Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Le garde-manger - 18/03/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Camp Hope :: Vie de camp

Aller à la page : Précédent  1, 2

Koda Kaminaka

Anonymous
Invité
Dim 15 Mai - 0:52
A l’entendre parler, les circonstances de leur morsures avaient été pénibles pour eux aussi. Il ne devait pas y avoir beaucoup de survivants a qui la peine avait été clémente.
Kaitlin lui raconta qu’elle était avec Wyclif lors de leur drame respectif. Koda n’avait pas saisi ça à la ferme Wallace. Enfin, elle n’avait pas vraiment saisit grand chose de leur séjour. Mais elle n’avait pas beaucoup essayé non plus.

L’ambiance mélancolique qui se répandait dans l’air de la pièce paraissait aussi affecter la jolie fille aux taches de rousseur. C’était presque soulageant de constater qu’elle n’était pas la seule à craquer, en plus…
Kaitlin passa soudainement,les bras autour de son cou et se colla contre elle pour lui faire un câlin. Koda fut prise de court un instant. Mais surprise, agréablement surprise. Elle hésita un instant avant de serrer elle aussi le buste de la jeune femme entre ses bras. Maintenant qu’elle se tenaient l’une contre l’autre, cela semblait évident, comme dans une suite logique d’événements. La musique qui se diffusait toujours dans leurs oreilles s'accordait très bien avec la scène qui se déroulait dans le garde manger. Les deux écouteurs paraissaient connecter les cerveaux des deux jeunes femmes. Kaitlin agissait sur le coeur de Koda comme une torche, l’irradiant doucement de chaleur. Décidément, il n’y avait pas de contact plus rassurant qu’un câlin. Elle trouvait son geste vraiment adorable.

« Ooh c’est trop mignooon… » murmura-t-elle à son oreille en lui caressant doucement le dos.

Kaitlin recula alors son visage juste en face de celui de Koda, les bras toujours enlacés contre sa nuque et se mit à lui parler. Elle ne pouvait pas être plus proche du contact physique entre leurs deux visages. La jeune japonaise se rendit compte qu’elle ne pourrait pas esquiver ce regard là sans cacher sa gêne. Elle se résigna à la regarder droit dans les yeux. Ses rondes pupilles noires fixèrent les rondes pupilles couleur noisette. Son coeur se mit à battre comme une collégienne et ses joues rosirent d’un coup. C’était comme si leurs regards étaient branchés sur haute tension et qu’un contact prolongé la foudroierait sur place.

C’était une déclaration d’amitié. Rien que ça. Le coeur de Koda se serra et elle sourit.

« T’inquiète pas, des amis, j’en ai pas beaucoup. Quand aux câlins, ça me gêne pas. Au contraitre, je crois que je vais en reprendre… »

Alors, elle alla blottir son nez contre le cou de la jeune fille et la serra très fort entre ses bras. Kaitlin put même sentir que la jeune japonaise essayait la soulever du sol.

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Mer 18 Mai - 0:21
Miracle ! Koda ne me rejette pas, elle me rend même mon câlin avec tellement d’enthousiasme qu’elle me soulève quasiment du sol malgré son physique très maigre. Enfin, après tout je ne suis pas bien grosse non plus et même après le passage à la ferme je n’ai pas vraiment pris de poids.

Je ne peux pas m’empêcher de lui répondre avec un petit clin d’œil.

- Ouah ! Economise tes forces, miss ! On a encore du pain sur la planche. Mais je suis contente que tu apprécies les câlins.

Avec un tel élan d’enthousiasme je ne peux m’empêcher d’avoir des pensées un poil obscène. Ça faisait longtemps que je n’avais pas partagé un contact aussi rapproché avec une femme. Je peux même sentir le contact de sa poitrine contre la mienne dans cette position, et elle semble à peu près aussi grosse mais ce n’est pas un souci. Evidemment, je préfère les femmes plantureuses d’habitude mais avec Koda ça ne me semble pas un réel souci. J’aime plus sa personnalité que son physique pour une fois, ce n’est pas ce qui m’a attirée en premier.

Si je m’écoutais, je lui sauterai dessus pour lui enlever tous ses vêtements mais être rejetée et perdre une amie, dans un tel contexte se serait une mauvaise idée. Avec toutes ces idées en tête je me sens rosir, et je commence à mordiller ma lèvre inférieure pour détourner mon attention.

Je me mets machinalement à serrer Koda et à lui caresser le dos, comme elle-même l’avait fait plus tôt. J’avais remarqué plus tôt que mes propos l’avait fait rougir et ça me fait plaisir car elle ne doit pas être insensible à ce qui se passe.

A cette idée mon cœur bat à toute allure, je me sens comme pétrifiée car je comprends que je vais avoir du mal à ignorer mes sentiments naissants pour la belle jeune femme dans mes bras. Quoique je fasse je reviens à l’idée que j’ai juste envie de la caresser et de l’embrasser. Il y a tellement de tension entre nous, que si quelqu’un rentrait il saurait immédiatement ce qui se passe.

Je me décide donc à faire le premier pas puisqu’il le faut et puis dans le pire des cas je serai rejetée, ce n’est pas la pire chose qui puisse arriver en ce monde désormais. Je lui fais un baiser près de la commissure des lèvres mais toujours sur la joue suffisamment pour que ce soit interprété correctement et j’attends sa réaction avec fébrilité, ce qui me fait fermer les yeux. Je lui murmure :

-  Excuse-moi mais tu me plais un peu trop pour en rester aux câlins…

Je reste là pétrifiée, les yeux fermés, j’ai sûrement tout gâché, mon cœur bat à toute allure. J'ai envie d'être ailleurs et en même temps pas du tout, je suis littéralement pendue à ses lèvres.

Koda Kaminaka

Anonymous
Invité
Mer 18 Mai - 21:06
Kaitlin passa les bras dans le dos de Koda et se mit à le caresser du plat de la main. Cette dernière, plongée dans le cou de son amie ferma les yeux et sourit de plaisir. Si elle n’avait pas été humaine, elle se serait surprise à ronronner. Le contact de leurs poitrines l’une contre l’autre l’embarrassait un peu ; elle ne savait pas ce qu’il fallait en penser. Mais une chose était sûre, se dit-elle, c’était que la nature les avait gâtées de manière égale à ce niveau là.
Elle percevait les pulsations de leurs coeurs qui se diffusaient l’un contre l’autre, eux aussi. C’était une expérience très agréable, très apaisante. Les rythmes de leurs battements se confondaient en un seul. Comme s’ils s’accordaient. A vrai dire, Koda aurait pu rester plusieurs minutes dans cette position sans s’en lasser le moins du monde.

Mais alors, Kaitlin s’écarta légèrement et l’embrassa sur la joue, tout proche de sa bouche. La jeune asiatique fut prise de court par le geste d’affection extrême. De toute sa vie, personne n’avait fait preuve d’une telle tendresse avec elle. Koda entrouvrit la bouche, comme si l’air lui manquait. L’espace de cet instant, elle s’était mise à réfléchir comment elle pouvait lui répondre.  Mais le geste de Kaitlin n’était qu’un prélude à une révélation encore plus grande.

 Excuse-moi mais tu me plais un peu trop pour en rester aux câlins…
Koda prit un instant avant de saisir le sens de la phrase, paraissant se demander si elle avait mal compris. Elle vit Kaitlin fermer les yeux, fébrile, et compris qu’il n’y avait aucun doute possible. Tout contre elle, prise de court par l’expression de son visage, Koda se mit à bredouiller précipitamment.

- « Je… Je te… plaît ? Ca… Ca veut dire que tu… Enfin que tu aimes les… » Ses joues tournèrent au rouge pivoine. « C… C’est très gentil mais… Euh ! Je veux dire, je t’aime bien aussi mais… C’est trop rapide pour moi… Ce que je veux dire… » Rien qu’au ton de sa voix, on voyait que Koda bataillait pour trouver les bons mots, qu’elle avait peur de blesser Kaitlin à la moindre phrase. Elle expira longuement, avec fébrilité.

« Je… je t’aime aussi. » avoua-elle « Mais… je… j’en suis pas sûre… Enfin… C’est la première fois que… »

A cet instant, ce que voulait Koda par dessus tout, c’était la rassurer. Que le « oui » l’emporte sur le « mais » dans son coeur. Alors, elle prit doucement la tête de Kaitlin entre ses mains et déposa un baiser appuyé sur le côté gauche de sa bouche, caressant la partie droite délaissée de ses lèvres avec son pouce. Une caresse pleine de promesses. Le contact entre leurs lèvres était d’une douceur absolue pour Koda. Elle sentait le désir grimper en elle à chaque seconde. Mais il ne fallait pas qu’elle se précipite, il fallait qu’elle réfléchisse. Alors, à contre coeur, la jeune asiatique retira ses lèvres de celles de Kaitlin, haletante, le bout de son nez collé au sien, les yeux dans les yeux.

« Il me faut juste un peu de temps… » murmura-elle.

Ses lèvres, quand elles bougeaient effleuraient celle de la belle, attisant encore davantage l’envie de les faire se retrouver. Leurs haleines se confondaient. Alors, pour calmer le feu qui la brûlait, Koda se lova contre l’épaule de Kaitlin et embrassa longuement son cou de plusieurs baisers prometteurs. Seulement là, elle releva la tête et lui sourit en l’enlaçant par la taille:

« …mais je crois que c’est bien parti… »

Kaitlin Cooper

Anonymous
Invité
Ven 20 Mai - 20:40
Koda me répondit enfin, avec beaucoup de fébrilité, elle semble vraiment perturbée par mes propos précédents. J’ai probablement tout gâché et je sens qu’elle va me repousser.

D’une manière étonnante, elle se met à m’embrasser même si c’est sur un coin de la bouche. Je me sens rassurée par ce contact car elle ne me rejette pas totalement même si c’est timide. Elle a les lèvres toutes douces et ce contact est très sensuel, je sens le désir monter en moi tout doucement. J’ai vraiment très chaud et je dois avoir les joues toutes rouges.

Elle s’éloigne ensuite un peu et m’annonce que c’est un peu rapide pour elle, ce que je conçois et elle me fait des bisous dans le cou qui me provoquent des picotements dans tout le corps.

- Je comprends Koda, ça ne me dérange pas de t’aimer en douceur puisque c’est réciproque, et effectivement j’aime les femmes.

Je l’embrasse, moi aussi dans le cou et je lui murmure :

- Tu sais j’avais peur que tu me rejettes et surtout d’avoir des sentiments pour quelqu’un dans ce contexte, mais je pense que finalement ça peut être une bonne chose.

Je continue à l’embrasser, mais cette fois-ci sur la joue et une idée me vient en tête.

- Tu as déjà été avec une fille ? Si ce n’est pas le cas je pourrais t’apprendre mais je préfèrerai le savoir.

Je plonge mon regard dans le sien et je sens le désir m’inonder à nouveau, elle est tellement séduisante et innocente à la fois. Je ne résiste pas à l’envie de la prendre dans les bras et je lui caresse le dos, tout en le faisant je sens en relief l’agrafe de son soutien-gorge. Je résiste difficilement à l’envie de le dégrafer mais je ne veux pas trop précipiter les choses avec Koda, elle semble assez hésitante.

C’est peut-être lié à sa souffrance, cachée par son armure, si elle a aussi subi des violences sexuelles je peux comprendre sa réticence. J’hésite à lui en parler mais personnellement je ne l’ai fait qu’avec une seule personne et j’aurai du mal à en reparler à nouveau quoique peut-être pas avec elle.

En y songeant, je me rends compte que je n’ai pas envie que ce câlin s’arrête un jour car ça faisait longtemps que je m’étais pas senti aussi bien, avec Koda je me sens vraiment à l’aise, je ne suis pas juste attiré par elle. C’est évident que j’ai envie d’elle mais j’ai aussi pour une fois envie de partager des choses avec elle.

Le fait qu’elle m’ait avoué qu’elle m’aime aussi me remue énormément car c’est clairement réciproque. C’est vraiment rapide, mais je pense que même dans ce monde rempli de morts vivants, les histoires d’amour sont encore possibles malheureusement ça risque de faire encore plus mal. Cependant, je prends le risque de souffrir et ça ne pourra pas être pire qu’avec mon père. J’embrasse Koda tout près de la bouche et je lui tiens les mains en même temps avant de lui chuchoter :

- On fait peut-être une bêtise dans un tel contexte mais je m’en fiche de prendre le risque avec toi.

Koda Kaminaka

Anonymous
Invité
Lun 23 Mai - 0:05
Kaitlin parut accepter sa réponse mais les mots qu’elle lui glissa en retour la firent frémir, dans un mélange d’appréhension et d’excitation. « Ca ne me dérange pas de t’aimer en douceur »
Même en admettant la probabilité de plus en plus négligeable que Koda refuse, elle ne pouvait empêcher cette fille de l’aimer. Son piège était en place. Le temps de réflexion qu’elle avait réclamé allait se retourner contre elle, lui laissant tisser sa toile lentement, en douceur.

Kaitlin aimait bel et bien les femmes. Après tout, en considérant la manière dont les deux femmes se trouvaient enlacées et après les baisers qu’elles avaient échangé, le doute n’était plus possible. Koda fut frappée par la vitesse à laquelle s’était déroulée la scène. Elle sourit en contemplant le visage de la jolie rouquine. Voilà des penchants amoureux qu’il était difficile de ne pas adopter en voyant une aussi jolie fille. Qui ne tomberait pas amoureuse d’elle ? C’était ça ; Kaitlin l’avait faite tomber lesbienne. Quelle merveilleuse pathologie…

Kaitlin applique alors dans son cou un baiser pour répondre au sien. Le contact humide de ses lèvres se dépose contre sa peau et, comme touchée par la grâce, la tête de la japonaise se penche instinctivement sur le côté, offrant la surface de son cou aux embrassades de la jeune femme. C’était encore plus divin à recevoir qu’à donner. C’était une agréable surprise d’obtenir de telles attentions a des endroits auxquels on ne s’attendrait pas, au contraire du visage.

Dans son cou, elle lui explique qu’elle craignait sa réaction mais aussi d’avouer ses sentiments dans ce contexte d’apocalypse. Le souffle de sa voix, tout contre elle, lui provoque des frissons des pieds à la tête, si prenants qu’elle en oublie presque ce qu’elle lui a dit.
Cependant, elle acquiesce. Il est sans doute trop tard pour découvrir l’amour dans ce monde mais peu importe. Il a fallut que l’univers s’effondre pour qu’elle commence enfin à vivre, quelque soit le temps qui lui reste, elle en profiterait autant qu’elle le pourrait.

La bouche de sa camarade remonte et se pose sur sa joue, ajoutant un argument en faveur de sa réflexion. Comme c’est doux… Koda se retient de lui rendre son bisou. Elle « réfléchis » toujours. C’est alors que Kaitlin lui demande si elle a déjà eu quelqu’un. Qu’elle pourrait lui… apprendre. Ce dernier mot reste en suspens dans l’esprit de la jeune asiatique ; elle plonge timidement son regard dans les profondeurs noisettes qui l’observent.

« N… Non, j’ai jamais été avec personne. J’ai surtout été contre, d’ailleurs. Tu… tu veux m’apprendre ? Mais… »

Kaitlin la prend à nouveau entre ses bras. Elle déglutit lorsque le doigt de sa partenaire passe et repasse avec insistance sur l’agrafe de son soutien-gorge. D’entre les deux, Koda était la plus grande, mais c’était le seul point sur lequel elle dépassait la jolie fille aux cheveux châtains ; elle la dominait complètement par son regard assuré, détouré de khôl. Comme si elle lisait comme dans un livre ouvert. Chacun de ses baisers, chacune de ses caresses allaient droit au but avec une maîtrise et une puissance d’évocation irrésistible. Koda avait l’impression de ne plus avoir de secrets pour elle, qu’à chaque instant cette agrafe pouvait sauter et qu’elle pourrait faire ce que bon lui semblait.

C’était très intimidant mais vraiment inédit. Elle qui s’était toujours tenue à l’écart, qui se vantait de n’appartenir à personne, la voilà qui succombait lentement à la domination d’une femme plus expérimentée qu’elle. Koda trouvait ça presque grisant ; se laisser emporter par quelqu’un sans rien pouvoir maîtriser. Lui appartenir, d’une certaine façon.

Kaitlin l’embrasse alors au bord de la bouche ; son coeur s’emballe immédiatement à ce contact. Elle lui prend les mains et lui chuchote qu’elle est prête à prendre le risque avec elle. Après tout, c’est un peu trop tard pour reculer. Koda lui sourit en se tortillant doucement les doigts, peu habituée à ce qu’on les lui tienne.

« T’en fait pas pour ça, va. Si on commence à se demander ce qui est risqué ou pas dans un monde où tout veux ta peau, on ne va pas être très productives. »

Elle marque une pause, jetant un oeil au peu de rations qui subsistaient sur les étagères.

« M’est d’avis qu’on ne va pas tarder à tester nos chances de survie… dehors. »




Fin du jeu.
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: