Haut de page
Bas de page


Forum JDR post apocalyptique basé sur la thématique des zombies, de la mutation et particulièrement de la survie, dans un monde partiellement futuriste.
 

Visite Imprévue - 25/03/35
 :: Memorial :: Hopeless Life : First Season :: Expéditions

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Ivy Lockhart

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 0:00
Le rire, assez tonitruant et peu discret d’Adam ne manqua pas de me surprendre, non pas pour sa nature en réaction à ma petite réplique, mais bien par son absence de discrétion. A croire qu’il voulait donner du répondant aux rafales de coups de feu qui se multipliaient par delà les propriétés avoisinantes. Mais j’étais encore plus surprise de le voir s’en prendre à Kyle aussi, comme si le colossal Adam se moquait ouvertement de tout le monde - pour ne pas dire de tout - un constat qui n’arrangeait en rien le malaise que je ressentais à son égard.

Mais pas le temps de tergiverser sur l’attitude de l’homme que je me retrouvais de nouveau à marcher à la suite de Kyle, traversant la langue de bitume qui longeait la propriété en direction du trottoir d’en face. De nouveau, quelques rafales percèrent le silence nocturne, des coups de feu toujours nourris qui ne manquaient pas de faire grimper le compteur de mon trouillomètre, remettant en question par la même ma volonté à vouloir continuer vers le lieu de l’accident et des affrontements. Plus le temps passait, et plus je redoutais ce que nous risquions de trouver là-bas. Des hommes en détresse ? Des hommes du Marchand ? Des types aussi inconscients que me paraissait l’être Adam, à chercher des histoires et foutre tout le monde de corvée de lessive ? Putain, mais qu’est-ce que je foutais encore là ?

Une question qui semblait me revenir à l’esprit chaque jour qui passait, alors que devant moi s’ouvrait une nouvelle opportunité d’aller narguer la mort à nouveau. J’étais clairement pas taillée pour ça, et pourtant mon ego ne voulait pas entendre raison. Comme par le passé, j’avais ce besoin presque viscéral de prouver que je n’étais pas là que pour bouffer sur le dos de ceux qui sortaient prendre les risques pour nous nourrir. C’est donc partagée entre ce désir revanchard de mériter ma croûte et ce besoin de sécurité qui me poussait à tourner les talons et regagner la tranquillité et l’isolement - pour combien de temps d’ailleurs ? - du bâtiment de bois que je continuais à suivre Kyle. Je ne lâchais pas sa silhouette plus massive que la mienne d’une seule semelle, laissant mes noisettes vagabonder sur l’horizon et les environs sans rien pouvoir masquer de la crainte et de l’appréhension qui n’avaient fait que croître depuis les dernières minutes écoulées, dans l’expectative du prochain coup de feu, voire même de rencontrer des groupes de morts attirés par le vacarme et sa promesse de repas.

Mais mon regard ne m’offrait guère d’autre alternative que de suivre - presque - aveuglément Kyle et ses directives au travers de cette pénombre.

Evènements

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 0:13

Visite Imprévue

Temps : Le soleil s'est récemment couché, laissant le Texas à la merci d'une nuit relativement étoilée. Le temps est sec, seule une légère brise vient titiller les peaux et même les plus frileux ne se sentiront guère gênés à moins d'être très peu vêtus.
Activité : Le boucan est assez lointain, dans le reste du quartier, ça semble rester calme.
Heure : 21h40.


Résolution du Tour VI


Adam : Tu progresses en solitaire, prenant soin de faire attention à la propriété voisine et aux rôdeurs en avant qui continuent d'avancer vers l'origine des coups de feu. Tu as l'impression de percevoir quelques râles d'ailleurs. Tu arrives entre deux propriétés et comme souhaité, traverse un jardin en profitant qu'il n'y ait pas de haie pour l'une des deux maisons, arrivant effectivement à l'arrière où quelques bouts de jardins complètent chaque propriété. La vue t'es cachée par la haie à ta droite mais la plaine s'étend devant toi et tu longes la fameuse haie pour arriver près de la troisième propriété. Si tes premières observations sont bonnes, arriver à l'angle de celle-ci qui a aussi des haies, il suffira de revenir vers la rue pour tomber sur ce qui était à l'origine de cette sortie.

Cassandra : Tu descends du perron et constate qu'Adam s'est enfoncé dans la nuit de son coté, tandis que les deux autres ont rejoint le trottoir de droite et avancent un poil plus en retard et plus lentement. Tu arrives à la limite de la cour, regarde devant toi et comme une appréhension, tu les vois : trois, cinq, non sept rôdeurs qui se fraient un chemin dans la rue, venant d'un coté et de l'autre parmi quelques véhicules à l'arrêt, là-même où les trois autres du camp se sont aventurés, et avancent lentement mais sûrement vers l'origine des tirs précédents.

Kyle : Tu progresses, suivi de près par Ivy et vous rejoignez le trottoir de droite. Les rôdeurs continuent d'avancer, lentement mais sûrement et usant de cela, vous progressez à votre tour, lentement et sûrement. Arrivés près de la seconde propriété de ce coté, à priori plus très loin de la zone où les tirs ont eu lieu, quelque chose d'étrange se passe : le rôdeur situé à quelques mètres devant vous, qui avançait en traînant ses jambes à priori en bon état, les bras pendant le long du corps, s'arrêta brusquement. Interrompu dans votre progression, celui-ci, grand et homme, resta statique et vide de sens quelques instants, avant qu'un gémissement enroué ne s'échappe du fond de sa gorge et qu'il ne commence à se retourner. Et il se retourne, pour planter littéralement son regard dans le tien, ou celui d'Ivy peut-être, peu importe. Vous ne le comprenez pas, vous ne l'expliquez pas, vous qui n'avez pourtant pas été bruyants, mais le monstre vous a repéré.

Ivy : Tu n'as guère le choix, manquant trop de vue et trahie par la nuit, tu n'y vois vraiment pas grand chose et doit suivre de près, telle une ombre, Kyle qui se met à progresser. Celui-ci avance, prudemment, lentement, comme s'il s'intéressait et suivait les rôdeurs qui poursuivaient leur avancée. Cela dura un moment difficile à quantifier car l'esprit n'était pas au comptage, mais tu pouvais assez bien percevoir que vous en étiez à la seconde propriété, quand Kyle s'arrêta brusquement. Tu ne compris pas tout de suite dans ta condition, mais en cherchant à voir et savoir, tu apercevras une silhouette, devant vous, qui semblait arrêtée. Quelques instants passés, celle-ci sembla se mouver, tu ne sais pas dans quel sens, de dos ou de face, mais tu as pu entendre le gémissement enroué qui en parvenait. Et si c'était cela, de face ?

+++

Tour VII

Eléments scénaristiques:
 

Adam West

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 0:34
Il n'était plus très loin, mais devait garder son sang-froid pour ne pas se précipiter, trop pressé d'en savoir plus et de pouvoir y mettre son nez, il ne devait pas risquer d'être surpris par des charognards. Aussi longeait-il également la dernière haie en se rapprochant de la rue, mais s'arrêtera au bout afin de pouvoir y regarder ce qu'il s'y passait en se cachant des feuillages. Des armes, des rôdeurs, tout ce qu'il fallait pour se faire dégommer comme un con et c'était bien là, encore une fois, la mort à absolument éviter.

Mourir, il y était préparé depuis un bout de temps et il l'avait techniquement déjà fait, ce qui devra arriver arrivera. Et puis au final, tout cela était-il réel ? Il commençait de plus en plus à douter, aussi bien des super-pouvoirs que des histoires de résurrection, toutes ces conneries n'avaient pas de sens, qu'il se réveille à Snyder, à des centaines de bornes d'où il était à l'origine et où il avait succombé, n'avait pas de sens. Plus il y pensait, plus il se disait que tout ça devait sûrement être un espèce de gros délire du divin fumiste qui se jouait d'eux, ou seulement de lui. Peut-être était-ce un genre d'entre-monde avant d'aller fureté du coté de... quoi ? Ce qu'il y avait de l'autre coté ? Il ne le savait pas encore, mais finira bien par le savoir.

Quelque part, il savait que la seule manière de le savoir, c'était de crever une nouvelle fois, finir cette simulation à la second life pour reprendre sa route vers le monde d'après. Pour peu qu'il soit une âme coincée sur terre ou une connerie du genre, tout était possible après tout, il n'y avait qu'un pas. Son arme, il la serrait et gardait l'index près de la détente, il décidera de la suite en fonction de ce qu'il verrait. S'il devait crever à nouveau, et cela arrivera, il voulait que cette mort soit à la hauteur de la précédente.

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 0:35
Je n'aime pas cela mais alors pas du tout, les choses vont mal finir je le sens venir, je le pressens ou alors je me fais des films. Non je ne peux pas tout inventer ainsi surtout quand mon regard se pose sur ces silhouettes devant moi qui progressent vers l'origine des coups de feu. Une par une je les compte pour totaliser sept silhouettes ou plutôt sept infectés, j'en ai la certitude en les apercevant progresser. Vers les coups de feu ce qui veut donc aussi dire vers Adam et les deux autres alors que je ne sais toujours pas où sont passés tous les autres vivant au campement. Et s'ils avaient entendus mais n'en avaient rien à faire ? Je me sermonne pour avoir pensé cela, je sais bien que l'humanité n'a jamais été belle, je me souviens des paroles d'Adam lors de notre sortie mais je ne peux pas croire qu'ils ne bougeraient pas dans un cas comme celui-ci.

Le temps n'est pas au froid et pourtant j'ai la sensation que la brise qui souffle est glaciale à cet instant précis. C'est la peur tout simplement, je l'ai déjà sentie et ressentie et je sais quel effet cela peut avoir sur moi d'autant plus que je me retrouve isolée. Je m'oblige à essayer de me calmer comme je le peux, je ne dois surtout pas laisser mes émotions prendre le dessus, je suis une scientifique, je n'ai donc pas le droit de céder à ce genre de choses. Soyons logique et rationnelle, rester plantée ici ne m'avancera à rien, tenter de rejoindre les autres avec les infectés en route n'est pas une bonne option mais celle de me tenir à l'écart l'est encore moins. Et puisque je ne sais pas quelle direction a pu prendre Adam, je me fie à la position des deux autres.

Inspirant profondément pour me donner du courage, j'avance pour franchir la limite du campement, essayant de me diriger pour rejoindre Kyle et Ivy donc tout en faisant extrêmement attention à tout ce qui m'entoure. Mes mains se serrant sur le manche du couteau de cuisine pour l'une et sur le kit de soin pour l'autre.

Ivy Lockhart

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 0:38
En proie à mes cogitations intérieures, je n’avais pas particulièrement prêté attention aux environs dont je ne décelais presque rien de toute manière. Seule la silhouette de Kyle se détachait suffisamment devant mes yeux pour m’offrir un point de repère et un guide à suivre. Par ailleurs, je tendais toujours l’oreille en direction d’éventuels nouveaux coups de feu, cherchant à savoir si ceux-ci se rapprochaient de notre position - et donc sûrement nous d’eux - sans savoir si une absence de tirs supplémentaires serait plus à cataloguer parmi les bonnes ou les mauvaises nouvelles. Mais je n’eus plus guère le temps d’y réfléchir que la silhouette de Kyle se mit à grossir assez rapidement devant moi, et toute emportée dans mes pensées que j’étais, je manquais de peu de le bousculer alors qu’il s’était stoppé.

Finalement, je venais me placer juste sur sa droite, forçant à nouveau sur mes paupières et fatiguant un peu plus ma vue afin de discerner la raison de son brusque arrêt. Il devait forcément avoir vu quelque chose, ou quelqu’un. Et si nous venions de tomber nez-à-nez avec l’un des tireurs ? Mécaniquement, comme un réflexe de ma seconde nature, j’ouvrais à nouveau la perception de mon don, me permettant ainsi bien plus aisément de ressentir les armes portées par mon voisin, ainsi que mes propres armes. Mais rien ne semblait provenir d’en face. Trop loin ? Trop inoffensif ? Trop pas armé ? Je l’ignorais, mais un râle rauque et enroué accompagna la découverte d’une silhouette abstraite à quelques mètres de nous. Un rôdeur.

Ça ne m’étonnait pas outre mesure d’en croiser un, suffisait de prêter attention au merdier ambiant pour comprendre qu’ils allaient fatalement rappliquer à un moment ou un autre. Cependant, celui-ci semblait aussi immobile que nous, et si je le voyais - un grand mot - bouger devant moi, je ne parvenais pas à déterminer s’il porter son attention sur nous, ou sur notre destination.

Je glissais un regard relativement inquiet en direction de Kyle, attendant de voir auprès de lui qu’elles seraient ses recommandations pour s’occuper - ou non - de cet ennemi. Par ailleurs, je me concentrerais davantage sur ma perception des champs magnétiques pour tenter de déceler, comme auparavant dans la forêt en compagnie de Jordan, la présence de pièces métalliques susceptibles de se déplacer autour de nous et révéler la position d’autres individus, vivants ou beaucoup moins.

Kyle Collins

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 0:40
Je sentais l’adrénaline faire un bond fulgurant dans mes veines, pas vraiment certains de ce que je venais de voir, pas vraiment certains de connaitre les raisons. Par acquis de conscience, je jetais un coup d’œil rapide par-dessus mon épaule pour être certains que rien ni personne ne s’amène dans notre dos et d’être les réels objets d’attention.
Bon sang, avec tout le raffut des coups de feu, le bordel de l’autre connard, je n’étais pas vraiment certains des raisons de cette nouvelle menace.

« Bouge pas… » Avais-je simplement murmuré d’un ton si bas qu’il était difficile de l’entendre moi-même. Une manière évidente de lui confirmer qu’un danger bien réel se profilait.

Immobile, j’attendais en retenant mon souffle de voir si la créature avait réellement jeté son dévolu sur nous, ou si cette étrange forme d’attirance était justifiée par autre chose. Si elle entamait sa course dans notre direction, je n’aurais d’autre choix que de m’en occuper, saisissant le couteau papillon repliée dans ma poche. La discrétion primait toujours car il valait bien mieux un que tout un groupe.

Toujours si le mort avait bel et bien jeté son dévolu sur nous, j’aurais finis par murmurer à la jeune femme :

« Ne bouge pas ou attire son attention, mais dans tous les cas je m’en occupe. »

En revanche, si j’arrivais à remarquer autre chose, dans mon dos ou autours de moi, je prendrais la mesure de ce nouvel indice avant de décider quoi que ce soit. Je ne voulais pas faire usage de mon arme, du moins pas tout de suite.

Evènements

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 12:13

Visite Imprévue

Temps : Le soleil s'est récemment couché, laissant le Texas à la merci d'une nuit relativement étoilée. Le temps est sec, seule une légère brise vient titiller les peaux et même les plus frileux ne se sentiront guère gênés à moins d'être très peu vêtus.
Activité : -
Heure : 21h40.


Résolution du Tour VII


Adam : Tu longes la dernière haie en principe et dessine peu à peu le trottoir du regard, ainsi qu'un véhicule droit devant toi, garé et le reste de la rue reste assez flou dans l'ensemble pour le moment, rapport au manque de visibilité en cette heure. Un nouveau coup de feu retenti et tu l'entends très nettement, cette fois pas d'impression d'arme lourde ou d'assaut. En arrivant au bout de la haie, demeurant à l'abri des feuillages, tu es contraint de pencher un peu la tête pour avoir un aperçu de ce qu'il s'y passe en effet.

Tu ne seras pas déçu : droit devant, trois hommes sont clairement présents, l'un d'eux chevauchant le trottoir un pied posé dessus et les deux autres en plein milieu de la rue. Les deux hommes les plus proches tiennent respectivement, à gauche pour le plus petit dont la silhouette et peu musclée, une Sterling L2A3 qu'il empoigne à deux mains en scrutant la rue coté Sud où se trouve votre campement. L'autre, très baraqué en revanche et faisant bien le mètre quatre vingt-dix, tient un Colt M16A1 surmonté d'une lunette, un Grand sac à dos bien tenu aux épaules et surveillant le coté Nord. Le dernier est dos à toi, assez costaud sans être très grand et semble avoir le regard rivé sur la maison en question. A quinze mètres au nord, une Voiture de police Dodge Charger V.13 est à l'arrêt pratiquement perpendiculairement au trottoir qu'elle colle, signe qu'ils n'ont pas eu ou pas prit le temps de faire un créneau correct.

Ce qui est moins moche à voir qu'une autre voiture qui attire ton attention, encastrée dans le perron de la maison d'en face vers laquelle le troisième homme donne toute son attention. La poubelle est renversée, répandant ses déchets plus que pourris depuis pas loin d'un an sans doute sur l'herbe, laissant percevoir une odeur comparable à un égout de ville très désagréable et le perron lui même est à moitié effondré, des restes de toit boisé cassé encore plantés dans la façade, alors que le reste s'est étalé sur lui-même ou sur le capot et le toit de la voiture. Nul doute que l'accident n'a pas du être un plaisir à encaisser.

« Ne me rends pas la tâche plus difficile amigo. » Entendis-tu en provenance du type de dos, qui dressait la tête en inspectant sans doute les fenêtres du premier et second étage. « Tu sais comment ça va finir, et tu sais que plus tu feras durer, pire ça va être. Alors épargne nous tout ça et sortez d'ici toi et ta copine. Tu as ma parole, on sera cléments, un peu. Tu préfères attendre que les mordeurs viennent se charger de vous ? »

Cassandra : Tu traverses la cour et entame le trottoir. Sur ta droite, du coté de la rue qui donne sur l'Est, tu aperçois quelques silhouettes en mouvement, au loin, qui s'enfoncent dans les terres au centre du Secteur, mais elles sont trop éloignées pour t'être une menace maintenant. Un nouveau coup de feu retenti, unique. Progressivement, tu rejoins le trottoir et le parcours dans le but de retrouver Kyle et Ivy. Tu t'efforces d'être très attentive aux alentours mais c'est difficile, tu n'y vois pas beaucoup et avec les jardins, les mur et murets et les haies, les véhicules à l'arrêt sur le bas-coté, tu sais qu'une surprise peut vite arriver.

Finalement, tu observes devant toi une silhouette, celle d'un rôdeur à bien vingt cinq mètres qui longe également la rue en direction des coups de feu, mollement. Ça ne t'es pas sauté aux yeux et te surprend presque, lorsque tu vois un feuillage quelque peu bouger du coté d'un muret très recouvert de végétation et te rend compte de la présence de deux silhouettes qui y sont semi-planquées.

Kyle : Tu retiens ton souffle, restant accroupi et accolé au muret de la propriété d'où dépassent d'épais feuillages, vous mettant quelque peu à couvert. Derrière toi, Ivy est présente et puisqu'elle t'avait imité durant votre avancée, sa position est similaire. Il ne semble rien arriver dans votre dos ou depuis le jardin voisin, ne reste que le monstre qui vous fait face et qui n'avance pas, étrangement, restant là où il se trouve quelques instants avant qu'un coup de feu ne retentisse, depuis les lieux de tir et ne le fasse réagir : celui-ci se retourne à nouveau, accaparé par le bruit et peu après, comme si rien n'était arrivé, reprend sa marche dans cette direction. Le manque de luminosité, au profit de l'imagination, s'est joué de vous car il y a de fortes chances que l'impression du regard croisé avec le rôdeur ai été en réalité faux.

Ivy : Tu es accroupie, derrière Kyle et vous êtes tous deux au muret de la propriété d'où dépassent d'épais feuillages, vous mettant quelque peu à couvert. Coupée de toute assurance par manque de visibilité, tu te rabats ainsi sur une perception différente, plus ciblée, intemporelle et pourtant si clair, d'une limpidité absolue. Ton esprit se dissipe dans la réalité, c'est ainsi que tu le ressens et furète sur un nouveau plan dans lequel les matières métalliques apparaissent de façon très claire, voyant de tes yeux ces métaux comme l'infrarouge permettrait de discerner les corps par leur chaleur. Tu vois les quelques voitures traînant sur le bas-coté, quelques morceaux infimes de-ci, de-là sur la route et le trottoir, distingue les armes de Kyle à quelques centimètres de toi, et les tiennes, mais surtout la boucle de ceinture de la silhouette au devant.

Celle-ci reste statique quelques longs instants, puis retenti un coup de feu, à l'origine des tirs précédents qui finit par provoquer le déplacement de cette boucle de ceinture et fatalement, de son propriétaire : après un bref sur place, la boucle s'éloigne, tranquillement, dans la direction opposée. Peu après, une nouvelle forme se découvre dans ton périmètre de détection, sous la forme d'une épaisse lame flottante, très semblable à un couteau cuisinier et se rapproche de vous rapidement dans votre dos.

+++

Tour VIII

Eléments scénaristiques:
 

Cassandra Johnson

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 18:12
Plus j'avance et plus mes angoisses montent d'un cran, je sursaute au moindre bruit qu'il soit réel ou imaginaire d'autant plus que le paysage ne m'aide pas du tout à me sentir en sécurité. Il n'y a pas à dire je flippais largement moins la dernière fois, bon d'accord je n'étais pas seule et il faisait jour mais je n'aurai pas pensé que cela pouvait atteindre le sommet actuel. Dois-je vraiment m'habituer à vivre dans le monde tel qu'il est devenu, à avoir peur même de mon ombre. Honnêtement à quoi bon ne serait-ce qu'essayer de me battre, de faire quelque chose de cette nouvelle vie - si je pars du principe farfelu que je suis morte et revenue à la vie - d'autant plus que je ne manquerais à personne. Peut-être vaguement à Adam le temps qu'il retrouve, je le cite, "une poupée aux belles fesses", ce qui ne mettrait pas longtemps vu sa force de persuasion. Donc oui à quoi bon continuer, pour les autres parce que j'ai l'impression que cela restera toujours mon devoir que d'aider les êtres humains ? Mais est-ce vraiment une solution.

Je n'en sais rien, de toute manière je ne sais plus grand chose excepté que devant cela tir encore me faisant sursauter pour quelque chose de réel cette fois-ci. Je progresse lentement avant de me figer en apercevant la silhouette d'un infecté à quelques vingt-cinq mètres de moi, prenant le temps de vérifier qu'il progresse bel et bien vers la source des coups de feu. Cela me faisant me rendre compte de la présence de deux silhouettes à moitié dissimulées par un muret, serait-ce les deux personnes que je cherche ou est-ce d'autres personnes ? Je n'en ai strictement aucune idée et cela ajoute à mon stress et mon inquiétude. Portant nerveusement à ma bouche la main tenant le kit pour ronger mon ongle, une vieille manie que je pensais disparue à jamais, hésitant longuement sur ce que je dois faire.

De toute manière je ne peux pas rester ainsi plantée là au beau milieu du secteur à la vue de tous qu'ils soient vivants ou infectés. Lentement je me déporte vers les deux silhouettes mais surtout vers ce qui pourrait être un peu de protection, progressant avec prudence ne sachant pas si je dois prendre le risque de m'annoncer ou pas. Si jamais j'arrive à percevoir d'assez près les deux personnes et qu'elles sont bien les deux que je cherche alors je les hélerai à voix basse et sinon je chercherai un moyen de me planquer pour ne pas être vue.

Kyle Collins

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 19:49
Je me tenais prêt au pire, en toute circonstance. L'expérience, ou du moins ce qu'il me restait de souvenir de ma précédente expérience, m'avait appris qu'il valait mieux anticiper le pire que de penser le meilleur. Ma lame était donc restée dans la poche de mon pantalon, alors que j'avais envisagé lui faire prendre l'air, avant de finalement comprendre que la créature préférait s'occuper des tirs, une valeur sans doute sûre pour son casse-dalle, que de nous.
Je lâchais un long souffle de mes narines, restant un léger moment supplémentaire immobile, avant de reporter mes murmures vers la jeune fille qui m'avait suivi jusqu'ici.

« On prend plus de risque. On va contourner la dernière baraque. »

Je lui avais désigné du bout de mon index la fin du muret si elle regardait dans ma direction, en espérant que l'accès à l'arrière ne soit pas condamnée. On se rapprochait dangereusement des coups de feu. Je ne savais pas contre quoi, ou contre qui, les types armés se battaient mais de toute évidence, il tenait bon et surtout, avait une puissance de feu et une quantité de munition non négligeable.
J'avais jamais eu à faire à ces fameux hommes du marchand, même si forcément, j'en avais entendu parler. Et rien que d'entendre cette puissance armée alors que mon seul équipement devait se contenter d'une simple arme de poing, me laissait à croire à cette probabilité. Dans tous les cas, nous devions protéger le campement et ne pas les laisser s'approcher davantage.
J'espérais que personne dans le campement ne se fasse remarquer, au moyen d'une lampe torche ou d'une présence manifeste, car nous étions tout proche de chez nous.

« Passe devant, je te couvres, tu seras plus discrète. »

Ma stature était un handicape en cas de déplacement discret, et je préférais mettre la jeune femme à l'abri avant de continuer moi-même. Si je progressais le premier, je risquais de la mettre en danger et ce n'était pas vraiment mon but.
Je l'aurais incité d'un regard assuré à passer la première, gardant toujours mon arme en main, prêt à couvrir sa progression vers les jardins pour rejoindre la maison ciblée par l'arrière. Et si cela s'effectuait sans danger, je l'aurais rejointe en étant le plus discret possible.

Ivy Lockhart

Anonymous
Invité
Sam 9 Juil - 20:50
“Ok.”

J’avais simplement soufflé la réponse à Kyle à sa demande - son injonction presque - de le laisser se charger du rôdeur abstrait qui se dressait devant nous. Je n’allais certainement pas le supplier de me laisser faire, bien au contraire. S’il voulait se faire plaisir à mettre un terme à cette non-vie, je lui cédais volontiers la place. “L’honneur aux dames” et toutes ces conneries, très peu pour moi, du moins dans ce genre de situations. Je préférais, et de loin, restait un peu plus en retrait et potentiellement offrir un soutien à l’homme, dont je ne connaissais rien des aptitudes, des expériences ou mêmes des considérations qu’il pouvait avoir. Jusqu’à présent, j’avais toujours préféré endosser la responsabilité - injustement lâche, ou non d’ailleurs - de servir de soutien à mes partenaires d’excursion. Alors je comptais bien jouer ce rôle à la hauteur de mes frêles moyens.

Ouvrant mon esprit à la perception des éléments métalliques qui m’entouraient, je me sentais légèrement plus rassurée. Près de moi, les armes de Kyle, et encore plus proches, comme vibrant directement à la surface de ma peau, mes propres armes. Tout autour de moi, je percevais de ci de là de multiples petits éléments métalliques qui jonchaient le sol. Canette de soda aplatie, quelques vis éparpillées, les véhicules abandonnés les plus proches de nous dans toute leur richesse d’assemblage et leur complexité mécanique ; et cette boucle de ceinture qui se superposait avec une netteté incroyable à la silhouette dont mes yeux, paradoxalement, ne parvenaient pas à dessiner proprement les contours. Une boucle de ceinture se mouvant très mollement sur place, comme flottante à un petit mètre au-dessus du sol sans réellement se déplacer.

Puis un coup de feu retentit de nouveau, solitaire cette fois. Dans ma tête, je m’imagine là le dernier hurlement d’un canon collé contre une tempe consciente d’être dans une sordide impasse, avec pour seule échappatoire une mort indolore et rapide. Mais il pouvait en être tout à fait autrement. Puis la boucle de ceinture s’éloigna de nous, son propriétaire infecté réagissant à l’éclat sonore qui avait baigné l’atmosphère et les environs. La confrontation se voulait donc reportée pour une durée indéterminée, le plus tard possible j’espérais, et c’est une vague de soulagement qui m’envahit en ressentant le rôdeur s’éloigner, et sa silhouette se fondre dans les nuances obscures du voile de pénombre qui m’entourait.

Je reportais donc mon regard et mon attention vers Kyle alors qu’il reprenait la parole, heureuse de constater qu’il n’avait à priori pas l’âme d’un charcuteur de carcasse nécessiteux de cogner sur ses créatures et aller au combat. J’appréciais les types dans son genre, les raisonnés qui ne confondent pas courage et témérité comme avait pu le faire Jordan lors de notre sortie. Et alors qu’il m’indiquait la suite des opérations qu’il semblait avoir prises en main, je l’interrompis en silence, levant ma main gauche désarmée dans sa direction sans savoir s’il pouvait voir mon geste. Dans le même temps, j’avais décroché le regard et dévissé ma tête en direction de l’éclat métallique que je venais de ressentir, venant juste de s’inviter dans les frontières de ma perception.

Il ne me fallut qu’une fraction de seconde pour reconnaître, voir se dessiner mentalement la forme de l’objet, sa distance, et surtout sa direction. Une lame, moyennement longue, sûrement un couteau tout ce que l’on pouvait trouver de plus banal dans une cuisine, qui se pointait droit vers nous. Dans la continuité du mouvement de ma main, je tentais d’agripper l’avant-bras de Kyle pour retenir son attention et surtout l’avertir du potentiel danger.

“Attends…” soufflai-je avec un ton empressé qui trahissait le sentiment d’urgence qui venait de me gagner. “Ya quelque chose, sûrement quelqu’un, qui approche derrière nous…” Je lui désignais la direction par laquelle nous étions arrivés quelques instants plus tôt d’un mouvement du menton. “...armé d’un couteau.”

Si mes indications pouvaient paraître bien vagues dans leur teneur, le ton sur laquelle je les avais lancé ne laissait aucun doute quant aux certitudes que j’avais. Cette information transmise, je resterais en attente de nouvelles instructions de la part de Kyle, prête à me défendre contre cet inconnu au couteau qui pouvait potentiellement nous être hostile.
Page 4 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: