Haut de page
Bas de page



 

[CS, D, EXP] Black and white well almost - 20/03/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Excursions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Jeu 19 Mai - 16:36
Daniel me répond de manière rationnelle, il commence par me rappeler que je ne dois pas me faire attraper par un infecté. J’étais malheureusement au courant de cela sinon je ne serais pas arrivé là. Autrement dit je sais déjà à quoi m’attendre en cas d’attaque d’un infecté. Par contre, la suite est plus intéressante, et je prends soin de noter ses conseils dans un coin de ma petite tête. Je ne sais pas si ces conseils sont à suivre à la lettre ou non, mais pour l’instant je m'en contente pour cette première excursion puisque je n’ai pas d'expérience dans ce domaine et plus dans aucun autre d'ailleurs. La voix rauque de Mark me sort de ma réflexion, il précise qu’on n’a pas le temps ou le loisir de choisir les objets que l’on pourrait trouver.  Le grand chauve ajoute que nous irons dans un premier temps sur le lieu industriel le plus proche. J'ai l’impression que celui-ci est très prudent, il ne veut prendre aucun risque. Il doit surement avoir raison, je ne peux me fier qu’à eux de toute manière.

Mark exécute donc sa manœuvre avec quelques difficultés, pour se placer le plus près possible du bâtiment. Je pense que c’est au cas où les choses dégénéreraient. J’attends qu’il sorte de la voiture pour sortir à mon tour, je prends mon sac et je le pose sur mes genoux pour sortir plus facilement du véhicule sans me prendre les pieds dans les lanières du sac. Je referme la porte de la voiture en évitant de la claquer comme Mark l’a fait. Je m’agenouille pour récupérer la hachette dans mon sac, je ne sais pas si je vais devoir m’en servir ou non. Toutefois, je me dis que c’est peut-être mieux de l'avoir dans la main plutôt que dans mon sac, car si je dois l’utiliser en cas de danger la laisser dans mon sac me parait encore plus dangereux. Je place mon sac sur mon dos et je saisis la hachette dans ma main droite, mais je ne sais pas où la calé pour avoir mes deux mains libres, pour l’instant je la garde donc en main et j’aviserai plus tard.
Mark prend à nouveau la parole en s’adressant à Daniel, mais j’ai l’impression que la fin de sa phrase est autant à destination de Daniel que de moi, puisqu’apparemment il ne faut pas compter sur lui pour nous venir en aide. Je ne sais pas si j’ai bien compris le sens de sa phrase, mais j’ai l’impression que l’excursion se complique et je ne sais pas si je pourrais compter sur lui en cas de danger...

Il part donc en direction du lieu industriel, je me mets également en route derrière lui c’est toujours mieux que de rester seul. J’ai quand même plus confiance dans les capacités de Mark plutôt que dans celles de Daniel car celui-ci est très froid pour le moment avec nous. Cependant après quelques minutes d’hésitation je me décide à prendre la parole en réaction aux propos de Mark.

- Mark si je comprends bien, c’est chacun sa mère ? Autrement dit, chacun se débrouille s’il nous arrive quelque chose à l’un d’entre nous et qu’on n’arrive pas éliminer un zombie ? Je n’ai aucune expérience en la matière, je ne sais pas qu’elle sera ma réaction face à cette situation si elle doit se produire. J’aimerais quand même compter sur vous si je suis dans une telle situation comme vous pourrez compter sur moi si cela vous arrive j’essaierai de vous aider il me semble que c’est la moindre des choses.

Je continue à suivre Mark, en attendant sa réponse s’il m’en donne une, je me tiens malgré tout à quelques mètres de lui ne connaissant pas assez ses réactions afin de les mieux anticiper.

Mark Logan

Anonymous
Invité
Dim 22 Mai - 13:53
Mark ne reçoit aucune protestation alors qu'il commence à s'éloigner pour rejoindre le bâtiment situé à une centaine de mètres du trio ce qui a le chic pour lui arracher un sourire en coin avant de lancer un coup d'oeil sur le côté vers l'arrière et en plus Armstrong et Daniel le suivent. Même si l'architecte traîne la patte en arrière, Mark ne pouvant que supposer que c'est parce qu'il n'a pas aimé ce qu'il a entendu mais après tout ne dit-on pas "qui ne dit mot consent ?". En tout cas le voilà à la tête de cette excursion montée au dernier moment avec des personnes qu'il ne connait pas et il se retrouve à devoir prendre la tête des opérations ce qui en soit ne le dérange pas du tout dans de telles conditions avec des novices en la matière. Bien qu'on l'a déjà vu se contenter de suivre lui pose encore moins de problèmes. Le seul truc pouvant le déranger légèrement c'est le secteur dans lequel ils sont, un secteur presque maudit, troisième fois qu'il y vient et les deux premières fois il y a eu des soucis. Est-ce que cela va être le cas aujourd'hui ? Ils sont partis à trois mais vont-ils réellement rentrer à trois et en un seul morceau ? Cette pensée lui procurant presque autant de sensations que s'il avait une damoiselle sous le nez.

Presque on a dit parce que faut pas pousser non plus s'occuper d'une belle croupe est autrement plus jouissif. Et s'il y a bien une croupe qui le fait fantasmer en ce moment c'est bien celle de la petite blonde au sang chaud, Jena, il l'aura d'une manière ou d'une autre qu'elle le veuille ou non. L'ex mineur secoue la tête pour virer comme il le peut ces pensées qui n'ont pas leur place au moment présent, s'il a voulu partir sans aucune des damoiselles du campement ce n'est pas pour rien ! D'autant plus que penser à la belle blonde lui procure quelques picotements sous la ceinture. Armstrong venant lui procurer une distraction parfaite alors qu'il a du mal à s'extraire de ses pensées de débauches. Mark se stoppe net en l'écoutant venant relever ses lunettes de soudeur sur sa tête afin de regarder l'autre en face à face directement avant de croiser les bras, le toisant de toute sa hauteur. Parce que oui même si Armstrong a un joli gabarit, Mark est plus imposant encore, plus grand et bien plus musclé.

"Tu es sûr d'avoir écouté ce que j'ai dit il y a même pas cinq minutes ? Bien sûr que si tu es en danger mais que tu essayes de t'en sortir je vais t'aider c'est si toi ou Daniel vous ne bronchez pas et refusez de tuer un de ces charognards que je ne ferais rien pour vous. Pourquoi irais-je me mettre moi même en danger pour quelqu'un qui s'obstine à ne pas comprendre comment marche le monde maintenant ? Soit tu tue ces choses, soit tu es tué."
Mark ajoutant malgré tout une petite précision. "Et je parle bien entendu des zombies pas des autres survivants."

Bien que là encore il y aurait pleins de choses à dire entre les bandits, les groupes de pillards ou tout simplement le fameux marchand qui sévi dans la région. Même si les deux autres ne peuvent sans douter vu ses paroles, Mark n'a jamais tué autrement que pour se défendre ou pour cacher son secret comme la dernière fois dans le hangar de la déchetterie.

De nouveau pour lui l'affaire est entendue si bien que l'ex mineur décroise les bras revenant placer ses lunettes sur ses yeux avant de se remettre en marche. Rejoindre le bâtiment ne prenant pas plus qu'une minute, après tout de base ils n'avaient qu'une centaine de mètres à parcourir, une courte distance comme celle-ci se fait rapidement. Bâtiment industriel qui a l'air flambant neuf ou du moins qui l'était avant le début de cet Armageddon pour autant impossible de définir à quelle entreprise il était destiné l'absence d'enseigne sur la façade principal en étant la principale raison. Ça et le fait qu'il n'y a aucun stock d'aucune sorte à l'extérieur. Toujours aussi prudemment Mark s'approche de la porte du bâtiment avant de poser sa main gauche sur la poignée, la droite posée sur la garde de son couteau de combat.

La porte s'avère ne pas être fermée à clé et la serrure joue tranquillement s'entrouvrant légèrement en couinant quelque peu, de quoi rameuter les charognards des environs mais ce n'est pas cela qui va stopper Mark dans son entreprise. Finissant d'ouvrir la porte, l'homme a un mouvement en arrière au cas où une de ces choses soit là et qu'il ne l'ait pas entendue mais pour le moment rien ne vient contrecarrer ses plans. Lentement l'ex mineur entre dans le bâtiment laissant à son regard le temps d'analyser les lieux...C'est bien leur chance ça, des machines imposantes et neuves sont disposées de partout, ce lieu était destiné à être une usine et il est clair qu'elle n'a jamais été mise en route. Ce qui va minimiser leurs chances de découvrir des ressources intéressantes mais sait-on jamais après tout et puis tout est bon à prendre. Laissant le temps aux deux autres d'entrer eux aussi dans le bâtiment avant de se tourner vers eux.

"Les lieux ont l'air vides mais méfiance tout de même avec les charognards, je n'aime pas trop ça mais il va falloir qu'on se sépare pour couvrir plus de terrain d'un coup. Je pars à gauche, je vous laisse décider de la direction où vous allez, gueulez si jamais vous avez un souci."

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Lun 23 Mai - 15:22
Je continue à maintenir une certaine distance jusqu’à ce que Mark arrête d’avancer, je m’arrête à mon tour pour garder environ cinq mètres entre nous deux. Celui-ci se retourne dans ma direction et il relève ses lunettes sur son crâne dégarni, puis il croise ses bras comme s’il voulait me prendre de haut. Je ne suis pas vraiment surpris par cette réaction, des costauds comme lui j’en ai déjà croisé plein dans la rue. Certes, sa musculature me rappelle ma jeunesse et je l’envie un peu sur ce point. Je dois être plus âgé d’environ dix années et en dix ans je peux dire que j’en ai perdu de la musculature n’ayant plus vraiment le temps de m’y consacrer avec mon restaurant. Mais je n’ai pas perdu de toute ma vigueur et malgré son gabarit Mark ne m’impressionne pas, si garde une certaine distance c’est pour pouvoir anticiper quelconque action de sa part, je n’ai jamais été une tête brûlée et je ne crois pas que ça va changer maintenant.

J’écoute la réponse de Mark avec attention, même si je suis agacé par le regard que celui-ci me lance. Je suis un peu le « bleu » de l’équipe, je n’ai aucune expérience et j’ai un peu l’obligation de me taire si je ne veux pas me faire remarquer ou me mettre mes camarades d’excursion à dos surtout que je ne les connais même pas. Et pour survivre j’ai sans doute besoin d’eux puisque je ne pense pas pouvoir me débrouiller seul pour le moment. Le grand chauve me répond encore une fois froidement, je commence à m’habituer à cette façon de répondre depuis ma « résurrection ». Je reste encore une fois prudent, et je réfléchis quelques instant avant de répondre.

- Je suis sûr d’avoir écouté ce que tu as dit Mark, mais je préfère enlever toute ambiguïté. Maintenant on est d’accord sur ce point, j’essayerai de m’en sortir dans les limites de mes possibilités. Après un temps d’hésitation je précise une de mes inquiétudes. Par contre, je ne sais pas quelle sera ma réaction face à un survivant.

D’ailleurs celui-ci se retourne une fois sa phrase finie pour se remettre en marche. Je préfère lui faire part de cette inquiétude plutôt qu’à Daniel car Mark me parait plus rude et aura une réponse surement plus adaptée à mes attentes si toutefois il m’en donne une. A priori les gens sont tous sur leurs gardes, je n’ai pas encore vraiment conscience du danger qui nous entoure je sais que les zombies sont un danger, mais je n’ai aucune idée de la personnalité des gens. Quand j’étais avec Kait tous c’était bien passé je n’avais aucune difficulté avec elle et nous n’avions rencontré personne. Si je tombe nez-à-nez avec un individu avec de bonnes ou mauvaises intentions je ne saurais sans doute pas le discerner dès les premiers instants.

Le temps que je me pose toutes ces questions nous arrivons devant le bâtiment industriel, et encore je me demande si c’est vraiment un bâtiment industriel puisqu’aucun signe distinctif ne permet de savoir de quelle entreprise il s’agit et même encore plus évident de savoir de quel type de ressources ce bâtiment servait à stocker. Mark s’approche de la porte afin de l’ouvrir, c’est quand il pose sa main sur son couteau que je comprends que les choses sérieuses commencent et qu’on ne vient pas pour s’amuser. Je me positionne à sa droite un peu en arrière dans une certaine position de combat en étant légèrement appuyé sur mes genoux le bras droit tenant ma hachette relevée en arrière prête à s’abattre sur une cible. Je tourne mon regard dans la direction de Daniel pour voir si celui-ci est prêt à se défendre, puis je tourne mon regard vers la porte.

Je ne sais pas si c’était prévu mais le grand chauve ouvre la porte sans trop de difficulté puisqu’apparemment elle n’était pas verrouillée. Celui-ci fait un mouvement en arrière ce qui me fait décaler vers la droite à mon tour pour lui laisser de la place et surtout pour avoir un champ de vision libre au cas où un ou plusieurs charognards sortiraient dans notre direction. Heureusement pour nous aucun zombie à signaler derrière la porte, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y en a pas à l’intérieur. Mark décide de rentrer le premier, je rentre derrière lui tout en observant les lieux. A priori nous sommes rentrés dans une sorte d’usine, j’espère que l’on trouvera ce qu’on est venu chercher.  Après une analyse de l’entrée notre leadeur prend la parole pour nous expliquer son plan enfin si on peut appeler cela un plan, puisque son idée ne me plait guère, à moi qui suis de nature prudente. Cependant l’idée de séparer pour couvrir plus de terrain optimise nos chances de trouver des ressources.

- D’accord, je pars tout droit de mon côté, on se retrouve dans combien de temps ici ? Et quels sont les objets à ramener en priorité ?

J’ai bien l’impression que notre excursion commence mal au vu du plan proposé, faute d’expérience je ne peux surement pas proposer mieux. Pour une première j’espère que cela se passera bien.

Mark Logan

Anonymous
Invité
Lun 30 Mai - 15:51
Mark n'a rien ajouté de plus à la réponse d'Armstrong pourtant il n'en pense pas moins, l'autre avait soit disant bien écouté mais pour autant il a fallu qu'il en rajoute une couche et le fasse répéter...De quoi désespéré l'ex mineur. Par contre concernant un potentiel survivant à croiser, Mark a bien une réponse : tout dépendra de si c'est un homme ou une femme. Pour l'homme après il faudrait nuancer selon l'accueil réservé que pour la femme il sait parfaitement comment les choses se termineraient et putain que ça ferait du bien. M'enfin il ne faut pas rêver là dessus, cela ne se reproduira pas une seconde fois dans le même secteur enfin logiquement.

Une fois dans le bâtiment et son plan expliqué, bien que cela ne soit pas vraiment un plan mais plutôt une solution de fortune vu la disposition des lieux. Si jamais ils restaient ensemble, ils se généraient dans leurs mouvements au besoin vu la place entre les machines, pas de place pour deux combattants de front. Et puis c'est aussi un moyen de tester les deux hommes et voir ce qu'ils peuvent donner sur le terrain, voir s'ils peuvent se débrouiller seuls ou s'ils ont eux aussi besoin d'un baby-sitter avec eux. Si Daniel ne répond rien, Armstrong lui par contre ne s'en prive pas bien que cette fois ses paroles sont un peu plus dignes d'intérêt selon les critères de Mark.

"Quinze minutes, ça devrait être suffisant pour qu'on ait une meilleure idée du bordel et qu'on trouve ce que l'on voudrait. En priorité tout ce qui est stock de bois, de métal et compagnie après bouffe et armes et sinon ramasse ce que tu trouveras et que tu peux porter."

Un vague ordre de priorité même si Mark se doute que ce n'est pas Byzance là dedans enfin cela va leur donner un ordre d'idées. Puisque l'affaire est entendue pour lui, il commence à partir sur la gauche comme il l'a dit quelques instants avant, oui il n'aime pas traîner à parlementer pendant X temps, il préfère largement l'action et puis à quoi sert de parler pour en arriver au résultat final voulu depuis le départ ? À rien du tout donc autant gagner du temps.

Parti sur la gauche, Mark longe le mur du bâtiment avançant prudemment en évitant d'aller au milieu des rangées de machines en tout genre qu'il ne reconnait pas ou plutôt qu'il ne prend pas le temps de reconnaître. S'il se focalisait dessus peut-être qu'il y arriverait mais là il a mieux à faire comme surveiller de potentiels charognards qui pourraient déboucher à tout instant d'un recoin. Sa progression se fait tout en douceur pourtant en route il trouve posés sur une machine deux tournevis trônant là, sans doute étaient-ils destinés à réparer ou monter la machine mais ils ont été oubliés. Mark les prend avec lui et les met dans son sac à dos, par expérience l'homme sait qu'ils peuvent faire de bonnes armes l'air de rien. Le point positif dans tout cela c'est qu'au moins ils ne vont pas repartir les mains totalement vides même si au final cela n'est rien du tout.

Il poursuit sa progression, arrivant au bout du hangar de l'ex-futur usine et se retrouve devant un endroit dégagé où plusieurs palettes se trouvent étendues sur le sol. Mais pas la peine de s'emballer, elles sont quasiment toutes vides à l'exception de deux d'entre elles. Le seul problème c'est que de loin impossible de voir ce qu'elles portent, elles sont recouvertes par une bâche dont l'une des deux est plus que trouée et visiblement humide. Mark lève les yeux vers le plafond et avec les marques qu'il peut voir il constate qu'il y a une fuite d'eau à cet endroit là. Qu'importe cela ne l'empêche pas d'approcher et aussi silencieusement que possible de défaire les bâches une par une pour voir ce qu'il y a en dessous.

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Jeu 9 Juin - 13:51
Il me vient tout à coup à l’esprit que Mark ne m’a pas donné vraiment de réponse quant à la procédure à suivre si nous rencontrons des survivants enfin si je peux le dire comme ça. Cela me revient à l’esprit quand je m’apprête à emprunter mon chemin comme annoncé. Je n’ai aucune indication, attaquer le premier ou non je n’en sais rien et j’espère que cela ne se produira pas, du moins pour ma première excursion. J’en demande beaucoup, pas de zombie, pas de survivants j’en suis bien conscient je me fais sans doute trop d’illusion tout ne peut pas se passer aussi bien.

Les indications que me donne Mark me sortent de ces mauvaises pensées. Nous nous donnons rendez-vous d’ici 15minutes à notre point de départ, ce temps me parait correct le temps de trouver quelque chose et de ne pas trop se perdre. Il me donne aussi une liste des éléments les plus importants à ramener en priorité tels que du bois ou du métal. Je réponds uniquement par un hochement de tête à mon interlocuteur.

Je me dirige donc en direction de la route annoncée plus tôt c’est-à-dire tout droit, après quelques réflexions, c'étais pour moi un choix stratégique, car j’aurai un homme à ma droite et à ma gauche pour m’aider en cas de besoin. Mais cette position me donne aussi un inconvenant si l’un d’eux venait à se faire attaquer je devrais être le premier à intervenir. En y pensant ce n’était pas très stratégique ça relevait plus d’un pari, se faire attaquer et être aider ou l’inverse, mais en y pensant j’ai plus de chance d’aider que de me faire aider puisque j’ai deux personnes à secourir de mon côté.  Décidément, j’ai vraiment perdu toutes mes facultés de réflexion j’en ai bien l’impression pourtant j’essaye vraiment d’agir au mieux.

J’avance droit devant moi, en jetant un regard en direction de Daniel qui part vers la droite puis vers Mark qui part vers la gauche. Je me fraie un chemin au milieu des machines industrielles, en étant très concentrer sur ce qu’il se passe autour de moi que ça soit me prémunir d’une attaque ou dans que ça soit pour trouver des objets qui serait plus au moins caché derrière, à l’intérieur, ou même au-dessus de toutes ces machines. Je suis tellement concentré sur ce qu’il se passe autour de moi que je ne regarde pas vraiment où je marche jusqu’à ce que mon pied heurte un objet métallique. Un léger bruit se fait entendre au moment de la collision entre mon pied et l’objet. Je jette vite fait un regard sur l’objet et je relève immédiatement ma tête pour voir si j’ai attiré du monde ou pas dans ma direction. Après quelques instants sans rien voir ou rien entendre je m’agenouille pour récupérer l’objet métallique que j’ai percuté il s’agit d’une clé stilson. Je ne sais pas si c’est la chance du débutant, mais en tout cas j’ai déjà trouvé quelque chose, je ne passerai pas pour une bourrique. Je place la clé dans mon sac à dos, cela sera toujours mieux que rien et cela peut-être un objet utile de toute manière.

En me relevant, je jette un nouveau regard autour de moi par précaution avant de continuer mon chemin, je n’entends pas non plus de message d’aide de la part de mes camarades. Je poursuis mon chemin, et j’aperçois un petit bâtiment qui ressemble à une baraque un peu plus loin. Je trouverai peut-être des objets dedans, mais cet endroit semble assez risqué, enfin c’est ce que je pense. Mon objectif est donc de m’approcher de cet endroit pour essayer d’entrevoir quelque chose si je le peux.

Mark Logan

Anonymous
Invité
Mar 14 Juin - 1:27
Tranquillement les deux bâches se défont l'une après l'autre et Mark avait bel et bien vu juste les objets ont été stockés sur des palettes eux aussi et à sa grande surprise il découvre des choses n'allant pas forcément ensemble. Sur la première un stock de métaux et sur la seconde un stock de cuir, cette seconde trouvaille l'amuse plus ou moins d'ailleurs, assez en tout cas pour le faire esquisser un sourire en coin et fugace. Après tout c'est la deuxième fois qu'il trouve du cuir dans ce secteur en deux virées qui plus est. Bon ce n'est pas le paradis et pas ce qu'il avait souhaité trouver d'autant plus qu'aussi bien l'un que l'autre ont prit de l'eau et sont donc un peu abîmés mais là encore c'est largement mieux que rien. Et puis il lui suffit de trier ses trouvailles et de n'emporter que les parties intactes. Chose qu'il fera un peu plus tard, au vu de l'encombrement des objets l'ex mineur préfère d'abord poursuivre son tour des lieux et voir s'il ne trouve rien de plus. Déjà qu'il doit quand même se dépêcher avec le timing qu'il a lui même fixé à Armstrong.

D'ailleurs l'espace d'un instant Mark se demande comme s'en sort le black est-ce qu'il trouve des choses de son côté ou non ? Est-il seulement encore en vie car bien qu'il ne l'ait pas entendu crier cela ne veut rien dire du tout, un mercenaire, un pillard, un bandit ou autre aurait tout simplement pu lui sauter dessus et lui trancher la gorge avant même qu'Armstrong puisse produire un seul son. À cette pensée l'ex mineur hausse les épaules, quelle importance de le savoir maintenant, il verra bien plus tard ce qu'il en est et ce n'est certainement pas lui qui va pleurer ou se faire du souci pour le sort d'un autre homme. Une femme là d'accord surtout si après il peut la coincer dans un coin et lui faire sa fête mais un homme certainement pas. Bon d'accord cela ferait mauvais genre s'il retourne tout seul ou avec un disparu au compteur surtout après que cela soit déjà arrivé avec Seth.

"De toute façon tu arriveras bien à leur faire gober une excuse au besoin...Pas faux"

Personne ne se doute et ne se doutera jamais de l'attouchement qu'il a eu sur le corps d'Ivy ou encore de la presque gamine dont il a abusé et tranché la gorge la dernière fois, il avait Elizabeth et Johann en face de lui et aucun des deux n'a remit en question ses paroles. Pourquoi s'en faire pour quoi que se soit ? Et puis il a d'autres chats à fouetter. Sur cette nouvelle réflexion, Mark délaisse temporairement ses trouvailles et reprend sa progression à travers l'ex-futur usine en traversant l'endroit dégagé dans lequel il se trouve. Gardant tout du long la main droite sur la garde de son couteau de combat, il parvient à la fin de l'espace dégagé et se stoppe net en voyant une scène étrange devant lui.

Ce qui ressemble fort à une toile de tente se trouve là mise en lambeaux, des traînées de sang brunis sont répandus alentours ainsi que d'autres restes humains, os et morceaux de tripes ayant eu le temps de se dessécher. Pas besoin de chercher bien loin ce qui a du se produire des survivants ont voulus s'abriter là et passer inaperçus malheureusement pour eux des charognards leurs sont tombés dessus avant qu'ils puissent filer. Car oui Mark distingue les restes de deux corps dans ce meli-mélo étonnant mais il distingue aussi d'autres choses au milieu de ce bordel commençant à affiner ses déductions. C'est bien un vieux reste de toile de tente qui se trouve là mais qui servait de bâche de fortune sans aucun doute et de moyen de transport pour des affaires. Pas le moins du monde décontenancé par le fait de fouiller une scène pareil, Mark approche et entreprend d'inspecter l'endroit centimètre par centimètre.

Et au milieu de fringues usées et raides de sang séchés il découvre un talkie qu'il enquille dans son sac à dos. Puis une lampe torche qui prend le même chemin. Remuant tout sous le reste de toile et dans un recoin, Mark dégote quelque chose de bien plus précieux et rare que le reste : une paire de jumelles à vision nocturne, voilà quelque chose qui va être bien utile au campement pour monter la garde ou encore s'il se retrouve à nouveau coincé dans le noir ou plus simplement si un jour il fiche le camp...du campement. Délicatement il met les jumelles dans son sac à dos avant de le refermer et il va pour s'en aller quand il aperçoit dissimulé entre deux tas de palettes vides un objet vert, il se penche et l'attrape, le ramenant à lui pour voir qu'il s'agit là d'un électrificateur. S'il ne sait pas si ça pourra servir il se dit qu'on ne sait jamais cela peut être utile ainsi l'objet par rejoindre son sac à dos qui est presque plein du coup.

Avec ses nouvelles et précieuses trouvailles pour certaines, l'ex mineur retourne auprès des deux palettes de tout à l'heure toujours sans entendre un seul bruit ni voir un seul mouvement. Arrivé sur place il défait une nouvelle et dernière fois son sac de sur son dos avant de l'ouvrir et de mettre tout ce qu'il peut du stock de cuir dedans en évitant les éventuels morceaux de cuir abîmés. Cette fois pas de doute plus rien ne pourra entrer dans son sac à dos, le refermant il le remet sur ses épaules accusant le poids qui n'est certes pas énorme mais quand même. Il ne lui reste plus qu'à se saisir du stock de métaux et le prendre dans ses bras enfin de manière quand même à pouvoir attraper son couteau de combat ou le flingue dans son dos en cas de nécessité.

Et il aurait mieux fait de se taire alors qu'un cri lui parvient depuis l'autre côté de l'usine, pile la direction qu'avait prise Daniel un peu plus tôt et pas besoin de lui faire un dessin, il sait à quoi s'attendre...L'ex mineur se dépêche de rejoindre l'entrée de l'usine aussi bien à cause du cri de Daniel qu'à cause du timing des quinze minutes qui touchent à leur fin. En espérant qu'Armstrong le rejoigne rapidement à moins qu'il ne soit déjà là, n'importe tant que le black n'est pas parti voir ce qu'il se passe.

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Mar 21 Juin - 23:38
Mon regard reste fixé sur cette baraque qui servait peut-être de salle de contrôle de toutes ces machines industrielles ou bien peut être de vestiaire. Je n’arrive pas à définir son utilité parce que les vitres sont recouvertes d’une épaisse poussière. Il me faut bien cinq bonnes minutes pour parvenir jusqu’à cette baraque étant donné les précautions extrêmes que je prends pour ne pas faire de bruit, c’est presque comme si une personne qui marcherait à reculons irait plus vite que moi. Le fait d’avoir tapé dans l’outil que j’ai ramassé plus tôt me fait vraiment stressé et j’ai peur que cela se reproduise à nouveau ou qu’un zombie ou je ne sais quoi, déboule sur moi. Après ce long périple, que je me suis moi-même infligé puisque toute cette scène n’a servi à rien. Je parviens devant les vitres sales de ce taudis en métal. Je pose délicatement ma main dessus pour essayer d’enlever un peu de poussière afin d’entrevoir quelque chose. J’exécute une rotation avec ma main sur la vitre et je jette un regard à travers elle, je n’aperçois rien d’anormal à première vue.

Je décide de pénétrer à l’intérieur pour essayer de trouver quelconque objet qui pourrait nous être utile, même si je pense que ce n’est pas à l’intérieur que je vais trouver les ressources que m’a demandé Mark. Je me dirige vers la porte d’entrée qui se situe sur ma gauche mais celle-ci est fermée, je souhaite bien évidement que celle-ci ne soit pas fermée à clé. Avant de saisir la poignée je regarde autour de moi, puis je maintiens ma hachette fermement dans ma main droite, pour ouvrir la porte avec la main gauche.  J’ouvre la porte sans aucune difficulté, et rien ne me fait face. Toutefois, l’endroit est plutôt sombre avec l’amas de poussière sur les fenêtres je reste tout de même sur mes gardes. Il s’agit bien d’une salle de contrôle des machines avec quelques moniteurs et consoles remplis de boutons ainsi qu’un siège. La pièce est plus petite qu’elle n’en avait l’air, je fais vite le tour puisqu’elle est aussi grande qu’une chambre à coucher d’environ 15m carré. Sur un bureau proche d’un moniteur d’ordinateur complétement cassé je trouve deux talkies walkies je les place tous deux dans mon sac à dos.  Je jette un dernier coup d’œil à la salle pour voir si je n’ai rien oublié, enfin plutôt si je n’ai pas raté un objet qui aurait pu servir.

Je sors de la pièce avec mon sac sur le dos et les deux talkies à l’intérieur de celui-ci. Je ne sais pas combien de temps je suis parti, on s’était fixé un rendez-vous au bout de quinze minutes. Vu le temps que j’ai passé à chercher des objets je ne dois pas être loin de cette estimation, mais si j’avais largement dépassé ce temps j’ose espérer que mes camarades seraient venus à ma recherche. Je décide donc de faire marche arrière pour revenir sur mes pas et aller à l’entrée ou nous nous sommes donnés rendez-vous avec Mark et Daniel. J’emprunte cependant un autre chemin pour essayer de trouver autre chose. Quand je dis un autre chemin je me comprends, je me décale juste d’une lignée de machine. Sur le chemin du retour je tombe sur une caisse à outil, j’hésite un moment à la prendre car celle-ci je ne pourrai pas la mettre dans mon sac à dos et je vais devoir la porter à bout de bras. Je décide quand même de la prendre, je ne sais pas s’il y a des outils au campement ou pas mais cela peut toujours servir de toute façon. Je me retrouve avec dans ma main droite, ma hachette et dans ma main gauche, la boîte à outil qui pèse son poids mine de rien.

Quelques centaines de pas après ma nouvelle trouvaille j’aperçois au loin un amas de bois. Je me dirige en direction de ces amas de bois puisque c’est ce que m’a demandé de ramener Mark en temps normal j’aurai sans doute passé mon chemin.  Plus j’avance et plus je m’aperçois que le bois semble pourri et qu’on ne pourra sans doute rien en tirer. Mes soupçons s’avèrent exacts, puisque le bois est bel et bien pourri, il est inutilisable à mon avis même si je n’y connais pas grand-chose. En y regardant de plus près ce bois était des chutes de planche ou de linteaux, je ne sais pas si on peut appeler vraiment ça du bois. Dans tous les cas je trouve par terre une scie gerber gator. Je la place dans mon sac, celui-ci commence à être bien rempli je doute qu’il reste encore de la place.

J’ai à peine le temps de mettre la scie dans mon sac que j’entends des cris, ça me surprend tellement que je me dirige en courant vers l’entrée de l’usine car je ne sais pas vraiment d’où provient le cri. J’aperçois au loin Mark qui se dirige vers l’entrée lui aussi et je crie pour me faire entendre par ce dernier.

- Il faut qu’on aille aider Daniel !

Mark Logan

Anonymous
Invité
Jeu 23 Juin - 20:36
Les bras chargés Mark arrive sur l'entrée au moment où Armstrong l'appelle de loin, l'ex mineur tourne la tête vers lui après s'être stoppé, le laissant le rejoindre. Et il peut dire que cela ne l'enchante pas du tout cette idée d'aller aider Daniel alors qu'il sait d'avance ce qu'ils vont trouver. Mais ne faut-il pas faire bonne figure d'une manière ou d'une autre ? Cela ne serait que lui, il repartirait directement vers la voiture sans passer par la case scène macabre mais comme Armstrong va y tenir. Pour Mark, le black est de ce style là à vouloir foncer vers les ennuis alors qu'il n'y a plus rien à faire, à moins qu'il ne se trompe mais cela il le saura plus tard. Attendant qu'Armstrong le rejoigne, Mark dépose le stock de métal qu'il porte pour le poser non loin de la porte de sortie, s'ils doivent aller voir ce qu'il se passe, il ne va pas le faire les mains vides. Le tout pendant que de nouveaux cris se font entendre si bien que dès qu'Armstrong est assez proche, Mark lui lance :

"Tu sais ce qu'il en est et ce qu'on va trouver ?"

Adoptant un ton et une manière de parler pressé avec une pointe d'inquiétude, le juste dosage qu'il faut pour que son vis à vis ne se doute pas qu'en fait il s'en fout royalement de Daniel. Il l'a déjà pensé et le pense à nouveau mais sauver le cul d'une fille là d'accord il s'en ficherait moins mais pas pour un homme qui plus est un dont Samuel lui a dit de se méfier. Enfin maintenant que la comédie est lancée, Mark ne peut plus faire marche arrière, se délivrant rapidement du poids de son sac à dos, l'ex mineur ne perd pas une seconde pour partir dans la direction des cris en accélérant son pas ne doutant pas un instant qu'Armstrong soit derrière lui. À moins qu'il lui passe devant bien entendu.

Ne ralentissant l'allure qu'en entendant des gargouillement et des bruits de mastications, sortant son couteau de combat, il se tient prêt à toute éventualité. Celle qu'un de ces charognards ne soit pas entrain de festoyer sur le corps de Daniel. Progressant plus lentement il termine quand même par déboucher sur la scène macabre qu'il avait prédite au premier cri de l'homme. Le corps sans vie de Daniel repose sur le sol et il sera bientôt exsangue à en juger par la marre de sang se répandant sur le sol du bâtiment. Trois zombies sont couchés dessus entrain de le dévorer dans un festival de tripes à l'air, d'os qui craquent et de leurs bruits de mastication. Même si dès le premier appelle de l'architecte il était trop tard pour faire quelque pour lui, là ils peuvent en prendre pleinement conscience par le visuel. Une scène qui remuerait le coeur à n'importe qui sauf à Mark même s'il doit adopté un air horrifié devant Armstrong.

D'ailleurs en parlant de cela, Mark met son bras en travers du chemin pour éviter qu'Armstrong n'aille plus loin, à moins que Mark ne doive lui attraper le bras pour le stopper dans son élan. Ses mâchoires grincent l'une contre l'autre avant qu'il ne parle pour lui murmurer.

"Vient, on ne peut plus rien faire pour lui, on se sauve tant qu'on peut..."

Les suppôts de Satan et leur insatiable appétit ne vont pas tarder à se mettre en quête d'une autre proie, sans parler du fait que les cris de Daniel ont déjà dû commencer à attirer tout les morts-vivants à l’extérieur. Ils doivent filer avant qu'il ne soit trop tard ! Filer pour leur vie et ils ne peuvent pas non plus s'approcher pour récupérer le matos que portait Daniel. Malgré le fait que la mort de Daniel ne lui fasse rien, Mark lui adresse une rapide prière du bout des lèvres qu'Armstrong pourra sans doute entendre avant de se signer.

Armstrong Wyclif

Anonymous
Invité
Dim 26 Juin - 17:51
Après avoir crié je rejoins Mark le plus vite possible malgré l’encombrement causé par la boite à outils que j’avais récupérée plus tôt. Celui-ci n’a pas vraiment l’air impatient d’aller secourir Daniel, car il prend la peine de m’attendre mais peut-être que c’est pour mieux s’organiser. Dans tous les cas en arrivant près de Mark je dépose mes affaires, ma boite à outils comme mon sac à dos à côté des matériaux du grand chauve. Apparemment il a été plus fort que moi puisqu’il a trouvé ce que l’on recherchait moi je n’ai rien trouvé de très intéressant. Puis celui-ci prend la parole alors je lui réponds directement pour ne pas perdre de temps supplémentaire.

- Je ne sais pas ce que l’on va trouver, je me doute que ce n’est pas bon signe mais il faut aller au moins pour voir si c’est trop tard ou non.

J’attends que Mark se mette en marche pour le suivre non pas que j’ai peur, mais il a plus d’expérience que moi et je ne sais pas quelle sera ma réaction en arrivant. Je le suis de très près pour éviter qu’on se fasse surprendre chacun de notre côté. En entendant des bruits plus ou moins étranges pour moi, le chauve ralentit ses pas j’en fais de même en restant toujours derrière lui. Quand j’aperçois qu’il se saisit de son couteau de combat, je me saisis de ma hachette également.

On finit par arriver sur la scène d’où provenait les cris, et ce que j’y vois m’horrifie. Nous sommes arrivés bien trop tard, Daniel est là au milieu de trois zombies. Son corps est inanimé et pour cause les charognards ont déjà festoyé, il y a une flaque de sang tout autour de son corps et les charognards ont encore leurs têtes dans son ventre. Il me faut quelques minutes pour sortir de cet état second d’horreur dans lequel je suis après avoir aperçus cette scène. Je ne sais pas si nous sommes arrivés trop tard ou non mais dans tous les cas il est bien trop tard pour faire quelque chose pour Daniel. Je veux dire quelque chose à Mark mais aucun son ne sort de ma bouche, je ne sais que dire après avoir vu cette scène.  Celui-ci met en avant son bras pour me stopper afin que je n’aille pas plus loin, mais malheureusement j’ai bien compris qu’on ne peut rien faire pour Daniel. Mark suggère qu’on s’en aille avant qu’il ne soit trop tard. J’acquiesce en faisant un timide hochement de tête.

Il faut qu’on parte avant qu’on y reste nous aussi, les objets de Daniel sont irrécupérables, inutile de prendre ce risque. En m’apprêtant à faire demi-tour j’entends que Mark adresse une rapide prière à l’égard de Daniel, il est sans doute très pieux pour agir ainsi. J’attends qu’il finisse pour m’adresser à lui.

- On récupère nos sacs à dos et on retourne à la voiture ?

Mark Logan

Anonymous
Invité
Mar 28 Juin - 19:50
La mort voilà ce qu'ils allaient trouver au bout du chemin pour Mark mais Armstrong ne semble pas en avoir conscience avec la réponse qu'il lui fourni, du moins Mark le prend ainsi que cela soit à tord ou à raison. Une chose pour laquelle il a raison c'est qu'ils trouvent bien la mort une fois à la hauteur de là ou se tenait Daniel. Une scène macabre et difficile à regarde pour pratiquement tout le monde. Au moins l'ex mineur n'a pas à stopper le black qui le fait tout seul, au moins ça de prit l'autre a compris qu'il ne faut pas s'aventurer plus avant, déjà que là c'est plus que limite. Armstrong ne trouve rien à redire et se contente d'un simple hochement de tête ce qui convient à merveille à Mark déjà parce qu'ainsi il n'a pas à argumenter les choses ou forcer l'autre à s'arrêter mais aussi parce qu'il vaut mieux qu'ils ne se fassent pas entendre de trop. Ce qui n'empêche pas Mark de prier rapidement du bout des lèvres pour Daniel.

"Nous t’en prions Seigneur toi qui partage notre vie, réconforte le par la présence de ton amour :
Soutiens-le sur ce dernier chemin pour qu’il n’avance pas seul ; délivre-le de l’angoisse de la mort que tu as toi-même ressentie. Nous t’en prions Seigneur, toi qui es mort pour lui, comme pour chacun d’entre nous, remets toi-même toute son existence, avec ses clartés et ses ombres, entre les mains de ton Père et de notre Père..."


Sa prière murmurée dont Armstrong aura pu percevoir les paroles, Mark se signe avant de se détourner de la scène devant ses yeux. Le black en profitant pour lui poser une question, l'ex mineur le regarde quelques instants, visiblement il s'attendait à entendre parler de sa Foi mais non il en va autrement. En même temps qu'il hoche la tête à son tour il lâche un simple :

"Oui et en vitesse"

Il n'y a rien de plus à faire et rester ou aller visiter un autre lieu est devenu encore plus dangereux maintenant que les charognards ont entendus des cris pour repérer leur prochain repas. D'ailleurs les suppôts de Lucifer se repaissant sur le cadavre de Daniel ont fini par les entendre ou les voir ou autre, Dieu sait comment ces choses repèrent les vivants. Et ils délaissent le corps sans vie de l'architecte pour se tourner vers Armstrong et Mark.

L'ex mineur repart au pas de course vers l'entrée de l'usine, normalement suivi par Armstrong et ce n'est qu'une fois sur place qu'il se stoppe et tout récupérant son sac à dos et le remettant sur ses épaules il se tourne vers Armstrong.

"La voiture sans traîner, les charognards vont avoir entendus les cris de Daniel et ils vont converger vers ici."

Était-ce bien utile de préciser cela ? Peut-être que oui peut-être que non, tout comme que peut-être que Mark aurait dû ajouter un "enfin si ce n'est pas déjà fait" vu qu'il ne sait pas ce qu'ils vont trouver à l'extérieur. Et peut-être même que l'ex mineur aurait dû se taire tout court, à peine quelques secondes après des râles se font entendre dont un fort proche. Si proche que Mark le voit débouler par la porte de l'usine restée ouverte quand ils sont entrés et comme il est juste à côté il sent l'haleine putride de la bête. À peine a t-il eu le temps de remettre son sac sur ses épaules qu'il doit précipitamment sortir son couteau de combat pour se défendre alors que le rôdeur a déjà les mains levées pour le chopper.

Il n'a pas le temps de tenir et lever correctement son couteau qu'il doit déjà l'abattre sur le charognard le manquant de justesse mais le manquant quand même. Mark parvient à avoir un mouvement arrière avec assez de rapidité pour éviter d'être griffé par le zombie. Prenant mieux son couteau, il le lève et l'abat sur le zombie dans le même temps, est-ce le fait de tout faire dans le même élan ou encore est-ce le fait que les objets dans son sac à dos sont mal repartis mais Mark loupe la tête du zombie venant la lui planter dans l'épaule. Les choses continuant à s'enchaîner l'ex mineur se retrouve déstabilisé et ne peut rétablir son équilibre à temps, glissant il se retrouve sur le sol sans sa lame dans les mains avec un charognard prêt à lui tomber dessus.
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: