandait du courage. Je t'interdis de penser autrement et de te penser lâche ! Et même si c'est dur et je suis bien placée pour le savoir, la vie que tu as prise était justifiée, c'était eux ou nous, on avait pas le choix, c'est vivre ou mourir même si oui cela n'empêche sans doute pas les remords que tu peux avoir et que j'ai aussi.

Quant à moi, ce n'était pas vraiment un enlèvement...Le motard dont tu viens de parler, c'est lui qui m'a ramassée sur le bas côté quand j'ai prit ces deux balles et il n'a pas eu d'autres choix que de m'emmener avec lui. Je ne sais toujours pas comment mais il savait que les morts approchaient et que James ne pourrait pas me soigner sur place mais voilà ce qu'il a fait. Tout comme avec le recul je me dis qu'il a bien fait, il m'a soignée autant qu'il le pouvait, il m'a empêchée de me vider de mon sang, il a prit soin de moi pour que je ne sois pas un poids pour James et pour vous. Je ne sais pas qui il est mais ce que je sais c'est que c'est quelqu'un de bon, je ne serais pas là à côté de toi sinon.


Hormis qu'elle sait parfaitement qui est ce fameux motard, rien dans ce qu'elle vient de dire à Jordan n'est un mensonge.

Jordan Getz

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 16:57
Je n’osais rien dire à Melody, ni même lui adresser un regard alors que le temps passait silencieusement. Un silence lourd, qui ne faisait qu'alourdir ma honte et mon sentiment de culpabilité. Elle réfléchissait, c’était certain. Fixant la pointe de mes chaussures en attendant que la belle brune daigne à parler, à bouger, à faire quelque chose, n’importe quoi. Jusqu’à ce qu’elle me pose une question. Certainement l’une des plus futiles, mais peut être souhaitait elle commencer à parler des points les moins importants de mon récit. Commençant à me demander ce qu’avais fait Samuel cette nuit là. A vrai dire, j’hésitais à lui dire son sentiment vis à vis de cette soirée, ou bien de lui exposer mon doute concernant ses actions, je ne l’avais pas vu pendant l’attaque, mais nous étions sur le front avec James et Melody, il était donc resté derrière. Armé comme il était.

“Je ne sais pas ce qu’il a fait. Il était à l’arrière du camp… Je crois… Il avait toujours son gilet pare-balles et son fusil d’assaut…”

J’avais surtout peur que la chasseuse prenne mal le fait que je dénigre ce qui nous servait de chef de camp. Mais il n’avait aucune trace de sang sur ses vêtements et il était en pleine forme. Contrairement à nous. Melody renchérissait sur une autre question, plus importante à mon sens, une qui concernait James. Je n’y avais pas songé au début de notre conversation, mais il aurait pu aider la brune, je l’avais vu à l’oeuvre sur Jena. Je regrettais encore plus de l’avoir laissé partir, d’être resté inconscient dans la voiture alors qu’il s’était pris une balle. J’abaissais mon menton, honteusement tout en répondant à Melody, d’une voix qui se voulait plus faible, qui démontrait mes regrets et ma culpabilité.

“Non, il n’est pas rentré. Les autres non plus. Je pense qu’il est parti les rejoindre, mais à vrai dire, je n’en ai aucune idée…”

Je pouvais sentir le regard émeraude de la chasseuse se poser sur moi, tentant un regard dans sa direction pour le faire revenir sur le sol juste un instant après. C’était trop dur, je n’arrivais pas à fixer mes yeux dans les siens. La honte qui était présente en moi était trop lourde, son poids me faisait baisser les yeux sans cesse. Elle commença à tenter de me rassurer, de me dire que rien n’était de ma faute, que j’avais fait ce qu’il fallait, que c’était normal d’avoir peur… Le même discours que j’avais servi à Ivy la veille. Les places s’inversaient. Mais malgré tout ce qu’elle pouvait me dire, je n’arrivais pas à me sentir mieux vis à vis d’elle. Elle avait eu le courage de partir affronter le danger les yeux dans les yeux, pas moi. Je m’étais répété ce discours dans ma tête, pour ne pas m’accabler, pour pouvoir réussir à redresser la tête et à observer l’horizon, mais la vue des blessures de Melody ne faisait que me rappeler cette nuit. Emplie de peur et de haine. La vie que j’avais prise ne m’importait guère, c’était surtout d’avoir laissé mes compagnons souffrir et partir sans rien pouvoir y faire.

Je me sentais mieux en sachant qu’il n’était rien arrivé à la chasseuse après cette nuit, que c’était quelqu’un de bienveillant qui nous avait aidé, elle et moi en particulier. Je me promettais intérieurement de le remercier si jamais je devais le revoir. Je me sentais soulagé, dans une moindre mesure, mais je me sentais tout de même mieux. Malgré le fait que le poids de la culpabilité m’empêchait encore de regarder Melody dans les yeux. Je n’arrivais pas à trouver de réponse à ce qu’elle venait de me dire. Si ce n’était que je souriais légèrement.

“Je suis rassuré de savoir que c’était un ami."

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Sam 20 Fév - 20:28
Croyant entendre quelque chose dans le secteur A se déroulant à quelques pas d'eux, la brune reporte son regard sur le lointain, scrutant et sondant les lieux à la recherche du moindre mouvement anormal, de la moindre ombre dans le paysage. Il lui avait dit qu'il veillerait de loin sur elle jusqu'au moment ou elle serait en sécurité dans ce nouveau campement, l'avait-il vraiment fait ? La brune aime à penser que oui et en même temps elle n'irait jamais remettre la parole de son sauveur en question, jamais. Il lui avait expliqué comment il fonctionne avec cet inconnu, se dissimulant au plus près quelque part pour échanger de courtes informations. À vrai dire c'est cela qui lui est venu en tête : et s'il était là quelque part tout près à observer le nouveau campement ? Qu'il puisse la voir sans qu'elle ne le voit en retour lui pince le coeur, les traits de son visage venant se superposer au paysage qu'elle regarde. Un jour elle le reverra, il lui a promit, elle doit juste être patiente comme il le lui a demandé.

En attendant, elle a rêvé, il n'y a rien pour lui faire penser qu'elle a vraiment entendu quelque chose de suspect, c'était peut-être juste un animal quelque part ou un zombie, invisible à se yeux, se cognant dans quelque chose. Cela ne serait pas surprenant alors qu'elle sait qu'il y en a qui errent dans le secteur. Elle a écouté le jeune homme près d'elle, d'une oreille pas forcément la plus attentive mais elle l'a écouté quand même et fini par lui répondre.

- James...C'est égoïste sans aucun doute mais il doit revenir, il le faut, j'ai besoin de lui et de ses soins magiques ou non...S'il ne revient pas je suis mal barrée, c'est le seul médecin que je connaisse...

La brune se reprend aussitôt sa phrase finie, elle a tellement de choses en tête qu'il lui est difficile d'être vraiment cohérente et aussi neutre que d'habitude.

- Attention je suis inquiète pour lui et pour les autres va pas te faire de fausses idées hein !

Oui elle l'est vraiment, ce n'est pas bon signe du tout et des "motards" sauveurs de jeune femme en détresse, il n'y en a pas beaucoup dans la région, un seul à vrai dire et c'est le sien. Finissant par reporter son regard sur le jeune homme percutant vraiment du malaise qu'il continu de laisser filtrer dans ses attitudes et sur son visage.

- Eh ! Arrête de faire cette tête d'enterrement, je ne t'en veux pas du tout au contraire même, je suis contente que tu n'ais rien, c'est parfait comme ça et je te le redis c'est moi qui suis responsable de te protéger toi et les autres. Et c'est moi qui ai failli l'autre soir, c'est toi qui est en droit de m'en vouloir et moi de me sentir coupable et pas l'inverse.


Si bien sûr elle pense chaque mot qu'elle vient de prononcer, Melody n'en a pas moins un léger mouvement de tête pour chasser une pensée venant s'incruster là au mauvais moment avant de rebondir sur autre chose.

- Par contre j'ai l'impression que tu ne me dis pas tout à propos de Samuel, si j'ai raison c'est important que tu me dises tout, vraiment. N'oublie pas que je suis censé le surveiller dans sa gestion du campement, diriger avec lui et le souci c'est que j'ai du mal à lui faire confiance...

Jordan Getz

Anonymous
Invité
Dim 21 Fév - 13:45
Laissant mon regard se perdre vers l’horizon une nouvelle fois, pour quelques instants seulement, me laissant face à ce paysage sylvestre qui m’avait été inconnu lors de l’ancien temps, celui où je me trouvais dans la jungle de béton. Cette vision m’était apaisante. Mais je me refusais à lever les yeux aussi haut. Le poids de la culpabilité rappelant à l’ordre mon regard qui se dirigeait une énième fois, vers la pointe de mes chaussures.

Melody avait repris la parole. Elle avait besoin de James, et ce n’était en aucun cas égoïste. De telles blessures avaient besoin d’être guéries, et le plus vite possible. Une infection serait la pire des choses. C’était le médecin du groupe, le seul médecin. Je soupirais silencieusement, expirant lentement l’air présent dans mes poumons par mes narines. M’en voulant intérieurement de ne pas être capable de l’aider, m’en voulant infiniment de l’avoir laissé partir seule pour se retrouver dans cet état là.

La brune reprenais ce qu’elle disait, m’expliquant qu’elle se souciait du sort de tous les membres du groupe, ce dont je ne doutais nullement, chose complètement futile qu’elle n’avait pas besoin de préciser. C’était quelqu’un de bien. Je ne me faisais aucune fausse idée à son sujet. Certainement pas vis à vis de la chasseuse. Certainement pas.

Mais je ne voulais rien dire, pour l’instant, alors qu’elle m’extirpa de mes pensées pour me rassurer, pour m’informer, une fois de plus, que non, ce n’était pas de ma faute. Que c’était son fardeau qu’elle devait porter sur mes épaules meurtries. Elle seule. Non. Elle n’avait pas à faire ça, nous avions tous notre part de responsabilité dans ce qu’il s’était passé, dans le fait que nous n’avions pas pu nous en sortir de la meilleure manière qu’il soit.

Mais elle renchérissait sur un autre sujet. Samuel. Je n’avais pas envie de le dénigrer face à Melody, de peur qu’elle le prenne mal, mais les arguments de la brune concernant ses fonctions dans le camp avaient finis par chasser mes doutes. Mais à cet instant, j’eus l’illumination. Peut être que c’était exagéré de parler de ça comme ça, mais Melody aurait sans aucun doute pu voir mes yeux se relever légèrement pour venir se poser sur les siens alors que ma bouche était entrouverte. Peut être avais-je l’air complètement stupide à cet instant, mais je pris la parole directement.

“Ana. La femme de la ferme est vétérinaire, il faut l’appeler pour t’aider, pour qu’elle vienne te soigner ou bien qu’elle nous donnes des conseils pour t’aider au mieux !”

Ana était vétérinaire, et ils avaient bien plus d’expérience dans les soins que les médecins normaux. De plus, les chiens de chasse ou de garde avaient dû voir plus de balles leur trouer la peau que différents gugus. J’étais sûr de moi, il fallait l’appeler, mais il fallait aussi que je réponde à Melody sur le reste de ses demandes. Une fois qu’elle m’aurait répondu au sujet de la balafrée, j’enchérirai sur ses questions à propos de Samuel. Balançant mes yeux vers l’horizon, que je fixerai cette fois, ne laissant plus mon regard fuir.

“Tu sais, cette nuit, Samuel était resté derrière. Il avait une arme de guerre et son gilet pare-balles, ils nous a laissé seuls devant. Puis quand c’était fini, il est revenu, gueulant des ordres sans se soucier de nous… Il hurlait ses ordres. Il ne faisait rien d’autre. Il restait à l’abri pendant qu’on crevait. Il a envoyé James qui s’était pris une balle, alors qu’il est le seul médecin ! C’était à moi d’y aller, James avait eu un accident en plus, et il n’a rien fait d’autre que de gueuler, encore et encore, restant au chaud sans sa bagnole… Je crois que le pire, c’est quand j’étais dans la voiture, je pissais le sang, j’étais à peine conscient, et il se permettait de se foutre de ma gueule. Quand on a dû s’arrêter, il m’a planté là. Tout seul avec Ivy qui était inconsciente derrière et l’autre inconnu, alors que j’arrivais pas à voir à dix mètres à cause de mes blessures… Il ne se préoccupe pas de nous. J’avais l’impression d’être un pion sur un échiquier...“

Mon regard sombre venait se planter dans les émeraudes de Melody, un regard dénué de regrets, de tristesse ou de culpabilité, mais empli de détermination.

“On a pas besoin d’un chef. On a besoin d’un leader. D’une leader. De toi.”

Melody Campbell

Anonymous
Invité
Dim 21 Fév - 14:49
La brune avait parlé plus pour elle même que pour Jordan au sujet du seul médecin du groupe, le seul qu'elle savait apte à la soigner, pourquoi a t-il fallu que juste lui soit absent quand elle est revenue. Sans compter que le pire pouvait être envisagé, si elle ne se trompe pas sur les dates, cela fait maintenant trois jours que l'attaque a eu lieu, trois jours sans nouvelles de lui ou des autres. Jena, Elizabeth, Johann, Mark et le gamin sortant de prison dont le nom lui échappe présentement. La moitié du campement absente livrée à elle même quelque part dans Snyder et on a vu ce que ça peut donner autant de temps sans réponses...Ivy et Seth, bien qu'Ivy est à nouveau revenue d'entre les morts à moins qu'elle ne soit jamais vraiment morte et que le Mark ait menti. Mais elle disait avoir été mordue aussi...

Toujours est-il que présentement Melody se faisait pas mal de soucis pour elle même, la présence de James pour la soigner a été une des raisons pour laquelle elle a réussi à se séparer du beau brun l'ayant embarquée dans cette cabane. Et sans lui, elle sait qu'elle est mal barrée, c'est alors que Jordan lui parle de vétérinaire à la ferme, de soins, à croire qu'il a lu dans les pensées de la brune là ou alors qu'il se fait du souci pour elle lui aussi. Ana ? Elle cherche dans sa mémoire, si elle se plante pas, elle a vu la femme à la ferme en allant chercher Jordan, Johann et les deux autres. Vétérinaire ? Oui pourquoi pas après tout, cette femme devrait effectivement être en mesure de la soigner ou de l'aider.

- Très bien, c'est une idée oui mais si tu veux bien, je te laisse toi contacter la ferme, j'ai pas la force de le faire. Je sais même pas comment je tiens debout là...

Si jamais Jordan refuse ou ne le fait pas, Melody arrivera bien à se traîner jusqu'à la caravane dans les jours à venir après tout elle y est allé tout à l'heure pour se shooter aux antidouleurs, qui ne feront pas long feu vu leur maigre réserve. Deux doses d'antidouleur, c'est tout ce qu'il reste.

Le jeune homme se décidant enfin à répondre concernant Samuel, la brune l'écoute attentivement cette fois ci, son regard posé sur lui du début à la fin même s'il ne vient la regarder qu'en tout dernier lieu. Les dernières paroles de Jordan la faisant sourire, pas un sourire moqueur non, un sourire sincère.

- Merci Jordan mais je ne suis pas Matthew pour vous lead. Bien qu'Elizabeth lui a déjà dit qu'à force elle allait devenir une Matthew bis. Lui avait tout ce qu'il fallait pour cela, il avait réussi à avoir tout le monde derrière lui...Ses actes parlaient pour lui à vrai dire. Et j'ai bien vu que je suis loin de pouvoir l'égaler quand on a du choisir un nouveau chef après sa disparition et la mort de Calvin, les autres se sont tous laissés avoir par les belles paroles de Samuel. On peut pas leur en vouloir bien sûr et ce que tu viens de me dire ne me surprend pas du tout, il veut être le chef mais reste en retrait de tout et après c'est moi qui manque de diplomatie...

Melody soupire profondément, elle a dû se faire violence pour ne pas avoir une mimique de dégoût en mentionnant Calvin, tout comme même si elle ne dit pas tout ce qu'elle pense de Samuel à cet instant, il est clair qu'elle se méfie de lui. Ce qui la renvoie également à ce qu'elle a dit sur lui dans la cabane, elle a l'intime conviction que c'est vraiment Samuel qui est à surveiller de près. Mais peut-elle vraiment le faire, peut-elle vraiment tenir sa promesse sans faillir là ? Finalement si les autres reviennent, il va peut-être être temps de faire le deuxième campement dont il avait été question.

- Mais dit moi cet inconnu, il vous a dit quoi que ce soit sur lui ? Pourquoi il est là ?

Jordan Getz

Anonymous
Invité
Dim 21 Fév - 15:20
Cette idée de contacter la ferme pour demander à la vétérinaire de venir nous aider dans cette situation de crise était plus nécessaire, c’était la seule solution valable, la seule envisageable, surtout qu’il y avait toujours une chance pour que James ne revienne jamais. Je voulais chasser cette idée de mon esprit, mais je ne le pouvais pas. Les hommes tombaient chaque jour, à chaque instant, des nôtres comme d’autres, il fallait se préparer à toute éventualité, et Melody n’aurait pas le temps d’attendre éternellement, il fallait la soigner au plus vite. J’irai appeler la ferme le plus vite possible, dès que la discussion avec la brune serait terminée. J’informais la chasseuse de ma décision.

“Je l'appellerai aujourd’hui.”

J’écoutais juste après la réponse de Melody au sujet de mon avis concernant Samuel. Pas aussi bien Matthew. A part entendre son nom et connaître certains de ses hauts-faits, je ne savais rien d’autre de lui. Je savais en revanche que la chasseuse était la plus apte à diriger. Mais elle était du même avis que moi sur Samuel, des paroles et un ego. C’était tout ce qu’il avait et tout ce qu’il savait maîtriser. Je plongeais mon regard sombre dans les émeraudes de la jolie brune, pour enfin lui répondre, seulement, mon ton était plus ferme cette fois ci.

“Tu l’as dis toi même, c’est toi qui est responsable de nous protéger, nous tous. Je suis en droit de t’en vouloir, tu l’as dit aussi. On a tous failli crever à cause de Samuel, si avais été aux commandes, rien de tout cela ne serait arrivé, si Samuel reste “chef” et qu’il arrive quelque chose à n’importe qui, ce sera de ta faute, c’est toi la responsable. Alors autant sauver tout le monde en prenant les rennes. C’est la meilleure chose que tu puisses faire Melody, tu es celle qui doit le faire. Il n’a pas été élu d’ailleurs, il n’avait que la moitié des votes et toi l’autre, il n’est pas le chef “légitime”. Refais un vote, si jamais ça échoue, je partirai. Je refuse de devoir subir ça encore une fois, de crever pour un mec qui reste en arrière nous laissant mourir les uns après les autres sans rien faire.”

Peut être que ma longue tirade n’était pas approprié, mais elle reflétait ce que j’avais à lui dire. J’espérais juste ne pas avoir trop brusqué la brune, son état m’inquiétait et je n’y étais pas allé de main morte, mais ce que j’avais à dire avait été dit, et il fallait qu’elle le sache, qu’elle en prenne conscience. Elle me posa une question, sur cet inconnu, ce paria. Je ne savais rien de lui.

“Je ne sais rien de lui, il ne m’a rien dit, et je préfère en rester loin. Il ne m’inspire pas confiance. Il ne fout rien, il reste ici et attend que le temps passe. Il veut soit disant attendre que tout le monde soit là avant de dire ce qu’il a à dire. C’est une merde humaine si tu veux mon avis.”
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: