Haut de page
Bas de page



 

Visite Imprévue - 25/03/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Expéditions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant

Adam West

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 21:12
« C'est quoi ce bordel ? » Lâcha Adam d'une voix ferme en bondissant presque du lit, surpris et alerté par le boucan qu'il percevait au dehors. Sa main avait quitté les divines courbes de sa poupée aussi bien que son crâne, s'appuyant sur le lit en portant l'oreille avec un froncement de sourcils caractéristique des emmerdes qui arrivent. « C'est encore cette bande de cons qui font du bordel ? Ils ont toujours pas compris qu'il fait s'écraser, surtout la nuit ? »

Cassandra s'était redressée en même temps et regardait Adam d'un air interrogatif, celui-ci rejoignant son regard en lâchant un magnifique : « T'inquiète poupée, je veille sur ton corps, je risquerais pas qu'il lui arrive malheur, il me plait trop. »

Avant que Cassandra ne se soit mise assise, il l'aura devancée en venant l'embrasser brièvement mais franchement, avant de venir attraper avec la bouche son sein qu'il lécha et mordit sensuellement, puis d'un sourire satisfait accompagné d'un léger rire, se mit debout sur ses pieds. Ils n'avaient pas beaucoup de lumière, si ce n'est celle du dehors et celle-ci n'était guère généreuse, aussi s'employait-il à quérir aussi vite que possible son caleçon au sol pour l'enfiler, son jean puis sa chemise, avant de poursuivre avec ses bagues qu'il avait déposé sur la table de chevet et qu'il prenait soin de remettre à ses doigts. Après ça, il entrera dans le sérieux en enfilant hâtivement le gilet pare-balle qu'il avait laissé sur son lit et enfilera son sac à dos traînant au pied du lit et qui était déjà chargé avec batte de baseball en métal, poings américains, une boite de munitions organisée en quelques chargeurs et sa précieuse drogue. Pour finir, il y avait sa belle Eve confortablement installée sur le coussin qu'il glissa à la ceinture, et son Heckler & Koch VP70 sur sa propre table de chevet, gardé à la main.

Il était préparé au cas où il fallait se tirer de ce campement aussi sec. Avant de finir de mettre son gilet pare-balle et dos à Cassandra, il lui aura lâché sans savoir si c'était déjà son but : « Ramasse ton sac aussi, on sait jamais. »

S'il avait pu finir tout cela, il aura quitter la chambre pour rejoindre l'escalier dans le couloir.

Evènements

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 21:31

Visite Imprévue

Temps : Le soleil s'est récemment couché, laissant le Texas à la merci d'une nuit relativement étoilée. Le temps est sec, seule une légère brise vient titiller les peaux et même les plus frileux ne se sentiront guère gênés à moins d'être très peu vêtus.
Activité : Le boucan est assez lointain, dans le reste du quartier, ça semble rester calme.
Heure : 21h15.


Résolution du Tour II


Adam : Tu te redresses après avoir fait grâce à Cassandra de tes sensations du moment. L'un comme l'autre, vous farfouillez le sol malgré le grand manque de lumière pour remettre vos affaires, cela va prendre un peu de temps, notamment à cause de la faim et la fatigue, et finalement, tu finis tout juste par enfiler le gilet pare-balle et prendre ton sac à dos. Reste à récupérer tes armes. Dehors, vous entendez que du bruit se distingue à nouveau, mais vous en comprenez encore moins l'origine, ça reste lointain.

Cassandra : Tu te redresses du lit, interrompue par un Adam qui semble avoir encore beaucoup d'envies à ton égard. L'un comme l'autre, vous farfouillez le sol malgré le grand manque de lumière pour remettre vos affaires, cela va prendre un peu de temps, notamment à cause de la faim et la fatigue, et finalement, tu à tout juste le temps de finir d'enfiler tes vêtements et ramasser ton couteau de cuisine, commençant à rejoindre la fenêtre de la chambre en attendant qu'Adam termine. Dehors vous entendez que du bruit se distingue à nouveau, mais vous en comprenez encore moins l'origine, ça reste lointain.

Kyle : Prit dans l'instinct du moment, tu te mets à courir vers le garage, ce qui te fait légerement plus traîner que d'habitude à cause de la faim et la fatigue. Tu y parviens, entendant au loin un bruit encore plus élancé, grondant à la manière d'un freinage d'urgence, puis un grand choc et le bruit d'une collision violente avec quelque chose de solide. Le véhicule, quel-qu’il soit, a probablement eu un accident. Tu dégaines ton arme et commence à remonter prudemment la façade principale du garage, derrière toi il n'y a personne et tu distingues le bruit grinçant de la porte du bâtiment annexe qui s'ouvre, et une silhouette chétive en sortir, tu as du mal à voir de qu'il s'agit.

Ivy : Tu prends conscience de ce qu'il se passe, le temps d'une réflexion et vient ouvrir l'une des portes du bâtiment dans un inévitable grincement. Dehors, tu vois qu'autour du bâtiment il n'y a personne, puis ton regard est attiré par une forme en mouvement, du coté de ce qui est le garage. Tu n'es sûre de rien, entre la nuit et tes problèmes de vue, il te faudra beaucoup t'approcher pour voir ce à quoi cette forme ressemble si ce n'est pas un mirage, et t'approcher tout près pour distinguer de qu'il s'agit. Tu entends au loin un bruit encore plus élancé, grondant à la manière d'un freinage d'urgence, puis un grand choc et le bruit d'une collision violente avec quelque chose de solide. Le véhicule, quel-qu’il soit, a probablement eu un accident.


+++

Tour III

Eléments scénaristiques:
 

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 21:44
Voilà c'est exactement ce à quoi je pensais plus tôt en disant qu'Adam souffle le chaud et le froid alors qu'il se redresse aussi en lançant des vulgarités, je ne m'y ferais jamais j'ai l'impression. Tout comme le fait qu'il vienne m'embrasse de cette manière même si cela est loin d'être désagréable bien entendu surtout quand il ajoute qu'il me protégera enfin mon corps. La fatigue et la faim n'aidant pas, je peine à trouver mes vêtements et réfléchir en même temps et dire qu'on était si bien, que j'aurai pu m'endormir ainsi. Une fois habillée et n'ayant pas autant d'affaire à récupérer, je me dirige vers la fenêtre quand Adam me stoppe dans mon élan en me disant de prendre mon sac par précaution. Mais pourquoi veut-il que je le prenne ? À quoi peut-il bien penser en disant cela alors que mon sac et on ne peut plus vide, pense t-il qu'il y a des risques qu'on doivent déguerpir de là. Mais plus grave selon comment les choses tournent pense t-il à abandonner les autres pour se sauver ? Bien que cela me déplaise au plus haut point, je lui répond.

- D'accord.

Prise entre deux pensées contradictoires, une part de moi s'empresse de faire demi-tour pour rejoindre mon lit et attraper mon sac à dos que je glisse sur mes épaules. Cette fois j'attendrais qu'Adam soit sorti de la chambre pour le suivre et aller à la fenêtre du palier, lui glissant au passage un.

- Fait attention à toi.

Équipé comme il peut l'être nul doute qu'Adam a déjà prévu d'aller voir de plus près ce qu'il se passe et oui cela ne me plait pas du tout mais en même temps je l'en remercie silencieusement de le faire. Si je peux rejoindre la fenêtre du palier, je ferais ce que j'ai pensé : regarder dehors pour essayer d'y voir quelque chose.

Adam West

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 21:50
Adam termine ainsi de récupérer Eve, à la ceinture, et son flingue, qu'il charge dans la foulée sans retirer la sécurité, avant de s'avancer vers la porte de la chambre qu'il ne tarde pas à ouvrir d'une poigne assurée. De toute façon, si des gugusses ont décidé d'attaquer le camp, il y avait toujours la sortie arrière et hors de question d'être en première ligne sous les tirs d'armes lourdes éventuelles. Mieux valait la jouer fine et résonner avec sa tête, avant de bûcher du fumier à l'arme, voir des morts-vivants mais le qualificatif valait pour eux aussi.

Une fois sortie, il se dirigera directement vers les escaliers en rétorquant simplement pour Cassandra :

« Toujours, je suis un homme censé et prudent. »  

Il n'y avait qu'une moitié de vérité dans ce qu'il venait de dire, et encore s'en était presque de l'ironie car il était loin d'être censé, et pas tant prudent que ça, juste ce qu'il fallait pour ne pas se faire avoir bêtement en général. L'arme bien agrippée et pointée vers le sol, il descendra les escaliers pour rejoindre la porte d'entrée et ne se fera pas priée pour l'ouvrir à son tour et sortir, balayant la cour des yeux pour voir de quoi il en retournait. Autant clarifier rapidement la situation et ne pas perdre de temps avec ce qui pouvait venir par la rue.

Ivy Lockhart

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 21:54
Sur ma gauche, en portant mes noisettes en direction du garage, je peux percevoir le mouvement extrêmement floue d’une silhouette. Impossible pour moi de déterminer s’il s’agit de l’un des membres du campement ou d’un parfait étranger, même si les probabilités que ce soit l’un des nôtres se voulaient les plus grandes. Précautionneusement, j’avais commencé à avancer en direction de ce mouvement, prenant malgré tout la précaution de tirer l’un de mes couteaux hors de ma ceinture. Je contournais très légèrement la Chrysler garée à côté du petit bâtiment, courbant l’échine pour essayer de me faire la plus discrète possible, puis entreprenais de traverser les herbes de la cour en direction du garage.

Cependant, le grabuge lointain sembla s’intensifier durant une très courte période, me faisant me stopper pour porter mon attention une nouvelle fois vers la direction supposée. Un crissement, plus aigu, plus long et plus appuyé, précéda la résonance d’un choc sourd et mac, particulièrement violent ne me laissant que peu de doute quant à ce qui venait de se produire. Un accident dont, si j’en ignorais les causes, ne me laissait aucun doute quant au destin du conducteur qui avait dû prendre un sacré choc. Je grimaçais d’empathie et d’inquiétude sans vraiment m’en rendre compte.

Le conducteur était-il tombé sur une horde massive qui l’aura obligé à quitter la route, ou les coups de feu échangés reflétaient la réalité sinistre d’un affrontement entre individus bien vivants, agissant de gré dans la force et la violence. Cette idée m’arracha un frisson, accompagné de la légère fraîcheur nocturne et encore renforcé par la soudaine moiteur qui nimbait mon dos et faisait coller le tissu de mon tee-shirt à ma peau. Mais ce frisson me rappela aussi à la présence de l’individu près du garage, et c’était bien vers lui que je me dirigeais désormais, mon arme peu impressionnante serrée dans ma paume de main droite. Je forçais sur mes paupières afin de tenter de percevoir l’identité de la silhouette, véritablement tendue de m’imaginer qu’il puisse avoir quelque chose à voir - de près ou de loin -  avec l’accident ou la fusillade qui se déroulait non loin de nous. Je redoutais de plus en plus l’arrivée d’une nouvelle horde qui pourrait nous emprisonner à nouveau pour des jours entiers. Et notre situation actuelle ne nous permettait pas de soutenir un siège de ce genre une seconde fois.

Kyle Collins

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 22:01
Merde, ça s’annonçait mal. Mon petit doigt me forçait à croire que nous n’étions dans le secteur de cet accident que par le plus grand des hasards, et qu’il était sans doute très probable que nous n’étions pas les cibles premières de cette altercation.

Néanmoins, qui disait coups de feu, disait danger, disait menace, disait prendre garde à ton cul mon gars. Le bruit de la porte du bâtiment annexe m’empêcha de continuer plus ma contemplation invisible de l’horizon où je pensais que tout se jouait. Quelqu’un s’était trouvé à l’intérieur de l’édifice et, attiré sans doute par les bruits inquiétants, essayait de s’enquérir de ce qu’il se tramait.

C’est vers cette personne que je m’élançais. Je doutais fortement qu’il ne s’agisse d’un intrus, surtout que ça faisait un moment que j’observais les alentours, sans tomber dans l’exagération non plus. Rasant le sol le plus possible, les jambes fléchies, je marchais à vive allure vers la porte de la grange, et une fois à destination, je pris la peine de murmurer un vif « reste planqué » au propriétaire de cette silhouette chétive, qu’importait qui il était. Une manière assez particulière de m'annoncer.

J’aurais poussé de mon geste la personne à rester accroupie, ou l’aurait incité rester caché dans la bâtisse si elle n'avait pas bougé. Puis, gardant une posture repliée, et luttant contre ma faim et ma fatigue, je me serais glissé entre l'accident et mon nouveau protégé gardant en tête qu’il fallait attendre la fin des événements avant de penser à jeter un coup d’œil plus approfondi.

Des personnes étaient potentiellement en danger, je l’avais immédiatement envisagé, mais la prudence était toujours mère de sûreté.

Evènements

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 22:13

Visite Imprévue

Temps : Le soleil s'est récemment couché, laissant le Texas à la merci d'une nuit relativement étoilée. Le temps est sec, seule une légère brise vient titiller les peaux et même les plus frileux ne se sentiront guère gênés à moins d'être très peu vêtus.
Activité : Le boucan est assez lointain, dans le reste du quartier, ça semble rester calme.
Heure : 21h20.


Résolution du Tour III


Adam : Tu finis de t'armer et devance Cassandra en ouvrant la porte, te dirigeant droit vers les escaliers dans le but de les descendre, ce que tu fais au bout de quelques secondes. Tu rejoins la porte d'entrée et à nouveau te débarrasse de l'obstacle d'une poigne de main, te voilà sur le perron. En balayant la cour des yeux, tu constates la silhouette, à la fois petite et mince, que tu sembles reconnaître comme celle d'Ivy pour l'avoir déjà fréquentée et vue bouger qui traverse la cour en courbant l'échine, car il ne fait pas encore noir. Du coté du garage, c'est une autre silhouette plus grande et masculine, soit plus épaisse et sûrement musclée comparée à la jeune femme, qui fait de même, encore plus bas qu'il était accroupit pour maintenir une certaine couverture, rejoignant littéralement l'autre au milieu de la cour. Au loin, le silence est revenu et tu ne distingues pour rien de là où tu es.

Cassandra : Adam prend les devants en ouvrant la porte pour rejoindre les escaliers, te répondant dans la foulée avant de disparaître vers l'étage inférieur. De ton coté, tu vas pour jeter un coup d'oeil par la fenêtre, quand tu te rappelles soudain face à elle qu'elle est barricadée. Te voilà coupée de toute observation possible. Saleté de fenêtre !

Kyle : Tu décides de te décoller du garage pour rejoindre la silhouette coté bâtiment annexe, mais par le plus grand des hasards, ou de la logique, celle-ci que tu reconnaîtras en cours de route comme étant Ivy, fait de même et en courbant l'échine s'approche de toi. Vous vous rejoignez au beau milieu de la cour et tu lui donnes ton injonction en l'incitant d'une main à s'accroupir complètement. Au loin, le silence est revenu suite à l'accident et dans la nuit, bien qu'elle soit encore loin d'être noire, tu ne distingues pour autant rien de là où tu es.

Ivy : Tu récupères l'un de tes couteau entre les mains et t'avance à travers la cour en courbant l'échine, te faisant un peu moins voyante tout en rejoignant rapidement, plus ou moins, le garage où tu avais cru distinguer la fameuse silhouette. D'ailleurs, tu la perçois à nouveau bouger et pas n'importe où : droit vers toi. Finalement, tu n'auras pas à rejoindre le garage car cette silhouette qui s'était étrangement rapetissée, finie par être à moins d'un mètre de toi au beau milieu de la cour, te lançant l'injonction de te planquer en venant d'une main te pousser à t'accroupir complètement. Tu la reconnais au bout de quelques instants : Kyle, le blond du groupe qui tient son arme de poing de l'autre main. Au loin, le silence est revenu suite à l'accident et dans la nuit, bien qu'elle soit encore loin d'être noire, tu ne distingues pour autant rien de là où tu es, ce qui en réalité aurait été le cas même à une propriété d'ici.

+++

Tour IV

Eléments scénaristiques:
 

Adam West

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 22:24
Ainsi sur le perron, il voyait les deux Pinocchio en plein milieu de la cour. Face à la découverte, il dressa un sourcil et plissa les lèvres en descendant, s'avançant lui également en plein milieu de la cour dans leur direction mais en restant bien sur ses pieds. Qu'ils se déplacent ou non entre-temps, il restera sur sa trajectoire et passera éventuellement à coté d'eux jusqu'à l'entrée du camp pour regarder au loin s'il distinguait ne serait-ce que du mouvement. Après quoi, et s'il n'y avait pas de signe de vie quelconque, il tournera la tête vers les deux machins, se mettant de profil si besoin en leur faisant signe de son flingue de ramener leurs miches si c'était pas déjà fait.

« Hey moustique. » Dit-il vers Ivy. « Ca vous arrive souvent d'avoir des fêtards dans le coin ou c'est nouveau ? Et c'était quoi ce barouf ? Il y a des rôdeurs qui se sont reconvertis dans la démolition et le pilotage ? »

Il était hésitant. Soit il essayait d'en savoir un peu plus, mais il ne se sentait pas de partir en vadrouille comme ça, surtout seul, soit il restait là à attendre de voir s'il y avait du nouveau, soit il retournait dormir en attendant que l'action se décide à ramener sa fraise. Voilà un dilemme des plus... non, il n'avait pas de terme particulier en tête. Il pourrait avoir peur, tout de suite, du danger qui pouvait se faire connaître, mais au fond, il aimait ça alors, restait à voir ce que les deux autres feraient et diraient.

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 22:28
Censé et prudent, Adam me répond cela avant de filer, j'ai quelques doutes là dessus mais après tout il m'a déjà montré savoir y faire donc je n'ai pas de réelles raisons de douter de lui. Et puis je n'ai pas vraiment le temps de songer à cela alors que je me retrouve face à la fenêtre par laquelle je ne peux rien voir. L'espacement entre les planches n'est pas assez large ou encore est-ce la nuit qui fait cela ou les deux à la fois, toujours est-il que je ne peux rien observer. Un soupir de frustration franchit mes lèvres avant que je ne délaisse la fenêtre pour me tourner vers l'escalier. Me dirigeant vers lui, une pensée me traverse : la maison est bien trop calme, où sont passés tous les autres ? Sont-ils déjà dehors ? Cela ne peut qu'être cela, ils ne peuvent pas ne pas avoir entendu la raffut à l'extérieur. Ce calme apparent ne me rassure pas du tout, je m'oblige à respirer profondément et calmement pour pouvoir avancer.

Entamant la descente de l'escalier en me tenant aux murs ou à la rambarde pour progresser, ressentant le contre coup de mes ébats avec Adam la fatigue se fait un peu plus présente. Au moins cela m'évite de penser à cette faim qui me tenaille, j'essaye de trouver un point positif à tout ceci bien que cela me soit difficile. Tout en descendant les marches je réfléchis à ce qu'il faudrait que je fasse une fois en bas, aller dehors au devant du danger m'est inconcevable et en même temps je ne peux pas laisser les autres se débrouiller seuls. Surtout si l'un d'eux se retrouve blessé, je le sais ça sera au dessus de mes forces que de ne rien faire. Une fois en bas et dès que je le peux, je me dirige vers le garde stocks, progressant lentement de par le manque de luminosité. Le but étant de rejoindre la pièce, d'essayer de trouver une lampe torche puis avec cette lumière de trouver un kit de soin. Enfin pour le moment il faut que j'arrive à rejoindre cette pièce.

Kyle Collins

Anonymous
Invité
Ven 8 Juil - 22:37
« Viens. » Aurais-je finis par lui confier en cherchant à l'entertainer à ma suite, toujours en gardant le profil bas et les jambes fléchies, pour retourner vers le garage, lieu où je sentais qu’on sera le plus en sécurité. Du moins plus qu’en plein milieu du terrain.

Je ne connaissais pas vraiment bien cette fille, bien que je savais pertinemment qu’elle faisait partit de la maison. Je crois même qu’elle fréquentait étroitement le chef à en écouter les rumeurs, mais dans mes souvenirs, je ne lui avais que peu ou pas prêté dialogue. Je ne savais donc pas vraiment de quoi elle était capable, ni de quel bois elle était fait, et ça me fit comprendre à quel point il devenait nécessaire pour moi de m’ouvrir à plus de personne.
Ce n’était pourtant pas l’heure de ces réflexions, et perché sur mes cuisses en tension, je reportais mon attention vers les lieux du potentiel accident après avoir longé le mur, forçant sur mon regard pour essayer de voir une silhouette, un contour, un détail grossier, bref quelque chose à me mettre sous la dent.

« Faut qu’on aille voir et discrètement. Ca a dû attirer les morts à des centaines de mètres alentours. Il faut qu’on sache si le camp risque quelque chose ou non. Tu te sens d’en être ? Tu peux aussi garder la baraque. » Finirais-je par confier en murmurant le plus bas possible.

Je préférais ne jamais juger avant de voir. La plupart du temps, les personnes qui ne s’en sentaient pas capable n’insistaient jamais pour participer à une mission si on leur offrait le choix de se replier. Dans tous les cas, j’attendrais sa réponse et l’accepterais, quelle qu’elle soit avant de lui montrer le chemin que j’avais envisagé.
Page 2 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: